BRIC : la fin d’un acronyme ?

/77263-bric-la-fin-dun-acronyme

  • BRIC : la fin d’un acronyme ? | IRIS
    http://www.iris-france.org/77263-bric-la-fin-dun-acronyme
    http://www.iris-france.org/wp-content/themes/iris-th/images/logo-share-fb.jpg

    Depuis l’invention de l’acronyme BRIC, en 2001, par l’économiste Jim O’Neill, pour désigner cet ensemble de pays émergents à fort potentiel de croissance, que de chemin parcouru pour le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine… Ces pays pesaient environ 21,5 % du PIB mondial en 2014 (PIB courant en dollars), contre moins de 8 % en 2000. Durant les années 2000, leur dynamique a permis de soutenir la croissance mondiale et d’instaurer une recomposition de la division internationale des échanges. Les BRIC ont progressivement remplacé les anciennes locomotives économiques (Etats-Unis, Japon, Europe) en s’offrant même, de prime abord, un « certain » partage sectoriel international : au Brésil et à la Russie un pouvoir de marché sur les matières premières énergétiques, minérales et alimentaires, à la Chine une spécialisation marquée dans le secteur manufacturier et industriel et, enfin, à l’Inde une affirmation de son poids dans le secteur des services.

    La gestion de la crise des subprimes a renforcé cette croyance puisqu’excepté la Russie en 2009, les BRIC ont conservé de forts taux de croissance dans un environnement économique pourtant déprimé. Ensemble, ils ont ainsi contribué à environ 1/3 de la croissance mondiale entre 2000 et 2010 (en dollars constants [1]) et ont largement porté la dynamique économique internationale sur la période 2010-2013. Pourtant, à la lumière de récents événements (décélération marquée en Chine, récession au Brésil et en Russie), une double interrogation s’impose : le processus de développement économique des BRIC n’est-il pas en train de connaitre un point de rupture ? Les BRIC peuvent-ils survivre au ralentissement économique observé en Chine ?

    Quelle unicité des BRIC ?

    Concentrant près de 40 % de la population mondiale, les BRIC sont tous, sans exception, de grands pays qui se sont appuyés sur un Etat bâtisseur et un secteur public proéminent pour impulser leur développement. Aucun (excepté la Russie au début des années 2000) n’a d’ailleurs particulièrement suivi les recommandations économiques des institutions financières internationales (Fonds monétaire international, Banque mondiale) en matière de croissance économique et de développement… Tous ont bénéficié d’une politique marquée d’investissements directs étrangers (IDE) : leur part dans les flux mondiaux d’IDE est ainsi passée de 6 % en 2000 à 12 % en 2005, pour atteindre plus de 20 % des flux totaux en 2014. Ils sont également tous membres de l’Organisation mondiale du commerce (le Brésil et l’Inde depuis 1995, la Chine en 2001 et la Russie en 2012) et ont ainsi profité de la libéralisation des échanges internationaux pour s’insérer dans le village mondial. Certains - on pense notamment à la Chine - se sont aidés de politiques commerciales agressives et ambitieuses, notamment en matière de politique de change et de politiques fiscales pour stimuler les IDE sur leur territoire. D’un point de vue démographique, deux membres des BRIC (la Chine et le Brésil) ont bénéficié d’une fenêtre d’opportunité [3] sur la dernière décennie et l’Inde devrait commencer à toucher son dividende démographique dans les années qui viennent. L’âge médian de la population du Brésil, de la Chine et de l’Inde était ainsi respectivement de 29 ans, 35 ans et 26 ans en 2010, contre 44 ans pour l’Allemagne et 45 ans pour le Japon.

    La situation démographique montre pourtant, à elle seule, combien les BRIC restent hétérogènes et ne peuvent être analysés comme une seule et même entité. En effet, si la Chine est appelée à rejoindre prochainement la Russie dans le groupe des pays en futur déclin démographique, le Brésil fermera, lui, sa fenêtre d’opportunité d’ici 2025, tandis que l’Inde bénéficiera encore plusieurs décennies d’une population jeune, favorable à son développement économique [3]. D’un point de vue purement économique, l’hétérogénéité des BRIC n’est plus à démontrer tant le développement économique est en partie fonction des histoires propres à chacun : part de l’investissement dans le PIB, taux d’épargne, dotations factorielles, positionnement sectoriel, stock d’IDE, dette des acteurs économiques… Reste une certitude : derrière des taux de croissance supérieurs à la moyenne mondiale durant les années 2000, ces pays ont clairement affiché une volonté commune (et concurrente) de devenir des puissances globales !

    Contraintes communes versus dynamiques différenciées

    Aujourd’hui, les BRICS peuvent-ils être toujours considérés comme les relais de croissance des pays développés ? Un à un, ils « déçoivent » : la Chine a enregistré une croissance annuelle de 6,9 % pour l’année 2015, la plus faible depuis près de 25 ans ! Ce ralentissement s’est conjugué à une volatilité accrue de ses marchés financiers (effondrement boursier durant l’été 2015 et l’hiver 2016). De leur côté, le Brésil (-3,8 %) et la Russie (-3,7 %) s’enfoncent dans la récession et les récents développements observés sur les marchés pétroliers tout comme les évènements institutionnels et politiques n’invitent pas à l’optimisme à court et moyen terme. Seule l’Inde (7,3 %) affiche un dynamisme supérieur à l’ensemble de ses partenaires d’acronyme. Les BRIC sont ainsi soumis à deux types de transition : le premier, lié à un environnement international marqué par l’effondrement des prix du pétrole et, plus généralement, des matières premières, dans un contexte de ralentissement mondial et chinois ; le second, interne, lié aux dynamiques nationales.

    #Bric