• Royaume-Uni. #Parité_salariale : à la BBC, mieux vaut être un homme

    Obligée de publier les salaires de ses dirigeants et animateurs pour la première fois, la BBC se retrouve dans une situation pour le moins embarrassante : les chiffres montrent que les hommes sont payés bien plus que les femmes, provoquant un tollé.

    http://www.courrierinternational.com/article/royaume-uni-parite-salariale-la-bbc-mieux-vaut-etre-un-homme
    #travail #hommes #femmes #genre #inégalités #BBC #journalisme #UK #Angleterre #médias #presse #salaire

    https://seenthis.net/messages/616603 via CDB_77


  • Pour Maryam Mirzakhani – De nos entraves
    https://denosentraves.wordpress.com/2017/07/20/pour-maryam-mirzakhani

    D’abord, je sais qu’il est impudique de parler d’elle. D’en parler ici, à ma manière.

    En parler tout simplement, je ne fais que ça depuis que la nouvelle m’est tombée dessus, puisque parler de mathématiques, de mathématiciennes et de mathématiciens, c’est justement mon métier (voir : https://www.sciencesmaths-paris.fr/fr/maryam-mirzakhani-838.htm ).

    C’est impudique, oui, car à défaut de pouvoir parler d’elle mieux qu’un autre, je ne parlerai que de moi, je le sais.

    Parce que, soyons honnête, si j’ai pleuré à l’annonce de sa mort, pleuré comme jamais je n’ai pleuré une parfaite inconnue, de tristesse et de rage, n’était-ce pas avant tout pour moi-même ?

    En parlant d’elle – et voilà que me vient le blues d’India Song – je l’ai redécouverte, elle que j’avais à peine croisée en 2014, elle à qui je voulais parler, encore plus qu’aux trois autres, mais qui n’avait pu, contrairement aux trois autres, m’accorder d’interview, de même qu’elle n’avait pu donner sa conférence de lauréate, parce que déjà la maladie, déjà la fatigue…

    #femmes #sciences

    https://seenthis.net/messages/616470 via Mona


  • Silence, on maltraite les droits des femmes | Les Nouvelles NEWS
    http://www.lesnouvellesnews.fr/silence-on-maltraite-les-droits-des-femmes

    Face à la démission du Général de Villiers sur fond de coupes budgétaires imposées à la Défense, l’amputation du quart du budget consacré aux droits des femmes pèse bien peu dans les médias. Ce jeudi, quasiment toutes les unes des quotidiens sont consacrées aux coups de mentons entre président de la République et hauts gradés. Et le clairon des commentateurs demande si un vrai chef a besoin de dire « #c’est_moi_le_chef »… entre autres considérations sur les besoins de l’armée.

    ...

    Et pendant ce temps-là, côté droits des femmes, c’est principalement sur les réseaux sociaux et dans quelques articles situés loin des unes des journaux que la colère des associations s’est manifestée. Avec pour seule arme l’indignation face à une situation profondément injuste : les associations se démènent déjà avec peu de moyens pour faire un travail social qui devrait être pris en charge directement par les pouvoirs publics et il est question de restreindre encore leurs moyens au moment où l’égalité femmes/hommes doit devenir une grande cause nationale ! La Fondation des #femmes l’a parfaitement bien résumé sur le schéma ci-contre.

    http://www.lesnouvellesnews.fr/wp-content/uploads/2017/07/fondation-des-femmes.jpg
    #macron

    https://seenthis.net/messages/616291 via odilon




  • Andy Murray Interrupts Reporter’s Sexist Question To Stop Casual Sexism, And His Interview Goes Viral | Bored Panda
    http://www.boredpanda.com/response-to-casual-sexism-andy-murray
    http://static.boredpanda.com/blog/wp-content/uploads/2017/07/response-to-casual-sexism-andy-murray-fb5.png

    British tennis player Andy Murray has just been eliminated from Wimbledon by American Sam Querrey, but people are talking more about his post-game interview rather than the loss itself.

    In the press conference, a reporter can be heard asking off-camera: “Andy, Sam is the first U.S. player to reach a major semi-final since 2009. How would you describe the—?”

    When Murray casually interferes: “Male player.”

    Pause. “I beg your pardon?” the reporter asks.

    “Male player, right?” Murray repeats.

    You see, Serena Williams has won 12 Grand Slam tournaments since 2009. TWELVE.

    #invisibilisation #femmes #allié

    https://seenthis.net/messages/615080 via Aude


  • Mathilde Larrère, historienne, spécialiste des révolutions et de la citoyenneté
    https://www.franceinter.fr/emissions/les-savantes/les-savantes-01-juillet-2017

    https://www.franceinter.fr/s3/cruiser-production/2017/06/d37ca433-eb63-4f73-bc9e-349bd04cd92f/640_gettyimages-548817733.jpg
    Louise Michel en uniforme de la Garde Nationale après la bataille de 1871 © Getty / Ullstein Bild

    Une femme qui pense le monde d’aujourd’hui et qui a peut-être même l’intention de le changer : l’historienne Mathilde Larrère, spécialistes des révolutions et de la citoyenneté.

    "Dis moi qui tu cites et je te dirai qui tu es"

    Maître de Conférence à Sciences Po et à l’Université de Paris-Est ; chroniqueuse de l’émission Arrêt sur Image. Ses threads sur Twitter sont suivis par 24700 personnes. https://twitter.com/larreremathilde?lang=fr
    Une histoire joyeuse, accessible, politique, voire féministe...

    On l’appelle "la snipeuse" sur Twitter depuis ce jour où elle interpella Manuel Valls en le traitant de crétin. Celui qui était alors Premier Ministre s’était ce jour-là illustré en invectivant les femmes musulmanes portant le voile par ces mots “Marianne, le symbole de la République ! Elle a le sein nu parce qu’elle nourrit le peuple ! Elle n’est pas voilée, parce qu’elle est libre ! C’est ça la République !” Mathilde Larrère rappela, pas à pas, l’histoire de la représentation de Marianne en 23 tweets....

    Ça sert à quoi l’histoire ? Et bien, à ça, un peu. A éclairer le présent. A empêcher l’instrumentalisation de certains symboles. Et à bien plus encore...

    La programmation musicale :

    Beth Ditto, "Fire"
    Tracy Chapman, "Talkin’ bout a Revolution"
    Fishbach, "Feu"

    #historicisation #radio #histoire #femmes

    https://seenthis.net/messages/611995 via mad meg


  • hce_la_sante_et_l_acces_aux_soins_une_urgence_pour_les_femmes_en_situation_de_precarite_2017_05_29_vf.pdf
    http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/hce_la_sante_et_l_acces_aux_soins_une_urgence_pour_les_fem

    Contrairement aux idées reçues,
    les femmes constituent aujourd’hui la majorité des personnes en situation de
    précarité,
    que l’on retienne le critère :
    w
    des revenus : elles représentent 53 % des personnes pauvres, 57 % des bénéficiaires du revenu social
    d
    ’activité ;
    w
    des conditions de travail et du type d’emploi : elles constituent 70 % des travailleur.euse.s pauvres, occupent
    82 % des emplois à temps partiel et 62 % des emplois non qualifiés ;
    w
    de la situation familiale : les femmes représentent 85 % des chef.fe.s de familles monoparentales et une
    famille monoparentale sur trois vit sous le seuil de pauvre
    té.

    Parce qu’elles sont des femmes, les femmes en situation de précarité subissent donc pleinement les
    conséquences du sexisme, encore présent dans la société en général :
    w
    Dans leur quotidien :
    la prépondérance du sexisme continue de faire peser sur elles la charge mentale liée
    à l’organisation des charges domestiques et familiales qui entrave leur accès aux soins par manque de
    disponibilité et par priorisation du soin des enfants et proches. Elles sont également susceptibles d’être
    exposées aux violences dans leur vie familiale et professionnelle, avec des conséquences sur leur santé
    psychique et physique ;

    Dans leurs démarches de santé : l’#androcentrisme de la #médecine (recherches, diagnostics, protocoles de
    soin...) peut nier certaines spécificités des femmes, au détriment d’un dépistage et d’un traitement efficaces
    de certaines pathologies cérébro-cardiovasculaires notamment.

    Les femmes, quelle que soit leur origine sociale ou leur catégorie socio-professionnelle, font l’objet d’une prise en
    charge plus tardive des MCCV que les hommes, en raison, notamment, du manque d’informations des femmes
    elles-mêmes du fait qu’elles sont également concernées par ce type de pathologies et d’une méconnaissance par
    les praticien.ne.s des symptômes che
    z les femmes.
    Si les signes caractéristiques d’un infarctus du myocarde chez les hommes sont bien connus : douleur dans la poitrine
    i
    rradiant la mâchoire et le bras gauche (symptôme absent dans 43 % des cas chez les femmes), les symptômes sont
    moins nets et moins spécifiques chez les femmes. L’infarctus est, chez elles, le plus souvent précédé de signes avant-
    coureurs : douleurs dans la poitrine ou d
    ans l’épaule, palpitations lors d’un eff
    ort par exemple. Ces manifestations
    sont la plupart du temps négligées par les femmes, qui ont tendance à les croire liées au stress ou à la fatigue. Les
    femmes et les professionnel.le.s doivent être formé.e.s et informé.e.s qu’un essoufflement peut être le signe avant-
    coureur d’une pathologie cardiaque. Ces difficultés à respirer, associées à une forte fatigu
    e p
    ersistante, peuvent
    évoquer l’angoisse et orienter à tort le diagnostic vers une anxiété ou une dépression. Il est également nécessaire
    de sensibiliser les femmes à des symptômes pris, à tort, pour des problèmes digestifs : nausées, vomissements,
    sueurs, douleurs dans l’estomac.
    Alertant sur la sous-estimation des risques cardio-vasculaires chez les femmes, Claire MOUNIER-VEHIER, Présidente
    de la F
    édération F
    rançaise de Cardiologie, évoque un sexisme des médecins qui conduit à une « double peine,
    médicale et sociale » liée « 
    à une sous-évaluation des risques ayant pour conséquences un sous-dépistage, un sous-
    traitement, et une sous-rééducation.
     »
    Cette méconnaissance des symptômes spécifiques conduit les femmes, ou leurs proches, à appeler les services
    plus tardivement que pour un homme. Elle
    s sont en moyenne prises en charge une heure plus tard que les hommes :
    « 
    Les femmes sont moins bien dépistées et prises en charge plus tardivement. Les études montrent
    qu’elles arrivent dans les services d’urgence une heure plus tard que les hommes... Ce retard de
    diagnostic est grave puisqu’il peut conduire à un retard de prise en charge thérapeutique. C’est
    une véritable perte de chance, car les fe
    mmes se remettent plus difficilement
     »
    P
    rofesseure Claire MOUNIER-VEHIER,
    Présidente de la Fédération Française de Cardiologie
    66
    Ainsi, les femmes, elles-mêmes, sous-estiment les risques cardio-vasculaires et, en cas d’accidents, ceux-ci sont pris
    en charge plus tardivement. Les résultats sont sans appel : 55 % des accidents cardiaques sont fatals chez les
    femmes, 43 % chez les hommes
    67
    .

    #pdf #HCE #femmes #santé #inégalités_sociales

    https://seenthis.net/messages/613536 via touti


  • Le harcèlement de rue, cette banalité qui nous pourrit la vie

    Vendredi 30 octobre, vers deux heures du matin, je rangeais le bar dans lequel je travaille. Trois hommes ivres buvaient leurs dernières bières, jusqu’au moment où l’un d’entre eux me demande si je suis célibataire. Je réponds poliment que non. Après quelques phrases échangées sur l’adultère et autres bêtises, il me lance : « bon, on peut te niquer ? ».

    Face à mon air outré et fâché, lui et ses acolytes se mettent à rire et ne semblent pas comprendre quel est le problème. Je les ai renvoyés chez eux, en soulignant que ce n’était pas normal ni acceptable de tenir des propos pareils. Sur le moment, ce manque de respect m’a réellement heurtée et fâchée, puis j’ai regretté de ne pas avoir mieux réagi. Ce genre d’anecdotes me conforte dans mon combat contre le harcèlement de rue et me motive à faire connaître MILLE SEPT SANS, une association que j’ai co-fondée à Fribourg cette année.

    http://www.jetdencre.ch/le-harcelement-de-rue-cette-banalite-qui-nous-pourrit-la-vie
    http://www.jetdencre.ch/wp-content/uploads/2015/11/coquoz.jpg
    #harcèlement_de_rue #sexisme #Mille_sept_sans #femmes #sexisme

    Mille sept sans :

    MILLE SEPT SANS est une association fribourgeoise à but non lucratif, de sensibilisation contre le harcèlement de rue. Fondée au début de l’année 2015, elle est composée de bénévoles.

    MILLE SEPT SANS propose des informations, des conseils et des témoignages dans le but de prévenir, sensibiliser et guider les Fribourgeois(e)s intéressé(e)s par le phénomène et/ou victimes de harcèlement de rue. Nous pensons que le harcèlement de rue doit cesser et être systématiquement pointé du doigt.

    Nous nous mobilisons contre le harcèlement de rue à Fribourg. Nous dénonçons un phénomène qui crée un climat de malaise voire d’insécurité dans les lieux publics.

    http://milleseptsans.ch

    #Témoignages :
    http://milleseptsans.ch/?page_id=30

    https://seenthis.net/messages/613178 via CDB_77


  • Ces #femmes autistes qui s’ignorent
    https://theconversation.com/ces-femmes-autistes-qui-signorent-75998
    https://cdn.theconversation.com/files/174229/width1356x668/file-20170616-1205-1k1uvww.jpg

    Seulement, Sophie cumule deux difficultés. Non seulement elle est autiste, mais elle est, en plus, du sexe féminin. Si la procédure diagnostique est déjà hasardeuse pour les hommes, elle se révèle souvent un véritable parcours du combattant pour les femmes. Historiquement, l’autisme a d’abord été considéré comme une condition ne touchant qu’exceptionnellement le sexe féminin. Cette idée fausse, issue de l’étude pionnière menée en 1943 par Léo Kanner (le psychiatre qui l’a décrite le premier) a été renforcée par l’approche psychanalytique qui a longtemps prévalu. C’est donc sur une population de garçons que se sont construits les critères définissant les symptômes autistiques.

    Par la suite, lorsque la science a pris le pas sur la psychanalyse dans l’étude de l’autisme, les recherches ont majoritairement été menées sur des groupes d’enfants de sexe masculin, réduisant d’autant les chances de reconnaître les manifestations autistiques féminines. Cette sous-représentation des sujets féminins, fréquente dans d’autres domaines de la science et de la médecine, est aujourd’hui lourde de conséquences.

    #médecine #sexisme

    https://seenthis.net/messages/613226 via Agnès Maillard


  • De la peur à la soumission | Cairn.info
    https://www.cairn.info/revue-empan-2009-1-page-24.htm

    La violence au sein du #couple a des effets dévastateurs pour les #femmes qui en sont victimes, tant sur leur santé physique que sur leur #santé mentale. Il s’agit d’un important problème de santé publique dont on ne perçoit trop souvent que l’aspect le plus visible du phénomène, à savoir la violence physique, alors que ce qui constitue la violence, c’est un mode de relation basé sur le contrôle et la domination.
    La peur est un des moteurs de cette #maltraitance, ce qui paraît évident dans le cas de la violence physique, même si ce n’est pas toujours conscient chez la victime. Mais la peur est là bien avant, à tous les stades de la violence psychologique, c’est même un élément essentiel qui permet la mise sous emprise.

    Article par Marie-France #Hirigoyen, spécialiste du harcèlement. Très intéressant.
    #violences_conjugales

    https://seenthis.net/messages/611520 via ninachani


  • 220 femmes : tuées par leur conjoint, ignorées par la société
    http://www.liberation.fr/apps/2017/06/220-femmes-tuees-conjoints-ignorees-societe
    http://www.liberation.fr/apps/2017/06/220-femmes-tuees-conjoints-ignorees-societe/social.png

    220 femmes tuées par leur conjoint, ignorées par la société

    Une enquête de Juliette Deborde, Gurvan Kristanadjaja et Johanna Luyssen
    Illustrations : BIG
    Production : Six Plus

    Elles s’appelaient Géraldine, Christelle, Ninon, Marine, Carole, Myriam. Toutes sont mortes ces derniers mois sous les coups de leur mari, compagnon ou ex-conjoint. Leur décès a eu lieu dans l’indifférence générale, politique et médiatique. Les circonstances de la mort de ces femmes ont parfois été résumées en quelques lignes dans une dépêche AFP, comme autant d’événements anecdotiques. Les titres de presse régionale les ont systématiquement traitées dans la rubrique faits divers, qualifiant l’événement de « crime passionnel », de « différend conjugal » ou de « drame de la rupture ». Autant d’euphémismes pour qualifier des homicides qui se produisent le plus souvent dans l’intimité du domicile conjugal, sans témoin. Les victimes n’ont parfois pas de prénom, pas de profession. Il arrive que seul leur âge et le mode opératoire de leur agresseur apparaissent : « étranglée », « battue à mort », « tuée par balle », au « couteau de cuisine » ou « à coups de fer à repasser ». Des meurtres passibles de la réclusion criminelle à perpétuité (au lieu de 30 ans), le fait que l’auteur soit le compagnon ou l’ex-conjoint de la victime étant une circonstance aggravante. Après avoir vu passer, une nouvelle fois, l’un de ces titres sans que cela n’émeuve grand-monde, nous nous sommes demandé qui étaient ces femmes. Nous avons recensé les articles des journaux locaux, régionaux et nationaux, pour tenter d’en savoir plus sur ces victimes anonymes. Ce corpus n’est pas exhaustif : tous les cas n’ont pas été relayés par la presse, et quand ils le sont, c’est souvent de manière parcellaire. Ce travail permet de prendre conscience de ce que les chiffres ne disent pas : les noms, prénoms, âges, situations familiales, professions, mais aussi les circonstances de la mort de ces femmes, les éventuels antécédents ou le traitement judiciaire. Au total, Libération a enquêté sur 220 décès de femmes. Toutes ont été tuées par leur conjoint, leur mari ou ex entre 2014 et 2016.

    cela fait résonance avec l’article de slate dont le signalement ici a été pourri
    #féminicide #meurtre #femmes #sexisme #violences_conjugales

    https://seenthis.net/messages/611343 via odilon


  • #donjonsetdragons

    Dungeons & Dragons Wouldn’t Be What It Is Today Without These Women
    http://kotaku.com/d-d-wouldn-t-be-what-it-is-today-without-these-women-1796426183

    Arguing over minute details of infantries, historically-accurate musket use, or what square footage was represented by a movement counter was not, apparently, a popular free-time pursuit for women of the 1970s. And several women who did play D&D in the late ‘70s and early ‘80s struggled against the very male-centric culture it had absorbed. Their work helped make D&D what it is.

    In the July 1980 issue of Dragon magazine, TSR’s official D&D publication, Jean Wells and her colleague Kim Mohan penned the editorial, “Women Want Equality. And Why Not?” Women from across the country had written in about the “unfair and degrading treatment of women players,” who comprised, they wrote, about 10 percent of D&D’s fanbase. One reader recalled how her adventuring party forced her to seduce a small band of dwarves so her party could kill them. Another told of how her Dungeon Master made her Cleric fall from her god’s graces when she became pregnant.

    https://i.kinja-img.com/gawker-media/image/upload/s--rI4xII2Z--/c_fit,fl_progressive,q_80,w_470/vgvquif7ifb1bxzrcjhl.png

    Why The FBI Investigated ‘Dungeons & Dragons’ Players in the 1990s
    An FBI memo written during the Unabomber investigation describes roleplayers as ’armed and dangerous,’ ’extremely intelligent individuals’ and ’overweight and not neat in appearance.’
    https://motherboard.vice.com/en_us/article/43ymjd/why-fbi-investigated-dungeons-and-dragons-players-1990s
    #jeux #femmes #hommes #culture #surveillance #fbi

    https://seenthis.net/messages/610441 via Supergéante


  • Cambodian female workers in Nike, Asics and Puma factories suffer mass faintings | Global development | The Guardian
    https://www.theguardian.com/business/2017/jun/25/female-cambodian-garment-workers-mass-fainting

    Over the past year more than 500 workers in four factories supplying to Nike, Puma, Asics and VF Corporation were hospitalised. The most serious episode, recorded over three days in November, saw 360 workers collapse. The brands confirmed the incidents, part of a pattern of faintings that has dogged the 600,000-strong mostly female garment workforce for years.

    The women who collapsed worked 10 hour days, six days a week and reported feeling exhausted and hungry. Excessive heat was also an issue in three factories, with temperatures of 37C. Unlike in neighbouring Vietnam, where factory temperatures must not exceed 32C, Cambodia sets no limit, though if temperatures reach a “very high level” causing difficulties for workers, employers must install fans or air conditioning.

    According to unions, short-term contracts – common for workers in three of the factories – were also a key source of stress and exhaustion.

    #chaleur #femmes #ouvrières #exploitation #chaussures

    https://seenthis.net/messages/609958 via Fil


  • Françoise Vergès (politologue) : « Comment le #capitalisme gère-t-il le #ventre des #femmes #racisées ? »
    http://www.alternativelibertaire.org/?Francoise-Verges-politologue-Comment-le-capitalisme-gere-t-i

    Le point de départ de l’ouvrage est le suivant : en juin 1970, un médecin trouve une jeune fille de 17 ans dans un état comateux suite à un #avortement. La police est prévenue et l’enquête révèle que des milliers de femmes ont été victimes d’avortements et de #stérilisations sans #consentement, c’est-à-dire qu’après leur avoir menti, on les endormait et au matin, elles étaient avortées, et ce, dans une clinique de l’île qui appartient à un homme puissant de la droite locale. Le scandale est tel qu’il est relayé par des journaux et organisations politiques de gauche en France.

    Le verdict du procès est rendu début mars 1971, soit deux mois avant la parution du Manifeste des 343 femmes [3] dans Le Nouvel Observateur qui déclarent publiquement avoir avorté. Or le MLF ne dira mot sur ce qui s’est passé deux mois avant à La Réunion, alors même que Le Nouvel Obs avait couvert l’affaire. La lutte pour l’avortement et la contraception en France est conçue par le MLF comme une lutte qui concerne toutes les femmes de la même manière. Or, ce que nous montre le scandale de La Réunion, c’est que l’État choisit quelles femmes ont le droit de donner naissance (les femmes métropolitaines blanches), et lesquelles ne l’ont pas (les femmes racisées des outre-mer).

    Au procès, les médecins déclarent s’être sentis entièrement légitimes dans leur pratique et ils avaient raison. Tout un système a non seulement rendu leur pratique possible, il l’a encouragée. Les médecins et la clinique se sont aussi considérablement enrichis, car les femmes avortées et stérilisées étant pauvres, l’acte était remboursé par la Sécurité sociale – sous un autre nom évidemment puisque l’avortement était toujours un #crime – et le plus souvent surfacturé.

    C’était un business lucratif, et à ce sujet un médecin, à l’occasion de la présentation de mon livre à La Réunion, m’a confié qu’on lui disait alors qu’il faisait ses études de médecine à Lyon : « Tu veux te faire des couilles en or ? Alors va à La Réunion et pratique des avortements. » Les seuls condamnés ont été un médecin d’origine marocaine et un infirmier réunionnais d’origine indienne (un « malbar »). Aucun médecin blanc n’a été inquiété, ni bien sûr le directeur de la clinique. Un profond #racisme animait les médecins qui n’avaient aucun scrupule à mutiler les corps des Réunionnaises, pouvant pratiquer des avortements non consentis jusqu’à plus de sept mois de grossesse !

    #domination #oppression #intersectionnalité

    https://seenthis.net/messages/609687 via Agnès Maillard


  • Les dernières «#vierges_jurées»

    Dans les montagnes d’#Albanie du Nord disparaît une tradition unique. En faisant vœu de #célibat, des #femmes deviennent des hommes. Rencontre avec les dernières d’entre elles.

    http://files.newsnetz.ch/story/2/9/4/29403098/9/topelement.jpg
    http://www.tdg.ch/vivre/societe/Les-vierges-jurees-elles-ont-change-de-sexe-sur-serment/story/29403098
    #trans #LGBT #serment #genre #Kanun #montagne #Burrneshë
    via @albertocampiphoto

    https://seenthis.net/messages/608303 via CDB_77


  • Pendant ce temps-là, près de Washington, une jeune femme musulmane de 17 ans est sauvagement assassinée. A la lecture de cet article du « Guardian », le caractère islamophobe de cette attaque semble avéré.

    Muslim girl, 17, killed on way home from Virginia mosque | US news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/us-news/2017/jun/19/muslim-girl-17-killed-on-way-home-from-virginia-mosque
    #islamophobie #islamophobia #murder #assassinat #Etats_Unis #femmes #women

    https://seenthis.net/messages/608166 via David Sharp


  • Sur quelle aide compter quand on est gravement #malade ? – Mondes Sociaux
    https://sms.hypotheses.org/9761
    https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1243/files/2017/06/family-1921637_1280.png
    Il y avait une étude qui pointait les différences marquées entre les sexes, avec les #femmes qui étaient habituées à être des soutiens, mais qui se faisaient bien plus souvent lâchées par leur compagnon quand c’était elles qui étaient malades.

    Mais, de ce point de vue, les différences entre malades sont importantes. La patiente la plus soutenue affiche 189 aides recherchées, quand le patient le plus dépourvu en comptabilise seulement une trentaine. Ces différences s’expliquent en partie par la taille du réseau personnel mobilisé : les patients recevant le plus d’aides sont aussi ceux qui ont mobilisé le plus de personnes. Par ailleurs, parmi toutes les aides que les malades disent avoir recherchées seules 3% n’ont pas été obtenues. Le soutien non obtenu peut se lire comme une défaillance de l’entourage ou du système de soin. Cela a, par exemple, été le cas lorsqu’une patiente recherchant du réconfort auprès de son compagnon après l’annonce de son cancer ne trouve pas le soutien recherché. Dans un autre contexte, un patient explique ne pas être parvenu à prendre contact avec la Ligue contre le Cancer, malgré des démarches répétées.

    https://seenthis.net/messages/607064 via Agnès Maillard


  • La fille de la bande | Haute Résolution
    http://www.hauteresolution.net/blog/articles/la-fille-de-la-bande/10

    Mais qu’est-ce qui nous empêche ?
    La réflexion qui germe dans ma tête, attablée à un bureau où les documents de l’ARCEP sont joyeusement entassés à côté du manuel de sémiologie, c’est que, si moi, qui n’ai pas la culture ni le pedigree estudiantin, je peux avoir de l’intérêt pour ces questions, et si moi je peux comprendre (un peu) ces sujets, mais qu’est-ce qui empêche les milliers de filles qui aiment l’informatique et le réseau, qui ont les bons neurones remplis de maths pour comprendre comment ça marche, de faire ce métier ? Il faut absolument avoir un kiki pour configurer des routeurs ? A quel moment c’est indispensable ?

    Moi je vois bien, qu’on a en France des filles comme Sarah Nataf qui arrivent très très bien à faire marcher BGP. Je vois qu’on me conseille de lire la prose de Delphine Cuny (rédactrice en chef adjointe de Rue89, rien que ça), Sandrine Cassini (journaliste au Monde) ou Sarah Belouezzane (journaliste au Monde, aussi !) dans la presse. Donc les filles sont capables non seulement de comprendre ces sujets, mais d’en rendre compte. C’est possible.

    Alors oui, je vois les barrières à l’entrée, qui sont nombreuses, et que j’ai effleurées au cours de mon parcours :

    – Accepter que faire du réseau, en étant une fille, c’est pas criminel (aka, passer au dessus de l’intériorisation d’un sexisme latent, qui fait que tu ne t’autorises pas à aimer telle ou telle chose, parce que c’est des « trucs de mec ») ;

    –La difficulté de faire valoir à ses parents que, « si, je veux être ingénieur réseau plus tard, et oui, « c’est un métier de mec », mais je m’en fiche » ;

    –L’école d’ingénieur, où l’on n’est pas bien nombreuses, et où on ne sait pas si tu es entrée parce que politique de quotas de filles dans l’école, ou vraies compétences (et où la sociabilité à base de chansons au goût douteux peut ne pas faciliter ton entrée dans le groupe) ;

    –Le milieu, plutôt tendance hostile, où il est difficile de se faire une place (dans des métiers autres que commerciaux) sauf à avoir le caractère vraiment trempé (parce que les hommes autour n’ont pas appris la délicatesse vis-à-vis des filles en école d’ingénieur, et ne se sont pas forcément améliorés sur ce point depuis leur diplôme). Sur l’hostilité du milieu, le site Un éléphant dans la vallée (https://www.elephantinthevalley.com) peut donner des clés sur la difficulté à ne pas aller au travail ventre noué en quinze.

    –Et les choses dont j’ai pas idée ou que je ne mesure pas de là où je suis.

    Et il faudrait développer de manière fine et documentée chacun de ces points.

    Oriane PIQUER-LOUIS
    #informatique #femmes #FDN #témoignage

    https://seenthis.net/messages/606224 via touti


  • Les grandes gueules du Grand Conseil
    http://longforms.tdg.ch/grandconseil

    « Une femme ne s’exprime que si c’est utile »

    Surreprésentés, les députés masculins parlent aussi 27% plus longuement que les femmes en moyenne. Cet écart s’accentue dans tous les partis sauf chez les Verts et l’UDC, qui contrebalancent la tendance générale. Chez les Verts, seul parti à atteindre la parité, les élues s’expriment plus que les hommes. L’UDC ne compte plus de femme au Grand Conseil, mais Christina Meissner, avant d’être exclue de son groupe, parlait plus que la moyenne.

    Hommes-femmes : qui parle le plus par parti

    Dans la plupart des partis, les femmes s’expriment moins que les hommes, même en divisant le nombre de mots par le cumul du nombre de présences des hommes et des femmes.

    #politique #femmes #parole #parité #suisse #visualisation

    https://seenthis.net/messages/606004 via Fil



  • Clandestino

    Hubert Paris, journaliste au magazine américain Struggle, se rend en #Algérie dans le cadre d’un reportage sur les migrants clandestins à travers le monde. Faussement flegmatique, se laissant porter par ses rencontres et ses découvertes, il découvre les accords internationaux, les fonctionnaires peu respectueux de leur rôle social, le recrutement de main d’œuvre clandestine et bon marché. Il rencontre également les « #harragas », candidats à la traversée et suit leur périple afin de témoigner de leur histoire.

    Habitué des enquêtes satiriques, le dessinateur de presse Aurel nous montre une autre facette de son talent avec cette fiction politique et sociale basée sur des faits réels issus de plusieurs reportages qu’il a effectué aux côtés de journalistes tel que Pierre Daum du Monde Diplomatique. Une plongée sans concession dans les dessous de l’immigration clandestine racontée à hauteur d’homme…

    http://www.glenatbd.com/images/albums/9782723488648/9782723488648-L.jpg
    http://www.glenatbd.com/bd/un-reportage-d-hubert-paris-envoye-special-tome-1-9782723488648.htm
    #migrations #AENAES #Espagne #travail

    Une planche :
    http://i.imgur.com/nBjbcE7.jpg
    #fraise #agriculture #femmes

    #BD #bande_dessinée

    https://seenthis.net/messages/604098 via CDB_77


  • #Grèce. Face à la crise, les femmes bradent leurs ovocytes | Courrier international
    http://www.courrierinternational.com/article/grece-face-la-crise-les-femmes-bradent-leurs-ovocytes
    http://www.courrierinternational.com/sites/ci_master/files/styles/image_940/public/assets/images/p_18_-_cost.jpg?itok=Cg9BqJqi

    Notre pays se transforme peu à peu en… centre de production d’ovocytes. Avec la crise économique, le nombre de femmes qui vendent leurs ovocytes à prix réduit augmente sensiblement, tout comme celui des mères porteuses. L’offre d’ovocytes est telle que beaucoup de laboratoires grecs sont obligés de les vendre au reste des Européens.

    En ce qui concerne le marché de la procréation médicalement assistée, les centres de fécondation in vitro (#FIV) grecs visent désormais les autres pays européens (surtout ceux où la loi ne permet pas cette procédure), faisant valoir un taux de réussite élevé, un cadre juridique favorable et des prix compétitifs. L’Australie et les États-Unis, où la diaspora grecque est fortement implantée, sont également ciblés. Le nombre de couples, Grecs ou étrangers, ayant des problèmes de fertilité et qui ont recours aux centres de FIV grecs augmente continuellement, provoquant une hausse de la demande d’#ovocytes.

    #paywall #femmes #pauvreté via @mona

    https://seenthis.net/messages/603028 via odilon


  • Les défis du féminisme
    http://www.medelu.org/Les-defis-du-feminisme

    Les mouvements féministes et de lutte pour les droits des #Femmes tirent leur force et leur arguments idéologiques d’une observation toute simple. Partout dans le monde et tout au long de l’histoire, les femmes ont été opprimées de multiples manières. Il existe aujourd’hui une abondante littérature offrant un très large éventail de points de vue à la fois sur ce qui explique cet état de fait et sur ce qu’il convient de faire pour y remédier. J’aimerais simplement explorer ici ce que sont les grandes questions tactiques non résolues que le féminisme en tant que mouvement et le féminisme en tant qu’idéologie nous posent à ­nous tous dans le cadre de la lutte mondiale qui constitue la caractéristique centrale de la crise structurelle du système-monde moderne. Étant donné que nous sommes tous pris dans un (...)