• Israël se prépare à expulser le cofondateur de BDS Omar Barghouti | Agence Media Palestine
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2019/10/08/israel-se-prepare-a-expulser-le-cofondateur-de-bds-omar-barghou
    https://agencemediapalestine.fr/wp-content/uploads/2019/09/1.7110707.3657035394.jpg

    Le ministre de l’intérieur d’Israël dit qu’il prend des mesures pour forcer Omar Barghouti, le cofondateur du mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions, à quitter le pays.

    J’entends agir rapidement pour priver Omar Barghouti de son statut de résident en Israël… Voici un homme qui fait tout pour nuire au pays et qui ne doit donc pas jouir du droit d’être un résident d’Israël.

    Aryeh Deri a dit qu’il avait donné des ordres à l’Autorité de la Population et de l’Immigration pour préparer l’opinion publique à la déportation de Barghouti.

    L’annonce a été faite après que Dina Zilber, Procureure générale adjointe, a informé le bureau de Deri qu’il avait l’autorité pour révoquer le statut de résident de Barghouti. La base juridique : un amendement de 2018 au droit de résidence, qui classe « l’abus de confiance » comme délit pouvant justifier la suppression du statut de résident. Barghouti a épousé une résidente palestinienne d’Israël et vit à Acre sous le statut de résident.

    Imaginez – l’État vous « fait confiance » pour ne pas le blâmer de ses abus, il vous « fait confiance » pour ne pas vous plaindre et pour accepter ces abus, et si vous protestez, même d’une manière non violente et civile, vous avec brisé cette « confiance ». (...)

    #BDS #Omar_Barghouti #expulsion

    https://seenthis.net/messages/805563 via Loutre


  • Ne pas mélanger art et politique ? Les artistes sont souvent progressistes ? Pas en israel... un argument pour le boycott culturel !

    Le plus grand club de musique live d’Israël légitimise l’extrême droite. Les artistes ne disent rien
    Uri Agnon, Haaretz, 6 août 2019
    https://www.agencemediapalestine.fr/blog/2019/08/13/le-plus-grand-club-de-musique-live-disrael-legitimise-lextreme-

    La semaine prochaine marque le début du festival Zappa B’Gaï (Zappa dans la vallée de Hinnom) –un effort conjoint du club Zappa de Jérusalem et de la Cité de David. Nous pouvons peut-être espérer que Zappa ne comprenne pas avec qui il va au lit. Peut-être que les artistes qui participent au « festival » – Danny Robas, Arkadi Duchin, Noam Horev, Revital Vitelzon Jacobs, Moshe Lahav, Shlomi Koriat – sont aussi peu familiers de la complexité politique dans laquelle ils se trouvent impliqués.

    En bref : la Cité de David est un parc national au cœur du quartier palestinien de Silwan à Jérusalem Est. Ce parc est géré par l’association Elad, une organisation sans but lucratif, messianique de droite, qui fait des efforts énormes pour judaïser cette zone, avec l’aide d’un système discriminatoire de lois et des paquets d’argent de sources anonymes.

    L’art est toujours politique mais tous les artistes et toutes les institutions culturelles ne choisissent pas de s’exprimer publiquement contre l’occupation, de la même façon que tout un chacun ne s’y oppose pas activement ou ouvertement. Il y a d’innombrables sujets d’œuvres artistiques. Dans une démocratie, les artistes et les institutions peuvent même exprimer des opinions opposées, c’est à dire ultranationalistes et antidémocratiques, mais il est hypocrite et décevant de dissimuler des opinions extrémistes sous le couvert du courant dominant apolitique.

    #Palestine #Musique #Musique_et_politique #BDS #Boycott_culturel #Jérusalem_Est #Cité_de_David #Elad

    https://seenthis.net/messages/797223 via Dror@sinehebdo


  • La Cour fédérale tranche sur les vins issus des colonies israéliennes
    Lina Dib, La Presse, le 29 juillet 2019
    https://www.lapresse.ca/gourmand/alcools/201907/29/01-5235492-la-cour-federale-tranche-sur-les-vins-issus-des-colonies-israeli

    https://images.lpcdn.ca/641x427/201907/29/1659127-bouteilles-vin-mises-boite-entrepot.jpg

    Enorme victoire pour le militantisme palestinien : un tribunal canadien décide que les vins des colonies ne peuvent pas être étiquetés « Produit d’Israël
    Yumna Patel, Mondoweiss, le 2 août 2019
    https://www.aurdip.org/enorme-victoire-pour-le.html

    « De fait, sans mentionner explicitement BDS, la cour fédérale a décidé que les boycotts sont parfaitement légitimes et qu’un étiquetage faux, trompeur et prêtant à confusion porte atteinte à ce droit, c’est formidable ! », a dit Kattenburg à Mondoweiss.

    #Canada #Palestine #Vin #Occupation #Colonisation #Étiquetage #Tricheries #Droit #BDS #Boycott

    https://seenthis.net/messages/796190 via Dror@sinehebdo


  • Les universitaires israéliens qui ont contribué à la conception de l’émigration palestinienne
    Edo Konrad, +972 Magazine, le 18 juin 2019
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2019/06/21/les-universitaires-israeliens-qui-ont-contribue-a-la-conception

    Des documents récemment découverts révèlent comment, dans les jours qui ont suivi l’occupation, Israël a instauré un « Comité des professeurs » afin d’élaborer des politiques qui pacifient les Palestiniens et leur fassent quitter la Cisjordanie et Gaza de manière permanente.

    Jusqu’à la guerre de 1967, la question centrale dans le conflit israélo-palestinien était celle des réfugiés palestiniens, qui ont été chassés ou qui ont fui de ce qui est devenu Israël et qu’Israël a empêchés de revenir dans leurs maisons après la guerre de 1948. Avec la fin de la guerre de 67, Israël s’est retrouvé à régner sur beaucoup de ces mêmes réfugiés qui avaient fui en Cisjordanie et à Gaza près de 20 ans plus tôt.

    #Palestine #Université #Boycott_universitaire #BDS #complicité #colonisation #occupation #expulsions #déportations #réfugiés #Nakba #Naksa

    https://seenthis.net/messages/788665 via Dror@sinehebdo


  • Comment les services de renseignement israéliens collaborent à la lutte contre #BDS à travers le monde

    Mossad involved in anti-boycott activity, Israeli minister’s datebooks reveal - Israel News - Haaretz.com

    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-mossad-involved-in-anti-boycott-activity-israeli-minister-s-diarie
    https://www.haaretz.com/polopoly_fs/1.6982332.1560306038!/image/533965459.jpg_gen/derivatives/headline_1200x630/533965459.jpg

    The datebooks of Strategic Affairs Minister Gilad Erdan for 2018 reveal that he cooperated with the Mossad in the fight against the boycott, divestment and sanctions movement.

    The diaries, which were released in response to a Freedom of Information request, show that Erdan met with Mossad head Yossi Cohen about “the struggle against the boycott.” The request was made by the Hatzlaha movement, an organization promoting a fair society and economy, to all ministers, deputy ministers and ministry directors-general.

    Officials in the Strategic Affairs Ministry are proud of their work with the state’s security agencies, but hide the content and full scope of these activities on grounds that if these would be revealed, it would undermine the covert efforts being made against BDS and its leaders. Officials in Erdan’s office said that the meeting with Cohen was merely a “review,” but sources familiar with the ministry’s activities told Haaretz that the ministry indeed cooperates with the Mossad.

    Erdan’s datebooks also show meetings with the head of the National Security Council and the head of the NSC’s intelligence branch, as well as meetings with representatives of numerous Jewish organizations, including the American Jewish Committee, B’nai B’rith, the American Jewish Congress, the umbrella organization of French Jewry, the U.S. Reform Movement and others. There are also logs of various meetings and phone calls that Erdan’s chief of staff held with foreign leaders and diplomats, as well as meetings with settler leaders, including the heads of the Samaria Regional Council and the Hebron Hills Regional Council.

    Many of Erdan’s meetings in 2018 were devoted to establishing a public benefit corporation which at first was called Kella Shlomo but whose name was later changed to Concert. Its aim was to covertly advance “mass awareness activities” as part of “the struggle against the campaign to delegitimize” Israel globally. This corporation, which received 128 million shekels (about $36 million) in government funding and was to also collect 128 million shekels in private contributions, is not subject to the Freedom of Information Law.

    In early 2018 Haaretz published the list of shareholders and directors in the company, which include former Strategic Affairs Ministry director general Yossi Kuperwasser; former UN ambassador Dore Gold, a former adviser to Prime Minister Benjamin Netanyahu; former UN ambassador Ron Prosor; businessman Micah Avni, whose father, Richard Lakin, was killed in a 2015 terror attack in Jerusalem; Amos Yadlin, who heads Tel Aviv University’s Institute for National Security Studies; Miri Eisin, who served as the prime minister’s adviser on the foreign press during the Second Lebanon War; former National Security Council chief Yaakov Amidror; and Sagi Balasha, a former CEO of the Israeli-American Council.
    Demonstrators wear shirts reading “Boycott Israel” during a protest in Paris, Dec. 9, 2017.
    Demonstrators wear shirts reading “Boycott Israel” during a protest in Paris, Dec. 9, 2017. AP Photo/Kamil Zihnioglu

    According to a government resolution, the funding was granted to implement part of the ministry’s activities related to the fights against delegitimization and boycotts against the State of Israel. It says the company would raise the private portion of its financing for the initiative from philanthropic sources or pro-Israel organizations. A steering committee was to be appointed for the initiative to comprise representatives of the government and the other funding partners.
    Stay up to date: Sign up to our newsletter
    Email*

    According to a ministry document revealed by The Seventh Eye website, the organization was expected to carry out mass awareness activities and work to exploit the wisdom of crowds, “making new ideas accessible to decision-makers and donors in the Jewish world, and developing new tools to combat the delegitimization of Israel.”

    Elad Mann, Hatzlacha’s legal adviser, said, “Revealing the date books of senior and elected officials is crucial to understanding how the government system works and it has great value taken together with other details of information. This is how to monitor the government and its priorities or the actions it takes with more efficiency and transparency.”

    Erdan’s office said that he “met during this past term with heads of the security echelons to give them a survey of the ministry’s activities in the struggle against the delegitimization and boycott of Israel.”

    Josh Breiner contributed to this report.

    https://seenthis.net/messages/786777 via Nouvelles d’Orient


  • L’assureur Axa se désinvestit d’une entreprise d’armement israélienne, cible d’une campagne de boycott
    Emmanuel Riondé, Basta, le 13 mai 2019
    https://www.bastamag.net/L-assureur-Axa-se-desinvestit-d-une-entreprise-d-armement-israelienne-cibl

    Une filiale d’Axa a récemment confirmé son retrait de l’actionariat d’Elbit Systems, une entreprise israélienne fabriquant des armes utilisées contre les Palestiniens, notamment des bombes au phosphore blanc.

    #Palestine #BDS #Désinvestissement #Axa #armement #embargo

    https://seenthis.net/messages/781105 via Dror@sinehebdo


  • Jonathan Cook : L’ONU censure la publication d’une liste noire des entreprises implantées dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967
    L’Organisation des Nations Unies a reporté pour la troisième fois la semaine dernière la publication d’une liste noire des entreprises israéliennes et internationales [usaméricaines, françaises, allemandes, britanniques et hollandaises] qui profitent directement des colonies de peuplement illégales établies par Israël dans les territoires occupés.
    http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=26043
    #Israël #BDS
    http://www.tlaxcala-int.org/upload/gal_20285.jpg


  • Un tribunal israélien confirme l’expulsion d’un défenseur des droits de l’Homme
    Ali Abunimah, Electronic Intifada, le 18 avril 2019
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2019/04/24/un-tribunal-israelien-confirme-lexpulsion-dun-defenseur-des-dro

    Mardi, un tribunal israélien a confirmé une décision du gouvernement d’expulser Omar Shakir, directeur du bureau de Jérusalem de Human Rights Watch. Le tribunal a fondé sa décision sur une loi de 2017 qui interdit l’entrée aux gens qui plaident pour un boycott d’Israël ou de ses colonies en territoire occupé.

    #Omar_Shakir #HRW #BDS #Boycott

    Suite de :
    https://seenthis.net/messages/573760
    https://seenthis.net/messages/692740
    https://seenthis.net/messages/775165

    Sur un sujet proche, une liste d’expulsions aux frontières israéliennes ici :
    https://seenthis.net/messages/364741

    #Palestine #Expulsion #Frontière

    https://seenthis.net/messages/777600 via Dror@sinehebdo


  • Lettre de l’AURDIP à l’IRT Antoine de Saint- Exupéry concernant sa collaboration avec l’Université d’Ariel située dans les territoires palestiniens occupés
    AURDIP, le 27 avril 2019
    https://www.aurdip.org/lettre-de-l-aurdip-a-l-irt-antoine.html

    Pour Mme Geneviève Fioraso
    Présidente de l’Institut de Recherche Technologique Antoine de Saint- Exupéry

    Paris, le 12 avril 2019,

    Madame la Présidente,

    L’Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP) a été informée que l’Institut de Recherche Technologique (IRT) Antoine de Saint-Exupéry entretient des activités avec l’Université d’Ariel, une université située dans une colonie israélienne au sein des territoires palestiniens occupés.

    Des documents disponibles sur les sites internet de l’IRT Antoine de Saint- Exupéry et de l’Université d’Ariel (présentée comme située en Israël) attestent d’une collaboration institutionnelle entre ces deux établissements.

    Une plaquette de l’IRT Antoine de Saint-Exupéry, qui recense les différentes universités étrangères collaborant avec lui, mentionne d’ailleurs l’Université d’Ariel comme partenaire et indique que celle-ci se trouve en Israël.

    La collaboration entre les deux établissements a donné lieu à des conférences , école d’été , travaux et publications , notamment avec le professeur Joseph Bernstein du département d’ingénierie électrique et électronique de l’Université d’Ariel.

    L’AURDIP se permet de vous signaler que l’Université d’Ariel ne se trouve pas en Israël ou sur le territoire israélien, mais bien dans les territoires palestiniens occupés. L’Université d’Ariel est d’ailleurs érigée dans une colonie israélienne au sein de ces territoires.

    Nous vous rappelons à cette occasion que la colonisation israélienne constitue une violation du droit international (et un crime de guerre) et que toutes les colonies israéliennes situées au sein des territoires palestiniens occupés sont illégales.

    Dans son avis du 9 juillet 2004, la Cour internationale de Justice a dit que, du fait de cette illégalité en droit international, il est de la responsabilité de chaque Etat membre de la communauté internationale de ne pas reconnaître les colonies israéliennes, de n’apporter aucune aide et assistance aux colonies et de faire pression sur l’Etat d’Israël pour qu’il cesse la colonisation.

    C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’Union européenne s’est dotée le 19 juillet 2013 des « lignes directrices relatives à l’éligibilité des entités israéliennes établies dans les territoires occupés par Israël depuis juin 1967 et des activités qu’elles y déploient aux subventions, prix et instruments financiers financés par l’UE à partir de 2014 » ( 2013/C 205/05 ; JOUE du 19.7.2013 C 205/9 à C 205/11), qui interdisent les subventions, bourses et instruments financés par l’UE à toute entité israélienne établie dans les territoires palestiniens occupés par Israël depuis juin 1967, y compris Jérusalem-Est, mais également à toute activité israélienne qui y a lieu.

    Le soutien, direct ou indirect, par un établissement public français comme l’IRT Antoine de Saint-Exupéry, à des activités de recherche ou d’enseignement dans la colonie israélienne d’Ariel, constitue un encouragement à la politique israélienne de colonisation et est donc contraire au droit international.

    Nous souhaitons que vous puissiez nous assurer que cette question de la collaboration avec l’Université d’Ariel, qui fait courir un risque juridique et réputationnel tant à l’IRT Antoine de Saint-Exupéry qu’à son personnel, a été abordée avec votre équipe et traitée, afin d’y mettre un terme définitif.

    Nous attirons votre attention sur le fait que la situation actuelle contredit la position du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui dans un précédent courrier nous a assuré qu’il est opposé à toute collaboration avec une entité de recherche ou d’enseignement située dans une colonie israélienne. Elle contrevient aussi au respect des lignes directrices de la Commission européenne qui ne saurait financer, même indirectement, ce type de collaboration.

    Nous comptons sur votre diligence pour nous rassurer quant à cette mise en conformité avec les législations française, européenne et internationale, et vous prions d’agréer l’expression de nos sentiments les meilleurs.

    Joseph Oesterlé
    Président de l’AURDIP

    #Palestine #BDS #Boycott_universitaire #AURDIP #Colonisation #Territoires_Occupés #Ariel

    https://seenthis.net/messages/777603 via Dror@sinehebdo


  • French resist effort to censor criticism of Zionism
    Ali Abunima, Electronic Intifada, le 4 mars 2019
    https://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/french-resist-effort-censor-criticism-zionism

    The French president’s move, praised by Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu, is part of a transatlantic campaign to weaponize often false accusations of anti-Semitism to smear and silence critics of Israel.

    #antisémitisme #antisionisme #Palestine #censure #Liberté_d'expression #BDS #criminalisation_des_militants

    Compilation sur le sujet :
    https://seenthis.net/messages/762051

    https://seenthis.net/messages/764700 via Dror@sinehebdo



  • Une affaire relativement petite et technique, mais qui démontre le recul des anti-BDS aux États-Unis, pourtant pays leader en la matière :

    Les sénateurs américains rejettent la loi anti-BDS et pro-Israël
    Maannews, le 10 janvier 2019
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2019/01/14/les-senateurs-americains-rejettent-la-loi-anti-bds-et-pro-israe

    Traduction de :

    US Senators vote down anti-BDS, pro-Israeli bill
    Maannews, le 10 janvier 2019
    https://seenthis.net/messages/750837

    A regrouper avec un autre recul aux Etats-Unis :

    Former legislator in Maryland sues state over anti-BDS law
    Middle East Eye, le 9 janvier 2019
    https://seenthis.net/messages/750709

    #BDS #USA #Palestine

    https://seenthis.net/messages/752002 via Dror@sinehebdo


  • Le géant bancaire HSBC se désengage d’un fabricant d’armes israélien suite aux pressions des militants des droits humains
    War on Want, le 27 décembre 2018
    https://www.bdsfrance.org/le-geant-bancaire-hsbc-se-desengage-dun-fabricant-darmes-israelien-suite-

    Plus de 24 000 personnes ont communiqué par mail avec HSBC pour s’inquiéter de ses investissements dans Elbit Systems et d’autres sociétés vendant des armes à l’armée israélienne, et 40 succursales de la HSBC au Royaume-Uni ont été piquetées chaque mois pour la même raison.

    « Toutefois, HSBC continue de traiter avec plus d’une douzaine de sociétés vendant du matériel et des technologies militaires, notamment Caterpillar, dont les bulldozers sont utilisés pour la démolition de maisons et de biens palestiniens, et BAE Systems, dont les armes sont utilisées pour les crimes de guerre par Israël, l’Arabie saoudite et d’autres régimes répressifs. »

    #Palestine #HSBC #BDS #Désinvestissement #Elbit

    https://seenthis.net/messages/747504 via Dror@sinehebdo


  • France-Israel propaganda « season » ends in failure | The Electronic Intifada

    https://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/france-israel-propaganda-season-ends-failure

    A major propaganda effort sponsored by the French and Israeli governments has been a failure, Israeli officials are acknowledging.

    The so-called Saison France-Israël, or France-Israel Season, was a series of hundreds of “cultural” events backed by both governments, running for six months until the end of November.

    “We were hoping that culture would have a diplomatic impact. We put an enormous amount of money into this operation, which had zero success regarding Israel’s image in France, or that of France here,” an Israeli diplomatic source told the newspaper Le Monde last week.

    BDS France, a group that supports the boycott, divestment and sanctions campaign, is celebrating the admission of failure as a victory for activism in support of Palestinian rights.

    The France-Israel Season was an attempted “whitewashing operation, cleansing the state of Israel of its crimes against the Palestinian people, its constant violations of international law and universal human rights,” BDS France stated on Saturday, noting that dozens of French artists, including legendary film director Jean-Luc Godard, had declared they would not cooperate with it.

    #BDS

    https://seenthis.net/messages/741083 via Nouvelles d’Orient


  • Macron irrite Israël en n’honorant pas une visite qu’il avait promise
    Par Piotr Smolar Publié le 28 novembre 2018
    https://www.lemonde.fr/international/article/2018/11/28/macron-irrite-israel-en-n-honorant-pas-une-visite-qu-il-avait-promise_539001
    https://img.lemde.fr/2018/11/11/87/0/3500/1748/1440/720/60/0/60a83c9_PHW17_WW1-CENTURY-LEADERS-ELYSEE_1111_11.JPG Emmanuel Macron et Benyamin Nétanyahou à Paris, le 11 novembre. PHILIPPE WOJAZER / REUTERS

    Le gouvernement israélien est irrité contre Paris. Nulle crise ou tension majeure, mais une affaire de bienséance diplomatique et d’étiquette. Dans la soirée du jeudi 29 novembre aura lieu à Tel-Aviv, au Musée d’art, la cérémonie de clôture de la saison croisée entre les deux pays. Elle a permis l’organisation de nombreux événements culturels et scientifiques, en France comme en Israël, et avait été lancée en grande pompe.

    Or, contrairement à son engagement initial, Emmanuel Macron ne fera pas le déplacement cette fois-ci. Seul le ministre de la culture, Franck Riester, sera présent à Tel Aviv. Aucun officiel israélien de haut rang ne se trouvera à ses côtés.
    (...)
    Or, cette visite n’a pas eu lieu et n’est pas programmée pour l’instant. A cela s’ajoute l’annulation de la visite du premier ministre Edouard Philippe, les 31 mai et 1er juin, pour des « raisons d’agenda ». Le gouvernement gérait alors la réforme de la SNCF. Cette visite avait été ensuite envisagée au cours de l’automne, explique-t-on de source française, avant d’être encore reportée.

    D’où la mauvaise humeur du gouvernement israélien, d’autant que dans l’intervalle, M. Nétanyahou a effectué un second déplacement à Paris, à l’occasion du centenaire de l’armistice de 1918. En outre, le bilan de la saison croisée, sur le plan de l’impact politique et médiatique, est décevant, estime-t-on du côté israélien. « On espérait que la culture aurait un impact diplomatique. On a mis énormément d’argent dans cette opération pour zéro succès, en ce qui concerne l’image d’Israël en France et celle de la France ici » , explique une source diplomatique. (...)

    #BDS

    https://seenthis.net/messages/739978 via Loutre


  • Kasrils tells Herzlia to take heed | Weekend Argus
    https://www.iol.co.za/weekend-argus/news/kasrils-tells-herzlia-to-take-heed-18247266
    https://image.iol.co.za/image/1/process/620x349?source=https://inm-baobab-prod-eu-west-1.s3.amazonaws.com/public/inm/media/image/iol/2018/11/24/18247266/kasrils.jpg

    [Former anti-#apartheid activist Ronnie Kasrils] turned his attention to the government, Boycott, Divestment and Sanctions (#BDS) against Israel and the Israel-Palestine conflict.

    “Firstly, make BDS a powerful tool, as was the case during the Struggle against racist South Africa, to isolate #Israel until change comes,” Kasrils, a Jewish man, said.

    #Afrique_du_sud

    https://seenthis.net/messages/738859 via Kassem


  • Airbnb to remove listings in Jewish West Bank settlements - Israel News - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/airbnb-to-remove-listings-in-jewish-west-bank-settlements-1.6662443

    Home-renting company Airbnb Inc said on Monday that it had decided to remove its listings in Jewish settlements in the West Bank, enclaves that most world powers consider illegal for taking up land where Palestinians seek statehood. In response, Israel’s Tourism Minister Yariv Levin instructed the ministry to restrict the company’s operations across the country.
    A statement on Airbnb’s website said: “We concluded that we should remove listings in Israeli settlements in the occupied West Bank that are at the core of the dispute between Israelis and Palestinians.” 
    It did not say when the decision, which according to Airbnb affects some 200 listings, would take effect. 
    Strategic Affairs Minister Gilad Erdan called on Airbnb hosts harmed by the decision to file lawsuits against the company in accordance with Israel’s anti-boycott law and said he’ll turn to senior U.S. officials to check if the company’s decision violated the anti-boycott laws “that exist in over 25 states.”
    He said that “national conflicts exist throughout the world and Airbnb will need to explain why they chose a racist political stance against some Israeli citizens.”

    The Yesha Council of settlements said in response that “a company that has no qualms about renting apartments in dictatorships around the world and in places that have no relationship with human rights is singling out Israel. This can only be a result of anti-Semitism or surrendering to terrorism – or both.”

    Levin demanded Airbnb cancel its “discrimantory” decision, saying it was a “shameful and miserable decision.”
    Top Palestinian negotiator Saeb Erekat said that Airbnb should have included East Jerusalem and should have said settlements “are illegal and constitute war crimes.” He added: “We reiterate our call upon the UN Human Rights Council to release the database of companies profiting from the Israeli colonial occupation.”

    Airbnb came under Palestinian criticism for such listings, which some find misleading for failing to mention the property is on occupied land claimed by the Palestinians.
    The Palestinians say that by contributing to the settlement economy, Airbnb, like other companies doing business in the West Bank, helps perpetuate Israel’s settlement enterprise. 
    “There are conflicting views regarding whether companies should be doing business in the occupied territories that are the subject of historical disputes between Israelis and Palestinians,” the Airbnb statement said. 
    The statement continued: “In the past, we made clear that we would operate in this area as allowed by law. We did this because we believe that people-to-people travel has considerable value and we want to help bring people together in as many places as possible around the world. Since then, we spent considerable time speaking to various experts. We know that people will disagree with this decision and appreciate their perspective.”
    Oded Revivi, mayor of the West Bank settlement of Efrat and a representative of Yesha, described the Airbnb decision as contrary to its mission, as stated on the website, of “help(ing) to bring people together in as many places as possible around the world”. 
    Israel captured the West Bank, the Gaza Strip and east Jerusalem in the 1967 war and began building settlements soon after.
    While Israel withdrew from Gaza in 2005, the settler population in east Jerusalem and the West Bank has ballooned to almost 600,000. The Palestinians claim these areas as parts of a future state, a position that has wide global support.
    Airbnb said that as part of their decision-making framework, they “evaluate whether the existence of listings is contributing to existing human suffering” and “determine whether the existence of listings in the occupied territory has a direct connection to the larger dispute in the region.”
    The Associated Press contributed to this report

    #BDS

    https://seenthis.net/messages/737093 via Nouvelles d’Orient


  • Anti-Semitism, assimilation and the paradox of Jewish survival – an interview with David Myers, new president of the NIF

    #BDS

    https://www.haaretz.com/us-news/.premium.MAGAZINE-anti-semitism-assimilation-unlikely-keys-to-jewish-surviv

    And the boycott, divestment and sanctions movement against Israel, BDS, has no anti-Semitism in it?
    “Let’s try to make some distinctions here. Yes, some who support BDS are motivated by anti-Semitism. But I don’t believe all who support BDS are anti-Semitic. BDS is a nonviolent movement that would not have come into existence were it not for the occupation. Among its supporters are those who say that the State of Israel should be a state of all its citizens. Is that anti-Semitic? Not necessarily. It’s a political vision based on democratic principles. On the other hand, when someone comes along and says that the Jews are not a nation – as [BDS co-founder] Omar Barghouti says – that makes me mad. It’s no different from a Jew or an Israeli saying that there’s no such thing as a Palestinian people.”
    So is Barghouti an anti-Semite?
    “I have no idea what’s in his heart. And he is not preaching for the death of Jews, as they are on the right. But I don’t like people telling me who I am. That impulse to deny the right to self-definition of the other deeply disturbs and offends me.”
    But you still work with them?
    “How so? I neither support BDS nor work with BDS groups. I do have friends who support BDS. And they’re not anti-Semites. That said, BDS is not my way. Nor is it the most effective way to fight injustice and inequality in Israel.”

    https://seenthis.net/messages/736605 via Nouvelles d’Orient


  • Une municipalité espagnole cède au BDS et annule un match de water-polo
    The Times of Israël - Par Stuart Winer et AFP 6 novembre 2018, 15:15
    https://fr.timesofisrael.com/une-municipalite-espagnole-cede-au-bds-et-annule-un-match-de-water

    Un match de water-polo féminin opposant l’équipe israélienne à l’équipe espagnole s’est retrouvé sans terrain lundi après qu’une municipalité espagnole, censée accueillir l’évènement sportif, a cédé à la pression de militants en faveur du boycott contre Israël.

    Ce n’est qu’après son arrivée à Barcelone que l’équipe israélienne a appris que la municipalité de Molins de Rei, située à 18 kilomètres du centre-ville, a décidé de ne pas organiser le match comme prévu.

    Initialement prévu mardi, le match fait partie d’un tournoi préliminaire au championnat mondial de water-polo.
    (...)
    La Fédération espagnole de natation (RFEN) a annoncé que le match aurait finalement lieu à huis clos dans un centre sportif de Sant Cugat del Vallès, en périphérie de Barcelone.

    « Nous voulons toujours veiller à la sécurité des compétitions internationales (…) et que seul le spectacle sportif importe, au-delà de toute autre considération », assure dans un communiqué la fédération qui assure avoir pris la décision d’un commun accord avec la délégation israélienne. (...)

    #BDS

    https://seenthis.net/messages/734232 via Loutre


  • Une juge fédérale d’Arizona décide que les Etats (des USA) ne peuvent pas punir une entreprise pour le boycott d’Israël
    Isaac Stanley-Becker, Washington Post, le 1er octobre 2018
    http://www.france-palestine.org/Une-juge-federale-d-Arizona-decide-que-les-etats-des-USA-ne-peuven

    Dans sa vie professionnelle, cependant, il était tenu par une loi promulguée par l’Etat d’Arizona en 2016 exigeant de toute entreprise sous contrat avec l’État qu’elle certifie qu’elle ne boycottait pas Israël. Il a contesté la directive devant les tribunaux, affirmant qu’elle violait ses droits au titre du premier amendement.

    Un juge fédéral en Arizona a jugé sa plainte fondée. La juge américaine Diane Humetewa a émis une injonction la semaine dernière, bloquant l’application de cette mesure qui oblige toute entreprise passant un contrat avec l’état à fournir une garantie écrit qu’elle ne participe pas à des activités de boycott visant Israël.

    Cette conclusion est la deuxième cette année à revenir sur une vague de lois au niveau des Etats, qui utilisent les fonds publics pour décourager les activités anti-israéliennes. Elle est dans la lignée d’un jugement similaire prononcé en janvier, lorsqu’un juge fédéral du Kansas a statué pour la première fois que l’application d’une disposition de l’Etat obligeant les contractants à signer un certificat de non-boycott violait le droit d’expression garanti par le Premier amendement. Selon l’American Civil Liberties Union, des dispositions similaires sont en vigueur dans plus d’une douzaine d’États, dont le Maryland, le Minnesota et la Caroline du Sud.

    A propos du #Maryland :
    https://seenthis.net/messages/236008

    A propos du #Kansas :
    https://seenthis.net/messages/637433
    https://seenthis.net/messages/669929
    http://www.aurdip.fr/un-tribunal-du-kansas-bloque.html
    https://www.aclu.org/legal-document/koontz-v-watson-opinion

    A propos de la #Caroline_du_sud :
    https://seenthis.net/messages/690067

    #Palestine #USA #Arizona #BDS #boycott #criminalisation_des_militants

    https://seenthis.net/messages/727815 via Dror@sinehebdo


  • « Non à l’artwashing apartheid » : au Maroc, un appel au boycott culturel d’Israël
    Middle East Eye | Safa Bannani et Margaux Mazellier
    Friday, 21st September 2018
    https://www.middleeasteye.net/reportages/non-l-artwashing-apartheid-au-maroc-un-appel-au-boycott-culturel-d-is

    (...) Contacté par MEE, Sion Assidon, l’un des fondateurs de l’antenne BDS Maroc, a indiqué que celle-ci avait « appelé les réalisateurs au boycott du festival de Haïfa » car « cela entre parfaitement dans le champ d’action du BDS ».

    Après l’annonce de cette participation de films marocains au festival de Haïfa, « les trois réalisateurs ont immédiatement affirmé qu’ils n’étaient pas au courant et qu’ils n’avaient pas été invités au festival », a-t-il précisé. « En effet, ils ne sont plus propriétaires du bien culturel. C’est un bien commercial qui appartient maintenant aux diffuseurs internationaux. »

    Les cinéastes ont exprimé leur indignation suite à cette sélection au festival israélien. Dans un communiqué parvenu à MEE, Meryem Benm’ Barek, a déclaré : « J’ai appris la sélection de mon film Sofia au festival de Haïfa. J’en ai demandé le retrait. Ce sont des vendeurs internationaux qui se chargent de l’envoi des films aux festivals, sans que le réalisateur ne soit impliqué dans ce choix ».

    La réalisatrice a précisé que son film « Sofia est la voix de ceux qui n’ont plus de voix. Il dénonce l’oppression et la domination du faible par le fort dans une société qui divise jusqu’au sein d’une même famille ».

    Dans un communiqué de presse consulté par MEE, Nabil Ayouch explique qu’il n’a « aucune responsabilité » dans la projection de son film en Israël, insistant sur le fait qu’il « est et reste toujours contre toute normalisation des relations avec Israël ».

    Toutefois, le réalisateur marocain affirme qu’il « ne peut pas interdire la projection en Israël d’un film » dont il a « cédé les droits internationaux ». Il précise qu’il a en revanche « le droit de refuser de partir en Israël ». (...)

    #BDS #propriété_intellectuelle #BDS
    #Maroc #Vol #Boycott_Culturel

    https://seenthis.net/messages/724880 via Loutre


  • Le «Coachella israélien» miné par les appels au boycott pro-palestinien - Culture / Next
    http://next.liberation.fr/musique/2018/09/06/le-coachella-israelien-mine-par-les-appels-au-boycott-pro-palestinie
    https://medias.liberation.fr/photo/1153233-kroq-weenie-roast-y-fiesta-2017.jpg?modified_at=1536237233&picto=fb&ratio_x=191&ratio_y=100&width=600

    Tout était réuni pour en faire le Coachella israélien : de grandes scènes perchées sur les hauteurs de Galilée au sein d’un kibboutz hérissé de cactus, de grands noms de l’indé et du rap américain, à commencer par la vaporeuse Lana Del Rey, et la crème des groupes locaux. Trois jours de musique et une grande ambition : créer, dixit les organisateurs, « une réalité alternative dans laquelle plonger ». Sauf que la réalité du conflit israélo-palestinien est tenace, comme ont tenu à le rappeler les activistes du mouvement pro-palestinien #BDS (Boycott, désinvestissement, sanctions) au cours d’une intense campagne virale visant à dissuader les têtes d’affiche de se rendre en Israël.

    Ainsi, le festival Meteor débute jeudi soir amputé de presque un tiers des groupes internationaux initialement programmés.

    Les organisateurs du festival ont dénoncé une « embuscade » visant les artistes. Ils soulignent ne recevoir aucun financement du gouvernement israélien ou d’un quelconque parti, et rappellent que la localisation du festival, en bordure du Golan occupé mais bien à l’intérieur des frontières de 1967 n’est pas « controversée ». « Nous affilier à [la politique israélienne] n’est rien d’autre qu’absurde – en réalité, nous sommes quasiment le seul festival au monde 100 % apolitique », affirment-ils dans un communiqué.

    De nombreux artistes se plaignent ainsi des méthodes du BDS, régulièrement qualifiées de harcèlement. « Le sentiment de contrainte est sans doute très déplaisant pour les artistes, poursuit Thrall. Mais les militants pro-Palestiniens n’utilisent ici que la pression morale, de façon très appuyée certes, mais c’est ce qu’il leur reste. Ils n’ont pas la puissance économique et refusent les armes. » Pour ce dernier, « ce qui rend fou de rage les Israéliens, c’est que le BDS casse l’illusion de normalité telle qu’elle est perçue dans le pays. La plupart des citoyens ne ressentent plus l’impact de cinquante ans d’occupation, ils s’en sont cloisonné mentalement et physiquement. Le BDS déchire cette perception et est vécu comme une injustice : les Israéliens ne comprennent pas pourquoi on les boycotte et non pas la Russie ou la Chine, par exemple ».

    Thrall note néanmoins un changement au sein de la gauche israélienne, où une minorité dit aujourd’hui comprendre voire soutenir ce mouvement, chose « absolument taboue et impensable il y a dix ans ». Dernier signe en date : mercredi, la star du théâtre israélien Itay Tiran a annoncé dans Haaretz qu’il s’installait à Berlin et considérait le BDS comme « une forme de résistance parfaitement légitime ».

    #Israël #Palestine

    https://seenthis.net/messages/720244 via aude_v


  • Itay Tiran, le comédien et metteur en scène de théâtre n°1 d’Israël : BDS est une forme légitime de résistance
    Ravit Hecht, Haaretz, le 5 septembre 2018
    https://www.bdsfrance.org/itay-tiran-le-comedien-et-metteur-en-scene-de-theatre-n1-disrael-bds-est-

    « BDS est une forme tout à fait légitime de résistance. Et si nous voulons prôner un certain type de débat politique qui ne soit pas violent, nous devons renforcer ces voix, même si c’est difficile », dit Itay Tiran, largement considéré comme le comédien et metteur en scène de théâtre-phare d’Israël, dans une interview à Haaretz à la veille de son départ pour l’Allemagne.

    (...)

    « La Déclaration d’Indépendance et le discours sur l’égalité et les valeurs, tout ça c’était l’auto-lissage d’une fanfaronnade colonialiste d’un libéralisme éclairé. Il y a des gens qui se caractérisent encore par « centre-gauche » et qui pensent toujours que s’ils mettent le mot égalité dans la loi, tout ira bien. Ce n’est pas mon avis. Et vraiment, le contre-argument justifié par la droite était : Attendez, il y la Loi du Retour. Qu’est ce qui fait que c’est seulement la loi de l’État-nation qui vous rend fous ? » remarque-t-il.

    #Palestine #BDS #Boycott_culturel

    https://seenthis.net/messages/720187 via Dror@sinehebdo


  • La chanteuse américaine Lana Del Rey annule un concert en Israël - Le Point - Publié le 31/08/2018 à 21:52 | AFP
    http://www.lepoint.fr/culture/la-chanteuse-americaine-lana-del-rey-annule-un-concert-en-israel-31-08-2018-
    http://www.lepoint.fr/images/2018/08/31/16743842lpw-16743841-article-jpg_5528929.jpg © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP / Theo Wargo

    La chanteuse américaine Lana Del Rey a annoncé vendredi l’annulation d’un concert prévu en Israël, la justifiant par le fait qu’elle n’avait pas eu le temps d’organiser, dans le même temps, un concert en « Palestine ».

    La venue prochaine en Israël de la jeune femme avait donné lieu à une campagne pro-palestinienne pour l’annulation de sa performance.

    « C’est important pour moi de chanter à la fois en Palestine et en Israël et traiter tous mes fans de la même façon », a déclaré sur son compte Twitter l’artiste de 33 ans, connue pour sa pop baroque mélancolique.

    « Malheureusement, il n’a pas été possible d’aligner les deux visites par manque de temps, et donc je reporte ma performance au Meteor Festival à un moment où je pourrais planifier des visites à la fois pour mes fans israéliens et palestiniens », a-t-elle ajouté.

    La chanteuse avait initialement indiqué qu’elle participerait au festival, qui doit se tenir en septembre dans le nord d’Israël.

    « La musique est universelle et devrait être utilisée pour unir les gens », avait dit la chanteuse le 19 août sur Twitter.

    Réagissant à l’annulation du concert, Meteor Festival a indiqué, da façon ironique : « nous apprécions vraiment la façon dont elle a utilisé Meteor pour s’attirer l’attention de la presse ».

    Une pétition du mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), qui lutte contre l’occupation des territoires palestiniens, avait appelé la chanteuse à annuler son concert en Israël, en affirmant que sa musique allait servir à occulter « les flagrantes violations des droits de l’Homme » israéliennes.

    La pétition a recueilli plus de 14.500 signatures.

    #BDS

    https://seenthis.net/messages/718824 via Loutre


  • #BDS: how a controversial non-violent movement has transformed the Israeli-Palestinian debate | News | The Guardian
    https://www.theguardian.com/news/2018/aug/14/bds-boycott-divestment-sanctions-movement-transformed-israeli-palestini
    https://i.guim.co.uk/img/media/e04c212725fc71bcb17082aef23b0e1ced240e44/0_44_4804_2883/master/4804.jpg?w=1200&h=630&q=55&auto=format&usm=12&fit=crop&crop=faces%2Centropy&bm=normal&ba=bottom%2Cleft&blend64=aHR0cHM6Ly9hc3NldHMuZ3VpbS5jby51ay9pbWFnZXMvb3ZlcmxheXMvZDM1ODZhNWVmNTc4MTc1NmQyMWEzYjYzNWU1MTcxNDEvdGctZGVmYXVsdC5wbmc&s=859193c5a8db677e9143f429b31cf50f

    Par Nathan Thrall

    In the Jewish diaspora, BDS has created new schisms on the centre-left, which has been forced into a vice by the rightwing and pro-settlement Israeli government on one hand, and the non-Zionist left on the other. It has prompted liberal Zionists to grapple with why they sometimes accept the boycott of products from settlements but not the boycott of the state that creates and sustains them. It has compelled Israel’s more critical supporters to justify their opposition to non-violent forms of pressure on Israel, when the absence of real pressure has done nothing to bring occupation or settlement expansion to an end. It has put the onus on liberal Zionists to defend their support not for the abstract ideal of what they hope Israel might one day become, but for the actual, longstanding practices of the state, including expropriations of Palestinian land for Jewish settlement; detention of hundreds of Palestinians without trial or charge; collective punishment of two million Gazans living under a more than decade-long blockade; and institutionalised inequality between Jewish and Palestinian citizens of Israel. BDS has deprived Israel’s liberal supporters of the excuse that an aberrant occupation or rightwing governments are mainly to blame for the state’s undemocratic practices.

    Perhaps most significantly, BDS has challenged the two-state consensus of the international community. In so doing it has upset the entire industry of Middle East peace process nonprofit organisations, diplomatic missions and think tanks by undermining their central premise: that the conflict can be resolved simply by ending Israel’s occupation of Gaza, East Jerusalem and the rest of the West Bank, leaving the rights of Palestinian citizens of Israel and refugees unaddressed.

    For many diaspora Jews, BDS has become a symbol of evil and repository of dread, a nefarious force transforming the Israel-#Palestine debate from a negotiation over the end of the #occupation and the division of territory into an argument about the conflict’s older and deeper roots: the original displacement of most of the Palestinians, and, on the ruins of their conquered villages, the establishment of a Jewish state. The emergence of the BDS movement has revived old questions about the legitimacy of Zionism, how to justify the privileging of Jewish over non-Jewish rights, and why refugees can return to their homes in other conflicts but not in this one. Above all, it has underscored an awkward issue that cannot be indefinitely neglected: whether #Israel, even if it were to cease its occupation of the West Bank and #Gaza, can be both a democracy and a Jewish state.

    #sionisme #industrie_du_proccessus_de_paix

    https://seenthis.net/messages/715092 via Kassem