• #Chômage : ces « nouveaux » précaires prêts à travailler gratuitement - L’Express
    http://www.lexpress.fr/emploi/chomage-ces-nouveaux-precaires-prets-a-travailler-gratuitement_1702279.html

    Après avoir mené une enquête auprès de graphistes, guides de musées, scénaristes ou encore pigistes, Patrick Cingolani esquisse le visage de ces nouveaux #précaires, mus par un « désir d’autonomie ». Ils « aspirent à trouver dans le #travail une place pour la créativité et l’expressivité », « quitte à diminuer leurs exigences salariales, voire à travailler gratuitement, et à en payer le prix en termes d’incertitude et d’instabilité ». 

    Le sociologue évoque un « sous-salariat chronique », qui se développe en France mais aussi aux Etats-Unis ou en Amérique latine, en réaction à « un mode de vie standardisé ». Il voit en ces nouveaux travailleurs, qui cumulent souvent de faibles revenus avec des allocations chômage ou le RSA, les héritiers des premiers « précaires », qui vivaient dans des squats au milieu des années 1980 et « cherchaient à échapper au monde ouvrier ». 

    Trouver du sens
    Patrick Cingolani note au passage que les dispositifs de protection sociale se sont adaptés pour devenir des compléments de revenus salariaux. Loin d’apparaître comme un stigmate, « le mot ’précaire’ devient porteur d’alternative et de différence ». On peut désormais se revendiquer « précaire », « une revendication d’indépendance face au caractère délétère d’une forme de travail », selon le sociologue. 

    Mais, pour pouvoir faire, au moins une partie de leur temps, « quelque chose qu’ils aiment, qui a du sens et de la valeur », ces travailleurs jonglent souvent in fine entre les petits #boulots_alimentaires. Et ne comptent plus le temps passé au travail. Parmi les particularités de ce nouveau rapport à l’emploi, « une mutualisation des lieux de travail et des réseaux professionnels » : en témoigne le développement des espaces de coworking, où ces travailleurs indépendants partagent bureaux, matériel et plans boulot. 

    Mais ce désir d’autonomie a son revers : « une disparition des frontières entre vie privée et vie professionnelle, et une nouvelle forme d’assujettissement au travail favorisée par les nouvelles technologies, qui mène parfois à l’épuisement », relève Patrick Cingolani. 

    Pour le chercheur, il existe « désormais plusieurs #précariats ». A ses yeux, « il n’y a rien à voir entre les classes moyennes confrontées à la précarité, et les classes populaires qui subissent des conditions de travail dégradées », notamment de temps partiel subi dans les métiers peu qualifiés.

    un extrait du livre de Cingolani
    http://seenthis.net/messages/314566

    http://seenthis.net/messages/393761 via colporteur


  • Résultats #chômage - La cgt
    http://www.cgt.fr/Resultats-chomage.html

    Pour la deuxième année consécutive, le patronat a imposé une aumône, en ne revalorisant de 0,3% que la partie fixe (de 11,72 à 11,76 €/jour) et l’allocation minimale (qui passe de 28,58 à 28,76 €/jour). L’allocation minimale n’en est même pas une pour beaucoup d’allocataires touchés par l’écrêtement à 75% de son ancien salaire de référence.
    Ainsi les chômeurs aux plus petites allocations n’auront droit à aucune revalorisation, comme plus du 1/3 d’entre eux, tandis que la plupart recevront 4 centimes d’euros de plus par jour, bien en dessous de l’inflation à 0,5%.
    Seuls les chômeurs indemnisés de Mayotte (qui ne sont que 4% des chômeurs inscrits à Pôle Emploi sur ce territoire) auront droit à 0,3 % sur l’ensemble de l’allocation, soit … 4 € par an environ en moyenne !

    http://seenthis.net/messages/385613 via Agnès Maillard


  • François Hollande en Algérie pour parler économie et sécurité
    http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/06/15/francois-hollande-en-algerie-pour-parler-economie-et-securite_4653917_823448
    http://s1.lemde.fr/image/2015/06/15/600x315/4653916_3_62e8_voyage-d-etat-en-algerie-de-francois-h_0171272a42ffed3a4e165c934f885a00.jpg

    Le président François Hollande est attendu à Alger lundi 15 juin pour une brève visite à l’invitation de son homologue Abdelaziz Bouteflika, un important partenaire économique et un interlocuteur de premier plan sur les crises malienne et libyenne.

    Lire Jean-Pierre Séréni, « En Algérie, rien ne change... sauf la société »
    http://www.monde-diplomatique.fr/2014/04/SERENI/50338

    Et Pierre Daum, « “Tout ce qu’ils nous proposent, c’est de devenir flics !” »
    http://www.monde-diplomatique.fr/2014/04/DAUM/50339

    Mabrouk, Khaled, Hamza et leurs amis font partie des millions de jeunes sans emploi dont les responsables politiques et les médias parlent à longueur de journée. Le pays compte trente-huit millions d’habitants, dont 57 % ont moins de 30 ans (contre 36 % en France). Selon l’Office national des statistiques (ONS), il n’y aurait qu’un million deux cent mille chômeurs — soit un taux de #chômage officiel de 9,8 %, équivalent à celui de la France —, dont 70 % de moins de 30 ans. Ce chiffre paraît étrangement bas. Il masque une réalité de non-emploi bien plus importante. En #Algérie, 83 % des femmes déclarent ne pas être à la recherche d’un #emploi (contre 34 % en France). Elles n’entrent donc pas dans les statistiques du chômage.

    N’y entrent pas non plus les étudiants, dont le nombre est passé en vingt ans de cent quatre-vingt-quinze mille à un million deux cent mille grâce à une politique de construction effrénée de nouvelles universités, au détriment de la qualité de l’enseignement. (…) En définitive, pour se faire une idée plus précise du chômage en Algérie, mieux vaut considérer le nombre de personnes occupant réellement un emploi : dix millions huit cent mille, soit 28 % de la population totale (contre 40 % en France). Si l’on retire les jeunes en « préemploi », on tombe à 25 %. [#st]


  • Et si les chiffres du chômage, dans les médias comme sur le Net, n’avaient plus aucun sens ?
    http://digital-society-forum.orange.com/fr/les-actus/522-et_si_les_chiffres_du_chomage_dans_les_medias_comm

    Cela devient une tradition, chaque mois commence par l’annonce des chiffres du chômage. C’est un peu comme les résultats sportifs du dimanche soir, on ne peut pas y couper – à moins justement de tout couper, y compris et surtout nos connexions Internet. Et chaque fois, il y a cette envie de comprendre, cette illusion que la réponse est à quelques clics et une recherche sur Google. Mais rapidement, c’est l’avalanche de chiffres, d’acronymes, de définitions, d’analyses macro et d’interprétations ultra pointues. Et en fin de compte une énorme frustration. Franchement, qui y comprend vraiment quelque chose ? Qui croit encore pouvoir comparer quoi que ce soit sans faire une thèse sur le sujet pendant au minimum trois ans ? Qui pense encore obtenir une vision pertinente de la société en regardant par le trou du chômage ?

    [...]

    Le revenu universel n’est peut-être qu’un fantasme, une utopie ou un piège, et nous l’utilisons de plus en plus souvent, à l’instar des communs, comme une réponse miracle à ce problème qui nous dépasse : poser les bases d’un nouveau contrat social afin de répondre à la transformation numérique du monde que nous observons (économie collaborative, Big data et automatisation). Néanmoins, il a la mérite d’ouvrir le débat avec d’autres mots, d’autres définitions, de nous décoller les yeux de la courbe hypnotique et désastreuse du chômage et d’attirer autour de la table des courants très éloignés : (ultra) libéraux, (ultra) gauche, écolo… et des compétences très variées : fiscalistes, économistes, philosophes, sociologues, humanitaires…

    #Automatisation #Chômage #Emploi #Revenu_de_base #Revenu_universel #Travail

    http://seenthis.net/messages/380822 via Hoʍlett


  • Rebsamen lance le #tri entre #vrais et #faux #intermittents, France
    http://www.lesechos.fr/journal20150605/lec1_france/021111796802-rebsamen-lance-le-tri-entre-vrais-et-faux-intermittents-112541

    Les négociations de branche sur les #métiers éligibles au #CDD_d'usage démarrent.
    Après la réflexion, l’action. Un an quasiment jour pour jour après le lancement par Matignon d’une mission sur l’intermittence du spectacle (rapport Gille-Combrexelle-Archambault), les partenaires sociaux du secteur (audiovisuel, spectacle vivant, etc.) sont entrés dans le vif du sujet, jeudi, avec l’ouverture de négociations de branche sur les conditions de recours au CDD d’usage (CCDU). L’exercice leur est imposé par la loi Rebsamen sur le dialogue social, votée mardi par les députés.

    L’enjeu est de taille : ce contrat, très flexible pour s’adapter aux contraintes des métiers concernés (acteurs, techniciens, etc.), ouvre accès au régime chômage spécifique des intermittents (les annexes 8 et 10 de l’Unédic), dont le durcissement l’an passé a débouché sur le lourd conflit qui a perturbé les festivals de l’été. Ce CDDU représente la moitié des emplois du spectacle et, en dépit de précédents accords de branche passés ces dix dernières années, le rapport Gille, remis en janvier, pointe « des abus persistants », à travers des « recours abusifs » et une « sous-déclaration du travail, qui considère l’indemnisation du #chômage comme un #revenu de complément ».

    L’exécutif menace de légiférer (...)

    http://seenthis.net/messages/377778 via colporteur


  • Pôle emploi doit ouvrir l’accès aux données sur les chômeurs, Stéphanie Delestre, PDG de Qapa.fr ( "274 975 offres à pourvoir maintenant. Des milliers d’entreprises recrutent sur Qapa. Ne manquez pas ces opportunités" )
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/06/02/pole-emploi-doit-ouvrir-l-acces-aux-donnees-sur-les-chomeurs_4645957_3232.ht

    900 000 emplois non pourvus ou difficilement pourvus [ben voyons], 5 millions de #chômeurs : cherchez l’erreur. Fluidifier le marché de l’emploi passe par l’ouverture des #données détenues par #Pôle_Emploi à tous les acteurs du #marché_du_travail.

    Le système administré et centralisé qu’est Pôle emploi est inapte à réaliser de manière parfaitement efficiente l’adéquation entre les offres et les demandes sur le marché du travail. Aujourd’hui, la qualification des demandes d’emploi par les opérateurs publics se fait par des références à des nomenclatures préexistantes et faiblement évolutives (par exemple la nomenclature ROME [répertoire opérationnel des métiers et des emplois]), peu adaptées à l’accélération des mutations économiques et technologiques ou des changements de parcours professionnels.

    Les offres présentées à un demandeur d’emploi par les institutions spécialisées sont ainsi souvent peu pertinentes. Dans ces conditions, c’est souvent la stratégie individuelle d’un demandeur d’emploi qui lui permet de trouver le bon employeur, intéressé par ses compétences et son parcours et lui proposant un emploi correspondant à sa recherche et à ses souhaits d’évolution professionnelle.

    De 2 heures à 30 minutes par jour

    Or, les stratégies individuelles sur le marché de l’emploi ne font pas encore l’objet d’une observation et d’une interprétation pertinentes pour en faire émerger une intelligence collective propice à l’#efficience_du_marché. Par ailleurs, les demandeurs d’emploi sont confrontés à des difficultés sociales directement liées à leur situation : la passivité et la rupture progressive du lien social rendent d’autant plus difficile leur réinsertion durable sur le marché du travail.

    De nombreux travaux de recherche (Krueger et Mueller, Université de Princeton, 2011) montrent que l’intensité de la recherche d’emploi diminue substantiellement au long d’une période de #chômage. Il est ainsi observé sur un échantillon de demandeurs d’emploi américains qu’après trois mois de chômage la durée quotidienne de recherche d’emploi chute de 2 heures à 30 minutes par jour.

    Avec plus de 5 millions de chômeurs et environ 500 000 offres d’emploi disponibles à un instant « T » sur le marché, c’est la mise en relation efficiente entre l’offre et la demande, entre les candidats et les offres d’emploi, qui doit se développer grâce au numérique (qui offre la possibilité de traiter des grandes quantités de données en temps réel) et à Internet (qui met en relation automatique et en temps réel l’offre et la demande).

    Écosystème de services

    La précision et la quantité des informations sont les clés pour obtenir les meilleurs résultats de matching (appariement). Pôle emploi dispose pour cela d’une énorme quantité « #matière_première » (les CV des chômeurs et les offres d’emploi) sur laquelle un écosystème de services et d’applications innovants peut se nourrir et se développer rapidement pour lutter contre le chômage [ben voyons].

    Ces données sont aussi intéressantes pour les acteurs publics locaux afin de comprendre les besoins de chaque bassin d’emploi, les besoins en formation par secteur d’activité, etc. Les usages sont infinis. Alors pourquoi Pôle emploi refuse-t-il l’accès à ses données, contrairement à ce que recommande le secrétariat général à la modernisation de l’action publique ? Est-ce la peur que de nouveaux acteurs apportent un meilleur service ? Est-ce la peur que le chômage baisse vraiment, et que l’activité même de Pôle Emploi soit à réinventer ?

    Pour accélérer le retour des chômeurs à l’emploi, Pôle emploi doit ouvrir en #open_data ses fichiers d’offres d’emploi et de demandeurs d’emploi [bigre]. En d’autres termes, transformer ses fichiers en données publiques, accessibles à toutes les entreprises dont l’objet est la #fluidité du marché de l’emploi. La lutte contre le chômage doit être la grande cause nationale de la France. Tout demandeur d’emploi doit pouvoir réclamer que sa #candidature soit accessible à tous les recruteurs potentiels !

    La création d’un corps de 200 agents contrôleurs indique bien ce qui donne le la : à Pôle la non indemnisation, les « emplois aidés » et les contrôles, le placement aux #opérateurs_privés, et à qui voudra s’en occuper (...), l’info sur les droits (toujours changeants, soumis à l’arbitraire, conçus pour déstabiliser, produire l’#insécurité_sociale maxi), les recours, la défense des chômeurs.

    http://seenthis.net/messages/376713 via colporteur


  • Les agents de #Pôle_emploi vont-ils fliquer les communications des chômeurs ?
    http://rue89.nouvelobs.com/2015/05/26/les-agents-pole-emploi-vont-ils-fliquer-les-communications-chomeurs

    L’Assemblée examine en ce moment le projet de loi sur le dialogue social et l’emploi. Ce texte – technique et fourre-tout – est défendu par le ministre du Travail, François Rebsamen. Ce dernier n’a pas connu, pour le moment, les difficultés rencontrées par sa collègue Vallaud-Belkacem avec la réforme du collègue. Peut-être est-ce pour cela que le gouvernement s’est autorisé un amendement surprenant. Le 22 mai dernier, le gouvernement a ainsi déposé un amendement assez long qui prévoit d’ajouter une disposition au Code du travail : « Art. L. 5312‑13‑2. – Le droit de...

    #Chômage #surveillance


  • Allez raconter que la maladie sociale la plus dangereuse, c’est la #soumission, quand le thème de la #servitude_volontaire est devenu un pont-aux-ânes si fréquenté que des esprits un peu oisifs peuvent s’amuser à en nier la pertinence ! Ringard, coco ! Et pourtant, parfois, quand vous vous rhabillez avant de lui signer son chèque, le généraliste en profite pour vous glisser, en douce, une info qui vous fera réfléchir. Moi, ce serait celle-ci. Les mécanismes de la servitude volontaire étaient surtout perceptibles, il y a une trentaine d’années, dans des institutions comme les #entreprises qui disposaient de moyens de #contrainte et de moyens de séduction parfaitement identifiables. Aujourd’hui, c’est la #société tout entière qui est touchée et ses moyens de séduction et de contrainte, désormais indissociables et confondus, sont, en outre, totalement intégrés à son fonctionnement. « Ce n’est pas nouveau », glisse le généraliste, comme pour s’excuser de la modicité de ses honoraires. Eh bien ! si, Docteur ! C’est nouveau. C’est même cela qu’ils appellent la modernité : ce qui est partout et qu’on n’a plus le droit de voir.
    [...]
    Ce matin, une fois de plus, avec la voix de celui qui découvre l’Amérique, exactement comme on l’a fait hier et exactement comme on le fera demain, un prophète explique qu’il faut parler aux Français des vrais problèmes : le #travail, le niveau de vie, la #santé, le #chômage, l’#éducation. Dans ce laïus, dans cet urinoir d’indifférence, je n’entends pas qu’il faut s’occuper du travail, du chômage, etc. J’entends qu’il ne faut pas s’occuper d’autre chose. J’entends que travail + chômage + niveau de vie + santé + éducation = #réalité = dossier bouclé. J’entends qu’il ne faut pas s’évader de cette prison de mots. Et je sais que cette équation est fausse, absolument fausse, horriblement fausse, salement fausse. Et je sais qu’au fond de soi il n’est personne qui ne le sache. Mais alors, pourquoi ne pas le crier ? ?

    http://resurgences.net/a-quoi-nous-sert-les-horizons
    #psychologie_sociale #totalitarisme
    lien avec http://seenthis.net/messages/358405

    http://seenthis.net/messages/372077 via koldobika


  • Les #Robots contre l’emploi ?
    http://rue89.nouvelobs.com/2015/05/08/les-robots-contre-lemploi-259086

    Avec les technologies de l’information, la production peut être beaucoup plus automatisée. La moitié des emplois pourrait être en jeu. Un choc colossal ! Trois scénarios seraient alors possibles. Pour l’instant, rien n’est joué, estime le quotidien économique Les Echos. L’auteur se fonde notamment sur une étude de deux chercheurs de l’université britannique d’Oxford, Carl Frey et Michael Osborne, qui ont évalué la probabilité de « computérisation » (automatisation d’un #emploi avec des équipements pilotés par ordinateur) de 700 professions aux Etats-Unis. Leur conclusion ? ...

    #Chômage #technologie #Economie