• Les #syndicats français cherchent à réprimer l’opposition aux réformes du #travail de Hollande
    http://www.wsws.org/fr/articles/2016/fev2016/synd-f26.shtml

    Dans le communiqué publié après la réunion, les syndicats disent qu’ils travailleraient « pour faire des propositions sur les nouvelles dispositions de la #loi et pour proposer des modifications aux dispositions en vigueur, notamment en matière de licenciements, d’organisation du travail et de la journée de travail, la santé et la sécurité, et de l’apprentissage. » Leur document concentre ses critiques sur deux aspects de la loi prévue : les limites imposées sur les indemnités que les employeurs doivent payer aux prud’hommes, et « des mesures qui augmentent le pouvoir unilatéral des employeurs. » Les syndicats ont convenu de se réunir à nouveau le 3 mars.

    Les syndicats sont restés silencieux sur le cœur de la nouvelle loi : leur capacité à négocier avec les employeurs et imposer des contrats au niveau de l’entreprise qui ne respectent pas le Code du travail. Cela montre que les syndicats ne rejettent pas le saccage des droits des travailleurs et continueront de négocier diverses dispositions du projet de loi avec le gouvernement et les employeurs de manière à le faire passer.

    Le Code du travail actuel contient de nombreuses protections pour les travailleurs mises en place depuis plus de 100 ans. Aussi des conventions collectives ont été négociées par branches professionnelles, de sorte que tout lieu de travail ou usine doit se conformer aux conditions minimales de la convention collective selon la branche dont il fait partie.

    Toutefois, tout ce qui intéresse les syndicats au fond c’est de conserver leur rôle, leurs privilèges et leur influence auprès des employeurs et de l’État, tout en adoptant cyniquement la posture d’opposants à la réforme. Toutefois, cette posture d’opposant est une fraude évidente : les syndicats ne se sont même pas donné la peine d’organiser une action de #grève contre le projet de loi.

    http://seenthis.net/messages/465851 via Agnès Maillard


  • Il y a 75 ans : les travailleurs néerlandais faisaient grève contre la persécution des juifs.
    http://www.wsws.org/fr/articles/2016/fev2016/neer-f24.shtml

    Le 25 février 1941 un événement eut lieu sous l’occupation nazie à Amsterdam qui portera plus tard le nom de « grève de février. » En apprenant la déportation de quelque 425 Juifs néerlandais du quartier juif d’Amsterdam, des centaines de milliers de travailleurs néerlandais arrêtèrent le travail, quittèrent leur poste et firent une grève sauvage.
    Les conducteurs de tramway locaux furent les premiers à rejoindre la grève organisée par le Parti communiste néerlandais interdit et peu après, à mesure que la grève s’étendait dans toute la ville, les dockers du chantier naval local d’Amsterdam-Noord rejoignirent la protestation et débrayèrent en masse. La grève s’étendit à d’autres villes hollandaises voisines dont Utrecht et Zaanstad.

    #nazisme #Pays-Bas 25_février_1941#Grève_de_février #occupation #déportation #juifs #antisémitisme
    #Seconde_Guerre_mondiale #Amsterdam #Amsterdam-Noord #Utrecht #Zaanstad

    http://seenthis.net/messages/464555 via Zec + Ultra


  • Dans le débat démocrate, Clinton presse Sanders sur les questions de race, de genre et du soutien à Obama
    http://www.wsws.org/fr/articles/2016/fev2016/deba-f15.shtml
    Je ne partage pas vraiment l’analyse de WSWS, mais je retiens quand même l’idée d’opposer les oppressions pour mieux diviser les opprimés.
    C’est un vieux soucis de la gauche que de prétendre que la lutte des classes prédomine sur les autres, et plus particulièrement celle des femmes…

    Dans le débat présidentiel démocrate du 11 février, l’ancienne secrétaire d’Etat Hillary Clinton, qui cherche à rebondir après sa défaite dévastatrice de la primaire du New Hampshire, a soulevé à maintes reprises les questions d’identité raciale et de genre. Elle tentait par là de contrer l’appel du sénateur du Vermont Bernie Sanders à la question de l’inégalité économique. Sanders a pour sa part cherché à contrer Clinton en sacrifiant lui aussi à la politique raciale.

    L’effort de Clinton pour mettre l’accent sur ​​les questions de race et de genre reflétait d’abord des préoccupations électorales immédiates. Les deux prochains duels de la campagne pour l’investiture démocrate ont lieu dans des Etats ayant un grand nombre d’électeurs des minorités : les électeurs démocrates du Nevada sont à 20 pour cent hispaniques et à 10 pour cent afro-américains et 55 pour cent de tous les démocrates de Caroline du Sud sont noirs.

    Mais la mise en avant accentuée des questions identitaires par Clinton, reprise par les médias pro-patronaux, reflète surtout la préoccupation de l’élite dirigeante devant les signes que les questions sociales et de classe fondamentales dominent la pensée politique de larges couches de la population, motivées par une colère profonde contre le krach financier de 2008 et la croissance continue à sa suite de l’inégalité sociale. En même temps, la campagne des primaires démocrates a montré jusque-là que l’intérêt populaire était relativement faible pour la politique étroite de la race, du genre et de l’orientation sexuelle utilisée depuis des décennies pour diviser la classe ouvrière et supprimer le développement de la conscience de classe.

    http://seenthis.net/messages/461648 via Agnès Maillard


  • Le pillage des #retraites des travailleurs américains
    http://www.wsws.org/fr/articles/2016/fev2016/pers-f11.shtml

    Les travailleurs semblaient en état de choc. Comment cela pouvait-il se produire ? N’avaient-ils pas travaillé toute leur vie, passé des années seuls sur la route, brisé leur corps, raté des centaines d’événements familiaux, eu des mariages tendus ou ruinés, pour un peu de sécurité dans leur retraite ? Ces garanties n’étaient-elles pas contractuelles ? Des institutions comme le gouvernement, les tribunaux, les syndicats, la presse n’existaient-elles pas pour empêcher de telles injustices ?

    L’histoire, écrivait le révolutionnaire russe Léon Trotsky, n’est pas bienveillante, elle est cruelle. Comme une belle-mère acariâtre, elle donne des coups en guise de leçons, pas des caresses.

    Ces travailleurs ont en effet été informés par des lettres reçues pendant les fêtes de Noël, que les institutions politiques officielles avaient conspiré pour leur voler tout repos dans les dernières années de leur vie. Aux yeux de la société capitaliste, ils n’ont pas de droits, leur vie ne signifie rien et ils devraient juste se dépêcher de mourir.

    La campagne de démantèlement des retraites fait partie d’un complot visant à détruire tous les acquis sociaux gagnés par les travailleurs au cours de plus d’un siècle de lutte – une conspiration qui s’étend, au-delà de l’Amérique, au monde entier.

    C’est une contre-révolution sociale, en cours depuis des décennies. Elle a vu la destruction de millions d’emplois manufacturiers américains, des coupes claires dans les salaires, la remise en cause des avantages pour la santé, l’éviscération des programmes sociaux, un assaut frontal sur l’éducation publique, et le remplacement de pensions à prestations définies par des systèmes liés à la bourse.

    En conséquence de cette offensive de la classe dirigeante, la part de la population des États-Unis qui reçoit une pension à prestations déterminées a chuté de près de 30 pour cent en 1980 à moins de 3 pour cent aujourd’hui.

    La contre-révolution sociale s’est intensifiée depuis la crise financière de 2008-2009. Afin de payer pour le sauvetage des banques, pour lequel on a remis quelque sept mille milliards de dollars à Wall Street, le gouvernement Obama, avec l’appui et la collaboration des syndicats, a intensifié l’attaque du niveau de vie de la classe ouvrière.

    http://seenthis.net/messages/459980 via Agnès Maillard


  • Tandis que Flint est empoisonnée, GM enregistre des profits records en 2015
    http://www.wsws.org/fr/articles/2016/fev2016/flin-f06.shtml

    GM a eu une marge bénéficiaire de 10,3% en Amérique du Nord, atteignant son objectif de 10% un an plus tôt que prévu et dépassant les marges obtenues à ses entreprises associées en Chine. Ces résultats ont pu être accomplis grâce à l’exploitation des travailleurs qu’a imposée l’UAW, incluant l’augmentation incessante de la cadence de travail, des heures supplémentaires obligatoires et des salaires de misère pour une nouvelle génération de travailleurs qui ne peut pas se payer les voitures qu’elle construit. La journée même où GM annonçait ses profits, un travailleur qualifié a fait une chute mortelle à une usine GM dans la ville de Defiance en Ohio.

    http://seenthis.net/messages/459017 via Agnès Maillard


  • Un parti nationaliste allemand d’extrême droite appelle à tirer sur les #réfugiés
    http://www.wsws.org/fr/articles/2016/fev2016/refu-f06.shtml

    La dirigeante de l’AfD, Frauke Petry, a déclaré le 31 janvier dans une interview au journal Mannheimer Morgen que la police devait empêcher tout passage illégal de la frontière et « au besoin aussi faire usage de ses armes à feu. C’est ce que stipule la loi. »

    Le 30 janvier, la présidente de l’AfD, Beatrix von Storch, a écrit sur sa page Facebook que quiconque ne s’arrêtait pas au panneau « stop » à la frontière était un assaillant. « Et nous devons nous défendre contre les attaques, » a-t-elle ajouté. A la question si elle « voulait aussi empêcher par la force des armes l’entrée de femmes et d’enfants », Storch a répondu par un « oui » sans équivoque.

    http://seenthis.net/messages/459018 via Agnès Maillard


  • Suède : une bande néo-nazie agresse des immigrés à Stockholm
    http://www.wsws.org/fr/articles/2016/fev2016/sued-f02.shtml

    Cette violence fasciste au grand jour dans les rues d’une grande ville européenne est le résultat de l’hystérie anti-réfugiés attisée par l’establishment politique de tout le continent et du recours aux méthodes autoritaires traditionnellement associées à l’extrême droite. La présentation comme des criminels des centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants désespérés ayant fui les guerres d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient causées par les puissances impérialistes a été encouragée par les grands médias et les gouvernements de toutes couleurs politiques : de la grande coalition en Allemagne au gouvernement libéral droitier du Danemark en passant par le gouvernement PS en France.

    Cette hystérie est à son tour utilisée pour justifier une expansion de la guerre impérialiste au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. On lui a donné un nouvel élan la semaine dernière en annonçant la préparation d’une nouvelle intervention américaine en Libye et une extension des opérations en Syrie.

    Pendant ce temps, les grandes puissances continuent de regarder avec indifférence s’alourdir chaque jour le bilan des hommes, femmes et enfants qui meurent en essayant de traverser la Méditerranée. Le week-end dernier quarante réfugiés au moins se sont noyés lorsque leur embarcation en route pour la Grèce a chaviré.

    #fascisme #cynisme #violence

    http://seenthis.net/messages/457755 via Agnès Maillard


  • Le #budget du Pentagone orienté vers une #guerre avec la Russie et la Chine
    http://www.wsws.org/fr/articles/2016/fev2016/budj-f04.shtml

    Les États-Unis, a insisté Carter, devaient avoir la capacité de contrer la Russie « sur l’ensemble du théâtre » ce qui signifie que les Etats-Unis doivent maintenir des forces capables d’attaquer la Russie partout où ils le jugent opportun.

    L’#argent pour cette escalade anti-russe doit être puisé dans le compte des Opérations de contingence à l’étranger, le fonds de guerre qui a payé les guerres et occupations américaines en Irak et en Afghanistan. Bien que du point de vue comptable le but soit de contourner les plafonds de dépenses du budget ordinaire du Pentagone, cela signale également qu’il s’agit de la préparation active à une confrontation militaire entre les deux principales puissances nucléaires.

    La proposition de budget contient des plans de développement important de l’arsenal nucléaire de l’impérialisme américain. Elle appelle à l’attribution de 13 milliards dollars sur les cinq prochaines années pour développer et produire une flotte de nouveaux sous-marins à missiles balistiques nucléaires. Des sources du Pentagone ont déclaré que le projet de budget prévoyait également un nouveau bombardier pour l’Armée de l’air et une nouvelle génération de missiles balistiques nucléaires intercontinentaux.

    Le budget proposé par le Pentagone met l’accent sur le développement de la puissance de feu navale, dans le but d’intensifier le « pivot » du gouvernement Obama « vers l’Asie », qui a vu des opérations militaires américaines de plus en plus provocatrices en mer de Chine méridionale. « Nous faisons tous les investissements que vous voyez dans notre budget de la Défense, qui s’orientent spécifiquement vers une maîtrise du développement miliaire chinois », a dit Carter.

    L’assertion que le financement du vaste appareil militaire américain serait motivé par la nécessité de suivre le rythme de la croissance militaire chinoise ou russe est manifestement absurde. Les dépenses militaires américaines de l’an dernier étaient supérieures à celles des sept grandes puissances suivantes combinées. L’armée américaine a dépensé près de trois fois plus que la Chine et environ sept fois plus que la Russie.

    http://seenthis.net/messages/457757 via Agnès Maillard