• #Philosophie hellénistique : épicurisme, stoïcisme, scepticisme
    https://jeretiens.net/philosophie-hellenistique-epicurisme-stoicisme-scepticisme

    https://jeretiens.net/wp-content/uploads/2019/09/Platon_et_Académie_philosophe_grec.png

    Le monde hellénistique Le grand âge d’or de la philosophie athénienne, englobant Socrate, Platon et Aristote, n’a duré qu’environ cent ans. Au cours des siècles qui ont suivi, l’évolution du climat politique et culturel de l’Antiquité a eu tendance à décourager de nombreuses variantes de la pensée philosophique. Les Macédoniens sous Philippe et Alexandre fondent […]

    #antiquité #Petite_histoire_de_la_philosophie_occidentale


  • Le mariage en Mésopotamie et à Babylone
    https://jeretiens.net/le-mariage-en-mesopotamie-et-babylone

    https://jeretiens.net/wp-content/uploads/2019/10/mariage_babylonien_Edwin_Long_1875.jpg

    Alors que la mariée s’approche de l’autel cérémonial en tenant le bras de son père, le marié jette un coup d’œil nerveux sur la scène qui l’entoure. Non loin de là se trouvent les cadeaux qui seront bientôt échangés. Les membres de la famille se tiennent fièrement dans une atmosphère festive. Est-ce que cela se […]

    #Histoire #antiquité


  • Aristote : Politique, art et poétique
    https://jeretiens.net/aristote-politique-art-et-poetique

    https://jeretiens.net/wp-content/uploads/2019/10/Aristote_buste_tête_portrait_philosophe_grec.jpg

    La nature de la justice Puisque l’amitié est une caractéristique importante du bien vivre et que les habitudes vertueuses peuvent être acquises par l’éducation morale et la législation, Aristote considère la vie au sein d’une communauté morale comme une composante essentielle de la morale humaine. Même dans l’Éthique, il note que l’ordre social est présumé […]

    #Philosophie #antiquité #grèce #Petite_histoire_de_la_philosophie_occidentale


  • The FBI Has a Long History of Treating Political Dissent as Terrorism
    https://theintercept.com/2019/10/22/terrorism-fbi-political-dissent

    While terrorism in the U.S. is relatively rare, over the last decade most politically motivated violence has come at the hands of far-right extremists. Despite that reality, the FBI has devoted disproportionate resources to the surveillance of nonviolent civil society groups and protest movements, particularly on the left, using its mandate to protect national security to target scores of individuals posing no threat but opposing government policies and practices. Since 2010, the FBI has (...)

    #FBI #activisme #anti-terrorisme #discrimination #surveillance #Islam

    https://theintercept.imgix.net/wp-uploads/sites/1/2019/10/337_original-IWW-ellis-NatArchives-edit-1571670249-e1571670317929.jpg

    https://seenthis.net/messages/808144 via etraces


  • Framapétitions est mort, vive #pytition !
    https://framablog.org/2019/10/25/framapetitions-est-mort-vive-pytition

    Dans le cadre de notre campagne « Dégooglisons Internet », nous nous étions engagés à produire, parmi 30 autres services, une alternative aux plateformes de #pétition telles que Change ou Avaaz. Cet engagement n’a pas été tenu. Pourquoi ? Cet article fait partie … Lire la suite­­

    #Carnets #Contributopia #Antipub #Change.org #Communaute #contributopia #Degooglisons #framapetitions #GAFAM #Planet #RAP #RezoTIC


  • L’Éthique à Nicomaque d’Aristote et les vertus
    https://jeretiens.net/lethique-a-nicomaque-daristote-et-les-vertus

    https://jeretiens.net/wp-content/uploads/2019/10/Aristote_buste_tête_portrait_philosophe_grec.jpg

    Le but de l’éthique Aristote applique la même approche patiente, prudente et descriptive à son examen de la #Philosophie morale dans le Εθικη Νικομαχοι (Éthique à Nicomaque). Il discute ici des conditions dans lesquelles la responsabilité morale peut être attribuée à des agents individuels, de la nature des vertus et des vices impliqués dans l’évaluation […]

    #antiquité #grèce #Petite_histoire_de_la_philosophie_occidentale


  • « Société de vigilance » : les enseignants sont déjà requis depuis des années
    https://www.mediapart.fr/journal/france/181019/societe-de-vigilance-les-enseignants-sont-deja-requis-depuis-des-annees

    Depuis 2014, les autorités ont mis en place un dispositif de remontée des « signaux faibles » par de nombreux « référents radicalisation ». Particulièrement sollicitées, les écoles et universités se voient confier la responsabilité de juger de la dangerosité d’élèves ou d’étudiants, à l’image de la fac de Cergy-Pontoise, en fonction de critères vagues et potentiellement discriminants. La révélation de l’envoi, le lundi 14 octobre, par l’administration de l’université de Cergy-Pontoise, d’un questionnaire visant (...)

    #anti-terrorisme #étudiants #enseignants #surveillance

    https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2019/10/18/info-dispositif-national.jpg

    https://seenthis.net/messages/806902 via etraces


  • Aristote : réalité et connaissance
    https://jeretiens.net/aristote-realite-et-connaissance

    https://jeretiens.net/wp-content/uploads/2019/10/Aristote_buste_tête_portrait_philosophe_grec.jpg

    La métaphysique Aristote examine les caractéristiques les plus fondamentales de la réalité dans les douze livres de sa Μεταφυσικη (Métaphysique). Bien que l’expérience de ce qui se passe soit la clef de toute connaissance démonstrative, Aristote suppose que l’étude abstraite de l’”être en tant qu’être” (ontologie) doit aller plus loin, afin de comprendre pourquoi les […]

    #Philosophie #antiquité #grèce #Petite_histoire_de_la_philosophie_occidentale


  • #logique aristotélicienne et pensée formelle
    https://jeretiens.net/logique-aristotelicienne-et-pensee-formelle

    https://jeretiens.net/wp-content/uploads/2019/10/Aristote_buste_tête_portrait_philosophe_grec.jpg

    Le plus grand et le plus influent des étudiants de Platon a été Aristote, qui a créé sa propre école à Athènes. Bien que sa carrière d’écrivain ait probablement commencé avec la production de dialogues quasi platoniques, aucun d’entre eux n’a survécu. Au lieu de cela, notre connaissance des doctrines d’Aristote doit être dérivée de […]

    #Philosophie #antiquité #grèce #Petite_histoire_de_la_philosophie_occidentale


  • Platon : L’éducation et la valeur de la justice
    https://jeretiens.net/platon-leducation-et-la-valeur-de-la-justice

    https://jeretiens.net/wp-content/uploads/2019/09/Platon_et_Académie_philosophe_grec.png

    Les hommes et les femmes En tant que compte rendu de l’organisation politique à plus grande échelle, la défense par Platon d’un gouvernement aristocratique avait peu de chances d’obtenir une large approbation dans Athènes démocratique. Il a utilisé les personnages Glaucon et Adeimantus pour exprimer des objections pratiques contre le plan. Ils sont particulièrement préoccupés […]

    #Philosophie #antiquité #grèce #Petite_histoire_de_la_philosophie_occidentale


  • *La guerre des populismes contre les femmes : état des lieux*

    Dans une indifférence quasi-générale, la déferlante des populismes balaye la planète. Comme des dominos, un pays après l’autre tombe dans le camp des démocratures et sous l’emprise des hommes forts qui en prennent inévitablement la tête. Les électeurs de pays ayant derrière eux des siècles de tradition démocratique, comme les Etats-Unis et l’Angleterre, se laissent séduire par les rodomontades démagogiques de politiciens histrioniques dont l’excès de testostérone est le principal argument électoral ; subjugués par leur inquiétant charisme, ils choisissent d’ignorer les casseroles qu’ils traînent, leur corruption et leur violence, et leur confient stupidement les clés de la maison, du compte en banque et des codes nucléaires. Comme les fascistes se sont autrefois emparés du pouvoir en (presque) toute légalité, par le simple jeu des élections démocratiques, des leaders et mouvements d’extrême-droite qui se sont fait connaître sous le terme plus policé de « populistes » obtiennent incompréhensiblement la confiance de leurs concitoyens.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/09/29/la-guerre-des-populismes-contre-les-femmes-etat-des-lie

    #politique #populisme #antiféminisme


  • La République de Platon
    https://jeretiens.net/la-republique-de-platon

    https://jeretiens.net/wp-content/uploads/2019/09/Platon_et_Académie_philosophe_grec.png

    La République de Platon La déclaration la plus complète des vues philosophiques mûres de Platon apparaît dans Πολιτεια (La République), un traitement étendu des principes les plus fondamentaux pour la conduite de la vie humaine. Utilisant le personnage “Socrate” comme porte-parole fictif, Platon considère la nature et la valeur de la justice et des autres […]

    #Philosophie #antiquité #grèce #Petite_histoire_de_la_philosophie_occidentale


  • [#photo] Coup de foudre rétinien pour le travail de Alvaro Laiz, photographe espagnol spécialisé dans l’anthropologie et le photojournalisme environnemental.
    Son site : http://www.alvarolaiz.com

    Trois séries parmi d’autres :
    Série The Hunter, sur la mort d’un chasseur : http://www.alvarolaiz.com/the-hunter
    https://cloud.visura.co/295958.story_x_large.jpg
    Vidéo : https://vimeo.com/151300503

    Série Wonderland sur la vie au delta Amacuro au Vénézuela : http://www.alvarolaiz.com/wonderland
    https://cloud.visura.co/93802.story_x_large.jpg
    Vidéo : https://vimeo.com/74714086

    Série Transmongolian au nom éponyme : http://www.alvarolaiz.com/transmongolian
    https://cloud.visura.co/34441.story_x_large.jpg
    Vidéo : https://vimeo.com/49072623

    Fiche wikipedia https://en.wikipedia.org/wiki/Alvaro_Laiz [en]
    Compte instagram : https://www.instagram.com/alvarolaiz

    #Alavaro_Laiz #photo #photographe #photographie #arts_visuels #journalisme #anthropologie

    https://seenthis.net/messages/802718 via ¿’ ValK.


  • Platon : l’immortalité de l’âme et la théorie des formes
    https://jeretiens.net/platon-limmortalite-de-lame-et-la-theorie-des-formes

    https://jeretiens.net/wp-content/uploads/2019/09/Platon_et_Académie_philosophe_grec.png

    L’étudiant le plus illustre de Socrate en #Philosophie est Platon, dont les dialogues qu’il écrit offrent non seulement un récit admiratif des enseignements de son maître, mais lui donnent aussi l’occasion de développer et d’exprimer ses propres vues philosophiques. Dans le reste de nos lectures des dialogues platoniques, nous supposerons que le “Socrate” qui parle […]

    #antiquité #grèce #Petite_histoire_de_la_philosophie_occidentale


  • How the FBI Increased Its Power After 9/11 and Helped Put Trump in Office
    https://theintercept.com/2019/09/14/fbi-mike-german-book

    Mike German, a former FBI special agent, had four years on the job when he took an assignment that would change his life forever. It was 1992. A jury in Simi Valley, California, had just acquitted a group of mostly white Los Angeles police officers for the videotaped beating of a black construction worker named Rodney King. Decades of pent-up anger directed at one of the nation’s most notoriously racist police departments spilled out on city streets in a six-day convulsion that left more (...)

    #FBI #anti-terrorisme #manipulation #discrimination #surveillance

    https://theintercept.imgix.net/wp-uploads/sites/1/2019/09/GettyImages-1059138318_FBI_web-1568454439-e1568454705153.jpg

    https://seenthis.net/messages/801977 via etraces


  • Bifurcation dans la « fin » du capitalisme. Réponse à Immanuel Wallerstein | Contretemps
    https://www.contretemps.eu/fin-capitalisme-wallerstein-balibar

    En guise d’hommage à un penseur fondamental tant pour l’#anticapitalisme que pour l’anti-impérialisme, Immanuel Wallerstein, qui vient de décéder à l’âge de 89 ans, nous publions ici un texte du philosophe Étienne Balibar. Ce dernier avait eu l’occasion de dialoguer directement avec I. Wallerstein dans le livre classique Race, nation, classe (La Découverte), initialement publié en 1988 et issu d’un séminaire animé en commun au milieu des années 1980.

    Ce texte est tiré du livre La Gauche globale, paru aux éditions de la Maison des sciences de l’homme en 2017.

    via @prac_6

    https://seenthis.net/messages/801119 via tbn


  • Gérard #Noiriel : « Eric Zemmour légitime une forme de délinquance de la pensée »

    L’historien de l’immigration s’attache dans son dernier livre, « Le Venin dans la plume » (La Découverte), à montrer comment la rhétorique identitaire du polémiste est comparable aux imprécations antisémites d’Edouard Drumont. Il détaille son travail dans un entretien au « Monde ».

    Propos recueillis par Nicolas Truong

    Historien et directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), Gérard Noiriel est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire de l’immigration en France, sur le #racisme, sur l’histoire de la classe ouvrière et sur les questions interdisciplinaires et épistémologiques en #histoire. Après Une histoire populaire de la France. De la guerre de Cent Ans à nos jours (Agone, 2018), il publie Le Venin dans la plume . Edouard Drumont, Eric Zemmour et la part sombre de la République (La Découverte, 252 pages, 19 euros, à paraître le 12 septembre), dans lequel il compare la grammaire identitaire des deux pamphlétaires nationalistes.

    On compare souvent la situation politique actuelle à celle des années 1930. Or, dans ce livre, vous expliquez que, pour comprendre la rhétorique réactionnaire d’aujourd’hui, il faut partir des années 1880. Comment avez-vous eu l’idée de croiser ces deux figures que sont Zemmour et Drumont ? Quelles sont les ressemblances qui vous ont le plus frappé et les divergences les plus notables ?

    L’histoire montre que, depuis le XVe siècle et la redécouverte de l’imprimerie en Europe, les révolutions de la communication ont toujours eu des conséquences extrêmement importantes sur la vie économique, sociale et politique. L’explosion de l’Internet, des réseaux sociaux et la multiplication des chaînes d’information en continu illustrent une nouvelle révolution de ce type, comparable à celle que les Français ont connue à la fin du XIXe siècle, lorsque le triomphe de la presse de masse a provoqué une profonde restructuration de l’espace public. Je montre dans ce livre que l’important écho rencontré par des polémistes comme Drumont, à la fin du XIXe siècle, et Zemmour aujourd’hui est la conséquence de ces révolutions communicationnelles. Les années 1930 ont porté au paroxysme les effets politiques du discours antisémite de Drumont et consorts, mais c’est à la fin du XIXe siècle qu’il a été élaboré.

    J’avais déjà beaucoup travaillé sur les écrits d’Edouard Drumont dans mes précédentes recherches. Ce qui m’avait permis de repérer un point commun avec Eric Zemmour : le recours constant aux polémiques, aux scandales pour exister dans l’espace public. Toutefois, c’est seulement lorsque je me suis attelé à la rédaction du présent livre que j’ai comparé minutieusement les discours de ces deux polémistes. J’ai découvert alors, avec stupéfaction, que les points communs allaient bien au-delà de ce que je pensais au départ. Certes, il y a des différences indéniables dans leur prose car, aujourd’hui, on ne peut plus insulter les gens de la même manière que Drumont le faisait au XIXe siècle. Néanmoins, si l’on analyse ce que j’appelle la « grammaire », c’est-à-dire les règles qui sous-tendent leur discours identitaire pour dire le vrai et le faux, on constate qu’elles sont quasiment identiques ; sauf que Drumont s’en prend aux juifs et Zemmour, aux musulmans.

    Peut-on mettre l’antisémitisme de Drumont et l’islamophobie de Zemmour sur le même plan ? Est-il possible de comparer la haine d’un peuple avec la crainte d’une religion ?

    Je sais bien que certains considèrent que le génocide perpétré contre le peuple juif au XXe siècle interdit qu’on puisse comparer l’antisémitisme et l’islamophobie. Mais, dans mon livre, j’utilise le mot « antisémitisme » au sens que lui donnaient les adversaires de Drumont à la fin du XIXe siècle. Notamment Anatole Leroy-Beaulieu, qui définissait l’antisémitisme comme une « doctrine de haine » tournée contre les juifs. J’utilise le mot « islamophobie » pour désigner la « doctrine de haine » qui s’attaque aux musulmans. En ce sens, la comparaison me semble légitime. Je montre que la stigmatisation des musulmans qu’alimente Zemmour dans ses livres mobilise le même genre de rhétorique identitaire que celle de Drumont à l’égard des juifs.

    Quels sont les méthodes, thèmes et exemples récurrents de l’histoire identitaire ? Quelles sont les règles de leur « grammaire identitaire » ?

    Sans pouvoir détailler ici l’analyse que j’ai développée dans le livre, je voudrais insister sur le rôle capital que joue la rhétorique (entendue comme l’art de la persuasion) dans la diffusion du type d’histoire identitaire qu’a inventé Drumont et que Zemmour a adaptée au contexte d’aujourd’hui. Je reproche à mes collègues universitaires qui ont travaillé sur ces questions de se limiter le plus souvent aux arguments avancés par les auteurs réactionnaires, en laissant de côté la réception de ces discours dans le public.

    Les journalistes polémistes comme Drumont ou Zemmour n’ont fait que reprendre à leur compte des thèmes qui ont été mis en circulation par d’autres avant eux. Leur art (on pourrait même dire leur talent) se situe au niveau des techniques de persuasion qu’ils mobilisent pour diffuser ces thèses dans le grand public. Ce qui m’a frappé, c’est qu’Eric Zemmour utilise aujourd’hui les mêmes recettes qu’Edouard Drumont il y a cent trente ans. Il s’agit d’une histoire identitaire qui met en scène des personnages (et non des individus réels) et qui est tout entière centrée sur le clivage entre « eux » (les étrangers) et « nous » (les Français). La France est elle-même présentée comme une personne possédant une identité immuable, cimentée par la religion catholique ; ce qui explique que l’étranger soit défini lui aussi par référence à la religion.

    Cette histoire identitaire prend la forme d’une tragédie. Elle annonce la disparition de la France vaincue par « le parti de l’étranger », en faisant constamment le lien avec l’actualité. Son efficacité tient au fait qu’elle mobilise le sens commun, c’est-à-dire ce que tous les Français savent car ils l’ont lu dans le journal ou qu’ils l’ont vu à la télévision. D’où l’importance capitale accordée aux faits divers, aux crimes, aux attentats, etc. Plutôt que de parler de « racisme », je dirais qu’il s’agit de deux formes de nationalisme : au nationalisme antisémite de Drumont a succédé le nationalisme islamophobe de Zemmour. Il faut toutefois préciser que la force de persuasion de ce type de discours tient aussi au fait que la dénonciation de la menace étrangère s’inscrit dans une vision plus globale de la société, centrée sur le thème de la décadence. Comme on le sait, Zemmour s’en prend aussi aux femmes, aux homosexuels, aux universitaires, etc. Mais on a oublié que Drumont s’attaquait déjà aux mêmes cibles.

    En quoi la « rhétorique de l’inversion » – qui fait des dominés des dominants – est-elle si importante à leur entreprise idéologique ?

    J’ai été frappé, en effet, de constater que nos deux polémistes nationalistes mobilisaient constamment la rhétorique de l’inversion dominants/dominés. Autrement dit, ils ne nient pas l’existence des relations de pouvoir, mais ils les renversent. C’est une pièce maîtresse dans un discours qui vise à avoir toujours le dernier mot. Drumont et Zemmour prétendent élaborer une contre-histoire, qu’ils opposent à « l’histoire officielle ». Elle consiste à présenter les minorités qui ont été persécutées au cours du temps comme des dominants qui mettaient en péril l’identité de la France. Comme Drumont l’avait fait avant lui, Zemmour va jusqu’à justifier la Saint-Barthélemy ou le massacre des protestants de La Rochelle par Richelieu.

    Cette « contre-histoire » a bien sûr pour but de légitimer la politique répressive qu’ils prônent à l’égard des minorités du présent (les juifs pour Drumont, les musulmans pour Zemmour). La rhétorique de l’inversion dominants/dominés permet aussi à ces polémistes omniprésents dans les médias de faire croire à ceux qui les lisent ou qui les écoutent qu’ils sont eux-mêmes des dominés, victimes des universitaires « bien-pensants ». Drumont dénonçait les « élites enjuivées », Zemmour s’en prend aux « islamo-gauchistes » ; les mots ont changé mais la rhétorique est identique. Dans les deux cas, il s’agit de discréditer les vrais savants en les présentant comme des dominants qui ont falsifié l’histoire de France pour servir ce que Zemmour appelle « le parti de l’étranger ». L’analyse que j’ai faite, dans mon livre, des commentaires mis en ligne sur les sites qui font la promotion des thèses de Zemmour montre clairement l’efficacité de cette rhétorique. Tous ceux qui s’efforcent de lutter contre ces discours de haine sont présentés comme des « collabos » au service des islamistes.

    Vous écrivez que ce que vous avez vous-même éprouvé en lisant les pages de Destin français (Albin Michel, 2018) consacrées à votre communauté professionnelle est comparable à « ce que ressentent les membres des communautés musulmanes quand Zemmour discrédite leur religion, ou les homosexuels quand il s’en prend au « lobby gay » ». Quels ont été les ressorts émotionnels de votre indignation ? Pourquoi vous était-il impossible d’entonner personnellement, comme Eric Zemmour, la rengaine du « C’était mieux avant » ? Pourquoi était-il important de parler de vos propres origines sociales ?

    L’autonomie qu’ont acquise progressivement les sciences sociales est indispensable au progrès de la connaissance, mais elle incite les chercheurs à voir la société comme une immense salle de cours. C’est ce qui explique le peu d’attention qu’ils accordent à la réception du savoir. Tous ceux qui se préoccupent de ce qu’on appelle « la fonction civique de l’histoire » devraient pourtant tenir compte du rôle essentiel que jouent les émotions dans l’adhésion ou le rejet d’un discours public.

    C’est ce souci qui m’a incité à commencer le livre en évoquant ma propre trajectoire. Dans les quelques pages de cet avant-propos, je me suis placé finalement sur le même terrain que Zemmour, qui ne cesse de mettre en avant ses origines populaires pour discréditer les universitaires et nous seriner que « c’était mieux avant ». Comme je suis issu d’un milieu plus populaire que le sien, il m’a semblé que j’étais bien placé pour rappeler tous les obstacles qu’ont dû franchir les « transclasses » de ma génération afin d’échapper au destin social que l’école républicaine leur avait fixé. Quand on me dit : « C’était mieux avant », je réponds : « Ça dépend pour qui. » Si nous étions dans un monde où seul compte l’échange d’arguments, je n’aurais pas eu besoin d’évoquer mon parcours. Je l’ai fait parce que je sais que cela aura un impact dans le public, surtout auprès de ceux qui n’ont pas les compétences pour arbitrer les querelles historiographiques.

    C’est ce qui m’a poussé aussi à informer les lecteurs des raisons subjectives qui m’ont conduit à écrire ce livre, à savoir le sentiment d’indignation que j’ai ressenti quand j’ai lu les pages du Destin français où les enseignants-chercheurs de mon genre sont traînés dans la boue. Je ne pouvais pas admettre que le monde savant auquel j’ai eu accès au prix de mille sacrifices et d’efforts soit piétiné sans aucune preuve par un journaliste qui distille continuellement son venin avec la complicité des médias les plus puissants.

    Pourquoi la structuration du champ médiatique est-elle déterminante pour comprendre leur émergence ?

    Ce n’est pas un hasard si La France juive , publié en 1886, a été le premier best-seller des livres politiques de la IIIe République. La presse de masse s’impose à ce moment-là en introduisant la logique capitaliste dans l’univers de la communication. De nouveaux quotidiens voient le jour, qui peuvent toucher jusqu’à un million de lecteurs, tout en se livrant une concurrence acharnée. Les recettes qu’ils inventent pour élargir leur audience sont toujours en vigueur aujourd’hui. Elles relèvent de ce que j’appelle la « fait-diversion de l’actualité ». Les crimes, les catastrophes, les scandales occupent une place de plus en plus grande car ce sont des thèmes porteurs.

    Drumont a été le premier à exploiter cette logique nouvelle. Il fait scandale en insultant ses adversaires pour que ces derniers le provoquent en duel ou le traînent en justice, ce qui alimente sa notoriété et son statut de victime. C’est ainsi que Drumont est devenu un « bon client » pour les journalistes de son temps. La majorité d’entre eux n’étaient sans doute pas antisémites. Mais comme ses scandales à répétition permettaient de gonfler les tirages, la grande presse les a amplement relayés, légitimant du même coup la prose de Drumont. Il faut dire que personne ne pouvait imaginer à cette époque les horreurs auxquelles conduiraient ces délires.

    Eric Zemmour utilise aujourd’hui les mêmes recettes, mais en les adaptant à l’âge d’Internet et des chaînes d’info en continu. Les duels ne se déroulent plus au petit matin dans le bois de Boulogne mais le soir sur les plateaux télévisés. Les journalistes d’aujourd’hui qui relayent complaisamment les obsessions zemmouriennes ne les partagent pas toujours, mais comme c’est bon pour l’Audimat, ils les diffusent eux aussi sans état d’âme.

    De la tuerie de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, à celle de Dayton, aux Etats-Unis, les idées de l’écrivain Renaud Camus sur le « grand remplacement », dont certaines sont partagées par Eric Zemmour, sont lues et revendiquées par des terroristes suprémacistes. Les mots de ces polémistes d’extrême droite sont-ils des mots qui tuent ?

    Curieusement, ceux qui ne cessent d’affirmer que le Coran est la source de tous les attentats commis par les terroristes se réclamant de l’islam réfutent énergiquement ce genre d’arguments quand leurs adversaires accusent Camus ou Zemmour d’inspirer les terroristes suprémacistes. Là encore, le chercheur doit se tenir à distance de ces polémiques pour analyser au cas par cas comment ces criminels s’approprient les discours racistes qui sont à leur portée, le plus souvent pour justifier leurs actes. Il est certain qu’un livre à lui seul ne suffit pas pour déclencher un passage à l’acte. Cela n’empêche pas que les flots de haine qui sont diffusés par ces pamphlétaires et leurs alliés peuvent être reçus par les extrémistes comme une légitimation de la violence à l’égard des « étrangers ».

    Par conséquent, je ne dirais pas que les mots d’Eric Zemmour sont des mots qui tuent, mais je suis bien obligé de constater que, d’un côté, ses propos insultants humilient ceux qui en sont les cibles et que, d’un autre côté, ils confortent la vision du monde de ceux qui sont envahis par la haine de l’autre. Dans mon livre, j’ai fait une petite analyse des commentaires concernant Eric Zemmour mis en ligne sur des sites d’extrême droite comme Riposte laïque. C’est assez terrifiant. On constate que les écrits du polémiste libèrent chez ces lecteurs des pulsions que le droit actuel s’efforce de contenir. En répétant sans cesse qu’il est victime des « bien-pensants », que la liberté d’expression est bafouée par ses contradicteurs, Eric Zemmour légitime une forme de délinquance de la pensée comparable à celle que Drumont légitimait à l’égard des juifs.

    Edouard Drumont a prolongé son engagement de polémiste en se lançant dans la politique active, puisqu’il fut élu député en 1898. Pensez-vous qu’Eric Zemmour suivra la même voie ?

    Ses partisans annoncent « une première grande convention de la droite, qui a vocation à devenir le lieu incontournable des débats philosophiques et politiques de demain » pour le 28 septembre, en présence de Marion Maréchal, la petite-fille de Jean-Marie Le Pen, et d’Eric Zemmour (Le Monde du 5 septembre). On verra ce qu’il en sortira. Mais je doute fort que le polémiste du Figaro franchisse le pas. La tentative de Drumont pour fonder un parti antisémite fut un échec et sa carrière de député prit fin à l’issue de son premier mandat. Plus prudent, Zemmour se contentera sans doute de jouer les éminences grises de cette nouvelle droite extrême.

    Comment contrer Zemmour et ses avatars aujourd’hui ?

    Le principal message que j’ai voulu faire passer dans ce livre est le suivant : je suis absolument convaincu que si nous voulons éviter qu’à brève échéance un Trump, un Johnson, un Salvini ou un Bolsonaro made in France s’installe à la tête de l’Etat, tous ceux qui ont l’immense privilège de pouvoir parler en public – experts, artistes, journalistes, universitaires, politiciens, etc. (je m’inclus évidemment dans le lot) – doivent aujourd’hui s’interroger sans faiblesse sur leur propre rôle.

    Dans son dernier livre, intitulé Destin français , Zemmour a accusé les historiens comme moi d’obéir à une « logique mafieuse », de tenir « les manettes de l’Etat », de manipuler une « grande machinerie » qui « euthanasie la France ». Ce livre a bénéficié, à l’automne 2018, d’une formidable campagne de promotion ; non seulement dans Le Figaro et ses filiales, mais aussi à la radio, sur les chaînes d’info en continu (BFM-TV, CNews, LCI), sur plusieurs chaînes de la TNT. A ma connaissance, aucun de ces journalistes n’a demandé à Zemmour quelles étaient les preuves qu’il pouvait produire à l’appui de ces accusations contre les historiens. Aucun d’entre nous n’a été invité pour défendre la dignité de notre profession face à ces calomnies.

    L’entretien publié dans Le Point pour faire la promotion du livre de Zemmour a repris en titre l’une de ses phrases affirmant : « La plupart des historiens n’assument plus l’histoire de France ». Bel exemple de « fake news », puisque rien qu’entre 2016 et 2018 trois volumineuses histoires de France ont été publiées par des universitaires, notamment la mienne, parue en même temps que l’ouvrage de Zemmour, mais dont Le Point n’a évidemment pas dit un mot. Il s’agit de Les Luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours , de Michelle Zancarini-Fournel (La Découverte, 2016) ; Histoire mondiale de la France , sous la direction de Patrick Boucheron (Seuil, 2017) ; Une histoire populaire de la France. De la guerre de Cent Ans à nos jours (Agone, 2018).

    Voilà comment ces journalistes conçoivent le pluralisme ! Comment, dans ces conditions, prendre au sérieux leurs propos quand ils affirment combattre le populisme et les fausses nouvelles ?

    Mais le plus inquiétant, c’est que les institutions qui représentent notre communauté professionnelle ne se sont pas mobilisées, elles non plus, pour défendre les enseignants-chercheurs mis en cause par le polémiste. Beaucoup d’universitaires estiment en effet qu’ils n’ont pas à répondre à ce genre de provocations. C’est une lourde erreur car nous ne sommes pas des chercheurs de droit divin. Nous avons des comptes à rendre aux citoyens puisque c’est grâce à leurs impôts que nous percevons nos salaires. Si, comme le dit encore Eric Zemmour, dans Le Figaro, « la plupart des historiens qui se prétendent scientifiques sont devenus de nouveaux prêtres qui servent les nouveaux dieux », autant fermer tous les départements d’histoire dans les universités. Mais si le métier de journaliste se résume à faire la promotion commerciale de la prose des pamphlétaires nationalistes parce que c’est bon pour l’audience, autant fermer aussi les écoles de journalisme et recruter des animateurs en CDD.

    Le grand point commun entre les dirigeants populistes qui sont aujourd’hui au pouvoir dans le monde, c’est que leur nationalisme s’accompagne toujours d’un puissant anti-intellectualisme. Si on laisse le champ libre à Zemmour pour labourer le terrain, il ne faudra pas s’étonner du résultat. Marc Bloch a écrit son Apologie pour l’histoire ou métier d’historien (1949), livre dans lequel il défend le métier d’historien, pendant la Résistance, au moment où il combattait l’occupant nazi les armes à la main. Défendre la science historique était à ses yeux, en effet, une autre manière de résister. Dans ce livre, il déplore le repli de ses collègues universitaires dans leur tour d’ivoire et leur « ésotérisme rébarbatif ». Ce qui conduit « à livrer sans défense la masse des lecteurs aux faux brillants d’une histoire prétendue, dont l’absence de sérieux, le pittoresque de pacotille, les partis pris politiques pensent se racheter par une immodeste assurance ». Et les noms qui s’imposent sous sa plume pour illustrer ce type d’histoire réactionnaire sont Charles #Maurras et Jacques Bainville, les deux « historiens » dont se réclame constamment Eric #Zemmour dans ses livres.

    #antisémitisme #islamophobie

    https://seenthis.net/messages/800868 via kaparia


  • La vie philosophique de Socrate
    https://jeretiens.net/la-vie-philosophique-de-socrate

    https://jeretiens.net/wp-content/uploads/2019/09/socrate_philosophe_grec_vie.jpg

    Le penseur le plus intéressant et le plus influent du cinquième siècle avant notre ère est Socrate qui s’adonne à un raisonnement minutieux. Puisqu’il recherche la connaissance véritable plutôt que la simple victoire sur un adversaire, Socrate emploie les mêmes tours logiques développés par les sophistes à un nouveau but, la recherche de la vérité. […]

    #Philosophie #antiquité #grèce #Petite_histoire_de_la_philosophie_occidentale


  • Secret Terrorism Watchlist Found Unconstitutional in Historic Decision
    https://theintercept.com/2019/09/06/terrorism-watchlist-lawsuit-ruling

    In the dark, nearly two-decade long history of America’s war on terror certain initiatives stand out. The rendition and torture of suspected terrorists around the world. Drone warfare. Warrantless surveillance of private citizens. And the creation of watchlists, shadowy and opaque in their construction, with devastating consequences for communities caught in the dragnet. In the summer of 2014, The Intercept published the secret rulebook behind those lists. The 166-page “Watchlisting (...)

    #anti-terrorisme #activisme #BigData #profiling #surveillance

    https://theintercept.imgix.net/wp-uploads/sites/1/2019/09/GettyImages-1146145577-security-1567721352-e1567721437604.jpg

    https://seenthis.net/messages/800720 via etraces


  • Les Présocratiques
    https://jeretiens.net/les-presocratiques

    https://jeretiens.net/wp-content/uploads/2019/09/les_présocratiques_chronologie.png

    La pensée philosophique La #Philosophie en tant que discipline n’est pas facile à définir avec précision. Issue d’un sentiment d’émerveillement face à la vie et au monde, elle implique souvent un vif intérêt pour des questions majeures sur nous-mêmes, notre expérience et notre place dans l’univers dans son ensemble. Mais la philosophie se préoccupe aussi […]

    #antiquité #grèce #Petite_histoire_de_la_philosophie_occidentale


  • Extrême droite : l’accord entre Amazon et Fdesouche qui dérange
    http://www.francesoir.fr/culture-medias/extreme-droite-laccord-entre-amazon-et-fdesouche-qui-derange

    L’entreprise Amazon propose un programme « Partenaires » qui permet à des sites d’intégrer des publicités pour des articles en contrepartie d’une commission. Flairant le bon filon, des sites de la fachosphère se sont saisis de cette offre et parmi eux, Fdesouche. L’affaire pourrait bien embarrasser le géant américain de commerce en ligne. Le Canard enchaîné révèle dans son édition de ce mercredi 28 que le site d’extrême droite Fdesouche, figure de proue de la fachosphère, bénéficiait du programme (...)

    #Amazon #antisémitisme #publicité #discrimination

    ##publicité
    http://www.francesoir.fr/sites/francesoir/files/images/2019/5e39615aa709d36a224ac57924a1d8ee1c5a3c96_field_image_principale_1.jpg

    https://seenthis.net/messages/798966 via etraces


  • Le vrai cout de la #viande pas chère : pauvre #cochon, riche affaire

    Depuis une dizaine d’années, les producteurs de porcs d’outre-Rhin jouissent de subventions massives accordées par Berlin pour accélérer l’industrialisation des exploitations. Aujourd’hui, le pays est devenu autosuffisant et inonde l’Europe à prix cassé. Le marché est dominé par une poignée d’entreprises qui pratiquent l’économie d’échelle grâce à l’automatisation, et entassent des dizaines de milliers de bêtes gavées d’antibiotiques dans des hangars sur caillebotis, coupés de la lumière du jour. Si cette viande est si bon marché, c’est aussi en raison du droit du travail allemand, qui permet aux grands abattoirs d’employer des ouvriers détachés venus d’Europe de l’Est et payés au rabais

    https://www.youtube.com/watch?v=L6MrcGNTJak


    #film #documentaire #Seehofer #industrie_agro-alimentaire #viande #travail #exploitation #Allemagne #prix #élevage #élevage_industriel #cochons #porc #exportation #travail_intérimaire #fertilisants #environnement #lisier #nitrates #eau_potable #nappe_phréatique #pollution #santé #cancer #France #abattoir #sous-traitance #dumping_salarial #travailleurs_étrangers #travailleurs_détachés #bactéries_multi-résistants #label #Roumanie #paysannerie #antibiotiques #métaphylaxie #Germanwatch #colistine #Suède #alimentation #travailleurs_détachés

    https://seenthis.net/messages/795879 via CDB_77


  • Quand le renseignement français collecte des informations... en toute illégalité
    https://www.01net.com/actualites/quand-le-renseignement-francais-collecte-des-informations-en-toute-illegalite

    Sous couvert de lutte contre le terrorisme, les services secrets français collectent et partagent leurs informations, en l’absence de cadre juridique. La Quadrature du Net vient de saisir le Conseil d’État concernant l’existence de cet « entrepôt » ultraconfidentiel. « Si d’aventure une juridiction, Conseil d’Etat ou Conseil constitutionnel, était saisie, son existence même pourrait être remise en cause », écrivait Le Monde, le 29 avril dernier à propos de « l’entrepôt ». Une infrastructure de (...)

    #DGSI #DGSE #anti-terrorisme #surveillance #LaQuadratureduNet #CNIL

    https://www.01net.com/i/0/0/564/f089c2c57f7969c94fc4812eae21a.png

    https://seenthis.net/messages/795673 via etraces


  • Qui est Nauplios ? Fils de Poséidon, Argonaute ou père de Palamède ?
    https://jeretiens.net/qui-est-nauplios-fils-poseidon-argonaute-ou-pere-palamede

    https://jeretiens.net/wp-content/uploads/2019/07/Nauplios_père_Palamède.jpg

    Dans la #Mythologie grecque, le personnage de Nauplios (issu du grec ancien : Ναύπλιος qui signifie “marin”) est attribué à au moins deux héros marins. Dans cet article, nous tâcherons de comprendre s’il s’agit de la même personne ou de héros distincts et comme vous allez le découvrir, ce n’est pas tout à fait clair […]

    #antiquité #grèce