• À ces femmes-là
    https://la-bas.org/5437

    Dans ses Chroniques de Mai 68, l’écrivaine Mavis Gallant remarquait que la vente de livres à Paris avait bondi de 40 % en mai et juin 1968. On ne sait pas encore si les « gilets jaunes » ont acheté beaucoup de bouquins, en tout cas ils se renseignent, ils se documentent, ils s’informent, dans la vraie vie ou en ligne, sur les réseaux sociaux ou sur le site Là-bas si j’y suis ! Pour celles et ceux qui achètent encore des bouquins, en voici deux qu’on vous conseille, et pas seulement parce que Gérard Mordillat en est l’auteur.Continuer la lecture…

    #Vidéo #Mordillat_mord #Culture
    https://la-bas.org/IMG/arton5437.jpg?1550145965


  • Tomi Ungerer, si je deviens aveugle un jour…
    https://la-bas.org/5431

    Tous les enfants et les anciens enfants connaissent par cœur ses livres et ses dessins. Il en laisse des milliers. Cheveux blancs, chapeau noir, gueule superbe, et cette dent qui se débine, les médias en boucle saluent l’artiste Tomi Ungerer, le « conteur engagé ». Mais engagé dans quoi ? En hommage fraternel, voici la réponse en quelques dessins qui redonnent du goût au mot « subversion ».Continuer la lecture…

    #Articles #Mémoire #Culture #Portrait
    https://la-bas.org/IMG/arton5431.jpg?1549898603


  • Un #JACCUSE glaçant venu du Rap demande la démission de Castaner.
    https://nantes.indymedia.org/articles/44488

    Le titre #JACCUSE et son clip venu de l’underground hip hop militant est un florilège de violences policières filmées lors des manifestations des #gilets_jaunes, le texte librement adapté du J’accuse de Zola un pamphlet contre le président de la République E.Macron et son Ministre de l’intérieur C.Castaner.

    #Répression #Resistances #/ #quartiers #populaires #culture #anti-repression #art #paris #Répression,Resistances,/,quartiers,populaires,culture,anti-repression,art,gilets_jaunes

    https://seenthis.net/messages/758769 via nantes.indymedia.org


  • [Nantes - du 7 au 10 fev] Contre les répressions : se rencontrer, s’informer, s’organiser
    https://nantes.indymedia.org/articles/44445

    CONTRE LES RÉPRESSIONS : SE RENCONTRER, S’INFORMER, S’ORGANISER ;Du 7 au 10 février 2019, à La Dérive / 1, rue du Gué Robert, #Nantes.

    ACTE I – Jeudi 7 février / 19 heures -> Faire face à la prison ACTE II – Vendredi 8 février / 19 heures -> Faire face aux frontières ACTE III – Samedi 9 février / 19 heures -> Faire face à la police et à la justice ACTE IV – Dimanche 10 février -> Faire face au dimanche

    #/ #prisons #centres #de #rétention #culture #anti-repression #art #immigration #sans-papieres #frontieres #/,prisons,centres,de,rétention,culture,anti-repression,art,immigration,sans-papieres,frontieres

    https://seenthis.net/messages/758137 via nantes.indymedia.org


  • Gilets jaunes, lives et vidéos : « On assiste à l’émergence d’un contre-pouvoir médiatique important »
    André Gunthert, maître de conférence en histoire visuelle à l’Ehess, analyse pour Marianne l’influence qu’ont eu les lives et les vidéos dans le mouvement des gilets jaunes, creusant l’écart entre internautes, médias traditionnels et alternatifs.
    https://www.marianne.net/societe/gilets-jaunes-lives-et-videos-assiste-l-emergence-d-un-contre-pouvoir-medi
    https://www.marianne.net/sites/default/files/styles/mrn_article_large/public/080_hl_acornu_681879.jpg

    Les gens qui ont confiance en leur gouvernement et leurs médias ne construisent pas de théorie du complot car celle-ci nécessite un effort, une recherche d’information, une critique. Il est beaucoup plus facile de regarder les dix minutes de synthèse des chaînes d’information, faites par des pros, consommables et prête à l’emploi. Quand les gens prennent un chemin plus difficile, c’est qu’ils ont de bonnes raisons.

    #GiletsJaunes #gilets_jaunes #decryptage #medias #theorie_du_complot #education_populaire #critique_des_medias #cultire_visuelle #contrepouvoir

    https://seenthis.net/messages/758148 via ¿’ ValK.


  • La bataille du libre, un #Documentaire contributopique !
    https://framablog.org/2019/01/24/la-bataille-du-libre-un-documentaire-contributopique

    Nous avons eu la chance de voir le nouveau documentaire de Philippe Borrel. Un conseil : ne le loupez pas, et surtout emmenez-y vos proches qui ne comprennent pas pourquoi vous les bassinez avec « vos trucs de libristes, là »… Ce n’est … Lire la suite­­

    #Communs #Contributopia #ciné #Cinema #Communaute #contributopia #Culture #Degooglisons #Film #GAFAM #Internet #Librevolution #PlanetEdu #Politique #RezoTIC #Video


  • Le projet de loi justice, une bombe antidémocratique
    https://www.liberation.fr/debats/2019/01/21/le-projet-de-loi-justice-une-bombe-antidemocratique_1704396

    Le 15 janvier, les avocats, rejoints par l’ensemble des professionnels du domaine, ont de nouveau manifesté contre le projet de loi réformant la justice adopté en première lecture à l’Assemblée nationale. Loin d’être un combat corporatiste, cette manifestation, comme tant d’autres, permet de faire entendre des voix qui n’ont pas été écoutées dans le cadre d‘une réforme qui vient une fois de plus ébranler notre pacte social.

    Ce droit de manifester, garanti dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, subit pourtant depuis de nombreuses années des attaques régulières des pouvoirs publics. En rétablissant une loi anticasseurs datant de 1970, le gouvernement actuel contribue à une longue liste d’atteintes que l’on considère, à juste titre, comme l’une des garanties fondamentales des libertés publiques. Ainsi,

    – la loi du 2 mars 2010 renforçant la lutte contre les violences de groupe permet aujourd’hui les interventions préventives et les placements en garde à vue des manifestants à l’occasion des différents actes qui rythment nos samedis depuis dix semaines ;

    – La loi renseignement du 24 juillet 2015 étend la collecte des données non seulement aux affaires de terrorisme et de criminalité organisée, mais également aux « violences collectives de nature à porter gravement atteinte à la paix publique », donc potentiellement à de simples manifestations ;

    – La loi relative à la sécurité publique du 28 février 2017 renforce les pouvoirs des forces de l’ordre notamment en aggravant les sanctions pour les faits de rébellion ou de refus d’obtempérer.

    Ces réformes permettent de confondre militants, manifestants, casseurs, criminels, terroristes, et d’utiliser les moyens d’enquête et d’investigation les plus intrusifs : c’est par ces atteintes aux libertés individuelles que les pouvoirs publics répriment aujourd’hui le mouvement social.
    L’état d’urgence dans la loi ordinaire

    Il en est de même des lois de juin 2016 et d’octobre 2017 qui intègrent les principales dispositions de l’état d’urgence dans la loi ordinaire, qui donnent lieu à des assignations à résidence, des perquisitions sous l’autorité administrative et non plus judiciaire, ce y compris pour des militants sans aucun lien avec le terrorisme pour peu que le ministre de l’Intérieur estime qu’il « existe des raisons sérieuses de penser que le comportement d’un individu constitue une menace d’une particulière gravité pour la sécurité et l’ordre public ».

    A lire aussi : Manifestations : les libertés passent par la casse fichier

    Autrement dit : ces réformes sont autant de manières de rendre inopérants les garde-fous imposés à l’exercice d’un pouvoir qui depuis dix semaines semble plus enclin à répondre de manière guerrière plutôt que politique aux revendications du peuple. Peut-on en effet encore dire que les récents blessés à l’occasion de l’usage d’armes par les forces de l’ordre ont eu droit à une réponse proportionnée, principe de base de notre justice, à leur présence sur les lieux ?

    Alors que les luttes sociales et politiques convergent, il est urgent que l’opinion publique mesure ce que cette énième réforme de la justice a d’attentatoire aux libertés publiques, et en quoi elle nous concerne tous, justiciables, avocats mais surtout citoyens, car nous sommes tous susceptibles un jour de répondre de nos actes devant des juges :

    – Les écoutes téléphoniques et les mesures de géolocalisation seront désormais possibles pour la plupart des délits ;

    – Ces mesures pourront désormais être prises sous la seule autorisation du procureur de la République en cas d’urgence ;

    – Les techniques spéciales d’enquêtes pour la plupart des délits seront généralisées et étendues, alors qu’elles étaient jusque-là réservées aux menaces terroristes ou à la criminalité organisée ;

    – Le gardé à vue ne sera présenté que de manière facultative au procureur de la République lors de la prolongation de la garde à vue ;

    – La notification des droits du gardé à vue se fera sous forme d’enregistrement sonore et non plus par écrit, rendant la vérification des formalités essentielles de privation de liberté difficiles ;

    – Une Cour criminelle départementale sera créée pour juger principalement des viols, ce qui tend à considérer le viol comme un crime de seconde zone, en contradiction avec la prétendue sensibilisation du gouvernement sur les atteintes faites aux femmes ;

    – Il pourra être imposé aux victimes de déposer leur plainte de manière électronique, les privant ainsi de l’accueil humain, accroissant les possibilités de détresse et de solitude.

    Ces principales mesures qui concernent le domaine pénal ne sont pas les seules à être critiquées par les professionnels de la justice et du droit, puisque le gouvernement s’est également attaché à modifier les conditions d’accès à la procédure civile, la rendant :

    – plus coûteuse : recours obligatoire à des mesures préalables de médiations payantes pour les « petits litiges » ;

    – plus lointaine : la fusion des tribunaux d’instance et des tribunaux de grande instance ;

    – moins humaine : les décisions pour les injonctions de payer seront rendues par des algorithmes.

    Le gouvernement actuel, qui prétend tenir sa légitimité d’une défense de la démocratie, participe à déconstruire l’un de ses piliers historiques. A l’heure où les citoyens veulent agir, redevenir maîtres de leur destin, lutter contre les injustices sociales et s’emparer d’une démocratie qui, par un paradoxe fou, ne leur appartient plus, ils doivent prendre la mesure de ces nouvelles régressions des droits et des libertés pour défendre l’un des biens les plus précieux de notre démocratie : la justice !

    #justice #injustice #culture_du_viol #domination_masculine

    https://seenthis.net/messages/753983 via mad meg


  • Vive les ronds-points !
    https://la-bas.org/5404

    Si les « gilets jaunes » étaient un film, lequel serait-il ? Un film révolutionnaire sans doute, mais peut-être aussi un « film de bande » : l’un de ces films où un collectif improvisé va faire quelque chose dont il se croyait incapable, comme The Full Monty, Les Virtuoses, Les Champions ou Le Grand bain. Des films dont la matrice est peut-être La Belle équipe, avec Jean Gabin et Charles Vanel. Sorti en 1936, le film présentait à l’origine une fin jugée « pessimiste » par le producteur. Après avoir recueilli l’avis des premiers spectateurs, le producteur demanda au réalisateur Julien Duvivier de tourner une autre fin, censée être plus heureuse. C’est finalement avec cette deuxième fin que fut exploité le film. Avec les « gilets jaunes, », la fin de l’histoire reste encore à écrire…Continuer la (...)

    #Vidéo #Mordillat_mord #Culture
    https://la-bas.org/IMG/arton5404.jpg?1547560812


  • Une nouvelle Constitution à #Cuba
    http://www.medelu.org/Une-nouvelle-Constitution-a-Cuba

    Cuba, l’Assemblée nationale du pouvoir populaire (ANPP) a voté à l’unanimité, le 22 juillet 2018, un projet de nouvelle Constitution. Ce projet, comportant 224 articles, a été soumis pendant trois mois – du 13 août au 15 novembre 2018 – à un grand débat national. Environ 7,5 millions de citoyens (sur 11 millions d’habitants) ont participé à quelque cent dix mille discussions dans chaque quartier, chaque entreprise et chaque université du pays. Ils ont proposé des amendements à environ 60% des articles. (...)

    Actualités

    / A la Une, Cuba, #Raul_Castro


  • 10 ans que Populi-Scoop est en ligne : l’escale du marcheur qui ne se retourne pas
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3407

    Notre grand sondage 2019 durera toute année. Il se présente avec plusieurs rubriques qui questionnent nos lecteurs. Les internautes qui veulent bien nous aider afin de nous améliorer et de parfaire notre démarche. C’est à l’occasion de notre 10ème anniversaire, que nous avons voulu avoir une idée directement des lecteurs, après tant d’année de présence en ligne. Répondez à notre sondage. Il y a une décennie Populi-Scoop a été mis en ligne, avec la promesse de créer une tribune de presse alternative. (...)

    Culture et Arts : La critique, l’information et les sorties culturelles.

    / journaliste, poète, poésie, livre, écrits, Afrique, Monde Arabe, islam, Maghreb, Proche-Orient,, #arts,_culture,_littérature,_cinéma,_critique,_performances,_styles, Maghreb, Algérie, Tunisie, Maroc, Libye, Africa, (...)

    #Culture_et_Arts_:La_critique,_l’information_et_les_sorties_culturelles. #_journaliste,_poète,_poésie,_livre,_écrits #Afrique,_Monde_Arabe,_islam,_Maghreb,_Proche-Orient, #Maghreb,_Algérie,_Tunisie,_Maroc,_Libye,_Africa,_population,_société


  • 10 ans que Populi-Scoop est en ligne : l’escale du marcheur qui ne se retourne pas
    https://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3407

    Notre grand sondage 2019 durera toute année. Il se présente avec plusieurs rubriques qui questionnent nos lecteurs, ceux qui veulent bien nous aider pour s’améliorer, sur notre démarche. C’est à l’occasion de notre 10ème anniversaire, que nous avons voulu avoir idée de ses lecteurs, après tant de temps en ligne. Répondez à notre sondage. Il y a une décennie Populi-Scoop a été mis en ligne, avec la promesse de créer une tribune de presse alternative. Nous avons toujours souhaité traiter des sujets (...)

    Culture et Arts : La critique, l’information et les sorties culturelles.

    / journaliste, poète, poésie, livre, écrits, Afrique, Monde Arabe, islam, Maghreb, Proche-Orient,, #arts,_culture,_littérature,_cinéma,_critique,_performances,_styles, Maghreb, Algérie, Tunisie, Maroc, Libye, Africa, population, (...)

    #Culture_et_Arts_:La_critique,_l’information_et_les_sorties_culturelles. #_journaliste,_poète,_poésie,_livre,_écrits #Afrique,_Monde_Arabe,_islam,_Maghreb,_Proche-Orient, #Maghreb,_Algérie,_Tunisie,_Maroc,_Libye,_Africa,_population,_société



  • #Wikileaks avertit sur 140 choses que les journalistes ne devraient pas dire à propos d’Assange
    https://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3401

    Nombreux mensonges sont répandus à propos de WikiLeaks et de son visage de proue. C’est même l’heure de savoir qui propage les « Fake News » ? Qui manipule l’opinion ? Et qui prend de grandes ressources financières en donnant intentionnellement de la désinformation ? Le moment est donc venu où les poursuites en justice peuvent s’inverser, sans s’encombrer de fausse moralité ! Aucune des accusations produites à l’encontre du membre et du site Web d’informations, Julian Assange et Wikileaks, ne tient la (...)

    Culture et Arts : La critique, l’information et les sorties culturelles.

    / censure, presse, journaux, dictature, expressions, liberté, journaliste, poète, poésie, livre, écrits, Obama, USA, Israël, Proche-Orient, Palestine , arts, culture, littérature, cinéma, critique, performances, (...)

    #Culture_et_Arts_:La_critique,_l’information_et_les_sorties_culturelles. #censure,_presse,_journaux,_dictature,_expressions,_liberté #_journaliste,_poète,_poésie,_livre,_écrits #Obama,_USA,_Israël,_Proche-Orient,_Palestine #arts,_culture,_littérature,_cinéma,_critique,_performances,_styles #Internet,_Web,_cyber-démocratie,_communication,_société,_médias


  • #Wikileaks avertit sur 140 choses que les journalistes ne devraient pas dire à propos d’Assange
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3401

    Nombreux mensonges sont répandus à propos de WikiLeaks et de son visage de proue. C’est même l’heure de savoir qui propage les « Fake News » ? Qui manipule l’opinion ? Et qui prend de grandes ressources financières en donnant intentionnellement de la désinformation ? Le moment est donc venu où les poursuites en justice peuvent s’inverser, sans s’encombrer de fausse moralité ! Aucune des accusations produites à l’encontre du membre et du site Web d’informations, Julian Assange et Wikileaks, ne tient la (...)

    Culture et Arts : La critique, l’information et les sorties culturelles.

    / censure, presse, journaux, dictature, expressions, liberté, journaliste, poète, poésie, livre, écrits, Obama, USA, Israël, Proche-Orient, Palestine , arts, culture, littérature, cinéma, critique, performances, (...)

    #Culture_et_Arts_:La_critique,_l’information_et_les_sorties_culturelles. #censure,_presse,_journaux,_dictature,_expressions,_liberté #_journaliste,_poète,_poésie,_livre,_écrits #Obama,_USA,_Israël,_Proche-Orient,_Palestine #arts,_culture,_littérature,_cinéma,_critique,_performances,_styles #Internet,_Web,_cyber-démocratie,_communication,_société,_médias


  • L’avenir des « Fake News » entre les mains du public averti : notre sondage continue.
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3397

    Est-ce seulement de l’éthique, quand une salle de rédaction ou un journaliste obtient une information et est censée la traiter pour la faire parvenir au public ? Créer une actualité à partir d’un fait, c’est lui imprimer des lectures pour sa raison d’avoir apparu et pour les causalités qui l’ont provoquée. En 2019, Populi-Scoop s’engage à mieux vérifier le contenu de ses publications, au-delà même de la correction linguistique. L’année 2018 a changé les choses, mais notre ligne de conduite restera dans son (...)

    Culture et Arts : La critique, l’information et les sorties culturelles.

    / censure, presse, journaux, dictature, expressions, liberté, journaliste, poète, poésie, livre, écrits, #diplomatie,_sécurité,_commerce,_économie_mondiale, arts, culture, littérature, cinéma, critique, performances, (...)

    #Culture_et_Arts_:_La_critique,_l’information_et_les_sorties_culturelles. #censure,_presse,_journaux,_dictature,_expressions,_liberté #_journaliste,_poète,_poésie,_livre,_écrits #arts,_culture,_littérature,_cinéma,_critique,_performances,_styles #Internet,_Web,_cyber-démocratie,_communication,_société,_médias


  • L’avenir des « Fake News » entre les mains du public averti : notre sondage continue.
    https://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3397

    Est-ce seulement de l’éthique, quand une salle de rédaction ou un journaliste obtient une information et est censée la traiter pour la faire parvenir au public ? Créer une actualité à partir d’un fait, c’est lui imprimer des lectures pour sa raison d’avoir apparu et pour les causalités qui l’ont provoquée. En 2019, Populi-Scoop s’engage à mieux vérifier le contenu de ses publications, au-delà même de la correction linguistique. L’année 2018 a changé les choses, mais notre ligne de conduite restera dans son (...)

    Culture et Arts : La critique, l’information et les sorties culturelles.

    / censure, presse, journaux, dictature, expressions, liberté, journaliste, poète, poésie, livre, écrits, #diplomatie,_sécurité,_commerce,_économie_mondiale, arts, culture, littérature, cinéma, critique, performances, (...)

    #Culture_et_Arts_:_La_critique,_l’information_et_les_sorties_culturelles. #censure,_presse,_journaux,_dictature,_expressions,_liberté #_journaliste,_poète,_poésie,_livre,_écrits #arts,_culture,_littérature,_cinéma,_critique,_performances,_styles #Internet,_Web,_cyber-démocratie,_communication,_société,_médias



  • Aïda et l’éternelle faute des femmes

    C’est un prénom d’emprunt qui pourrait bien devenir un symbole. Rapportée par le Maine libre jeudi, l’histoire d’#Aïda a suscité une vague d’indignation jusqu’au secrétariat d’Etat de l’Egalité entre les femmes et les hommes. Victime de violences conjugales régulières, Aïda, 30 ans aujourd’hui, est paraplégique depuis ce soir d’août 2013, lorsque son mari l’a poussée par la fenêtre du deuxième étage. Ce soir-là, les policiers interviennent au domicile du couple pour une altercation entre le compagnon de la jeune femme et l’un de ses amis. Il est conseillé à Aïda de quitter cet appartement, ce qu’elle fait dans la nuit. Elle alerte le Samu social et quelques amis. En vain. Et il est trop tard pour prendre un train et rallier Alençon où elle a de la famille. Alors, faute de solution d’hébergement, elle retourne chez elle.

    Son compagnon la brutalise et finit par la défenestrer. Il écope pour cela de 15 ans de prison. La cour d’assises fixe en outre la provision pour l’indemnisation de la victime à 90 000 euros. Et c’est là que tout se corse : les avocats de la jeune femme saisissent la Commission d’indemnisation des victimes d’infractions (Civi) pour que l’Etat, via le Fonds de garantie des victimes (FGTI), verse cette provision. Mais l’organisme ne propose qu’une indemnisation partielle, estimant qu’Aïda a commis une faute civile en retournant à son domicile. Les conseils de la jeune femme contestent cette décision et en appellent à la Civi. Même réponse : arguant d’un partage de responsabilité, elle propose 67 500 euros en février dernier. Un appel sera examiné en mai. L’outrage ne réside pas tant dans la somme (intégralement réglée à Aïda) que dans l’argumentaire avancé. Interpellé sur Twitter, le fonds de garantie a souligné que « la loi prévoit que la victime qui contribue, par sa faute, à son dommage peut voir son droit à l’indemnisation réduit ». « Par sa faute » ? Cette position n’est pas sans rappeler une question absurde sans cesse renvoyée aux victimes : pourquoi ne pas quitter ce bourreau ? La poser, c’est d’abord faire abstraction des mécanismes à l’œuvre dans l’immense majorité des cas de violences conjugales : emprise psychologique, isolement, perte de confiance en soi, honte…

    C’est surtout culpabiliser une fois de plus la victime d’un processus de domination sexiste profondément ancré qui conduit à banaliser bien des violences dont les femmes sont la cible première. Combien de victimes de viol se voient questionner sur leur attitude ou leur tenue vestimentaire ? En mars 2016, un sondage réalisé par l’Ipsos pour l’association Mémoire traumatique et victimologie montrait qu’il se trouve encore 27 % des Français pour juger qu’une femme victime de viol est en partie responsable de ce qui lui arrive si elle a flirté, s’est montrée séductrice ou a accepté de se rendre chez un inconnu. Depuis, certes, il y a eu #MeToo. Mais le cas d’Aïda prouve que la honte n’a pas forcément changé de camp.

    https://medias.liberation.fr/photo/1184586-000_19l4l9.jpg?modified_at=1546630064&width=960#.jpg
    https://www.liberation.fr/france/2019/01/04/aida-et-l-eternelle-faute-des-femmes_1701105
    #femmes #viol #viols #responsabilité #culpabilisation #domination #violence_sexuelle #sexisme #domination_masculine #tenue_vestimentaire #habits

    https://seenthis.net/messages/749252 via CDB_77


  • Antonin Artaud était-il fou ?
    https://la-bas.org/5357

    En septembre, notre reporter Sophie Simonot était à Reims, au centre de jour Antonin Artaud. Mais pourquoi avoir donné à ce centre médico-psychologique le nom du dramaturge, poète, comédien et dessinateur ? Gérard Mordillat a réalisé deux films sur Artaud : une fiction avec Sami Frey, En compagnie d’Antonin Artaud, et un documentaire coréalisé avec Jérôme Prieur, La véritable histoire d’Artaud le Mômo. Il revient sur cette vieille méprise qui lie le génie d’Artaud à sa prétendue folie.Continuer la lecture…

    #Vidéo #Mordillat_mord #Culture
    https://la-bas.org/IMG/arton5357.jpg?1543917766


  • Emmanuel Macron, pilote d’un sous-marin jaune à la dérive
    https://la-bas.org/5383

    Pendant un exercice militaire, un sous-marin nucléaire russe subit plusieurs explosions et coule. L’incident contrarie l’état-major et le nouveau président, pour qui les manœuvres étaient censées montrer à la face du monde la puissance retrouvée de la grande Russie. Au nom de la raison d’État, les autorités russes tardent à accepter l’aide étrangère, qui arrivera trop tard… les 118 sous-mariniers ne survivront pas. Cette histoire – vraie – du naufrage en 2000 du K-141 Koursk est racontée dans le film de Thomas Vinterberg, Kursk. Mais attention, toute ressemblance avec des personnes ou des situations actuelles ne saurait vraiment être que fortuite…Continuer la (...)

    #Vidéo #Mordillat_mord #Culture #Politique
    https://la-bas.org/IMG/arton5383.jpg?1545250691


  • Pour découvrir comment au nom de l’art, on défend une politique froidement managériale :
    http://jefklak.org/tout-va-bien-au-theatre-de-la-commune

    Tout va bien au théâtre de la Commune
    Enquête sur la grève des salarié·es du théâtre de la Commune d’Aubervilliers

    Par Jean-Marie Mignon et Michel Demoor

    Que se passe-t-il au théâtre de la Commune à Aubervilliers ? Quelles sont les raisons de la grève longue de plus de deux mois, huée par le philosophe Alain Badiou ? Harcèlement des syndiqué·es, départ de plus de la moitié de l’équipe permanente, humiliations et menaces… Tout est bon pour mener à bien le projet artistique de Marie-José Malis. Restée assez discrète, cette grève est pourtant révélatrice de l’état d’esprit de certain·es artistes-dirigeant·es d’établissements culturels publics aujourd’hui. Au nom de l’art, on y défend une politique managériale digne des pires ténors du CAC40. Un document confidentiel, le CDNLeaks, en téléchargement in extenso ci-dessous, et une longue enquête menée depuis le début de la grève montrent le niveau de contamination néolibérale d’un lieu historique du théâtre populaire. Mesdames et messieurs, demandez le programme !

    http://jefklak.org/wordpress/wp-content/uploads/2018/12/Une_Commune_SiteJK-page001.jpg

    #grève #luttes #CDN #theatre #art #culture #Aubervilliers #commune

    https://seenthis.net/messages/742753 via Jef Klak


  • Et le « bloomer » libéra le corps des sportives - Libération
    https://www.liberation.fr/sports/2018/12/08/et-le-bloomer-libera-le-corps-des-sportives_1696434

    Au XIXe siècle, la militante féministe Amelia Bloomer affronte les moqueries lorsqu’elle encourage le port d’une tenue révolutionnaire : le « bloomer », une culotte bouffante qui deviendra un vêtement sportif accompagnant l’essor de la bicyclette.

    Chaque samedi avec RétroNews, le site de presse de la BNF, retour sur un épisode de l’histoire du sport tel que l’a raconté la presse française. Aujourd’hui, comment un vêtement a permis l’émancipation sportive des femmes.

    Au milieu du XIXe siècle, un nouveau vêtement féminin fait son apparition : le bloomer, un pantalon court surmonté d’une jupe, qui donnera les shorts-culottes aujourd’hui portés par diverses sportives, en athlétisme, au volley ou au tennis. Il tient son nom de la militante féministe Amelia Bloomer qui en fut la plus grande avocate, dès 1851. Mais faire accepter ce vêtement dans les sociétés corsetées du XIXe ne fut pas sans obstacles, comme le racontent les journaux de l’époque.

    Le Constitutionnel du 2 octobre 1851 fait ainsi état d’une soirée de présentation à Londres du « nouveau costume américain pour dames » plutôt mouvementée : « Jusqu’à l’arrivée des bloomers en costume, on ne saurait décrire le désordre ni rapporter le feu roulant des plaisanteries. » Organisée par une certaine Mme Dexter, la présentation de ces bloomers n’aura pas lieu face aux railleries du public pourtant venu en nombre.

    « Le tyran : c’est la mode »

    « Encore les bloomers ! », titre le Constitutionnel quelques jours plus tard. A l’occasion d’un nouveau défilé, « les dispositions avaient été prises pour que l’ordre ne fût point troublé », précise le journal. Une Américaine de 26 ans vient présenter ces tenues : « Huit dames accoutrées d’une manière assez bizarre entrent dans la salle. […] Il est impossible au public de garder plus longtemps son sérieux. » Une nouvelle fois, les bloomers ne sont pas pris au sérieux, alors que l’Américaine se lance dans une plaidoirie féministe pour ce nouveau vêtement : « Les dames américaines ont réfléchi qu’il y avait un autre esclavage à abolir, esclavage contre lequel la religion, la morale, la loi sont impuissantes. Vous avez déjà nommé le tyran : c’est la mode. […] La toilette actuelle des dames exerce sur elles une torture physique, spirituelle et morale. » Puis, l’oratrice fait applaudir Amelia Jenks Bloomer, « l’auteur de cette innovation ».

    A cette époque, l’idée du bloomer apparaît tellement saugrenue à certains qu’une pièce comique, les Blooméristes ou la Réforme des jupes*, est mise en scène au Théâtre du Vaudeville, comme le raconte le Siècle, le 2 février 1982. Pour le journaliste du Siècle, Amelia Bloomer est même une « excentrique insulaire qui a attaché son nom à l’idée la plus saugrenue qui ait pu poindre dans une cervelle humaine, celle de masculiniser les femmes par le costume d’abord, par les habitudes ensuite ». Dans les Blooméristes ou la Réforme des Jupes, l’héroïne, Mlle Césarine, « a été élevée à la façon bloomerienne ; elle fume comme un Turc, tire le pistolet comme Lepage, manie le fleuret comme le professeur italien Raimondi ».

    Répression du bloomer

    Finalement, c’est en Californie que le bloomer se démocratise d’abord, fin XIXe : dans le Petit Parisien du 24 janvier 1898, on raconte ainsi qu’il « s’est fondé à San Francisco un club de jeunes femmes et de jeunes filles qui ont décidé d’adopter d’une façon permanente le port de la culotte bouffante américaine ». Ces centaines de « miss appartenant aux meilleures familles » s’exercent par ailleurs « à tous les sports athlétiques généralement réservés au sexe fort. La course à pied, le canotage, le cricket, le football n’ont plus de secret pour elles. […] Ajouterons-nous que ces dames font beaucoup d’équitation et montent à cheval comme les hommes, – à califourchon… N’est-ce pas un peu cavalier tout de même ? »

    Le bloomer est adopté massivement par les femmes cyclistes. Le journal parisien Gil Blas relate un fait divers survenu à Washington et lié au port du bloomer, « objet de réprobation des puritains aux Etats-Unis ». « Une maîtresse correction infligée à deux dames de Washington par le mari de l’une d’elles, M. Redman » : aperçue à bicyclette vêtue d’un bloomer dans les rues de la capitale américaine, Mme Redman reçut des « coups de cravache » de son mari, tandis que son amie se voit administrer une paire de claques. L’auteur de ces violences fut exempté de l’amende de 50 francs qu’il encourait. Pire : « Il a été hautement félicité par le juge, comme ayant bien mérité de la société en s’élevant publiquement contre une coutume déplorable. Ce magistrat a même exprimé le regret de ne pouvoir appliquer l’amende à Mme Redman pour la corriger de la mauvaise habitude de s’habiller en homme. »

    A Chicago, la répression va loin également : le port du bloomer est interdit. La bicyclette est partout aux Etats-Unis, comme le relate la Petite Gironde du 16 juin 1895 : « Rien ne manque à la gloire de la bicyclette en Amérique, pas même la persécution ! […] Ce projet est ainsi rédigé : […] il sera illégal pour toute personne de sexe féminin […] de se promener ou d’essayer de se promener en bicycle ou de se montrer dans les rues, avenues ou voies publiques habillée ou déguisée en costume à jupe courte, vulgairement connu sous le nom de bloomers. » « Il est clair qu’interdire à une femme la culotte et le jupon court pour aller à bicyclette cela équivaut à lui interdire la bicyclette », conclut le journal : « On ne peut songer pédaler avec une robe à traîne. »

    « La femme nous a pris la culotte ! »

    Le débat sur les femmes cyclistes et leur accoutrement traversera l’Atlantique : en France, le docteur Léon Petit donne une conférence pour évoquer les bienfaits de la bicyclette pour les femmes. Elle est retranscrite dans la Presse du 19 janvier 1896 : « Mères, fillettes, grands-mères, enfants, petites bourgeoises, grandes dames, accourez au sport nouveau ! » Lui aussi voit dans le vêtement qui accompagne la pratique un mélange des genres, tout en s’en accommodant : « Le costume rationnel ? La culotte, emblème de l’égalité avec l’homme, la culotte ; symbole de la force et du pouvoir, la culotte depuis si longtemps désirée et enfin conquise ! Ah ! messieurs, c’est un coup terrible porté à notre prestige ! La femme nous a pris la culotte, et il faut bien reconnaître qu’elle la porte mieux que nous ! »

    Suite et fin de l’histoire. Un siècle et quelques plus tard, les débats sur le vêtement sportif féminin ne se sont pas arrêtés, bien au contraire. Pour preuve : la polémique, fin août, autour de la combinaison noire de Serena Williams lors du dernier Roland-Garros, jugée trop excentrique, et qui a entraîné la mise en place d’un « code vestimentaire », effectif à l’occasion des prochains Internationaux de France.

    https://www.liberation.fr/sports/2018/12/08/et-le-bloomer-libera-le-corps-des-sportives_1696434

    #femmes #sexisme #mode #culotte #misogynie #histoire

    * texte complet de la pièce : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62636114.texteImage

    https://seenthis.net/messages/742407 via mad meg


  • 2 ou 3 choses qui informent sur la révolution de la presse de l’ère numérique
    https://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3357

    Un bon et véritable écosystème de l’actualité locale n’existe pas à l’ère du numérique. Il se trouverait dans les réseaux sociaux qui concentrent des forums communautaires d’échanges et de mobilisation. Même s’il n’y a pas un système consacré officiellement à la diffusion de l’information, la place du forum devient un cadre où l’on sache ce qui se passe dans la cité. Et bien sûr, avec les palabres en plus en guise d’arguments. Ce qui est spécifique arrive en premier, mais pas de la manière de la presse, la (...)

    Culture et Arts : La critique, l’information et les sorties culturelles.

    / censure, presse, journaux, dictature, expressions, liberté, journaliste, poète, poésie, livre, écrits, #économie,_politique,_arts,_corruption,_opposition,_démocratie, arts, culture, littérature, cinéma, critique, (...)

    #Culture_et_Arts_:_La_critique,_l’information_et_les_sorties_culturelles. #censure,_presse,_journaux,_dictature,_expressions,_liberté #_journaliste,_poète,_poésie,_livre,_écrits #arts,_culture,_littérature,_cinéma,_critique,_performances,_styles #Internet,_Web,_cyber-démocratie,_communication,_société,_médias


  • 2 ou 3 choses qui informent sur la révolution de la presse de l’ère numérique
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3357

    Un bon et véritable écosystème de l’actualité locale n’existe pas à l’ère du numérique. Il se trouverait dans les réseaux sociaux qui concentrent des forums communautaires d’échanges et de mobilisation. Même s’il n’y a pas un système consacré officiellement à la diffusion de l’information, la place du forum devient un cadre où l’on sache ce qui se passe dans la cité. Et bien sûr, avec les palabres en plus en guise d’arguments. Ce qui est spécifique arrive en premier, mais pas de la manière de la presse, la (...)

    Culture et Arts : La critique, l’information et les sorties culturelles.

    / censure, presse, journaux, dictature, expressions, liberté, journaliste, poète, poésie, livre, écrits, #économie,_politique,_arts,_corruption,_opposition,_démocratie, arts, culture, littérature, cinéma, critique, (...)

    #Culture_et_Arts_:_La_critique,_l’information_et_les_sorties_culturelles. #censure,_presse,_journaux,_dictature,_expressions,_liberté #_journaliste,_poète,_poésie,_livre,_écrits #arts,_culture,_littérature,_cinéma,_critique,_performances,_styles #Internet,_Web,_cyber-démocratie,_communication,_société,_médias


  • Le 1er livre des éditions Là-bas si j’y suis !
    https://la-bas.org/5228

    Voici le texte de l’émission qui a bouleversé des milliers d’auditeurs en 2001 et qui a laissé dans les mémoires des traces profondes et fraternelles. Nous avons voulu partager avec vous le plaisir de cette édition limitée, avec, en supplément, une affiche collector d’Odile Gaillard et le mp3 pour écouter l’émission, dont voici un extrait.Continuer la lecture…

    #Articles #Culture
    https://la-bas.org/IMG/arton5228.png?1542998508