• Analyse. Ne pas tomber dans le piège de Daech | Courrier international
    http://www.courrierinternational.com/article/analyse-ne-pas-tomber-dans-le-piege-de-daech
    http://www.courrierinternational.com/sites/ci_master/files/styles/image_original_320/public/assets/images/arend_piege.jpg?itok=b6hYVA11

    Le terrorisme djihadiste est un mouvement politique qui repose sur une interprétation étroite et fondamentaliste de l’islam faite par une minorité. L’apparition d’organisations comme l’Etat islamique ou Al-Qaida est dans une certaine mesure symptomatique de la crise de légitimité et de gouvernance que connaît le monde arabo-musulman. C’est également une réaction malheureuse mais compréhensible à des années, voire des siècles d’ingérence occidentale au Moyen-Orient, et en particulier à une politique qui a fait des centaines de milliers de morts dans la région.

    Reconnaître ce fait n’est en aucun cas justifier ce qui s’est passé à Paris et je ne suis pas en train de défendre, d’excuser ni de justifier les agissements de vendredi ni ceux qu’ont commis d’autres terroristes auparavant. Dans le même temps, affirmer que les actions américaines et européennes n’ont absolument rien à voir avec le problème, c’est se cacher la tête dans le sable et ignorer l’évidence. Pour relever un seul exemple du rôle de l’Occident dans cette affaire : si les Etats-Unis n’avaient pas envahi l’Irak en 2003, il est presque certain que l’organisation Etat islamique n’existerait pas aujourd’hui.

    Lecture utile : http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2015-11-16-Paris

    #bellicisme
    #Daech
    #etat-policier
    #etat-d-urgence
    #attentat
    #terrorisme

    • Merci Guillaume. J’adhère totalement à votre analyse. La guerre d’Irak de 2003 à fait l’objet d’un grand débat sur la morale des politiques internationales lors des géopolitiques de Nantes organisées par Pascal Boniface début octobre 2015 (je le précise pour ceux qui ne connaissent pas cet événement). Rien n’excuse le terrorisme y compris le terrorisme d’état et ce quels qu’ils soient, qu’ils soient l’oeuvre de démocraties occidentales ou de monarchies orientales. Le temps des humiliés si bien exprimé par Bertrand Badie, nous y sommes, la conséquence directe d’une diplomacie internationale de connivence qui a fait ses preuves, qui a failli et qui n’a que trop duré. L’heure de l’expertise et de la prise de conscience collective est arrivée. Charge à tous les citoyens d’ici et d’ailleurs de s’en enparrer et ne plus céder ces questions aux seuls politiques qui rechignent à se remettre en question. Il y a également dans cette affaire un autre grand responsable de cette dérive de l’islamisme, le monde arabo-musulman dans son ensemble. On peut lui reprocher sa passivité, sa décadence, son incapacité à anticiper, à construire un monde meilleur autour d’un projet commun humain, viable, en dehors de tout prosélytisme. Vaste débat. J’y reviendrais. NRobin


  • Espagne : la loi 1984

    Argelaga

    http://lavoiedujaguar.net/Espagne-la-loi-1984

    Le 1er juillet 2015, moment de l’entrée en vigueur de la « ley mordaza » (la « loi bâillon ») et de la dernière réforme du Code pénal, la monarchie espagnole s’est transformée en un État policier, achevant ainsi une étape de populisme punitif qui démarra dans la décennie des années 1990 avec la « ley de la patada en la puerta » et le Code pénal « de la démocratie » en vigueur depuis 1995 : le plus dur en Europe et digne héritier du code franquiste. Ce qui avait été jusqu’à aujourd’hui un État de partitocratie caractérisé par un autoritarisme rampant émanant d’un « pouvoir » législatif qui peu à peu foulait aux pieds les droits et supprimait les libertés, avec la complicité d’un « pouvoir » judiciaire dépendant des partis, est dorénavant un État d’exception déclaré grâce à un système juridique fait à la mesure de l’appareil répressif. La différence n’est pas mince : jusqu’à avant-hier, la partitocratie s’appuyait principalement sur le conformisme des masses ; maintenant, elle le fait avant tout sur « les forces et les corps de sécurité ». Cela veut dire que les problèmes politiques sont de plus en plus considérés comme des problèmes de sécurité, c’est-à-dire des problèmes d’ordre public (...)

    #Espagne #LoiBâillon #État-policier #postfranquisme

    http://seenthis.net/messages/397920 via la voie du jaguar