• Deux agents de la PAF jugés pour violences sur un exilé mineur et détournement de fonds publics
    https://www.bastamag.net/police-racket-violence-sur-mineur-detournement-de-fonds-publics-refugies-p

    Le procès de deux agents de la Police aux frontières (PAF) s’est tenu au tribunal de Gap (Hautes-Alpes) ce jeudi 2 juillet. Parmi les pièces confondantes, l’enregistrement sonore fait par un mineur exilé, que Bastamag avait déjà rencontré, rend compte de menaces et de coups. C’est un dossier judiciaire qui contribue à sortir de l’omerta les atteintes récurrentes aux droits humains à la frontière franco-italienne des Hautes-Alpes. Des atteintes documentées depuis 2017 par voie de presse et par des (...) #Décrypter

    / #Violences_policières, #Droits_fondamentaux, #Migrations

    https://seenthis.net/messages/864563 via Basta !


  • S’arracher au « cours homogène » de l’histoire

    https://entreleslignesentrelesmots.files.wordpress.com/2020/06/9782845978409-475x500-2.jpg

    « Le moment est venu d’accompagner la mondialisation économique et technologique d’une conception cosmopolitique du monde »

    note sur : Monique Chemillier-Gendreau : Pour un Conseil mondial de la Résistance

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/07/02/sarracher-au-cours-homogene-de-lhistoire

    #international #droit


  • Pour l’égalité sociale, économique et politique de toustes

    https://entreleslignesentrelesmots.files.wordpress.com/2020/06/brochure_fasti_ceseda.jpg

    « Nous défendons une vision d’une société basée sur l’égalité des droits, peu importe notre nationalité, et où chacun·e serait libre de décider où il/elle souhaite vivre. Or, le CESEDA, en tant que Code qui cible une catégorie de la population, légitime et institutionalise la discrimination à l’égard des personnes étrangères est incompatible avec cette vision. Le CESEDA est un véritable Code d’exception, source de multiples discriminations, de traitements dérogatoires et d’atteintes aux droits fondamentaux. Le modifier ne fera pas disparaître l’existence de cette discrimination légale fondée sur la nationalité. C’est ainsi l’existence même de ce Code que nous devons remettre en question. »

    Note sur : Fasti : Pourquoi faut-il abroger le CESEDA* ?
    *Code l’entrée et du séjour des étranger·es et du droit d’asile

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/06/10/pour-legalite-sociale-economique-et-politique-de-touste

    #droit #migration


  • Elle était une fois…

    https://entreleslignesentrelesmots.files.wordpress.com/2020/05/arton2141.png

    Note sur Droits humains pour tou·te·s
    Ouvrage coordonné par Géraldine Franck

    L’autrice nous rappelle que le langage est politique, que ce qui n’est pas nommé n’existe pas. Il est donc nécessaire de remplacer « droits de l’homme » par « droits humains »…

    Il faut répéter que le masculin n’est et ne saurait être neutre, « il est simplement masculin ! » ; que la grammaire n’est pas neutre dans la désignation des êtres humains, qu’elle traduit aussi des rapports sociaux de pouvoir ; qu’il faut démasculiniser le langage…

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/06/09/elle-etait-une-fois

    #droitshumains #langue


  • This startup is using AI to give workers a “productivity score” | MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/2020/06/04/1002671/startup-ai-workers-productivity-score-bias-machine-learning-busine
    https://wp.technologyreview.com/wp-content/uploads/2020/06/kate-sade-2zZp12ChxhU-unsplash.jpg?resize=1200,600

    Dire qu’il y a des naïfs pour croire que le crédit social est uniquement chinois... surveiller et noter les travailleurs, c’est le nouveau modèle du capitalisme international, en Chine comme ailleurs, en télétravail comme dans les locaux de l’entreprise. Et ça va vite, vite...

    In the last few months, millions of people around the world stopped going into offices and started doing their jobs from home. These workers may be out of sight of managers, but they are not out of mind. The upheaval has been accompanied by a reported spike in the use of surveillance software that lets employers track what their employees are doing and how long they spend doing it.

    Companies have asked remote workers to install a whole range of such tools. Hubstaff is software that records users’ keyboard strokes, mouse movements, and the websites that they visit. Time Doctor goes further, taking videos of users’ screens. It can also take a picture via webcam every 10 minutes to check that employees are at their computer. And Isaak, a tool made by UK firm Status Today, monitors interactions between employees to identify who collaborates more, combining this data with information from personnel files to identify individuals who are “change-makers.”

    Now, one firm wants to take things even further. It is developing machine-learning software to measure how quickly employees complete different tasks and suggest ways to speed them up. The tool also gives each person a productivity score, which managers can use to identify those employees who are most worth retaining—and those who are not.

    How you feel about this will depend on how you view the covenant between employer and employee. Is it okay to be spied on by people because they pay you? Do you owe it to your employer to be as productive as possible, above all else?

    Critics argue that workplace surveillance undermines trust and damages morale. Workers’ rights groups say that such systems should only be installed after consulting employees. “It can create a massive power imbalance between workers and the management,” says Cori Crider, a UK-based lawyer and cofounder of Foxglove, a nonprofit legal firm that works to stop governments and big companies from misusing technology. “And the workers have less ability to hold management to account.”

    Whatever your views, this kind of software is here to stay—in part because remote work is normalizing it. “I think workplace monitoring is going to become mainstream,” says Tommy Weir, CEO of Enaible, the startup based in Boston that is developing the new monitoring software. “In the next six to 12 months it will become so pervasive it disappears.”

    Weir thinks most tools on the market don’t go far enough. “Imagine you’re managing somebody and you could stand and watch them all day long, and give them recommendations on how to do their job better,” says Weir. “That’s what we’re trying to do. That’s what we’ve built.”

    Why the sudden uptick in interest? “Bosses have been seeking to wring every last drop of productivity and labor out of their workers since before computers,” says Crider. “But the granularity of the surveillance now available is like nothing we’ve ever seen.”

    It’s no surprise that this level of detail is attractive to employers, especially those looking to keep tabs on a newly remote workforce. But Enaible’s software, which it calls the AI Productivity Platform, goes beyond tracking things like email, Slack, Zoom, or web searches. None of that shows a full picture of what a worker is doing, says Weir⁠—it’s just checking if you are working or not.

    Once set up, the software runs in the background all the time, monitoring whatever data trail a company can provide for each of its employees. Using an algorithm called Trigger-Task-Time, the system learns the typical workflow for different workers: what triggers, such as an email or a phone call, lead to what tasks and how long those tasks take to complete.

    Once it has learned a typical pattern of behavior for an employee, the software gives that person a “productivity score” between 0 and 100. The AI is agnostic to tasks, says Weir. In theory, workers across a company can still be compared by their scores even if they do different jobs. A productivity score also reflects how your work increases or decreases the productivity of other people on your team. There are obvious limitations to this approach. The system works best with employees who do a lot of repetitive tasks in places like call centers or customer service departments rather than those in more complex or creative roles.

    But the idea is that managers can use these scores to see how their employees are getting on, rewarding them if they get quicker at doing their job or checking in with them if performance slips. To help them, Enaible’s software also includes an algorithm called Leadership Recommender, which identifies specific points in an employee’s workflow that could be made more efficient.

    #Travail #Surveillance #Droit_travail #Crédit_social #Productivity_score

    https://seenthis.net/messages/858700 via Articles repérés par Hervé Le Crosnier


  • Europe, la fin du confinement. Qu’en est-il des droits humains des peuples migrants et réfugiés ?

    L’un après l’autre, les pays de l’Union européenne (UE) ont débuté ce que l’on appelle la fin du confinement. Après de longues semaines de confinement imposées par la crise des coronavirus, ses habitants tentent de reprendre le rythme d’une vie normale, quoique lentement. Pour les peuples migrants et réfugiés, la crise est loin d’être terminée. Des milliers de personnes restent confinées dans des camps et / ou des zones insalubres, ou survivent dans la précarité et la marginalité, menacées par le racisme et la peur de la répression.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/06/04/europe-la-fin-du-confinement-quen-est-il-des-droits-hum

    #international #migrant·e #droit


  • Avant-propos de Géraldine Franck au manifeste Du collectif Droits humains pour tou·te·s

    Un jour, une amie m’a dit qu’on ne pouvait pas désapprendre la lecture. Partisan·es de la méthode syllabique ou de la méthode globale, une fois que vous avez intégré qu’un m et un i font mi, difficile de ne plus vous en souvenir. Vous ne pourrez plus, par exemple, vous promener innocemment dans une rue bardée d’enseignes en n’y voyant que des agrégats de voyelles et de consonnes. La lecture s’impose à vous. Vous lisez d’ailleurs souvent avant même de prendre conscience que vos yeux se sont posés sur des lettres. C’est un apprentissage définitif.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/06/03/avant-propos-de-geraldine-franck-au-manifeste-du-collec

    #féminisme #égalité #droitshumains


  • Appel à l’annulation d’un contrat entre l’#UE et des entreprises israéliennes pour la surveillance des migrants par drones

    Les contrats de l’UE de 59 millions d’euros avec des entreprises militaires israélienne pour s’équiper en drones de guerre afin de surveiller les demandeurs d’asile en mer sont immoraux et d’une légalité douteuse.
    L’achat de #drones_israéliens par l’UE encourage les violations des droits de l’homme en Palestine occupée, tandis que l’utilisation abusive de tout drone pour intercepter les migrants et les demandeurs d’asile entraînerait de graves violations en Méditerranée, a déclaré aujourd’hui Euro-Mediterranean Human Rights Monitor dans un communiqué.
    L’UE devrait immédiatement résilier ces #contrats et s’abstenir d’utiliser des drones contre les demandeurs d’asile, en particulier la pratique consistant à renvoyer ces personnes en #Libye, entravant ainsi leur quête de sécurité.

    L’année dernière, l’Agence européenne des garde-frontières et des garde-côtes basée à Varsovie, #Frontex, et l’Agence européenne de sécurité maritime basée à Lisbonne, #EMSA, ont investi plus de 100 millions d’euros dans trois contrats pour des drones sans pilote. De plus, environ 59 millions d’euros des récents contrats de drones de l’UE auraient été accordés à deux sociétés militaires israéliennes : #Elbit_Systems et #Israel_Aerospace_Industries, #IAI.

    L’un des drones que Frontex a obtenu sous contrat est le #Hermes_900 d’Elbit, qui a été expérimenté sur la population mise en cage dans la #bande_de_Gaza assiégée lors de l’#opération_Bordure_protectrice de 2014. Cela montre l’#investissement de l’UE dans des équipements israéliens dont la valeur a été démontrée par son utilisation dans le cadre de l’oppression du peuple palestinien et de l’occupation de son territoire. Ces achats de drones seront perçus comme soutenant et encourageant une telle utilisation expérimentale de la #technologie_militaire par le régime répressif israélien.

    « Il est scandaleux pour l’UE d’acheter des drones à des fabricants de drones israéliens compte tenu des moyens répressifs et illégaux utilisés pour opprimer les Palestiniens vivant sous occupation depuis plus de cinquante ans », a déclaré le professeur Richard Falk, président du conseil d’administration d’Euromed-Monitor.

    Il est également inacceptable et inhumain pour l’UE d’utiliser des drones, quelle que soit la manière dont ils ont été obtenus pour violer les droits fondamentaux des migrants risquant leur vie en mer pour demander l’asile en Europe.

    Les contrats de drones de l’UE soulèvent une autre préoccupation sérieuse car l’opération Sophia ayant pris fin le 31 mars 2020, la prochaine #opération_Irini a l’intention d’utiliser ces drones militaires pour surveiller et fournir des renseignements sur les déplacements des demandeurs d’asile en #mer_Méditerranée, et cela sans fournir de protocoles de sauvetage aux personnes exposées à des dangers mortels en mer. Surtout si l’on considère qu’en 2019 le #taux_de_mortalité des demandeurs d’asile essayant de traverser la Méditerranée a augmenté de façon spectaculaire, passant de 2% en moyenne à 14%.

    L’opération Sophia utilise des navires pour patrouiller en Méditerranée, conformément au droit international, et pour aider les navires en détresse. Par exemple, la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM) stipule que tous les navires sont tenus de signaler une rencontre avec un navire en détresse et, en outre, de proposer une assistance, y compris un sauvetage. Étant donné que les drones ne transportent pas d’équipement de sauvetage et ne sont pas régis par la CNUDM, il est nécessaire de s’appuyer sur les orientations du droit international des droits de l’homme et du droit international coutumier pour guider le comportement des gouvernements.

    Euro-Med Monitor craint que le passage imminent de l’UE à l’utilisation de drones plutôt que de navires en mer Méditerranée soit une tentative de contourner le #droit_international et de ne pas respecter les directives de l’UE visant à sauver la vie des personnes isolées en mer en situation critique. Le déploiement de drones, comme proposé, montre la détermination de l’UE à dissuader les demandeurs d’asile de chercher un abri sûr en Europe en facilitant leur capture en mer par les #gardes-côtes_libyens. Cette pratique reviendrait à aider et à encourager la persécution des demandeurs d’asile dans les fameux camps de détention libyens, où les pratiques de torture, d’esclavage et d’abus sexuels sont très répandues.

    En novembre 2019, l’#Italie a confirmé qu’un drone militaire appartenant à son armée s’était écrasé en Libye alors qu’il était en mission pour freiner les passages maritimes des migrants. Cela soulève de sérieuses questions quant à savoir si des opérations de drones similaires sont menées discrètement sous les auspices de l’UE.

    L’UE devrait décourager les violations des droits de l’homme contre les Palestiniens en s’abstenant d’acheter du matériel militaire israélien utilisé dans les territoires palestiniens occupés. Elle devrait plus généralement s’abstenir d’utiliser des drones militaires contre les demandeurs d’asile civils et, au lieu de cela, respecter ses obligations en vertu du droit international en offrant un refuge sûr aux réfugiés.

    Euro-Med Monitor souligne que même en cas d’utilisation de drones, les opérateurs de drones de l’UE sont tenus, en vertu du droit international, de respecter les #droits_fondamentaux à la vie, à la liberté et à la sécurité de tout bateau de migrants en danger qu’ils rencontrent. Les opérateurs sont tenus de signaler immédiatement tout incident aux autorités compétentes et de prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir que les opérations de recherche et de sauvetage soient menées au profit des migrants en danger.

    L’UE devrait en outre imposer des mesures de #transparence et de #responsabilité plus strictes sur les pratiques de Frontex, notamment en créant un comité de contrôle indépendant pour enquêter sur toute violation commise et prévenir de futures transgressions. Enfin, l’UE devrait empêcher l’extradition ou l’expulsion des demandeurs d’asile vers la Libye – où leur vie serait gravement menacée – et mettre fin à la pratique des garde-côtes libyens qui consiste à arrêter et capturer des migrants en mer.

    http://www.france-palestine.org/Appel-a-l-annulation-d-un-contrat-entre-l-UE-et-des-entreprises-is
    #Europe #EU #drones #Israël #surveillance #drones #migrations #asile #réfugiés #Méditerranée #frontières #contrôles_frontaliers #militarisation_des_frontières #complexe_militaro-industriel #business #armée #droits_humains #sauvetage

    ping @etraces @reka @nepthys @isskein @karine4

    https://seenthis.net/messages/855951 via CDB_77


  • Télétravail, #travail_à_distance dans l’#ESR : l’entourloupe

    Depuis le #confinement, en pratique, les agents de l’#enseignement_supérieur et de la recherche font du télétravail, mais les administrations préfèrent dire que l’on fait du travail à distance, pour une bête raison juridique. Le télétravail dans la #fonction_publique est normalement une pratique encadrée – par le décret du 11 février 2016 (https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000032036983), dont l’une des premières conditions réglementaires est le #volontariat. Il n’existe pas de télétravail imposé dans la fonction publique.

    Le télétravail qui s’est accompli de facto1 ces dernières semaines n’avait, de ce point de vue, pas de #base_juridique formellement identifiable. Nous en avions déjà parlé au moment de la discussion de la continuité académique sur Academia. Pour la fonction publique, il n’existe pas l’équivalent de l’article L. 1222-11 du #code_du_travail (https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000035643952&cidTexte=LEGITEX) :

    « En cas de circonstances exceptionnelles, notamment de menace d’épidémie, ou en cas de force majeure, la mise en œuvre du télétravail peut être considérée comme un aménagement du poste de travail rendu nécessaire pour permettre la #continuité de l’activité de l’entreprise et garantir la protection des salariés ».

    Ce qui ne signifie pas, pour autant, que cette mise au télétravail sans base légale ou réglementaire était illégale : il ne fait aucun doute qu’en cas de contentieux, le juge administratif soutiendra qu’en période d’épidémie, la mise en œuvre du télétravail doit être considérée comme un aménagement du poste de travail rendu nécessaire pour permettre la continuité du service public et garantir la protection des agents.

    Mais cette absence de base légale ou réglementaire ne peut pas durer éternellement. Et c’est pourquoi le #décret du 11 février 2016 a été modifié il y a une semaine (décret du 5 mai 2020 : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041849917&categorieLien=id), pour prévoir en particulier qu’il est possible, désormais, de déroger à la règle selon laquelle « La #quotité des fonctions pouvant être exercées sous la forme du télétravail ne peut être supérieure à trois jours par semaine » et selon laquelle « Le temps de #présence sur le lieu d’affectation ne peut être inférieur à deux jours par semaine ». Désormais, cette règle ne s’applique pas « Lorsqu’une #autorisation_temporaire de télétravail a été demandée et accordée en raison d’une #situation_exceptionnelle perturbant l’accès au service ou le #travail_sur_site », modification introduite dans le décret du 5 mai 2020 (https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041849917&categorieLien=id) pour tirer les conséquences de l’#épidémie. Mais on n’a pas modifié un point, et c’est important : le télétravail doit dans tous les cas être demandé par l’agent. La nécessité du volontariat est maintenue : il faudrait une loi, et non un simple décret, pour revenir sur cette disposition.

    En toute logique (sic), les administrations – les administrations universitaires, entre autres – devraient donc être en train d’engager les procédures pour régulariser le télétravail en cours, pour revenir dans les clous du droit tel qu’il a été modifié par le décret du 5 mai. On peut douter que beaucoup d’administrations soient en train de le faire de manière active, mais on peut toujours se tromper. Elles savent, en particulier, que si l’on revient dans le droit « normal » du télétravail dans la fonction publique, il va falloir respecter l’ensemble des règles du télétravail. Ce qui signifie en particulier respecter l’article 6 du décret de 2016 :

    « Les agents exerçant leurs fonctions en télétravail bénéficient des mêmes droits et obligations que les agents exerçant sur leur lieu d’affectation. L’employeur prend en charge les coûts découlant directement de l’exercice des fonctions en télétravail, notamment le coût des matériels, logiciels, abonnements, communications et outils ainsi que de la maintenance de ceux-ci ».

    En fait, c’est plus subtil que cela. Les lectrices et lecteurs d’Academia vont admirer le choix fourbe qui a été fait : le décret du 5 mai 2020 n’a pas exactement mis entre parenthèses cette obligation de prendre en charge les #coûts_de_l’exercice des fonctions en télétravail. Il a précisé avec une certaine roublardise que lorsque l’agent demande l’autorisation temporaire de télétravail mentionnée au 2° de l’article 4 — c’est-à-dire l’autorisation de télétravail « demandée et accordée en raison d’une situation exceptionnelle perturbant l’accès au service ou le travail sur site » — alors « l’administration peut autoriser l’utilisation de l’équipement informatique personnel de l’agent ».

    Conclusion : si l’on en croit le décret, ce n’est pas l’administration qui impose le télétravail aux agents – il aurait fallu une loi pour ouvrir cette possibilité, qui n’a pas été prise sur ce point – mais les agents qui le demandent ; et ce n’est pas l’administration qui prend en charge les moyens, notamment informatiques, dont ont besoin les agents pour faire du télétravail, ce sont les agents qui demandent à être autorisés à utiliser leurs équipements informatiques personnels.

    C’est amusant comme on peut tordre le réel avec le droit, non ?

    https://academia.hypotheses.org/23799
    #travail #mots #vocabulaire #terminologie #droits #université #facs #France #équipement

    https://seenthis.net/messages/855661 via CDB_77


  • Like after #9/11, governments could use coronavirus to permanently roll back our civil liberties

    The ’emergency’ laws brought in after terrorism in 2001 reshaped the world — and there’s evidence that it could happen again.

    With over a million confirmed cases and a death toll quickly approaching 100,000, Covid-19 is the worst pandemic in modern history by many orders of magnitude. That governments were unprepared to deal with a global pandemic is at this point obvious. What is worse is that the establishment of effective testing and containment policies at the onset of the outbreak could have mitigated the spread of the virus. Because those in charge failed to bring in any of these strategies, we are now seeing a worrying trend: policies that trample on human rights and civil liberties with no clear benefit to our health or safety.

    Broad and undefined emergency powers are already being invoked — in both democracies and dictatorships. Hungary’s Prime Minister Viktor Orban was granted sweeping new powers to combat the pandemic that are unlimited in scope and effectively turn Hungary’s democracy into a dictatorship. China, Thailand, Egypt, Iran and other countries continue to arrest or expel anyone who criticizes those states’ response to coronavirus.

    The US Department of Justice is considering charging anyone who intentionally spreads the virus under federal terrorism laws for spreading a “biological agent”. Israel is tapping into previously undisclosed smartphone data, gathered for counterterrorism efforts, to combat the pandemic. States in Europe, anticipating that measures against Covid-19 will violate their obligations under pan-European human rights treaties, are filing official notices of derogation.

    A chilling example of the effects of emergency powers on privacy rights and civil liberties happened during the aftermath of the September 11, 2001 attacks and the resulting “war on terror”, in which successive US presidents pushed the limits of executive power. As part of an effort to protect Americans from security threats abroad, US government officials justified the use of torture in interrogation, broad state surveillance tactics and unconstitutional military strikes, without the oversight of Congress. While the more controversial parts of those programs were eventually dismantled, some remain in place, with no clear end date or target.

    Those measures — passed under the guise of emergency — reshaped the world, with lasting impacts on how we communicate and the privacy we expect, as well as curbs on the freedoms of certain groups of people. The post-September 11 response has had far-reaching consequences for our politics by emboldening a cohort of populist leaders across the globe, who ride to election victories by playing to nationalist and xenophobic sentiments and warning their populations of the perils brought by outsiders. Covid-19 provides yet another emergency situation in which a climate of fear can lead to suspension of freedoms with little scrutiny — but this time we should heed the lessons of the past.

    First, any restriction on rights should have a clear sunset clause, providing that the restriction is only a temporary measure to combat the virus, and not indefinite. For example, the move to grant Hungary’s Viktor Orban sweeping powers has no end date — thus raising concerns about the purpose of such measures when Hungary is currently less affected than other regions of the world and in light of Orban’s general penchant for authoritarianism.

    Second, measures to combat the virus should be proportional to the aim and narrowly tailored to reach that outcome. In the case of the US Department of Justice debate as to whether federal terrorism laws can be applied to those who intentionally spread the virus, while that could act as a potent tool for charging those who actually seek to weaponize the virus as a biological agent, there is the potential for misapplication to lower-level offenders who cough in the wrong direction or bluff about their coronavirus-positive status. The application of laws should be carefully defined so that prosecutors do not extend the boundaries of these charges in a way that over-criminalizes.

    Third, countries should stop arresting and silencing whistleblowers and critics of a government’s Covid-19 response. Not only does this infringe on freedom of expression and the public’s right to know what their governments are doing to combat the virus, it is also unhelpful from a public health perspective. Prisons, jails and places of detention around the world are already overcrowded, unsanitary and at risk of being “superspreaders” of the virus — there is no need to add to an at-risk carceral population, particularly for non-violent offenses.

    Fourth, the collectors of big data should be more open and transparent with users whose data is being collected. Proposals about sharing a person’s coronavirus status with those around them with the aid of smartphone data should bring into clear focus, for everyone, just what privacy issues are at stake with big tech’s data collection practices.

    And finally, a plan of action should be put in place for how to move to an online voting system for the US elections in November 2020, and in other critical election spots around the world. Bolivia already had to delay its elections, which were key to repairing its democracy in a transitional period following former President Evo Morales’s departure, due to a mandatory quarantine to slow the spread of Covid-19. Other countries, including the US, should take note and not find themselves flat-footed on election day.

    A lack of preparedness is what led to the current scale of this global crisis — our rights and democracies should not suffer as a result.

    https://www.independent.co.uk/voices/911-coronavirus-death-toll-us-trump-government-civil-liberties-a94586

    #le_monde_d'après #stratégie_du_choc #11_septembre #coronavirus #covid-19 #pandémie #liberté #droits_humains #urgence #autoritarisme #terrorisme #privacy #temporaire #Hongrie #proportionnalité #liberté_d'expression #surveillance #big-data #données

    ping @etraces

    https://seenthis.net/messages/854864 via CDB_77


  • Ecoute des utilisateurs par Apple : un ancien prestataire alerte les autorités européennes
    https://www.bastamag.net/Siri-lanceur-alerte-Apple-assistants-vocaux-surveillance-ecoutes-vie-prive

    Des centaines de personnes sont chargées d’écouter les conversations d’utilisateurs de Siri, l’assistant vocal d’Apple. C’est ce qu’ont révélé en juillet dernier des médias britanniques et espagnols [1]. « En principe, leur déclenchement [de l’enregistrement et de l’écoute] devait respecter l’une des deux conditions suivantes : soit quelqu’un donnait une commande à Siri, soit la personne dictait un message. Nous entendions pourtant une quantité invraisemblable d’enregistrements qui sortaient de ce périmètre », (...) En bref

    / #Surveillance_et_biométrie, #Droits_fondamentaux, #Atteintes_aux_libertés, Lanceurs (...)

    #Lanceurs_d'alerte
    https://www.bastamag.net/IMG/pdf/public_statement_siri_recordings_tlb-1.pdf

    https://seenthis.net/messages/854888 via Basta !


  • Le sexe de la propriété et des richesses patrimoniales

    https://entreleslignesentrelesmots.files.wordpress.com/2020/05/9782343119915b.jpg

    Dans leur introduction, Fatiha Talahite et Randi Deguilhem indiquent un croisement de deux problématiques, « une interrogation sur l’accès des femmes à la propriété dans le monde contemporain » et « une réflexion issue de notre collaboration dans le cadre d’un séminaire sur le waqf ».

    Elles soulignent la nécessité de replacer le droit de propriété dans la diversité des systèmes de droits. Elles abordent le waqf comme donation à perpétuité à une œuvre d’utilité publique, la propriété « féminine en islam », les droits de propriété rattachés « aux systèmes dits ‘coutumiers’ », les approches féministes des droits de propriété, les courants socialiste et libéral, les transformations historiques des droits et des usages…

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/05/14/le-sexe-de-la-propriete-et-des-richesses-patrimoniales

    #féminisme #droit #propriété


  • Tri des patients : des dérives laissent penser que les personnes en situation de handicap sont discriminées
    https://www.bastamag.net/tri-des-patients-covid-handicap-reanimation-deces-etabissements-medicaux-s

    Les chiffres du ministère de la #Santé_sont de plus en plus confus sur les personnes en situation de handicap mortes du Covid sans avoir pu être prises en charge à l’hôpital. Plusieurs documents officiels montrent que ces personnes ont pu ne pas été considérées comme prioritaires pour accéder aux soins. Or, le handicap ne constitue pas en soi un facteur de comorbidité aggravant face au Covid. Depuis début avril, le ministère de la Santé communique chaque semaine le nombre de décès dus au Covid dans (...) #Résister

    / #Discriminations, #Inégalités, Santé , #Droits_fondamentaux, A la une

    https://seenthis.net/messages/852542 via Basta !


  • Droits humains dans le contexte de la pandémie de Covid-19

    Le confinement a démontré l’importance du respect et de la mise en œuvre effective de tous les droits humains.

    Le confinement (généralisé ou partiel) décidé progressivement par la quasi-totalité des gouvernements à l’échelle mondiale, suite à la pandémie de Covid-19 en cours depuis quelques mois, a démontré, si besoin est, l’importance du respect et de la mise en œuvre effective de tous les droits humains (civils, politiques, économiques, sociaux et culturels), tout en mettant en lumière de nombreuses violations de ces mêmes droits.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/05/11/droits-humains-dans-le-contexte-de-la-pandemie-de-covid

    #international #droit


  • Ficher les patients Covid et leur entourage : des médecins dénoncent « un précédent très dangereux »
    https://www.bastamag.net/contact-Covid-pistage-fichage-medecins-generalistes-secret-medical-brigade

    Demander aux médecins généralistes de saisir dans un fichier les noms et coordonnées des personnes contaminées au Covid-19 et de leurs contacts : c’est ce que prévoit le projet de loi de prolongation de l’état d’urgence sanitaire. « Soigner n’est pas ficher, soigner n’est pas contraindre ! » dénoncent des médecins. Les médecins généralistes n’avaient pas vraiment été intégrés dans la stratégie de lutte contre la contamination. Le gouvernement fait désormais appel à eux pour pister, voire ficher, les patients (...) #Décrypter

    / Santé , #Droits_fondamentaux, #Atteintes_aux_libertés, #Surveillance_et_biométrie, A la (...)

    #Santé_

    https://seenthis.net/messages/851222 via Basta !


  • Historique. La Palestine autorisée à poursuivre Israël pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité | L’Humanité
    https://www.humanite.fr/historique-la-palestine-autorisee-poursuivre-israel-pour-crimes-de-guerre-e
    https://www.humanite.fr/sites/default/files/images/74802.HR.jpg

    Ce 30 avril restera sans doute dans les annales historiques des Palestiniens. Ce jour-là, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, expliquait officiellement dans un document de 60 pages qu’elle était convaincue « qu’il existe un fondement raisonnable pour ouvrir une enquête dans la situation en Palestine en vertu de l’article 53-1 du Statut de Rome, et que la portée de la compétence territoriale de la Cour comprend la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, et Gaza (“Territoire palestinien occupé”) ». En clair, la Palestine peut saisir la cour de La Haye afin de poursuivre Israël pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Il appartient maintenant à une chambre préliminaire, composée de trois juges, de se prononcer sur la question. En tout état de cause, au vu du déroulé de ce dossier, il est fort probable qu’ils suivront l’avis de la procureure.

    #palestine #israël #droit

    https://seenthis.net/messages/850350 via gonzo


  • En prolongeant l’état d’urgence, le pouvoir privilégie une politique disciplinaire au nom de la prévention sanitaire
    https://www.bastamag.net/etat-urgence-sanitaire-prolongation-controle-attestation-deplacement-bande

    L’état d’urgence sanitaire va être prolongé au moins jusqu’à fin juillet. Des avocats, des juristes, des magistrats et des militants associatifs, regroupés dans un réseau de veille alertent sur les #Atteintes_aux_libertés depuis un mois, et s’inquiètent des nouvelles répressions à venir. L’état d’urgence sanitaire décidé le 23 mars va être prolongé jusqu’à fin juillet. Dans une note d’alerte rendue publique mercredi, un réseau de veille, qui regroupe des dizaines d’universitaires, d’avocats, d’associations, ainsi (...) #Décrypter

    / Démocratie !, Atteintes aux libertés, #Droits_fondamentaux, #Justice, A la (...)

    #Démocratie_ !

    https://seenthis.net/messages/849191 via Basta !


  • A Mayotte, « avec le coronavirus, la dengue et la faim, le cocktail est explosif »
    https://www.bastamag.net/Mayotte-faim-pauvrete-acces-eau-penurie-petrole-maladie-chronique-epidemie

    A Mayotte, le nombre de personnes contaminées par le Covid-19 explose. Pourtant, impossible de respecter le confinement au regard des conditions de vie et de l’absence d’eau courante pour un tiers de la population. « Les patients chroniques ne viennent presque plus consulter et sont autant de bombes à retardement à venir », alerte Géraldine, infirmière libérale sur l’île. Le conseil scientifique du gouvernement craint un « risque important d’explosion épidémique et de paralysie du système de santé à (...) #Témoignages

    / #Droits_fondamentaux, Santé , #Alimentation

    #Santé_

    https://seenthis.net/messages/848781 via Basta !


  • Vers des jours heureux…

    Un virus inconnu circule autour de la planète depuis le début de l’année. Péril mortel et invisible, nous obligeant à nous écarter les uns des autres comme si nous étions dangereux les uns pour les autres, il a retourné les tréfonds des sociétés comme on retourne un gant et il a mis au grand jour ce que l’on tentait jusqu’ici de masquer. Sans doute provoque-t-il un nombre important de morts et met-il sous une lumière crue les limites des systèmes de santé des pays développés, y compris les plus riches d’entre eux. Sans doute, ailleurs, expose-t-il les populations de pays plus pauvres à un extrême danger, les contraignant pour se protéger à accomplir une obligation impossible, le confinement. Mais ceci n’est que la surface des choses.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/04/29/vers-des-jours-heureux

    #politique #droit #alternative


  • Applis de #traçage : #scénarios pour les non-spécialistes
    https://framablog.org/2020/04/24/applis-de-tracage-scenarios-pour-les-non-specialistes

    Un document de plus sur les dangers de l’application de traçage ? Nous n’allons pas reproduire ici les 13 pages documentées et augmentées de notes de référence d’une équipe de 14 spécialistes en #cryptographie : Xavier Bonnetain, University of Waterloo, Canada ; Anne Canteaut, … Lire la suite­­

    #Droits_numériques #Framaconfinement #Internet_et_société #Libertés_Numériques #Non_classé #Anonymat #Applications #base_de_données #COVID-19 #Informatique #Libertés #Malware #Securite #StopCovid #Surveillance #tracking


  • Coronavirus : l’aide alimentaire confrontée à l’arrivée de nouveaux publics
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/04/22/coronavirus-l-aide-alimentaire-confrontee-a-l-arrivee-de-nouveaux-publics_60
    https://img.lemde.fr/2020/04/20/929/0/5568/2784/1440/720/60/0/578f0d0_SDN3ktmM8FC-kYJ6hXqRAhot.jpg
    Distribution d’aide alimentaire organisée par une association de voisins à la cité Maison Blanche, à Marseille, le 31 mars. ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

    Alors que certains de leurs sites sont fermés en raison du confinement, les associations doivent prendre en charge davantage de monde, étudiants précaires ou habitants sans ressources.

    Vingt-deux heures, à Montreuil (Seine-Saint-denis), dans une rue déserte pour cause de confinement, un homme frappe au carreau d’un appartement : « J’ai ouvert et il s’agissait d’un sans-abri qui m’a dit avoir faim, à qui j’ai donné des pommes, du chocolat et 10 euros. C’était la première fois que je me retrouvais en face d’une personne affamée » , raconte Jean-Yves Marinière, retraité de la RATP, qui en a pourtant vu d’autres.

    A Gagny, dans le même département, une institutrice, qui souhaite rester anonyme, explique qu’elle a cherché à prendre contact avec l’un de ses élèves et découvert que la famille manquait de tout, y compris de quoi manger. Elle a sollicité ses réseaux et le voisinage pour leur venir en aide.

    S’adapter et innover [troncature neutralisante : la dame dit plus bas : « ... aux institutions de... » ndc]

    A Toulouse, dans le quartier défavorisé de Bellefontaine, Omar, 40 ans, ouvrier du bâtiment privé de chantier, qui souhaite conserver l’anonymat, a déjà, avec son collectif d’habitants Les Invisibles, organisé deux distributions alimentaires pour une centaine de familles « repérées par leurs voisins et le bouche-à-oreille , explique-t-il. Mais notre collectif n’est pas agréé pour accéder à la Banque alimentaire, donc on a dû se débrouiller pour collecter des denrées auprès des commerces du coin. La ville a mis un local à disposition et on a suivi une formation d’hygiène pour faire cela dans les règles, à deux équipes de cinq personnes » .

    Malgré le maillage efficace des grandes associations humanitaires, certains publics et lieux ne sont pas dans les radars… qui plus est en temps de confinement. « A Bellefontaine interviennent d’ordinaire 94 associations, mais leurs bénévoles ne sont en général pas du quartier et dès que le confinement est entré en vigueur elles ont presque toutes arrêté leurs activités. Il n’en reste que deux ou trois » , observe Lina Duprat, de la régie de quartier, restée, elle, sur le terrain pour rendre mille services, par exemple imprimer des attestations, distribuées dans les boîtes aux lettres, et donner un coup de main aux Invisibles.

    « Plus de foot, plus de loisirs, tout a fermé sauf le soutien scolaire, déplore Omar. Et surtout, plus de boulot pour les femmes de ménage, les agents de sécurité ou les intérimaires, ni de cantine pour les enfants. La Poste, seule banque présente dans ces quartiers, n’ouvre qu’entre 9 heures et 13 heures et la file d’attente dépasse 200 mètres, ce qui a, une fois, provoqué une altercation à l’approche de la fermeture » , se souvient-il.

    « Il faut tenir compte des spécificités de cette population vivant dans les cités, très solidaire mais parfois méfiante envers les autorités, et très démunie en informatique et en liaison Internet dont le besoin redouble par temps de confinement » , analyse Lina Duprat. « C’est aux institutions de s’adapter et d’innover » , suggère-t-elle.

    « Une crise sociale majeure »

    Les préfectures et les grandes organisations comme l’Armée du salut, le Secours populaire, le Secours catholique ou les Restos du cœur n’oublient pas les personnes vivant en bidonville, campement ou squat, et la Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement alimente une banque de données sur tous ces lieux, environ 413 en France, où vivent 19 000 personnes (selon les chiffres de janvier).

    « Mais en Haute-Garonne, par exemple, la préfecture ne recensait que 939 personnes en campement, alors que nous-même en connaissons 1 800 et que le chiffre total est plus proche de 4 000 » , constate Thomas Couderette, du Collectif d’entraide et d’innovation sociale, dont l’alerte a permis d’organiser une aide mieux distribuée.

    Patrice Blanc, président des Restos du cœur, ne cache pas, lui, son inquiétude. Ses 1 400 centres encore ouverts, au lieu de 1 700 habituellement, font face à une affluence sans précédent. A Bordeaux, les flux à chaque distribution alimentaire sont multipliés par cinq, de 80 à 400 personnes ; à Toulouse, par trois, de 100 à 300 personnes, réparties sur deux sites ; à Paris, au Carreau du Temple (3e arrondissement), les Restos du cœur, associés à cinq autres opérateurs, servent chaque jour entre 800 et 1 000 repas…

    « Nous avons, heureusement, pu faire le plein de denrées grâce à la collecte organisée juste avant le confinement, et nous disposons d’un stock de 600 000 masques qui devrait permettre d’assurer l’activité jusqu’en juin, mais allons-nous tenir jusqu’à l’été ?, s’interroge Patrice Blanc. D’autant que le public est de plus en plus nombreux, avec l’apparition de nouvelles catégories : des étudiants qui n’ont plus accès aux restaurants universitaires, des microentrepreneurs sans boulot ni droit à des indemnités de #chômage… Même pour les personnes éligibles à l’assurance-chômage, nous redoutons les nouvelles règles d’indemnisation plus restrictives qui doivent être mises en œuvre le 1er septembre [après avoir été programmées pour le 1er avril]. Nous allons vers une crise sociale majeure » , craint-il.

    Affamés depuis plusieurs jours

    « A Belfort, des étudiants en IUT et en école de commerce viennent nous donner un coup de main en tant que bénévoles mais aussi s’approvisionner, car certains sont très démunis , témoigne Sylvie Feige, responsable départementale des Restos du cœur. Il y a aussi des jeunes en alternance, un jeune maçon, un apprenti cuisinier, qui auraient dû être embauchés le 1er mars et se retrouvent sans rien. »
    A l’université Paris-VIII, une cinquantaine de volontaires, enseignants, étudiants, syndicalistes ont, avec l’aide de l’antenne locale du Secours populaire, organisé le financement et la distribution de colis alimentaires : en à peine trois jours, du 18 au 20 avril, 700 étudiants, dont certains se disant affamés depuis plusieurs jours, ont demandé à en bénéficier.

    « Dans nos permanences, nous rencontrons des personnes qui ne fréquentent pas, d’habitude, les services sociaux , confirme Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé-Pierre. Ils ne perçoivent ni RSA [revenu de solidarité active] ni allocation logement, leurs revenus se situant juste au-dessus des seuils, et beaucoup ont de plus en plus de mal à payer leur loyer. Il faut très vite les aider pour éviter d’accumuler les dettes » , recommande-t-il.

    Dans un communiqué sur les oubliés du confinement daté du 16 avril, le Collectif des associations unies, qui en fédère trente-six parmi les plus importantes, d’Emmaüs à ATD Quart Monde, appelle, pour l’après-confinement, « à des changements profonds pour éviter, à chaque crise ou chaque hiver, de bricoler des solutions palliatives en urgence » et réclame « de s’orienter vers le logement d’abord, d’augmenter les minima sociaux et de faciliter les régularisations administratives » .

    #crise_sanitaire #faim #aide_alimentaire #solidarité #entraide #droit_au_chômage #pauvreté #précaires

    https://seenthis.net/messages/846221 via colporteur


  • Deux ou trois choses sur les applications de suivi de contacts pendant l’épidémie
    https://framablog.org/2020/04/20/deux-ou-trois-choses-sur-les-applications-de-suivi-de-contacts-pendant-le

    Notre petit dossier sur l’application de contact-tracing « StopCovid » s’enrichit aujourd’hui d’un article de Stéphane #Bortzmeyer, que nous avons déjà invité à de multiples reprises sur le Framablog. La position de Framasoft au sujet de cette #application est plutôt claire : #StopCovid … Lire la suite­­

    #Claviers_invités #Droits_numériques #Internet_et_société #Santé #Privacy #Sante #ViePrivee


  • « Je ne sais pas comment on en est arrivé là : mettre les cendres des morts dans des sacs plastiques »
    https://www.bastamag.net/Covid-Rite-funeraire-mettre-les-morts-dans-des-sacs-plastiques

    Danielle est décédée du Covid-19. Sa fille n’a pas pu voir sa mère à l’hôpital, avant son décès. Elle n’a pas pu accompagner le cercueil de sa mère. Elle va récupérer ses cendres, dans une zone commerciale. Dans un sac en plastique. Lire la première partie de ce témoignage : « On peut pousser son chariot au supermarché, mais on ne peut pas accompagner le cercueil de sa mère » « Le cadavre, chef. Quelqu’un l’avait recouvert. Oh ! pas grand-chose. Ils n’avaient pas eu le temps, avec nous à côté. Seulement un (...) #Témoignages

    / Santé , #Droits_fondamentaux

    #Santé_

    https://seenthis.net/messages/845469 via Basta !


  • La réponse de l’hébergeur à la bergère
    https://framablog.org/2020/04/19/la-reponse-de-lhebergeur-a-la-bergere

    …ou considérations pratiques à l’attention des hébergeurs qui reçoivent une demande de retrait de contenu L’association Scenari dont je suis membre a reçu un mail de la directrice juridique d’un important éditeur de manuels scolaires (que j’appellerai Éditions X), intitulé … Lire la suite­­

    #CHATONS #Droits_numériques #Internet_et_société #Libertés_Numériques #arguments #contenus #Directive #droit #Droits #Éducation #Européenne #Internet #LCEN #Loi


  • Après le choléra, si on allait regarder comment se comporte la #grippe à nos #frontières ?
    https://i.imgur.com/uSnjtBZ.jpg
    https://i.imgur.com/v3K78fx.jpg
    https://i.imgur.com/BQkUZaR.jpg
    https://i.imgur.com/Q0IwQdH.jpg
    https://i.imgur.com/nJ5jXkj.jpg

    Mais attention, pas n’importe quelle grippe : la GRIPPE ITALIENNE, dont je suis un expert depuis 48 heures.

    Cette #épidémie a envahi notre douce #France en janvier 1949 et aurait causé quelque 11 000 décès ! C’est par analogie avec la terrifiante #Grippe_espagnole de 1918, qu’on l’a appelée italienne, mais aussi parce qu’elle nous venait bien d’#Italie où elle avait fait « son apparition » deux mois auparavant.

    #1949, c’est peu de temps après la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’Europe est encore en pleine reconstruction. Je vous laisse donc imaginer l’état sanitaire et social de la France, ainsi que la dureté des conditions d’existence dans les quartiers populaires et les villes ouvrières…

    Pour y voir plus clair, je vous ai préparé une petite revue de presse d’époque (merci la BNF et retronews !) qui permet de mieux comprendre les phénomènes d’ « #opinion_publique » associés à l’épidémie. Et vous allez voir que ça résonne avec notre époque.

    Sous la plume de l’Ingénu, on peut lire dans « #Droit_et_Liberté » (organe du #M.N.C.R. —qui donnera naissance au #MRAP— qui sous l’Occupation stigmatisait le racisme hitlérien et mobilisait l’opinion française au moyen de ses publications clandestines) ce petit billet, du 15 janvier 1949, intitulé :
    « La grippe c’est moche ! »

    Conversation dans le métropolitain :
    « -Est-ce que comme tout le monde vous avez fait connaissance avec la grippe italienne ? -Pourquoi me serais-je singularisé ? (...) Oui j’ai eu la grippe comme tout le monde, mais pour la qualifier d’italienne, c’est une autre histoire. Pourquoi mettre en cause un peuple qui, pour une fois, ne nous a rien fait ? Appelons la plutôt, si vous le voulez bien, la #grippe_Moch ! (#Jules_Moch, ministre de l’Intérieur).
    –Là je crois que vous exagérez. En quoi le ministre de l’Intérieur, si critiquable qu’il soit par ailleurs pourrait-il être tenu responsable du virus A ou du virus B ?
    –Évidemment les ministres ne sécrètent pas les microbes comme les calomnies gratuites. Mais dans certains cas ils sont directement responsables de la #santé de la population. Quand à force d’#injustice, de #favoritisme, de #brutalité, d’#exactions on fait régner la #misère et la #sous-alimentation, on est directement responsable des épidémies qui, ensuite, touchent une population en état de moindre résistance (…) Ignorez-vous (…) que les principaux foyers de grippe se situent dans les régions où les #CRS de Monsieur #Moch ont sévi ? Partout où les #politiques_de_terreur ont contraint les hommes à la #misère. Dans le #Nord, à #Saint-Étienne et ailleurs, la grippe est deux fois plus violent que dans le reste du pays… ».

    La palme de l’humour revient à la célèbre #Françoise_Giroud qui dans « Carrefour » 12-01-1949, osa cette formule :
    « on l’appelle italienne, non pas parce qu’elle attaque dans le dos (allusion au « coup de poignard dans le dos » de juin 1940), mais parce que 60 Italiens sur 100 en sont atteints ».

    En guise de conclusion, si vous avez envie de rigoler plutôt que d’éternuer, allez regarder ce que le loufoque #Pierre_Dac conseillait alors comme remède :
    https://www.ina.fr/video/AFE85002888

    Source : #Philippe_Hanus sur FB :
    https://www.facebook.com/philippe.hanus.94/posts/685384552198004

    #1949 #histoire

    –---------

    Beaucoup de seenthisien·nes vont apprécier cela :

    -Évidemment les ministres ne sécrètent pas les microbes comme les calomnies gratuites. Mais dans certains cas ils sont directement responsables de la #santé de la population. Quand à force d’#injustice, de #favoritisme, de #brutalité, d’#exactions on fait régner la #misère et la #sous-alimentation, on est directement responsable des épidémies qui, ensuite, touchent une population en état de moindre résistance (…) Ignorez-vous (…) que les principaux foyers de grippe se situent dans les régions où les #CRS de Monsieur Moch ont sévi ? Partout où les #politiques_de_terreur ont contraint les hommes à la #misère. Dans le #Nord, à #Saint-Étienne et ailleurs, la grippe est deux fois plus violent que dans le reste du pays… ».

    ping @reka @fil @nepthys @odilon @davduf @simplicissimus

    https://seenthis.net/messages/843463 via CDB_77