• BALLAST François Ruffin : « Camping est un bon film politique »
    http://www.revue-ballast.fr/francois-ruffin
    http://www.revue-ballast.fr/wp-content/uploads/2016/02/ruff-300x90.jpg

    Je me méfie de l’« #éducationpopulaire » et des expressions où il y a « populaire » dedans. Je ne prétends pas faire quelque chose de « populaire » car, en général, il y a neuf chances sur dix pour que ça ne le soit pas du tout. Est-ce que le peuple a besoin d’être éduqué ? Peut-être, mais la petite bourgeoisie aussi. Depuis trente ans, nous vivons un grand moment de disjonction de classes ; la petite #bourgeoisie s’est foutue de la manière dont vivaient les classes populaires. Elle leur faisait des bras d’honneur. Non seulement les classes populaires étaient dans la merde socialement, mais on leur a rajouté des stigmates politiques et culturels : le vote #FrontNational, le béret, les boules de pétanque, la picole... Dans les années 1990, le vote #FN était vraiment un vote populaire : c’était même un marqueur social de ne pas voter Front national, dans la petite bourgeoisie. Aujourd’hui, si on suit les analyses de Todd, le vote populaire pour le FN serait plutôt en résorption et le parti de Marine Le Pen gagnerait du terrain chez les profs. Le film Dupont-Lajoie est une incarnation de ce stigmate. Il est encore applaudi par des gens de gauche comme un grand film politique, de nos jours... L’histoire se passe dans les années 1970. Les classes populaires sont présentées à travers un patron de bistrot qui va tous les ans au camping, au même endroit. Le mec est con et raciste ; il viole une fille et dit que ce sont « les bougnoules » qui l’ont fait. La chasse aux « bougnoules » est menée dans le camping. Voilà la vision des classes populaires par un grand réalisateur de gauche ! En bon populiste, je préfère #Camping. C’est un bon film politique. Et c’est l’inverse qui se produit : le bourgeois (Gérard Lanvin) arrive et c’est lui qui doit s’intégrer à la sociabilité populaire. Avant le film, j’avais fait un papier pro-camping, favorable à la sociabilité qui s’y crée, alors que la petite bourgeoisie qui tient les médias se moque de ce mode de vacances. Ce papier avait bien fonctionné et certaines personnes m’avaient dit avoir changé de regard sur les campings. Si un journal comme #Fakir est sans doute essentiellement lu par la petite bourgeoise intellectuelle (mais je n’ai pas fait d’étude sociologique sur le sujet), on fait notre possible pour essayer de faire comprendre la manière de penser et de voter des classes populaires, même quand elle ne nous convient pas. Et comparé aux autres médias alternatifs, je pense qu’on a une bonne frange qui est plus populaire que les autres.

    #MerciPatron #Cinema