#burn_out

  • 25 mai 2019, reconnaissance du #burn_out par l’#OMS ! | Au temps pour toi
    https://www.autempspourtoi.eu/25-mai-2019-reconnaissance-du-burn-out-par-loms
    https://www.autempspourtoi.eu/wp-content/uploads/2019/05/WHA.png

    Le 13 mai dernier encore, sur France Inter la Ministre du #travail Muriel Pénicaud, interrogée sur les suicides à France Télécom et le syndrome d’épuisement professionnel (burn-out) a répondu que « ces sujets là sont des sujets internationaux. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a dit très fermement après étude que ce n’était pas une maladie professionnelle. »

    Même s’il ne rentre en application qu’en 2022, le vote d’aujourd’hui vient donc à présent changer la donne, et ouvrir la voie de la reconnaissance au niveau national, sur base de cette étape internationale. Il faut ici préciser que si le burn out peut donc désormais être nommé « maladie », il n’est pas certain qu’il soit rapidement répertorié comme « maladie professionnelle ».

    https://seenthis.net/messages/783395 via Kassem


  • LesInrocks - “L’hôpital est malade” : des infirmiers racontent leur enfer quotidien
    http://www.lesinrocks.com/2017/10/04/actualite/lhopital-est-malade-des-infirmiers-racontent-leur-enfer-quotidien-119933

    Au sein de l’hôpital public français, quand vous faites part de votre détresse au travail, on vous considère comme “une emmerdeuse”. Voilà ce qu’a subi Aurélie*, infirmière bretonne de 29 ans. C’était il y a trois ans, et pourtant, le souvenir de ce moment d’une violence inouïe reste vif dans la mémoire de cette jeune femme au rire communicatif – c’est du moins ce qu’on a perçu au téléphone.

    A l’époque, sa propension à l’hilarité ne fait plus vraiment partie de sa vie : Aurélie est alors plongée dans une dépression sévère. En cause, une longue période de roulement de nuit imposée par la direction de son hôpital, dans le Finistère, que son corps, déjà fatigué par le job en soi, ne supporte pas bien. Elle ne dort plus, prend des anxiolytiques et des somnifères, est “au bout du bout”.

    Quand elle commence à avoir des pensées suicidaires, elle se résout à aller voir la médecine du travail, qui l’enjoint à expliquer sa situation à la DRH. Laquelle lui dira gentiment, en quinze minutes top chrono car, bon, on n’a pas que ça à faire quand même de s’occuper des collègues qui vont mal, qu’elle est “une épine dans son pied” du fait de ses désidératas, et qu’elle “avait cherché, en vain, à la virer, en lui cherchant une faute grave”. Pas de chance : les appréciations d’Aurélie, à l’époque stagiaire en passe d’être titularisée, sont bonnes. Elle obtiendra finalement gain de cause et changera d’horaires.

    https://dl.dropbox.com/s/021vpfs9n2labo9/ADTG.jpg?dl=0 #burn_out #DRH (inhumanité des)

    https://seenthis.net/messages/636179 via Sombre Hermano


  • A #LCL, ces #suicides que la direction ne veut pas voir
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/050417/lcl-ces-suicides-que-la-direction-ne-veut-pas-voir

    Entre septembre 2016 et mars 2017, quatre salariés de la #banque LCL (ex-Crédit lyonnais) se sont suicidés ou ont tenté de le faire. Dans cette filiale du groupe #Crédit_agricole qui vit au rythme des restructurations massives, les risques psychosociaux sont préoccupants. Face aux alarmes lancées depuis plusieurs années par les syndicats et les médecins du travail, la direction pratique l’omerta.

    #Economie #burn_out #souffrance_au_travail


  • Le Sénat supprime le burn-out de la liste des maladies professionnelles - SudOuest.fr
    http://www.sudouest.fr/2015/06/25/le-senat-supprime-le-burn-out-de-la-liste-des-maladies-professionnelles-196

    Le Sénat a retiré mercredi le burn-out de la liste des maladies professionnelles, qu’avait introduit l’Assemblée nationale à l’occasion du débat en première lecture sur le projet de loi sur le dialogue social.

    Les députés avaient adopté un amendement socialiste, identique à un autre du gouvernement, disposant que « les pathologies psychiques peuvent être reconnues comme maladies d’origine professionnelle » aux mêmes conditions que les autres affections.
    « Lutter contre ce mal »

    La commission des Affaires sociales du Sénat a retiré cet amendement et les sénateurs, à majorité à droite, ont rejeté des amendements de rétablissement déposés par la gauche et le gouvernement.
    La rédaction vous conseille

    Pour Jean Desessard (écologiste), auteur d’un de ces amendements, « le burn-out touche de très nombreux salariés et le législateur se doit de mettre en œuvre les moyens de lutter contre ce mal ».
    L’Assemblée aura le dernier mot

    François Rebsamen, le ministre du travail, a souligné que le gouvernement est « très attaché » à cette disposition qui constitue « un progrès important dans la reconnaissance de situations de burn-out, qui s’accompagnera d’un accent très fort mis sur la prévention ».

    L’examen du texte, prévu jusqu’à vendredi au Sénat, sera suivi d’un vote solennel le 30 juin. II sera suivi d’une commission mixte paritaire chargée de trouver une version commune aux deux chambres. En cas d’échec, c’est l’Assemblée qui aura le dernier mot.

    Fin 2014, une étude révélait que plus de trois millions d’actifs français présentaient un risque élevé de faire un « burn-out », un arrêt de travail soudain à la suite d’un épuisement lié aux conditions de travail.

    #travail #burn_out #santé

    http://seenthis.net/messages/492533 via mad meg