• Listen to the sex workers – but which ones? - Helen Lewis - The Guardian
    http://www.theguardian.com/commentisfree/2015/aug/09/listen-to-sex-workers-but-which-ones?CMP=share_btn_tw

    http://i.guim.co.uk/img/static/sys-images/Guardian/Pix/pictures/2015/8/8/1439027131915/BRITAIN-SEX-PROSTITUTION--009.jpg?w=620&q=85&auto=format&sharp=10&s=eeee03ba6cad2d9f5d4cfc32809f519b

    According to the prevailing tide of internet feminism, it is easy to tell who is right. You simply look at who is speaking. “Stay in your lane, rich ladies,” sniped a writer at Feministing. “People who trade sex need people to listen to them. And they don’t need you.” But framing the debate this way is absurdly misleading. It conveniently ignores that the Amnesty letter wasn’t only signed by Dunham – she is not the sole arbiter of feminism in 2015, whatever 1,000 overwrought blogs would have you believe. It was also endorsed by charities, academic researchers and those who style themselves as “prostitution survivors”. These are women with direct experience of the sex trade who believe it is intrinsically demeaning and harmful.

    And there it is, the problem with the injunction to “listen to sex workers”. Yes, policy debates are too often conducted on Mount Olympus, far from the lives of those affected by them. We should be alert to that. But from this moderate premise blooms an alcopinion. If we are ordered to listen to sex workers, the obvious retort must be: which ones?

    #prostitution #féminisme

    http://seenthis.net/messages/396745 via Mona


  • Nasawiyat - Épisode 5 : Shayma et Fatima
    par Charlotte Bienaimé

    Je suis tombée sur ça, en zappant les stations de l’autoradio, en allant faire les courses, très intéressants croisements de regards. Je n’ai pas encore tout écouté. Je commence avec celles par qui l’écoute commença.

    Nasawiyat, les nouvelles féministes en France.
    L’été dernier, nous partions à la rencontre de jeunes féministes en Tunisie, au Maroc, en Egypte et en Algérie. Cette année, nous retournons le miroir, et poursuivons le chemin en France, à la découverte de jeunes femmes aux doubles cultures, qui réinventent de nouveaux féminismes, pluriels et métissés, dans les quartiers populaires et les campagnes, dans les maisons, les écoles et les rues.

    Nasawiyat - Épisode 5 : Shayma et Fatima

    Shayma a 22 ans. Française d’origine algérienne, elle vit avec ses parents dans le quartier de la presqu’île de Thau, près de Sète. Étudiante en droit, la jeune femme milite de façon informelle aux côtés des femmes de son immeuble. Elle organise régulièrement rencontres et groupes de paroles pour créer une solidarité entre ces habitantes d’origines sociales et culturelles différentes.

    Fatima, 31 ans, vit dans un squat à Paris. Née au Maroc, arrivée en France il y a cinq ans, elle attend d’obtenir la nationalité française. Il y a deux ans, elle monte son association « Les Effrontées » avec laquelle elle organise de nombreuses actions coups de poing comme des criées dans le métro pour sensibiliser sur les inégalités salariales entre hommes et femmes ou des occupations de magasins pour enfant, déguisée en barbie, pour dénoncer les jouets sexistes.

    Déterminées, les jeunes femmes aux caractères bien trempés, se revendiquent toutes les deux féministes convaincues. Elles sont cependant des militantes bien différentes. Shayma porte le voile. Fatima manifeste cheveux aux vent.

    http://www.franceculture.fr/podcast/5046743
    http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_13826.xml
    http://rf.proxycast.org/1059485562626383872/13826-08.08.2015-ITEMA_20781286-0.mp3

    #france #Nasawiyat #femmes #féminisme #maghreurope #islam #cultures_populaires #idées #quartiers #squats #Charlotte_Bienaimé #antiracisme #égalité #luttes

    http://seenthis.net/messages/396644 via Supergéante


  • http://www.franceculture.fr/emission-nasawiyat-0

    L’été dernier, nous partions à la rencontre de jeunes féministes en Tunisie, au Maroc, en Egypte et en Algérie. Cette année, nous retournons le miroir, et poursuivons le chemin en France, à la découverte de jeunes femmes aux doubles cultures, qui réinventent de nouveaux féminismes, pluriels et métissés, dans les quartiers populaires et les campagnes, dans les maisons, les écoles et les rues.

    Elles s’appellent Dounia, Fatima, Shayma, Diata, Sy ou Eglantine, elles ont entre vingt et trente ans, sont nées en France ou y vivent depuis longtemps. Elles s’organisent en collectifs féministes populaires, écrivent des textes de slams engagés, animent des entrainements de rugby ou des ateliers d’autodéfense féministes… Elles dénoncent les inégalités hommes-femmes, mais aussi le racisme et l’islamophobie. Toutes veulent réinventer de nouveaux féminismes, pluriels et métissés, dans les quartiers populaires et les campagnes, dans les maisons, les écoles et les rues.

    Cc @mad_meg @intempestive
    #radio #féminisme

    http://seenthis.net/messages/396338 via Aude V


  • prenez ce couteau (Lorsqu’un homme violent me dit qu’il est devenu...)
    http://prenezcecouteau.tumblr.com/post/125257695638/lorsquun-homme-violent-me-dit-quil-est-devenu

    Lorsqu’un homme violent me dit qu’il est devenu violent parce qu’il a perdu le contrôle de lui-même, je lui demande pourquoi il n’a pas fait quelque chose d’encore pire. Par exemple, je pourrais dire “Tu l’as traitée de sale pute, tu as arraché son portable de sa main et tu l’as lancé à travers la pièce, ensuite tu l’as poussée et elle est tombée. Elle était là, à tes pieds, tu aurais facilement pu lui donner un coup de pied à la tête. Tu viens de me dire que tu a ‘complètement perdu le contrôle’ à ce moment-là, mais tu n’as pas donné de coup de pied pourtant. Qu’est-ce qui t’a arrêté ?” Et le client me donne toujours une raison. Voici quelques unes des explications que j’entends le plus :

    “Je ne voulais pas qu’elle soit blessée gravement.”
    “J’ai réalisé qu’un des enfants nous regardait.”
    “J’avais peur que quelqu’un appelle la police.”
    “J’aurais pu la tuer si j’avais fait ça.”
    “On commençait à faire beaucoup de bruit, j’avais peur que les voisins entendent.”

    Et la réponse la plus fréquente :

    “Oh non, je ne ferais jamais ça ! Je ne lui ferais jamais une chose pareille.”

    La réponse que je n’ai presque jamais entendue - je me souviens ne l’avoir entendue que deux fois en quinze ans - est : “Je ne sais pas.”

    Ces réponses toutes faites révèlent la fausseté de l’excuse de la perte de contrôle. Lorsqu’un homme se livre à un déchaînement de violence, verbale ou physique, son esprit se maintient sur un certain nombre de questions : “Est-ce que je suis en train de faire quelque chose que les autres pourraient découvrir, est-ce que ça me ferait passer pour quelqu’un de muvais ? Est-ce que je suis en train de faire quelque chose qui pourrait me causer des ennuis juridiques ? Est-ce que je pourrais me blesser ? Est-ce que je suis en train de faire quelque chose que je considère moi-même comme trop cruel, grave, ou violent ?

    Un regard critique s’est infiltré en moi après avoir travaillé avec mes douze premiers clients : un agresseur ne fait presque jamais quelque chose qu’il considère comme moralement inacceptable. Il peut très bien cacher ce qu’il fait parce qu’il pense que les autres ne seront pas d’accord avec ce qu’il fait, mais il trouve cela justifié. Je ne me souviens pas d’un seul client me disant "Je ne peux en aucun cas défendre ce que j’ai fait. C’était totalement inacceptable.” Invariablement, il a une raison assez bonne pour justifier son comportement. En résumé, le problème de fond d’un agresseur est que son sens de ce qui est bon et mauvais est complètement tordu.

    Parfois, je pose cette question à mes clients : “Parmi vous, qui s’est déjà senti tellement en colère qu’il a eu envie de traiter sa mère de salope ?” Habituellement, la moitié du groupe ou plus lève la main. Puis je demande “Parmi vous, qui l’a fait ?” Toutes les mains redescendent, et les hommes me lancent des regards épouvantés, comme si je venais de leur demander s’ils vendent de la drogue devant les écoles primaires. Alors ensuite, je demande “Eh bien, pourquoi ne l’avez vous pas fait ?” La même réponse fuse à chaque fois : “Mais vous ne pouvez pas traiter votre mère comme ça, peu importe à quel point vous êtes énervé ! Vous ne pouvez juste pas faire ça !”

    Ce qui reste tacite dans cette déclaration, et que nous pouvons aisément comprendre ici, est “Mais vous pouvez traiter votre femme ou votre copine comme ça, du moment que vous avez une raison assez bonne. C’est différent.” En d’autres mots, le problème de l’agresseur réside avant tout dans la croyance selon laquelle contrôler ou abuser de sa partenaire est justifiable…

    When [an abusive man] tells me that he became abusive because he lost control of himself, I ask him why he didn’t do something even worse. For example, I might say, “You called her a fucking whore, you grabbed the phone out of her hand and whipped it across the room, and then you gave her a shove and she fell down. There she was at your feet where it would have been easy to kick her in the head. Now, you have just finished telling me that you were ‘totally out of control’ at that time, but you didn’t kick her. What stopped you?” And the client can always give me a reason. Here are some common explanations:

    “I wouldn’t want to cause her a serious injury.”
    “I realized one of the children was watching.”
    “I was afraid someone would call the police.”
    “I could kill her if I did that.”
    “The fight was getting loud, and I was afraid the neighbors would hear.”

    And the most frequent response of all:

    “Jesus, I wouldn’t do that. I would never do something like that to her.”

    The response that I almost never heard — I remember hearing it twice in the fifteen years — was: “I don’t know.”

    These ready answers strip the cover off of my clients’ loss of control excuse. While a man is on an abusive rampage, verbally or physically, his mind maintains awareness of a number of questions: “Am I doing something that other people could find out about, so it could make me look bad? Am I doing anything that could get me in legal trouble? Could I get hurt myself? Am I doing anything that I myself consider too cruel, gross, or violent?”

    A critical insight seeped into me from working with my first few dozen clients: An abuser almost never does anything that he himself considers morally unacceptable. He may hide what he does because he thinks other people would disagree with it, but he feels justified inside. I can’t remember a client ever having said to me: “There’s no way I can defend what I did. It was just totally wrong.” He invariably has a reason that he considers good enough. In short, an abuser’s core problem is that he has a distorted sense of right and wrong.

    I sometimes ask my clients the following question: “How many of you have ever felt angry enough at youer mother to get the urge to call her a bitch?” Typically half or more of the group members raise their hands. Then I ask, “How many of you have ever acted on that urge?” All the hands fly down, and the men cast appalled gazes on me, as if I had just asked whether they sell drugs outside elementary schools. So then I ask, “Well, why haven’t you?” The same answer shoots out from the men each time I do this exercise: “But you can’t treat your mother like that, no matter how angry you are! You just don’t do that!”

    The unspoken remainder of this statement, which we can fill in for my clients, is: “But you can treat your wife or girlfriend like that, as long as you have a good enough reason. That’s different.” In other words, the abuser’s problem lies above all in his belief that controlling or abusing his female partner is justifiable….

    #violence #violence_sexiste #féminisme #agresseur

    http://seenthis.net/messages/393845 via mad meg


  • Avortement : le sénat hostile à de nouvelles avancées pour les femmes
    http://www.osezlefeminisme.fr/article/avortement-le-senat-hostile-a-de-nouvelles-avancees-pour-les-femmes

    La Commission des affaires sociales du Sénat a supprimé du projet de loi de santé 4 articles qui venaient renforcer le droit à l’IVG. Osez le Féminisme ! s’insurge contre cette intervention réactionnaire des sénatrices et sénateurs, et enjoint aux député-e-s de rétablir ces articles lors de l’examen du projet de loi en séance plénière à la rentrée.

    Le projet de loi relatif à la modernisation du système de santé voté par les député-e-s en avril 2015 incluait 4 mesures phares pour renforcer le droit d’avorter :

    • la suppression du "délai de réflexion" pour les femmes voulant avorter (art. 17 bis) ;
    • la possibilité de pratiquer des IVG instrumentales dans les centres de santé (art. 16 bis)
    • l’autorisation pour les sages-femmes de pratiquer des IVG médicamenteuses (art. 31)
    • la mise en place par les agences régionales de santé (ARS) de plans IVG sur tout le territoire (art. 38 al 34).

    Ces quatre mesures, un an après la suppression de la clause de détresse et 8 mois après le vote de la résolution réaffirmant le droit fondamental à l’IVG en France et en Europe, permettaient de renforcer le droit des femmes à disposer de leur corps.

    En effet, supprimer le délai de réflexion, c’est mettre fin à une pratique infantilisante et stigmatisante, c’est affirmer que les femmes désirant avoir recours à une IVG savent ce qu’elles veulent. Diversifier les lieux où l’on peut avorter, c’est permettre à plus de femmes d’avoir accès à l’avortement, et donc lutter contre les inégalités géographiques.

    En détricotant des mesures progressistes et féministes votées par l’Assemblée nationale, le Sénat, présidé par Les Républicains, confirme son ancrage réactionnaire. Agiter le spectre de la « banalisation » de l’IVG et renvoyer la question aux lois bioéthiques, c’est remettre en cause un droit fondamental des femmes : celui à disposer de leur corps.

    Osez le Féminisme ! veillera avec la plus grande vigilance au rétablissement des 4 articles lors de la deuxième lecture à l’Assemblée nationale et à la préservation du droit d’avorter pour toutes les femmes qui font ce choix. La France, dans un contexte européen de régression du droit d’avorter, doit réaffirmer son engagement en faveur de ce droit fondamental.

    #osez_le_féminisme # IVG #féminisme

    http://seenthis.net/messages/393885 via mad meg


  • Au Sénat, l’IVG reste un dossier brûlant
    http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/civilisation-articles-section/civilisation/4578-au-senat-l-ivg-reste-un-dossier-brulant

    « La Commission des Affaires sociales du Sénat a retiré du projet de loi Santé l’ensemble des articles relatifs à l’IVG. Et en premier lieu la suppression du délai de réflexion de sept jours entre deux consultations médicales imposé aux femmes souhaitant avorter. […] la Commission a supprimé trois autres articles de la loi Santé adoptés par les députés : le 16 bis, qui autorise les centres de santé à pratiquer des IVG chirurgicales ; l’article 31, qui autorisé les sages-femmes à pratiquer des IVG médicamenteuses : et enfin la mise en place par les agences régionales de santé (ARS) de plans IVG sur tout le territoire (article 38). »

    En France, en 2015, il est encore possible que le droit à l’IVG soit en (...)

    #feminisme

    http://seenthis.net/messages/393723 via Alda


  • Une #playlist de chanteuses féministes que j’ai rassemblé avec divers sources dont un bonne dose de #radiorageuses
    https://www.youtube.com/watch?v=HTBblfRsxWk&index=1&list=PL3lqKiru-8C_dWdH-CGwTKdXNaaaFvkuX

    Au menu :

    Candye Kane - The Lord Was a Woman
    Chumbawamba - Homophobia
    Anne Sylvestre - Clémence en vacances
    Rihanna - Man Down
    Lady Sovereign - Public Warning
    Rickie Lee Jones- Dat Dere
    Casey - Ennemi De l’Ordre
    Les Reines Prochaine - I Wanna Be a Butch
    Betty Davis - Anti Love Song
    Compagnie jolie môme - L’hymne des femmes
    Tracy Chapman - Behind the Wall
    Agnès Bihl - L’enceinte vierge
    Peaches - I Don’t Give A FUCK
    Tricky - Piece Of Me
    Azealia Banks - Yung Rapunxel
    Bikini kill - Rebel Girl
    Bams - Non
    Nina Simone - Feeling Good
    Candye Kane - You Need a Great Big Woman
    Le Tigre - Viz
    Anne Sylvestre - Frangines
    Casey - Une lame dans ma veste
    Anne Clark - Our Darkness
    CocoRosie - Beautiful boyz
    Ariana Puello - Oye lo que traigo
    Witch Hunt - I Am Guilty
    Lhasa de Sela - La confession
    Ana Tijoux ft. Shadia Mansour - Somos Sur
    Throbbing Gristle - Discipline
    Juliette - Garçon Manqué
    Chansons historiques de France - Filles d’Ouvriers 1898
    Colette Renard - Les nuits d’une demoiselle
    Pompom Beretta - Don’t Want Fuck
    Le Meufisme - Ta Mère La
    Amanda Palmer & The Young Punx - Map of Tasmania
    Rena ft. Masra Bass - Под одним небом
    Pussy Riot - Punk Prayer
    Nancy Sinatra - These Boots Are Made for Walkin’
    Yo Majesty - Hustle Mode
    Black Barbie - Rap de Bonne Femme
    Billy ze kick - quelques mots pour calmer les machos !
    Agonie - Tais toi, nettoie
    Orties - Plus Putes que toutes les Putes
    Juliette Noureddine - Rimes féminines
    M.I.A. - Bad Girls
    Angel Haze - Cleaning Out my Closet
    Rye Rye - Hardcore Girls
    Pauline Julien - Une sorcière comme les autres
    Emilie Autumn - Gothic Lolita
    Anita Drake - Crawling on the ground
    Le Tigre - Mediocrity Rules
    Le Maximum Kouette - Va T’Faire
    Wanda Jackson - Hard Headed Woman
    Fiona Apple - Every Single Night
    Another Dyke - Eixes alla muala
    Tori Amos - Crucify
    FKA twigs - Pendulum
    Flip and the Dateliners - Mama didn,t Lie
    The Slits - Typical Girls
    Bikini Kill - White Boy
    Juliette Greco - La cuisine
    Brittany McDonald - Notice Me
    Evanescence - Call Me When You’re Sober
    Rittany McDonald - Boy Basher
    Lizzy Mercier Descloux - Herpes Simplex
    Jean Knight - Mr. Big Stuff
    Katie Goodman - Sorry Babe, You’re a Feminist
    Lesley Gore - You Don’t Own Me
    Tori Amos - Cornflake Girl
    Destiny’s Child- Independent Women
    Helen Reddy - I Am Woman
    Mannick – Je t’ai guetté mon corps
    Josette Noreau – Wow ménopause
    Submission - Women Beat Their Men
    Soeur Sourire - La pilule d’or
    Michèle Bernard - Bernadette
    Ariane Moffatt - Mon corps
    Bratmobile - Gimme Brains
    Les Femmouzes T. - La Femme du Soldat Inconnu
    Nancy Holloway - Quand un garçon me plait
    12°5 - j’ai envie
    Wemean - Faida
    Beyoncé - Run the World (Girls)
    La Bolduc - Les Femmes
    Jacqueline Lemay - La moitié du monde est une femme
    Francesca Solleville - Demande aux femmes
    Candye Kane - Masturbation Blues
    Chloé Lacan - Plaisirs Solitaires
    P !nk - Fingers
    Stella - Si je chante... c’est pour le fric
    Ma Rainey - Shave ’Em Dry Blues
    TLC - Unpretty

    –-------

    vos suggestions sont les bienvenus, la playliste n’est pas close.

    #féminisme #musique

    http://seenthis.net/messages/392880 via mad meg


  • Ces fesses de Nicky Minaj et de Kim Kardashian qui divisent - Le ticket de Metro d’Ovidie
    http://www.metronews.fr/blog/ovidie/2015/07/22/ces-fesses-de-nicky-minaj-et-de-kim-kardashian-qui-divisent

    http://www.metronews.fr/blog/ovidie/files/2015/07/nik-vs-kim.jpg

    Premier problème, être libre de montrer ses fesses, c’est une chose. En faire son capital, c’en est une autre.

    Je n’ai rien contre le fait que les fesses fassent partie du capital de certaines personnes comme les pornstars et stripteaseuses dont c’est clairement et sans ambiguité le travail. Ce qui me pose plus problème, c’est le cas du porno déguisé en tant qu’argument marketing pour vendre du vent. J’en veux pour exemple Kim Kardashian et son ahurissante célébrité. Qu’est-ce qu’elle fait dans la vie ? Elle chante ? Elle écrit ? Elle crée ? Elle danse ? Elle est championne de course de poney ? Non, elle est célèbre sans n’avoir jamais rien créé si ce n’est son image d’icône de la télé réalité dont une immense partie repose sur la taille de ses fesses. Bravo, magnifique marketing, j’applaudis des deux mains. Dans le cas de Nicky Minaji on se réfère à Anaconda, on voit bien que la célébrité (ou plutôt la viralité) de l’affaire, repose uniquement sur l’omniprésence de fesses qui remuent dans tous les sens pour mieux hypnotiser le spectateur qui, soyons honnête, est plus fasciné par l’image que par la musique. Et d’ailleurs sa musique, on l’a tous remarqué, n’est jamais qu’un immense sampling de Baby got back, qui est tout de même une chanson écrite PAR UN HOMME et sortie il y a plus de vingt ans. En procédant ainsi les musiciennes ne se vendent pas elles, en tant qu’artistes, ni en tant qu’individus. Elles ne se vendent même pas en tant que corps tout entier comme peuvent le faire les mannequins ou modèles de charmes, mais uniquement en tant qu’une seule partie du corps parfaitement localisée, en l’occurrence le cul. Même Britney Spears a eu un jour un éclair de lucidité déclarant que les pop stars comme elles étaient condamnées à se déshabiller dans les clips et qu’on l’avait déjà poussée à aller plus loin qu’elle ne le souhaitait elle-même : « Il y a beau­coup de sexe dans ce que je fais. Mais parfois j’ai­me­rais reve­nir aux vieux jours où il n’y avait qu’une tenue par vidéo, et tu danses toute la vidéo, et il n’y a pas tant de trucs sexuels qui se passent « . Montrer son cul si on en a envie, oui. Être obligée de le montrer quand ton métier c’est musicienne parce que sinon plus personne ne s’intéresse à toi, pardon, mais c’est loin d’être une libération. Et je constate que la nudité n’est argument de vente que quand t’es jeune et bonnasse. Ou que tu fais tout pour paraître jeune (Jennifer Lopez) et que tu consacres ta vie entière à avoir un corps de bonnasse.

    #féminisme #corps #beauté #poids

    http://seenthis.net/messages/391894 via Beauté fatale


  • Les mensonges faits aux femmes - Crêpe Georgette
    http://www.crepegeorgette.com/2015/07/22/mensonges-faits-aux-femmes

    « Beaucoup d’hommes sont persuadés que les femmes passent leur temps à fourbir des plans machiavéliques pour les accuser de viol. Dans la réalité, les femmes agressées passent leur temps à se demander si elles ne sur-interprétent pas, si elles n’ont pas mal agi ou envoyé un signe à l’agresseur. Dans la réalité une femme qui a 15 cm de pénis en érection collé contre sa cuisse, va souvent être saisie de peur et de demander si elle ne se trompe pas, si elle ne va pas déranger les gens en faisant un scandale, si on va la croire, si elle ne fait pas des histoires pour rien. »(Permalink)

    #feminisme

    http://seenthis.net/messages/391862 via Alda


  • Lettre ouverte à Lou Doillon et son #féminisme périmé
    http://www.terrafemina.com/article/lettre-ouverte-a-lou-doillon-et-son-feminisme-perime_a280059/1
    http://static1.terrafemina.com/articles/9/28/00/59/@/314114-lou-doillon-a-la-finale-du-tournoi-de-600x315-2.jpg

    Le combat des féministes, c’est l’#égalité, mais c’est aussi permettre aux femmes d’avoir le #choix. Le choix de vivre leur vie comme elles l’entendent, d’être mères ou non, d’être voilées, nues, en jean, en bikini ou en combi de ski, de travailler ou pas - mais de pouvoir faire tout ces choix sans que leur sécurité ou leur statut soit mis en danger.

    Je sais que tes intentions n’étaient pas mauvaises - mais avant de venir donner des leçons sur ce que doit être le féminisme, il faut d’abord balayer un peu devant sa porte et regarder chez le voisin. Nous ne sommes pas toutes égales dans le monde, dans nos cultures. Pour certaines, il faut se battre pour avoir le droit à une éducation et ne pas se faire mutiler. Pour d’autres, il faut se battre pour pouvoir disposer librement de son corps sans qu’une nana un peu à côté de la plaque vienne nous expliquer pourquoi notre féminisme est mauvais et dangereux.

    Surtout qu’en ce qui concerne Beyoncé et Nicki Minaj, ça nous rappelle également que les #corps des #femmes racisées sont systématiquement pris pour cible dans la guerre au vulgaire et au « trop ouvertement sexuel ». Le corps des femmes blanches et minces est glorifié tandis que les autres sont « exotiques » dans le meilleur des cas et « obscènes » dans les pires - et ça, c’est un réel problème qui nécessite qu’on remette tous en question notre perception des corps de toutes origines. Le combat pour la réappropriation du corps est multiple et diffère selon les individus, d’où l’intérêt de ne pas imposer une seule et même règle pour tout le monde.

    Ce qui est dangereux, Lou, c’est de croire que ces paroles sont sensées. C’est de se tirer dans les pattes entre meufs parce que l’autre a montré son cul ou choisi de parler de sa sexualité librement. Et la vraie catastrophe, c’est d’entendre encore ce genre de conneries se propager dans les médias et de voir qu’on place encore une forme de nudité au-dessus d’une autre.

    Tourne plutôt ton combat vers les vrais ennemis du féminisme, ceux qui cherchent encore à faire taire les femmes, en usant souvent de violence. Vers ceux qui justifient viols et agressions par la nudité, justement. Tu ne voudrais quand même pas être associée à ça ? Alors laissons donc les femmes vivre comme elles le veulent et afficher ce qu’elles veulent de leur corps et de leur sexualité, du moment qu’elles se sentent bien.

    http://seenthis.net/messages/391751 via Agnès Maillard


  • Appelle-moi Féministe radicale si ça t’aide à mieux dormir
    http://www.jesuisfeministe.com/?p=8827

    [Trigger Warning : Violences conjugale]

    « Je suis certaine que ces trois femmes avaient la conviction intime que mon ex était coupable, mais elles n’ont pas eu le droit de l’affirmer. Moi non plus, qui n’en suis pas seulement convaincue, mais qui le sais, je n’ai pas le droit de l’affirmer. Je n’ai pas le droit d’écrire ici que [insérer le nom de mon ex] est un homme violent, qu’il m’a malmenée psychologiquement et physiquement. Parce que c’est moi qui serais alors accusée de diffamation. Et c’est lui qui gagnerait. C’est comme ça qu’elle fonctionne, notre société. Un homme peut frapper ou violer une femme en étant à peu près certain qu’il s’en sortira. Mais une femme ne peut pas dénoncer publiquement un homme qui lui a fait du mal, parce qu’elle ne s’en sortira pas. (...)

    #feminisme

    http://seenthis.net/messages/391149 via Alda


  • Why Are You So Angry? Part 1: A Short History of Anita Sarkeesian
    https://www.youtube.com/watch?v=6y8XgGhXkTQ

    « Jack is not a psychopath. Since his only understanding of dealing with a sexist is shunning, shaming or incarcerating, he reads any critics of his own gender politics as an appeal to shun, shame or incarcerate HIM. He is a guy who is terrified of who he is if the world Sarkeesian describes is real. »

    Cette petite série de vidéos qui cherche à établir POURQUOI les gamers sexistes réagissent avec autant de haine aux analyses féministes du jeu vidéo est vraiment bien faite et ne s’applique pas uniquement au gaming mais plus globalement à toutes les réactions conservatrices que les progressistes rencontrent.(Permalink)

    #feminisme

    http://seenthis.net/messages/390231 via Alda



  • Dominique Cottrez tue ses petits. « L’hiver, je pensais à eux »
    http://tempsreel.nouvelobs.com/justice/20150702.OBS1907/dominique-cottrez-tue-ses-petits-l-hiver-je-pensais-a-eux.html

    « L’épouse d’un homme qui se "fout de tout", des grossesses, des sentiments de sa femme qui n’a aucun plaisir avec lui. Elle le satisfait tant qu’elle peut. "Moi la sexualité c’est pas mon fort, je voulais qu’il me laisse tranquille, mais pour lui, il fallait". Il fallait, trois, quatre fois par semaine. Et si Dominique Cottrez lui disait non, qu’elle n’avait pas envie, il s’en moquait, il continuait en lui attrapant les épaules. »

    Elle, mise en examen car elle tuait les nouveau-nés issu de ces viols et cachait les cadavres. Lui ? Ça va plutôt bien, il est sur le banc des parties civiles.

    C’est intéressant de noter le champ lexical associée à l’accusée : Elle est difforme, c’est une bête curieuse. Elle se retrouve même infantilisée (« affrontant à 51 ans sa vérité *comme une (...)

    #feminisme

    http://seenthis.net/messages/386529 via Alda



  • Des féministes vont larguer des pilules abortives par drone
    http://rue89.nouvelobs.com/2015/06/24/feministes-envoient-drone-pologne-y-larguer-pilules-abortives-25992

    L’association féministe Women on Waves organise le samedi 27 juin un lâcher de pilules abortives par drone en #pologne, rapporte le site américain The Daily Dot. En Pologne, l’avortement n’est permis qu’en cas de viol ou d’inceste, si la vie de la femme est en danger ou si le fœtus risque des complications. Pour contourner la législation, des activistes de Women on Waves basées à Berlin feront voler un drone chargé de tablettes de pilules abortives au-dessus de la frontière germano-polonaise. Le drone larguera sa cargaison en Pologne, où des femmes prévenues à l’avance viendront...

    #féminisme


  • Je viens de découvrir le blog (clôturé) de Miss Koala
    http://misskoala.canalblog.com
    Blog critique des mouvements non-radicaux féministes, LGBT, etc.
    Elle a arrêté d’écrire par contre, dommage.

    Extrait

    Passing :
    Condition de survie en territoire cis (c’est à dire partout) quand on est trans. Cela consiste à être perçu-e dans le genre dans lequel on se reconnaît (formulation peut-être maladroite mais je ne trouve pas mieux). Par exemple on dira d’une femme trans généralement perçue comme femme dans ses interactions sociales qu’elle a un bon passing.
    Je n’exagère pas vraiment quand je dis que pour les trans c’est une condition de survie. La plupart des gens qui m’emmerdent le font car à leurs yeux je ne passe pas, ils n’arrivent pas à m’identifier comme femme ou homme (souvent la question avec laquelle iels m’abordent est « Tu es une meuf ou un mec ? »).
    Le passing est une notion subjective et comme pas mal d’autres notions subjectives (la beauté par exemple) c’est un peu de la merde.

    #féminisme #LGBT
    @aude_v

    http://seenthis.net/messages/383047 via Sandburg


  • The Feminist Children’s Book You’ve Been Searching For
    http://msmagazine.com/blog/2015/05/01/the-feminist-childrens-book-youve-been-searching-for/#card_1660_1

    http://www.radamericanwomen.com/rad.png

    Rad American Women A-Z: Rebels, Trailblazers and Visionaries Who Shaped Our History…and Our Future, a new feminist alphabet book written by Kate Schatz and illustrated by Miriam Klein Stahl, introduces young readers to a group of remarkable women who have left an indelible mark on society. With vibrant illustrations, accessible writing and an inclusive collection of women change-makers—from “A” for Angela Davis to “Z” for Zora Neale Hurston (and even “X” for the women whose names we don’t know)—Rad American Women A-Z is a book that belongs in the hands of all feminists, young and old.

    #féminisme #femmes #littérature_jeunesse

    http://seenthis.net/messages/382934 via Mona



  • Rhabillons les Femen !
    http://orientxxi.info/magazine/rhabillons-les-femen,0936

    Le 2 juin dernier, deux Femen françaises, seins nus, s’embrassaient sur l’esplanade de la tour Hassan à Rabat, prétendant manifester de la sorte leur solidarité avec la communauté LGBT marocaine. Si certains militant-e-s et féministes ont pu y voir un geste fort anti-homophobie et anti-patriarcat, d’autres dénoncent une attitude paternaliste et post-coloniale qui ne peut que nuire aux luttes d’émancipation menées au #Maroc par les femmes et les groupes marginalisés. Deux activistes des Femen ont (...)

    #Magazine

    / Maroc, #Monde_arabe, #Statut_des_femmes, Société, #Point_de_vue, #Féminisme, Sexualité

    #Société #Sexualité
    « http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2013-03-12-Femen »
    « http://reports.weforum.org/global-gender-gap-report-2014 »


  • Des photos surprenantes pour redéfinir la beauté « naturelle » des femmes
    http://www.huffpostmaghreb.com/2014/04/09/photos-poils-femmes_n_5111952.html

    En 2007, le photographe Ben Hopper, basé à Londres, commença à travailler sur le projet « Natural Beauty », une série de photos destinées à défier ce qu’il décrit comme le « lavage de cerveau » sociétal dicté par l’industrie du cosmétique.

    Aujourd’hui, presque sept ans plus tard, Ben Hopper a transmis le premier lot de ces photos à nos collègues du Huffington Post US. Via un groupe éclectique de mannequins, d’actrices, de designers et d’amies, les images de B. Hopper mettent l’accent sur la beauté d’une femme, sur ses aisselles poilues, et sur le rappel opportun que ces deux choses ne sont en aucun cas incompatibles.

    Les photos jouent du fait que les aisselles et les poils ont été stigmatisés un peu partout dans le monde. Vous ne verrez que très rarement une femme en public qui ne se soucie pas de s’épiler les poils.

    http://i.huffpost.com/gen/1723189/thumbs/n-OLIVIA-MURPHY-570.jpg
    http://i.huffpost.com/gen/1723197/thumbs/o-AYAN-MOHAMED-570.jpg
    http://i.huffpost.com/gen/1723212/thumbs/o-SLANT-ARRAY-570.jpg

    Et donc
    En Chine, le nouveau selfie en vogue permet aux femmes de ne plus utiliser de rasoir
    http://www.huffingtonpost.fr/2014/08/13/selfie-femme-epilation-photos-chine_n_5673812.html

    En effet, après la série du photographe anglais Ben Hopper, qui avait fait sensation en mettant l’accent sur la beauté d’une femme et leurs aisselles poilues (rappelant que ces deux choses ne sont en aucun cas incompatibles)... C’est au tour des Chinoises de s’y coller ... et une nouvelle fois sans rasoir !

    http://i.huffpost.com/gadgets/slideshows/361623/slide_361623_4056552_compressed.jpg
    http://i.huffpost.com/gadgets/slideshows/361623/slide_361623_4056555_compressed.jpg

    Et maintenant
    Elles exposent les poils de leurs aisselles... en couleurs
    http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/11/28/elles-exposent-poils-aisselles-couleur_n_6235922.html

    « Les femmes ont des poils aussi, c’est comme ça, le fait que cela soit jugé sale et pas esthétique, c’est juste n’importe quoi », s’emporte Destiny. « Je suis d’origine hispanique et depuis que j’ai dix ans je passe un temps fou à m’épiler, au point que c’était devenu une obsession. Cet été j’ai décidé de faire un grand pied de nez à la société et d’arrêter de m’épiler les aisselles. Puis il y a deux mois je me suis dit ’et si je poussais les choses encore plus loin ?’ et j’ai tout simplement coloré ces poils ».

    http://i1.huffpost.com/gen/2331592/thumbs/n-DESTINY-M-large570.jpg
    #poil #sexisme #féminisme #poil_au_bras

    http://seenthis.net/messages/317917 via odilon


  • BALLAST Pour un #féminisme socialiste et inclusif
    http://www.revue-ballast.fr/feminisme-socialiste
    http://www.revue-ballast.fr/wp-content/uploads/2015/06/women2-300x89.jpg

    Dans ce texte, initialement paru en langue anglaise en 2014, la féministe et sociologue américaine Johanna Brenner retrace la débâcle néolibérale de ces dernières années, et l’impact, aussi profond que délétère, qu’elle eut sur le mouvement féministe mondial. Et en appelle, pour penser de nouvelles #alternatives émancipatrices et sociales (à même de fédérer sur des bases larges et inclusives, c’est-à-dire prenant en compte, en plus du combat de classe, les inégalités liées à l’ethnie ou l’orientation sexuelle), à puiser dans la riche et incontournable tradition féministe socialiste et ouvrière.

    #émancipation

    http://seenthis.net/messages/380381 via Agnès Maillard


  • Un annuaire d’expertes à destination des journalistes paresseux
    http://rue89.nouvelobs.com/2015/06/09/annuaire-dexpertes-a-destination-journalistes-paresseux-259615

    Les journalistes n’auront plus d’excuses pour ne pas respecter la parité dans leurs articles et leurs émissions. C’est ce que fait valoir le premier annuaire d’expertes en ligne généraliste, expertes.eu, officiellement lancé aujourd’hui. Le mal est connu : les #femmes sont très peu présentes dans les médias en tant qu’expertes. Les images des plateaux de télévision trop masculins marquent les esprits et les militantes féministes. Mais la radio et les journaux ne font pas mieux. Selon le CSA, le pourcentage de femmes expertes est d’environ 20% en 2014 dans les éditions...

    #parité #féminisme #Questions_de_genre



  • Communiqué de presse : Démission des membres du conseil d’administration et du comité d’organisation d’Osez le féminisme 69 ! - Osez le féminisme 69
    https://osezlefeminisme69.wordpress.com/2015/05/27/communique-de-presse-demission-des-membres-du-conseil-d

    https://osezlefeminisme69.files.wordpress.com/2015/05/cropped-donotproveanything.jpg

    D’une part, cette décision résulte de désaccords fondamentaux concernant le fonctionnement de l’association Osez le féminisme ! et ce particulièrement dans ses relations avec les antennes locales. D’autre part, nous ne pouvons plus militer au sein d’une association qui refuse de se positionner sur certains sujets, laissant ainsi l’islamophobie gangréner la société alors que les femmes en sont les premières victimes.

    Tout d’abord, le fonctionnement pyramidal, parisianiste et centralisé, reflet d’une société inégalitaire et d’un ordre établi, n’est plus supportable. Preuve en est, l’impossibilité de mener des débats sur des sujets cruciaux malgré des demandes répétées de la part des antennes locales d’ouvrir une réflexion sur ces thématiques.

    De plus, dans un contexte de montée de l’islamophobie et du racisme, rester silencieuses sur des lois qui discriminent et stigmatisent une population, toujours la même, c’est laisser la possibilité au racisme de s’exprimer en récupérant insidieusement les arguments féministes.

    Or, en tant que militantes, nous souhaitons nous inscrire dans un féminisme qui croise toutes les oppressions et qui donc en déconstruit toutes les facettes.

    Enfin, nous nous désolidarisons des interventions médiatiques récentes, tant sur la forme que sur la teneur des propos, que nous considérons comme injurieux et excluants. Nous ne souhaitons pas être complices de paroles honteuses et irrespectueuses envers les femmes voilées, d’autant que nous n’avons pas été consultées au préalable de ces interventions et que l’antenne locale en subit les conséquences (difficulté de créer des partenariats, absence de crédibilité, de pertinence sur le terrain).

    #féminisme #islamophobie #voile

    http://seenthis.net/messages/375495 via Mona