• The Fake-News Fallacy | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/magazine/2017/09/04/the-fake-news-fallacy
    https://media.newyorker.com/photos/599df7de04f6416db174780a/16:9/w_1200,h_630,c_limit/170904_r30462.jpg

    Not so very long ago, it was thought that the tension between commercial pressure and the public interest would be one of the many things made obsolete by the Internet. In the mid-aughts, during the height of the Web 2.0 boom, the pundit Henry Jenkins declared that the Internet was creating a “participatory culture” where the top-down hegemony of greedy media corporations would be replaced by a horizontal network of amateur “prosumers” engaged in a wonderfully democratic exchange of information in cyberspace—an epistemic agora that would allow the whole globe to come together on a level playing field. Google, Facebook, Twitter, and the rest attained their paradoxical gatekeeper status by positioning themselves as neutral platforms that unlocked the Internet’s democratic potential by empowering users. It was on a private platform, Twitter, where pro-democracy protesters organized, and on another private platform, Google, where the knowledge of a million public libraries could be accessed for free. These companies would develop into what the tech guru Jeff Jarvis termed “radically public companies,” which operate more like public utilities than like businesses.

    But there has been a growing sense among mostly liberal-minded observers that the platforms’ championing of openness is at odds with the public interest. The image of Arab Spring activists using Twitter to challenge repressive dictators has been replaced, in the public imagination, by that of ISIS propagandists luring vulnerable Western teen-agers to Syria via YouTube videos and Facebook chats. The openness that was said to bring about a democratic revolution instead seems to have torn a hole in the social fabric. Today, online misinformation, hate speech, and propaganda are seen as the front line of a reactionary populist upsurge threatening liberal democracy. Once held back by democratic institutions, the bad stuff is now sluicing through a digital breach with the help of irresponsible tech companies. Stanching the torrent of fake news has become a trial by which the digital giants can prove their commitment to democracy. The effort has reignited a debate over the role of mass communication that goes back to the early days of radio.

    The debate around radio at the time of “The War of the Worlds” was informed by a similar fall from utopian hopes to dystopian fears. Although radio can seem like an unremarkable medium—audio wallpaper pasted over the most boring parts of your day—the historian David Goodman’s book “Radio’s Civic Ambition: American Broadcasting and Democracy in the 1930s” makes it clear that the birth of the technology brought about a communications revolution comparable to that of the Internet. For the first time, radio allowed a mass audience to experience the same thing simultaneously from the comfort of their homes. Early radio pioneers imagined that this unprecedented blurring of public and private space might become a sort of ethereal forum that would uplift the nation, from the urban slum dweller to the remote Montana rancher. John Dewey called radio “the most powerful instrument of social education the world has ever seen.” Populist reformers demanded that radio be treated as a common carrier and give airtime to anyone who paid a fee. Were this to have come about, it would have been very much like the early online-bulletin-board systems where strangers could come together and leave a message for any passing online wanderer. Instead, in the regulatory struggles of the twenties and thirties, the commercial networks won out.

    Corporate networks were supported by advertising, and what many progressives had envisaged as the ideal democratic forum began to seem more like Times Square, cluttered with ads for soap and coffee. Rather than elevating public opinion, advertisers pioneered techniques of manipulating it. Who else might be able to exploit such techniques? Many saw a link between the domestic on-air advertising boom and the rise of Fascist dictators like Hitler abroad.

    Today, when we speak about people’s relationship to the Internet, we tend to adopt the nonjudgmental language of computer science. Fake news was described as a “virus” spreading among users who have been “exposed” to online misinformation. The proposed solutions to the fake-news problem typically resemble antivirus programs: their aim is to identify and quarantine all the dangerous nonfacts throughout the Web before they can infect their prospective hosts. One venture capitalist, writing on the tech blog Venture Beat, imagined deploying artificial intelligence as a “media cop,” protecting users from malicious content. “Imagine a world where every article could be assessed based on its level of sound discourse,” he wrote. The vision here was of the news consumers of the future turning the discourse setting on their browser up to eleven and soaking in pure fact. It’s possible, though, that this approach comes with its own form of myopia. Neil Postman, writing a couple of decades ago, warned of a growing tendency to view people as computers, and a corresponding devaluation of the “singular human capacity to see things whole in all their psychic, emotional and moral dimensions.” A person does not process information the way a computer does, flipping a switch of “true” or “false.” One rarely cited Pew statistic shows that only four per cent of American Internet users trust social media “a lot,” which suggests a greater resilience against online misinformation than overheated editorials might lead us to expect. Most people seem to understand that their social-media streams represent a heady mixture of gossip, political activism, news, and entertainment. You might see this as a problem, but turning to Big Data-driven algorithms to fix it will only further entrench our reliance on code to tell us what is important about the world—which is what led to the problem in the first place. Plus, it doesn’t sound very fun.

    In recent times, Donald Trump supporters are the ones who have most effectively applied Grierson’s insight to the digital age. Young Trump enthusiasts turned Internet trolling into a potent political tool, deploying the “folk stuff” of the Web—memes, slang, the nihilistic humor of a certain subculture of Web-native gamer—to give a subversive, cyberpunk sheen to a movement that might otherwise look like a stale reactionary blend of white nationalism and anti-feminism. As crusaders against fake news push technology companies to “defend the truth,” they face a backlash from a conservative movement, retooled for the digital age, which sees claims for objectivity as a smoke screen for bias.

    For conservatives, the rise of online gatekeepers may be a blessing in disguise. Throwing the charge of “liberal media bias” against powerful institutions has always provided an energizing force for the conservative movement, as the historian Nicole Hemmer shows in her new book, “Messengers of the Right.” Instead of focussing on ideas, Hemmer focusses on the galvanizing struggle over the means of distributing those ideas. The first modern conservatives were members of the America First movement, who found their isolationist views marginalized in the lead-up to the Second World War and vowed to fight back by forming the first conservative media outlets. A “vague claim of exclusion” sharpened into a “powerful and effective ideological arrow in the conservative quiver,” Hemmer argues, through battles that conservative radio broadcasters had with the F.C.C. in the nineteen-fifties and sixties. Their main obstacle was the F.C.C.’s Fairness Doctrine, which sought to protect public discourse by requiring controversial opinions to be balanced by opposing viewpoints. Since attacks on the mid-century liberal consensus were inherently controversial, conservatives found themselves constantly in regulators’ sights. In 1961, a watershed moment occurred with the leak of a memo from labor leaders to the Kennedy Administration which suggested using the Fairness Doctrine to suppress right-wing viewpoints. To many conservatives, the memo proved the existence of the vast conspiracy they had long suspected. A fund-raising letter for a prominent conservative radio show railed against the doctrine, calling it “the most dastardly collateral attack on freedom of speech in the history of the country.” Thus was born the character of the persecuted truthteller standing up to a tyrannical government—a trope on which a billion-dollar conservative-media juggernaut has been built.

    The online tumult of the 2016 election fed into a growing suspicion of Silicon Valley’s dominance over the public sphere. Across the political spectrum, people have become less trusting of the Big Tech companies that govern most online political expression. Calls for civic responsibility on the part of Silicon Valley companies have replaced the hope that technological innovation alone might bring about a democratic revolution. Despite the focus on algorithms, A.I., filter bubbles, and Big Data, these questions are political as much as technical.

    #Démocratie #Science_information #Fake_news #Regulation

    https://seenthis.net/messages/716648 via Articles repérés par Hervé Le Crosnier


  • Why Do People Share Fake News? A Sociotechnical Model of Media Effects – Georgetown Law Technology Review
    https://www.georgetownlawtechreview.org/why-do-people-share-fake-news-a-sociotechnical-model-of-media-effects/GLTR-07-2018

    In order to solve the problem of #fake_news, we need to conceptualize its effects as sociotechnical. Fake news is not simply a problem of pre-existing polarization; it is not simply a problem of online advertising or algorithmic targeting. It is not simply about increased far-right extremism or the popularity of Fox News. It is not entirely caused by the decline in trust of traditional journalism, nor the move to a social sharing model of news consumption. It is all of these things. And understanding not only why people share fake news, but how we can mitigate the impacts, requires taking a more holistic approach.

    https://seenthis.net/messages/710124 via Fil



  • Le dirigeant du #Jobbik visé par des #fake_news
    https://courrierdeuropecentrale.fr/dirigeant-jobbik-vise-fake-news

    Antisémite, islamophile, homosexuel, telles sont les caractéristiques toutes à la fois attribuées par le pouvoir à #Gábor_Vona, son rival d’extrême-droite. La campagne de calomnies à son encontre s’intensifie à mesure que le scrutin législatif approche. Drôles de prospectus que ceux reçus ces jours-ci dans les boites aux lettres du quartier Avas, à Miskolc, la troisième ville de Hongrie, dans le nord-est du pays. Ils affirment que le président du Jobbik, Gábor Vona, veut faire bâtir une #Mosquée dans leur quartier.

    #Politique #Article_payant #Fidesz #Islam #une-sous


  • « Si vous voulez que des pédophiles islamisent la cervelle des enfants, votez Drahoš »
    https://courrierdeuropecentrale.fr/fake-news-election-presidentielle-tchequie

    Ce reportage de la télévision publique tchèque met en lumière le rôle des « fake news » dans l’élection présidentielle, remportée par #Miloš_Zeman fin janvier. Les personnes âgées ont été particulièrement ciblées.

    #Société #Election_présidentielle #fake_news #Tchéquie #une-sous


  • Pour poursuivre une veille déjà bien fournie sur seenthis concernant la #synthèse_vocale et la #synthèse_vidéo (assistées par « #intelligence_artificielle ») : « Du porno aux fausses informations, l’intelligence artificielle manipule désormais la vidéo », une compilation des derniers développements en la matière :
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/02/04/du-porno-aux-fausses-informations-l-intelligence-artificielle-manipule-desor

    Des vidéos intégrant des visages de célébrités dans des films X pullulent en ligne à cause d’un programme accessible à tous et qui pose question au-delà de la pornographie.

    De fait, au-delà de l’exemple emblématique du #porno (voir à ce propos https://motherboard.vice.com/en_us/article/gydydm/gal-gadot-fake-ai-porn), c’est toute la manière de produire et de recevoir des informations qui s’en trouve modifiée. La polémique autour des #fake_news n’est que la partie émergée de l’iceberg, la remise en question du rapport aux #médias (et je ne parle pas ici des seuls organismes institués, mais des supports eux-mêmes) se montrant bien plus profonde.

    La chose se trouve d’ailleurs abordée de façon systématiquement catastrophiste (cela entre en collision frontale notamment avec le #droit_à_l'image et peut servir à alimenter le #complotisme), mais elle pourrait avoir un impact positif sur le développement de la #critique_des_médias et la façon de penser le lien entre #vie_privée et #réseaux_sociaux.

    L’approche catastrophiste n’est pas anodine : elle sert un discours de légitimation plus général (symptomatique, à cet égard, que Le Monde, par ailleurs propriétaire du tragico-comique #Decodex, consacre un tel article à la question). Si les médias s’emparent de cette nouveauté, c’est pour brandir une sacro-sainte ligne de démarcation entre les #vraies_infos (labellisées par eux-mêmes) et les fausses. En réalité, leurs « vraies infos », la façon dont ils les fabriquent et les mettent en scène, est tout aussi construite que celle de la synthèse par IA.

    L’on découvre notamment dans ce papier que le #DeepFake devient un genre en soi sur Reddit et Youtube, avec un grand jeu pour mettre #Nicolas_Cage dans plein de films :

    https://www.youtube.com/watch?v=2jp4M1cIJ5A

    Et l’on constate également qu’#Obama est devenu une sorte de mètre-étalon du #vrai-faux discours : on estime qu’il est honnête (c’est-à-dire on se fait une représentation de lui comme portant un discours clair et franc), donc il peut servir de base à un #détournement, contrairement à Trump :

    https://www.youtube.com/watch?v=dw6Zj2FDuzA

    Les deux avaient néanmoins été mis en vedette par #Lyrebird :

    https://soundcloud.com/user-535691776/dialog

    #falsification #leurre #faux-semblant

    https://seenthis.net/messages/665822 via intempestive


  • New York Attorney General to Investigate Firm That Sells Fake Followers - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/01/27/technology/schneiderman-social-media-bots.html

    https://static01.nyt.com/images/2018/01/27/us/28botside/-28botside--facebookJumbo.jpg

    “Impersonation and deception are illegal under New York law,” Mr. Schneiderman wrote on Twitter. “We’re opening an investigation into Devumi and its apparent sale of bots using stolen identities.”
    Photo
    Eric T. Schneiderman, the attorney general of New York. Credit Sasha Maslov for The New York Times

    The investigation is the latest in a series of federal and state inquiries into the commercial and political abuse of fake accounts on social media. Tens of millions of fake accounts have been deployed to defraud businesses, influence political debates online and attract customers.

    Social media companies, including Twitter and Facebook, have drawn intense scrutiny for not taking greater steps to weed them out. Many of the accounts identified by The Times appear to violate Twitter’s own policies, but remained active on the social media platform for years, each retweeting and promoting Devumi customers.

    “The internet should be one of the greatest tools for democracy — but it’s increasingly being turned into an opaque, pay-to-play playground,” Mr. Schneiderman said.

    #Fake_news #Followers_gate

    https://seenthis.net/messages/663918 via Articles repérés par Hervé Le Crosnier


  • Le Président Jupi-Taire invente la #censure Libérale, par Jacques-Marie Bourget
    https://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/president-jupi-taire-invente-censure-liberale-jacques-marie-bo

    Jacques-Marie Bourget est un écrivain et journaliste français. Il a obtenu en 1986 le prix Scoop pour avoir révélé l’affaire Greenpeace. A failli mourir en 2000 à Ramallah, victime d’un tir de l’armée israélienne. Bienheureux que nous sommes, nous voici face à une nouvelle version du Jupiter : le Jupi-taire. Un dieu propre à faire […]

    #5-CULTURE_DEBATS #articles #fake_news #google+ #internet #liberté_d'expression #macron #médias #réseaux_sociaux #Totalitarisme


  • Macron décodeur-en-chef, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 8 janvier 2018)
    https://blog.mondediplo.net/2018-01-08-Macron-decodeur-en-chef #st
    https://blog.mondediplo.net/IMG/arton1909.jpg

    Par un effet de retour, que deux innocents grecs, Jocaste et Laïos, avaient bien expérimenté en leur temps, voilà donc les Décodeurs victimes du tragique destin qu’ils ont eux-mêmes consciencieusement œuvré à mettre en branle. L’histoire commence comme la charge de la brigade légère (ou lourde ?). La vérité est en danger, elle appelle à la rescousse. Mais qui pour lui venir en aide ? Qui sinon des vocations pures ? La presse libre et indépendante, la presse démocratique. Elle vole au secours.

    On en était là de l’épopée, les Décodeurs assuraient la maintenance de la vérité en régime de croisière, bref les choses allaient gentiment leur train, quand plus sérieux qu’eux arrive leur indiquer d’autres manières : la distribution des gommettes faisant un peu léger, on y mettra maintenant les moyens de l’État.

    Et voilà comment on se retrouve avec un projet de loi sur les #fake_news.


  • Loi sur les « fake news » : les vieux singes et la grimace
    https://www.mediapart.fr/journal/france/080118/loi-sur-les-fake-news-les-vieux-singes-et-la-grimace

    Attention, un train peut en cacher un autre. #Emmanuel_Macron a annoncé le 2 janvier la préparation d’une loi pour lutter contre les fausses nouvelles sur les réseaux sociaux. Mais les médias s’interrogent sur les dangers du futur dispositif : la lutte contre les « #fake_news », même justifiée, ne sera-t-elle pas liberticide pour l’information tout court ?

    #France #Bruno_Retailleau #Jean-Luc_Mélenchon #Marine_Le_Pen


  • Spectrum News
    https://chrome.google.com/webstore/detail/spectrum-news/hildmmidfhdahbdpkkdmkmadgbpgfkdb
    https://lh3.googleusercontent.com/_9KXrrNJQ-_46FdRi4EoC5Kt3nljX9HrjoP6XbOgq-71ygKa2TAk1L9bN7gIu2QOybzXPCCqLw=w640-h400-e365#.jpg

    See the other side
    Spectrum fights the filter bubbles that divide America by providing perspectives from the other side. Get articles on topics of your interest from sources that challenge you to consider other viewpoints. Learn and understand the other side while maintaining your existing news reading habits.

    pour combattre les #fake_news et le #filter_bubble on rajoute du bruit, fausse bonne idée si tu veux mon avis

    https://seenthis.net/messages/632460 via Fil


  • UW professor: The information war is real, and we’re losing it | The Seattle Times
    http://www.seattletimes.com/seattle-news/politics/uw-professor-the-information-war-is-real-and-were-losing-it
    https://static.seattletimes.com/wp-content/uploads/2017/03/c5a1616c-1414-11e7-b01a-8f657c82036e-1200x630.jpg

    A University of Washington professor started studying social networks to help people respond to disasters. But she got dragged down a rabbit hole of twitter-boosted conspiracy theories, and ended up mapping our political moment.

    #réseaux #Internet #fake_news #information

    https://seenthis.net/messages/627515 via Reka


  • Le taux officiel de chômage au Royaume-Uni est tombé si bas qu’on risque de s’aperçevoir du mensonge à la base des statistiques.

    Le taux véritable est environ quatre fois celui affiché. Les mêmes méthodes sont employés pour falsifier les chiffres aux Etats-Unis

    Unemployment in the UK is now so low it’s in danger of exposing the lie used to create the numbers
    http://uk.businessinsider.com/unemployment-in-the-uk-is-now-so-low-its-in-danger-of-exposing-t

    LONDON — Unemployment in Britain is now just 4.5%. There are only 1.49 million unemployed people in the UK, versus 32 million people with jobs.

    This is almost unheard of. Unemployment was most recently this low in December 1973, when the UK set an unrepeated record of just 3.4%.

    The problem with this record is that the statistical definition of “unemployment” relies on a fiction that economists tell themselves about the nature of work. As the rate gets lower and lower, it tests that lie. Because — as anyone who has studied basic economics knows — the official definition of unemployment disguises the true rate. In reality, about 21.5% of all working-age people (defined as ages 16 to 64) are without jobs, or 8.83 million people, according to the Office for National Statistics.

    That’s more than four times the official number.

    ...On paper, Britain is supposed to be doing well — growing economy, low unemployment. So why did Jeremy Corbyn’s Labour Party get so many votes in the latest election? (Answer: People still feel poor, their wages are not rising, and one in seven workers is out of work.) Why did a majority of voters choose Brexit? (Answer: The economy for men is basically still in recession, and men don’t like losing their economic power, so this was a good way of “taking back control.”) And why are so many people trapped in the “gig economy,” making minimum wage? (Answer: Because the true underlying rate of unemployment means companies can still find new workers even in a time of “full employment.”)

    #royaume_uni #UK #chômage #unemployment #jobs #ONS #statistiques #statistics #fake_news

    https://seenthis.net/messages/622210 via David Sharp


  • L’ère de la pensée unique
    http://4emesinge.com/2017/02/lere-de-la-pensee-unique

    A l’heure de la post vérité, des #fake_news, de l’élection de Trump, du décodex et d’autres initiatives prises pour réguler ces phénomènes, il nous a semblé nécessaire de réaliser cette vidéo afin de vous donner une autre analyse de ces phénomènes. Car les dérives potentielles de ces initiatives sont inquiétantes et nécessitent donc que les citoyens s’emparent pleinement de […]

    #Internet #Médias #Vidéos #média_alternatif #Médias_mainstream #post_vérité


  • L’ère de la pensée unique
    http://4emesinge.com/lere-de-la-pensee-unique

    A l’heure de la post vérité, des #fake_news, de l’élection de Trump, du décodex et d’autres initiatives prises pour réguler ces phénomènes, il nous a semblé nécessaire de réaliser cette vidéo afin de vous donner une autre analyse de ces phénomènes. Car les dérives potentielles de ces initiatives sont inquiétantes et nécessitent donc que les citoyens s’emparent pleinement de […]

    #Internet #Médias #Vidéos #média_alternatif #Médias_mainstream #post_vérité


  • En #France et dans le monde entier, les scientifiques défilent contre Trump
    https://www.mediapart.fr/journal/international/230417/en-france-et-dans-le-monde-entier-les-scientifiques-defilent-contre-trump

    Étudiantes australiennes participant à la marche pour la science à Brisbane © DR Le 22 avril, des scientifiques ont défilé dans 600 villes de toute la planète, contre l’idéologie liberticide et antidémocratique propagée par #Donald_Trump, et pour la préservation de la planète. Ils étaient 5 000 à Paris, 40 000 à Washington. Ils dénoncent la montée d’une idéologie du mensonge, du mépris des faits et de l’obscurantisme qui s’exprime désormais à la Maison Blanche.

    #International #Culture-Idées #Changement_climatique #fake_news


  • Dans le laboratoire de la « fake science » - Le Temps
    https://www.letemps.ch/sciences/2017/04/07/laboratoire-fake-science
    https://assets.letemps.ch/sites/default/files/media/2017/04/07/file6udddjv0c20jp8gqikz.jpg

    « La version scientifique de l’alt-right »

    Depuis 2010, Emil Kirkegaard utilise ainsi ses compétences pour analyser toutes les données qu’il trouve en ligne afin de prouver scientifiquement une supposée hiérarchie génétique entre les humains. Avec les Occidentaux et Asiatiques en haut de la pyramide, Africains et Roms en bas. « Il est la version scientifique de l’alt-right, cette mouvance américaine d’extrême droite suprématiste »

    (…) Le Danois publie ses travaux sur Google Scholar, portail censé être réservé aux universitaires et permettre une circulation ouverte des connaissances. Interrogé par « Le Temps » sur la présence d’articles à telles consonances sur sa plateforme, Google répond que s’il y avait un problème, son système d’alerte l’aurait repéré.

    #fake_science #fake_news #racisme

    https://seenthis.net/messages/587254 via Fil


  • Washington avertit Paris d’une implication « active » de Moscou dans la présidentielle - L’Obs
    http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170330.OBS7308/washington-avertit-paris-d-une-implication-active-de-moscou-dan
    http://referentiel.nouvelobs.com/file/15976611-washington-avertit-paris-d-une-implication-active-de-moscou-dans-la-presidentielle.jpg

    La commission du Renseignement du Sénat américain, qui enquête sur les ingérences électorales russes, veut alerter les pays concernés.

    Le chef de la puissante commission du Renseignement du Sénat américain, chargée d’enquêter sur l’ingérence de la Russie dans la présidentielle américaine, a affirmé mercredi 29 mars que Moscou était également « activement impliquée » dans la campagne électorale en France.
    . . .
    « L’audition de demain a spécifiquement cela en tête, mieux informer le public, non seulement dans notre pays mais à travers le monde sur ce que prépare la Russie », a déclaré en conférence de presse le président de cette commission, le sénateur républicain Richard Burr.
    . . .
    « Je pense qu’il est raisonnable de dire, d’après ce que tout le monde estime, que les Russes sont activement impliqués dans les élections françaises », a-t-il poursuivi.
    « Nous estimons qu’il est de notre responsabilité de communiquer au reste du monde ce qu’il se passe, parce que nous sommes face désormais à la diffamation de candidats ».

    Le vice-président de la commission, le démocrate Mark Warner, s’est dit « aussi inquiet » de la force de frappe de Moscou en matière de piratage informatique que de la capacité russe à propager des « fake news ».
    . . .
    Au moins quatre pays visés en Europe

    « Les responsables américains ont alerté les pays qui vont avoir des élections de façon imminente sur ce [...] que le gouvernement sait à propos des capacités russes et de leurs intentions », a poursuivi Richard Burr, qui parle de « l’une des plus grosses enquêtes » que le Congrès ait menées ces 20 dernières années.

    « Nous sommes sur le point d’avoir deux élections européennes dont la Russie sera l’élément perturbateur », menace le sénateur républicain. « Des manœuvres à la fois publiques et dissimulées sont menées en Allemagne et en France, et ont déjà été menées ces derniers temps au Monténégro et aux Pays-Bas ».

    #présidentielle #fake_news #russie

    https://seenthis.net/messages/583947 via cepcasa


  • Proposition de loi sur les #fake_news : quand Reflets rencontre #Nathalie_Goulet
    https://reflets.info/proposition-de-loi-sur-les-fake-news-quand-reflets-rencontre-nathalie-goul

    Le vendredi c’est trolldi, c’est bien connu. Un journaliste #Gonzo, même au minimum de sa forme se doit donc de troller un peu ce qui mérite le troll. Il se trouve que ce vendredi 24 […]

    #France #Politique #Rainbow_Hat #Technos #Journalisme #Projet_de_Loi

    https://seenthis.net/messages/583291 via Reflets [RSS]


  • Les Sleeping Giants veulent attaquer les « fake news » au portefeuille
    https://www.mediapart.fr/journal/france/150317/les-sleeping-giants-veulent-attaquer-les-fake-news-au-portefeuille

    Un collectif d’internautes demande aux marques de retirer toutes leurs publicités de #Breitbart News, le site d’information de référence de cette droite populiste et xénophobe qui a porté Donald Trump au pouvoir, devenu le symbole du phénomène dit des « #fake_news ». Plus de 1 400 entreprises ont déjà accepté.

    #France #réseaux_sociaux #twitter


  • Une discussion avec Aude Lancelin sur l’état (désastreux) de la presse hexagonale - VICE
    https://www.vice.com/fr/article/interview-aude-lancelin-le-monde-libre

    On est passé du grand patron de presse à l’idéologie bien affirmée à des actionnaires voraces, en fait. Des mecs fascinés par « le progrès » et tout ce qui dissimule le néolibéralisme le plus classique.

    Absolument. Ces gens-là ont un tout autre rapport à la presse qu’un Robert Hersant ou un Serge Dassault, qui ont pourtant longtemps fait pousser des cris d’orfraie à la gauche. Il ne s’agit plus de s’offrir un titre pour soutenir tel ou tel camp, on est passé à un autre âge de la propagande, plus insaisissable, plus dangereux par conséquent. Au sens large, il s’agit en effet d’imposer une vision libérale du monde, où la casse sociale la plus sordide se voit réenchantée en modernité ubérisée, de promouvoir un monde fluide, pseudo-innovant, sans alternative. Il s’agit également d’infuser dans le milieu du journalisme de nouvelles méthodes de « management », importées d’autres univers, comme celui de la banque. Personnellement je parlerais de saccage.
    […]
    À terme, je ne pense pas que Le Monde puisse être une réussite économique, même si pour le moment, jouer la carte « quotidien de référence » s’avère bien sûr un recours efficace. À cet égard, sa dernière innovation, le #Décodex

    Ça, je comptais vous en parler.

    Personnellement, ça m’a beaucoup fait rire. Comment les journalistes d’un groupe appartenant à deux milliardaires issus du luxe et des télécoms et un banquier d’affaires peuvent-ils se penser bien placés pour décerner des points de bonne conduite intellectuelle à qui que ce soit ? Comment peut-on notamment attendre d’un tel titre qu’il promeuve des idées dérangeantes ?

    Le cas des Crises, l’un des rares sites alternatifs en ce qui concerne les affaires internationales, est particulièrement évocateur. Son approche de la crise ukrainienne, à rebours de celle du Monde qui est plus ou moins réglée sur celle d’un Bernard-Henri Lévy, lui a sans doute valu cette mise à l’index. Ne peut-on pourtant dire que ce dernier, BHL, est l’un des principaux propagateurs de #fake_news des vingt dernières années en France ? Souvenez-vous du nombre d’erreurs factuelles relevées par la presse américaine dans Qui a tué Daniel Pearl ?, souvenez-vous des contrevérités brandies par ce personnage pour justifier une intervention guerrière en Libye.

    https://seenthis.net/messages/575619 via Simplicissimus


  • L’ère de la pensée unique
    https://4emesinge.com/lere-de-la-pensee-unique

    A l’heure de la post vérité, des #fake_news, de l’élection de Trump, du décodex et d’autres initiatives prises pour réguler ces phénomènes, il nous a semblé nécessaire de réaliser cette vidéo afin de vous donner une autre analyse de ces phénomènes. Car les dérives potentielles de ces initiatives sont inquiétantes et nécessitent donc que les citoyens s’emparent pleinement de […]

    #Internet #Médias #Vidéos #média_alternatif #Médias_mainstream #post_vérité


  • Quand Le Monde, Facebook et Google partent en croisade contre la post-vérité
    https://medium.com/@sly/se-repenser-%C3%A0-lheure-du-pr%C3%AAt-%C3%A0-penser-quand-le-monde-facebook

    Pas mal de choses intéressantes dans ce billet d’un prof de communication et responsable de la communauté numérique de l’université Lyon 2.

    Premier point notable : le procédé se place au niveau de la source (du média) et non du contenu (de l’article) ou de l’auteur (du journaliste).
    (…) Deuxième point : malgré les apparences, le classement en 5 classes n’est pas véritablement un système d’échelle (du plus ou moins fiable), mais cache une classification en fait assez binaire, incarnée par un système de whitelist / blacklist, avec une classe intermédiaire pour les bordelines, une classe pour les inclassables et une classe pour les médias satiriques. (…)

    Problème : (…) on ne sait pas grand chose sur la méthodologie : quelles sont les personnes qui participent à la classification, sous quelle forme (individuelle, participative, “démocratique”), avec quelle grille de critères ?

    Noter le média plutôt que le contenu, un mode de préservation de statut :

    Le système du décodex fonctionne en fait sur le modèle traditionnel médiatique : c’est la sélection et la curation réalisées par les humains ( des journalistes ?) qui cadrent le corpus médiatique légitime, non plus à l’échelle du contenu (agenda-setting), mais ici à l’échelle du média : on pourra donc parler de media-setting.

    Paradoxalement, on retrouve derrière ce modèle qui dit évaluer par les faits (fact-checking) un modèle traditionnel de gatekeeping basé sur l’autorité, celles de journalistes, et du coup de leur opinions (ce qui n’est pas grave en soi, mais qui est toujours gênant quand le procédé se réclame d’un modèle opposé).

    Au fond, cela n’est pas tellement étonnant : Le Monde reste ici dans un modèle médiatique pré-digital, à l’opposé des processus d’accessibilité à l’information des plateformes sociales (facebook, twitter) qui, couplées avec des algorithmes, fonctionnent sur l’input des utilisateurs (mon propos ici a valeur de constat et non de jugement).

    Pour aller plus loin, on peut même se demander si Le Monde, perdant son statut de média de référence avec les bouleversements induits par le digital, ne trouve pas avec cette initiative un ultime sursaut de restaurer ce statut, non plus via sa ligne éditoriale mais en s’auto-imposant légitime dans un rôle d’évaluateur et d’accréditeur des médias, c’est à dire en se plaçant “au dessus” des autres médias.

    Du fact-checking à l’argument d’autorité :

    Parce qu’il est toujours possible d’opposer des faits à d’autres, surtout lorsque des liens de causalité rentrent en ligne de compte, le fact-checking utilise l’argument d’autorité pour contourner cette subjectivité et parvenir au bout du processus : classer les média, et donc finalement créditer ou discréditer, qualifier ou disqualifier (…)

    Par contre, et c’est là un terrain de jeu majeur du fact-checking, l’exercice de rattacher l’auteur d’une idée ou d’un propos à une autorité prend tout son sens.

    Au plus cette autorité est au centre de la sphère consensuelle, au plus son auteur sera facilement crédité. Au plus elle s’écartera de celle-ci au plus elle sera discrédité.

    Les fake news, une radicalisation sémantique :

    Il est intéressant de constater une radicalisation sémantique dans le champ lexical médiatique : le nom rumeur, qui décrit le mode de propagation d’une information plus que la qualification de l’information, a laissé place à des concepts tels que fake news ou post-vérité, qui disqualifient en formant et en enfermant une catégorie de contenus bannis.

    Sur la question de la vérité, la définition de la rumeur offre la possibilité d’un doute (“véracité douteuse”) là ou le concept de fake news repose sur une approche binaire (vrai / faux) et excluante.

    Et plein d’autres choses intéressantes, notamment sur Wikipedia que l’auteur semble bien connaître.

    #Decodex #fake_news

    https://seenthis.net/messages/572964 via Arnaud Ferrat


  • Inside the Macedonian Fake-News Complex | Wired
    https://www.wired.com/2017/02/veles-macedonia-fake-news
    https://www.wired.com/wp-content/uploads/2017/01/macedonia_opener-1200x630-e1487031653422.jpg

    THE FIRST ARTICLE about Donald Trump that Boris ever published described how, during a campaign rally in North Carolina, the candidate slapped a man in the audience for disagreeing with him. This never happened, of course. Boris had found the article somewhere online, and he needed to feed his web­site, Daily Interesting Things, so he appropriated the text, down to its last mis­begotten comma. He posted the link on Facebook, seeding it within various groups devoted to American politics; to his astonish­ment, it was shared around 800 times. That month—February 2016—Boris made more than $150 off the Google ads on his website. Considering this to be the best possible use of his time, he stopped going to high school.

    #infoguerre #fake_news #Macédoine #États-Unis #élections (via @opironet)

    https://seenthis.net/messages/571137 via tbn


  • De Trump à Léophane : d’une débâcle journalistique à une victoire désinformationnelle ? | Sciences communes
    https://scoms.hypotheses.org/775

    Le 1er février, Le Monde lançait en fanfare un outil de vérification de l’information, Decodex. Dix jours plus tard, une adresse IP du journal s’est retrouvée bloquée pendant neuf mois sur Wikipédia pour… avoir introduit de fausses informations sur l’encyclopédie libre.

    #fake_news #manipulation #le_monde #décodex #wikipédia

    https://seenthis.net/messages/570212 via Fil