• G8 à Gênes : des manifestants ont été torturés, admet le chef de la police italienne - Libération
    http://www.liberation.fr/planete/2017/07/20/g8-a-genes-des-manifestants-ont-ete-tortures-admet-le-chef-de-la-police-i

    « A Gênes, un nombre incalculable de personnes innocentes ont subi des violences physiques et psychologiques qui les ont marquées à vie, a reconnu Franco Gabrielli. Si aujourd’hui encore, seize ans plus tard, c’est un motif de douleur, de rancœur, de défiance [envers la police], cela signifie que la réflexion n’a pas été suffisante. »

    Il revient en détail sur les exactions policières commises dans une école de Gênes le samedi 21 juillet au soir, quasiment à l’issue du G8, lorsque des unités d’élites prirent d’assaut l’établissement où dormaient des dizaines de manifestants. Prétextant la présence de militants violents, assurant avoir trouvé des cocktails Molotov – que les policiers avaient en réalité amenés eux-mêmes sur place –, l’assaut s’est transformé en une « boucherie », selon les confessions de l’un des vingt-huit agents qui seront ensuite inculpés. « En tant que dirigeant des opérations spéciales de la police, je me serais probablement retrouvé dans la cour de l’école Diaz », note Gabrielli qui « par chance » était resté à Rome pour préparer l’arrivée du président Bush. Pensant qu’en « contrepoids aux dévastations [dans la ville], il fallait un nombre significatif d’arrestations », les responsables de l’Intérieur ont « par malheur » décidé l’irruption à l’école Diaz, admet-il aujourd’hui.

    Franco Gabrielli va plus loin en parlant aussi des sévices infligés aux manifestants conduits à la caserne de Bolzaneto, transformée selon lui en « Garage Olimpo », en référence au sinistre centre d’interrogatoire de la dictature argentine. « A Bolzaneto, il y a eu des actes de torture », s’indigne Gabrielli, qui va jusqu’à affirmer que son prédécesseur de l’époque, Gianni De Gennaro, aurait dû assumer ses responsabilités et démissionner. « Il l’a fait, mais j’ai refusé sa démission », a précisé en réaction Claudio Scajola, le ministre de l’Intérieur de l’époque, qui a finalement admis lui aussi qu’il est « indéniable qu’à Gênes, il y a eu certaines actions des forces de l’ordre sévèrement condamnables ». De son côté, le secrétaire national de la Gauche italienne et ancien leader des anti-G8, Nicola Fratoianni, a salué « l’interview courageuse de Gabrielli. Malheureusement, nous avons dû attendre seize ans pour entendre ces paroles. »

    #police #violence_policières #torture #G8_Gênes

    https://seenthis.net/messages/616285 via mad meg


  • L’Inde : la grande puissance « intermédiaire »
    http://www.medelu.org/L-Inde-la-grande-puissance

    Il me semble que, de toutes les « grandes puissances » du système-monde contemporain, quelque définition qu’on donne de « grande puissance », l’Inde est celle à laquelle on accorde le moins d’attention. Je reconnais que ça a été vrai en ce qui me concerne, mais c’est aussi vrai de la majorité des analystes géopolitiques. Pourquoi devrait-il en être ainsi ? Après tout, l’Inde se rapproche rapidement du stade où elle va devenir le pays le plus peuplé du monde. En matière de puissance économique, elle se situe à un rang respectablement élevé, en constante progression. C’est une puissance nucléaire et elle dispose de l’une des forces armées les plus importantes du monde. Elle est membre du #G20, ce qui avalise son statut de grande puissance. Elle n’est cependant pas membre du G7, un groupe beaucoup plus (...)

    #Inde #G8 #BRICS


  • #Diaz - Un crime d’Etat film 2012 | #Cinema
    http://www.cinematraque.com/2013/06/11/diaz-un-crime-detat/#
    http://www.cinematraque.com/wp-content/uploads/2013/06/Diaz-Dont-Clean-Up-This-Blood-2012-Daniele-Vicari-07.jpg

    Il faut se rappeler qu’aux premiers jours du XXIe siècle, la contestation #anticapitaliste avait trouvé un vrai souffle, et qu’elle avait réussi à pousser « le pouvoir » à construire des forteresses à chaque sommet économique. Qu’il s’agisse de l’#OMC ou du #G8, les villes choisies pour la tenue de ces cercles de discussions entre chefs d’État et grands patrons finirent par donner l’image d’un pouvoir sur ses gardes, utilisant l’armée pour se protéger du peuple. Une peur réelle, qui poussa deux démocraties européennes à tirer à balles réelles sur des manifestants. Un mois avant #Gênes, la #police de Göteborg avait, on l’a un peu oublié, ouvert le feu sur les manifestants. Loin d’être un cas isolé, la volonté politique de terroriser les manifestants ne s’est pas limitée à l’Italie. Depuis la formation des théories économiques néolibérales, il est admis que seuls des chocs d’ordre traumatique permettent d’imposer la destruction des avancées sociales acquises par la lutte des peuples. Le meurtre de #CarlosGiuliani, et l’utilisation de la #torture par la police italienne sur des journalistes et des militants associatifs, vont pourtant se retourner contre le pouvoir capitaliste.

    #Cop21 #etat_d_urgence


  • #COP21 : des contrôles aux frontières de l’exceptionnel | Vu de l’intérieur
    http://delinquance.blog.lemonde.fr/2015/11/07/la-cop21-repousse-les-frontieres-de-lexceptionnel
    http://delinquance.blog.lemonde.fr/files/2015/11/caze-1024x576.jpg

    Cela déclenche plusieurs réflexions. D’abord, sur la notion d’"exceptionnel". Quelle est l’échelle ? La mesure est exceptionnelle à l’égard du fonctionnement quotidien des accords de #Schengen, qui ont aboli les frontières intérieures entre les pays signataires. Mais, en l’occurrence, précisément, elle ne s’applique pas ici dans un contexte quotidien, mais en raison d’un événement, la Conférence sur le climat, qui réunit plus de 80 chefs d’Etat, des milliers de personnes, etc. C’est à cette aune qu’on peut mesurer son caractère exceptionnel. Conclusion ? La mesure est parfaitement banale, et même systématique : elle a été appliquée, en France, lors du sommet de l’#OTAN à Strasbourg (2009), lors du #G8 à Deauville puis du #G20 à Cannes (2011). Les précédents pays Schengen hôtes de la COP, Danemark (2009) et Pologne (2013), ont fait de même.