• Quelques lignes sur la fin du monde – VÉLOCE
    http://www.lisez-veloce.fr/tracts-2018/quelques-lignes

    D’autres l’avaient prévu, mais nous sommes en train de le vivre : la fin du monde est un spectacle de plus. Des plaies dignes de la Bible s’abattent chaque semaine (hécatombes d’animaux en tous genre, fonte des glaces, incendies, canicules, inondations, séismes et tsunamis) et pourtant ce fait indéniable entre tous est lui aussi mis à distance, éloigné, contemplé. Cet arrêt de mort qui concerne tout le monde ne semble concerner personne, et surtout ne nécessiter aucune action digne de ce nom. Jamais il n’a été plus brûlant que la réalité soit transformée, et jamais elle n’a été si désertée au profit de son reflet spectaculaire, devenu cybernétique. Si les nouvelles de l’apocalypse saturent les réseaux sociaux, elles ne sortent personne de sa torpeur.

    D’habitude, on considère que la population subit son destin capitaliste avec la même fatalité que s’il s’agissait du bon ou du mauvais temps. Cela dit pour exprimer ce paradoxe que sa situation politique, sur laquelle elle peut évidemment agir, lui paraît aussi distante et insurmontable que les nuages. La chose est allée si loin qu’elle s’est renversée : de nos jours, la population subit le désordre du climat comme elle suit avec résignation son destin capitaliste, et parce qu’elle le suit. Cette résignation dans l’aliénation a atteint son point extrême : le climat même, qui était pourtant l’archétype de la chose sur laquelle l’humanité n’a pas de prise, est devenu aujourd’hui un enjeu politique de première importance, et la preuve ultime qu’il faut prendre nos affaires en main. Le soleil et la pluie, la neige et le vent qui paraissaient si lointains, sont à leur tour victimes du désastreux état de la société.

    #climat #capitalisme #capitalocène #révolution

    https://seenthis.net/messages/725994 via colporteur



  • Une réaction en chaîne irréversible pourrait transformer la Terre en étuve
    https://www.20minutes.fr/planete/2318199-20180807-reaction-chaine-irreversible-pourrait-transformer-terre-e

    Notre planète fonce vers un point de rupture qui déboucherait sur un scénario catastrophe irréversible. C’est l’avertissement lancé par des chercheurs internationaux dans une nouvelle étude sur le climat, publiée lundi dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PDF). Selon eux, un effet domino pourrait transformer la Terre en étuve d’ici quelques décennies, même si l’humanité parvient à limiter la hausse des températures à 2°C par rapport aux niveaux préindustriels – l’objectif fixé par l’Accord de Paris.

    Si les calottes polaires continuent de fondre, les forêts d’être décimées et les émissions de gaz à effet de serre de battre chaque année des records, la Terre va franchir un point de rupture, concluent des chercheurs de l’université de Copenhague, de l’Université nationale australienne et de l’Institut de recherche de Potsdam sur les effets du changement climatique en Allemagne.

    Une réaction en chaîne en trois temps

    Les chercheurs ont identifié une dizaine de facteurs de risques interconnectés qui pourraient provoquer une réaction en chaîne en trois temps. Avec des puits de carbone affaiblis, des forêts qui rétrécissent et une hausse des températures comprises entre 1 et 3°C, la calotte glaciaire recouvrant la terre de l’Antarctique ouest et du Groenland, les glaciers des Alpes et la Grande barrière de corail seraient les premiers menacés.

    « Quand un seuil critique est atteint, le processus de réactions s’auto-entretient », note l’étude. La machine s’emballerait alors jusqu’à une hausse des températures de 5°C, menaçant l’Antarctique Est et le méthane et le CO2 emprisonnés dans le permafrost, sol censé être gelé en permanence en Russie ou au Canada, correspond à environ 15 années d’émissions humaines.

    Une hausse du niveau de la mer de 25 mètres

    Les conséquences seraient dévastatrices. La fonte des glaces de l’Antarctique Ouest et du Groenland conduirait à une hausse du niveau de la mer de 13 mètres. La calotte de l’Antarctique Est, plus sensible au réchauffement qu’estimé précédemment, représente 12 mètres potentiels supplémentaires. Deux-tiers des mégalopoles sont installées moins de 10 mètres au-dessus du niveau de la mer, tout comme les plaines agricoles qui les nourrissent.

    #climat #capitalocène #submersion

    https://seenthis.net/messages/713380 via colporteur



  • Radio : Anthropocène ou capitalocène ? | Et vous n’avez encore rien vu...
    https://sniadecki.wordpress.com/2017/07/25/rmu-capitalocene

    Dans la série Racine de Moins Un, émission de critique des sciences, des technologies et de la société industrielle, je vous propose d’écouter deux conférences qui traitent de l’anthropocène, période géologique durant laquelle l’influence de l’être humain sur la biosphère a atteint un tel niveau que l’activité humaine est devenue une « force géologique » majeure capable de marquer la lithosphère. Ce terme a été proposé par le météorologue et chimiste de l’atmosphère Paul Crutzen, prix Nobel de chimie en 1995, pour désigner une nouvelle époque géologique, qui aurait débuté selon lui à la fin du XVIIIe siècle avec la révolution industrielle.

    Dans la première émission, l’anthropologue Philippe Descola discute la notion d’anthropocène à la lumière de sa discipline. A cette occasion, il évoque des réformes de nos manières de penser qui pourraient conduire à de nouvelles manières d’être au monde, à d’autres manière d’inclure la nature dans notre organisation sociale et nos représentations culturelles (pistes qu’il a déjà explorés avec son ouvrage Par delà nature et culture, éd. Gallimard, 2005). Et notamment, il cherche de nouvelles modalités de créer des communaux qui dépassent l’individualisme possessif et la vision anthropocentrique de la nature qui sont propres à l’Occident.

    https://ia600604.us.archive.org/22/items/RMU027AnthropoceneDescola/RMU_027_AnthropoceneDescola.mp3

    Dans la seconde émission, les historiens Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz présentent la notion d’anthropocène de manière critique, en montrant que les discours scientifiques dépolitisent la crise écologique en occultant les rapports de domination et d’exploitation entre les humains et en la reliant aux échanges inégaux de ressources entre nations. L’anthropocène devrait donc plus justement être qualifiée de capitalocène (voir leur ouvrage L’événement Anthropocène, la Terre, l’histoire et nous, éd. du Seuil, 2016).

    https://archive.org/download/RMU028AnthropoceneBonneuilFressoz/RMU_028_AnthropoceneBonneuilFressoz.mp3

    Jean-Baptiste Fressoz, L’Anthropocène et l’esthétique du sublime, 2016
    https://sniadecki.wordpress.com/2017/07/25/fressoz-sublime

    #audio #radio #Racine_de_moins_un #anthopocène #capitalocène #écologie #Jean-Baptiste_Fressoz #Philippe_Descola #anthropologie
    @sinehebdo

    https://seenthis.net/messages/617562 via RastaPopoulos


  • ELO#273 - La compil de la fin du monde
    Dror, Entre Les Oreilles, le 5 avril 2017
    http://entrelesoreilles.blogspot.ca/2017/04/elo273-la-compil-de-la-fin-du-monde.html

    La fin du monde approche, et telle celle du Titanic, il est hors de question que cela ne se produise pas en musique. Entre Les Oreilles est là et vous concocte encore une belle dernière playlist indispensable dont elle a le secret, pour vous accompagner jusqu’à la fin... :
    https://www.youtube.com/playlist?list=PLkeA_mTMOkTs4BhK9rbAc8X1oB4jv03QG

    Claude Nougaro - Il y avait une ville (1958)
    Skeeter Davis - The End of the World (1963)
    The Doors - The End (1967)
    Sex Pistols - God Save The Queen (1977)
    Jacques Dutronc - L’avant guerre c’est maintenant (1980)
    R.E.M. - It’s The End Of The World (1987)
    George Michael - Praying for Time (1990)
    The Waterboys - Song from the end of the world (1990)
    Bob Geldof - The End of the World (1990)
    Nick Cave - Till the End of the World (1991)
    U2 - Until the End of the World (1991)
    Tom Waits - The earth died screaming (1992)
    Richard Gotainer - Rupture de stock (1992)
    Nino Ferrer - Blues en fin du monde (1993)
    Radiohead - How To Disappear Completely (2000)
    Muse - Apocalypse Please (2003)
    Snog - Waiting (2003)
    The Cure - The End of the World (2004)
    Les Cowboys Fringants - Plus rien (2004)
    Jean Leloup - La Fin Du Monde Est À 7 Heure (2005)
    Soundforce - The Fin Du Monde (2007)
    Didier Super - On va tous crever (2008)
    Milk Coffee Sugar - Prévu Pas Prévu (2009)
    Sanseverino - Swing 2012 (2013)

    Commencée par @booz et @tintin ici :
    https://seenthis.net/messages/545774

    #Musique
    #effondrement #collapsologie #catastrophe #fin_du_monde #it_has_begun
    #Anthropocène #capitalocène

    https://seenthis.net/messages/587048 via Dror@sinehebdo