• Egyptian authorities clamp down on ’Sisi’s balls’
    http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2017/11/sisis-balls-gets-confiscated-by-egyptian-police.html
    https://9c998969b63acdb676d1-37595348221e1b716e1a6cfee3ed7891.ssl.cf1.rackcdn.com/almpics/2017/11-1/Sis_balls.jpg/Sis_balls-870.jpg

    En #Egypte, on a les boules!

    When children dubbed this retro toy “Sisi’s balls” — a reference to President Abdel Fattah al-Sisi’s testicles — the Egyptian government launched an inspection campaign Nov. 8, followed by arrests of toy store owners throughout Egypt to stop them from selling the “offending” toy.

    As a result, 1,403 toys were confiscated and 41 toy store owners were arrested and referred to the public prosecutor’s office for investigation, according to a statement issued by the Security Directorate.

    The Interior Ministry also issued a statement explaining that the arrests were based on the ministry’s policy of maintaining security, order and public morals.

    Clackers is a cheap plastic toy that has been sold for 5 Egyptian pounds ($0.30) since the beginning of the summer. The toy is popular among schoolchildren, especially in the villages, and yielded good profits for toy stores — until it roused the ire of the government. Owners of toy stores that sell Clackers now face arrest and have incurred financial losses due to the confiscation of the toys in stock.

    After the first confiscations and arrests, both the toy and the name “Sisi’s balls” became a joke on social media, and many criticized the government decision to confiscate the toy and arrest store owners.

    https://seenthis.net/messages/648391 via gonzo


  • Le Sinaï égyptien sombre dans la spirale attentats-répression
    https://www.mediapart.fr/journal/international/271117/le-sinai-egyptien-sombre-dans-la-spirale-attentats-repression

    Aux abords de la mosquée d’Al-Rawdah, samedi 25 novembre 2017. © Reuters. La région, en proie à une insurrection djihadiste violente depuis la destitution du président Morsi en 2013, est soumise à une forme de blocus imposé par les autorités. L’attentat contre une mosquée aux rituels soufis met en lumière les échecs de la politique menée par le président al-Sissi.

    #International #Egypte #terrorisme


  • Au moins 235 morts dans un attentat dans le Sinaï égyptien
    https://www.mediapart.fr/journal/international/241117/au-moins-235-morts-dans-un-attentat-dans-le-sinai-egyptien

    La mosquée Al-Raoudah, à Bir Al-Abed, le 24 novembre 2017 / capture d’écran. Des hommes armés ont fait sauter une bombe et ouvert le feu sur les fidèles de la mosquée Al-Raoudah, à Bir Al-Abed, dans le nord du Sinaï. L’attaque est la plus sanglante depuis l’implantation en 2014 du groupe État islamique dans la région.

    #International #Egypte #Etat_islamique #Sinaï #terrorisme




  • Malgré la répression en #Egypte, Macron déroule le tapis rouge pour al-Sissi
    https://www.mediapart.fr/journal/international/231017/malgre-la-repression-en-egypte-macron-deroule-le-tapis-rouge-pour-al-sissi

    Jean-Yves Le Drian recevant des mains d’Abdelfattah al-Sissi des médailles pour le récompenser de la coopération militaire entre la #France et l’Égypte, en février 2017. © Reuters La France accueille en grande pompe, dès mardi 24 octobre, le président égyptien #Abdelfattah_al-Sissi, attendu à Paris pour de multiples rencontres. Pourquoi le gouvernement français entretient-il des relations aussi étroites avec un dirigeant de plus en plus répressif ?

    #International #armes #démocratie #Droits_de_l'homme #droits_humains #Emmanuel_Macron #Jean-Yves_Le_Drian #société_civile


  • L’économie égyptienne dans la tourmente de la libéralisation
    http://orientxxi.info/magazine/l-economie-egyptienne-dans-la-tourmente-de-la-liberalisation,2047

    Dix mois après le passage à la convertibilité totale de la livre égyptienne, l’inflation reste supérieure à 30 % par an. Le FMI et les autorités s’en accommodent, mais la population, qui subit de plein fouet les fortes hausses de prix et les conséquences de la dévaluation de la #Monnaie est loin de partager leur optimisme. Fin septembre 2017, l’Égypte a passé avec succès, mais avec près de six mois de retard, la première revue de son ambitieux programme de stabilisation lancé avec et grâce au Fonds monétaire (...)

    #Magazine

    / #Égypte, Fonds monétaire international (FMI), #Économie, #Décryptage, #Inflation, Monnaie

    #Fonds_monétaire_international_FMI_
    « https://www.imf.org/en/Publications/CR/Issues/2017/09/26/Arab-Republic-of-Egypt-First-Review-Under-the-Extended-Arrangement-Under-the-Ex »


  • « Nile Hilton Incident » tops box offices everywhere but Egypt

    http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2017/10/egyptian-director-talks-on-censorship-of-nile-hilton.html

    “I’m not a martyr. I’m not a victim. I don’t feel brave,” Tarik Saleh, the award-winning Egyptian/Swedish director of one of the year’s most controversial films, “The Nile Hilton Incident,” told Al-Monitor in a Skype interview.

    “I never went to prison in Egypt; I feel very privileged. Filmmakers and writers who are still working there … they are the ones paying a high price,” he said.

    An expertly crafted film noir about a corrupt police officer that unveils an even larger web of corruption that involves the police, the justice system and the highest echelons of Egyptian society, Saleh’s movie made headlines in the international press. Although the film was initially approved, several scenes that painted an unflattering portrait of the Egyptian police caused filming to be blocked by Egypt’s state security, forcing the production to move to Morocco.

    Several months after winning the World Cinema Grand Jury Prize at the Sundance film festival, this Swedish production has become one of the biggest art-house hits of the year, drawing an attendance of nearly 400,000 in France alone.

    #Egypte #cinéma

    https://seenthis.net/messages/637155 via Nouvelles d’Orient


  • #Égypte. Que sont les #Frères_musulmans devenus ?
    http://orientxxi.info/magazine/egypte-que-sont-les-freres-musulmans-devenus,1994

    Soumis à une répression d’une violence inouïe, les Frères musulmans égyptiens sont entrés en crise après le coup d’État militaire du 3 juillet 2013. C’est toute la stratégie et le rôle de l’organisation qui sont en débat, aussi bien la place de la violence que la séparation entre la prédication religieuse et l’action politique. Et ces affrontements internes ont débouché sur une scission inédite dans l’histoire de la confrérie : désormais il n’existe plus une mais deux organisations se revendiquant comme (...)

    #Magazine

    / Égypte, #Parti_politique, Frères musulmans, #Vie_politique, #Islam_politique, #Décryptage

    « http://www.ikhwanonline.com »
    « http://www.ikhwan.site »
    « http://www.ikhwanonline.info »
    « https://www.madamasr.com/en/2015/08/14/feature/politics/after-state-crackdown-and-rumors-of-rifts-brotherhood-faces-identity-crisi »
    « https://www.madamasr.com/ar/2016/02/10/feature/سياسة/كيف-يخنق-أخطبوط-الجماعة-نفسه؟/ »
    « https://www.madamasr.com/en/2015/12/22/feature/politics/the-hidden-world-of-militant-special-committees »
    « https://www.hudson.org/research/13787-the-rise-of-the-violent-muslim-brotherhood »
    « https://timep.org »



  • In blow to Iran, Egypt becomes surprise new player in Syria - Syria - Haaretz.com
    http://www.haaretz.com/middle-east-news/syria/.premium-1.808039

    A new and surprising player has recently entered the Syrian arena and has already contributed to establishing local cease-fires: Egypt received Saudi and Russian “permission” to conduct negotiations between the rebel militias and the regime, both in Ghouta al-Sharqiya (east of Damascus) and the northern neighborhoods in the city of Homs. In both cases, it managed to get a cease-fire deal signed – in the former on July 22, in the latter in early August.
    Both areas are part of the de-escalation zones on which Russia, Turkey and Iran agreed in May, in consultation with the United States. But this is the first time Egypt has played an active role in diplomatic negotiations between the warring parties that produced positive results.
    From Israel’s standpoint, Egypt’s involvement is important. Any country engaged in blocking Iran’s influence in Syria serves Israel’s interests. But that’s especially true when said country is Egypt, which is Israel’s partner in the war on terror in Sinai and an ally (together with Saudi Arabia and Jordan) with whom it sees eye to eye about both the Iranian threat and the danger of Syria disintegrating into cantons.
    Israel is also involved in discussions about the de-escalation zone in southern Syria that runs along Syria’s borders with both Israel and Jordan. Over the weekend, an Israeli delegation headed by Mossad chief Yossi Cohen began talks on the issue with senior U.S. officials in Washington, and a meeting has been scheduled for Wednesday between Prime Minister Benjamin Netanyahu and Russian President Vladimir Putin.
    During these discussions, Israel will presumably push the superpowers to encourage Egypt’s involvement in Syria, thereby ensuring another Arab partner (alongside Jordan) that will be sympathetic to its interests.

    #Egypte #Syrie

    https://seenthis.net/messages/623488 via Nouvelles d’Orient


  • In Egypt, A Rising Sea — And Growing Worries About Climate Change’s Effects : Parallels : NPR
    http://www.npr.org/sections/parallels/2017/08/13/542645647/in-egypt-a-rising-sea-and-growing-worries-about-climate-changes-effects
    https://media.npr.org/assets/img/2017/08/10/gettyimages-494227492_wide-b1a349505ab66919213481ac0bc02d31e0040592.jpg?s=1400

    More than half of Egypt’s crops are grown along the Nile delta.

    All along the delta, the river banks are eroding. With rising sea levels, sea water is seeping into Nile water used for irrigation.

    “The crops die,” says Youssef Ghazali, who has been farming for 50 years. “If you water them with salty water, they die immediately. If I had proper water, I could grow rice, clover cotton. I could grow anything.”

    #Egypte #nil #agriculture #climat

    https://seenthis.net/messages/622695 via Kassem


  • Le conflit du Yémen, crime humanitaire et menace sur le Hadj 2017
    https://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3136

    L’Iran s’en passe d’apporter les aides humanitaires aux chiites du Yémen qu’Ankara manipule afin d’instaurer et d’élargir son hégémonie au Moyen-Orient. Et qui ne cache pas son ambition de faire de même, étendre son influence, dans l’ensemble du Monde musulman. Mais pour les armes, quel que soit leur prix, les Mollahs sont là pour même les apporter à domicile, via même le port de Hodeïda, pourtant contrôlé par les forces gouvernementales appuyées par les saoudiens et d’autres points de débarquement en mer (...)

    international, suivi, grand événement, internationaux, monde, continent, Etats, conflits, paix,

    / #diplomatie,_sécurité,_commerce,_économie_mondiale, Terrorisme , islamisme , Al-Qaeda , politique , , #fait_divers,_société,_fléau,_délinquance,_religion,_perdition, Egypte, Morsi, Frères (...)

    #international,suivi,_grand_événement,_internationaux,_monde,_continent,_Etats,_conflits,_paix, #Terrorisme_,_islamisme,Al-Qaeda,politique,_ #Egypte,_Morsi,_Frères_musulmans,_islamistes,_Printemps_Arabe #Arabie_Saoudite,_Qatar,_Moyen-Orient,_monarchies,_arabes,_musulmans


  • Le conflit du Yémen, crime humanitaire et menace sur le Hadj 2017
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3136

    L’Iran s’en passe d’apporter les aides humanitaires aux chiites du Yémen qu’Ankara manipule afin d’instaurer et d’élargir son hégémonie au Moyen-Orient. Et qui ne cache pas son ambition de faire de même, étendre son influence, dans l’ensemble du Monde musulman. Mais pour les armes, quel que soit leur prix, les Mollahs sont là pour même les apporter à domicile, via même le port de Hodeïda, pourtant contrôlé par les forces gouvernementales appuyées par les saoudiens et d’autres points de débarquement en mer (...)

    international, suivi, grand événement, internationaux, monde, continent, Etats, conflits, paix,

    / #diplomatie,_sécurité,_commerce,_économie_mondiale, Terrorisme , islamisme , Al-Qaeda , politique , , #fait_divers,_société,_fléau,_délinquance,_religion,_perdition, Egypte, Morsi, Frères (...)

    #international,suivi,_grand_événement,_internationaux,_monde,_continent,_Etats,_conflits,_paix, #Terrorisme_,_islamisme,Al-Qaeda,politique,_ #Egypte,_Morsi,_Frères_musulmans,_islamistes,_Printemps_Arabe #Arabie_Saoudite,_Qatar,_Moyen-Orient,_monarchies,_arabes,_musulmans


  • Pourquoi la tentation d’interdire #al_jazeera reste vive au Moyen-Orient
    https://www.mediapart.fr/journal/international/110817/pourquoi-la-tentation-dinterdire-al-jazeera-reste-vive-au-moyen-orient

    « La révolution a maintenant été télévisée. Merci Al Jazeera ! » Pancarte d’un manifestant durant la révolution égyptienne en février 2011. © Reuters Après la demande, ensuite abandonnée, de l’Arabie saoudite et de l’Égypte de faire fermer la #télévision qatarie, c’est au tour d’Israël de vouloir se débarrasser du bureau de la chaîne à Jérusalem. Ces exigences soulignent la fébrilité des dirigeants de la région soumis à une situation géopolitique instable.

    #International #Arabie_Saoudite #Censure #Egypte #Golfe #Israël #Liberté_de_la_presse #médias #Qatar #révolutions_arabes


  • Le temps ne serait-il pas venu d’une ouverture à l’Ouest ?
    https://hu-lala.org/le-temps-est-venu-de-ouverture-vers-ouest

    Le président égyptien #al-Sissi s’est rendu à Budapest au début du mois de juillet et a assisté à une rencontre du #Groupe_de_Visegrád. L’occasion pour le journal de droite « Héti Válasz » de constater l’échec de la doctrine d’« ouverture vers l’Est » prônée par le Fidesz.

    Lors de la visite du président égyptien al-Sissi, il a été question du développement des échanges économiques. Le poids de nos relations commerciales avec le Sud et l’Est s’est à peine accru. D’autre part, il n’y a pas pour l’essentiel de rencontres bilatérales avec les dirigeants occidentaux qui commercent le plus avec nous dans l’Union européenne.

    #Idées #Égypte #ouverture_vers_l'Est #une-sous


  • From boredom to labor and labor to boredom | MadaMasr
    Lina Attalah
    https://www.madamasr.com/en/2017/07/02/opinion/u/from-boredom-to-labor-and-labor-to-boredom/?mc_cid=a840ee4478&mc_eid=f9f1783efa

    You were sitting, smoking a cigarette, in our new office space underneath a canvas bearing the words: “this sea is mine.” The line comes from a Mahmoud Darwish poem, A Mural, popularized in poetic resistance to political and corporate colonization.

    The canvas is now four years old. Back then, some weeks after Mada Masr was born on June 30, the day of a military political take-over in Egypt, the bloodiest event in the country’s modern history took place. Over a thousand people belonging to or sympathizing with the Muslim Brotherhood were killed when their sit-ins were cleared out.

    A curfew was imposed by the military to contain the ensuing chaos. It started at 7 pm and ended at 6 am everyday. After work, we often gathered at one of our homes, some of us cooking, some of us painting to kill the time and the boredom.

    We had been dramatically laid off as a team a few months earlier. Fearing the boredom of being without a newspaper in the midst of an imminent and radical political upheaval, we started an online publication. At the time, I wrote, “We wanted to re-appropriate our journalism on this heated day, because it is through the prism of this craft that we engage with politics and activism.”

    I might as well have also said that it is through the prism of this craft that we resist existential boredom.

    #Egypte #journalisme #ennui

    https://seenthis.net/messages/614159 via Nouvelles d’Orient



  • Crise du Golfe : l’ultimatum de l’alliance anti-Qatar
    https://www.mediapart.fr/journal/international/250617/crise-du-golfe-l-ultimatum-de-l-alliance-anti-qatar

    Après avoir rompu leurs relations diplomatiques avec l’émirat gazier, placé sous embargo aérien et maritime, l’Arabie saoudite et ses alliés viennent d’édicter 13 exigences que Doha doit accepter pour mettre fin à la crise. Exigences qui mettraient un terme à la souveraineté du #Qatar.

    #International #Arabie_Saoudite #Egypte #Emirats_arabes_unis


  • La #France plus amie que jamais avec la dictature militaire égyptienne
    https://www.mediapart.fr/journal/international/090617/la-france-plus-amie-que-jamais-avec-la-dictature-militaire-egyptienne

    Jean-Yves Le Drian le 8 juin au Caire © Reuters Le ministre #Jean-Yves_Le_Drian s’est rendu pour la 9e fois depuis 2012 en visite en Égypte, pour afficher la détermination du nouveau pouvoir à poursuivre sa « relation privilégiée » avec le président Sissi. Malgré la multiplication des atteintes aux droits humains.

    #International #Abdel_Fattah_al-Sissi #Egypte #libye #Quai_d'Orsay


  • La #libye au cœur de l’entente Le Drian-Sissi
    https://www.mediapart.fr/journal/international/090617/la-libye-au-coeur-de-lentente-le-drian-sissi

    Jean-Yves Le Drian le 8 juin au Caire © Reuters Le ministre de l’Europe et des affaires étrangères s’est rendu pour la 9e fois depuis 2012 en visite officielle en Égypte, pour afficher la détermination du nouveau pouvoir à poursuivre sa « relation privilégiée » avec le président Sissi. Malgré la multiplication des atteintes aux droits humains.

    #International #France #Abdel_Fattah_al-Sissi #Egypte #Jean-Yves_Le_Drian #Quai_d'Orsay


  • Dissensions dans l’alliance sacrée des monarchies du Golf
    https://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3099

    Les entités monarchiques du Moyen-Orient sont dans une concurrence pour avoir hégémonie dans la région. Et dans une folle course diplomatique pour se frayer une position forte dans le Monde, ils bataillent ensemble et chacune de son côté. Lundi 5 juin, la nouvelle que l’Arabie saoudite, l’Egypte, les Emirats arabes unis et Bahreïn ont annoncé la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar, a surpris plus d’un. Le torchon de la discorde brûle depuis quelques semaines déjà... En effet (...)

    diplomatie, présence, officiels, relations, échanges, politique internationale, rapports,

    / #Syrie,_opposition,_Turquie,_Qatar,_armée,_Alep,_Damas,_Bashar_Al-Assad,_Liban, censure, presse, journaux, dictature, expressions, liberté, journaliste, poète, poésie, livre, écrits, diplomatie, sécurité, (...)

    #diplomatie,présence,_officiels,_relations,_échanges,_politique_internationale,_rapports, #censure,_presse,_journaux,_dictature,_expressions,_liberté #_journaliste,_poète,_poésie,_livre,_écrits #diplomatie,_sécurité,_commerce,_économie_mondiale #Terrorisme_,_islamisme,Al-Qaeda,politique,_ #économie,_politique,_arts,_corruption,_opposition,_démocratie #fait_divers,_société,_fléau,_délinquance,_religion,_perdition #Egypte,_Morsi,_Frères_musulmans,_islamistes,_Printemps_Arabe #Internet,_Web,_cyber-démocratie,_communication,_société,_médias #Arabie_Saoudite,_Qatar,_Moyen-Orient,_monarchies,_arabes,_musulmans


  • Reprise de la guerre froide du Golfe Orient XXI - Nabil Ennasri - 31 mai 2017

    Le Qatar entre les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite
    http://orientxxi.info/magazine/reprise-de-la-guerre-froide-du-golfe,1883
    Le Qatar a annoncé dans la nuit du mardi 23 mai que son agence de presse QNA avait été piratée par une entité inconnue et qu’un faux communiqué attribué à l’émir avait été diffusé. Ce dernier affirmait que Tamim Ben Hamad Al-Thani s’était prononcé sur divers sujets sensibles mettant en cause ses voisins du Golfe. Ces déclarations, immédiatement relayées par des médias saoudiens et émiratis, ont provoqué un tollé dans la région, où une guerre médiatique bat son plein.

    Après une longue crise — plusieurs États du Golfe avaient même retiré leur ambassadeur à Doha —, les relations entre le Qatar et certains de ses voisins s’étaient améliorées à la fin de l’année 2014. Mais un obscur épisode de piratage de l’agence de presse officielle du Qatar (Qatar News Agency, QNA) vient menacer ce fragile rapprochement. Loin d’être anodine, cette affaire démontre combien les relations à l’intérieur du Conseil de coopération du Golfe (CCG) demeurent, malgré les formules de fraternité d’usage, fortement clivées.
    http://orientxxi.info/IMG/arton1883.jpg?1496138626
    Dans la nuit de mardi 23 à mercredi 24 mai, QNA publiait sur son site Internet un communiqué faisant état du discours que l’émir aurait tenu lors d’une cérémonie de remise de diplômes organisée plus tôt dans la journée. Il aurait porté des jugement de valeur dépréciatifs sur divers acteurs, en particulier sur l’administration Trump, égratignée pour « ses problèmes d’ordre juridique » . De même, les relations avec les pays du Golfe : l’émir aurait affirmé que la base militaire américaine d’Al-Udeid que son pays abrite le protégeait « des ambitions négatives de certains voisins ». Enfin, le Hamas aurait été qualifié de « représentant légitime du peuple palestinien », tandis que les relations avec Israël étaient jugées « excellentes ».

    Comme pour renforcer la véracité de ces déclarations, le compte Twitter de QNA postait quelques minutes plus tard trois messages dont la tonalité était bien éloignée de la modération propre au langage diplomatique. Le premier rapportait une information du ministère des affaires étrangères selon laquelle l’émir allait convoquer une conférence de presse pour faire état d’un complot visant le peuple qatari. Le deuxième confirmait l’existence de ce complot et en imputait la responsabilité directe à l’Arabie saoudite, au Koweït, aux Émirats arabes unis, à Bahreïn et à l’Égypte. Le dernier message annonçait le rappel des diplomates qataris dans ces cinq pays et le renvoi dans les vingt-quatre heures des ambassadeurs de ces États en poste à Doha.

    Immédiatement après, plusieurs grands médias saoudiens et émiratis commençaient à reprendre en boucle ces informations. De façon quasi concomitante, les chaînes Al-Arabiya (Dubai) et Sky News Arabia (Abou Dhabi) se mobilisaient activement et coordonnaient leur grille de programme pour maximiser l’effet de polémique sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, des milliers de messages inondaient les fils de discussion, comme pour marteler la duplicité du Qatar dont la vision politique et le positionnement idéologique portaient un grave préjudice aux intérêts des pays du Golfe et du monde arabe en général. Enfin, signe de la dégradation des relations bilatérales, les EAU décidaient mercredi 24 au matin d’interdire la diffusion de la chaîne Al-Jazira sur leur sol et bloquaient l’accès à son site et à son application mobile.

    Côté qatari, la réponse ne s’est pas fait attendre. Le bureau de communication du gouvernement s’est empressé de publier un message pour éteindre l’incendie : « l’agence de presse du Qatar a été piratée par une entité inconnue » et « un faux communiqué attribué à Son Altesse a été diffusé ». Le ministère des affaires étrangères a posté lui aussi un démenti qui se terminait par la promesse de « prendre toutes les mesures judiciaires nécessaires pour poursuivre et juger les hackers qui ont piraté le site de l’agence de presse ».

    Les techniciens ont mis près de neuf heures à reprendre le contrôle du site ; puis le ministre des affaires étrangères, Cheikh Mohammed Ben Abderahmane Al-Thani a qualifié l’attaque de « crime électronique » et promis de trainer les auteurs du forfait devant les juridictions adéquates. Dans une allusion à peine voilée aux médias de la région qui avaient donné de l’écho à ce qu’il dénonçait comme une mystification, le ministre (à l’unisson des responsables de la presse locale qatarie interviewés par Al-Jazira) ne s’est pas privé de relever leur manquement à l’éthique journalistique.

    Un timing surprenant
    La diffusion de cette fake story censée compromettre Doha survient quelques jours après la visite de Donald Trump à Riyad, et c’est peut-être là qu’on peut trouver l’origine et l’explication de cet épisode. Le voyage du président américain avait en effet été précédé d’une nouvelle salve de messages outre-Atlantique présentant le Qatar comme un État qui finance le terrorisme. Ces accusations, régulières chez certains médias américains, sont pour une bonne part orchestrées par des réseaux travaillant pour le compte du gouvernement des EAU (et d’Israël) dont l’aversion pour Doha semble tourner à l’obsession. Dans l’optique de diaboliser son voisin, Abou Dhabi a dernièrement débloqué des millions de dollars pour rémunérer des agences de presse ou financer certains leaders d’opinion, jusqu’à apparaître comme le pays étranger le plus dépensier en matière de lobbying à Washington.

    Or, le timing et l’enchaînement des faits laissent peu de doute quant à l’origine et l’objectif de la manœuvre. Le jour même de l’attaque informatique, une réunion entre lobbyistes et intellectuels auteurs de plus d’une douzaine d’articles fustigeant le double jeu du Qatar se tenait aux États-Unis. Dans les minutes qui ont suivi la diffusion des faux, Al-Arabiya et Sky News bousculaient leurs programmes pour mettre l’affaire en une de leur édition. Dès minuit, les correspondants étaient prêts, les invités prenaient place sur les plateaux ou en duplex (certains auraient même été prévenus deux heures avant les faits) et aucun crédit n’était accordé aux démentis provenant des officiels qataris. Les commentaires étaient tous similaires : l’hypocrisie du Qatar s’étalait au grand jour, sa proximité avec Israël trahissait la nation arabe et son rapprochement avec l’Iran ne pouvait qu’indigner et mettre en garde ses voisins du Golfe, notamment l’Arabie saoudite. Ce dernier point était particulièrement souligné, du fait de l’hypersensibilité saoudienne sur le dossier. Et comme pour mieux signifier la défaillance de Doha, la chaîne saoudienne Al-Ikhbariya passait un extrait du discours de Tamim ben Hamad Al-Thani à l’Assemblée générale des Nations unies où il déclarait que « l’Iran est un pays important et nos relations bilatérales se développent et évoluent constamment ».

    Sans mentionner la date du propos (septembre 2015), cette séquence opportunément redécouverte était destinée à montrer qu’à rebours de l’obsession anti-iranienne en vogue à Riyad et du discours offensif de Donald Trump quelques jours plus tôt où il assurait que Téhéran « finançait et entraînait les terroristes », le Qatar ne pouvait être considéré comme un allié fiable dans la confrontation vitale que mène le « front sunnite ». Dans l’esprit de ses initiateurs, l’objectif de l’opération était double. Il fallait d’abord rompre le lien fort que le roi Salman avait noué avec Doha en démontrant que le Qatar était inconstant dans son opposition avec l’Iran. Et dans la foulée, faire avorter la stratégie de normalisation des relations entre Doha et Washington, surtout après la réhabilitation que l’administration Trump avait notifiée à l’émirat quelques jours auparavant en l’encourageant à poursuivre sa lutte contre le financement du terrorisme.

    Rapprochement avec la Turquie
    Cette affaire ne va certainement pas arranger les relations à l’intérieur du CCG, mais il n’est pas sûr que les Émirats aient amélioré leur réputation auprès de la cour saoudienne. Le caractère planifié de l’opération est évident pour nombre d’observateurs, et l’utilisation de tels procédés pour nuire à l’intégrité morale d’un chef d’État avec qui le roi Salman est en bons termes ne peut que susciter méfiance. Plus largement, c’est la ligne politique des Émirats qui semble entrer en collision avec la nouvelle stratégie de défense de Riyad, et cette affaire pourrait être interprétée comme la manifestation d’un jusqu’au-boutisme émirati. Car si Salman a tourné le dos à l’intransigeance anti-Frères musulmans de son prédécesseur en consolidant son partenariat avec les forces issues de la confrérie (du Hamas à Recep Tayyip Erdogan) dans une optique de profondeur stratégique face à l’Iran, ce n’est pas le cas des dirigeants d’Abou Dhabi, et notamment de Mohamed Ben Zayed Al-Nahyane, considéré comme l’homme fort du pays. Ces derniers demeurent en effet réfractaires à toute forme de normalisation avec la galaxie des Frères musulmans et ses parrains régionaux et, soutenus par l’appareil d’État égyptien, s’activent tant au plan financier que médiatique pour déboulonner tout acteur influent se réclamant de l’islam politique au Proche-Orient.

    L’obstination à maintenir une sorte de désinformation autour du Qatar rappelle la stratégie déployée l’été dernier lorsque les médias émiratis avaient fait circuler de fausses allégations sur le coup d’État avorté en Turquie. Proches des milieux gullenistes, certains cercles et médias d’Abou Dhabi avaient relayé la rumeur selon laquelle Erdogan avait demandé l’asile en Allemagne dans le but de démobiliser ses partisans et de fournir à l’armée toutes les chances de réussir son coup de force.

    Éviter une nouvelle tempête ?
    Il faut en dernier ressort considérer l’évolution de la conjoncture dans les autres pays arabes pour saisir la motivation de Mohamed Ben Zayed Al-Nahyane dans sa détermination face au Qatar. Qu’il s’agisse du Yémen, de la Syrie, de la Libye ou de l’Égypte, les deux émirats se livrent une guerre par procuration depuis l’éclatement des « printemps arabes ». Si Abou Dhabi a rapidement émergé comme chef de file de la « contre-révolution » qui a vu d’un mauvais œil toute mobilisation populaire contestant l’ordre établi, le Qatar (surtout dans la période de l’émir Hamad Ben Khalifa Al-Thani) a basculé dans une diplomatie d’engagement dans l’optique d’accompagner un tournant historique favorable à ses intérêts. La guerre des ondes à laquelle on assiste n’est donc qu’une nouvelle illustration de ce profond clivage — d’autant qu’il y a quelques jours, les manœuvres d’Abou Dhabi pour renforcer sa zone d’influence au Sud-Yémen (dont les forces constituent le second contingent de la coalition arabe derrière l’armée saoudienne) étaient vertement critiquées par Al-Jazira et des responsables qataris qui les qualifiaient de tentative de coup d’État.

    Du côté de Doha enfin, cette affaire risque de donner des arguments à la frange qui souhaite désormais répondre de manière plus énergique au Qatar bashing. Depuis l’accession au pouvoir de Tamim Ben Hamad Al-Thani, la tendance était plutôt à ne plus faire de vagues et à prendre le contre-pied de l’hyperactivisme qui était la marque de l’émir père. Mais face à la radicalisation des acteurs régionaux qui souhaitent nuire aux intérêts du pays, les autorités ne vont peut-être pas cantonner leur réponse au seul renforcement de la sécurité informatique des sites sensibles. À moins que le ministre des affaires étrangères du Koweït — très vite reçu par l’émir — parvienne à éviter au CCG une nouvelle tempête. En effet, si la famille royale Al-Sabah garde un lien fort avec Riyad, elle a toujours refusé de souscrire à l’isolement du Qatar, même au plus fort de la « crise des ambassadeurs » en 2014. Il y a fort à parier qu’elle s’active pour éviter que les lourds défis de la scène régionale — du marasme irakien au chaos syrien en passant par la chute du prix du pétrole — ne soient parasités par des considérations secondaires.

    #fake_story #donald_trump #Riyad #médias #Yémen #Syrie #Libye #Égypte #Printemps_Arabes #Abou_Dhabi #Koweït #Quatar #Qatar_News_Agency #QNA #Al-Jazira #Arabie_saoudite #Turquie

    https://seenthis.net/messages/604742 via BCE 106,6 Mhz


  • Pourquoi l’Arabie saoudite et ses alliés ont rompu avec le #Qatar
    https://www.mediapart.fr/journal/international/060617/pourquoi-l-arabie-saoudite-et-ses-allies-ont-rompu-avec-le-qatar

    Riyad, qui accuse Doha de soutenir le terrorisme, c’est-à-dire les #Frères_musulmans et surtout de garder des relations avec l’Iran, a convaincu l’Égypte, les Émirats arabes unis et Bahrein de se joindre à sa stratégie d’isolement du Qatar.

    #International #Arabie_Saoudite #Egypte #Etats-Unis #Iran #pays_du_Golfe


  • Dissensions dans l’alliance sacrée des monarchies du Golf
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3099

    Les entités monarchiques du Moyen-Orient sont dans une concurrence pour avoir hégémonie dans la région et dans une folle course diplomatique pour se frayer une position forte dans le Monde. Lundi 5 juin, la nouvelle que l’Arabie saoudite, l’Egypte, les Emirats arabes unis et Bahreïn ont annoncé la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar, a surpris plus d’un. Mais le torchon de la discorde brûle depuis quelques semaines déjà... Mais depuis quelques jours, voire dès ce mois de juin, ont (...)

    diplomatie, présence, officiels, relations, échanges, politique internationale, rapports,

    / #Syrie,_opposition,_Turquie,_Qatar,_armée,_Alep,_Damas,_Bashar_Al-Assad,_Liban, censure, presse, journaux, dictature, expressions, liberté, journaliste, poète, poésie, livre, écrits, diplomatie, (...)

    #diplomatie,présence,_officiels,_relations,_échanges,_politique_internationale,_rapports, #censure,_presse,_journaux,_dictature,_expressions,_liberté #_journaliste,_poète,_poésie,_livre,_écrits #diplomatie,_sécurité,_commerce,_économie_mondiale #Terrorisme_,_islamisme,Al-Qaeda,politique,_ #économie,_politique,_arts,_corruption,_opposition,_démocratie #fait_divers,_société,_fléau,_délinquance,_religion,_perdition #Egypte,_Morsi,_Frères_musulmans,_islamistes,_Printemps_Arabe #Internet,_Web,_cyber-démocratie,_communication,_société,_médias #Arabie_Saoudite,_Qatar,_Moyen-Orient,_monarchies,_arabes,_musulmans