• Le Monde parfait

    Le centre commercial moderne se veut un monde parfait. Esthétique, aseptisé, tempéré, baigné d’une musique douce et d’une lumière tamisée, sécurisé, accueillant, pratique avec son parking souterrain, animé pour les enfants, décoré pour les adultes, il offre un confort
    idéal pour amener les passants vers ses boutiques, restaurants et commerces de loisirs afin qu’ils y passent le plus de temps possible dédié à un seul objectif : la #consommation.

    http://d1023456-2104.hosting.hegerys.com/projet/multimedia/film/37867.jpg
    http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/56989_1
    #film #documentaire #film_documentaire
    #centre_commercial #France #Polygone #urban_matter #surveillance #consumérisme #shopping #prêt-à-consommer #compteurs #agents_de_sécurité #enfants #centres_commerciaux #esthétique

    A voir sur Arte :

    Une année durant, #Patric_Jean a filmé la vie dans un grand centre commercial. Sans commentaire, une immersion captivante dans un lieu où tout est pensé pour nous faire consommer.

    Plutôt que de rester seul chez lui, Pierre passe ses journées au centre commercial, où tout le monde le connaît. En vieil habitué, l’homme se régale de pouvoir y faire la bise chaque matin aux jolies vendeuses. Courant des parkings aux allées où se pressent les badauds, le directeur de cette gigantesque machinerie veille au grain : « Notre rôle, explique-t-il, est de mettre le client en condition d’acheter. Il faut qu’il pose son cerveau, qu’il oublie toutes ses contraintes. » Pour parvenir à cet objectif, rien n’est laissé au hasard. Sous la surveillance des vigiles et des caméras, chacun peut passer sans risque d’une boutique à l’autre, boire un verre ou se restaurer, enchaîner avec ses amis une partie de bowling et un karaoké. L’œil rivé sur les clients autant que sur leurs chiffres de ventes, petits patrons et franchisés ne ménagent pas leur peine, accumulant les heures tels des forçats ravis de leur sort.

    #Solitude
    Pendant un an, le cinéaste Patric Jean ("La raison du plus fort", « La domination masculine ») a filmé des scènes du quotidien dans le labyrinthe d’un immense centre commercial. Avec ses allées végétalisées, ses boutiques de vêtements ou de gadgets, ses animations pour les petits et ses distractions pour les grands, c’est un microcosme où les générations se croisent, des jeunes qui fuient les rideaux baissés des petits commerces aux seniors trompant le désœuvrement. Dans ce lieu de vie où tout est en perpétuel mouvement, la caméra s’attarde sur des clients, des flâneurs, des employeurs et des employés. De cet espace clos, sécurisé et pensé comme une utopie réalisée, Patric Jean fait jaillir la peur commune du vide et l’#idéal_fantasmé d’une #solitude_partagée.

    https://www.arte.tv/fr/videos/080151-000-A/le-monde-parfait

    ping @etraces

    https://seenthis.net/messages/819395 via CDB_77


  • Pauvreté: la misère des indicateurs

    Alors que l’#ONU s’était félicitée de la diminution de l’#extrême_pauvreté de moitié, la pauvreté, elle, aurait au contraire augmenté depuis 1990. Tout dépend des critères retenus.

    Eradiquer l’extrême pauvreté et réduire de moitié la pauvreté dans le monde. Tels sont les deux premiers buts que se sont fixés les Nations Unies d’ici à 2030 dans le cadre des Objectifs du développement durable (#Agenda_2030). Est-ce réaliste ? Tout dépend de la façon dont seront calculés les résultats !

    En 2015, l’ONU avait annoncé avoir atteint sa cible fixée en l’an 2000 : l’extrême pauvreté avait été réduite de moitié. Pourtant, son mode de calcul est largement contesté aujourd’hui. Non seulement, il n’est pas aisé de mesurer la pauvreté, mais la méthode choisie peut répondre avant tout à des considérations idéologiques et politiques.

    Selon le multimilliardaire #Bill_Gates, s’appuyant sur les chiffres de l’ONU, le monde n’a jamais été meilleur qu’aujourd’hui. Selon d’autres voix critiques, la pauvreté a en réalité progressé depuis les années 1980. Où est la vérité ?

    Le Courrier a voulu en savoir davantage en interrogeant #Sabin_Bieri, chercheuse au Centre pour le développement et l’environnement de l’université de Berne. La spécialiste était invitée récemment à Genève dans le cadre d’une table ronde consacrée à la lutte contre la pauvreté, organisée par la Fédération genevoise de coopération.

    L’ONU s’était félicitée de la réduction de l’extrême pauvreté de moitié (Objectifs du millénaire). Est- ce que cela correspond à la réalité des faits ?

    Sabin Bieri : Si l’on prend le critère qu’elle a choisi pour l’évaluer (élaboré par la #Banque_mondiale), à savoir un revenu de 1,25 dollar par jour pour vivre (1,9 à partir de 2005), c’est effectivement le cas, en pourcentage de la population mondiale. Mais pour arriver à ce résultat, la Banque mondiale a dû modifier quelques critères, comme considérer la situation à partir de 1990 et pas de 2000.

    Ce critère de 1,9 dollar par jour pour évaluer l’extrême pauvreté est-il pertinent justement ?

    Ce chiffre est trop bas. Il a été choisi en fonction de quinze pays parmi les plus pauvres du monde, tout en étant pondéré dans une certaine mesure par le pouvoir d’achat dans chaque pays. Ce seuil n’est vraiment pas adapté à tous les pays.

    Et si une personne passe à trois dollars par jour, cela ne signifie pas que sa qualité de vie se soit vraiment améliorée. De surcroît, la majeure partie de cette réduction de l’extrême pauvreté a été réalisée en #Chine, surtout dans les années 1990. Si on enlève la Chine de l’équation, la réduction de l’extrême pauvreté a été beaucoup plus modeste, et très inégale selon les continents et les pays. On ne peut donc plus s’en prévaloir comme un succès de la politique internationale ! L’extrême pauvreté a beaucoup augmenté en #Afrique_sub-saharienne en particulier.

    Tout cela est-il vraiment utile alors ?

    Il est pertinent de parvenir à une comparaison globale de la pauvreté. Je vois surtout comme un progrès le discours public qui a émergé dans le cadre de ces Objectifs du millénaire. La réduction de l’extrême pauvreté est devenue une préoccupation centrale. La communauté internationale ne l’accepte plus. Un débat s’en est suivi. Accepte-t-on de calculer l’extrême pauvreté de cette manière ? Comment faire autrement ? C’est là que j’y vois un succès.

    Dans ses travaux, le chercheur britannique #Jason_Hickel considère que la Banque mondiale et l’ONU ont choisi ces chiffres à des fins idéologiques et politiques pour justifier les politiques néolibérales imposées aux pays du Sud depuis la fin des années 1980. Qu’en pensez-vous ?

    Ce n’est pas loin de la réalité. Ce sont des #choix_politiques qui ont présidé à la construction de cet #indice, et son évolution dans le temps. La Banque mondiale et le #Fonds_monétaire_international ont mené des politiques d’#austérité très dures qui ont été vertement critiquées. Si on avait montré que la pauvreté avait augmenté dans le même temps, cela aurait questionné l’efficacité de ces mesures. Au-delà, ces #chiffres sur l’extrême pauvreté sont utilisés par nombre de personnalités, comme le professeur de l’université d’Harvard #Steven_Pinker pour justifier l’#ordre_mondial actuel.

    Certains experts en #développement considèrent qu’il faudrait retenir le seuil de 7,4 dollars par jour pour mesurer la pauvreté. A cette aune, si l’on retire les performances de la Chine, non seulement la pauvreté aurait augmenté en chiffres absolus depuis 1981, mais elle serait restée stable en proportion de la population mondiale, à environ 60%, est-ce exact ?

    Oui, c’est juste. Nombre de pays ont fait en sorte que leurs citoyens puissent vivre avec un peu plus de 2 dollars par jour, mais cela ne signifie pas qu’ils aient vraiment augmenté leur #standard_de_vie. Et le plus grand souci est que les #inégalités ont augmenté depuis les années 1990.

    Une mesure plus correcte de la pauvreté existe : l’#Indice_de_la_pauvreté_multidimensionnelle (#IPM). Qui l’a développé et comment est-il utilisé aujourd’hui dans le monde ?

    Cet indice a été créé à l’université d’Oxford. Adapté par l’ONU en 2012, il est composé de trois dimensions, #santé, #éducation et #standard_de_vie, chacune représentée par plusieurs indicateurs : le niveau de #nutrition, la #mortalité_infantile, années d’#école et présence à l’école, et le #niveau_de_vie (qui prend en compte l’état du #logement, l’existence de #sanitaires, l’accès à l’#électricité, à l’#eau_potable, etc.). L’indice reste suffisamment simple pour permettre une #comparaison au niveau mondial et évaluer l’évolution dans le temps. Cela nous donne une meilleure idée de la réalité, notamment pour les pays les moins avancés. Cela permet en théorie de mieux orienter les politiques.

    https://lecourrier.ch/2019/06/13/pauvrete-la-misere-des-indicateurs
    #indicateurs #pauvreté #statistiques #chiffres #ressources_pédagogiques #dynamiques_des_suds

    ping @reka @simplicissimus

    https://seenthis.net/messages/787633 via CDB_77


  • Foot : l’app officielle de la Liga a espionné des fans à travers les micros de leur smartphone
    https://www.numerama.com/tech/525938-foot-lapp-officielle-de-la-liga-a-espionne-des-fans-a-travers-les-m

    En Espagne, la Liga s’est vu infliger une amende de 250 000 euros pour avoir utilisé sans prévenir le smartphone des fans de foot comme mouchard. La Liga utilisait son application officielle comme mouchard pour repérer les matchs diffusés sans autorisation dans les bars. En matière de lutte anti-piratage, la fin justifie-t-elle les moyens ? Pas aux yeux de l’Agence espagnole de protection des données personnelles (AEPD), l’équivalent de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (...)

    #smartphone #géolocalisation #écoutes #copyright #Agencia_Española_de_Protección_de_Datos_(SP) (...)

    ##Agencia_Española_de_Protección_de_Datos__SP_ ##Liga
    //c2.lestechnophiles.com/www.numerama.com/content/uploads/2019/06/match-football-bar.jpg

    https://seenthis.net/messages/787642 via etraces


  • Les données que récolte #Google – Ch. 2
    https://framablog.org/2018/11/20/les-donnees-que-recolte-google-ch-2

    Voici déjà la traduction du deuxième chapitre de Google Data Collection, l’étude élaborée par l’équipe du professeur Douglas C. Schmidt, spécialiste des systèmes logiciels, chercheur et enseignant à l’Université Vanderbilt. Il s’agit aujourd’hui d’une expérience d’usage quotidien ordinaire du numérique … Lire la suite­­

    #Dégooglisons_Internet #G.A.F.A.M. #Internet_et_société #Non_classé #Agenda #collecte #expedia #Goofle_Pay #Google_Music #Starbucks #YouTube


  • اروپا رودرروي ترامپ هنوز مي تواند توافق هسته اي با ايران، «برجام» را نجات دهد
    https://orientxxi.info/magazine/article2471

    تصميم دونالد ترامپ رييس جمهوري آمريکا درمورد خارج شدن از توافق هسته اي با ايران مي تواند عواقبي فاجعه بار در آينده خاور نزديک داشته باشد. به اين دليل اروپا بايد هرکار ممکن را براي نجات اين توافق انجام دهد. از ميان همه تصميم هاي خيره سرانه دونالد ترامپ براي از بين بردن ميراث سياسي باراک اوباما، خروج از توافق برنامه هسته اي ايران تصميمي است که بي ترديد سنگين ترين عواقب را براي منافع آمريکا، روابط دوسوي اتلانتيک و نيز سراسر خاور نزديک خواهد داشت. توانايي فوق العاده اي براي چشم بستن بر واقعيت ها لازم است تا کسي توافقي که عملکرد مناسب دارد را زير پا بگذارد و (...)

    #Magazine

    / ایران, #Nucléaire_militaire, فناوری هسته ای غیرنظامی, توافق درباره مسئله اتمی ایران , Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), ایالات (...)

    #ایران #فناوری_هسته_ای_غیرنظامی #_توافق_درباره_مسئله_اتمی_ایران_ #Agence_internationale_de_l'énergie_atomique_AIEA_ #ایالات_متحده


  • « Bure, la bataille du nucléaire », discussion autour du livre, à Coutances (Manche)
    https://reporterre.net/Bure-la-bataille-du-nucleaire-discussion-autour-du-livre-a-Coutances-Man

    La Bataille de Bure : présentation et discussion dimanche 7 janvier 2018, 15h, à Coutances (Manche) Bravant le froid de l’hiver quelques chouettes et hiboux de Bure s’invitent dans vos contrées pour vous donner quelques nouvelles de la lutte contre la poubelle nucléaire CIGEO (et son monde), de l’occupation du bois Lejuc, de toutes les installations dans le sud-Meuse depuis 2 ans, etc. L’occasion aussi de discuter ensemble de la lutte décentralisée, de la constitution de comités partout en France (...)

    #Agenda

    "https://antitht.noblogs.org/2531"


  • #Chile: esta será la #agenda del #Papa_Francisco durante su visita
    https://www.nodal.am/2018/01/chile-esta-sera-la-agenda-del-papa-francisco-los-tres-dias-dure-visita-al-pais

    Durante los tres días que durará la visita del papa Francisco a #chile, desde el 15 al 18 de enero, el pontífice tendrá numerosas y variadas actividades en las tres regiones por las que pasará antes de partir rumbo a Perú. Luego de arribar al país durante la...

    [Esto es un resumen. Visita la Web para la nota completa y más!]

    #otras_noticias #visita_oficial


  • Écriture inclusive : „On caricature le débat” Le Point - Baudouin Eschapasse - 27/10/2017

    Les promoteurs de l’écriture inclusive se défendent de créer une "novlangue". Raphaël Haddad et Éliane Viennot reviennent sur leur projet... Entretien.

    L’universitaire Éliane Viennot, spécialiste de l’histoire de la langue, et le chercheur Raphaël Haddad, par ailleurs fondateur du cabinet de conseil en communication MOTS-CLES http://www.motscles.net/nous-rejoindre https://seenthis.net/messages/654776 , plaident, depuis plusieurs années, pour que le français se débarrasse de traditions langagières qui perpétuent des préjugés sexistes. À l’heure où leur projet est largement débattu, Le Point.fr a souhaité les rencontrer pour qu’ils détaillent leur projet.
    http://www.lepoint.fr/images/2017/10/27/10966120lpw-10978036-article-jpg_4673657_660x281.jpg
    Le Point : Vous promouvez, depuis plusieurs mois, une nouvelle écriture que vous qualifiez d’inclusive. Comprenez-vous la bronca suscitée par votre projet ? Et avez-vous été surpris(e) par la polémique qui l’a accompagnée ?
    Éliane Viennot  : Pour être totalement franche, cela ne m’a pas vraiment étonnée. Pour avoir étudié l’histoire de la langue, je sais combien certaines personnes deviennent hystériques dès lors qu’on leur propose d’utiliser des termes féminins pour certaines activités prestigieuses. Je me suis penchée récemment sur la manière dont l’Académie française a traité ce dossier depuis la création de la commission instituée en 1984 par Yvette Roudy (à l’époque ministre des Droits de la femme, NDLR), qui préconisait de féminiser les noms de métiers, fonctions, grades et titres. Notamment pour désigner les femmes qui accèdent à de hautes fonctions administratives ou ministérielles. La levée de boucliers avait été terrible. Et à nouveau en 1998, quand des ministres ont demandé qu’on les nomme au féminin. Dans les deux cas, certains médias ont réagi avec une incroyable violence. Je pense surtout au Figaro. Mais faut-il s’en étonner quand on sait qu’à l’époque, les académiciens avaient table ouverte dans ce journal ?

    Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication (enseignant en communication à Paris I), Raphaël Haddad est, par ailleurs, fondateur de l’agence. Il est l’auteur du "Manuel d’écriture inclusive ».
    Raphaël Haddad  : Il est intéressant de souligner que la féminisation des métiers ne pose problème que quand il s’agit de professions intellectuelles ou de fonctions de responsabilité. Les académiciens n’ont jamais remis en cause le fait qu’on parle de boulangère ou d’infirmière. En revanche : préfète ou chancelière, cela semblait heurter leurs oreilles. De mon point de vue, cette réaction montre surtout que ces hommes se sentent en danger. L’idée même de féminiser ces termes les amène à considérer l’idée qu’ils devront un jour partager le pouvoir.
    E. V.  : J’ajouterai que les mots féminins que nous promouvons existent de longue date. On parlait au début du XVIIe siècle de philosophesse, d’écrivaine et d’autrice dans la meilleure société, et professeuse était employé au XIXe.
    Nous entendons juste renouer avec des règles grammaticales qui ont existé par le passé et existent toujours dans les autres langues romanes.

    Quand cela a-t-il changé ?
    E. V.  : Les premiers coups de boutoir datent des années 1600-1630, sous l’influence probable de personnes qui entouraient Malherbe, et qui voulaient « purifier » la langue des nombreux néologismes gascons et italianisants créés à l’époque. Mais ils en ont profité pour « masculiniser » la langue. Les résistances ont néanmoins été nombreuses jusqu’à ce que l’instruction devienne obligatoire. C’est l’école primaire obligatoire du XIXe sièce qui va achever ce mouvement.

    Votre projet n’ambitionne pas seulement de féminiser les noms de métier. Il va bien au-delà. Vous voulez débarrasser la langue française des règles grammaticales que vous présentez comme sexistes…
    E. V.  : Oui. Pour autant nous ne voulons pas créer une « novlangue » comme on l’écrit parfois. Ceux qui soutiennent cette idée caricaturent le débat. Nous entendons juste renouer avec des règles grammaticales qui ont existé par le passé et existent toujours dans les autres langues romanes. Nos détracteurs prétendent défendre la langue française. Mais la connaissent-ils vraiment ? J’en doute. Je veux par exemple réhabiliter l’accord de proximité, hérité du latin. Dans Athalie, Racine écrit : « Armez-vous d’un courage et d’une foi nouvelle. » Si l’on en croit nos bons académiciens qui veulent que le masculin l’emporte sur le féminin, nous aurions dû écrire « nouveaux ». De la même manière, Madame de Sévigné répondant à Gilles Ménage, qui se dit fatigué, lui répond : « Je la suis aussi. » Ce brave grammairien (né en 1613 et mort en 1692, NDLR) tente de la reprendre mais elle se refuse à dire « je le suis aussi ». Elle affirme que, si elle le faisait, « [elle] croirai[t] avoir de la barbe au menton » !
    Une langue « phallocentrée » (...) traduit une vision du monde dominée par les hommes

    R. H.  : Michel Foucault l’a bien dit. « Le discours n’est pas simplement ce qui traduit les luttes ou les systèmes de domination, mais ce pour quoi, ce par quoi on lutte, le pouvoir dont on cherche à s’emparer. » Une langue « phallocentrée », pour reprendre une terminologie de la chercheuse Marlène Coulomb-Gully, traduit une vision du monde dominée par les hommes.

    On vous opposera que les nations dont les langues n’ont ni masculin ni féminin, comme le persan ou le turc, ne sont pas toutes des modèles d’égalité entre hommes et femmes.
    R. H.  : C’est un sophisme extraordinaire. Le langage inclusif est une condition nécessaire mais pas suffisante pour qu’une société soit moins sexiste. Sur un plan strictement logique, la seule objection valable à l’écriture inclusive serait celle-ci : l’existence d’une société strictement égalitaire où la langue ne le serait pas. Mais ce contre-exemple n’existe pas !
    E. V.  : J’ai entendu aussi parler de la langue bantoue qui cumulerait un nombre incroyable de genres. Ces références m’amusent d’autant plus que ceux qui les utilisent ne connaissent rien à cette langue africaine. C’est un peu comme les médecins de Molière qui prétendaient en imposer avec leur latin.

    Comment est né votre projet de langage inclusif  ?
    R. H.  : Cela fait longtemps que des intellectuel(le)s, travaillé(e)s par la question féministe y réfléchissent. J’ai découvert leurs travaux au moment de mes recherches doctorales sur les discours politiques. Les choses se sont ensuite décantées. J’ai publié un manuel de réflexion sur cette question, avec Carline Baric, (téléchargeable gratuitement ici) qui s’appuie notamment sur les travaux du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE).
    E. V.  : L’objet du langage inclusif est social et non grammatical. Nous souhaitons promouvoir une société plus égalitaire. Cela passe par la langue et par la déconstruction des stéréotypes « genrés » qu’elle véhicule. Cette démarche habite tous mes travaux…
    C’est l’Académie qui est interventionniste quand elle entend proscrire certains usages. Elle est censée enregistrer la manière dont une langue évolue...

    Cela passe par une forme d’interventionnisme difficile à supporter dès lors que cela concerne la manière de s’exprimer…
    R. H. : Cette objection de l’interventionnisme est amusante. Que fait-on d’autre chaque fois que l’on énonce un néologisme par exemple ? On intervient sur la langue ! Les jeunes, et les moins jeunes, qui parlent de « like », de « twittos » ou de « stiletto », trois termes entrés dans les dictionnaires récemment, n’ont pas attendu l’autorisation de l’Académie française. Critiquer l’écriture inclusive pour son interventionnisme, c’est lui refuser ce qu’on accepte et encourage volontiers de tout autre usage langagier.
    E. V.  : C’est l’Académie qui est interventionniste quand elle entend proscrire certains usages. Elle est censée enregistrer la manière dont une langue évolue... C’est pour cela que les dictionnaires s’enrichissent chaque année de mots nouveaux. Une langue n’est pas figée une fois pour toutes.

    Au final, ce qui choque les gens, n’est-ce pas simplement la graphie du point milieu ? Écrire les mots suivants, « chroniqueur·euse », « chercheur·e », « transporteur·euse », « président·e », ce n’est pas très esthétique.
    E. V.  : Je regrette qu’on restreigne le débat à cette simple question de point milieu. Nous préconisons simplement d’user des mots féminins chaque fois que c’est possible. Cela peut passer par la flexion (le fameux « mesdames et messieurs » lorsqu’on s’adresse à une population mixte, NDLR). Cela peut passer aussi par les termes épicènes : c’est-à-dire l’usage d’un mot neutre (exemples : « astronome » ou « membre »). Cela peut enfin passer par le point milieu ou d’autres signes graphiques. Nous ne sommes pas bloqués là-dessus. Personnellement, je suis pour « intellectuel·es » mais contre « acteur·trices ». Mais c’est un débat en cours, les protocoles vont s’affiner.
    R. H.  : L’écriture inclusive ne se limite pas au point milieu ! Ce point milieu résulte de la volonté d’abréger certaines formulations, exactement comme on écrit M. pour « Monsieur ». Quiconque a tenté de redonner de la place au féminin dans son écriture se rend compte de son utilité, surtout face à un e muet par exemple. Écrire « ami·e·s » peut paraître par exemple plus commode qu’« amis et amies ». Mais on peut appliquer pleinement l’écriture inclusive, sans ne jamais mobiliser le point milieu !
    Aucune entreprise ne peut mobiliser l’écriture inclusive (...) sans s’interroger sur les écarts de salaires entre femmes et hommes

    Vous dites que l’écriture inclusive fait progresser l’égalité. Quelles preuves en avez-vous ?
    R. H. : Sur le plan social, l’écriture inclusive produit deux effets principaux. D’abord, c’est un formidable levier de féminisation des effectifs. C’est la raison pour laquelle les écoles, les entreprises qui manquent de candidatures féminines observent cette démarche avec un intérêt prononcé. Ensuite, c’est un ancrage pratique sur les enjeux d’égalité. Aucune entreprise ne peut mobiliser l’écriture inclusive dans sa pratique institutionnelle sans s’interroger sur les écarts de salaires entre femmes et hommes, qui, rappelons-le, stagnent à 23 % en France, ou s’attaquer au « plafond de verre » qui bloque les carrières des femmes. J’en suis pour ma part convaincu : l’inconfort sémantique dans lequel on laisse les femmes produit et entretient de l’inconfort social.

    Vous expliquez que votre démarche est soutenue par 75 % de la population. En êtes-vous si sûr ?
    R. H.  : Quand on regarde les résultats de l’étude d’opinion, que constatons-nous ? Que 84 % des 1 000 personnes interrogées par l’institut Harris Interactive les 11 et 12 octobre derniers sont acquises à la féminisation des noms de métiers, de titres, de grades et de fonctions. Et que 81 % des personnes interrogées sont pour l’usage du féminin et du masculin plutôt que du masculin « générique » lorsqu’on s’adresse à la fois à des femmes et des hommes. Et 3 personnes sur 4 sont favorables aux deux dimensions simultanément, qui sont en fait les deux principes directeurs de l’écriture inclusive.
    E. V.  : Le général de Gaulle l’avait bien compris, lui qui veillait à commencer tous ses discours par la double flexion : « Françaises, Français ». Au grand dam de l’Académie !
    R. H.  : Tous les hommes politiques s’y sont mis depuis. Je m’intéresse de longue date aux discours de meetings. En 2002, Robert Hue était le seul homme à utiliser la double flexion (avec Arlette Laguiller et son célèbre « Travailleurs, Travailleuses », NDLR). En 2017, ils l’ont tous fait. C’est pleinement rentré dans les mœurs. Ce qui me fait dire que la bataille menée par nos détracteurs et nos détractrices est une bataille d’arrière-garde. Elles et ils ont déjà perdu, mais ne le savent pas encore. D’importants responsables institutionnels, comme Pierre Gattaz par exemple, utilisent aujourd’hui l’écriture inclusive ! Et les tweets vont l’imposer, puisque la place est restreinte !

     #écriture_inclusive #langage #langue #femmes #agence-de-publicité #publicitaire #lobbyistes #lobby #parole #communication #Raphaël-Haddad #Mots-Clés

    https://seenthis.net/messages/654778 via BCE 106,6 Mhz


  • Dieu, Darwin, Marcel et moi, spectacle pour les vers de terres ( Paris)
    https://reporterre.net/Dieu-Darwin-Marcel-et-moi-spectacle-pour-les-vers-de-terres-Paris

    Dieu, Darwin, Marcel et moi duo fou et percutant sur le ver de terre, sa vie, son oeuvre et son caca L’HISTOIRE Après le Bouton de rose, la conférencière des rencontres « Parlons-en » propose une thématique peu explorée : la géodrilologie. Pour en parler, elle s’entoure d’intervenants qui apportent, chacun dans son domaine, un éclairage original sur ce sujet : Darwin, Marcel, la conférencière, Francis le batteur, Sigurweig la danseuse, Cyndie la chanteuse... L’onirisme, la danse, le chant et un regard (...)

    #Agenda


  • Un Noël sans GCO, marché militant de l’Avent à Kolbsheim (Bas-Rhin)
    https://reporterre.net/Un-Noel-sans-GCO-marche-militant-de-l-Avent-a-Kolbsheim-Bas-Rhin

    Le CNPN – Conseil National de Protection de la Nature – se réunit le vendredi 15 décembre 2017 pour réexaminer le volet environnemental du projet GCO porté par VINCI.

    Quelque soit la réponse, nous sommes là et seront là ! Dimanche 17 décembre, le mouvement des opposants au projet GCO (collectif, électrons libres et zadistes), vous invitent pour la 3e année consécutive, à un marché militant de l’Avent. A partir de 11h et jusqu’à 17h, rendez-vous au château de Kolbsheim (Bas-Rhin). # AU PROGRAMME # – à (...)

    #Agenda

    « https://gcononmerci.org »


  • Fête de soutien de radio Fréquence Paris Plurielle et résistance aux mesures antisociales, à Montreuil (Seine-Saint-Denis)
    https://reporterre.net/Fete-de-soutien-de-radio-Frequence-Paris-Plurielle-et-resistance-aux-mes

    Médias critiques en danger - 25 ans de radio Fréquence Paris Plurielle Vendredi 15 décembre à La Parole errante 9, rue François Debergue à Montreuil (93) M° Croix de Chavaux LA FIN DES RADIOS LIBRES - MERCI MACRON Depuis de nombreuses années, l’État, à travers le CSA et le FASDIL se désengage du soutien qu’il apportait aux radios associatives de secteur A. Le cycle de libertés des ondes obtenu après de nombreuses années de lutte en 1981 est aujourd’hui étouffé économiquement par la réduction des (...)

    #Agenda

    « http://www.rfpp.net/spip.php?article633 »
    « http://www.rfpp.net/spip.php?article599 »


  • Projection du documentaire documentaire « À Bure pour l’éternité », à Paris
    https://reporterre.net/Projection-du-documentaire-documentaire-A-Bure-pour-l-eternite-a-Paris

    Toute l’équipe des Hauts de Belleville est heureuse de vous inviter à sa 3e projection-débat de la saison, autour du documentaire A Bure pour l’éternité. RDV jeudi 14 décembre à 20h A la MJC 25 rue du Borrégo, 75020 Paris M° Télégraphe ou Saint-Fargeau Au programme : action collective et résistance La projection sera suivie d’un temps d’échange avec les réalisateurs, Sébastien et Aymeric Bonetti. L’occasion pour eux de nous informer sur la situation actuelle et de nous montrer les dernières images (...)

    #Agenda

    "https://www.facebook.com/events/1622687734420758"


  • Marche blanche stop pesticides, à Paris
    https://reporterre.net/Marche-blanche-stop-pesticides-a-Paris

    Marche blanche stop pesticides ( tous ! ) le 14 décembre 2017, à Paris Nous sommes un Collectif de Citoyens très inquiets par le renouvellement du #glyphosate mais aussi par l’effet nocif de tous les #pesticides (#neonicotinoides etc. ) depuis des décennies : cancer chez les paysans, disparition de 80 % des insectes volant en Europe mais aussi influence sur l’autisme des enfants, Alzheimer, Parkinson… Les rivières et les nappes phréatiques sont polluées, les terres subissant ces pesticides sont (...)

    #Agenda


  • Déambulation pour le climat, à Lens (Pas-de-Calais)
    https://reporterre.net/Deambulation-pour-le-climat-a-Lens-Pas-de-Calais

    15000 scientifiques de 187 pays viennent de lancer un cri d’alerte : « tous les signaux sont passés au rouge écarlate » ; ils soulignent non seulement l’urgence mais aussi l’importance, afin de maintenir une vie décente pour les générations futures, de réduire le réchauffement climatique et la destruction des espèces vivantes. La COP 21 qui a eu lieu à Paris en décembre 2015 n’a pas été en mesure d’imposer aux Etats des engagements contraignants ; depuis, rien n’a évolué. En attendant, les multinationales (...)

    #Agenda


  • Mobilisation et marche contre les boues rouges, à Bouc-Bel-Air (Bouches-du-Rhône)
    https://reporterre.net/Mobilisation-et-marche-contre-les-boues-rouges-a-Bouc-Bel-Air-Bouches-du

    Bouc Bel Air Environnement, ZEA et le CIQ CIJDB de Gardanne appellent à une Mobilisation suivie d’une marche contre les boues rouges. Rdv le samedi 16 décembre à 11 h au complexe sportif des terres blanches de Bouc Bel Air pour demander une protection sanitaire des populations. Une mise en sécurité du site de Mangegarri dans les plus brefs délais, mais aussi des décharges contenant des boues rouges, des crassiers et de l’usine de Gardanne pour stopper la dispersion de la pollution. 120 ans de (...)

    #Agenda

    « https://www.facebook.com/events/544053435946350 »


  • Rencontres entre chien et loup, à Nantes (Loire-Atlantique)
    https://reporterre.net/Rencontres-entre-chien-et-loup-a-Nantes-Loire-Atlantique

    Rencontres entre chien et loup - du 11 au 16 décembre, à Nantes QUAND LA LITTERATURE SE SAISIT DES ENJEUX ECOLOGIQUES CONFÉRENCES - RENCONTRES - PRIX LITTÉRAIRE - SALON DU LIVRE Nous sommes heureux de vous présenter cette première édition des rencontres « Entre chien et loup » consacrée aux rapports entre la littérature et l’écologie. "Entre chien et loup", c’est-à-dire cette période charnière, floue et inquiétante, où, conscients du danger qui rôde, nous n’avons pas encore pris les mesures nécessaires (...)

    #Agenda

    « http://www.up.univ-nantes.fr/navigation/rencontres-entre-chien-et-loup-du-11-au-16-decembre-2130712.kjsp?RH=1 »


  • Le Média présente sa rédaction en direct
    https://reporterre.net/Le-Media-presente-sa-redaction-en-direct

    Le 10 décembre à 18h, le Média dévoilera sa rédaction à l’occasion d’une nouvelle émission en direct consacrée à l’information. En direct sur en direct sur youtube, sur facebook et le site internet du Média. J-4 : La Rédaction, dimanche sur vos écrans. #LeMédia pic.twitter.com/r6Hc4F2SoM

    Le Média (@LeMediaTV) 6 décembre 2017 Source : courriel à Reporterre

    #Agenda

    « http://bit.ly/LeMedia_YouTube »
    « http://bit.ly/LeMedia_Facebook »
    « https://www.lemediatv.fr »


  • Observation des oiseaux des bois, à Châteaudun (Eure-et-Loir)
    https://reporterre.net/Observation-des-oiseaux-des-bois-a-Chateaudun-Eure-et-Loir

    Dimanche 10 décembre, de 14h à 17h, l’association Eure et Loir Nature organise une observation des oiseaux des bois. Les bénévoles vous aideront à découvrir les oiseaux et autres petits animaux à l’observatoire du Bois des Gâts, à Châteaudun. Si possible, se munir de jumelles. Accès : Dans le Quartier St Jean, prendre la direction Bois des Gâts. Dans le bois, prendre l’allée principale pendant 800m, l’observatoire est sur la droite. Eure-et-Loir Nature Maison de la Nature et de l’Environnement Rue (...)

    #Agenda



  • Marché d’Hiver à la ferme du Pressoir, à Saint-Pern (Ille-et-Vilaine)
    https://reporterre.net/Marche-d-Hiver-a-la-ferme-du-Pressoir-a-Saint-Pern-Ille-et-Vilaine

    Marché d’Hiver à la ferme du Pressoir, à Saint-Pern (Ille-et-Vilaine) le Samedi 9 Décembre 2017 de 8h30 à 18h... Cette année le marché de Noël se présente sous le signe de la solidarité paysanne et du dynamisme au sein de notre territoire : une autre manière de produire et consommer local ! Lors de cet évènement festif, vous pourrez rencontrer des producteurs locaux, des artisans, des associations locales et participer ainsi à soutenir une consommation locale, respectueuse de l’environnement et des (...)

    #Agenda


  • #Proparco, filiale de l’AFD, passe toujours par des #paradis_fiscaux
    https://www.mediapart.fr/journal/international/081217/proparco-filiale-de-l-afd-passe-toujours-par-des-paradis-fiscaux

    Après la mise en cause, en 2014, de sa filiale “financements privés” pour ses investissements offshore, l’Agence française du développement s’est dotée de règles pour éviter les paradis fiscaux. Sauf que sa définition des pays concernés est si restrictive que les îles Caïmans ou Malte n’y figurent pas. Les investissements passant par ces États continuent.

    #International #France #AFD #Agence_française_du_développement #Juridictions_non_coopératives


  • Rencontre-projection « De l’affirmation des droits autochtones en Guyane des années 1980 à la lutte contre le méga-projet Montagne d’or », à Paris
    https://reporterre.net/Rencontre-projection-De-l-affirmation-des-droits-autochtones-en-Guyane-d

    Rencontre-projection avec des représentants autochtones de Guyane. « De l’affirmation des droits autochtones en Guyane des années 1980 à la lutte contre le méga-projet Montagne d’or. » Le jeudi 7 décembre 2017 - à partir de 18h30 Au Centre International de Culture Populaire (CICP), 21ter rue Voltaire, Paris 11e. A quelques jours du sommet climat décidé par Emmanuel Macron le 12 décembre 2017, le CSIA-Nitassinan organise une rencontre avec plusieurs invités kali’na de Guyane "française". Ce sera (...)

    #Agenda

    "http://www.csia-nitassinan.org/spip.php?article860"


  • Marche pour des logements dignes et salubres à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis)
    https://reporterre.net/Marche-pour-des-logements-dignes-et-salubres-a-Aubervilliers-Seine-Saint

    Marchons ensemble le 6 décembre à Aubervilliers pour des logements dignes et salubres ! Face au injustices, irrégularités et les inactions des dirigeants de l’Office public de l’Habitat d’Aubervilliers, de la mairie, des autres bailleurs sociaux et des entreprises publiques et privées, des habitantes et habitants vivant dans les logements sociaux d’Aubervilliers, rassemblés au sein de l’Alliance Citoyenne d’Aubervilliers, ont décidé en assemblée générale de marcher le 6 décembre à 14h30 du square (...)

    #Agenda

    « https://www.facebook.com/events/174007919847049 »


  • L’AFD prise au piège de ses investissements #Charbon
    https://www.mediapart.fr/journal/france/051217/l-afd-prise-au-piege-de-ses-investissements-charbon

    L’agence française de développement a contribué en 2016 à relancer la centrale à charbon d’un site de production de phosphates au Sénégal. Ce n’est pas une aide, mais une restructuration de dette vieille de vingt ans, se défend l’agence. Qui entoure ce projet d’un mur de silence.

    #France #Accord_de_Paris #Agence_française_de_développement #aide_publique_au_développement #Climat #énergie