/article

  • Toutes les parties sont dans l’impasse... - Scarlett HADDAD - L’Orient-Le Jour

    https://www.lorientlejour.com/article/1196715/toutes-les-parties-sont-dans-limpasse.html
    https://s.olj.me/interface/french/images/newsThumbnail.png

    Le Hezbollah et Amal sont aussi tiraillés entre, d’une part, leur volonté de combattre ce qu’ils considèrent comme un plan étranger, en particulier américain, visant à les affaiblir et à renverser les rapports de forces établis depuis les élections législatives de 2018, et, d’autre part, leur souci d’éviter une discorde confessionnelle et une déstabilisation qui pourraient revêtir plusieurs aspects et utiliser de nouveaux instruments comme les déplacés syriens déployés sur l’ensemble du territoire libanais. D’ailleurs, selon des sources bien informées, l’attitude face au mouvement de protestation fait l’objet d’un débat interne au sein même du Hezbollah. Certains critiquent ainsi l’approche hostile ou sceptique adoptée depuis le début, alors que le mouvement aurait dû être récupéré puisque le Hezbollah depuis les élections législatives avait fait de la lutte contre la corruption son principal thème de campagne.

    https://seenthis.net/messages/813414 via Nouvelles d’Orient


  • Plusieurs observateurs ou observatrices, dans les rangs des spécialistes du Hezbollah, notent qu’à la suite du discours de Nasrallah vendredi et du retrait (semble t il spectaculaire) d’un grand nombre de manifestants, les mobilisations auraient été moins transversales ce week-end et auraient perdu (un peu de) leur capacité à agréger des segments différents en termes de classe sociale (moins de participation des classes populaires) et évidemment en termes communautaires (moins de chiites).
    Cette affirmation peut sembler au premier abord discutable au vu du succès de la chaine humaine qui a justement réuni des participants de toutes les régions libanaises sur la côté, avec même des incursions dans l’intérieur puisqu’apparemment, un brin de la chaine allait jusqu’à Nabatiyé. Voilà ce qu’on lit dans l’Orient Le Jour :

    La chaîne était cependant interrompue en plusieurs points du littoral, notamment au sud de Beyrouth et entre Saïda et Tyr, zones sous influence du Hezbollah. Une percée notable a toutefois été marquée à Nabatiyé, fief du parti chiite, et Kfar Remmane, où les manifestants ont pris part au mouvement, malgré les pressions exercées par le parti chiite.

    https://www.lorientlejour.com/article/1192872/jour-xi-les-libanais-forment-une-chaine-humaine-de-tripoli-a-tyr-en-p

    Voici quelques-uns de ces commentaires auxquels je fais allusion. Les deux threads sont plutôt des commentaires sur les intentions du Hezbollah vis-à-vis des autres forces politiques et de ce point de vue peuvent apparaître un peu old-style par rapport aux nouvelles formes du débat qui émergent dans ces mobilisation. Mais ces commentaires sont parsemés de remarques sur les divisions qui commenceraient à apparaître dans le mouvement. Je surligne les passages qui vont dans ce sens.
    D’abord un thread de Amal Saad, à ma connaissance auteure de livres reconnus sur le Hezbollah :
    https://twitter.com/amalsaad_lb/status/1188102914620964869

    1. Thread: Nasrallah’s speech reveals that Hizbullah’s statism isn’t just dictated by its need to preserve its alliances, but by a more general fear of chaos. By securitizing the state and its institutions, as well as roads, Hizbullah has cast itself as a bulwark of the system
    2. By securitizing the state, Hizbullah is preserving the delicate web of alliances & balances that have protected its Resistance. As unjust as it is, the current system is seen as crucial part of the political and strategic framework required for its own operational functioning
    3. As a state-like actor, it’s choices are governed by raison d’etat. Faced between a kleptocracy that it’s familiar with, and a nebulous, leaderless movement which right wing Christian forces and other kleptocrats have joined forces with, it unhesitantly chose the former
    4. Nasrallah’s call on Hizbullah supporters to leave the protests resonated with a community for whom the specter of a repeat of March 14 and the Syrian experience looms large. Hizbullah supporters were already feeling alienated by the anti-Nasrallah chants at some protests
    5. Having “saved” the state, Hizbullah is in a stronger position vis-a-vis its partners in govt to enact these half hearted reforms and to push for more radical ones. It’s strategy will be one of controlled change from within, with the threat of mobilizing its own protests

    Un autre thread de Ali Kourani (@Ali_Kourani) recoupe celui-ci sur plusieurs points (il est bcp plus long, je fais des sélections) :
    https://twitter.com/Ali_Kourani/status/1188494671863005184

    Day 11 of the protests: In light of recent developments and a sea of fiery takes, a not-so-loud analysis of Hezbollah’s evolving position to the protests: Thread.
    [...] If there was one clear thing in Nasrallah’s speech, it was that the protests have taken two dramatically different courses: a national and rightful movement carrying honest grievances and demands, -
    –and a coalition of marginalized establishment parties co-opting the protests and trying to orchestrate a coup against Hezbollah and its allies (mainly LF, Kataeb, partially PSP, Rifi etc.)
    Why did Nasrallah ask his supporters to pull out from the streets? The threat of militia takeovers of certain areas across the country isn’t taken lightly by Hezbollah. There is enough recorded proof to believe LF already has multiple checkpoints on several highways ID’ing people Several scuffles between thin-skinned Hezbollah supporters and protestors insulting Nasrallah are also a concern for the party. Not only do they embarrass it, they add to the impending threat of chaos Hezbollah does not wish to see.
    A complete withdrawal is not a preference for the party anymore, but a tactical necessity. While Hezbollah is “saving” the state, it surely isn’t ensconcing the previous order governing the state. One thing is certain: what was before the 17th of October won’t be the same after. Establishment parties are already seeing internal cracks (FPM, Future) and alliances will be restructured to acclimatize to new pressures from their constituencies. For Hezbollah in particular, the very nature of its alliances with both the FPM and AMAL will see a crucial makeover. While FPM is known to do well in elections, it proved time and again its capacity to mobilize a solid support base is very limited. Without Hezbollah’s backing, FPM loses chances of any other presidential tenure to Marada (another Hezb ally) and subsequently much of the grip on its street. AMAL has never been less popular in the South. Without Hezbollah’s backing, AMAL loses an overwhelming majority of its voters and enters an identity crisis that threatens the very existence of the movement: what exactly is AMAL without Hezbollah? A resistance movement? (No.) A popular movement for the disenfranchised? (No.) In turn, Hezbollah expects that by saving its main allies it will be able to extract more concessions from them that allow it to push for more radical reforms and pass a set of much-needed laws in Parliament. Everyone is a loser today: Establishment parties have never been on shakier ground. Hezbollah lost a golden opportunity to ostracize AMAL completely.
    The protestors have lost a major impetus to their movement after Hezbollah pulled out, essentially leaving them with the lesser-of-two-evils option instead of meaningful structural change. The protestors did little to assure Hezbollah’s support base this uprising does not target their first line of security. Even the staunchly pro-resistance colors in the protests (LCP, CIAS, PM, PNO, SSNP etc.) stood idly as Nasrallah was berated and Hezbollah called terrorist.
    When we talk about Hezbollah’s support base, we are not merely referring to individuals. Hezbollah’s ‘resistance community’ is arguably the largest, most organized, unified and structured social movement in the country’s history that produces its own intelligentsia, social service networks, ideology, music, myths, propaganda and regional army. As Amal Saad argues, Hezbollah managed to sustain an image of itself as “a rationality, a way of thinking and existence (episteme)” to its supporters. This community has suffered 18 years of occupation, a 33-day bombardment campaign, 11 VBIED and suicide bomber attacks in the last 6 years alone, and corroborated conspiring with the US by actors in government today. To put any grassroots movement at odds with the above, in any context, and if I am to put this nicely, is political suicide. Hezbollah’s head of executive council had to reiterate this morning that the party does not believe all protestors are receiving foreign funding, so it’s unclear why so many of them took the accusation personally and jumped on the defensive. When Nasrallah talks about a resulting ‘vacuum’ that could accelerate a financial collapse in case the government resigns, he is not talking about the caretaker government that will still be operative, but about the cul-de-sac all sides will reach if protestors will not negotiate.
    It’s clear the second half of the protests was commandeered by the middle class, and the state isn’t exactly fearful of those. Whatever the outcome (cabinet reshuffle or new government), what’s certain is that this was but one throe in a protracted childbirth that won’t stop here. The next challenge is the state’s ability to avert the fiscal crisis and keep the leviathan of workers&farmers (less than ~$10k/year class) at bay. Sectarianism cannot be unlearned in two weeks either. Now is the time for reasonable incremental change, not rosy idealistic dreams.

    J’ai rassemblé ces commentaires qui me paraissent intéressants mais qui peuvent être tout à fait contestés. Je viens d’arriver à Beyrouth qui pour quelques affaires fortement perturbées par les événements et du coup j’espère avoir du temps pour observer les choses par moi même.

    https://seenthis.net/messages/808203 via rumor


  • (par Dominique EDDÉ)
    "Cher Alain Finkielkraut,
    Permettez-moi de commencer par vous dire « salamtak », le mot qui s’emploie en arabe pour souhaiter le meilleur à qui échappe à un accident ou, dans votre cas, une agression. La violence et la haine qui vous ont été infligées ne m’ont pas seulement indignée, elles m’ont fait mal. Parviendrais-je, dans cette situation, à trouver les mots qui vous diront simultanément ma solidarité et le fond de ma pensée ? Je vais essayer. Car, en m’adressant à vous, je m’adresse aussi, à travers vous, à ceux qui ont envie de paix. (...) "

    https://www.lorientlejour.com/article/1160808/lettre-a-alain-finkielkraut.html


  • Lettre à Alain Finkielkraut, par Dominique EDDE (L’Orient-Le Jour), via @mona
    https://www.lorientlejour.com/article/1160808/lettre-a-alain-finkielkraut.html
    https://s.olj.me/storage/attachments/1161/142115_353126_large.jpg

    Cher Alain Finkielkraut, je vous demande et je demande aux responsables politiques de ne pas minorer ces petites victoires du bon sens sur la bêtise, de la banalité du bien sur la banalité du mal. Préférez les vrais adversaires qui vous parlent aux faux amis qui vous plaignent. Aidez-nous à vous aider dans le combat contre l’antisémitisme : ne le confinez pas au recours permanent à l’injonction, l’intimidation, la mise en demeure. Ceux qui se font traiter d’antisémites sans l’être ne sont pas moins insultés que vous. Ne tranchez pas à si bon compte dans le vécu de ceux qui ont une autre représentation du monde que vous. Si antisionisme n’est plus un mot adapté, donnez-nous-en un qui soit à la mesure de l’occupation, de la confiscation des terres et des maisons par Israël, et nous vous rendrons celui-ci. Il est vrai que beaucoup d’entre nous ont renoncé à parler. Mais ne faites pas confiance au silence quand il n’est qu’une absence provisoire de bruit. Un mutisme obligé peut accoucher de monstres. Je vous propose pour finir ce proverbe igbo : « Le monde est comme un masque qui danse : pour bien le voir, il ne faut pas rester au même endroit. »

    https://seenthis.net/messages/765923 via Agnès Maillard


  • Blanchiment : une majorité de pays de l’UE s’oppose à une nouvelle liste noire
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/02/28/97001-20190228FILWWW00292-blanchiment-une-majorite-de-pays-de-l-ue-s-oppose

    Une majorité « très large » d’Etats membres de l’UE s’est opposée aujourd’hui à une « liste noire » contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme qui ajoutait 7 pays, dont l’Arabie saoudite, sur proposition de la Commission, a indiqué une source au Conseil.

    Dans la presse arabe, cette info se traduit « l’Europe cède aux pressions saoudiennes et retire le Royaume de sa liste noire » (الاتحاد الأوروبي يرضخ لضغوط السعودية ويُنقذها من « القائمة السوداء » https://raseef22.com/politics/2019/03/01/%d8%a7%d9%84%d8%a7%d8%aa%d8%ad%d8%a7%d8%af-%d8%a7%d9%84%d8%a3%d9%88%d8%b1%)

    Je rappelle aussi que les Britanniques n’ont pas eu autant de problèmes de conscience pour condamner le Hezbollah comme organisation terroriste (La décision britannique est « une insulte au peuple libanais », selon le Hezbollah : https://www.lorientlejour.com/article/1159639/la-decision-britannique-est-une-insulte-au-peuple-libanais-selon-le-h)

    #terrorisme à dimension variable

    https://seenthis.net/messages/764023 via gonzo


  • Antisémitisme et antisionisme : une assimilation absurde dans le monde arabe - Caroline HAYEK et Anthony SAMRANI - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1158662/antisemitisme-et-antisionisme-une-assimilation-absurde-dans-le-monde-

    Au Proche-Orient, c’est le sionisme et plus largement la politique israélienne qui ont fait le lit de l’antisémitisme.
    Caroline HAYEK et Anthony SAMRANI | OLJ
    23/02/2019

    C’est un débat qui se joue en France mais qui est suivi avec attention de l’autre côté de la Méditerranée. Emmanuel Macron a annoncé mercredi vouloir intégrer l’antisionisme – dans le sens de la négation du droit d’Israël à exister – à la définition juridique de l’antisémitisme. Le président français considère que « l’antisionisme est une des formes modernes de l’antisémitisme », alors que les actes antisémites en France étaient en hausse de 74 % en 2018 par rapport à l’année précédente.

    Plusieurs voix critiques ont fait remarquer que cela pouvait conduire à des incohérences – la plus absurde étant d’être amené à considérer certains juifs antisionistes comme des antisémites – et à créer une confusion entre une idéologie politique et une identité religieuse. Cela revient aussi à faire le jeu du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, pour qui les deux termes sont indissociables, et à donner l’impression qu’il n’est pas permis en France de critiquer la politique israélienne, même si ce n’est pas du tout le sens de l’initiative présidentielle.

    Vue du monde arabe, l’assimilation entre ces deux termes apparaît pour le moins inadaptée. Si l’antisionisme peut parfois, comme en Europe, cacher des relents d’antisémitisme, c’est bien le sionisme qui apparaît comme la cause première de la montée de l’antisémitisme, et non l’inverse. L’antisémitisme est un terme inventé au XIXe siècle pour évoquer la discrimination à l’égard des populations juives au sein des sociétés européennes. Outre l’argument un peu simpliste que les Arabes sont eux-mêmes un peuple sémite, la notion n’a pas vraiment de sens dans le contexte arabe. Malgré un statut particulier les empêchant, à l’instar des chrétiens, d’accéder aux hautes fonctions politiques et administratives, les juifs étaient bien intégrés au sein des sociétés arabes et n’ont pas subi de persécutions comparables à ce qu’ont pu être les pogroms en Europe.

    « La communauté juive a connu un moment de gloire et de puissance à l’époque ottomane, notamment lors de l’arrivée massive des juifs chassés d’Espagne », note Henry Laurens, professeur au Collège de France et titulaire de la chaire d’histoire contemporaine du monde arabe, interrogé par L’Orient-Le Jour. « Avant la déclaration Balfour et tout ce qu’elle entraînera par la suite, les juifs sont une communauté parmi d’autres dans le monde arabe, qui, depuis l’ère ottomane en particulier, a été organisée sur une base communautaire », confirme à L’OLJ Gilbert Achcar, professeur à la School of Oriental and African Studies (SOAS, University of London), auteur d’un ouvrage sur Les Arabes et la Shoah : la guerre israélo-arabe des récits (2013).

    Dégradation continue

    La diffusion des thèses sionistes développées par l’intellectuel autrichien Theodor Herzl va peu à peu changer la donne jusqu’au tournant de la création d’Israël en 1948, véritable choc pour les populations arabes. Au début du XXe siècle, les populations locales ne font pas nécessairement la distinction entre juifs et sionistes, le second terme n’étant pas encore véritablement assimilé. « Les habitants de la Palestine historique avaient l’habitude de désigner les juifs comme juifs. Certains étaient sionistes, mais beaucoup ne l’étaient pas. Ils étaient pour la plupart des juifs religieux et asionistes ou antisionistes », décrit à L’OLJ Tarek Mitri, ancien ministre et directeur de l’institut d’études politiques Issam Farès de l’AUB.

    « Les Arabes ont d’abord connu le sionisme de façon indirecte, en lisant la presse européenne. En Palestine, les premières réactions ne sont pas nécessairement négatives, mais les choses changent à partir de la déclaration Balfour, et le sionisme est progressivement considéré comme un danger pour les Palestiniens d’une part, et pour les Arabes du Proche-Orient d’autre part. Cela conduit à une dégradation continue de la situation des communautés juives du Proche-Orient à partir des années 1930 », dit Henry Laurens.

    Les relations se compliquent à mesure que l’immigration juive s’accélère en raison de la répression dont ils sont victimes en Europe.

    « Dans les discours, il y avait une distinction entre les juifs et les mouvements sionistes. Dans la pratique, ce qui inquiétait particulièrement les Arabes, c’est le fait de voir une communauté parmi d’autres se doter d’un territoire, de passer de la communauté à la nation », note Henry Laurens.Dans les années 1930 et 1940, c’est l’histoire européenne qui rencontre frontalement celle du Proche-Orient, de façon encore plus brutale après l’Holocauste et jusqu’à la création de l’État hébreu. Durant cette période, le grand mufti de Jérusalem Hajj Amine al-Husseini – qui n’était toutefois pas représentatif des Palestiniens – va collaborer avec l’Allemagne hitlérienne, au départ pour contrecarrer les projets anglais d’établissement d’un foyer juif, jusqu’à approuver sa politique génocidaire contre les juifs. Cet épisode va être largement instrumentalisé par la propagande israélienne pour démontrer un soi-disant antisémitisme arabe, au point que Benjamin Netanyahu va même aller jusqu’à présenter le mufti comme l’inspirateur de la solution finale.

    Complotisme et négationnisme

    La création de l’État hébreu va profondément changer les rapports entre les juifs et les autres communautés dans le monde arabe. Si, pour les sionistes, l’aboutissement du projet étatique est avant tout le fruit d’une volonté collective de plusieurs décennies, il apparaît aux yeux des Arabes comme une injustice liée à un génocide dont ils ne sont en aucun cas responsables. Les juifs du monde arabe n’accueillent pas forcément avec enthousiasme la naissance d’Israël. « Les communautés juives du monde arabe, surtout d’Égypte et d’Irak, n’étaient pas vraiment tentées au début par la migration vers la Palestine. Mais il y a eu deux facteurs qui ont encouragé ce mouvement. D’une part, la politique israélienne qui a tout fait pour les attirer, au point que le Mossad a organisé des attentats contre des synagogues pour leur faire peur. D’autre part, il y a une méfiance arabe qui s’est installée et qui faisait que les juifs pouvaient être perçus comme une sorte de 5e colonne », explique Tarek Mitri.

    Après la proclamation de l’indépendance d’Israël par David Ben Gourion, l’antisionisme va devenir dominant dans le monde arabe. Le sionisme apparaît comme un projet colonial avalisé par les puissances occidentales visant à déposséder les Arabes de leurs terres. La distinction devient très nette dans les discours entre juifs et sionistes. « Dans leurs discours, Nasser ou Arafat ne font pas d’amalgame entre sioniste et juif, bien au contraire. Au début de son combat, le projet politique de Arafat était d’instaurer un débat laïc et démocratique en Palestine où juifs, chrétiens et musulmans coexisteraient », explique Tarek Mitri.

    Le double sentiment d’injustice et d’humiliation que les Arabes ont vis-à-vis de l’État hébreu va toutefois être le moteur d’un antisémitisme qui va avoir un certain écho au sein des classes populaires arabes – où le terme juif est parfois utilisé comme une insulte – et va être largement relayé par les mouvements islamistes. Cela va être particulièrement visible à travers la propagation de deux phénomènes intimement liés : le complotisme et le négationnisme.

    « Les théories du complot qui sont dans le discours antisémite occidental ont pu facilement trouver un public dans le monde arabe, parce que, de fait, c’est une région qui a connu de vrais complots, à commencer par les fameux accords secrets Sykes-Picot », constate Gilbert Achcar. L’idée complotiste des protocoles des sages de Sion, qui attribuent aux juifs des plans de domination du monde, est largement répandue au sein du monde arabe. « Chez les islamistes, il y a eu un moment où on a ressuscité une vieille littérature parareligieuse qui ridiculise et avilie les juifs. Ils puisent dans les textes sacrés ce qui est de nature à susciter la méfiance ou même la haine à l’égard des juifs », note Tarek Mitri.

    Le négationnisme concernant l’Holocauste trouve aussi ses adeptes, même s’ils restent minoritaires. Dans un article publié en 1998 dans le Monde diplomatique, le grand intellectuel palestino-américain Edward Saïd s’indignait que « la thèse selon laquelle l’Holocauste ne serait qu’une fabrication des sionistes circule ici et là. Pourquoi attendons-nous du monde entier qu’il prenne conscience de nos souffrances en tant qu’Arabes si nous ne sommes pas en mesure de prendre conscience de celles des autres, quand bien même il s’agit de nos oppresseurs ? » ajoutait-il non sans une certaine verve. « La plupart des gens qui ont un peu de culture savent que la Shoah n’est pas une invention, mais un certain négationniste a pu trouver un écho favorable chez les gens étroits d’esprit, qu’ils soient ultranationalistes ou intégristes », dit Gilbert Achcar.

    Ce dernier insiste toutefois sur le fait qu’il n’y a pas d’antisémitisme propre au monde arabe, mais que la diffusion des thèses antisémites dans cette région n’est pas comparable à ce qui se passe en Occident. « Toute l’équation entre le monde occidental et le monde arabe est complètement faussée par le fait que les juifs étaient opprimés pendant des siècles en Europe, tandis que dans le monde arabe, ce qu’on peut qualifier de haine envers les juifs est surtout le produit d’une histoire moderne marquée par la présence d’un État oppresseur, qui insiste lui-même à se faire appeler État juif », résume Gilbert Achcar. Et Tarek Mitri de conclure, pour insister sur la nécessité de distinguer les deux termes dans le monde arabe : « Il y avait une résolution de l’Assemblée générale de l’ONU en 1975 qui disait que le sionisme était une forme de racisme et de discrimination. Elle a été révoquée en 1991, mais elle avait suscité un grand enthousiasme dans le monde arabe. »

    https://seenthis.net/messages/762373 via gonzo


  • Etonnant registre de mobilisation des environnementalistes libanais opposés au barrage de Bisri : l’ennoyage des traces supposées du Christ
    Barrage de Bisri : le CDR annonce l’arrivée d’une délégation d’archéologues français pour inspecter le site - S.B. - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1137072/le-cdr-annonce-larrivee-dune-delegation-darcheologues-francais-pour-i
    https://s.olj.me/storage/attachments/1138/125111_105705_large.jpeg

    Commentant le communiqué du CDR, Paul Abi Rached, président du Mouvement écologique libanais, qui suit de près ce dossier, indique à L’Orient-Le Jour que des lacunes peuvent y être décelées. « On y parle de l’église Mar Moussa qui sera transférée ailleurs en collaboration avec les autorités religieuses de la région, mais qu’en est-il des vestiges du couvent Sainte-Sophie à proximité, bien plus ancien puisqu’il est estimé qu’il a été bâti par l’empereur Constantin au IIIe siècle ? se demande-t-il. Or, la présence d’un couvent aussi important, dans un endroit aussi reculé, pose une question qui taraude des archéologues auxquels nous avons parlé : le Christ a-t-il emprunté cette voie, qui faisait partie de la route de la soie, pour se rendre à Damas ? Est-ce pour cela que le premier empereur chrétien a placé là et dans les environs des sanctuaires aussi importants ? S’il y a 1 % de chance que Bisri ait été sur la route du Christ, cela ne devrait-il pas pousser l’État à plus de recherches ? »

    #communautarisme #environnement #barrage #Liban #Bisri

    https://seenthis.net/messages/726348 via rumor


  • Activiste proche des #Pussy_Riot, fondateur du site https://zona.media qui informe sur les procès des défenseurs des droits de l’homme en Russie, Piotr Verzilov va un peu mieux mais souffre toujours des effets d’une vraisemblable tentative d’empoisonnement : https://www.lorientlejour.com/article/1134542/un-militant-des-pussy-riot-hospitalise-a-berlin.html

    https://seenthis.net/messages/722576 via ¿’ ValK.


  • Le cancer, un fléau en progression « alarmante » dans le monde - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1134425/le-cancer-un-fleau-en-progression-alarmante-dans-le-monde.html#

    Un homme sur cinq et une femme sur six dans le monde développeront un cancer au cours de leur vie, et un homme sur huit et une femme sur onze meurent de cette maladie. C’est ce qui ressort des derniers chiffres du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC/IARC), qui relève de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), rendus publics mercredi.

    #santé #cancer

    https://seenthis.net/messages/722342 via Sombre


  • Les élections libanaises au prisme des conflits régionaux
    https://orientxxi.info/magazine/les-elections-libanaises-au-prisme-des-conflits-regionaux,2461

    Lors des élections législatives du 6 mai 2018, les listes issues de la « société civile » contestant le système confessionnel libanais n’ont pas percé. Les grandes formations communautaires ont mené le jeu électoral. Mais les rapports de force entre elles ont changé, ce qui est suivi avec attention par les puissances extérieures. Le plafond de verre du #Confessionnalisme_libanais n’a pas été dépassé : la « révolution des ordures » de l’été 2015 n’a pas trouvé de traduction électorale. Les dizaines de milliers (...)

    #Magazine

    / #Liban, #Hezbollah, #Géopolitique, #Élections_législatives, #Chiites, #Sunnites, Confessionnalisme , Courant du (...)

    #Courant_du_futur
    « https://www.lorientlejour.com/article/1096444/paula-yacoubian-candidate-aux-legislatives-a-beyrouth.html »
    « https://libnanews.com/liban-legislatives-statistiques-voix-hezbollah-amal-cpl-fl-futur »
    « http://www.middleeasteye.net/analyses/l-tat-islamique-face-au-hezbollah-une-porte-d-entr-e-palestinienne-80 »
    « https://www.huffpostmaghreb.com/2017/05/21/riyad-des-travaux-du-somm_n_16740988.html »
    « https://www.lorientlejour.com/article/1108947/conference-cedre-les-prets-et-les-dons-obtenus-par-le-liban.html »
    « https://www.lesclesdumoyenorient.com/Liban-l-alliance-surprise-de-Samir-Geagea-et-de-Michel-Aoun.ht »
    « https://www.la-croix.com/Monde/Moyen-Orient/Au-Liban-Taymour-Joumblatt-nouveau-gardien-lheritage-Druzes-2017-03-20-120 »
    « http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/06/17/au-liban-l-adoption-d-une-nouvelle-loi-electorale-consacre-la-puissance-du-h »


  • الانتخابات النيابية اللبنانية وصراعات المنطقة
    https://orientxxi.info/magazine/article2470

    لم تحدث القوائم المنبثقة عن “المجتمع المدني” التي تعترض على النظام الطائفي اللبناني خرقا خلال الانتخابات النيابية التي جرت يوم 6 مايو/ أيار 2018 . لقد قادت التشكيلات الطائفية الكبرى اللعبة الانتخابية. غير أن موازين القوى بينها تغيرت، وهو ما تتابعه عن كثب عيون خارجية. لم يتم تجاوز السقف الزجاجي الطائفي اللبناني: لم تجد “ثورة القمامة” لصائفة 2015 ترجمة انتخابية لها. فعشرات الآلاف من المتظاهرين آنذاك كانوا ينددون بالتسيير السيئ للقاذورات من طرف الحكومة، كما كانوا ينددون أيضا ب“النظام الطائفي” اللبناني. وقد حاولت خلال الانتخابات البلدية في مايو/ أيار 2016 حركة (...)

    #Magazine

    / لبنان, حزب الله, جيوسياسة, انتخابات نيابية, شيعة, سُنَّة, طائفية , تيار المستقبل

    #لبنان #حزب_الله #جيوسياسة #انتخابات_نيابية #شيعة #سُنَّة #طائفية_ #_تيار_المستقبل
    « https://ar.wikipedia.org/wiki/%D8%A8%D9%88%D9%84%D8%A7_%D9%8A%D8%B9%D9%82%D9%88%D8%A8%D9%8A%D8%A7%D9 »
    « https://libnanews.com/liban-legislatives-statistiques-voix-hezbollah-amal-cpl-fl-futur »
    « http://www.middleeasteye.net/analyses/l-tat-islamique-face-au-hezbollah-une-porte-d-entr-e-palestinienne-80 »
    « https://www.huffpostmaghreb.com/2017/05/21/riyad-des-travaux-du-somm_n_16740988.html »
    « https://www.lorientlejour.com/article/1108947/conference-cedre-les-prets-et-les-dons-obtenus-par-le-liban.html »
    « https://www.lesclesdumoyenorient.com/Liban-l-alliance-surprise-de-Samir-Geagea-et-de-Michel-Aoun.ht »
    « https://www.la-croix.com/Monde/Moyen-Orient/Au-Liban-Taymour-Joumblatt-nouveau-gardien-lheritage-Druzes-2017-03-20-120 »


  • Syrie : scènes de pillage à Afrine après l’entrée des forces pro-turques
    AFP - 18/03/2018
    https://www.lorientlejour.com/article/1105587/syrie-scenes-de-pillage-a-afrine-apres-lentree-des-forces-pro-turques

    Des rebelles syriens alliés à Ankara se sont livrés dimanche à des pillages dans la ville kurde d’Afrine, dans le nord-ouest de la Syrie, après avoir pris avec les forces turques le contrôle de la cité, selon une ONG et des correspondants de l’AFP.

    Vidée de sa population de 350.000 habitants, la ville était le principal objectif de l’offensive lancée le 20 janvier par la Turquie pour chasser de sa frontière la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG). Cette faction qualifiée de « terroriste » par Ankara, est un allié précieux de Washington dans la lutte antijihadistes.

    Après l’entrée des forces turques et leurs supplétifs syriens dans la ville, les rebelles « ont commencé à piller les biens des habitants, ainsi que des bâtiments politiques et militaires, mais aussi des magasins », a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

    Des correspondants de l’AFP ont vu des magasins pillés, et des rebelles charger pêle-mêle dans des pick-up cartons de nourriture, chèvres, couvertures, et même des motos empilées les unes sur les autres, avant de quitter la ville.

    https://seenthis.net/messages/677535 via Loutre


  • Nouvelle étude de l’USJ : 3 % du territoire libanais abrite 79 % de sa flore ! - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1103674/nouvelle-etude-de-lusj-3-du-territoire-libanais-abrite-79-de-sa-flore
    https://s.olj.me/storage/attachments/1104/102840_567995_large.jpg

    Le Liban, considéré comme un point chaud de la biodiversité du bassin méditerranéen, se caractérise par une richesse floristique estimée à 2 612 espèces végétales, dont 108 sont endémiques (uniquement au Liban et nulle part ailleurs dans le monde). Cependant, l’urbanisation anarchique de la période de reconstruction post-guerre (1975-1991) ainsi que l’augmentation sans précédent de 30 % de sa population entre 2011 et 2013 ont largement contribué à la perte de biodiversité.

    L’affirmation que l’arrivée des réfugiés syriens a contribué à la dégradation de la biodiversité libanaise est complètement gratuite, manifestement en contradiction avec la carte qui montre des zones de bioversité principalement en montagne et dans les zones humides, alors que les réfugiés sont installés en ville et, dans la Beqaa, dans qqs zones agricoles où l’usage immodéré des pesticides a depuis longtemps toute biodiversité... Impossible si cette affirmation typiquement raciste vient du rédacteur de l’OJ ou de l’étude (ce qui ne m’étonnerait pas). Cela rappelle, il y a qqs mois, une étude gouvernementale accusant les réfugiés syriens des dysfonctionnements de l’électricité au Liban.
    #réfugiés #biodiversité #Liban #racisme

    https://seenthis.net/messages/674843 via rumor


  • L’humoriste Hicham Haddad poursuivi en justice pour avoir critiqué MBS - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1096261/lhumoriste-hicham-haddad-poursuivi-en-justice-pour-avoir-critique-mbs
    https://s.olj.me/storage/attachments/1097/22424299_1704753142892188_8945443543378341800_o_546028_large.jpg

    Le procureur général a demandé que des poursuites soient engagées contre l’humoriste libanais Hicham Haddad qui s’en était pris lors de son émission « Lahon W Bass » au puissant prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane, a rapporté jeudi la LBCI qui diffuse l’émission tous les mardis soir. Le procureur général du Mont-Liban, Ghada Aoun, a transféré la plainte devant le tribunal des imprimés.

    Lors de l’émission, M. Haddad tournait en dérision les prévisions pour 2018 du voyant Michel Hayek, lui faisant dire qu’il conseillait au prince de « manger moins de fast food » avant de commenter : « Avec tout ce qui passe dans la région, il lui conseille de manger moins de hamburgers ? Je lui conseille de mettre un terme aux campagnes, aux arrestations, aux frappes militaires.... »

    « Cette séquence avait pour objectif de tourner en dérision les prévisions de Michel Hayek (diffusées par la MTV la veille du Nouvel An)... », a écrit M. Haddad sur son compte twitter promettant de commenter plus longuement ces poursuites lors de sa prochaine émission. M. Haddad a republié la séquence qui fait polémique.

    L’ancien ministre Wi’am Wahhab (druze, prosyrien) a été le premier responsable à réagir.
    « Je conseille au procureur général de ne pas s’aventurer en engageant des poursuites contre Hicham Haddad s’il ne peut pas faire de même à l’encontre de ceux qui insultent la Syrie et les autres pays frères », a-t-il écrit sur son compte Twitter, appelant à appliquer la loi à tous.

    Je ne suis pas un fan mais il faut reconnaître que seul le #liban peut s’offrir ce genre de débat public dans la région (à part l’inévitable « seule démocratie de la région » justement).

    https://seenthis.net/messages/663187 via gonzo


  • Ambassade du Liban à Jérusalem : projet ambitieux ou surenchère politique ?
    Yara ABI AKL | OLJ | 15/12/2017
    https://www.lorientlejour.com/article/1089641/ambassade-du-liban-a-jerusalem-projet-ambitieux-ou-surenchere-politiq

    Au lendemain de l’appel lancé par l’Organisation de la coopération islamique (OCI) à reconnaître Jérusalem-Est comme capitale de la Palestine en réponse à la décision américaine de considérer la Ville sainte capitale d’Israël, le chef de la diplomatie, Gebran Bassil, a voulu aller plus loin. Il a soumis au Conseil des ministres tenu hier à Baabda une demande d’ouverture d’une ambassade du Liban (auprès de la Palestine) à Jérusalem.

    Mais le gouvernement s’est contenté de former une commission ministérielle pour étudier cette proposition. De source informée, on apprend que ce comité présidé par le chef du gouvernement, Saad Hariri, comprend les ministres : Gebran Bassil, Salim Jreissati (Justice, bloc aouniste), Ali Hassan Khalil (Finances, Amal), Mohammad Fneich (Jeunesse et Sports, Hezbollah), Marwan Hamadé (Éducation, bloc Joumblatt) et Nouhad Machnouk (Intérieur, courant du Futur).

    Si la proposition de M. Bassil, qui intervient une semaine après la décision américaine, tend à montrer que le Liban officiel reste à la pointe du combat pour la cause palestinienne, il n’empêche qu’aux yeux de nombreux observateurs, elle reflète surtout un manque de réalisme politique. « Une décision d’une aussi grande importance devrait être exécutée en collaboration avec d’autres pays, et non d’une manière unilatérale », déclare à L’Orient-Le Jour un ministre qui a requis l’anonymat. Se félicitant de ce qu’il appelle « une bonne idée » présentée par Gebran Bassil, le ministre a mis en garde contre la « surenchère politique » qui ressort de telles initiatives.

    ““““““““““““““““““““““““““““““““

    Ambassade du Liban à Jérusalem : la proposition de Bassil, plus morale que pratique...
    Khalil FLEYHANE | OLJ | 15/12/2017
    https://www.lorientlejour.com/article/1089642/la-proposition-de-bassil-plus-morale-que-pratique.html

    La proposition du ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, d’établir une ambassade du Liban à Jérusalem-Est et de reconnaître, de ce fait, Jérusalem comme capitale de la Palestine est plus « morale que pratique », selon Sami Baroudi, professeur en sciences politiques à la Lebanese American University (LAU).
    « La suggestion de M. Bassil va à l’encontre de l’accord de Genève (établi en 2003 et qui prévoit entre autres le partage de la souveraineté sur Jérusalem qui serait la capitale des deux États palestinien et israélien) et d’une décision du Conseil de sécurité de l’ONU en 1980 qui interdit la création d’ambassades à Jérusalem », souligne M. Baroudi, interrogé par L’Orient-Le Jour.

    Le chef de la diplomatie a proposé hier au président palestinien, Mahmoud Abbas, un échange de terrains entre le Liban et la Palestine, afin de pouvoir créer l’ambassade en question, ainsi qu’une ambassade palestinienne à Beyrouth. M. Abbas lui aurait promis d’œuvrer rapidement afin d’octroyer au Liban une parcelle de terrains à Jérusalem-Est.(...)

    https://seenthis.net/messages/652401 via Loutre


  • Lieberman qualifie des députés arabes de «criminels de guerre» - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1089020/lieberman-qualifie-des-deputes-arabes-de-criminels-de-guerre.html

    Un ministre israélien a qualifié lundi des députés arabes de « criminels de guerre » un jour après avoir appelé au boycott économique d’une région du nord, où des Arabes israéliens avaient protesté contre la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

    Le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman s’exprimait lors d’un débat parlementaire télévisé sur une motion de censure déposée par la Liste unie, une coalition de formations arabes qui représente le troisième groupe au Parlement israélien.

    En présentant cette motion, la députée de cette liste, Haneen Zoabi, a estimé que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu « devrait être jugé devant la Cour pénale internationale à La Haye, parce que c’est un criminel de guerre ». « L’occupation est toujours (...) violente, illégitime et basée sur des crimes de guerre », a-t-elle ajouté, en référence à l’occupation depuis 50 ans des territoires palestiniens par Israël.

    « Vous tous, à la Liste unie, vous êtes des criminels de guerre », a rétorqué M. Lieberman, s’adressant aux membres de cette alliance qui compte douze membres arabes et un juif. « Vous exploitez les faiblesses et les avantages d’un Etat démocratique pour nous détruire de l’intérieur », a-t-il ajouté. « Vous êtes ici par erreur et le temps viendra où vous ne serez plus là », a-t-il encore lancé.

    #alliés #seule_démocratie #terre_promise

    https://seenthis.net/messages/651853 via gonzo


  • Le premier ministre libanais, Saad Hariri, annonce sa démission
    http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/11/04/le-premier-ministre-libanais-saad-hariri-annonce-sa-demission_5210238_3218.h

    Le premier ministre libanais, Saad Hariri, a annoncé sa démission, samedi 4 novembre, à la surprise générale. Il a accusé le Hezbollah chiite et son allié iranien de « mainmise » sur le Liban et a affirmé avoir peur d’être assassiné.

    « J’annonce ma démission du poste de premier ministre », a ainsi déclaré M. Hariri, qui se trouve actuellement en Arabie saoudite, dans un discours retransmis par la chaîne satellitaire Al-Arabiya. Selon les informations du Monde, un des conseillers de M. Hariri lui avait déjà suggéré de démissionner il y a quelques semaines, mais l’idée avait alors été écartée.

    « L’Iran a une mainmise sur le destin des pays de la région (…). Le Hezbollah est le bras de l’Iran non seulement au Liban mais également dans les autres pays arabes », a dénoncé le premier ministre démissionnaire. Et « ces dernières décennies, le Hezbollah a imposé une situation de fait accompli par la force de ses armes », a-t-il ajouté.

    Bien entendu, le Monde-avec-AFP (ainsi que l’ensemble des médias francophones) qualifie la démission de Hariri de « totalement inattendue »… Si ces gens faisaient un tout petit peu leurs devoirs, ils sauraient que le renversement du gouvernement et la mise en accusation du Hezbollah ont été très clairement annoncés lundi par les Séoudiens :
    https://seenthis.net/messages/641376
    que Hariri s’était déjà rendu en Arabie séoudite ce même lundi, et y et retourné hier :
    https://www.lorientlejour.com/article/1081985/hariri-se-rend-a-nouveau-en-arabie-saoudite.html

    Le chef du gouvernement libanais se rend à Riyad pour une visite de travail. Lors de son dernier déplacement, il avait été reçu par le prince héritier saoudien, Mohammad Ben Salmane. M. Hariri avait affirmé être totalement en phase avec Riyad pour ce qui a trait à la stabilité du Liban.

    https://seenthis.net/messages/642308 via Nidal


  • Première étape de la bataille du jurd : mission accomplie pour le Hezbollah - Scarlett HADDAD - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1064003/premiere-etape-de-la-bataille-du-jurd-mission-accomplie-pour-le-hezbo

    Dès le départ, le jurd a donc été divisé militairement en deux, la région contrôlée par Daech, au Nord, et celle contrôlée par al-Nosra et Saraya Ahl ech-Cham, plus au sud, face à Ersal. La seconde zone était toutefois considérée prioritaire en raison de sa proximité avec les camps de déplacés syriens installés autour de Ersal qui abritent près de 100 000 personnes. Le Hezbollah considérait ainsi que le Front al-Nosra a plus d’influence au sein de ces camps que Daech, et c’est pourquoi il lui semblait primordial de couper le lien géographique entre le jurd et les camps. De plus, la dernière opération préventive de l’armée dans les camps d’el-Nour et Qariyé a montré que les combattants d’al-Nosra ont pu se cacher dans ces camps avant de se faire exploser au milieu des civils. Aussitôt, des contacts diplomatiques et sécuritaires ont été entrepris pour préparer le terrain politique à une éventuelle opération. Des négociations ont été ainsi menées avec les responsables des combattants pour étudier la possibilité d’une reddition sans combat, avec un retrait des combattants vers Idleb ou Raqqa. Avec le chef local d’al-Nosra Abou Malek al-Tallé, les négociations ont échoué à la dernière minute en raison des conditions que ce dernier avait posées. Il ne restait donc plus d’autre choix que de passer à l’action militaire. Les rôles ont été distribués de manière à éviter de coincer l’armée libanaise sur le terrain en la plaçant en confrontation directe avec les combattants. Son rôle se limitera donc à empêcher l’infiltration des combattants vers le Liban et plus particulièrement vers les camps, tout en empêchant d’éventuels sympathisants des combattants dans les camps de bouger. De même, des contacts ont été entrepris avec des parties régionales et internationales pour assurer un minimum de couverture à l’opération. Le Qatar, qui revoit actuellement ses positions sur l’ensemble des dossiers régionaux, a montré de l’indifférence, alors que l’Arabie saoudite ne s’est pas opposée, sachant qu’al-Nosra est considérée comme étant appuyée par le Qatar. Sollicités, les Américains ont aussi adopté « une neutralité tacite » et des contacts ont été entrepris avec les organisations palestiniennes pour éviter un éventuel mouvement de protestation dans les camps. L’opération a donc été menée par le Hezbollah du côté libanais, et par les soldats syriens du côté syrien, selon le plan établi avec toutefois une rapidité inespérée. Les combattants de Saraya Ahl ech-Cham ont rapidement négocié leur retrait, alors que ceux d’al-Nosra sont poussés dans leurs derniers retranchements et que le lien géographique avec les camps autour de Ersal a été en principe coupé. C’est donc une victoire foudroyante qui a été enregistrée, pour le Hezbollah, mais aussi pour le Liban.

    Reste maintenant la seconde étape. Selon la source sécuritaire précitée, des négociations indirectes se poursuivent avec les représentants de Daech pour trouver un accord sur leur retrait de la zone qu’ils contrôlent sans combat. Si elles échouent, l’opération militaire aura forcément lieu, mais selon le timing choisi par les différents protagonistes, le Hezbollah, l’armée syrienne, mais aussi l’armée libanaise. Cette opération pourrait aussi être reportée, sachant que la priorité absolue était de pacifier le jurd de Ersal contrôlé par al-Nosra parce qu’il est en contact direct avec les camps de déplacés syriens dans le secteur, eux-mêmes reliés à la bourgade de Ersal.

    https://seenthis.net/messages/617402 via assalam12


  • Le Hezbollah annonce le début de la bataille du jurd de Ersal - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1063393/le-hezbollah-annonce-le-debut-de-la-bataille-du-jurd-de-ersal.html

    La bataille contre les jihadistes retranchés dans le jurd de Ersal, à la frontière avec la Syrie, a commencé, a annoncé tôt vendredi matin le « média de guerre », affilié au Hezbollah.

    Cette bataille était imminente, selon divers milieux. L’armée libanaise, qui elle aussi combat les jihadistes dans ce secteur, n’a quant à elle fait aucune annonce concernant le début des affrontements.

    « La bataille qui vise à nettoyer le jurd de Ersal et du Qalamoun (chaîne montagneuse entre le Liban et la Syrie) des éléments terroristes armés a commencé », a indiqué le « média de guerre ». Il a précisé que le Hezbollah vise à l’artillerie lourde et avec des missiles des positions du Front Fateh el-Cham (ex-Front al-Nosra) situées dans Dahr al-Hawa, Kanzah, et sur les hauteurs de Wadi al-Khayl et Chaabat al-Nahlé, dans la région aride de Ersal. Il n’est pas clair si les jihadistes du groupe Etat islamique étaient également ciblés par le Hezbollah, mais selon les médias affiliés au parti chiite, ce groupe jihadiste était visé par les raids de l’aviation syrienne.

    https://seenthis.net/messages/616446 via assalam12


  • En quelques heures, les tensions internationales montent d’un cran en Syrie - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1057941/en-quelques-heures-les-tensions-internationales-montent-dun-cran-en-s

    L’aviation américaine abat un chasseur syrien, des affrontements ont lieu entre les troupes gouvernementales et les rebelles soutenus par les Etats-Unis, l’Iran annonce des tirs de missiles dans la région de Deir ez-Zor.

    https://seenthis.net/messages/608113 via gonzo