• Madame la députée, votez contre la banalisation de l’état d’urgence
    https://reporterre.net/Madame-la-deputee-votez-contre-la-banalisation-de-l-etat-d-urgence

    L’Assemblée nationale va bientôt examiner le projet de loi antiterroriste du gouvernement Philippe. Il prévoit en fait d’intégrer dans le droit commun nombre des dispositions de l’état d’urgence. Les auteurs de cette #Tribune demandent à leur députée de faire preuve d’« indépendance d’esprit » et de « liberté de jugement face à une telle dérive du gouvernement ». Les auteurs de cette lettre ouverte sont des habitants et des élus de la 2e circonscription des Alpes-de-Haute-Provence, celle de Mme Emmanuelle (...)

    Tribune

    / #Libertés, #Politique

    « https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/120717/banalisation-de-l-etat-d-urgence-une-menace-pour-l-etat-de-droit »
    « https://www.publicsenat.fr/article/politique/loi-antiterroriste-une-pilule-empoisonnee-pour-la-republique-selon-le-de »
    « http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/02/03/luttons-contre-le-terrorisme-dans-le-respect-du-droit_4858281_3232.html »
    « https://urgencelibertes.wordpress.com/blog »
    « https://www.mesopinions.com/petition/politique/petition-appelant-aux-deputes-marche-alpes/33191 »
    « https://urgencelibertes.files.wordpress.com/2017/08/mediapart-christine-lazerges-loi-antiterroriste.pdf »
    « https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:%3D_L'%C3%A9tat_d'urgence_toujours_en_vigueur_dans_l'agglom%C3 »
    « https://www.facebook.com/christophe.castaner/photos/pcb.1150065441806476/1150064691806551/?type=3&theater »


  • Nuit de Cologne : « Kamel Daoud recycle les clichés orientalistes les plus éculés »
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/02/11/les-fantasmes-de-kamel-daoud_4863096_3232.html

    De quoi Daoud est-il le nom ?

    Après d’autres écrivains algériens comme Rachid Boudjedra ou Boualem Sansal, Kamel Daoud intervient en tant qu’intellectuel laïque minoritaire dans son pays, en lutte quotidienne contre un puritanisme parfois violent. Dans le contexte européen, il épouse toutefois une islamophobie devenue majoritaire. Derrière son cas, nous nous alarmons de la tendance généralisée dans les sociétés européennes à racialiser ces violences sexuelles.

    Nous nous alarmons de la banalisation des discours racistes affublés des oripeaux d’une pensée humaniste qui ne s’est jamais si mal portée. Nous nous alarmons de voir un fait divers gravissime servir d’excuse à des propos et des projets gravissimes. Face à l’ampleur de violences inédites, il faut sans aucun doute se pencher sur les faits, comme le suggère Kamel Daoud. Encore faudrait-il pouvoir le faire sans réactualiser les mêmes sempiternels clichés islamophobes. Le fond de l’air semble l’interdire.

    Sa traduction vers l’anglais sur le site jadaliyya me l’a fait repérer. je ne crois pas que cette remarquable réponse, par le contenu et par la mobilisation qu’elle implique, ait été signalée sur SeenThis.

    #néo-orientalisme

    http://seenthis.net/messages/461041 via gonzo

    • Pour répondre au journal Le Monde et le rassurer :

      Comprendre et expliquer, n’est pas excuser ! Cela vaut pour Kamel Daoud également et d’autres intellectuels algériens à propos de l’Islam, des migrants et autres sujets.

      Non Kamel Daoud ne sert pas l’Islamophobie.

      Venant d’un pays, l’Algérie, qui a vécu le déluge islamiste et qui s’en est sorti à peu près indemne, il est légitime pour ces intellectuels comme Kamel Daoud et d’autres comme Rachid Boujadra et Boualem Sansal, de nous éclairer un peu plus sur cette actualité folle et d’apporter un peu plus de pierres à l’édifice d’un monde meilleur en dehors de toute hégémonie capitaliste et islamiste.

      Surtout ne pas oublier que les « migrants » (une étiquette qui n’est pas du tout adaptée à leur réalité) sont surtout et avant tout des victimes de ces guerres « imbéciles » et capitalistes qui n’en finissent pas et qui nous promettent encore d’autres évènement qui vont bouleverser le piètre équilibre de l’humanité (du moins ce qui en reste).

      Chercher à comprendre tous les maux (islamophobie, terrorisme, raciste, fascisme, antisémitisme, viols, etc.), pourquoi certains sont pour la guerre, la terreur, la colonisation et l’apartheid et d’autres pas,
      Ce n’est pas excuser mais penser un certain avenir, oeuvrer pour retrouver le chemin de la paix et de la raison.

      S’il y a un combat à mener, c’est contre les faiseurs de guerres et les détracteurs de l’humanité toute entière.

      N Robin

    • Suite

      Une interview de de Kamel Daoud par France Inter, le mercredi 6 janvier 2016 :

      Kamel Daoud : "En France vous réagissez parfois avec les mêmes faiblesses que nous, les Algériens"

      http://www.franceinter.fr/emission-invite-de-7h50-kamel-daoud-en-france-vous-reagissez-parfois-ave

      (Patrick Cohen) Est-ce que vous avez un message pour Charlie Hebdo, un an après ?

      (KD) Continuez à dessiner malgré ce qu’on veut vous faire dire, à ce qu’on veut trouver à vos dessins. Les dessinateurs ne tuent personne.

      (Riss) On nous dit que depuis un an il se passe ce qui s’et tout doucement passé dans les années 90 en Algérie, qu’est-ce que vous pensez ?

      (KD) Oui je pense que c’est comparable mais à plus grande échelle, dans le reste du monde : entre barbarie et culture, entre mort et vie. [..] En Algérie, nous voyons souvent les drames du monde comme un remake, que nous avons vécu sans Youtube, sans internet. En France aussi vous réagissez parfois avec les mêmes faiblesses que nous, les Algériens, à cette époque : incompréhension entre familles politiques. Je pense que vous êtes en train de partager une partie de nos faiblesses, de nos myopies.

      (Coco) L’autocensure s’installe en France aujourd’hui ?

      (KD) Il y a de l’autocensure pour des raisons de communautés […]. L’autocensure est due au fait qu’on veut parfois être humaniste. Des mécanismes d’interdit s’installent de plus en plus chez vous.

      (PC) est-ce que ce n’est pas de la peur plutôt ?

      (Riss)Ce n’est pas injustifié : tout peut recommencer. On a le cul entre deux chaises : tout va aller mieux ou on sombre dans la parano.

      (PC) Vous avez reçu beaucoup de propositions de dessinateurs après janvier 2015 ?

      (Coco) on a ouvert une adresse Gmail sur laquelle les gens envoyaient des dessins. Il y avait beaucoup de dessins amateur. Etre dessinateur de presse ça ne s’improvise pas. […] Mais on a trouvé un dessinateur : Pierrick Juin qui fait partie de l’équipe.

      (Riss) certains sont craintifs et disent : qu’est-ce qui va se passer si on l’apprend ?

      (Léa Salamé) vous le ressentez ce manque de faiblesse dont parle Kamel Daoud ?

      (Riss) C’est délicat d’aborder la question du religieux dans une société laïque. Le Président a accueilli les autorités religieuses hier. Je ne sais pas s’il faut accorder tant de place au religieux dans une société moderne.

      (LS) : On peut poser la question à Kamel Daoud ?

      (KD) Je crois que oui. Les instances religieuses sont devenues des instances consultatives automatiques. Je pense qu’on est dans une sorte de glissement mondial. On est dans des positions où la liberté se justifie sans cesse. J’ai suivi les polémiques sur la Une de Charlie : les gens se représentent Dieu, pourquoi les autres ne pourraient-ils pas le représenter ?

      (Thomas Legrand) Est-ce que l’état d’urgence ou les nouvelles dispositions en faveur de la police font partie de l’affaiblissement, de cette réaction post-attentat ?

      C’est une pente inévitable. Il faut une réponse sécuritaire, même si elle suppose une privation de liberté, des excès. […] mais la réponse sécuritaire n’est pas la seule. Il faut empêcher que les gens basculent vers ce fascisme-là. Oui, la réponse policière est justifiée car il s’agit de quelque chose d’irréparable : la vie.

      (LS) Riss la réponse sécuritaire est inévitable. Dans un de vos dessins on voit des policiers qui encerclent des gens, apeurés avec ce commentaire : « 2016, année du survivre ».Est-ce qu’on touche à notre démocratie, est-ce que ça vous fait peur ?

      C’est le piège dans lequel tous les terroristes ont voulu plonger les démocraties. J’ai une protection policière, donc c’est inconfortable. On est obligé de vivre avec. J’ai de la chance ils sont plutôt sympas.

    • Par Kamel Daoud (Ecrivain)

      Kamel Daoud : « Cologne, lieu de fantasmes »
      LE MONDE | 31.01.2016 à 07h34 • Mis à jour le 11.02.2016 à 08h51

      Que s’est-il passé à Cologne la nuit de la Saint-Sylvestre ? On peine à le savoir avec exactitude en lisant les comptes rendus, mais on sait – au moins – ce qui s’est passé dans les têtes. Celle des agresseurs, peut-être ; celle des Occidentaux, sûrement.

      Fascinant résumé des jeux de fantasmes. Le « fait » en lui-même correspond on ne peut mieux au jeu d’images que l’Occidental se fait de l’« autre », le réfugié-immigré : angélisme, terreur, réactivation des peurs d’invasions barbares anciennes et base du binôme barbare-civilisé. Des immigrés accueillis s’attaquent à « nos » femmes, les agressent et les violent...

      http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/01/31/cologne-lieu-de-fantasmes_4856694_3232.html