#cdp

  • Hécatombe

    Soixante-dix-sept anciens dirigeants de la société Odebrecht, au cœur de l’opération dite « Lava Jato » (« lavage haute pression ») au Brésil, ont signé des accords de collaboration avec la justice. Leurs témoignages identifient 229 dirigeants politiques impliqués dans l’affaire, dont l’actuel président Michel Temer.

    Inquiet, le monde politique a surnommé la procédure « la délation de la fin du monde » pour illustrer le fait qu’elle pourrait mettre un terme aux prétentions électorales de certains suspects. Parmi les personnes citées (...), les anciens présidents José Sarney (Parti du mouvement démocratique brésilien, PMDB), Luiz Inácio Lula da Silva (Parti des travailleurs, PT), Dilma Rousseff (PT) et l’actuel président Michel Temer (PMDB). Parmi les gouverneurs, ou ex-gouverneurs, on trouve José Serra et Geraldo Alckmin, de l’État de São Paulo, ainsi qu’Aécio Neves, de l’État du Minas Gerais, tous trois du Parti de la social-démocratie brésilienne [et tous trois candidats à la nomination de leur parti pour la prochaine présidentielle].

    http://zh.clicrbs.com.br/rs/noticias/noticia/2017/01/executivos-da-odebrecht-delataram-229-politicos-9374797.html

    in. #cdp http://www.monde-diplomatique.fr/2017/02/A/57091 #st


  • Dégustation

    Selon Mme Yan Jianying, porte-parole de l’autorité sanitaire chinoise, 64 % des problèmes de sécurité alimentaire en Chine s’expliquent par la pollution ou par le productivisme.

    Parmi les préoccupations liées à la sécurité alimentaire figure la présence de métaux lourds ainsi que de résidus de pesticides et de médicaments vétérinaires, a indiqué Mme Yan. (...) Ces problèmes proviennent de la contamination du sol et de l’eau, et d’une utilisation trop intensive de pesticides et d’antibiotiques dans l’agriculture.

    http://www.china.org.cn/china/2017-01/16/content_40112265.htm

    in. #cdp http://www.monde-diplomatique.fr/2017/02/A/57091 #st


  • Le sucre fait maigrir

    Le sucre a mauvaise réputation. De nombreuses études sérieuses l’accusent de favoriser le diabète, l’obésité, les maladies cardio-vasculaires. Depuis quinze ans, les Américains en consomment de moins en moins. Pour redorer son image, les industriels du bonbon financent donc leurs propres recherches.

    En partie financée par l’Association nationale des confiseurs, une équipe de professeurs de l’université de Louisiane et du collège de médecine de Baylor au Texas — auxquels était associé un ancien dirigeant de Kellogg’s devenu consultant — a conclu que les enfants qui mangent régulièrement des bonbons avaient tendance à être moins gros que les enfants qui n’en mangent pas. Une journaliste de l’agence Associated Press a pu consulter les courriels envoyés par l’un des professeurs à ses collègues. Il qualifie leur recherche de « maigre et clairement bidonnée ». Même si leur texte affirme que « les financeurs n’ont joué aucun rôle dans la construction, l’analyse et l’écriture de ce manuscrit », l’un des courriels révèle que « l’Association nationale des confiseurs a fait un certain nombre de suggestions ». « Tu verras, j’ai pris en compte la plupart de leurs commentaires, mais pas tous », indique le chercheur.

    http://www.motherjones.com/environment/2016/06/big-sugar-has-sweet-tooth-friendly-science

    #cdp #st


  • Chasse à l’homme

    Dans une revue scientifique britannique (Futures, avril-mai 2016), un spécialiste du tourisme imagine à quoi pourraient ressembler les loisirs à l’avenir. The Daily Mirror résume ici son argumentation.

    La chasse à l’humain pourrait devenir un marché juteux, centré sur les super-riches, d’ici cent ans ; et en 2200, cette activité pourrait même être retransmise à la télévision (...). Cette prédiction cauchemardesque nous vient de Daniel Wright, un professeur de tourisme à l’université du Lancashire central. Il anticipe un monde surpeuplé, ravagé par les désastres économiques et écologiques, et traversé par un fossé sans précédent entre les riches et les pauvres.

    http://www.mirror.co.uk/news/weird-news/hunting-humans-set-become-big-8244649

    #cdp #st


  • Corbynophobie

    La British Broadcasting Corporation (BBC) a-t-elle cédé à des pressions politiques qui l’incitaient à présenter le Parti travailliste et son dirigeant Jeremy Corbyn sous un jour défavorable ? C’est ce qu’affirme un ancien président de son autorité de tutelle.

    Sir Michael Lyons, qui a dirigé le BBC Trust de 2007 à 2011 et qui a conseillé le Labour, a affirmé qu’il y avait eu « des attaques tout à fait extraordinaires contre le dirigeant élu du Parti travailliste ». Interrogé dans l’émission de la BBC « The world at one », il a poursuivi : « Je peux comprendre l’inquiétude des gens qui se demandent si certaines des voix éditoriales les plus éminentes de la BBC n’ont pas perdu leur impartialité à ce sujet. (...) Le processus de révision de la charte de la BBC a été un théâtre de marionnettes. Si nul n’a vu le ministre de la culture et de la communication en manipuler les fils, tout laisse à penser qu’il s’agit de gens très proches de lui. (...) La BBC est-elle assez solide pour résister à ce défi à son intégrité et son impartialité ? »

    http://www.theguardian.com/media/2016/may/12/bbc-bias-labour-sir-michael-lyons

    #cdp #st


  • Pékin veut tourner la page

    Sous le titre « La société rejette fermement la Révolution culturelle » , un éditorial du Global Times repris par Le Quotidien du peuple, deux journaux officiels chinois, rappelle que le Parti communiste a tranché cette question et n’entend pas ouvrir de débat.

    Des discussions ont émergé sur Internet. Cette décennie de chaos intérieur a été une grande catastrophe, il est normal que les gens en parlent à l’occasion de son 50e anniversaire. (…) Nous pouvons dire que le retour d’une telle révolution n’est ni possible ni souhaitable. Il n’y a aucune place pour cela dans la Chine d’aujourd’hui.

    http://www.globaltimes.cn/content/983375.shtml

    #cdp #st


  • L’Amérique d’abord

    Dans un article de la New York Review of Books, Mark Danner rappelle un texte publié par M. Donald Trump en 1987, sous la forme d’une publicité pleine page parue dans trois grands quotidiens américains. Le candidat républicain y développait certains de ses thèmes actuels.

    Pendant des décennies, [écrivait M. Trump] le Japon et d’autres nations ont profité des États-Unis. Cette histoire continue puisque nous défendons le golfe Persique, une région d’une importance marginale pour l’approvisionnement en pétrole des États-Unis, mais dont le Japon et plusieurs pays sont totalement dépendants. Pourquoi ces États ne versent-ils pas de l’argent aux États-Unis en compensation des vies humaines et des milliards de dollars que nous perdons pour défendre leurs intérêts ? (…) Le monde rit des politiciens américains parce que nous protégeons des navires que nous ne possédons pas, et que nous transportons du pétrole dont nous n’avons pas besoin.

    http://www.nybooks.com/articles/2016/05/26/the-magic-of-donald-trump

    #cdp #st


  • Migrations ouzbèkes

    Le 10 mai 2016, le site EurasiaNet.org se penchait sur les raisons qui poussent les migrants ouzbeks à se détourner de la Russie pour privilégier des destinations plus surprenantes.

    Officiellement, 1,9 million d’Ouzbeks travaillent en Russie, soit t de moins qu’en 2015. Le coût de la vie y a augmenté depuis l’introduction d’un nouveau permis de travail. Pour obtenir ce document, les migrants doivent se soumettre à une batterie de tests médicaux, payer une couverture maladie et passer des examens de langue, d’histoire et de droit russes. (…) [Parmi les nouvelles destinations], la Corée du Sud. Dans une interview pour une chaîne télévisée de Tachkent, le directeur de l’Agence ouzbèke pour les migrations de travail a déclaré que 16 500 ressortissants y étaient enregistrés. Afin d’amplifier ce flux, les deux pays ont signé en mars un protocole d’accord pour autoriser davantage d’Ouzbeks à se rendre en Corée du Sud.

    http://www.eurasianet.org/node/78701

    M. Franck Martin nous fait part de son étonnement quant à l’emploi du qualificatif « surprenant » pour évoquer les migrations ouzbèkes en Corée
    https://www.monde-diplomatique.fr/2016/07/A/55972

    Le Kazakhstan et, dans une moindre mesure, l’Ouzbékistan ont sur leur sol une minorité coréenne depuis 1940. Ces Coréens s’étaient installés en Mandchourie (chinoise, puis conquise par le Japon) et dans la Russie d’Extrême-Orient à partir des années 1860. Ceux de ces pays d’Asie centrale en sont les lointains descendants.

    Leur installation dans cette partie de la Russie/URSS engendra une méfiance du régime soviétique à partir des années 1930. Joseph Staline voyait en eux un danger, une sorte de « cinquième colonne » au service de la colonisation japonaise dans cette région. Le régime soviétique a donc choisi de les déporter vers l’Asie centrale. Une partie d’entre eux se trouvent néanmoins toujours dans l’Extrême-Orient russe.

    D’autre part, la Corée du Sud s’est ouverte au début des années 2000 à une immigration asiatique qui concerne essentiellement des Sino-Coréens des provinces chinoises du Nord-Est (Jilin et Liaoning), notamment pour pallier une croissance démographique très faible. Dans ces conditions, qu’elle cherche une diversification des provenances de cette immigration n’a rien de surprenant.

    #cdp #st


  • Google et la santé

    Une enquête du New Scientist révèle les détails de l’accord de partage de données entre le système public de santé britannique (NHS) et l’entreprise DeepMind, possédée par Google.

    Aux termes de l’accord, DeepMind accède à un large éventail de données médicales portant sur les 1,6 million de patients qui passent chaque année par trois hôpitaux londoniens dirigés par le NHS. Ces informations personnelles concernent par exemple la séropositivité et la toxicomanie. L’accès aux données s’étend sur les cinq dernières années. DeepMind avait annoncé en février dernier qu’il travaillait avec le NHS à la mise au point d’une application baptisée Streams et destinée à aider les équipes médicales à surveiller les patients atteints de pathologies rénales. Le document de l’accord suggère que les projets de l’entreprise s’étendent bien au-delà. (…) Pour Ross Anderson, de l’université de Cambridge, la question cwruciale est de savoir si Google, l’une des entreprises les plus puissantes de la planète, doit avoir un tel contrôle sur l’analyse des données sanitaires. « Si Google monopolise la fourniture de certains services au NHS, explique Anderson, le NHS sera carbonisé. »

    https://www.newscientist.com/article/2086454-revealed-google-ai-has-access-to-huge-haul-of-nhs-patient-data

    #cdp #st


  • Rencontre

    La rencontre à Alger de M. Manuel Valls avec un Abdelaziz Bouteflika très diminué a été mal vécue par la presse algérienne, comme le relate le directeur éditorial du Huffington Post Algérie.

    « Voir tout cela avec détachement. Se dire qu’on parle d’un autre pays... » C’est la méthode, froide, suggérée par un ami devant les commentaires cruels de certains médias français au sujet de l’état de santé du président Abdelaziz Bouteflika. Les images de sa rencontre avec le premier ministre français, Manuels Valls, ont été l’occasion pour des médias français d’avoir leur « vengeance » après le refus de visa infligé au journal Le Monde pour sa « une » erronée associant directement le président algérien aux « Panama papers ». Le problème est qu’il est difficile de voir tout cela avec détachement, de se dire que l’on parle d’un autre pays que l’Algérie. C’est notre pays, et ces commentaires jubilatoires, cruels, indécents parfois, nous heurtent et nous mettent dans un état de perturbation extrême. (...) La compassion pour un homme amoindri se double aussi d’une colère à l’égard de ceux qui détiennent les leviers du régime et qui lui infligent « cela », et qui nous l’infligent, à nous aussi. L’Algérie est — on le ressent, au-delà de la colère et de la sidération, au-delà du dégoût que nous inspirent certains cocoricos vengeurs faciles de certains médias français — dans une épouvantable situation de fin de régime.

    http://www.huffpostmaghreb.com/said-djaafer/bouteflika-sante-4eme-mandat_b_9667450.html #st #cdp


  • Pacte

    Depuis le coup d’Etat militaire en Thaïlande en mai 2014, le régime s’enfonce dans une logique autoritaire, analyse Asialyst, qui interroge deux spécialistes, dont l’universitaire Pavin Chachavalpongpun. Risquant d’être accusé de « lèse-majesté », celui-ci est contraint à l’exil (6 avril 2016).

    Les élites vont conclure une sorte de pacte avec [le futur roi] et les militaires : leur silence en échange de la promesse de conserver leurs privilèges. (...) Les militaires veulent contrôler la vie politique, sur le long terme aussi. (...) Il leur faut donc endiguer le processus démocratique.

    https://asialyst.com/fr/2016/04/08/la-thailande-dans-l-impasse-autoritaire #st #cdp


  • Déclin

    The Nation relate longuement, exemples à l’appui, la chute sociale des journalistes d’âge mûr, licenciés parce qu’ils coûtent trop cher et que leur type d’enquête ne correspond plus à ce que recherchent les propriétaires de médias.

    Hilary Abramson a écrit le premier grand portrait de Rush Limbaugh, quand il n’était qu’un présentateur de radio locale. (...) A 70 ans, Abramson est désormais pigiste. Un magazine lui a demandé une enquête. Lorsque le contrat lui est parvenu, après plusieurs mois de travail, il précisait qu’elle « assumerait tous les risques » [liés à ses révélations]. Le rédacteur en chef lui a expliqué qu’il s’agissait d’une nouvelle politique de la publication, imaginée par ses avocats. « J’enquêtais sur un sujet très controversé, qui pouvait susciter la colère d’une organisation aux poches très profondes. J’ai dû abandonner. J’avais travaillé pour rien. »

    http://www.thenation.com/article/these-journalists-dedicated-their-lives-to-telling-other-peoples-stories #st #cdp


  • Mort aux pauvres !

    Dans la très conservatrice National Review, Kevin Williamson déplore le succès de M. Donald Trump auprès des Blancs pauvres et livre sa vision des populations déshéritées des Etats-Unis.

    [Le responsable,] ce n’est pas Pékin, ni Washington — quels que soient leurs torts. Ce ne sont pas non plus les immigrés mexicains, même si le niveau d’immigration est excessif et problématique. Ce n’est rien de tout cela. Rien ne leur est arrivé ; ils n’ont essuyé aucun désastre horrible, ni la guerre, ni la famine, ni la peste, ni une occupation étrangère. Même les transformations économiques des dernières décennies n’apportent qu’une très faible explication aux dysfonctionnements, à la négligence et à l’incompréhensible méchanceté de l’Amérique blanche pauvre. (...) La vérité est que ces communautés détraquées et déclinantes méritent de mourir. Economiquement, ce sont des actifs négatifs. Moralement, elles sont indéfendables.

    http://www.nationalreview.com/article/432876/donald-trump-white-working-class-dysfunction-real-opportunity-needed #st #cdp


  • Recyclage

    Le site d’information El Diario s’est intéressé à ce que devenaient les ministres espagnols après avoir quitté leurs fonctions.

    Depuis 1977 [date des premières élections générales après la dictature du général Francisco Franco], 40~% des ministres ont rejoint des conseils d’administration et des directions d’entreprises privées (...). Le phénomène s’observe pour chaque gouvernement depuis la législature constituante. Pour 49%, les ministres des exécutifs conduits par l’Union du centre démocratique (UCD), présidés par Adolfo Suárez (1977-1981) et Leopoldo Calvo-Sotelo (1981-1982), sont passés au secteur privé. Le même pourcentage, 49~%, des ministres choisis par Felipe González (1982-1996) ont été recrutés par de grandes entreprises. C’est aussi le cas de plus de la moitié (51~%) des ministres de José María Aznar (1996-2004). Les titulaires de portefeuilles ministériels du gouvernement de José Luis Rodríguez Zapatero (2004-2011) ne sont en revanche que 23~% à avoir rejoint de grandes entreprises espagnoles ou internationales. Mais il faut prendre en compte le fait qu’ils ont eu moins de temps que les autres pour opérer leur passage au secteur privé.

    http://www.eldiario.es/economia/ministros-democracia-pasado-sector-privado_0_494501429.html #cdp #st


  • Laissez-passer

    Un article de la London Review of Books compare les formulaires de demande de visa de plusieurs Etats.

    Le Pakistan requiert que l’on fournisse un « signe distinctif », son groupe sanguin, sa confession et son dossier militaire. La Birmanie opte pour l’autoportrait : chacun doit donner la couleur de ses cheveux, celle de ses yeux, sa taille et sa couleur de peau. La République démocratique du Congo [RDC] exige qu’on prouve sa « bonne moralité » et qu’on démontre que son hôte en RDC est bien une « personne physique ou morale ». Le Japon est particulièrement soucieux de savoir si le candidat consomme de la marijuana, de l’opium ou d’autres stupéfiants. La Papouasie-Nouvelle-Guinée, qui met des visas spéciaux à la disposition des propriétaires de yacht, des comédiens et des groupes de gospel, demande un « certificat de bonne santé », une radiographie des poumons, un test de dépistage du VIH [virus de l’immunodéficience humaine] et un certificat de moralité « émis par les autorités de police locales ». La Chine souhaite savoir si vous souffrez de « déséquilibre psychologique sévère » ou de tuberculose pulmonaire (...). La quasi-totalité des pays se montrent curieux d’éventuels antécédents dans le domaine de la prostitution ou du commerce du sexe, mais pas la Thaïlande. (...) La perle demeure le formulaire pour l’obtention d’un visa américain. Il s’intéresse à la stérilisation forcée, à la prostitution, aux maladies contagieuses, à la polygamie, aux « turpitudes morales », à l’espionnage, (...) à la torture (une pratique dégradante dont chacun sait que les Etats-Unis la condamnent), au terrorisme physique ou rhétorique. Et, oui, la question relative à une adhésion au Parti communiste y figure toujours.

    http://www.lrb.co.uk/v38/n05/frances-stonorsaunders/where-on-earth-are-you #cdp #st


  • Solidarité intéressée

    En visite à Ouagadougou, le 22 février, le premier ministre français Manuel Valls a réaffirmé la solidarité de la France envers le Burkina Faso dans la lutte contre le terrorisme. Une « compassion intéressée », selon le quotidien burkinabé Le Pays.

    En effet, les Français sont conscients, surtout en ce qui concerne le Burkina Faso, que leur présence militaire est des plus décriées au sein de certaines organisations de la société civile, et non des moindres. Des organisations de défense des droits de l’homme et de promotion de la démocratie et de la bonne gouvernance, entre autres, veulent que les troupes françaises stationnées au Burkina s’en aillent du pays sans autre forme de procès. Ces organisations estiment que leur simple présence est attentatoire à l’indépendance du pays.

    http://lepays.bf/visite-de-valls-a-bamako-et-a-ouaga-une-compassion-interessee #st #cdp


  • Colonialisme numérique

    L’autorité indienne de régulation des télécommunications a interdit, le 8 février, la mise en place par la multinationale Facebook d’un service d’accès mobile à Internet gratuit, mais limité et conditionné (Free Basics). Cette décision a provoqué une réaction sur Twitter de M. Marc Andreessen, administrateur de Facebook.

    Répondant à un autre utilisateur de Twitter, il a expliqué que l’interdiction s’inscrivait dans une histoire plus large de lutte contre les interventions économiques étrangères au détriment du développement national indien. « L’anticolonialisme a été une catastrophe économique pour le peuple indien depuis des décennies. Pourquoi arrêter maintenant ? », a-t-il écrit, décrivant la proscription du service Free Basics comme « la dernière en date d’une longue série de décisions économiquement suicidaires du gouvernement indien ». Le commentaire a instantanément soulevé une vague de fureur dans un pays qui a mené et remporté, en 1947, une longue bataille pour l’indépendance contre la domination coloniale britannique.

    http://www.ft.com/cms/s/0/d5ef6516-d052-11e5-92a1-c5e23ef99c77.html #st #cdp


  • La lettre manquante

    Lors d’une séance à la Knesset israélienne, le 10~février, une députée du Likoud (droite) a avancé un argument quelque peu étrange.

    « Je veux en revenir à l’histoire, à notre place ici, à Jérusalem, à la Palestine, alors que la langue arabe ne connaît même pas le p, ce qui invite à examiner de plus près ce mot emprunté », a déclaré Mme Anat Berko. Or, même si la députée a raison quand elle dit qu’en arabe le p n’existe pas, le mot « Palestine » commence par un f et se prononce « Falastine », comme en hébreu. « Quoi ? Est-ce que tout le monde a entendu cela ? Etes-vous idiote ? » a répliqué Mme Tamar Zandberg, du Meretz [gauche]. (…) Le député arabe israélien Osama Saadi a quant à lui quitté la séance en signe de protestation.

    http://www.haaretz.com/israel-news/1.702630 #st #cdp


  • Bien-être social

    Le gouvernement japonais assure que les bases américaines de l’île d’Okinawa (dont la majorité de la population rejette la présence) apportent dynamisme économique et bien-être social. Une étude récente suggère le contraire.

    Environ un enfant d’Okinawa sur trois vit au-dessous du seuil de pauvreté, près de deux fois plus que la moyenne nationale, selon une enquête de la préfecture. (…) [Parmi les raisons de ce phénomène], le fait que la mise en œuvre des politiques de protection de l’enfance à Okinawa a été retardée par les vingt-sept ans de domination des Etats-Unis, qui ont duré jusqu’en 1972, a déclaré Yuko Yamauchi, ancienne directrice du centre d’orientation de l’enfance de la préfecture d’Okinawa.

    http://ajw.asahi.com/article/behind_news/social_affairs/AJ201602220040 #st #cdp


  • Divorcées japonaises

    D’après le quotidien Asahi Shimbun, le gouvernement japonais s’apprête à réviser une disposition qui pénalise depuis plus d’un siècle les femmes divorcées.

    La Cour suprême a déclaré inconstitutionnelle la clause qui exige des #femmes qu’elles attendent six mois avant de se remarier après un divorce. (...) Cette règle fut instaurée pendant l’ère Meiji (1868-1912) afin de prévenir les querelles de paternité en cas de naissance peu après un divorce.

    http://ajw.asahi.com/article/views/editorial/AJ201511070022

    #Japon #cdp #st


  • Homard à l’américaine

    Mets raffinés et coûteux, huîtres et homards n’ont pas toujours bénéficié de cette réputation, comme le rappelle Tim Hayward dans le Financial Times.

    La capacité des huîtres et des homards à survivre hors de l’eau signifiait que l’on pouvait les acheminer loin à l’intérieur des terres et y distribuer ainsi des #protéines d’une fraîcheur revigorante, bien avant que la réfrigération rende cela possible pour d’autres types de produits marins. C’est pourquoi ils étaient souvent considérés comme une #nourriture de pauvres, notamment dans les villes industrielles. Au XIXe siècle, dans plusieurs Etats côtiers américains, les directeurs de prison avaient l’interdiction de les mettre au menu des détenus tous les jours de la semaine. Pareil traitement eût été considéré comme cruel.

    http://www.ft.com/cms/s/0/b3e6f2fa-8eb6-11e5-8be4-3506bf20cc2b.html

    #cdp #st


  • Pensionnats

    Créée en 2008 pour enquêter sur les « pensionnats autochtones » qui ont existé pendant cent trente ans au #Canada et dont le dernier a fermé en 1996, la Commission de vérité et réconciliation vient de rendre son rapport final.

    Plus de trois~mille #enfants et #adolescents indiens sont morts dans les pensionnats autochtones, et beaucoup ont été enterrés dans des tombes anonymes. Ceux qui avaient le pouvoir d’empêcher ces décès n’ont rien fait. (...) Le rapport décrit l’effet domino engendré par l’absence de lois encadrant ces écoles, majoritairement dirigées par des Eglises et financées par l’Etat canadien. Comme il n’existait aucune règle en la matière, les pensionnaires étaient souvent sous-alimentés. Cela augmentait leur vulnérabilité face aux maladies infectieuses, dont la propagation était également favorisée par la surpopulation.

    http://www.thestar.com/news/canada/2015/12/15/truth-and-reconciliation-commissions-report-details-deaths-of-3201-children

    #cdp #st


  • Protection mafieuse

    Et si la Mafia constituait le meilleur rempart contre le terrorisme en Italie ?, s’interroge le site américain The Daily Beast.

    Un Ghanéen, membre repenti de EYE, la mafia nigériane de Castel Volturno, (...) raconte qu’un combattant de l’Organisation de l’Etat islamique (#OEI) qu’il avait rencontré lors d’un séjour en Libye l’a contacté pour un voyage de reconnaissance en Italie. Le terroriste lui a demandé d’organiser des visites à Milan et à Rome afin de prendre des photographies de lieux pouvant servir de cibles. Les malfrats du groupe EYE étaient ravis de fournir des plans et un appareil photographique. Mais, juste avant l’arrivée de l’homme de l’OEI, la Camorra a mis un terme à ce projet. (...) Et la protection ainsi assurée par la Mafia ne se limite pas à l’Italie. « Le monde est devenu dangereux, explique Giovanni Gambino, fils d’un baron sicilien du crime, mais les gens qui vivent dans des quartiers de New York où la population sicilienne est nombreuse peuvent se sentir en sécurité. Nous nous assurons que nos amis et nos familles sont protégés contre les extrémistes et les terroristes, en particulier contre la brutale et psychopathe Organisation de l’Etat islamique. La Mafia a mauvaise réputation, mais c’est largement injustifié. Comme toute chose dans la vie, il y a en son sein du bon et du mauvais. L’émergence du terrorisme mondialisé lui donne une chance de montrer ses bons côtés. »

    http://www.thedailybeast.com/articles/2015/12/11/is-the-mafia-saving-italy-from-isis-or-just-profiting-from-them.html

    #mafia #terrorisme #Italie #st #cdp


  • Empire

    Après les #attentats de Paris, le 13~novembre, l’historien conservateur britannique Niall Ferguson compare l’#Europe à l’#Empire_romain.

    Tout comme l’Empire romain au début du Ve siècle, l’Europe a baissé la garde. Alors que sa richesse croissait, ses capacités militaires ont fondu, ainsi que sa confiance en elle-même. Le Vieux Continent a plongé dans la décadence, avec ses centres commerciaux et ses stades, au moment même où il ouvrait ses portes à des étrangers qui convoitaient son opulence sans renoncer à leur foi ancestrale. (...) Selon [l’historien Bryan] Ward-Perkins, « avant la chute, les Romains ne doutaient pas plus que nous du fait que leur monde ne changerait jamais. Ils se trompaient. Nous serions sages de ne pas imiter leur suffisance ». Pauvre, pauvre Paris. Assassinée par la suffisance. [#st]

    http://www.thesundaytimes.co.uk/sto/comment/columns/NiallFerguson/article163317.ece


  • Réflexion

    Au #Burkina_Faso, le quotidien Le Pays invite les Occidentaux à méditer sur les racines profondes des #attentats de Paris.

    La #France, comme les autres pays de l’Occident, ne doit pas fermer ses portes à double tour. L’Occident dans son ensemble doit plutôt saisir l’occasion de ces douloureux événements pour faire une introspection véritable. Au-delà de la condamnation unanime de la barbarie terroriste, un diagnostic de vérité s’impose. Il serait heureux que l’Occident s’attaque sans délai à tout ce qui peut donner des alibis aux illuminés, à tout ce qui peut servir de fumure pour fertiliser le sol du terrorisme. En cela, toutes les injustices dont les Occidentaux se rendent auteurs ou complices à travers le monde doivent être corrigées. Pour ce faire, l’Occident devrait s’employer, par exemple, à payer à leur juste prix les matières premières des pays sous-développés, à combattre avec franchise la délinquance économique et politique dans les pays avec lesquels il coopère, la mal-gouvernance, etc. Cela aurait pour avantage (...) de réduire, à défaut d’anéantir, les foyers de tension et, partant, d’ouvrir de véritables perspectives pour les pays jusque-là exploités. De plus, une telle situation serait de nature à maintenir chez elles les populations qui cherchent aujourd’hui à migrer par tous les moyens. [#st]

    http://lepays.bf/attentats-de-paris-un-diagnostic-de-verite-simpose