• A Briançon, les migrants meurent et leurs soutiens passent en procès
    https://www.bastamag.net/A-Briancon-les-migrants-meurent-et-leurs-soutiens-passent-en-proces

    « Il y a un an, quand on dépliait une banderole « les frontières tuent », tout le monde trouvait ça exagéré. Aujourd’hui… ». Aujourd’hui, tout le monde est malheureusement d’accord avec Agnès Antoine, du collectif Tous Migrants. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir « crié au loup » assez tôt. Cela fait maintenant plus d’un an que la ville de Briançon et ses habitants alertent sur les terribles conditions dans lesquelles des milliers de migrants ont tenté, et continuent de tenter chaque jour, la traversée de la (...)

    En bref

    / #Migrations, #Droites_extrêmes, #Droits_fondamentaux, #Justice

    https://seenthis.net/messages/696455 via Basta !


  • Violences contre les femmes : leurs terribles conséquences sur la #Santé_toujours insuffisamment prises en compte
    https://www.bastamag.net/Violences-contre-les-femmes-leurs-terribles-consequences-sur-la-sante-touj

    Chaque année, en France, 225 000 femmes subissent des violences au sein de leur couple. Ces terribles statistiques ne sont que la partie visible de ces violences : troubles anxieux, alimentaires ou du sommeil, dépression, impact sur la sexualité, tentative de suicide... les effets psychologiques sont tout autant dévastateurs. Et une grande majorité des femmes concernées ne sont pas accompagnées. Une véritable écoute, une meilleur formation des soignants, la création de réseaux de professionnels et (...)

    #Décrypter

    / A la une, #Féminisme, #Enquêtes, #Discriminations, Santé , #Droits_fondamentaux

    https://seenthis.net/messages/692236 via Basta !


  • #RGPD : la #Quadrature au carré
    https://framablog.org/2018/04/20/rgpd-la-quadrature-au-carre

    Le 16 avril dernier, la Quadrature du Net a lancé un appel inédit en France pour une action de groupe contre les #GAFAM. Cette action s’appuiera sur l’application prochaine du Règlement général sur la protection des données (RGPD). Sans attendre … Lire la suite­­

    #Dégooglisons_Internet #Droits_numériques #G.A.F.A.M. #Internet_et_société #Libertés_Numériques #ActionDeGroupe #Facebook


  • LA BELGIQUE, ÉTAT DE DROIT OU ÉTAT VOYOU ?

    Les violations hallucinantes de la loi par l’Office des Etrangers | POUR.press
    https://www.pour.press/les-violations-hallucinantes-de-la-loi-par-loffice-des-etrangers
    https://www.pour.press/wp-content/uploads/1-9.png

    La presse a évoqué il y a quelques jours le cas de cette maman angolaise, Elisabeth Matondo, que l’Office des Etrangers (OE) a maitenue pendant plus de deux mois en détention, malgré deux ordonnances de remise en liberté par les autorités judiciaires. La Libre Belgique, par exemple, lui a consacré quelques lignes sous le titre « L’Office des étrangers fait de la résistance ».

    Dans un état de droit, la révélation d’une telle obstruction à une décision de justice entrainerait le licenciement immédiat du directeur de l’OE et la démission de son ministre de tutelle. N’a-t-on pas vu deux ministres démissionner lors de l’évasion de Marc Dutroux, alors que dans cet épisode-là personne n’avait commis d’acte illégal ? On s’attendrait à ce qu’une violation de la loi d’une telle gravité mérite la couverture des journaux pendant plusieurs jours ; mais il n’en est rien. La presse nous apprend que l’OE a pris l’habitude de ne pas appliquer des décisions de justice, et on a presque l’impression qu’on veut nous faire accepter l’idée que le cas de Madame Matondo n’est pas gravissime puisqu’il y en a déjà eu d’autres.

    #Belgique #presse #POUR_écrire_la_liberté #Office_des_Etrangers #justice #droits_humains


  • Le prince héritier saoudien visé par une plainte en France pour complicité de torture
    https://www.bastamag.net/Le-prince-heritier-saoudien-vise-par-une-plainte-en-France-pour-complicite

    Profitant de la visite officielle du prince héritier saoudien Mohammed Ben Salman pendant trois jours en France, le cabinet d’avocats Ancile, traditionnellement engagé dans la défense des droits humains, vient de déposer plainte contre le monarque au tribunal de grande instance de Paris. Le prince héritier est accusé de « complicité de crime de torture et autres peines ou traitements inhumains, cruels ou dégradants » dans le cadre de la guerre menée par les Saoudiens au Yémen. Ce chef d’accusation (...)

    En bref

    / #Proche_et_Moyen_Orient, #Droits_fondamentaux, #Guerres_et_résolution_des_conflits, #Justice

    https://seenthis.net/messages/685089 via Basta !


  • La grève générale qui vient : revue des mobilisations en cours
    https://rebellyon.info/la-greve-generale-qui-vient-18908

    L’heure est la grève dans tous les secteurs et un peu partout en France. Revue de presse sur toutes les mobilisations en cours et à venir. Le printemps 2018 sera chaud !

    #Analyse_et_réflexion

    / #Salariat_-_précariat, #Droits_sociaux_-_santé_-_services_publics, Une, #Syndicalisme-mouvement_ouvrier

    https://seenthis.net/messages/681727 via Rebellyon


  • A La Poste, Pénicaud valide en force le licenciement d’un syndicaliste - Libération
    http://www.liberation.fr/france/2018/03/27/a-la-poste-penicaud-valide-en-force-le-licenciement-d-un-syndicaliste_163
    http://md1.libe.com/photo/1106077-la-ministre-du-travail-muriel-penicaud-a-l-elysee-le-14-mars-2018.jpg?modified_at=1522170475&picto=fb&ratio_x=191&ratio_y=100&width=600

    Les services de Muriel Pénicaud ont autorisé, en son nom, la mise à la porte, pour faute grave, d’un responsable syndical de La Poste, demandé depuis 2010 par le groupe, et jusqu’alors refusé par l’inspection du travail.

    Xavier Bertrand, l’ancien ministre du Travail, lui avait sauvé la peau, en 2011, sous la présidence de Sarkozy. Sept ans plus tard, Muriel Pénicaud, la nouvelle locataire de la rue de Grenelle s’est montrée bien plus dure à l’égard de Gaël Quirante, secrétaire du syndicat Sud Poste (Union syndicale Solidaires) dans les Hauts-de-Seine, en autorisant son licenciement pour faute grave. Appelée à se prononcer sur cette procédure visant un salarié ayant des fonctions représentatives, dit « salarié protégé », l’inspection du travail avait pourtant jusqu’alors toujours refusé de valider sa mise à la porte.

    Pas de quoi arrêter la direction de la Poste, bien décidée à se débarrasser de cet employé, par ailleurs élu syndical zélé, et fer de lance de nombreuses mobilisations de postiers dans son département. Contestant la position de l’inspection du travail, le groupe a donc fait appel à la ministre qui, en dernier recours, peut trancher. Le 20 mars, elle a donné son aval.

    Recours contentieux

    « C’est une affaire qui remonte à loin », commente-t-on du côté de la Direction générale du travail (DGT), rattachée au ministère. En 2010, la Poste engage une procédure disciplinaire contre plusieurs postiers, dont Gaël Quirante. Elle leur reproche d’avoir séquestré des cadres, pendant deux heures, le 10 mai 2010, lors d’un mouvement de grève. Saisie, l’inspection du travail considère alors que les griefs ne sont pas suffisants pour justifier sa mise à la porte. La Poste se tourne vers le ministre du Travail de l’époque, Xavier Bertrand, mais ce dernier, pour des raisons de vices de procédures, ne valide pas, à son tour, la mesure disciplinaire. Sauf que l’employeur n’a pas dit son dernier mot : il fait un recours contentieux devant le tribunal administratif, en 2014. Sans succès.

    Finalement, un énième recours devant la cour administrative d’appel, en 2017, casse la décision du ministre. Le dossier fait alors son retour à l’inspection du travail. A nouveau, l’inspectrice du travail oppose un « refus implicite » au licenciement, décision que l’employeur conteste auprès de sa hiérarchie, le 17 juillet 2017. C’est là qu’arrive, huit mois plus tard, la décision de Muriel Pénicaud. Ou plutôt « la décision de la DGT, au nom de la ministre », précisent ses services.

    Amende de 1 500 euros avec sursis

    « La matérialisation des faits reprochés était bien là, ainsi que leur gravité. Cela a été reconnu par deux ordres juridictionnels », argumente la DGT. Car en parallèle, l’affaire a aussi été portée au pénal. En février 2013, le militant Sud a été condamné, avec deux autres postiers, à une amende de 1 500 euros avec sursis. Une condamnation plutôt symbolique. Mais qui, pour la DGT, a notamment permis montrer que « Gaël Quirante a eu le rôle le plus actif lors de cette séquestration ».

    Mais, dans une tribune publiée le 14 mars dans Libération, les soutiens de Gaël Quirante racontent une toute autre historie. Ils dénoncent un « véritable harcèlement disciplinaire » prenant racine dès 2004. Cette année-là, le postier, en CDI depuis un an, reçoit sa première lettre préalable à un licenciement. On lui reproche, dit-il, d’avoir fait sa tournée avec un tee-shirt floqué d’un message à caractère politique. La procédure n’aboutit pas. Mais depuis, selon la tribune, il a fait l’objet, au total, de « dix tentatives de licenciement en quatorze ans, et presque un an cumulé de mises à pied », notamment pour « intrusion » dans des locaux ou « prise de parole non autorisée ».

    « Un climat social très tendu »

    Pour Quirante, nul doute que ces procédures sont liées à ses activités syndicales commencées en 2004 avec la CGT, avant qu’il ne rejoigne Sud en 2006. « La Poste est dérangée par notre organisation très combative sur le département », pointe le militant, aussi membre du NPA. Les postiers du 92 sont en effet habitués à des actions fortes. Exemple en 2014, avec une grève record de cinq mois. Une ténacité qui aurait, selon le syndicaliste, des répercussions sur tout le groupe : « Nos combats ont permis par exemple que certains droits syndicaux, tels que le droit de circulation des représentants syndicaux dans les centres, soient respectés sur l’ensemble du territoire national. »

    La DGT, elle, assure qu’« il n’y a pas de lien démontré entre le licenciement et le mandat syndical. Nous avons été très attentifs. Le dossier est solide et argumenté ». Un discours qui ne colle pas tout à fait avec la contre-enquête que lui a envoyée l’inspection du travail, en amont du dernier recours hiérarchique. Cette dernière souligne le « contexte compliqué au sein de la société » de l’époque, avec « un climat social très tendu ». En parallèle, elle note un point troublant : des trois postiers condamnés au pénal, Quirante « a été le seul salarié dont le licenciement a été demandé ». Interrogée par Libération à ce sujet, la Poste explique que les deux autres condamnés « ont chacun eu un blâme » en 2010 et qu’ils « sont toujours dans l’entreprise à ce jour ». Pourquoi cette différence de traitement ? « Leur dossier était "vierge" avant cette sanction », précise l’employeur, qui insiste aussi sur le « rôle spécifique de Gaël Quirante » et « son comportement personnel pendant les faits ».

    « Volonté répressive »

    L’intéressé, rejoint par Eric Beynel, porte-parole de Solidaires, crie pour sa part à la « décision politique ». Là où Didier Gelot, syndicaliste et responsable de l’Observatoire de la répression et de la discrimination syndicales, voit « une affaire emblématique de la volonté répressive et de la recrudescence de l’intervention des employeurs et des pouvoirs publics, alors que des tensions sociales se font entendre dans la rue aujourd’hui ».

    Désormais, le sort de Gaël Quirante, soutenu par de nombreux syndicalistes, mais aussi par Jean-Luc Mélenchon et Olivier Besancenot, est entre les mains de la Poste. « Techniquement, elle n’est pas obligée de me licencier, précise Quirante. Pour l’heure, nous sommes en grève reconductible dans mon centre et dans d’autres villes du département. Après, on utilisera tous les moyens juridiques à notre disposition contre ce licenciement ». Un recours administratif devant le tribunal administratif, voire devant le Conseil d’Etat est encore possible. L’histoire qui dure depuis des années, pourrait donc, encore, s’éterniser.
    Amandine Cailhol

    Mais quelle ministre plus que zélée dans la déconstruction du peu de droits qu’il nous reste dans le monde du travail ! Quand on sait en plus comment elle a été allégrement rémunérée pendant ses fonctions précédentes, ça donne juste envie de péter un plomb. Et encore une preuve que ce gouvernement destructeur utilise la justice quand ça l’arrange. Quand ses décisions ne lui conviennent pas il passe outre et l’invoque quand elles lui permettent d’imposer son contrôle massif.
    #syndicalisme #Pénicaud #travail #poste #droits_du_travail

    https://seenthis.net/messages/680823 via ninachani


  • Comment la France coopère avec un régime qui pratique la torture, traque les homosexuels et bâillonne les journalistes
    https://www.bastamag.net/Comment-la-France-coopere-avec-un-regime-qui-pratique-la-torture-traque-le

    Sur quelques rares images de la guerre menée actuellement par l’Égypte au Sinaï, on peut apercevoir des véhicule du français Renault Truck Defense. Pas étonnant de retrouver du matériel français sur les terrains de combat égyptiens : Paris est devenu le premier exportateur d’armes vers le Caire et son régime qui réprime toute opposition. Dans ce conflit interdit aux journalistes, ces équipements côtoient des armes prohibées, et les risques de violations des droits humains sont sérieux. Le gouvernement ou (...)

    #Décrypter

    / A la une, #Proche_et_Moyen_Orient, #Enquêtes, #Guerres_et_résolution_des_conflits, #Multinationales, #Atteintes_aux_libertés, Droits (...)

    #Droits_fondamentaux

    https://seenthis.net/messages/680604 via Basta !


  • Femmes palestiniennes, sur tous les fronts
    https://orientxxi.info/magazine/femmes-palestiniennes-sur-tous-les-fronts,2327

    Plusieurs centaines de Palestiniennes ont devancé la journée internationale de lutte pour les #Droits_des_femmes en manifestant à Qalandia le 7 mars. Si le transfert de l’ambassade américaine à #Jérusalem était sur toutes les lèvres, elles n’ont pas pour autant oublié de rappeler que ce sont également leurs droits de femmes qui sont bafoués au quotidien par l’occupation israélienne, en manifestant symboliquement d’un lieu de souffrance vers un autre : d’un #Camp_de_réfugiés vers un checkpoint. « C’est un cri (...)

    #Magazine

    / #Palestine, #Gaza, Jérusalem, Droits des femmes, Camp de réfugiés


  • Que la force des marronnes soit avec vous - 7 Lames la Mer
    http://7lameslamer.net/Que-la-force-des-marronnes-soit.html
    http://7lameslamer.net/IMG/arton144.png

    Réduites à l’#esclavage, elles ont choisi la #résistance et la #liberté. Elles s’appelaient #Héva, Marianne, Jeanne, Rahariane... Elles font partie intégrante de l’épopée du #marronnage. Qu’aurait été l’histoire du marronnage sans les marronnes ?

    #LaReunion #8mars #journeeinternationaledesdroitsdesfemmes #droitsdesfemmes #slavery #femmes #journeedesfemmes


  • 21 degrés de liberté – 8
    https://framablog.org/2018/03/05/21-degres-de-liberte-8

    Passer par un intermédiaire pour obtenir un service (comme le téléphone) était hier protégé légalement contre les atteintes à la vie privée. Aujourd’hui un comportement normal est considéré comme suffisant pour supprimer cette protection. Voici déjà le 8e article de … Lire la suite­­

    #21_degrés_de_liberté #Internet_et_société #Libertés_Numériques #Analogique #Droits #Liberte #numerique #Telephone #ViePrivee


  • The Human Right to Dominate

    A controversial thesis that shows how human rights — generally conceived as a counter-hegemonic instrument for righting historical injustices — are being deployed to subjugate the weak and reinforce their domination.
    The book analyzes the inversions that can take place when emancipatory discourses are appropriated by the dominant group in contexts of political asymmetry.

    Sommaire:

    Introduction: Human Rights as Domination
    Chapter 1: The Paradox of Human Rights
    Chapter 2: The Threat of Human Rights
    Chapter 3: The Human Right to Kill
    Chapter 4: The Human Right to Colonize
    Conclusion: What Remains of Human Rights?

    https://global.oup.com/academic/covers/pdp/9780199365005#.jpg
    https://global.oup.com/academic/product/the-human-right-to-dominate-9780199365005?cc=us&lang=en&
    #domination #néo-colonialisme #droits_humains #droits_de_l'homme #livre #colonialisme

    https://seenthis.net/messages/670011 via CDB_77


  • L’Ukraine repousse sa réforme controversée de l’enseignement des langues minoritaires
    https://courrierdeuropecentrale.fr/lukraine-repousse-reforme-controversee-de-lenseignement-lang

    Le ministère ukrainien de l’éducation nationale a finalement repoussé à 2023 l’entrée en vigueur d’une loi controversée sur l’éducation relative aux minorités. Le gouvernement ukrainien s’en est finalement remis à la recommandation de la Commission de Venise et a étendu la période de transition pour l’application de sa loi linguistique qui devait initialement entrer en vigueur à la rentrée scolaire de 2020.

    #Société #Article_payant #Droits_linguistiques #langue #minorités_hongroises #Transcarpatie #Ukraine #une-sous


  • La SNCF condamnée en appel pour discrimination envers les « Chibanis », ses ex-salariés marocains
    https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/sncf/la-sncf-condamnee-en-appel-pour-discrimination-envers-les-chibanis-ses-
    https://www.francetvinfo.fr/image/75imgz26t-116b/1500/843/14271762.jpg

    « C’est gagné », a crié l’avocate Clélie de Lesquen-Jonas, les mains en l’air en signe de victoire. Mercredi 31 janvier, la SNCF a été condamnée en appel pour discrimination envers des cheminots marocains. Selon l’avocate, les cheminots ont en outre obtenu reconnaissance d’un « préjudice moral » pour les 848 "Chibanis" qui poursuivaient la compagnie ferroviaire. « C’est un grand soulagement, une grande satisfaction », a-t-elle commenté, plus de 12 ans après les premiers recours déposés aux Prudhommes. 

    En arabe, le mot chibani signifie « cheveux blancs ». En France, il désigne les vieux travailleurs immigrés d’origine maghrébine. La SNCF a recruté environ 2 000 Marocains dans les années 1970, grâce à une convention signée entre la France et le royaume chérifien. Ils sont aujourd’hui à la retraite. La grande majorité des plaignants étaient contractuels et n’ont pas pu bénéficier du statut des cheminots, plus avantageux et relevant d’une caisse de retraite spécifique. Une centaine, naturalisés, a pu y accéder, mais en perdant leur ancienneté.

    Ils accusaient donc la SNCF, qui conteste toute discrimination, de les avoir délibérément "cantonnés" aux plus bas niveaux de qualification et de salaires, ce qui les a pénalisés à l’heure de la retraite.

    #chibanis #sncf #travail #discrimination #droits_sociaux #retraites

    https://seenthis.net/messages/664877 via colporteur


  • Regarde ailleurs
    https://vimeo.com/251551551

    Arthur Levivier a rencontré les exilés à Calais pendant et après le démantèlement de la « jungle ». Durant plus d’un an, il a parlé avec des hommes et des femmes d’origine soudanaise, afghane, éthiopienne, érythréenne, mais aussi des habitants de Calais. Surtout, il a filmé ce que les médias mainstream ne montrent jamais : les violences policières, les injustices… et la force des réfugiés, leurs espoirs et leur capacité à rire de la situation, quoiqu’il arrive.

    #démantèlement #exilés #Calais #documentaire #droits_humains_bafoués #on_n'arrête_pas_la_migration #jungle #France #police #violence_policière

    https://seenthis.net/messages/661725 via marielle


  • #Singapour #droit_d_expression #droits_humains

    Il n’y a qu’un seul endroit dans Singapour où l’on a le droit de s’exprimer publiquement, c’est ici, dans ce petit square. Encore faut-il être singapourien, les étrangers n’ont pas le droit de prendre la parole.

    Mais même si vous prenez « librement » la parole, la Police veille (panneau bleu) et vous surveille (caméra un peu plus haut)...

    https://dl.dropbox.com/s/pngrhkxz2vmrl26/IMG_3473.jpg?dl=0

    https://seenthis.net/messages/662006 via Reka


  • Ce n’est plus vous qui êtes en marche, monsieur le Président, c’est la #vérité. Vous pouvez porter plainte contre moi pour #diffamation  ; la postérité portera plainte ­contre vous pour #infamie."

    dixit #Yann_Moix
    « Monsieur le Président, vous avez instauré à Calais un protocole de la bavure »

    L’écrivain Yann Moix fustige dans une #lettre_ouverte adressée à Emmanuel Macron la politique migratoire de la France, et plus particulièrement le traitement infligé aux migrants à Calais. Vidéo à l’appui, il affirme avoir filmé sur place des « actes de barbarie ».

    http://md1.libe.com/photo/1089472-capture-yann-moix-documentaire.jpg?modified_at=1516554264&width=960#jpg
    http://www.liberation.fr/debats/2018/01/21/monsieur-le-president-vous-avez-instaure-a-calais-un-protocole-de-la-bavu
    #Calais #asile #migrations #EnMarcheVersLeFN (c’était cela le tag ?) #réfugiés #humiliation #espoir

    Et sur la question de la #terminologie (#mots #vocabulaire) :

    Vous les nommez « migrants » : ce sont des #exilés. La migration est un chiffre, l’exil est un #destin.

    ping @reka @sinehebdo

    Ici le texte complet, pour ne pas le perdre :

    Monsieur le président de la République, chaque jour, vous humiliez la France en humiliant les exilés. Vous les nommez « migrants » : ce sont des exilés. La migration est un chiffre, l’exil est un destin. Réchappés du pire, ils représentent cet avenir que vous leur obstruez, ils incarnent cet espoir que vous leur refusez. C’est à leur sujet que je vous écris.
    Vous avez affirmé, dans votre discours de Calais, que « ceux qui ont quelque chose à reprocher au gouvernement s’attaquent à sa politique, mais qu’ils ne s’attaquent pas à ses fonctionnaires. » Je ne m’en prendrai ici qu’à vous. Et à vous seul.

    Je ne suis pas, comme vous dites, un « commentateur du verbe » : je suis un témoin de vos actes. Quant à votre verbe, il est creux, comme votre parole est fausse et votre discours, double.

    J’affirme, M. le Président, que vous laissez perpétrer à Calais des actes criminels envers les exilés. Je l’ai vu et je l’ai filmé.

    J’affirme, M. le Président, que des fonctionnaires de la République française frappent, gazent, caillassent, briment, humilient des adolescents, des jeunes femmes et des jeunes hommes dans la #détresse et le #dénuement. Je l’ai vu et je l’ai filmé.

    J’affirme, M. le Président, que des exilés non seulement innocents, mais inoffensifs, subissent sur notre territoire des atteintes aux #droits_fondamentaux de la personne. Je l’ai vu et je l’ai filmé.

    Ces actes de #barbarie, soit vous les ­connaissiez et vous êtes indigne de votre fonction  ; soit vous les ignoriez et vous êtes indigne de votre fonction. Ces preuves, si vous les demandez, les voici  ; si vous faites semblant de les demander, les voici quand même. Les Français constateront ce que vous commettez en leur nom.

    « Je ne peux pas laisser accréditer l’idée que les forces de l’ordre exercent des violences physiques », avez-vous dit. Ajoutant  : « Si cela est fait et prouvé, cela sera sanctionné ». D’abord, vous menacez de procès en diffamation ceux qui démasquent ­votre politique  ; ensuite, vous menacez de procédures de sanction ceux qui l’appliquent.

    Journalistes, policiers  : avec vous, tout le monde a tort à tour de rôle. Les uns d’avoir vu, les autres d’avoir fait. Tout le monde a tort sauf vous, qui êtes le seul à n’avoir rien vu et le seul à n’avoir rien fait. On attendait Bonaparte, arrive Tartuffe.

    Soit les forces de l’ordre obéissent à des ­#ordres précis, et vous êtes impardonnable  ; soit les forces de l’ordre obéissent à des ­ordres imprécis, et vous êtes incompétent. Ou bien les directives sont données par vous, et vous nous trahissez  ; ou bien les directives sont données par d’autres, et l’on vous trahit.

    Quand un policier, individuellement, ­dépasse les bornes, on appelle cela une #bavure. Quand des brigades entières, groupées, dépassent les bornes, on ­appelle cela un #protocole. Vous avez ­instauré à Calais, monsieur le Président, un #protocole_de_la_bavure.

    Quand une #police agit aussi unie, pendant si longtemps, elle ne peut le faire sans se plier à un commandement. Est-ce bien vous, monsieur le Président, qui intimez aux policiers l’ordre de déclencher ces ­actions souillant la #dignité de l’homme   ? Vous y avez répondu vous-même  : « Dans la République, les fonctionnaires appliquent la politique du gouvernement. »

    L’histoire a montré qu’on peut parfois ­reprocher à un policier de trop bien obéir. Mais elle a surtout montré qu’on doit ­toujours reprocher à un président de mal commander, précisément quand le respect humain est bafoué. En dénonçant les #violences_policières, en cherchant à savoir qui est le donneur de ces ordres, je ne fais que défendre la police, parce que lui ­donner de tels ordres, c’est justement ­porter atteinte à son honneur.

    « La situation est ce qu’elle est par la #brutalité du monde qui est le nôtre », dites-vous. Peut-on attendre, monsieur le Président, qu’une situation aussi complexe soit ­démêlée par une pensée aussi simpliste  ? Que des décisions si lourdes soient ­compatibles avec des propos si légers  ? On attendait Bonaparte, arrive Lapalisse.

    Serez-vous plus enclin à l’émotion qu’à la réflexion   ? Ecoutez la voix de ces jeunes qui, fuyant les assassins et la dictature, rançonnés puis suppliciés en Libye, traversent la Méditerranée sur des embarcations douteuses pour accoster, à bout de forces, dans une Europe que vous défendez par vos formules et qu’ils atteignent par leur courage.

    Vous avez osé dire  : « Notre honneur est d’aider sur le terrain celles et ceux qui ­apportent l’humanité durable dans la ­République. » Au vu de ce qui semblerait être votre ­conception de « l’#humanité », les associations préfèrent l’aide que vous leur avez ­refusée à celle que vous leur promettez. A Calais, on vous trouve plus efficace dans la distribution des coups que dans la distribution des repas.

    Ces associations, monsieur le Président, font non seulement le travail que vous ne faites pas, mais également le travail que vous défaites. Quant à votre promesse de prendre en charge la nourriture, elle n’est pas généreuse  : elle est élémentaire. Vous nous vendez comme un progrès la fin d’une aberration.

    La colonisation en Algérie, monsieur le Président, vous apparut un jour comme un « crime contre l’humanité ». Ne prenez pas la peine de vous ­rendre si loin dans l’espace et dans le temps, quand d’autres atrocités sont commises ici et maintenant, sous votre présidence. Sous votre responsabilité.

    Faites, monsieur le Président, avant que l’avenir n’ait honte de vous, ce qui est en votre pouvoir pour que plus un seul de ces jeunes qui ne possèdent rien d’autre que leur vie ne soit jamais plus violenté par la République sur le sol de la nation. Mettez un terme à l’#ignominie. La décision est difficile à prendre  ? On ne vous demande pas tant d’être courageux, que de cesser d’être lâche.

    Saccages d’abris, confiscations ­d’effets personnels, pulvérisation de sacs de couchages, entraves à l’aide humanitaire. Tel est le quotidien des exilés à Calais, monsieur le Président. Hélas, vous ne ­connaissez rien de Calais. Le Calais que vous avez visité mardi dernier n’existe pas  : c’était un Calais pipé  ; c’était ­un Calais imaginaire et vide  ; c’était un ­Calais sans « migrants ». Un Calais sur mesure, un Calais de carton-pâte. Le Calais que vous avez visité, monsieur le Président, ne se trouve pas à Calais.

    Le Défenseur des droits a dénoncé, lui aussi, le « caractère exceptionnellement grave de la situation », qu’il n’hésite pas à décrire comme étant « de nature inédite dans l’histoire calaisienne ». Une instance de la République, monsieur le Président, donne ainsi raison à ceux à qui vous donnez tort. Mais je vous sais capable de ne pas croire vos propres services, tant vous ­donnez si souvent l’impression de ne pas croire vos propres propos.

    Comme on se demande à partir de combien de pierres commence un tas, je vous demande, monsieur le Président, à partir de combien de preuves commence un #crime.

    Je citerai enfin les conclusions de la « mission IGA-IGPN-IGGN relative à l’évaluation de l’action des forces de l’ordre à Calais et dans le Dunkerquois » d’octobre 2017 – mission qui dépend du ministère de l’Intérieur  : « L’accumulation des témoignages écrits et oraux, bien que ne pouvant tenir lieu de #preuves formelles, conduit à considérer comme plausibles des manquements à la doctrine d’emploi de la force et à la #déontologie_policière, principalement à Calais. Ces manquements portent sur des faits de violences, sur un usage ­disproportionné des aérosols lacrymogènes, la ­destruction d’affaires appartenant aux ­migrants ainsi que le non-respect de l’obligation du matricule RIO [le référentiel des identités et de l’organisation]. »

    Permettez-moi, monsieur le Président, de traduire cette phrase dans un français non-policier  : « Nous croulons sous les preuves de violences policières, notamment de gazages, mais nous refusons de les considérer comme des preuves au sens strict, car cela risquerait de froisser monsieur le ­ministre de l’Intérieur, qui serait obligé d’enquêter sur l’épidémie d’anonymat qui saisit ses troupes au moment de l’assaut contre les migrants. »

    Vous dites  : « Je ne peux laisser accréditer l’idée que les forces de l’ordre utilisent la #violence. » Les violences vous dérangeraient-elles moins que le fait qu’on les laisse accréditer ?

    A l’heure, monsieur le Président, où vous décrétez ce qui est, ou n’est pas, une « fake news », vous nous rappelez de manière ­salutaire que vous êtes prompt au mensonge éhonté. On attendait Bonaparte, ­arrive Pinocchio.

    Je ne sais pas exactement de quoi vous êtes responsable  ; je sais seulement en quoi vous êtes irresponsable. Le grand mérite de votre politique, c’est qu’on peut la voir à l’œil nu.

    Surtout à Calais, où tout est fait pour ­rendre impossible aux exilés l’accès à l’Angleterre. Non seulement ils n’ont pas le droit de rester, mais ils n’ont pas la possibilité de partir. Que doivent-ils faire   ? Attendre qu’on leur brûle la rétine  ? Ou bien jouer leur destin en tentant la traversée  ?

    Vous menacez en tout, monsieur le Président, des gens qui ne nous menacent en rien. Votre politique ne fait pas que trahir nos #valeurs, elle les insulte. Les mesures antimigratoires sont toujours populaires. Mais voulant faire plaisir à la foule, vous trahissez le peuple.

    Le préfet du Pas-de-Calais m’a appelé, ­furieux, osant se réclamer de Jean Moulin  ; mais Jean Moulin s’est battu pour faire cesser la barbarie, non pour intimider ceux qui la dénoncent. Les exilés sont des victimes. Laissez les martyrs morts en paix  ; cesse de faire la guerre aux martyrs vivants.

    #Jean_Moulin fut supplicié pour une France qui accueille les hommes, pas pour une France qui les chasse. Dites à votre préfet que se réclamer d’un héros de la ­Résistance quand, dans sa sous-préfecture, Erythréens, Afghans et Soudanais sont harcelés, délogés, gazés nuit et jour, c’est prendre Jean Moulin en otage. Et c’est le trahir une deuxième fois.

    Ce n’est plus vous qui êtes en marche, monsieur le Président, c’est la vérité. Vous pouvez porter plainte contre moi pour ­diffamation  ; la postérité portera plainte ­contre vous pour infamie.

    #responsabilité

    https://seenthis.net/messages/662074 via CDB_77


  • Le #Guatemala, très encombrant allié d’Israël
    https://www.mediapart.fr/journal/international/291217/le-guatemala-tres-encombrant-allie-d-israel

    L’ancien dictateur Rios Montt devant la Cour suprême du Guatemala, en novembre 2013. © REUTERS/Jorge Dan Lopez La vieille amitié historique qui expliquerait la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par le Guatemala cache en réalité une relation moins avouable : les armes fournies par #Israël et les conseillers israéliens ont joué un rôle majeur dans les opérations antiguérilla des dictateurs guatémaltèques qui ont coûté la vie, dans les années 1980, à près de 200 000 membres des communautés autochtones.

    #International #Droits_de_l'homme #Netanyahou


  • La #Hongrie veut des observateurs de l’OSCE en #Ukraine Transcarpatique
    https://hu-lala.org/hongrie-veut-observateurs-de-losce-ukraine-transcarpatique

    La Hongrie a demandé la présence permanente d’observateurs de l’OSCE dans la région de #Transcarpatie où vivent quelque 150 000 Hongrois, a annoncé le ministre des Affaires étrangères Péter Szijjártó, jeudi à Vienne. Nouvelle initiative de Budapest à l’encontre de Kiev, accusée de restreindre les #Droits_linguistiques de la minorité hongroise. La Hongrie est en train d’initier l’installation d’observateurs de l’OSCE à long terme dans la région frontalière de la Hongrie, à l’extrémité ouest de l’Ukraine, où se concentre la minorité hongroise.

    #Politique #Article_payant #minorités_hongroises #une-sous


  • La Ligue des Droits de l’Homme demande la censure de la loi liberticide établissant l’état d’urgence permanent
    https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/ligue-droits-de-lhomme-demande-censure-de-loi-liberticide-etab

    L’Histoire retiendra que le régime Macron aura été celui qui aura plongé la France dans un état d’urgence permanent, supprimant sous prétexte d’antiterrorisme des #libertés fondamentales, portant un coup important contre les droits de l’Homme. Cet état d’urgence, ces deux dernières années l’ont démontré n’a d’ailleurs servi – comme le PRCF l’avait dénoncé dès sa […]

    #2-lutte_des_classes_et_renaissance_communiste #articles #Droits_de_l'Homme #Etat_d'urgence #Fascisation #ligue_des_droits_de_l'homme #loi_anti_terroriste #Totalitarisme


  • On oublie à quel point faire de l’« homme » un mot neutre est problématique | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/154106/femme-homme-changer-sexe

    On touche là à un point de crispation très français alors que le terme humain progresse au niveau international. Peut-on parler de luttes d’influences, de résistance des élites au pouvoir ? Le mystère reste entier pour cette langue qui se prétend universelle, avec un génie propre. Pourtant, cet usage pose de nombreuses questions. Lucy, notre ancêtre, était-elle un homme préhistorique ? La phrase semble bancale, incorrecte. Ajouter une capitale (majuscule) ne change rien : Lucy ne sera jamais un « Homme préhistorique ».

    #homme #humain #DroitsHumains #LangueFrançaise

    https://seenthis.net/messages/646613 via tetue



  • RFC 8280 : Research into Human Rights Protocol Considerations

    Ce #RFC très politique est le premier du groupe de recherche #IRTF #HRPC, dont le nom veut dire « Human Rights and Protocol Considerations ». À première vue, il n’y a pas de rapport entre les #droits_humains et les protocoles réseau. Les premiers relèvent de la politique, les seconds de la pure technique, non ? Mais, justement, le groupe HRPC a été créé sur la base de l’idée qu’il y a de la politique dans le travail de l’#IETF, que les protocoles ne sont pas complètement neutres, et qu’il était nécessaire de creuser cette relation complexe entre protocoles et droits humains. Le premier RFC analyse le problème de base : « #TCP/IP est-il politique ? »

    http://www.bortzmeyer.org/8280.html

    #droits_de_l_homme #DUDH

    https://seenthis.net/messages/641927 via Stéphane Bortzmeyer


  • #Human_Rights_Watch égratigne le gouvernement polonais dans un rapport
    https://hu-lala.org/human-rights-watch-egratigne-gouvernement-polonais-rapport

    L’ONG Human Rights Watch vient de publier un rapport concernant les droits de l’Homme en #Pologne. Elle y recense de nombreuses atteintes aux droits des citoyens, pointe les dérives du gouvernement PiS et demande à l’Union Européenne d’intervenir. Dans un rapport de près de 40 pages intitulé "Érosion de l’équilibre des pouvoirs : l’État de […]

    #Politique #Article_payant #Droit_et_Justice_PiS_ #droits_de_l'homme #Etat_de_droit #une-sous


  • L’ONG #Human_Rights_Watch égratigne le gouvernement polonais
    https://hu-lala.org/long-human-rights-watch-egratigne-gouvernement-polonais

    L’ONG Human Rights Watch vient de publier un rapport concernant les droits de l’Homme en #Pologne. Elle y recense de nombreuses atteintes aux droits des citoyens, des dérives du gouvernement et demande à l’Union Européenne d’intervenir. Dans un rapport de près de 40 pages intitulé "Érosion de l’équilibre des pouvoirs : l’État de droit et […]

    #Brèves #Article_payant #Droit_et_Justice_PiS_ #droits_de_l'homme #Etat_de_droit