#créanciers

  • « Les banques et l’Etat grecs essaient de prendre nos maisons tous les mercredis au tribunal de paix »

    Interview de Filippos Filippides, membre du comité « Vente aux enchères STOP », contre la vente aux enchères des biens immobiliers pour défaut de paiement.

    #mobilisation #logement #Troïka #créanciers #débiteurs #dette #crise #actions #enchères #ventes_publiques #Grèce #immobilier #expulsion #expulsions_locatives #Syriza #cadtm

    http://www.cadtm.org/Les-banques-et-l-Etat-grecs

    https://seenthis.net/messages/551905 via kaparia


  • #Grèce : le stupéfiant aveu de la #BCE
    http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/grece-le-stupefiant-aveu-de-la-bce-505811.html par Romaric Godin via @olivier_nahas

    http://static.latribune.fr/full_width/502382/la-bce-laisse-ses-taux-inchanges.jpg

    Dans une interview accordée à Reuters ce 16 septembre, le vice-président de la BCE, Vitor Constâncio, affirme, sans sourciller, que la menace d’expulsion de la Grèce de la zone euro, le fameux « Grexit », « n’a jamais été lancée pour de vrai parce que ce ne serait pas légal. »

    Une pierre dans le jardin d’#Alexis_Tsipras

    Cette déclaration de Vitor Constâncio induit trois conséquences. La première concerne Alexis Tsipras. L’aveu du Portugais détruit le storytelling de l’ancien premier ministre grec selon lequel il « n’avait pas le choix » et que s’il refusait de signer l’accord du 13 juillet, la #Grèce était exclue de la #zone_euro. En réalité, on peut désormais affirmer que si Alexis Tsipras n’avait pas cédé, que s’il avait introduit un projet de monnaie parallèle, la balance des peurs auraient changé de camp. Si les créanciers craignaient réellement le #Grexit, il aurait alors pu espérer obtenir un compromis plus favorable, sur la base de ses propositions du 22 juin. Alexis Tsipras s’est donc bien trop empressé de croire un Wolfgang Schäuble qui n’avait pas les moyens de ses menaces. C’est une mauvaise nouvelle pour le leader de Syriza à quatre jours de l’élection de dimanche.

    La crédibilité de la BCE en question

    Deuxième conséquence : la crédibilité de la BCE devrait être fortement atteinte par cet aveu. Voilà une banque centrale, une des trois ou quatre plus puissantes du monde, qui s’amuse à lancer des menaces sur l’avenir et la structure de sa propre monnaie « pour de faux » ! Son vice-président peut, sans rire, affirmer tranquillement qu’il a menti en pleine crise. Il y a là de quoi s’interroger sur la gestion de l’euro et sur l’indépendance de la BCE. L’institution de Francfort a donc bel et bien joué les supplétifs de la stratégie de Wolfgang Schäuble et de l’objectif politique des #créanciers. Vitor Constâncio confirme que la BCE n’est pas une puissance indépendante dans la zone euro. Ceci permet sans doute mieux d’apprécier ses prises de décision. Si la menace du Grexit n’était pas pour de vrai, alors le mythe selon lequel les décisions de la BCE sur la liquidité d’urgence ou sur l’acceptation des bons grecs à son guichet était également une #farce.