Why Israeli cartoonists don’t draw Muhammad

/israel-cartoonists-interview-charlie-he

  • Pourquoi les caricaturistes israéliens ne dessinent pas le Prophète Muhammad - Al Monitor

    http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2015/02/israel-cartoonists-interview-charlie-hebdo-islam-democracy.html

    Israeli cartoons have a storied legacy, but in Israel the limits on cartoonists are more restrictive from the outset than those in France. Criminal law in Israel forbids insulting the sensibilities of religion and ethics. While there are ways of skirting these prohibitions, it’s hard to believe that a senior cartoonist in Israel would want to directly insult Prophet Muhammad and that there would be an Israeli publisher who would agree to publish such a cartoon.
    (...)
    Yonatan Wachsmann (...) says that “in democratic countries cartoonists will always play a marginal role. In countries that are more dictatorial and with less freedom of expression, the role of the cartoonist will be more important and more central. From the standpoint of the audience as well as the government.”

    “I wouldn’t draw cartoons about Muhammad,” declares Biderman, “not because I’m afraid or because of violent threats from radical Islam, but because the most basic rule in cartooning is to criticize your own tribe. Allah doesn’t interest me and Jesus doesn’t interest me. It’s not my business. If I have complaints, it’s toward the rabbis, some of whom are racist, outmoded, homophobic, corrupt. I also think there’s something strange about Charlie Hebdo’s cartoonists fixating on Muhammad. Of course I’m afraid, because my life is more important to me than a cartoon, but beyond that I don’t get the obsession. (...)”

    Sur @OrientXXI « Charlie : Une aubaine pour Benyamin Nétanyahou » http://orientxxi.info/lu-vu-entendu/charlie-une-aubaine-pour-benyamin-netanyahou,0794

    « Les caricaturistes arabes se battent pour créer leur propre espace » http://orientxxi.info/lu-vu-entendu/les-caricaturistes-arabes-se-battent-pour-creer-leur-propre-espace,0839

    http://seenthis.net/messages/472941 via Warda Mohamed

    • Depuis quand y aurait-il des « règles basiques » en matière de caricature, ou, plus largement, d’analyse de notre environnement sociologique ? Pourquoi un journal de type « gauche laïque » se cantonnerait-il à la critique du catholicisme, alors que la religion musulmane concerne 5 millions de français, et 1.5 milliards d’étrangers ?
      Charlie a publié entre une et deux caricatures concernant l’Islam, chaque année, au cours des dix dernières années. Ca me semble proportionné à la prévalence de ce sujet, et cohérent avec une critique des religions en général, en lien évident avec la critique des positions d’extrême droite, assez bien illustrée par les liens entre intégristes catholiques, protestants évangéliques, juifs orthodoxes, et salafistes, au sein de la fameuse « Manif pour tous », qui vise, qu’on le veuille ou non, à imposer aux athées et aux agnostiques les tabous religieux les plus obsolètes.
      Si les thuriféraires de Boutin ont le droit de manifester, il serait curieux que ses opposants soient interdits de parole.
      Or, L’Islam, surtout dans sa déclinaison salafiste, s’illustre récurremment par son rejet des libertés républicaines les plus élémentaires. Il ne s’agit pas de faire « une fixation sur une communauté », mais de dénoncer une idéologie ultra réactionnaire, ce qui relève de l’auto défense.
      Ce terme n’est pas abusif, au vu du traitement infligé à CH par des extrémistes religieux dont on commence à mesurer la capacité de nuisance.
      (Et même l’argument du retour de manivelle, suite aux agressions occidentales, ne tient guère, puisque la Belgique n’a jamais bombardé qui que ce soit...).
      Ceci dit, il est exact que la position de Charlie vis à vis de l’Islam est partiale, comme je l’ai dénoncé il y a peu. Mais ce journal est également « partial » vis à vis des thèses du FN, qui ne sont guère éloignées de celles des salafistes.
      Mais au nom de quoi se dispenserait on de proclamer une opinion dans un pays censément démocratique ?
      Libre aux salafistes de contester les thèses laïques de manière pacifique, ou via des caricatures un peu moins niaises que celles de la Shoah.