SwissLeaks ou la grande évasion, par Ibrahim Warde (Le Monde diplomatique, mars 2015)

/52733

  • Rappel des épisodes précédents - « #SwissLeaks ou la grande évasion », par Ibrahim Warde (mars 2015)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2015/03/WARDE/52733 #st

    Partout l’ambivalence règne. M. Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, s’est engagé à faire de la lutte contre l’évasion et la fraude fiscales en Europe une de ses priorités. Mais, en dix-neuf ans à la tête du gouvernement luxembourgeois, il n’a cessé d’encourager les multinationales à verser à son pays quelques dizaines de milliards d’impôts, en dépouillant les autres Etats européens de centaines de milliards de recettes fiscales leur revenant. Une anecdote suffit pour saisir l’ampleur de la fraude. En août 2009, M. Eric Woerth, le ministre du budget français, annonçait détenir une liste de trois mille évadés fiscaux présumés. Dans l’espoir d’éviter les sanctions, quatre mille sept cent vingt-cinq contribuables se sont alors déclarés auprès des pouvoirs publics pour régulariser leur situation. Parmi eux, seuls soixante-huit figuraient sur le document de Bercy.

    #évasion_ficale #panamaleaks #panama_papers

    • Juste pour mémoire, il y a tant de candidats au « retour fiscal » qu’il faudra plusieurs années pour régulariser ce beau monde. Mais il n’est pas venu à l’esprit de nos dirigeants d’embaucher du personnel. Apparemment, Bercy n’a pas besoin d’argent.
      A part ça, le choix de Juncker pour diriger l’Europe en dit long sur la détermination de Merckel, qui l’a nommé, à glisser sous le tapis le dossier de l’évasion fiscale. Cette dernière a aussi signé un accord « d’amende forfaitaire annuelle », avec la Suisse, pour permettre aux allemands de continuer à frauder avec la complicité des banques helvétiques. Sauf que, pas de chance, Obama a shooté dans la fourmilière. C’est la vraie raison de la panique, et non les listings de Woerth, qui ne sont d’ailleurs pas exploités à ma connaissance (MAM voulait même les rendre !!).
      Le montant annuel de l’évasion fiscale et sociale est évalué à 80 Milliards. (pour mémoire : Impôt sur le revenu : 50 milliards).
      Montant, en pourcentage moyen du bénéfice, de l’IS payé par les sociétés du Cac hors nationalisées, ou semi nationalisées : 8%.
      IS des PME : 33% + 2 à 3% (décalage entre bénéfice comptable et bénéfice fiscal)
      Montant, en pourcentage des revenus, de l’IR de Liliane Bettencourt : Entre 4 et 8% selon les années. Moins qu’un agent de maîtrise. Sa fortune est de l’ordre de 25 milliards.

      Si vous voulez payer moins d’impôts, faites fortune.