#black_bloc

  • Reportage écrit & sonore : Black bloc : en cendres, tout devient possible
    par Tristan Goldbronn & Pierre·Olivier Chaput pour Radio Parleur
    https://radioparleur.net/2019/09/22/black-bloc-possible
    https://radioparleur.net/wp-content/uploads/2019/07/190209-gilets-jaune-BD47.jpg

    Récits, témoignages, analyses, perspectives et Histoire autour de la stratégie politique par le faire du #Black_Bloc, loin du fantasme des mainstream. On sent que le sujet a été longuement préparé, avec en plus un support sonore qui complète le document.

    Informel, protéiforme et éphémère, il est difficile de savoir qui sont précisément les participant·es au black bloc. Si vous vous attendiez à trouver une organisation permanente aux ramifications internationales et structurées, vous serez déçu·e. « Le Black Bloc c’est une pratique. Il n’y a pas d’amicale ou d’organisation officielle », sourit Vixen, pour qui le phénomène du black bloc ne saurait être considéré comme un ensemble de groupuscules organisés. Mais bien comme une tactique adoptée lors des manifestations par certains individus de différences tendances politiques, où un certain nombre d’idées politiques convergent.

    « Elles ont en commun de lutter contre différents types de dominations : politiques, économiques et sexistes », détaille Camille, un étudiant de 27 ans, engoncé dans son imperméable. Pas de chef donc, ni de porte-parole officiel, contrairement à ce que pourrait penser certains médias. « Personne n’est le bloc. Il n’appartient à personne et il n’y a aucun dirigeant ni porte-parole. » Camille ajoute : « C’est cohérent avec nos idées politiques : la délégation et la représentation sont des pièges qui amènent toujours la hiérarchie et la domination. »

    https://seenthis.net/messages/803086 via ¿’ ValK.


  • Titre pompeux à clics et timming au cordeau alors que tombent les BB sous l’action conjointe de la police prédictive et de l’extrême-droite délatoire : L’article à lire pour comprendre ce qu’est vraiment un #black_bloc : https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/l-article-a-lire-pour-comprendre-ce-qu-est-vraiment-un-black-bloc_32540
    Avec cette très belle définition du politologue Francis Dupuis-Déri :
    "une sorte d’énorme drapeau noir, tissé d’êtres humains" qui m’a remis l’hymne black-bloc en tête : https://youtu.be/lJpGHukH01M


    Gros souci cependant sur le raccourci fait au sujet de l’hôpital #Necker :

    « La tradition, chez les participants au black bloc, c’est ’on attaque le matériel, on ne fait pas de victimes’ », explique Sylvain Boulouque, historien spécialiste de l’anarchisme. Pourtant, deux épisodes récents semblent déroger à cette règle : les vitres brisées de l’hôpital Necker pour enfants pendant les manifestations contre la loi Travail à Paris et l’incendie d’une banque située dans un immeuble d’habitation, le 16 mars dernier, toujours à Paris. « C’est quelque chose que l’on ne voyait pas avant, remarque l’historien. Peut-être le fait de jeunes manifestants encore peu aguerris aux pratiques du black bloc. Cela montre en tout cas que le mouvement n’est pas uniforme. »

    On le savait, malgré les efforts de décryptage et de recontextualisation, et malgré les excuses du Black Bloc, la dictature de l’émotion à écrit l’Histoire...
    https://seenthis.net/messages/500286

    Au demeurant l’historique est plutôt bon (sauf que le cortège de tête existe avant les manifs « Loi Travaille ») et je découvre une vidéo d’archive de Seattle que je ne connaissais pas : https://youtu.be/pFamvR9CpYw

    Concernant ce dont je parle en intro, l’info est dans cet article à la plume assez dégueulasse, entre sensationalisme et amusement, en tout cas aucunement en phase avec la gravité de ce que cela dit : des jeunes qui se battent contre la montée en puissance de l’extrême-droite et qui sefont balancer par celle-ci appuyée avec zèle par la police ravie de re-coffrer une « figure » au passage et d’aller informer les médias :
    https://www.europe1.fr/societe/gilets-jaunes-des-affrontements-entre-ultra-gauche-et-ultra-droite-pour-la-t
    Il y a eut aussi des arrestations « préventives » ce matin à Paris, désolée l’info n’est que sur twitter pour le moment :

    Paris #GiletsJaunes #Acte23 #ActeXXIII a Gare du Nord. 5 interpellations par la BAC au premier étage d’un bar. Il ne se passait rien. Incompréhensible.

    https://twitter.com/4iiiN64/status/1119538506777464832?s=19

    https://seenthis.net/messages/775936 via ¿’ ValK.


  • Depuis quelques jours, le collectif Désarmons-les se fait régulièrement agresser. Voici son communiqué :
    MISE AU POINT, sur les menaces que nous recevons.
    https://desarmons.net/index.php/2019/02/04/mise-au-point-sur-les-menaces-que-nous-recevons

    Depuis quelques jours, nous nous faisons régulièrement agresser.

    Notre collectif existe depuis 2012. Depuis 2014, il s’organise quotidiennement auprès de personnes mutilées par la police, y compris déjà en 1999. Certain-es de ces blessé-es graves l’ont été dans les quartiers populaires, d’autres en marge de matchs de foot, tous n’ont pas les mêmes convictions politiques. Nous n’avons pas attendu le mouvement des gilets jaunes.

    Oui, il y avait des blessé-es grave avant les gilets jaunes. Nous en comptions au moins 53 avant le mois de novembre 2018. On en parlait peu. Notre combat était peu visible. Nous n’avons jamais cherché la reconnaissance, notre priorité étant d’aider les blessé-es dans leur combat, en apportant un soutien juridique, psychologique, politique, selon des principes clairs et en accord avec une analyse radicale du système actuel.

    Depuis quelques semaines, des enjeux de pouvoir ont pris leur place dans un combat que nous menons depuis des années avec bienveillance. Des gens se présentent en icônes d’un mouvement qui avait pourtant affirmé qu’il ne voulait pas de porte-paroles, écrasant au passage les pieds des autres. Certaines croient également pertinent de dire qu’ils sont « neutres » et que leur action est « apolitique », tout en laissant agir des populistes de la droite dure et en condamnant les militants antifascistes qui combattent l’hydre fasciste avec conviction (autant préciser qu’on ne la combat pas avec des fleurs).

    Nous ne sommes pas d’accord avec cette neutralité, car pour nous les violences d’État, dont font partie les violences racistes et les violences policières, sont un problème politique. Depuis des années, nous essayons de faire admettre au plus grand nombre que ce ne sont pas des « dérapages », des « bavures », mais des violences systémiques, institutionnelles, assumées par le pouvoir.

    Aujourd’hui, nous faisons l’objet d’insultes diverses et de menaces.

    Des gens nous disent que nous mentons et que nous « ne maîtrisons pas notre sujet », sans avoir lu un seul des articles de notre site internet. Nous mettons au défi qui que ce soit de trouver un mensonge sur notre site ou une information qui soit fausse.

    Depuis quelques jours, nous faisons également l’objet d’attaques verbales et de menaces de personnes qui ne supportent pas la critique politique et ne sont pas capables d’autocritique, exigeant de nous qu’on supprime des publications sous prétexte qu’elles leur déplaisent, confondent « critique » et « appel à la haine ».

    Parmi elles, des personnes qui se disent « medics » et ont inventé un clivage entre « street medics » et « médics », comme si ces catégories existaient avant que ces mêmes personnes ne débarquent et négocient leur intervention avec les autorités, niant et piétinant du même coup des décennies de pratiques militantes, réfléchies et autonomes (qu’elles semblent mépriser). « street medic » n’est pas une identité, mais une pratique, au même titre que les « legal team » (soutien juridique), les « trauma team » (soutien psychologique), le « black bloc » (tactique collective permettant d’agir et se défendre en bénéficiant de l’anonymat), les « zones d’autonomie temporaire » ou les « cantines mobiles ». Cette pratique a une histoire et une philosophie, qui remonte au mouvement américain des droits civiques. Elle n’a jamais été neutre, ni apolitique.

    Déjà en 2012, nous avions des liens constants avec des groupes de « street medics ». Sur certaines manifestations, nous avons nous-mêmes été street medics.

    Faire « street medic », c’est être capable d’humilité, refuser la professionnalisation, dans le but de protéger les manifestant-es de la répression et d’organiser le soin en manifestation autour de principes de lutte clairs, qui n’acceptent aucune négociation avec les flics pour quémander le droit d’agir. Oui, être medic en manif, ce n’est pas offrir un substitut à la sécurité civile ou aux pompiers : il s’agit d’un combat politique, pas de l’encadrement légal d’un événement festif.

    Toutes celles et ceux qui voient dans ces pratiques une manière égocentrique d’exister, d’avoir de la reconnaissance, de se faire passer pour des héros, n’ont pas compris l’esprit de la chose.

    On n’a pas à nous faire des pressions parce que nous dénonçons les compromis avec la police. Nous avons nos valeurs et principes, nous les défendrons. Que ceux à qui ça ne plaît pas passent leur chemin au lieu de nous empêcher d’agir et de nous faire perdre notre temps.

    Laissez nous respirer !

    (je l’ai copié en entier parce que je veux être sûre qu’il soit lu, tant ses bases politiques / éthiques sont importantes !)

    #apolitisme #streetmedics #street_medic #trauma_team #legal_team #black_bloc #radicalité #oppression_systémique

    https://seenthis.net/messages/757745 via ¿’ ValK.


  • A #Hambourg, fractures au sommet et solidarité dans la rue
    https://www.mediapart.fr/journal/international/100717/hambourg-fractures-au-sommet-et-solidarite-dans-la-rue

    Vendredi matin à Hambourg, lors d’une action contre le #G20 © Yann Levy / Hans Lucas Le G20 officiel s’est achevé samedi avec une déclaration a minima. Du côté des opposants, le bilan se veut plus positif, en dépit des violences. « Nous avons fait ce que nous avons dit, nous avons perturbé le début du sommet », estime l’organisateur de la mobilisation « Block G20 ».

    #International #accord #altermondialisme #Angela_Merkel #Black_bloc #Donald_Trump #manifestations