#armes_non_létales

  • Flashback vs Flashball | Se défendre de la police
    https://collectif8juillet.wordpress.com/2018/05/16/flashback-vs-flashball
    https://collectif8juillet.files.wordpress.com/2018/05/fbvsfb1.jpg

    FLASHBACK VS FLASHBALL

    16 mai 2018 · par huitjuillet · dans Uncategorized · Poster un commentaire
    Tribune du collectif 8 juillet. Fin 2016, trois policiers ont été jugés et condamnés par le TGI de Bobigny pour avoir tiré au Flashball et blessé six personnes, dont l’une a perdu un œil, le soir du 8 juillet 2009 à Montreuil. Les policiers ont fait appel. Au premier jour de ce nouveau procès, nous revenons sur « la défense » des policiers et ce qu’elle dit de la violence qu’ils exercent au quotidien. Collectif Huit Juillet.

    Ici deux mondes s’affrontent : les forces de l’ordre et des gens dont la passion est de déstabiliser l’ordre. Franck Liénard, avocat de Patrice Le Gall.

    Il faut imaginer cette salle remplie de policiers armés venus soutenir leurs collègues, ajoutés à d’autres policiers en service que rien ne distingue des précédents, ajoutés à ceux habituellement en charge des procès, ajoutés au peloton de CRS présents à l’extérieur comme à l’intérieur du tribunal, pour mesurer notre sentiment d’insécurité. Mais une fois n’est pas coutume, et à la faveur d’un rapport de force obtenu grâce à de nombreuses interventions publiques, un protocole relativement égalitaire est mis en place. Une moitié de la salle est réservée aux soutiens des victimes, l’autre à ceux des policiers. Alors qu’ils sont en charge de ce protocole, les policiers ne le respecteront évidemment pas et c’est à deux reprises que nous obtiendrons que la salle soit vidée et les soutiens des deux partis strictement recomptés. Ce moment dont chacun aura pu mesurer le caractère exceptionnel est à l’image du combat que mènent les collectifs et les familles contre l’impunité policière. Le corps policier en charge de tous les actes de la procédure est à tout moment susceptible d’exercer des menaces et des pressions, de brouiller les pistes par des procès-verbaux mensongers, des manipulations de preuve, des expertises partisanes et autres chausse-trappes judiciaires… Ce n’est qu’en mettant en lumière les petites combines, magouilles et autres arrangements qui font l’ordinaire de l’impunité policière que les familles arrivent parfois à rompre les solidarités corporatistes et contraindre les magistrats à instruire les dossiers.

    #toctoc suggèrent les #blessés du 8 juillet 2009 actuellement en #procès
    #police #flashball « #armes_non_létales » #justice

    https://seenthis.net/messages/694722 via colporteur


  • lundi 19 février
    favicon vimeo.com
    [vidéo] Tarajal : Démantèlement de l’impunité à la frontière sud de l’Europe
    par Xavier Artigas, Xapo Ortega et Marc Serra (metromuster)
    Il y a quatre ans, le 6 février 2014, quinze per­son­nes sont mortes noyées dans la plage de Tarajal, à Ceuta. Elles essayaient de tra­ver­ser à la nage la fron­tière entre l’Espagne et le Maroc, lors­que les effec­tifs de la Guardia Civil ont tiré sur eux des balles en caou­tchouc et des gre­na­des fumi­gè­nes. Le docu­men­taire dénonce les faits et le clas­se­ment de l’affaire. Durée : 1h20. (Sous-titres en fran­çais dans le sous-menu « CC » du lec­teur vidéo)
    Thème(s) : #frontières, #violences_policières, #Espagne, #armes_non_létales
    https://vimeo.com/216704524


  • « Le procès du #Flashball », par Comme un bruit qui court (#France_Inter), avec un étonnant reportage dans les locaux où il est fabriqué (étonnant parce qu’inédit), croisé avec des réflexions du #Collectif_8_juillet
    https://www.franceinter.fr/emissions/comme-un-bruit-qui-court/comme-un-bruit-qui-court-26-novembre-2016

    Pour le procès du Flash-Ball au Tribunal de Bobigny où trois policiers sont jugés depuis lundi pour « violences volontaires ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente » après avoir blessé six manifestants en 2009 à Montreuil, dont Joachim Gatti qui avait perdu un oeil. Une occasion de revenir sur l’histoire et les déboires du Flashball avec son concepteur, l’armurier Stéphanois, #Verney-Carron.

    http://rf.proxycast.org/1236214589671088129/13947-26.11.2016-ITEMA_21147805-0.mp3

    « #armes_non_létales » #violences_policières #armement #audio #radio

    https://seenthis.net/messages/545861 via intempestive


  • Live tweet du procès des policiers et de leurs #flashballs à Bobigny, liste qui réunit les différents tweets, par @arnoferrat
    https://twitter.com/arnoferrat/lists/proces8juillet

    Par Marie Barbier (L’Huma) - extraits :
    https://twitter.com/Mar_Barbier

    Les 3 policiers jugés pour « violence volontaire » risquent entre 3 et 10 ans d’emprisonnement

    A 22h33, échanges radio entre policiers « les pompiers nous ont avisés : un des anarchos se plaint d’avoir reçu un tir de #Flashball »

    Le 2e policier, Michael G, a été promu brigadier-chef depuis les faits #flashball #Bobigny

    « Ce soir là, tout le monde a été atteint », assure le policier. Quinte de toux dans le public... #flashball #Bobigny

    Patrice L., accusé d’avoir tiré sur J. Gatti, tjs en poste au commissariat de Montreuil, est chef de brigade à police-secours #flashball

    Ou par David Perrotin (Buzzfeed), avec notamment l’intervention de Joachim Gatti : pour 41 personnes gravement blessées à cause du flashball ou LBD en France, dont une majorité qui ont perdu 1 oeil, il y a eu 4 procès, aboutissant à 3 condamnations avec sursis.
    https://twitter.com/davidperrotin/status/800611287256289280

    « #armes_non_létales » #luttes_sociales #violences_policières

    https://seenthis.net/messages/544093 via intempestive



  • Je référence pour relayer la question et la vigilance : « Le fusil ARWEN serait-il arrivé en France ? »
    http://desarmons.net/?p=3966

    http://desarmons.net/wp-content/uploads/2016/06/arwen_en_france-680x330.jpg

    Une photographie prise par Anar’ckanethym et publiée sur sa page Facebook puis reprise par Nantes Révoltée laisse sérieusement à penser que le gouvernement français expérimente l’utilisation d’un fusil à barillet (multi-coups) de 37 mm à destination du maintien de l’ordre.

    En effet, cette arme a été vue entre les mains d’un CRS le 2 juin 2016 à Oullins, près de Lyon, lors d’une manifestation à l’occasion du déplacement d’Emmanuel Macron.

    D’autres personnes affirment en avoir vu un entre les mains des policiers le 5 avril 2016 devant le commissariat de la rue de l’évangile à Paris lors d’un rassemblement de soutien à des personnes interpellées.

    Tristement connue de nos compagnons québécois, l’Anti Riot Weapon ENfield 37 (#ARWEN), créée en 1977 par la Royal Small Arms Factory (RSAF) britannique pour mater les émeutes en Irlande du Nord, est fabriquée depuis 2001 par l’entreprise #Police_Ordnance_Compagny.

    L’ARWEN a déjà causé de nombreuses blessures graves, et notamment celles de Maxence L. Valade, Dominique Laliberté et Alexandre Allard, blessés le 4 mai 2012 dans le cadre des mouvements étudiants à Victoriaville. Le collectif Armes à l’Oeil s’est constitué au #Québec autour des blessés par cette arme pour alerter sur sa dangerosité.
    http://armesaloeil.com

    Cette arme, comme l’explique en détail un article de Moïse Marcoux Chabot [lien ci-dessous], peut tirer différents projectiles : des #grenades de gaz lacrymogène, mais également des balles en plastique, les « #bâtons_cinétiques » (modèle AR-1).

    Précisons que les fusils de type ARWEN ont été conçus à l’origine pour le gouvernement britannique dans le conflit l’opposant à l’Irlande du Nord, pour remplacer le L67A1 38mm Riot Gun qui tirait des balles de caoutchouc. Entre 1970 et 1975, plus de 55 000 balles de caoutchouc y avaient été tirées, causant la mort de 17 personnes, dont 8 mineurs. Les balles de caoutchouc ont aussi fait plusieurs victimes dans le conflit Israélo-Palestinien et posent de réels dangers pour la vie.

    http://moisemarcouxchabot.com/victoriaville-les-balles-de-plastique-sont-identifiees

    http://moisemarcouxchabot.com/wp-content/uploads/article-1566-1-620x465.jpg

    Il ne s’agit pas d’une balle de caoutchouc, mais d’une balle de plastique dur, aussi appelée « munition-bâton » ou « plastic baton round ». Le directeur des communications de la SQ Jean Finet a confirmé l’utilisation de balles de plastique et non de caoutchouc : « Des irritants chimiques et des balles de plastique ont été utilisés dans un continuum de force ». Il s’agit, au même titre que les balles de caoutchouc ou les « bean bags », d’une arme à énergie cinétique visant à neutraliser une personne présentant un risque grave pour sa vie ou la vie des autres. Aux États-Unis, ces armes ont surtout été utilisées dans les dernières années pour incapaciter des personnes sur le point de se suicider.

    (...) Les diverses armes à feu projetant ce type de munitions perdent de la précision lorsqu’elles sont utilisées à des distances supérieures à 10 mètres, qui est pourtant souvent en-dessous de la distance minimum conseillée par les manufacturiers. Les blessures les plus graves sont généralement le résultat de tirs à courtes distances. Un tir rapproché est donc précis mais trop brutal, alors qu’un tir éloigné à la juste force est imprécis et risque de toucher des zones du corps plus fragiles.

    (...)

    http://moisemarcouxchabot.com/wp-content/uploads/balle-e%CC%81ponge-salon-plan-nord-620x462.jpg

    Les balles de Victoriaville sont distinctes de celles que le Service de Police de la Ville de Montréal a utilisées lors du Salon du Plan Nord deux semaines plus tôt :
    balle-éponge-salon-plan-nord

    Ces balles étaient de type « éponge » ou « sponge bullet », d’un diamètre de 40mm. Tel que rapporté par le McGill Daily le 2 mai dernier, elles s’apparentent au modèle américain M1006.

    Et le fusil :

    http://moisemarcouxchabot.com/wp-content/uploads/arwen-37-mkiii.jpg

    http://moisemarcouxchabot.com/wp-content/uploads/fusil-arwen-victoriaville-edouard-plante-frechette-620x414.jpg

    « #armes_non_létales »

    http://seenthis.net/messages/496844 via intempestive


  • Autopsie de la grenade de désencerclement
    |–> Désarmons-les
    http://desarmons.net/?p=3273

    Il n’est pas question ici de suggérer une meilleure utilisation de ces grenades, ni de demander le remplacement de ces armes par d’autres, mais seulement d’informer sur leur fonctionnement, leur cadre d’utilisation et leur dangerosité.

    Il va de soi que l’utilisation d’armes à effet de souffle comme ces grenades ou d’autres (GLI F4 « assourdissantes » ou OF F1 « offensives ») contre des personnes civiles et non armées -{ et il n’est pas inutile de rappeler ici qu’un pavé, un baton, une bouteille, un pétard ou n’importe quel projectile qui n’a pas été usiné comme une arme n’en est pas une -} est un acte criminel, dont la finalité n’est pas tant de dissuader, mais de faire mal et de blesser.

    Les forces de l’ordre sont le bras armé de l’Etat. Hier, par leur violence et leur obstination à entraver la progression la foule, elles ont démontré une fois encore qu’elles sont la milice du capital et, par là, une force opposée au peuple et contre-révolutionnaire. Rien de neuf sous le soleil…

    #armes_non_létales #répression #violences_policières #guerre_sociale

    http://seenthis.net/messages/494266 via ValK