• Arte réveille le souvenir de l’Institut kurde, par Samuel Gontier
    http://television.telerama.fr/television/arte-reveille-le-souvenir-de-l-institut-kurde,125757.php

    Le troisième titre d’Arte Journal entérine la prise de contrôle de sa rédaction par des droits-de-l’hommistes cosmopolites. « Alors que le monde entier et en particulier la France s’émeut du sort des Kurdes d’Irak et de Syrie et vante les mérites des peshmergas dans leur lutte contre Daech, l’Institut kurde de Paris menace de fermer ses portes faute de financement par l’Etat français », annonce Marie Labory.

    « Fondé en 1983, il se veut laïc et non partisan. Il organise depuis trente ans conférences, expos, cours de langue et a longtemps joué le rôle d’ambassade officieuse pour le dialogue entre les leaders kurdes et les autorités françaises. » Je m’en souviens. « Si rien n’est fait, l’Institut kurde fermera cet été alors que la France accueille la deuxième plus importante communauté kurde d’Europe, 250 000 personnes », déplore la présentatrice.

    http://images.telerama.fr/medias/2015/04/media_125757/arte-kurde,M215323.png

    Ce serait criminel, s’indigne en moi le tiers-mondiste de ma jeunesse, étudiant en journalisme tout juste débarqué à Paris. Sitôt que j’eus la liberté de choisir un sujet, je me précipitai à l’Institut kurde pour réaliser une interview de son directeur, Kendal Nezan. Celui-ci m’avait sensibilisé dès l’adolescence au sort de son peuple par ses nombreux articles dans Le Monde diplomatique, où il avait tribune ouverte. Depuis, le Kurdistan s’est trouvé totalement bouleversé. Mais l’Institut kurde de Paris n’a pas bougé, Kendal Nezan est toujours là et, pour exacerber la nostalgie, c’est une ancienne condisciple, Herade Feist, qui y revient pour Arte.

    « Beaucoup l’ignorent et pourtant la plus grande bibliothèque kurde du monde occidental se trouve à Paris, commence la responsable du bureau d’Arte Journal à Paris. Fondateur de l’Institut kurde, Kendal Nezan s’est battu pendant trente ans pour maintenir en vie ce patrimoine. » L’idole de ma jeunesse présente un précieux dictionnaire kurde-français de 1879 et dit l’importance de la numérisation des ouvrages à laquelle l’Institut s’est attelé.

    http://images.telerama.fr/medias/2015/04/media_125757/arte-kurde,M215329.png

    L’endroit ne cultive pas seulement la mémoire d’un peuple, c’est aussi « un lieu de vie pour la diaspora, où l’on enseigne le kurde classique, poursuit Herade Feist. Son existence est menacée par la suppression de la subvention du ministère des Affaires étrangères sous Nicolas Sarkozy ». Et sous Bernard Kouchner, l’alors ministre des Affaires étrangères, qui déclare aujourd’hui sur LCI : « Ceux qui ne portent pas secours aux naufragés sont des salauds. » « Le gouvernement socialiste n’a pas repris le financement, précise la journaliste. Paradoxal, à un moment où le monde entier s’émeut du sort des Kurdes qui se battent en première ligne contre l’Etat islamique. »

    C’est bien joli de saluer le courage des Kurdes et de mener des frappes aériennes en Irak, remarque Kendal Nezan, mais « une guerre comme celle-ci ne peut pas être gagnée seulement par les armes. C’est une guerre idéologique, donc il faut aussi mener la bataille des idées. Et l’Institut kurde est l’une des institutions qui depuis des années défend les valeurs démocratiques, les valeurs de l’égalité des sexes, des droits de l’homme. » Une violente bouffée de tiers-mondisme (à l’époque, le droit-de-l’hommisme n’existait pas) m’envahit, ça me fait plus d’effet que la mort de Richard Anthony.

    « Au ministère, où l’on n’a pas souhaité nous donner d’interview, la seule raison invoquée c’est la réduction des budgets, conclut Herade Feist. L’Institut n’est plus une priorité. Pourtant, aujourd’hui, il pourrait jouer le rôle de sanctuaire pour rapatrier des ouvrages et des œuvres menacés par Daech. » Bonne idée mais, pas de chance, il ne se trouve aucun fonctionnaire du Quai d’Orsay à se souvenir d’avoir été bercé par les écrits de Kendal Nezan dans les années 1980.

    Et donc, tous les articles de Kendal Nezan dans le Diplo : http://www.monde-diplomatique.fr/recherche?s=%40auteurs+Kendal+Nezan


  • Paul Moreira : “Les nouveaux électeurs du FN sont le coeur du problème” - Télévision - Télérama.fr
    http://seenthis.net/messages/362978

    Paul Moreira : “Les nouveaux électeurs du FN sont le coeur du problème” - Télévision - Télérama.fr http://television.telerama.fr/television/paul-moreira-les-nouveaux-electeurs-du-fn-sont-le-coeur-du-probl http://images.telerama.fr/medias/2015/04/media_125257/paul-moreira-les-nouveaux-electeurs-du-fn-sont-le-coeur-du-probleme,M214866.jpg via @monolecte