• Accord #Microsoft-Éducation nationale : le #Libre offre déjà des alternatives.
    http://framablog.org/2015/12/02/accord-microsoft-education-nationale-le-libre-offre-deja-des-alternatives

    C’est depuis les années 1970-1971 que le gouvernement français élabore et met en œuvre des plans informatiques (« numériques » dit-on aujourd’hui) pour l’Éducation Nationale. L’année la plus marquante, qui a fini par introduire vraiment des ordinateurs entre les murs de nos … Lire la suite­­

    #Éducation #Libr'en_Vrac #collège #Debat #Degooglisons #école #GAFAM #Linux #Planet #PlanetEdu #RezoTIC #Traduction #Ubuntu #Windows


  • En Seine-Saint-Denis, le refus du déclassement et des inégalités territoriales - A l’écart des circuits officiels, des parents d’élèves défendent l’école pour tous, par Allan Popelard (mars 2014)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2014/03/POPELARD/50234 http://www.monde-diplomatique.fr/IMG/arton50234.jpg

    Redoutant l’#enseignement dans les écoles d’une « théorie du genre », quelques parents d’élèves, abondamment relayés par la presse, ont préféré soustraire leurs enfants à leur obligation scolaire. Même si la chose est moins médiatisée, il arrive que parents et enseignants œuvrent au contraire à la défense commune des principes fondamentaux de l’#école républicaine. Comme en #Seine-Saint-Denis, depuis quelques années. [#st]

    Limites de la coéducation
    http://www.monde-diplomatique.fr/2014/03/POPELARD/50235

    Etat, collectivités territoriales, associations de parents d’élèves et syndicats enseignants manifestent un rare unisson lorsqu’il s’agit de la coéducation, ce nouveau « partenariat » visant, selon le site du ministère, à « donner toute leur place aux parents dans l’école » en construisant « une école accueillante et bienveillante ».

    Une rupture, selon le sociologue Philippe Gombert : « Longtemps les familles ont été tenues à distance de l’école. De la Révolution française aux années 1960, l’Etat les considérait comme un obstacle au projet éducatif qu’il entendait mener. »


  • #ENA : « La langue de bois recouvre une pensée de bois, et c’est elle qui nous menace » - The Dissident - The Dissident
    http://the-dissident.eu/8910/ena-la-langue-de-bois-recouvre-une-pensee-de-bois
    http://the-dissident.eu/wp-content/uploads/2015/11/ENA-150x150.jpg

    Vous dites de Florian Philippot, qui a été dans votre promotion, que vous ne l’avez « pas venu venir ». Comment expliquez-vous que l’ENA, censée « donner les clefs de la République à ceux qui vont devoir la perpétuer », voit sortir de ses rangs un cadre d’extrême droite ?

    On ne voit personne venir à l’ENA, car tout le jeu est d’avancer masqué. Je constate seulement que l’#école ne donne aucune arme intellectuelle : c’est donc à l’extérieur qu’on va les chercher. Lui est allé de ce côté-là, et en ce sens il est bien la preuve qu’aucun garde-fou humaniste, historique, théorique n’existe. En revanche, il met au service du FN les talents de communication #politique et la connaissance intime du #système #administratif qui sont l’essentiel de ce que l’on acquiert à l’ENA. C’est bien pourquoi je préconise de revenir aux fondamentaux : c’est l’esprit critique, la proximité du terrain et la compétence technique qu’il faut viser, au lieu de croire que les cours de mediatraining et de #pseudo-management contribueront à former des hauts #fonctionnaires avisés.

    http://seenthis.net/messages/427109 via Agnès Maillard



  • Nathalie Mons : « La mixité sociale est un avantage pour tous les élèves sans exception » - Libération
    http://www.liberation.fr/france/2015/10/18/nathalie-mons-la-mixite-sociale-est-un-avantage-pour-tous-les-eleves-sans
    http://md1.libe.com/photo/818432-college.jpg

    Le sujet a longtemps fait débat, les études récentes arrivent toutes à la même conclusion : la mixité a des effets positifs ou neutres sur les résultats scolaires de l’immense majorité des élèves. A l’exception d’une toute petite élite, qui réussit un peu moins bien scolairement quand elle se retrouve mélangée à des élèves différents.

    Mais je ne parle là que de l’impact sur les résultats scolaires. Si l’on regarde les effets de la mixité en termes de cohésion sociale, là, tous les élèves sans exception y gagnent. Même le haut de l’échelle ! La petite élite a tout intérêt à être entourée d’élèves ne venant pas du même milieu, au risque, sinon, de porter un handicap social les pénalisant dans leur vie professionnelle future.

    Enfin, je pense que les professeurs ne sont pas suffisamment formés pour enseigner dans des classes mixtes, avec des différences de niveau entre les élèves. Cela nécessite des compétences pédagogiques adaptées. C’est d’ailleurs l’un des points ressortis de notre étude menée auprès des principaux de collège : 80 % sont favorables à la mixité, mais seulement la moitié pensent que les enseignants sont efficaces devant une classe hétérogène. Il y a un déficit de formation des enseignants. Et des chefs d’établissement également. Peu savent par exemple qu’il faut de la mixité dans les classes mais pas avec des écarts scolaires trop importants. Si vous mettez des très bons élèves avec des très mauvais, cela ne fonctionnera pas. Pour que la mixité soit efficiente, la recherche a montré qu’il faut que les élèves moins bons puissent s’identifier à leurs pairs ayant un niveau scolaire plus élevé mais atteignable.

    Pardon, je n’arrête pas de poster du Libé aujourd’hui. #école #mixité (rien sur la mixité de genre)

    http://seenthis.net/messages/426581 via Aude V


  • La domination adulte - Les mots sont importants (lmsi.net)
    http://lmsi.net/La-domination-adulte,1703

    La #domination adulte opprime profondément les jeunes. Les « #enfants » sont aujourd’hui réputés particulièrement vulnérables et vivent sous l’emprise d’un statut de « mineur » qui, sous prétexte de protection, leur retire l’exercice des droits fondamentaux qui sont reconnus aux majeurs, aux « adultes ». Ce statut de mineur entérine en fait de nombreuses sujétions et partant, de nombreuses #violences. La #famille est ainsi l’institution sociale la plus criminogène qui soit, mais l’#école est aussi un lieu privilégié d’exercice d’un ordre adulte oppressif. Ce livre rappelle les nombreuses luttes - habituellement passées sous silence - menées par des « mineurs » contre leur condition, contre les #discriminations fondées sur l’âge et pour l’#égalité politique. Leur donnant la parole, il questionne aussi bien les idées d’enfance et de protection que celle de minorité. C’est aussi la notion même d’#éducation qui est ici interrogée. Il nous convie de façon inédite à un véritable voyage révolutionnaire au sein des rapports adultes/enfants, dont notre vision du monde ne sort pas indemne. De ce livre utile, ré-ouvrant un champ de réflexion trop longtemps refermé, voici la présentation par Christine Delphy.

    http://seenthis.net/messages/422216 via Agnès Maillard


  • « L’Opéra aux Minguettes », rapport d’étude 2011-2014
    http://centre-alain-savary.ens-lyon.fr/CAS/art-et-ecole/lopera-a-lecole/lopera-aux-minguettes

    L’Opéra national de Lyon a implanté un projet artistique de trois ans (2011-­2014) dans le quartier des Minguettes à Vénissieux (69). Cet investissement artistique et culturel s’est concrétisé par la présence d’artistes en résidence à l’école et au #collège : une comédienne-­conteuse, un musicien, un plasticien. D’autres les ont rejoints la troisième année lorsque les effectifs d’élèves ont plus que doublé. Des artistes permanents de l’opéra sont aussi intervenus ponctuellement. Les enfants et les jeunes inscrits dans ce projet ont en plus suivi un parcours de découverte de l’Opéra de Lyon et de ses métiers. Ils ont assisté à nombre de (...)

    #école #motivation #Éducation_prioritaire #écrire #apprentissage #Travail_enseignant #école-familles #partenariat #langues_vivantes #créativité #sixième #métier #pilotage #Difficulté_scolaire #Art_à_l'école #langages #Document


  • Travail reproductif et oppression des mères isolées (suite)
    Relevé sur twitter : https://twitter.com/feeskellepeut/status/655732240207519744 et suivants

    la notion de #travail_reproductif n’aura pas percé à temps il faudra inventer un autre concept, c’est tout.
    « travail d’humain » ce serait pas mal. ou « travail de la vie ». un truc comme ça qui définira l’ensemble de ce qui n’est pas pour le moment
    considéré comme une dépense ni de ressources ni d’#argent ni d’énergie alors que justement ce n’est que ça.
    ce qu’on appelait #sécurité_sociale c’était juste la prise en charge collective de ce monceau de travail et de coûts mais bon.
    c’était déjà pas à la hauteur en plus. on avait inventé les #allocations_familiales par exemple pour aider à assumer le coût de la #reproduction
    je sais pas si t’imagines le coût REEL d’un gamin mais les allocs c’est JUSTE 125 euros par mois à partir du deuxième, quoi.
    on n’a même pas eu le temps de dire que c’était pas assez que déjà faut entendre qu’on fait les gamins POUR cette aumône --
    on n’a pas eu le temps de dire que l’#apl était trop basse pour soutenir l’accès au #logement des plus pauvres que déjà on la perd O.O
    et qui a servi de cible à toute cette merde intellectuelle qui à terme brise le peu de #solidarité qu’on avait réussi à établir ?
    les divorcées. les #mères célibataires. ces traîtresses à l’ordre du capital et du nom du père.
    c’est pas nouveau ça fait des siècles que tout le monde cogne sur les « enfants illégitimes » et leurs génitrices « impures »
    ça a toujours été comme ça. les filles mères. les veuves, un peu moins mal vues mais tout autant dans la merde. les divorcées.
    on nous a toujours reproché la même chose : nos enfants. demande à un raciste il te dira pareil sur les étrangers. « ils font trop d’enfants »
    ça a toujours été LE point care où il y avait une lacune et où on attaquait non pas sur des solutions mais sur des culpabilisations dégueu
    je crois pas que le trip ait changé au fil des siècles. les pauvres on leur reproche essentiellement de se reproduire
    parce que c’est facile ça les maintient pauvres et justement comme on en a besoin pour faire du bon larbin...voilà.
    on parlait travail reproductif pour attirer l’attention sur ce mécanisme là qu’il aurait fallu enrayer mais bon. tant pis.
    maintenant qu’il est établi que les mères sont des merdes, que la reproduction n’est pas un travail ni un coût mais juste une faute...
    ça va pouvoir gentiment se répandre au reste du domaine de l’humain, le #handicap la #maladie la #vieillesse seront des fautes aussi
    le #chômage en est déjà une, on va pas le compter ^^ (et comme toutes les autres « fautes » ce n’en est pas une on le subit)
    à terme tous les maigres acquis vont sauter, petite consolation : les mères ne seront plus les seules fautives désignées
    au moins on aura des copains au pays des fautifs ce sera plus juste la reproduction le problème.
    tu mangeras un jour peut être un platane pleine gueule et toi aussi tu seras un méchant qu’avait qu’à pas. ou juste tu vieilliras. fallépa^^
    on fera des échanges et des comparaisons comme les taulards
    « et toi kestafé de mal pour arriver là ? »
    « un gosse »
    « un cancer »
    « 75 ans »
    c’est cool on pourra redécouvrir le concept de sécu et la re fabriquer tavu. ça fait un peu poison rouge mais bon. on assume.
    oui tiens gestion de l’enfance un truc que vous avez pas repéré c’est les nouveaux rythmes scolaires
    doucement mais sûrement privatiser le travail reproductif et réserver sa délégation à ceux qui peuvent se la payer
    de ça aussi les mères ont essayé de vous parler mais vous étiez très occupés à leur chier dessus...
    on pourra étendre ce truc à d’autres activités impondérables de gestion des improductifs. genre changer les horaires des hostos de jour
    décider que l’accueil de jour ferme à 15h et qu’après c’est culture (c’est bien la culture, non ?), et l’année suivante rendre ça payant
    les familles obligées de récupérer leur vieux/malade/handi pourront pas se plaindre, c’est passé crème pour l’enfance.
    voilà comment en tapant prioritairement sur la reproduction (l’enfance, donc) on arrive à taper sur tout le reste derrière.
    là on est bien, on tape dur sur les mères, les nouveau horaires scolaires sont super excluants pour le boulot (déjà que les anciens...)
    et on entend déjà les premières accusations de privilège-daronnes sur le travail du dimanche en prime. on va morfler bien.
    80% des patrons foutent direct le cv à la benne quand ils voient que c’est une femme avec des gosses, on n’a aucun relais ils le savent
    mais socialement on va arriver à dire que les mères sont des planquées. isolée paupérisée désignée à l’opprobre : paie ta planque.
    ça va remonter jusqu’aux autres après. au final tout ce qui a une charge vivante coûteuse nécessiteuse sera considéré comme privilégié
    c’est juste un peu le monde à l’envers à part ça tout va bien.
    mais politiquement c’est malin, en effet. culpabiliser pour des impondérables humains c’est pratique. c’est des impondérables. lol
    ça me fout bien en vrac de voir que ça passe crème pr tout le monde et qu’on peut taper sur les plus affaiblis PAR DES CHOSES IMPONDERABLES

    #école #éducation #care
    #critique_de_la_valeur #guerre_aux_pauvres #femmes #patriarcat
    http://seenthis.net/messages/378617#message407092
    et lien avec http://seenthis.net/messages/383423 cc @chezsoi

    http://seenthis.net/messages/419415 via koldobika


  • L’#école traditionnelle : pourquoi faut-il qu’elle change et en quoi ?
    http://charmeux.fr/blog/index.php?2015/10/16/275-ce-qu-il-faut-vraiment-changer-dans-l-ecole

    Survivre, c’est durer. Vivre, c’est changer.
    Qu’était cette école disparue ? L’école française fonctionne depuis toujours sous le régime du statu quo et de l’homéostasie.
    Les notes, les bons points, les moyennes, les classements, les devoirs à la maison, les interrogations, la leçon magistrale frontale suivie de l’exercice d’application noté, les dictées, l’erreur impardonnable renommée « faute », le faire-semblant, les mécanismes des méthodes de « lecture » au son (à l’unité de langue atomisée) qui font déchiffrer phonologiquement, la journée de classe centrée sur la transmission du « programme » par enseignement magistral, non sur l’#apprentissage et les besoins de l’élève, la recherche fébrile de l’homogénéité et de l’uniformité avec exclusion des différences et de la diversité, le culte du bon élève et le mépris du « mauvais », toutes ces obsessions, tous ces rituels qui se perpétuent, immuables, de siècle en siècle, c’est l’école traditionnelle. L’éternel recommencement.

    Cette école est bien présente, toujours actuelle. C’est celle de la #compétition, déconnectée du réel et de la souffrance sociale, « profitant essentiellement aux dominants en éliminant les faibles ». Les ministres se suivent, les réformes passent, l’école républicaine maintient son cap, sélectionner les élites, et sa stratégie, trier et éliminer les incapables. Dès le CP, on y prépare les concours aux grandes écoles, on bachote.
    Des enseignants sans formation professionnelle, sortis gagnants de la #sélection scolaire, homologuent, sans indulgence et sans compromis, des savoirs appris ailleurs et valorisent par des renforcements positifs ceux qui les détiennent. On récompense ceux qui savaient avant d’entrer dans la classe, on humilie les naïfs ignorants qui croyaient venir s’instruire dans un lieu d’apprentissage. Les enfants de milieux culturellement pauvres, les enfants du peuple, n’ont que leur ignorance (au sens scolaire) à faire valider par le système d’#évaluation traditionnel, avec notes et commentaires moralisants, qui les culpabilise à vie, comme les sermons des clercs culpabilisèrent la misère jusqu’au milieu du XXe siècle, avant l’instauration de la Sécurité sociale.

    La société s’est démocratisée, pas l’école. Appareil de reproduction sociale, juge-arbitre « impartial », elle confirme les #inégalités d’origine ou de classe et renforce les injustices de l’existence. Pour la grande satisfaction des nantis qui déplorent hypocritement « la panne de l’ascenseur social ».
    Pour expliquer « l’échec scolaire », en le justifiant par des facteurs étrangers à l’enseignement sélectif, l’école traditionnelle, jusqu’ici musée des méthodes, s’est convertie en temple des légendes. La #légende du mérite, la légende du travail récompensé, la légende de l’ascenseur social, la légende du par-cœur, la légende de la globale, la légende du code de correspondance, la légende de la dyslexie. Les gardiens du temple, mythologues mythomanes modernes, y ont ajouté le #mythe des troubles du langage et des apprentissages, le mythe des troubles du comportement, le mythe du pédagogisme, le mythe de l’âge d’or. C’est le culte de ce dernier qui compte le plus de prêtres et de fidèles au sein des classes favorisées. Pour le célébrer, il faut impérativement avoir « réussi » à l’école. En effet, ce mythe coïncide avec la période, variant en fonction de l’âge de chacun, où ses croyants sortirent de leur parcours scolaire primaire, couronnés de lauriers. Parce qu’ils ne s’étaient pas retournés en faisant la course en tête, ils n’ont pas vu tomber, derrière eux, la masse des éclopés, abandonnés sur le bord du chemin. Bref, l’école traditionnelle serait un paradis si elle n’était pas pervertie (n’avait pas été détruite) par les machinations du diable.
    Aujourd’hui, la #médecine de la réparation scolaire et la #psychologie du neurone écolier ennoblissent le tableau clinique des troubles « spécifiques » en y collant l’étiquette « DYS ». Elles s’attachent ainsi une clientèle captive en lui assurant une « prise en charge » coûteuse mais remboursée. Ce faisant, elles adressent aux enseignants un feed-back négatif : « Ne changez rien ! Les pathologies sont de notre ressort. » Médicaliser dispense de questionner les pratiques et les théories. Ainsi, les professeurs peuvent continuer à noter leur classe en trois tiers (l’école à trois vitesses), pour tracer une courbe de Gauss parfaite, la « constante macabre », que la médecine ne sait pas soigner, ni diagnostiquer.[1] Pour expliquer le désastre en innocentant l’école, les experts ont donc le choix contradictoire entre la maladie scolaire infantile locale, définie avec une précision chirurgicale, et le mystérieux complot « pédagogiste » national, indéfinissable. Mais ce n’est surement pas l’école de la compétition qui est à l’origine de l’échec des perdants. C’est impensable.

    [1] « Dans notre système éducatif, un professeur qui donne de trop bonnes notes est immédiatement jugé comme un fumiste. La constante macabre, c’est quand, quel que soit le niveau des élèves, il y a toujours un tiers de très bons élèves, un tiers de moyens, et un dernier tiers de mauvais élèves. Et je constate que les élèves défavorisés sont souvent dans le dernier tiers. Il y a trop d’enfants qui sont en échec de façon artificielle. » André Antibi

    http://seenthis.net/messages/418866 via Agnès Maillard


  • Le mystère Adèle Ferrand, identification d’une artiste réunionnaise - 7 Lames la Mer
    http://7lameslamer.net/le-mystere-adele-ferrand-1569.html
    http://7lameslamer.net/IMG/arton1569.jpg

    Qui était la vraie Adèle Ferrand ? Et qui était la fausse ? La vraie était une artiste peintre dont l’oeuvre est l’un des trésors du Musée Léon-Dierx. Au cours d’une carrière fulgurante, elle a conquis les critiques jusqu’au Salon Royal du Louvre. Terrassée à 30 ans par la fièvre typhoïde, elle meurt le 1er avril 1848 à Saint-Pierre. A ses côtés, son fils adoré de 16 mois encore au berceau et un portrait inachevé de son père sur le chevalet. Identification d’une femme, farouchement hostile à l’esclavage, « Créole par le cœur et par la descendance », écrivait Raphaël Barquisseau... qui nous a légué une œuvre immense.

    #art #adèleferrand #écoleromantique #laréunion #kervéguen


  • Les entretiens individuels enseignant-parent(s) : un dispositif institutionnalisé
    http://centre-alain-savary.ens-lyon.fr/CAS/relations-ecole-familles/dispositifs/les-entretiens-enseignante-parent-s-un-dispositif-insti

    Catherine Hurtig-Delattre, enseignante chevronnée et directrice d’une école #maternelle, s’est emparée de la nécessité de tisser des liens avec les parents de ses élèves. Pour cela, elle a développé plusieurs dispositifs d’accueil et de dialogue. Les « entretiens individuels systématiques » correspondent à l’un des dispositifs institutionnalisés avec un fonctionnement à la fois contraignant et ouvert sur des perspectives d’alliance avec les parents. Deux fois dans l’année à dates fixées, chaque parent est invité à se rendre à l’école...

    #école-familles #Travail_enseignant #Document


  • Les entretiens individuels enseignant-parent(s) : un dispositif institutionnalisé
    http://centre-alain-savary.ens-lyon.fr/CAS/relations-ecole-familles/les-entretiens-enseignante-parent-s-un-dispositif-insti

    Catherine Hurtig-Delattre, enseignante chevronnée et directrice d’une école #maternelle, s’est emparée de la nécessité de tisser des liens avec les parents de ses élèves. Pour cela, elle a développé plusieurs dispositifs d’accueil et de dialogue. Les « entretiens individuels systématiques » correspondent à l’un des dispositifs institutionnalisés avec un fonctionnement à la fois contraignant et ouvert sur des perspectives d’alliance avec les parents. Deux fois dans l’année à dates fixées, chaque parent est invité à se rendre à l’école...

    #école-familles #Travail_enseignant #Document


  • L’armée israélienne et les #écoles travaillent main dans la main, selon les #enseignants - http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/l-arm-e-isra-lienne-et-les-coles-travaillent-main-dans-la-main-selon-

    Les projets de cours d’arabe pour les écoliers juifs d’#Israël prennent des orientations étranges.

    Ceux qui choisissent d’étudier cette langue à l’université sont rarement capables de tenir une conversation en arabe. Et parmi les centaines d’instituteurs qui initient les #enfants à la seconde #langue officielle d’Israël, quasiment aucun ne la parle comme langue maternelle, bien que la minorité palestinienne constitue un cinquième de la population du pays.

    La raison à tout cela, selon Yonatan Mendel, chercheur à l’Institut Van Leer de Jérusalem, est que l’enseignement de l’arabe dans les écoles juives israéliennes est défini presque exclusivement par les besoins de l’armée israélienne.

    Les récentes recherches de Yonatan Mendel montrent que ce sont les membres d’une unité de renseignement militaire du nom de Telem qui conçoivent une grande partie du programme d’enseignement de l’arabe. « L’implication de Telem ressemble à ce qu’on appelle un secret de Polichinelle », a-t-il déclaré à MEE.

    « L’armée est étroitement liée au système scolaire. Le but de l’enseignement de l’arabe est d’instruire les enfants pour en faire de futurs éléments utiles au système militaire et qu’ils deviennent de futurs agents du renseignement. »

    Telem est une branche de l’Unité 8200, dont des dizaines d’agents ont signé l’an dernier une lettre ouverte qui révélait que leur travail était de mettre le nez dans la vie sexuelle, les problèmes d’argent et les maladies des Palestiniens. Les renseignements obtenus ont été mis au service de la « #persécution politique » et du « recrutement de #collaborateurs », et ont permis de « dresser les unes contre les autres des franges de la société palestinienne », ont précisé les agents.

    #Palestine #Israel

    http://seenthis.net/messages/414332 via Kassem


  • La classe multiâge d’hier à aujourd’hui ? (Café Pédagogique)
    http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2015/09/29092015Article635791042373760815.aspx

    Pourquoi a-t-on vidé les campagnes des écoles à classe unique pour imposer le « regroupement » des élèves, à grand renfort de transports scolaires, dans de grandes écoles avec un seul niveau par classe ? Comment a-t-on pu faire cela au moment où des études montraient de meilleurs résultats pour les classes multiâges ? C’est ce paradoxe qu’étudie Sylvie Jouan, formatrice en Espe, dans un petit livre bien écrit qui raconte un large pan de l’histoire de l’école primaire.

    #éducation #école #territoires #école_rurale #école_Républicaine #classe_multiâge #éducation_mutuelle

    http://seenthis.net/messages/413406 via Heautontimoroumenos


  • Contre la mort d’un lycée public, un mois de #Grève de la faim à #chicago
    http://terrainsdeluttes.ouvaton.org/?p=5230

    Parmi les très nombreuses villes des pays capitalistes avancés où règne en maître incontesté la doctrine néolibérale, qui prône la réduction des dépenses publiques et la #Privatisation au pas de […]

    #Luttes_des_classes_aux_USA #Racisme_-_immigration #Récit_de_luttes #classes_populaires #Dyett #Ecole #éducation #Etats-Unis #Luttes-sociales #Service-public

    http://seenthis.net/messages/413182 via Rédac Terrains de luttes


  • Apprentissage de la lecture, les méthodes qui marchent (La-Croix.com)
    http://www.la-croix.com/Actualite/France/Apprentissage-de-la-lecture-les-methodes-qui-marchent-2015-09-23-1359833

    De récentes études plaident pour un apprentissage précoce, répété et soutenu des correspondances entre lettres et sons.
    Sans pour autant négliger les activités de compréhension des textes, l’un des points faibles des élèves français.

    En dépit d’un titre aguicheur, un article assez complet sur les enjeux de l’apprentissage de la lecture (même si je ne suis pas d’accord sur tout).
    Un bon complément à ce premier article est le suivant :

    Lecture : l’enseignement de la compréhension est trop faible en CP et CE1 (LesÉchos.fr)
    http://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/021356006660-lecture-lenseignement-de-la-comprehension-est-trop-faible-en-c

    Selon une étude, les élèves sont trop peu stimulés en CP et en CE1. Or, ce temps d’explicitation, de résumé d’un texte, de compréhension des sous-entendus est essentiel pour la suite.

    #éducation #école #lecture #compréhension #apprentissage #méthodes_de_lecture

    http://seenthis.net/messages/413072 via Heautontimoroumenos


  • L’école est une machine à produire de la dépression
    (relevé sur twitter)
    https://twitter.com/kinkybambou/status/642340486808780800

    Un vieil ami philosophe (dans les deux sens du terme) qui a été formateur à l’IUFM pour les profs des écoles pendant 15 ans après 20 ans en lycée technique me disait toujours : l’#école c’est une machine à casser les gens. c’est pire que ça. C’est une machine à produire des formes d’individualités délétères.
    Le problème étant que l’alternative actuelle c’est « l’autonomie ». Ou l’autonomie, on sait ce que c’est grâce à la socio du travail et la socio critique de la « #santé mentale » depuis 20 ans : c’est cet idéal-norme qui régit très précisément des manières non seulement de penser, mais aussi d’organiser, d’agir, et de ressentir, qui a produit à une échelle globale un affect typique chez l’individu contemporain : la #dépression, comme fatigue de ne pas parvenir à être ce qu’on est censés être : des individus autonomes, c’est à dire capable d’être des « entrepreneurs d’eux-mêmes », de choisir non seulement leurs conduites mais aussi de contrôler leurs motivations, leurs préférences, leurs désirs, en faisant un tri entre celles qui favorisent cette « autonomie » (et dont le signe et l’affect régulateur est le « bien être »), et les autres.
    La #discipline, c’est la technologie favorite du vieux #capitalisme des corps et des esprits.
    L’autonomie, c’est l’idéal régulateur du « capital humain », c’est à dire du capitalisme néo-libéral qui nous traverse en totalité. Charybde et Scylla.

    #éducation #vie_intérieure #néolibéralisme #management #dressage #psychiatrisation

    Mais surtout, c’est que depuis les années 1960, l’autonomie individuelle n’est plus considérée comme un idéal à atteindre tout au long d’un parcours de la vie de l’adulte, mais bien comme une condition humaine qui se doit donc d’être réalisée au plus tôt dans l’#enfance - ceux qui achoppent étant alors moins rétifs qu’"anormaux" ou « troublés » ou « défaillants ».
    L’école de la Troisième République, c’était celle de la rétivité ; pas encore de la déficience et du trouble, même si Binet, les test de QI, etc. Ce n’était pas encore un schème général, celui de l’échec à être autonome qui est censée témoigner d’un « problème » chez l’enfant.
    La discipline incorpore aussi des normes, mais là, avec ce type d’incorporation, ce sont effectivement des technologies concrètes bien différentes. Ca joue pas sur la crainte et la honte, ça joue sur l’inquiétude - la peur projective dans l’avenir de ne pas être « normal » et de faillir dans tous les domaines de la vie, de ne pas « être à la hauteur » des attentes du monde, etc.
    Tu m’étonnes qu’il soient mal après les mômes … Sacrée #violence intériorisée qu’on a là.
    Et être rétif suffit pas à y échapper : une fois que tu crois que tu n’es « pas à la fauteur », tu peux être rebelle l’inquiétude de soi est bien installée.

    http://seenthis.net/messages/407694 via koldobika


  • http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/45584

    Atelier : Revaloriser de vieux ordinateurs...

    Souvent, en classe :
    - nous avons très peu d’ordinateurs ou alors du vieux matériel
    - les systèmes d’exploitations Windows deviennent vite obsolètes (Windows 98, Windows ME, Vista, XP...)
    - nous n’avons pas les moyens d’acheter les nouveaux systèmes
    - les nouveaux systèmes sont souvent trop lourds pour les vieux ordis
    - les Windows doivent être protégés par des antivirus qui ralentissent encore la machine.

    Comment faire ?

    Récupérer du matériel

    Avec l’obsolescence programmée, beaucoup de matériel se jette, alors qu’il pourrait être récupéré :

    – vos propres ordinateurs obsolètes ou défectueux

    – ceux de vos amis, de votre famille

    – ceux d’un établissement scolaire (se mettre en lien avec le responsable)

    – ceux d’une collectivité

    – ceux d’une entreprise.

    Peu importe que ce matériel fonctionne entièrement ou pas : il y aura toujours des pièces à récupérer (disque dur, lecteur de CD-Rom, mémoires...) pour en réparer un autre.

    Tester et réparer un ordinateur

    C’est là qu’on ouvre la bête, juste pour voir et comprendre ce qu’il y a dans un ordinateur...

    Ensuite, on peut le démarrer tel qu’il est pour voir si tout fonctionne. Si besoin, faire un premier diagnostic de panne.

    Si le système ne fonctionne pas bien, on peut aussi démarrer sur un CD-Rom Linux (voir ci-dessous). Rien ne sera modifié, mais c’est un bon moyen de voir si les grandes fonctions de l’ordinateur (affichage, lecteurs, fonctionnement des programmes...) posent problème à cause du matériel ou à cause du système d’exploitation.

    Installer un système Linux léger

    Si l’ordinateur possède suffisamment d’espace disque (250Go), de mémoire (2Go ou plus) et un processeur récent (au moins double-cœur), vous pouvez toujours tenter d’installer Emmabuntûs.

    Mais en général, vous avez récupéré un viel ordinosaure avec un petit disque dur (20Go), peu de mémoire (512Mo) et un processeur qui a déjà dix ans.
    C’est pas grave, il existe un système d’exploitation Linux ultra-léger dont la version anglaise s’appelle Puppy Linux, la version française Toutou Linux et, celle qui nous intéresse le plus, la version française éducative ASRI Edu :

    http://lea-linux.org/documentations/Installer_ASRI_Edu

    Cette distribution Linux comprend déjà quantité de logiciels libres et multiplateforme déjà installés (OOo4kids, Tuxmath...) et permet d’utiliser la plupart des logiciels courants (Firefox, Thunderbird, LibreOffice...) et bien d’autres.

    En cas de souci, pensez au forum d’entre-aide http://forum.asri-education.org

    #ordinosaure
    #école
    #Linux

    http://seenthis.net/messages/406465 via Emmabuntus


  • Faut-il montrer les photos d’Alyan Kurdi à l’école ?
    http://rue89.nouvelobs.com/2015/09/05/faut-montrer-les-photos-dalyan-kurdi-a-lecole-261069

    Sur son blog, la prof d’histoire-géo Mara Goyet s’interroge : doit-on montrer la photo d’Alyan Kurdi dans les classes ? Elle raconte : « J’ai pensé tout d’abord qu’il était de mon devoir de projeter l’image. Du moins d’en parler (ce que j’ai fait). Puis je me suis dit que c’était quand même terrible de montrer des images d’enfants morts à des jeunes élèves (12 ans, avec des élèves de lycée, je n’aurais pas hésité), que je devais prendre la mesure de l’effet que cela pouvait produire. [...] Je me suis ravisée : cette image, ils l’auront vue à la télé, sur internet (en fait,...

    #école #Réfugiés


  • La morale et le civisme retournent à l’école - 7 Lames la Mer
    http://7lameslamer.net/la-morale-et-le-civisme-retournent-1524.html
    http://7lameslamer.net/IMG/arton1524.jpg

    On attend de chaque enfant qui vient au monde d’enfanter le monde nouveau pour accueillir « la famille humaine » (Déclaration universelle des droits de l’Homme, 1948). C’est le défi de la civilisation pour retarder la fin de l’Anthropocène, c’est-à-dire la disparition inéluctable de l’Homme, comme espèce, de la Terre. L’Enseignement Moral et Civique (EMC) à l’école apporte-t-il une partie de la réponse à cet enjeu ?

    #école #julesferry #morale #civisme


  • « L’école publique doit être présente dans tous les villages » (L’Humanité)
    http://www.humanite.fr/lecole-publique-doit-etre-presente-dans-tous-les-villages-582082

    20 % des écoles des zones rurales ne disposent pas de matériel informatique, 30 % n’ont pas accès à Internet et seulement 30 % disposent d’une salle dédiée aux activités sportives. Autre inégalité flagrante dans les campagnes, 52 % des enseignants déclarent ne pas être remplacés lorsqu’ils sont absents.

    #éducation #école #égalité #territoires #ruralité

    http://seenthis.net/messages/402650 via Heautontimoroumenos


  • La supercherie du pilotage par les résultats à l’#école
    http://blogs.mediapart.fr/blog/pierre-frackowiak/180815/la-supercherie-du-pilotage-par-les-resultats-lecole

    D’année en année, depuis fort longtemps, mon étonnement ne fait que croître. Comment est-il possible que des enseignants, et bien plus encore leur encadrement, puissent porter un concept aussi stupide que le pilotage par les résultats à l’école ? Comment peut-on s’être laissé berner à ce point ? Comment cette idée, issue du monde de l’économie et de la finance, a-t-elle pu s’imposer en éducation ? Comment des responsables politiques considérés comme intelligents et progressistes ont-ils pu imposer une pratique aussi contraire aux valeurs humanistes ?

    http://seenthis.net/messages/399744 via Agnès Maillard


  • Après des coupes budgétaires, des élèves américains doivent amener leur papier toilette à l’école (Slate.fr)
    http://www.slate.fr/story/105563/budget-ecole-papier-toilette

    Alors que la rentrée des classes se rapproche aux Etats-Unis, plusieurs districts scolaires en manque de moyens envoient des listes de fournitures scolaires de plus en plus longues : les parents sont ainsi censés fournir du papier pour les photocopies, du papier toilette ou encore des pansements, rapporte le Washington Post
    […]
    Aux Etats-Unis, les écoles sont financées en grande partie par les impôts locaux et les budgets varient beaucoup selon les villes et les Etats. Depuis la crise de 2008, les financements ont beaucoup baissé dans certains Etats, ce qui a conduit à l’augmentation de la taille des classes et à la suppression de certains programmes artistiques et scientifiques.

    #éducation #école #financement #fournitures_scolaires #PQ

    http://seenthis.net/messages/399272 via Heautontimoroumenos


  • Déjà des robots à l’école. Pour quoi faire ?
    http://rue89.nouvelobs.com/2015/08/17/deja-robots-a-lecole-quoi-faire-260794

    En Australie, deux écoles vont accueillir des robots Nao (société Aldebaran) à la prochaine rentrée scolaire. Le projet, initié par des chercheurs de l’Université de #technologie de Swinburne, ambitionne d’intégrer ces robots dans le cursus des élèves, selon les niveaux. Et à quoi ça peut servir ? Selon les chercheurs, la présence des robots dès le plus jeune âge est un moyen de préparer les élèves à l’ère robotique dans laquelle nous entrons. On retrouve ici l’argument consistant à mettre dans les mains de nos chères têtes blondes corrèziennes des tablettes...

    #école #lycées


  • Cette petite bande dessinée explique de manière choquante de réalisme pourquoi l’égalité des chances n’existe pas
    http://www.demotivateur.fr/article-buzz/cette-petite-bande-dessinee-va-changer-a-jamais-la-facon-dont-vous-perc

    "Toby Morris est un artiste illustrateur et dessinateur, habitant à Auckland, Nouvelle-Zélande. Il a récemment publié un livre dans lequel il raconte ses aventures en tant que nouveau papa "Don’t Puke On Your Dad : A Year in the Life of a New Father.”

    Cette petite bande dessinée, intitulée "On a Plate" ("Sur un Plateau") illustre à la perfection ce qu’est le privilège, et à quoi ressemble vraiment ce qu’on appelle "l’égalité des chances".

    En plaçant ces deux individus côte à côte, on peut voir à quel point la sécurité financière, le capital culturel, bref, l’endroit dans lequel on a grandi, est déterminant. Même si ces deux bébés ont grandi dans deux familles qui les aiment et qui les aident, leur futur va être radicalement différent.

    Voilà matière à (...)

    #égalité #éducation #école

    http://seenthis.net/messages/398232 via Alexis J.