#chili

  • Un laboratoire d’expérimentations néolibérales

    Note de lecture sur l’ouvrage de Antoine Faure, Franck Gaudichaud, Maria Cosette Godoy H., Fabiola Miranda P. et René Jara R. (dir.) : Chili actuel : Gouverner et résister dans une société néolibérale

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2017/06/27/un-laboratoire-dexperimentations-neoliberales

    #Chili #néolibéralisme


  • Le plaidoyer du maire de #Valparaiso en faveur du « municipalisme »
    https://www.mediapart.fr/journal/international/130617/le-plaidoyer-du-maire-de-valparaiso-en-faveur-du-municipalisme

    Jorge Shapr © DR. À 32 ans, il est l’une des figures de cette nouvelle génération de maires, issus des mouvements sociaux, qui veulent réinventer le « #municipalisme » face à la crise des États-nations. Dans un entretien à Mediapart, #Jorge_Sharp revient sur les leçons pour la gauche de sa victoire, en attendant la présidentielle au #Chili à la fin de l’année.

    #International #Ada_Colau #Amérique_latine #Barcelone #Michelle_Bachelet


  • Mort du chanteur engagé chilien #Angel_Parra
    http://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/mort-chanteur-engage-chilien-angel-parra

    Alors que l’on vient d’apprendre le décès du chanteur engagé chilien Angel Parra, les hommages pleuvent. Tel celui des syndicalistes du FSC : Hommage et occasion de rappeler que l’impérialisme des Etats-Unis et l’impérialisme occidental n’ont jamais laissé aucune tentative de construire une véritable alternative au #capitalisme et à l’exploitation se dérouler sans qu’ils interviennent. […]

    #5-CULTURE_DEBATS #articles #Chili #dictature #musique #Pinochet


  • Dans le sud du #Chili, une zone franche héritée de l’ère Pinochet — Le supermarché du bout du monde, par Georgi Lazarevski février 2017)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2017/02/LAZAREVSKI/57135
    http://www.monde-diplomatique.fr/IMG/arton57135.jpg

    Le besoin de fuir le fracas du monde invite parfois à rêver de ses marges : des espaces éloignés, des recoins préservés, des îlots de fraîcheur encore empreints de la pureté d’antan. La pointe méridionale du continent américain exerce son attraction sur des voyageurs en quête d’ailleurs. Au milieu des grands espaces, ils y découvrent… un supermarché et ses rayonnages familiers.


  • Une mobilisation massive a fait reculer le gouvernement polonais qui s’apprêtait à faire sauter les dérogations à l’interdiction d’avorter (autorisé uniquement en cas de viol, d’inceste, de risque grave pour le fœtus ou de danger de mort pour la femme)… La #Pologne ne rejoindra donc pas la liste des pays où l’#avortement est totalement illégal, comme le #Chili, toujours dans l’attente d’un vote du Sénat… Le droit des femmes à disposer de leur corps est une conquête non seulement difficile, mais fragile.

    http://www.monde-diplomatique.fr/2015/10/MINANO/53941 #st

    Statut légal de l’avortement dans le monde
    http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/avortementlegal
    http://www.monde-diplomatique.fr/local/cache-vignettes/L890xH569/avortementok-2eaf0-4c174.jpg


  • Pourquoi les Chiliens exigent-ils une refonte de leur système des #retraites ? - Amériques - RFI
    http://www.rfi.fr/ameriques/20160822-chili-mobilisation-refonte-systeme-retraites-pensions-afp

    Plus d’un million et demi de Chiliens ont marché dans tout le pays, dimanche 21 août 2016, pour dire « no mas AFP », non à leur système de retraite hérité [de la #stratégie_du_choc] de la dictature d’Augusto Pinochet. Ces #fonds_de_pension garantissent à la fois aux travailleurs de misérables retraites et des bénéfices incroyables aux six entreprises privées qui les gèrent, les AFP.

    #privatisation #lutte_sociale #Chili

    https://seenthis.net/messages/517960 via AF_Sobocinski


  • Le #Chili instaure une loi contre l’#obésité
    http://www.rfi.fr/ameriques/20160628-chili-instaure-loi-contre-obesite-etiquetage-cadeau

    Contre les produits qui favorisent l’obésité,

    Avec une forte croissance économique et un mode de vie de plus en plus sédentaire, le Chili a connu en quelques années une progression spectaculaire de l’obésité et des problèmes de #santé qui en découlent.

    Depuis lundi 27 juin, les entreprises sont donc obligées d’afficher un message d’alerte sur leurs produits dont les taux de sucre et de graisses saturées sont trop élevés.

    Mais il n’a pas été facile de faire passer ce nouveau texte de loi, tant la pression des #multinationales est forte. Une pression que le sénateur Guido Girardi dénonce avec virulence : « Ceux qui font du mal aux enfants au XXIe siècle, ce sont ces multinationales qui les trompent, qui ne respectent pas leurs droits, ni leur intégrité physique et psychique, en abusant de leur crédibilité. Est-ce qu’on doit se soumettre à ces entreprises qui ont fait de la #publicité_mensongère pendant des dizaines d’années, qui ne disent pas la vérité et qui sont responsables d’une #pandémie mondiale d’obésité, de #cancers et d’accidents vasculaires ? Ou est-ce qu’on doit prendre des mesures pour que les gens soient correctement informés ? »

    Avec la nouvelle loi, 8 000 produits doivent désormais revoir leur étiquetage pour prévenir les consommateurs des dangers d’une #alimentation trop salée, trop sucrée ou trop grasse. Beaucoup ne peuvent plus être en vente dans les établissements scolaires, et il est interdit de vendre des jouets avec des plateaux-repas ou des confiseries. Directement visé, l’italien Ferrero a menacé d’aller devant la justice internationale pour défendre ses œufs-surprises.

    #menaces #droit_de_nuisance #sans_vergogne

    http://seenthis.net/messages/504438 via Kassem



  • Les députés chiliens autorisent l’avortement thérapeutique
    http://www.liberation.fr/direct/element/les-deputes-chiliens-autorisent-lavortement-therapeutique_33150

    « C’est incroyable, c’est approuvé », a annoncé le président de la Chambre des députés chiliens, Marco Antonio Nuñoz. Cette dernière a autorisé l’#avortement, totalement interdit depuis la dictature de Pinochet, en cas de viol, de malformation fœtale et de risque pour la santé de la mère. Un premier feu vert qui doit désormais être validé par le Sénat. Le #Chili est l’un des rares au monde à appliquer une interdiction stricte de l’interruption de grossesse.

    Lire « Bataille pour le droit d’avorter au Chili », par Leila Miñano & Julia Pascual (@mdiplo, octobre 2015)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2015/10/MINANO/53941
    http://www.monde-diplomatique.fr/IMG/arton53941.jpg

    « L’avortement thérapeutique a existé au Chili pendant près de cinquante ans, rappelle la Dr Maria Isabel Matamala Vivaldi, médecin et figure du mouvement féministe chilien. Il était autorisé lorsque la grossesse présentait des risques pour la santé de la mère. Pendant mon internat, j’en ai même pratiqué. Mais nous avons régressé… »

    Depuis le retour de la démocratie, malgré une dizaine de tentatives parlementaires, la loi est restée en l’état, menaçant toute femme qui avorte de trois ans d’emprisonnement. Elles seraient pourtant entre 70 000 et 120 000 à courir ce risque tous les ans. Ce qui fait du Chili, assure la Dr Matamala Vivaldi, le pays « au taux d’avortement le plus élevé d’Amérique latine », aux côtés de la République dominicaine. L’absence de politique publique en matière de contraception induit des taux de grossesse non désirée particulièrement élevés. La République dominicaine ayant dépénalisé, en décembre 2014, l’avortement en cas de viol, d’inceste, de malformation fœtale ou de danger pour la vie de la femme, le statu quo chilien est devenu intenable.


  • « Le poète Pablo Neruda, chantre de la littérature hispano-américaine, a peut-être été assassiné par des agents de la dictature d’Augusto Pinochet. Quarante-deux ans après sa mort, le Chili s’interroge toujours. De nouvelles analyses dans les prochains jours tenteront une nouvelle fois d’élucider le mystère. »

    http://culturebox.francetvinfo.fr/livres/romans/pablo-neruda-assassine-nouvelles-analyses-par-des-experts-in

    #amerique_latine
    #chili
    #dictature
    #neruda


  • Les victimes de Pinochet finiront-elles par obtenir justice ? · Global Voices en Français
    http://fr.globalvoicesonline.org/2015/08/02/188880

    http://globalvoicesonline.org/wp-content/uploads/2015/07/8098550857_492a329a68_k-800x533.jpg

    La semaine dernière, 17 anciens officiers de l’armée chilienne ont été arrêtés pour deux des plus retentissants crimes commis à l’époque d’Augusto Pinochet : l’assassinat de Víctor Jara, un musicien et sympathisant communiste chilien, et l’immolation par le feu de deux activistes.

    #Chili

    http://seenthis.net/messages/394939 via Mona


  • La mémoire du Chili enfouie dans son stade
    http://www.lemonde.fr/football/article/2015/07/04/la-memoire-du-chili-enfouie-dans-son-stade_4670457_1616938.html

    http://s2.lemde.fr/image/2015/07/04/534x0/4670456_6_5ef8_santiago-du-chili-accueille-la-finale-de-la_bbc78e12efa52da817335d8a22d21fbf.jpg

    Le 21 novembre 1973, le Chili doit affronter l’URSS. Mais son adversaire refuse de jouer dans un stade « taché de sang ». Le match le plus absurde de l’histoire du foot se déroule alors sous les yeux de 15 000 spectateurs ébahis. Et pour cause, il n’y a qu’une équipe sur le terrain, la FIFA ayant ordonné à l’équipe chilienne de disputer malgré tout la « rencontre ». Une fois cet épisode grotesque terminé, les détenus seront une nouvelle fois transférés dans le stade, qui servira de prison jusqu’en 1974.

    #Chili #dictature #sport #FIFA #football

    http://seenthis.net/messages/387140 via Mona


  • La Troïka fomente un coup d’Etat silencieux contre la #Grèce
    http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/steglios-kouloglou-la-troika.html
    http://www.solidariteetprogres.org/local/cache-vignettes/L292xH380/stelios-5fc48.jpg

    Depuis son élection en janvier, le gouvernement grec doit affronter un #coup_d'Etat qui se déroule en silence. Le but en est de renverser le nouveau gouvernement. De le remplacer par un gouvernement docile aux créanciers et en même temps de décourager les électeurs « rêveurs » de l’Espagne ou d’autres pays, qui croient encore à la possibilité de gouvernements opposés au dogme germanique de l’#austérité. On tue un gouvernement, on assassine l’espoir.

    La situation rappelle le #Chili du début des années ’70, lorsque le président américain Richard Nixon s’employa à renverser Salvador Allende pour empêcher des débordements similaires ailleurs dans l’arrière-cour américaine. « Faites hurler l’économie ! » fut l’ordre du président américain à la CIA et à ses autres services, avant que les chars du général Augusto Pinochet ne prennent la relève...

    En 1970, les banques américaines ont arrêté les crédits vers les banques chiliennes. Une semaine après les élections du janvier 2015, M. Draghi président de la Banque centrale européenne, a coupé, sans la moindre justification, la principale source de financement des banques grecques, remplacée par l’Emergency Liquidity Assistance (ELA), un dispositif plus coûteux devant être renouvelé chaque semaine. Comme une épée de Damoclès au-dessus de la tête des dirigeants grecs.

    Et après l’épée de Damoclès il y a aussi la drogue.

    Plus de 90 % des versements de nos créanciers leur reviennent pourtant directement -parfois dès le lendemain ! - puisqu’ils sont affectés au remboursement de la dette.

    Mais, comme le non-remboursement de la dette équivaut à un « événement de crédit », à savoir une sorte de banqueroute, le déblocage de la dose est une arme très puissante dans les mains des créanciers, un moyen de chantage politique permanent.

    Pendant cette guerre non déclarée, d’autres armes économiques sont aussi utilisées, comme les agences de notation. C’est un coup d’Etat moderne, comme on dit en anglais : not with the tanks, but with the banks.

    Les médias ont aussi été utilisés pour attaquer le gouvernement, pour évoquer le spectre du Grexit (sortie de la Grèce de la zone euro) ou provoquer la panique. A la tête de l’offensive, on retrouve le journal Bild qui, en 2010, avait inauguré les « Unes » fracassantes dénonçant la « paresse » et la « corruption » des Grecs, invités à vendre des îles pour se désendetter. Ce même Bild publiait un pseudo reportage sur une panique bancaire à Athènes, n’hésitant pas à utiliser une photo banale où des retraités font la queue devant une banque pour toucher leur retraite.

    De plus, les médias ont diffusé la théorie du sauvetage de la Grèce, tandis qu’en réalité, par les prêts accordés en Grèce en 2010, ce sont plutôt les banques françaises et allemandes qui ont été sauvées. Ces prêts avec, au début, un taux d’intérêt trop élevé, ont été présentés à l’opinion publique internationale et allemande comme une aide gratuite offerte aux « paresseux » et « corrompus ».

    Voyez ce qui se passe en réalité. D’après Libération, depuis 2010, la France a peut-être gagné jusqu’à 2 milliards d’euros grâce à ces intérêts. Même l’Autriche, avec sa faible participation, a gagné 100 millions d’euros jusqu’à maintenant, d’après son gouvernement.

    Pourtant, l’opinion publique allemande joue l’innocence. Il n’y a que quelques émissions humoristiques. C’est la façon par laquelle ils osent dire la vérité.

    On nous accuse de ne pas vouloir faire passer de réformes. Mais, c’est nous qui, plus que personne, voulons faire passer des réformes. De vraies réformes, pas du chaos.

    Ce qu’on exige de la Grèce, c’est l’application de la recette néolibérale. Chacun avec son obsession : les « idéologues » du FMI demandent la dérégulation du marché du travail ainsi que la légalisation des licenciements de masse, qu’ils ont promises aux oligarques grecs, propriétaires des banques.

    La Commission européenne, autrement dit Berlin, réclame la poursuite des privatisations susceptibles d’intéresser les entreprises allemandes (et cela, au moindre coût). Dans la liste interminable des ventes scandaleuses, se distingue celle effectuée par l’Etat grec en 2013, de vingt-huit bâtiments qu’il continue d’utiliser. Pendant les vingt années qui viennent, Athènes devra payer 600 millions d’euros de loyer, presque le triple de la somme qu’on a touchée grâce à la vente (et qui est directement revenue aux créanciers) !

    Le gouvernement d’Athènes continue à jouir d’une grande popularité, malgré ses concessions : ne pas arrêter, comme promis, les privatisations décidées par le gouvernement précédent, ajourner l’augmentation du SMIC, augmenter la TVA.

    Mais, en fin de compte, la question qui se pose est plutôt politique. Les élections ont-elles donc du sens, si un pays respectant l’essentiel de ses engagements n’a pas le droit de modifier sa politique ?

    La tragédie grecque met en avant le besoin d’un cadre nouveau pour les relations internationales. Un cadre respectant la démocratie, la souveraineté et la dignité nationales de chaque pays, tout en favorisant les relations et les accords économiques qui ne feront pas allusion à la colonisation. Un cadre profitable à tous les acteurs concernés. Récemment, le gouvernement grec a annoncé qu’il solliciterait la participation de la Grèce à la nouvelle Banque des BRICS et que cette demande a déjà été acceptée positivement de la part de la Russie. Dans ce climat surchargé de menaces et d’ultimatums, c’est vraiment une bouffée de soulagement et d’optimisme pour l’opinion publique grecque.

    En position d’infériorité, le gouvernement athénien, abandonné par les forces au soutien desquelles il aspirait, telles que le gouvernement français, ne peut revendiquer la solution du problème majeur auquel le pays est confronté : une dette intolérable. La proposition d’organiser une Conférence internationale, comme celle de 1953 qui soulagea l’Allemagne de la plus grande partie des réparations de guerre, ouvrant la route au miracle économique, a été noyée dans une mer de menaces et d’ultimatums.

    Les créanciers veulent qu’il ne reste que deux options au gouvernement de M. Tsipras : se laisser étrangler financièrement s’il persiste à vouloir appliquer son programme ou renier ses promesses et tomber, abandonné par ses électeurs.

    Je peux vous assurer que nous résisterons. On ne va pas être soumis.

    Je ne sais pas ce qui va se passer, mais un excellent article récent de Serge Halimi, paru dans Le Monde diplomatique, nous a fait penser à l’avenir et à la dimension historique de la bataille. Halimi écrivait alors, à propos de la Grèce :

    « Et l’avenir fait penser à ce qu’écrivait la philosophe Simone Weil à propos des grèves ouvrières de juin 1936 en France : "Nul ne sait comment les choses tourneront. (…) Mais aucune crainte n’efface la joie de voir ceux qui toujours, par définition, courbent la tête la redresser. (…) Ils ont enfin fait sentir à leurs maîtres qu’ils existent. (…) Quoi qu’il puisse arriver par la suite, on aura toujours eu ça. Enfin, pour la première fois, et pour toujours, il flottera autour de ces lourdes machines d’autres souvenirs que le silence, la contrainte, la soumission." Le combat des Grecs est universel. Il ne suffit plus que nos vœux l’accompagnent. La solidarité qu’il mérite doit être exprimée par des actes. Le temps est limité. »


  • Pourquoi le thème de la mer fait des vagues entre la #Bolivie et le #Chili

    Par Maurice Lemoine

    http://www.medelu.org/IMG/arton2047.jpg

    http://www.medelu.org/Pourquoi-le-theme-de-la-mer-fait

    Mars 2015 : de graves inondations affectent le nord du Chili. En voisin solidaire, la Bolivie propose ses services, qui sont acceptés. C’est ainsi que, le 30 du mois, 13 000 litres d’eau potable en bouteilles sont acheminés vers les sinistrés. Un moment de grâce entre deux pays aux relations difficiles, qui ont officiellement rompu leurs relations diplomatiques en 1962. Mais, comme toujours, c’est dans les détails que le diable se niche… Chargé de procéder sur place, à Copiapó, à la livraison du précieux liquide, le ministre de la défense bolivien, Jorge Ledezma, arbore un blouson orné d’un très ostensible slogan : « La mer est bolivienne ». L’aide tourne à l’incident diplomatique. Tout en remerciant La Paz pour son assistance, le ministre chilien des affaires étrangères, Heraldo Muñoz, réagit vivement (...)