• Intersectionnalité
    http://mouvements.info/intersectionnalite
    http://mouvements.info/wp-content/uploads/2019/02/Popowa-e1549964967149.png

    À l’automne 2018, l’historien Gérard Noiriel a publié sur son blog personnel1 un long texte particulièrement relayé et discuté parmi les chercheur.e.s en #sciences_sociales sur les réseaux sociaux. Il y commente la controverse entre Mark Lilla et Eric Fassin au sujet du concept de « #gauche_identitaire » et élargit son propos à l’écriture de l’histoire des #classes_populaires. Il reprend notamment une idée développée dans l’introduction de son nouveau livre, Une histoire populaire de la France : « la crise du mouvement ouvrier a considérablement affaibli les #luttes_sociales au profit des conflits identitaires. Le projet d’écrire une #histoire_populaire du point de vue des vaincus a été accaparé par les porte-parole des #minorités (religieuses, raciales, sexuelles) pour alimenter des histoires féministes, multiculturalistes ou postcoloniales, qui ont contribué à marginaliser l’histoire des classes populaires. Il suffit de consulter la bibliographie des articles et ouvrages publiés en histoire ces dernières années ou de regarder les recrutements sur des postes universitaires pour être convaincu de cette remarque »2. L’accueil enthousiaste de ce texte auprès de certain.e.s chercheur.e.s en sciences sociales nous a étonné.e.s et interpellé.e.s. En tant que chercheur.e.s travaillant sur ces questions, il nous était difficile de rester silencieux/euses, pour au moins deux raisons.

    Dossier #intersectionnalité (lu que l’intro) #genre #minorités

    https://seenthis.net/messages/759770 via odilon


  • Íñigo Errejón : « En #Espagne, il y a clairement un espace politique pour une force progressiste non sectaire. »
    http://www.medelu.org/Inigo-Errejon-En-Espagne-il-y-a-clairement-un-espace-politique-pour-une-forc

    ondateur de « Podemos » et ancien numéro 2 de cette formation politique espagnole née du Mouvement des indignés, Íñigo Errejón est désormais chef du parti « Más Madrid » avec lequel il a obtenu 15 % lors des récentes élections municipales dans la capitale espagnole. On lui prête l’intention de fonder un parti d’envergure nationale qui pourrait faire de l’ombre à « Podemos ». Dans un entretien qu’il donne aujourd’hui au quotidien espagnol El Mundo – et que nous reproduisons ci-dessous en version intégrale en (...)

    #La_revue_de_presse_d'Ignacio_Ramonet

    / Espagne, #Parti_politique, #Gauche


  • Est-ce la fin du #Populisme de #Gauche ?
    http://www.medelu.org/Est-ce-la-fin-du-populisme-de-gauche

    Samedi 29 juin, l’Université d’été du Vent de Lève accueillait un dialogue entre Chantal Mouffe et Christophe Ventura sur le thème du populisme. Cet échange animé par Lenny Benbara, co-fondateur du site d’opinion, a permis d’analyser la situation politique et des forces de gauche en France et en Europe après les élections européennes du 26 mai. Retrouvez l’intégralité de ce dialogue ci-dessus ou directement sur : (...)

    #Le_monde_qui_vient

    / Gauche, Populisme


  • Négationnisme : après la chute de Chouard, briser les cycles de l’antisémitisme de gauche - Lignes de crêtes
    https://www.lignes-de-cretes.org/negationnisme-apres-la-chute-de-chouard-briser-les-cycles-de-lanti

    Etienne Chouard a tout. Ce 11 juin 2019, sur le plateau du Media, Denis Robert lui offre la cerise sur le gâteau : se débarrasser à peu de frais des accusations d’antisémitisme qui sont portées contre lui. On ne lui demande pas grand-chose, on ne l’interroge pas sur ses déclarations anciennes ou plus récentes, à aucun moment, on ne lui égrène la liste complète de ses nombreux camarades d’extrême-droite, à aucun moment on ne lui demande des comptes sur les dérives antisémites du mouvement des Gilets Jaunes qui a fait de lui son intellectuel phare. Non, on lui propose juste de déclarer qu’il n’a pas de doute sur l’existence des chambres à gaz. Juste de ne pas cautionner Robert Faurisson.

    Et pourtant, Chouard choisit Faurisson et Dieudonné, face à un Denis Robert effondré, suppliant, tentant jusqu’au bout de faire dire à Etienne Chouard qu’il n’est quand même pas cela , lui qui a des « procès en sorcellerie » que Denis Robert trouve tellement injustes, et qui pourrait les contrer facilement..

    Changement d’époque ? Après le doute à prétention épistémologique et historienne ("faudrait prouver/vérifier"), l’ignorance neutre ("je sais pas") sert d’argument
    #négationnisme #gauche_de_droite

    https://seenthis.net/messages/788944 via colporteur


  • Cynisme absolu. Après avoir exhorté les dirigeants mondiaux à se tourner vers l’écologie il y a quelques temps :
    A Genève, Macron dénonce les dérives d’un « capitalisme devenu fou »

    « On ne peut pas défendre ce que je dis à l’OIT et dire ensuite au FMI ou autour de la table du Conseil européen : “vous allez vous ajuster face à la crise financière et réduire vos droits sociaux”. Ça doit être terminé », a-t-il insisté, plaidant la cohérence. « Ou dire à l’OMC : “c’est formidable le commerce, il faut négocier des accords avec tout le monde, quelle que soit leur sensibilité sociale et environnementale. Et vive le dumping, ça ira mieux, ça enrichit tout le monde” », a-t-il ajouté, se défendant de tenir un discours « crypo-marxiste » à l’OIT et libéral en France..

    En allusion au mouvement des « gilets jaunes » en France, le chef de l’Etat français a par ailleurs reconnu de nouveau avoir fait une « erreur fondamentale » non de fond mais de méthode. « Nous avons peut-être parfois construit des bonnes réponses trop loin de nos concitoyens en considérant qu’il y avait des sachants et des subissants. C’était une erreur fondamentale », a-t-il admis.

    Il parle aussi du G7 où visiblement il compte servir le même baratin en prônant couverture sociale et salaire minimum pour tous les pays...

    https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/06/11/a-geneve-macron-denonce-les-derives-d-un-capitalisme-devenu-fou_5474800_8234

    #confusionisme #politique #gauche #socialisme #liberalisme #capitalisme #baratin

    https://seenthis.net/messages/786634 via ¿’ ValK.


  • les fractures ouvertes de la gauche : ça se soigne ou pas ? - Vacarme
    https://vacarme.org/article3211.html

    Non seulement les gauches multiples ne partagent presque plus jamais les mêmes combats, n’occupent plus les mêmes territoires, ne s’émeuvent plus des mêmes enjeux — ce qui en soi ne serait pas nécessairement un drame : peut-être un juste partage des tâches ? —, mais surtout, quand elles occupent les mêmes lieux et les mêmes luttes, elles s’y déchirent comme jamais. Sur l’islam, pas sur les religions en général (ça c’est vieux). Sur l’immigration. Sur la politique internationale (Syrie, Russie, Venezuela, Tibet, Palestine, Mali). Sur l’écologie (réchauffement climatique, nucléaire, végétarianisme…). Sur l’éducation. Sur le travail et le rapport au travail (revenu minimum ou travail pour tous ; plaie du chômage ou des working poors ?). Sur l’État. Sur l’Europe. Sur les minorités. Sur le féminisme. Sur la libération sexuelle. Même sur les néo-fascismes qui viennent, qui sont déjà là. Pas un seul enjeu contemporain où la gauche ne prenne les armes contre elle-même. Pire encore, pas un seul enjeu contemporain où la gauche, non seulement se déchire, mais se renverse, balbutie, se contorsionne, se contredit, devienne illisible, se dissolve.

    […]

    Car, en faisant passer la contradiction à l’intérieur d’elle-même, la belle âme la psychologise, la ressent, au lieu de l’objectiver, de la penser et de la politiser et, ce faisant, elle rompt le juste processus dialectique, confond l’intériorité de l’Esprit du temps où les contradictions et les luttes se renversent et progressent et l’intériorité individuelle où les contradictions se figent. Et c’est ainsi que la belle âme, l’âme nulle, tombe hors de l’histoire, et meurt.

    #politique #gauche #libéralisme #individualisme @vacarme

    https://seenthis.net/messages/779430 via RastaPopoulos


  • Précisions concernant le rassemblement contre l’antisémitisme et son instrumentalisation du 19 février 2019 à Ménilmontant - Paris-luttes.info
    https://paris-luttes.info/precisions-concernant-le-11745
    https://paris-luttes.info/home/chroot_ml/ml-paris/ml-paris/public_html/IMG/arton11745.jpg?1551398367

    Intervention d’un juif communiste sur la question de la prise en compte de l’antisémitisme dans nos luttes et milieux au rassemblement contre l’antisémitisme et son instrumentalisation du 19 février 2019 à Ménilmontant. (...)

    Si je suis ici, c’est parce que je suis en colère. Contre qui ? Je suis en colère d’abord contre les antisémites, et tous les racistes. Vous allez me dire « ça mange pas de pain », oui c’est vrai.
    Je suis en colère aussi contre l’instrumentalisation de l’antisémitisme. Vous allez me dire « ha ça tombe bien, c’est exactement le titre de ce rassemblement ! ». Super ! Alors je suis au bon endroit, je devrais me sentir soulagé, content d’être avec ces personnes et ces orgas avec qui nous allons pouvoir construire un formidable front contre l’antisémitisme ! Pourtant, ce n’est pas le cas, j’ai la boule au ventre en venant ici. Pourquoi ? Parce que ce soir, la majorité des miens ne sont pas ici. Alors que le gouvernement, par son instrumentalisation raciste et sécuritaire de l’antisémitisme et sa politique de casse sociale entretient le terreau d’un ressentiment populaire facilement exploité par les entrepreneurs antisémites, mes frères et sœurs sont Place de la République. Pourquoi ?

    Je crois qu’une majorité de juifs se représentent la gauche antiraciste comme leur ennemi et je vois au moins trois raisons qui viennent expliquer cela :

    La première, c’est que la gauche ne croit pas les juifs. Plus rapide pour dénoncer l’instrumentalisation de l’antisémitisme que l’antisémitisme en lui même alors qu’il est en augmentation. Quand des juifs parlent d’une augmentation de 74 % comme on le voit dans les médias récemment, la gauche répond « mais que recouvre les réalités de ce chiffre ? », « les médias mentent, le gouvernement instrumentalise les juifs », « non c’est pas 74 mais 52 % ». Alors que tout le monde sait que tous les racismes augmentent, la gauche antiraciste ne nous croit pas quand nous disons simplement « nous vivons de plus en plus de racisme ». Au mieux on nous dit « oui, mais c’est moins que l’islamophobie », « on parle tout le temps de vous ». J’ai entendu ce soir beaucoup de paroles contre la hiérarchisation des racismes pourtant quand on s’exprime en tant que juif sur le racisme dans la gauche, on nous discrédite d’emblée si on ne commence pas par « nous ne sommes pas ceux qui vivons le plus de racisme ». Imaginez un seul instant deux personnes débattant de qui des rroms ou des asiatiques sont les plus opprimés ? Quelle absurdité ! Voilà un bon moyen pour affaiblir toutes les luttes contre le racisme ! La concurrence victimaire, la concurrence des mémoires nous affaiblit tous !

    La deuxième raison, c’est la notion problématique de « philosémitisme d’État ». Quand je discute avec quelqu’un qui me parle de philosémitisme d’État, je lui demande qu’est-ce que c’est ? Je reçois des réponses qui s’inscrivent à l’intérieur d’un large spectre de confusion. À une extrémité de ce spectre on me dit : l’État instrumentalise la lutte contre l’antisémitisme pour mieux taper sur les musulmans ou comme aujourd’hui les gilets jaunes. Dans ce cas là, je dis d’accord c’est vrai, l’État fait mine de se préoccuper des juifs alors qu’il s’en sert comme bâton pour mieux taper sur le musulman ou le mouvement social. Mais puisqu’au fond, il s’en bat les reins des juifs et nous utilise en faisant du même coup monter les tensions contre nous, pourquoi ne pas tout simplement appeler ça de l’antisémitisme ? A l’autre bout de ce spectre, on me dit « philosémitisme d’État parce que les juifs sont privilégiés, regarde le diner du CRIF, regarde la banque Rothschild, regarde Israël, regarde la criminalisation de l’antisionisme », certains vont même jusqu’à parler de « privilège juif ! ». Là je dis, mon pauvre, dans quelle monde, dans quelle réalité historique tu vis ? C’est carrément craignos comme croyance. Donc, même si on peut se comprendre, pourquoi utiliser une notion qui conforte les préjugés antisémites qui dit que les juifs sont du côté du pouvoir ?

    La troisième raison, c’est ce que j’appelle l’injonction géopolitique.
    Vous savez, quand on est juif évoluant dans la gauche antiraciste, on rase les murs. On préfère dire qu’on est vegan plutôt que dire qu’on mange casher. Pourquoi ? Parce qu’en ramenant la soi-disante épineuse « question juive » on va nous faire chier ! Très souvent, quand je rencontre un militant de la gauche antiraciste, arrive fatalement le moment ou il me demande avec un regard de travers « et tu penses quoi du conflit israélo-palestinien ? », sous entendu « tu serais pas un peu sioniste sur les bords ? ». En fait c’est ça : il faut d’abord se justifier d’être antisioniste pour pouvoir fréquenter la gauche, alors que comme moi, très peu de juifs ont une histoire en commun avec Israël ! Ma mère est marocaine, mon père égyptien, j’ai grandi en France, c’est quoi ce délire ? Est-ce qu’il vous viendrait à l’esprit en rencontrant un arabe de lui demander son avis sur la politique coloniale de l’Arabie Saoudite vis-à-vis du Yémen ?

    En réalité, la gauche antiraciste semble beaucoup plus préoccupée par les questions d’#antisionisme que d’antisémitisme. Et ainsi, elle trie les juifs ! Les juifs antisionistes avec qui il faut s’allier, et les juifs sionistes qu’il faut combattre ! Il y a donc les bons juifs et les mauvais !
    Vous savez, l’antisémite, lui, est beaucoup plus tolérant, il ne fait pas la distinction entre un juif sioniste et antisioniste, ils sont juifs pareils pour lui !
    Gabriel et Aryeh Sandler, trois et six ans, filles et fils de Jonathan Sandler ainsi que Myriam Monsonégo, huit ans – les victimes de la tuerie antisémite devant l’école de Ozar Hatorah à Toulouse étaient-ils sionistes ? Ce n’est pas la question !!
    Tout aussi absurde : Abel Chennouf, Mohamed Legouad et Imad Ibn Ziaten – tués pendant le même attentat étaient-ils sionistes ? Ce n’est pas la question !!
    Si, ce soir, la gauche #anti-raciste déclare vouloir lutter contre l’antisémitisme, il va falloir cesser la solidarité sélective, sinon il ne s’agit pas de lutte contre le #racisme vécu par les juifs mais d’une utilisation de la lutte contre l’antisémitisme à d’autres fins.
    Merci pour votre écoute. »

    Précisions

    Dès la première phrase de mon intervention qui contient deux mots en hébreu, j’entends « ha, ça commence bien » dans la tribune derrière moi. Dans le public, ça hue, j’entends « Provocateur ! Sioniste ! ». Mon intervention terminée, je rends le micro et fais quelque pas pour reprendre mes esprits, sortir de la stupeur de ce moment bizarre. Je me fais assaillir par des gens qui veulent débattre, des gens qui veulent prendre mon numéro, des gens pas d’accord, des gens venus me soutenir. Puis j’entends ma camarade en train de parler. Plusieurs personnes hurlent pour couvrir sa voix et tentent de lui arracher le micro des mains, dans le public également « Ta gueule ! Ferme ta gueule, provocatrice ! » même si on entend aussi quelques applaudissements. Elle termine sa prise de parole par « et si ça bouge dans la tête des gauchistes et bien Mazal Tov comme on dit chez moi ! ».
    Le micro à peine rendue, une femme vient la voir : « j’ai beaucoup apprécié ce que t’as dis mais je voudrais te dire quand même.... les juifs sont un groupe fermé ». Une deuxième : « je voudrais te poser une question, tu as dit "chez moi" mais c’est où ? c’est pas en France ? c’est en Israël ? ». (...)

    #gauche #antisémitisme #communisme

    https://seenthis.net/messages/764152 via colporteur


  • Le non-sujet de l’antisémitisme à gauche - Vacarme
    https://vacarme.org/article3210.html

    L’antisémitisme ne fait pas à proprement parler partie des fractures de la gauche radicale. Les positionnements sur cette question varient peu d’une organisation de gauche à l’autre. Au contraire, celles-ci ont souvent en partage un désinvestissement de ce thème perçu comme secondaire voire négligeable, relativement à d’autres formes de racialisation. Plutôt qu’une fracture, c’est donc davantage un silence qu’il s’agit d’interroger ici, en plaidant pour une critique radicale de l’antisémitisme à l’heure où celui-ci a des effets pratiques et idéologiques jusque dans les formes que prennent certaines luttes sociales [1].

    Pour nombre d’organisations de la gauche radicale et de l’antiracisme français, l’antisémitisme contemporain n’est pas une question. Plus précisément, les pratiques et les discours qui ciblent des (supposés) juifs tenus pour responsables de maux politiques, économiques ou sociaux n’attirent souvent l’attention que dans la mesure où cet antisémitisme est instrumentalisé par des politiciens ou intellectuels réactionnaires.

    Il ne s’agit pas de nier l’existence d’une telle instrumentalisation. On assiste, depuis une vingtaine d’années, à la multiplication de discours sur une « nouvelle judéophobie » qui construisent l’image d’une « extrême-gauche » ou de « jeunes de quartiers » antisémites parce qu’antisionistes ou musulmans [2]. Pourtant, face à cette instrumentalisation, les organisations de la gauche radicale ou de l’antiracisme politique [3] ne s’enquièrent que rarement de la réalité de l’antisémitisme dans la période actuelle et faillissent souvent à développer leur propre critique des actes et de la symbolique antisémites. Ces organisations forgent plutôt diverses justifications d’une position de principe : l’antisémitisme ne serait une question que pour les défenseurs et les idéologues de l’ordre existant. L’antisémitisme contemporain devient ainsi une question que l’on ne doit tout simplement pas poser en tant que révolutionnaire et/ou antiraciste [4]. À l’heure actuelle, l’antisémitisme dans la gauche française est moins une ligne de fracture délimitant différentes positions que l’objet d’un silence. C’est ce silence que nous allons tenter de décrire et décrypter ici.

    #antisémitisme #gauche #complotisme

    https://seenthis.net/messages/762000 via colporteur



  • Les Gilets jaunes et la question démocratique | Samuel Hayat - Science politique - Mouvement ouvrier, démocratie, socialisme
    https://samuelhayat.wordpress.com/2018/12/24/les-gilets-jaunes-et-la-question-democratique

    Face à ce mouvement citoyenniste, qui ira défendre la vieille politique, celle des partis et des élu.e.s ? A part ceux qui sont payés pour, gageons qu’il y aura peu de monde. C’est que la #politique_partisane se trouve déjà fortement affaiblie, et ce de longue date. D’abord, le conflit partisan s’est émoussé : vu du dehors du monde des professionnel.le.s, il n’y a plus, depuis longtemps, de différence significative entre la #droite et la #gauche, qu’il s’agisse de l’origine sociale des candidat.e.s ou de la nature des politiques menées. Partout, avec quelques nuances indéchiffrables pour le plus grand nombre, on trouve la même marchandisation des services publics, les mêmes manœuvres de séduction adressées aux capitalistes pour attirer leurs précieux investissements, le même zèle à limiter les #libertés_publiques, surarmer les forces de l’ordre, enfermer les #pauvres et expulser les #étranger.e.s. A cette neutralisation du conflit politique s’ajoute le dépérissement des partis comme moyens d’inclusion de la masse des citoyen.ne.s dans la politique partisane : le nombre d’adhérent.e.s des partis ne cesse de chuter, comme celui des syndicats ou de tous les outils habituels (comme la presse militante) de socialisation à la politique partisane. Dans ces conditions, qu’est-ce qui pourrait s’opposer à la démonétisation de cette conception de la politique ? Les tenants mêmes du pouvoir, les professionnel.le.s de la politique, semblent ne plus croire aux possibilités de l’action politique, et répètent avec diverses modulations qu’il n’y a pas d’alternative au néolibéralisme. Pourquoi alors défendre leur jeu, si de leur propre aveu, il n’a plus d’enjeu ? Cette perte de sens de la politique partisane a permis à un simple conseiller économique, un technicien ignorant des usages de la politique partisane, Emmanuel Macron, de devenir ministre puis président, en répétant à l’envi transcender les clivages et en refusant de s’appuyer sur les partis existants – il préfère en créer un, portant ses initiales, un artifice marketing bouffon qui aurait dû immédiatement lui enlever tout crédit si le système partisan avait gardé un tant soit peu de sens de sa dignité. Comment Emmanuel Macron pourrait-il, lui qui s’enorgueillissait hier d’avoir mis à genoux l’ancien système, le vieux monde, en appeler aujourd’hui à la mobilisation pour sauver ce même système et ses affrontements désormais vides de sens ? D’où son silence, la position impossible dans laquelle il est, et l’usage disproportionné de la répression face à un mouvement qui lui doit tant et qui, par bien des aspects, en est comme le reflet inversé[8].

     

    #Citoyennisme et #néolibéralisme

    Car c’est bien là qu’est le problème : la politique citoyenniste puise sa force dans le mécontentement justifié vis-à-vis de la politique partisane et dans une longue histoire de l’aspiration démocratique, mais aussi dans la montée en puissance des cadres de pensée du #gouvernement_des_expert.e.s, de tous ceux qui veulent remplacer la politique (politics) par une série de mesures techniques (policies), néolibéraux en tête. Le mouvement des #Gilets_jaunes s’oppose aux technocrates, mais il en reprend largement la conception péjorative de la politique partisane et la manière de penser l’action publique. Le #référendum est le pendant démocratique du macronisme qui nous disent tous les deux qu’il faut en finir avec les idéologies : l’un comme l’autre réduisent la politique à une suite de problèmes à résoudre, de questions auxquelles répondre. Certes, il n’est pas équivalent de dire que ces questions doivent être résolues par des experts ou par les citoyens ; le citoyennisme propose bien une démocratisation, mais c’est la démocratisation d’une conception de la politique qu’il partage avec les néolibéraux. Le monde des citoyennistes est un monde homogène, peuplé d’individus qui ressemblent à s’y méprendre à ceux des économistes néoclassiques : on les imagine aller lors des référendums exprimer leurs préférences politiques comme les économistes imaginent les consommateurs aller sur le marché exprimer leurs préférences, sans considération pour les rapports de pouvoir dans lesquels ils sont pris, les antagonismes sociaux qui les façonnent.

     

    Mais comme chez les économistes, cette représentation de la citoyenneté est un mythe – agissant mais trompeur, agissant parce que trompeur. L’image du peuple décidant par référendum ou par le biais de délégué.e.s tiré.e.s au sort vient recouvrir l’aspect irréductiblement conflictuel de la politique, sa possibilité guerrière. Il n’y a rien ici de nouveau : l’historienne Nicole Loraux a déjà montré comment ce type de discours, dans l’Athènes démocratique, glorifiant l’unanimité du peuple et le caractère réglé de ses institutions, venait masquer l’autre aspect de la politique démocratique, le conflit (statis), faisant toujours courir le risque de la guerre civile et devant par là être oublié, refoulé[9]. Loin d’être une anomalie de la #démocratie, le conflit en était une possibilité toujours présente, et s’il apparaissait, il était obligatoire pour les citoyens de choisir un parti – l’abstention, signe de passivité et d’indifférence, valait retrait de ses droits politiques. En voulant se débarrasser des partis, au sens des organisations en compétition pour le pouvoir, le citoyennisme met aussi à mal la possibilité d’expression des divisions au sein de la cité. Or l’antagonisme politique, le conflit, est aussi nécessaire à la démocratie, même authentique et déprofessionnalisée, que ne l’est l’inclusion directe de tou.te.s les citoyen.ne.s.

    https://seenthis.net/messages/746854 via colporteur


  • « Le mouvement antifasciste ne peut qu’être fondamentalement internationaliste »
    https://www.bastamag.net/Le-mouvement-antifasciste-ne-peut-qu-etre-fondamentalement-internationalis

    Le procès des agresseurs de Clément Méric, étudiant et militant antifasciste mort à Paris le 5 juin 2013, se clôt cette semaine. Au même moment, l’Allemagne connaît un regain de manifestations violentes d’extrême droite. Quel rôle l’antifascisme peut-il jouer dans ce contexte ? Quelle est l’histoire de ce mouvement ? D’où vient le symbole du double drapeau rouge et noir, devenu emblème international des « antifas » ? Basta ! a interviewé Bernd Langer, militant antifasciste allemand depuis les années 1970, (...)

    #Résister

    / #Gauche_radicale, #Droites_extrêmes, #Luttes_sociales, #Europe, #Entretiens, A la une

    https://seenthis.net/messages/721658 via Basta !


  • oiseaux migrants et fonds vautours : la Grèce trois ans après l’espoir

    Le jeu ne s’arrête pas à 2015 ni à la « sortie des mémorandums » annoncée aujourd’hui. Le jeu bien sûr ne s’arrête pas non plus à la Grèce. Do not walk outside this area ; le chantage contre la Grèce, la répression contre la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ont pour objectif de mettre le possible hors-la-loi ; de démontrer, comme il est écrit sur l’aile des avions, qu’ il est interdit de marcher au-delà de cette zone définie par les institutions de marché ; de prouver qu’il n’est pas d’autres institutions possibles que cet assemblage complexe de centres de décision politiques et financiers, européens et internationaux qui, en Grèce, dès la fin de la première phase du gouvernement Tsipras, se sont significativement autoproclamées « les Institutions » comme s’il ne pouvait y en avoir d’autres, comme s’il n’y en avait pas d’autres — ni dans le réel, ni dans le possible.

    https://oulaviesauvage.blog/2018/05/18/oiseaux-migrants-et-fonds-vautours-la-grece-trois-ans-apres-lespoir

    #Grèce #Espagne #France #Europe #migrants #gauche #néolibéralisme #management #frontières #gouvernance #répression #résistances #Tsipras #UE #NDDL #zad #finance #banques

    https://seenthis.net/messages/695212 via kaparia


  • Législatives en Hongrie : le candidat de la #gauche a présenté ses dix mesures phare
    https://courrierdeuropecentrale.fr/legislatives-hongrie-gauche-dix-mesures-phare

    Gergely Karácsony a présenté samedi la feuille de route des socialistes et écologistes pour les élections législatives du 8 avril prochain. Au programme : coups de pouce aux bas revenus, nouveau modèle social et fiscal, déconstruction de « l’État-Fidesz » et lancement d’un processus constituant. Devant des écrans flanqués de son slogan de campagne « Le changement ! Maintenant ! », Gergely Karácsony […]

    #Politique #Article_payant #Élections_législatives_hongroises_de_2018 #Gergely_Karácsony #MSzP #PM #une-sous


  • Législatives en Hongrie : le candidat de la #gauche a présenté ses dix mesures phare
    https://courrierdeuropecentrale.fr/legislatives-hongrie-candidat-de-gauche-a-presente-dix-mesur

    Gergely Karácsony a présenté samedi la feuille de route des socialistes et écologistes pour les élections législatives du 8 avril prochain. Au programme : coups de pouce aux bas revenus, nouveau modèle social et fiscal, déconstruction de « l’État-Fidesz » et lancement d’un processus constituant. Devant des écrans flanqués de son slogan de campagne « Le changement ! Maintenant ! », Gergely Karácsony […]

    #Politique #Article_payant #Élections_législatives_hongroises_de_2018 #Gergely_Karácsony #MSzP #PM #une-sous


  • France soumise ou France Franchement insoumise ? la #FI à la croisée des chemins
    https://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/france-soumise-france-franchement-insoumise-fi-a-croisee-chemi

    par G.Gastaud, secrétaire national du PRCF et A.Manessis, secrétaire de la Commission action unitaire du PRCF. Clémentine Autain demande à Jean-Luc Mélenchon “d’infléchir sa stratégie”. La députée appelle La #france_insoumise à “agréger” davantage à #gauche. “Nous devons agréger plus encore pour bâtir l’alternative à Macron : des individus écœurés par la gauche et par la #politique […]

    #1-PRCF #4-EUROPE:en_sortir,_s’en_sortir ! #articles #EELV #ensemble #Europe #PCF #PS


  • #Michel_Perottino : « On assiste à une dépolitisation générale de la société tchèque »
    https://courrierdeuropecentrale.fr/michel-perottino-on-assiste-a-une-depolitisation-generale-de

    Si Miloš Zeman a été sans conteste le personnage principal de la récente élection présidentielle tchèque, sa victoire renvoie à un tableau plus complexe de la société tchèque et de ses lignes de fracture. Entretien avec Michel Perottino, chercheur et professeur en sciences politiques à la Faculté des sciences sociales de l’Université Charles à Prague. Quels sont […]

    #Politique #Andrej_Babiš #ANO #Article_payant #ČSSD #droite #Élection_présidentielle_tchèque_2018 #Élections_législatives_tchèques_de_2017 #extrême_droite #gauche #Groupe_de_Visegrád #Jiří_Drahoš #Miloš_Zeman #Populisme #social-démocratie #Tomio_Okamura


  • #Jeremy_Corbyn exhorte la #gauche hongroise à « vaincre la #Politique de #Viktor_Orbán »
    https://courrierdeuropecentrale.fr/jeremy-corbyn-exhorte-gauche-hongroise-a-vaincre-politique-d

    Le leader travailliste britannique Jeremy Corbyn a adressé un message vidéo aux socialistes hongrois réunis samedi pour le lancement de leur campagne législative. Il a exhorté ses camarades à « vaincre la politique de Viktor Orbán » et à œuvrer pour des « sociétés plus justes ». "Il faut vaincre la politique de Viktor Orbán ! Et j’espère que cette fois, […]

    #Article_payant #élections_législatives_hongroises_2018 #Gergely_Karácsony #MSzP #Párbeszed #Union_européenne


  • En Hongrie, les partis d’opposition en chiens de faïence
    https://courrierdeuropecentrale.fr/en-hongrie-les-partis-dopposition-en-chiens-de-faience

    Après l’alliance des socialistes et des écologistes en vue des élections législatives de 2018, c’est au tour du #LMP et de #Momentum d’entamer la parade nuptiale. Le rassemblement de l’ensemble du bloc progressiste contre le Fidesz de Viktor Orbán semble encore hors de portée. #Bernadett_Szél (LMP) a écrit la semaine dernière à #András_Fekete-Győr […]

    #Politique #Article_payant #gauche #Gergely_Karácsony #MSzP #Párbeszed


  • A Davos, #George_Soros vole dans les plumes des socialistes hongrois
    https://courrierdeuropecentrale.fr/a-davos-george-soros-vole-plumes-socialistes-hongrois

    Pour le milliardaire américain d’origine hongroise, Viktor Orbán aurait littéralement acheté les faveurs de l’opposition socialiste pour s’assurer une confortable réélection au printemps prochain.

    #Politique #Article_payant #Élections_législatives_hongroises_de_2018 #Fidesz #gauche #László_Botka #MSzP #une-sous #Viktor_Orbán


  • La #Gauche peut gagner au #Mexique
    http://www.medelu.org/La-gauche-peut-gagner-au-Mexique

    Au moins huit fois la gauche est arrivée en finale d’une campagne électorale au Mexique avec la possibilité de la remporter. Mais plusieurs fois la fraude est venue lui enlever cette victoire. Le parti-Etat du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) a survécu en dehors du gouvernement pendant deux mandats, mais il est revenu au pouvoir. Même s’il sort affaibli de ce dernier mandat, qui a été un échec, il garde le pouvoir d’imposer par la force un résultat, comme il vient de le faire dans l’élection du gouvernement de l’Etat de Mexico. Mais le PRI ne peut plus tout contrôler. Premièrement, il a perdu deux fois face à son proche cousin, le Parti d’action nationale (PAN). Deuxièmement, il se présente à l’élection à venir (1er juillet 2018) trop affaibli par l’échec du gouvernement de Enrique Peña (...)


  • Penser la #politique. Un entretien avec Daniel Bensaïd
    http://www.contretemps.eu/penser-la-politique-daniel-bensaid

    Il y a 8 ans, le 12 janvier 2010, Daniel Bensaïd nous quittait. Nous republions ici un entretien peu connu mais passionnant qu’il avait accordé en 2006 à la revue […]

    #Diaporama #Théorie #Alain_Badiou #communisme #crise #Daniel_Bensaid #David_Harvey #gauche #Holloway #Laclau #léninisme #marxisme #Negri #néolibéralisme #pouvoir #Rancière #révolution #socialisme #stratégie #Walter_Benjamin


  • En #Amérique_latine, la #Droite avance… pour l’instant
    http://www.medelu.org/En-Amerique-latine-la-droite

    L’année qui s’est achevée nous a léguée divers évènements politiques qui, fort probablement, constitueront un point d’inflexion ou même de non-retour dans ce qui a été appelé le « virage progressiste » en Amérique latine. La tendance qui se dessinait depuis quelques années déjà, à savoir le repli des gauches provoqué par un ensemble de processus et des facteurs internes et externes, est finalement devenue réalité, compte tenu du nouveau rapport de forces mis en évidence par les résultats électoraux en 2017. Ces derniers confirment la progression d’une droite qui, sans rien céder de son caractère anti-démocratique et soutenue par des groupes médiatiques hégémoniques, a été suffisamment habile pour réussir à retourner le cours de ses défaites, à affiner ses tactiques et stratégies de lutte – parfois « sales » (...)

    #Gauche


  • #catalogne : quel paysage après les élections ?
    http://www.contretemps.eu/catalogne-paysage-apres-elections

    1- Le 21 décembre (21D) a dessiné le paysage d’une insolite mobilisation électorale, avec une participation historique de 79,04 % (il s’agit des chiffres officiels après le décompte des votes de l’étranger). Le rapport de forces entre les deux grands blocs en lice est relativement similaire à celui du 27 septembre 2015 (27S) : 2 079 340 voix (47,49 %) et 70 députés indépendantistes vs. 1 902 061 voix (43,49 %) et 57 députés partisans de l’Article 155. Et, entre les deux, un auto-proclamé modeste troisième espace, celui de Catalunya en Comú-Podem : 326 360 voix (7,45 %) et 8 députés. Au sein de chaque camp c’est un parti conservateur qui est en position hégémonique : Ciudadanos, indiscutablement, pour le bloc consitutionnaliste, face à un Parti Populaire (PP) qui s’effondre et un Parti des Socialistes de (...)

    #Diaporama #Stratégie #anticapitalisme #CUP #espagne #gauche #indépendantisme #podemos #stratégie


  • Usul. Les #Bobos : tentative d’autocritique
    https://www.mediapart.fr/journal/france/080118/usul-les-bobos-tentative-d-autocritique

    Peut-on encore sauver les bobos ? Nos spécialistes en bobologie Usul et Cotentin relèvent le défi, en se confrontant à de nombreuses questions. Qui sont-ils ? Qui les détestent et pourquoi ? Qu’ont-ils donc fait de travers pour devenir la cible de tant de critiques ?

    #France #bourgeois #classes_populaires #François_Ruffin #gauche #La_France_insoumise #Marine_Le_Pen #Nicolas_Sarkozy #parti_socialiste #social-démocratie


  • Les gauches hongroises sans stratégie à quatre mois des législatives
    https://hu-lala.org/gauches-hongroises-strategie-a-quatre-mois-legislatives

    L’alliance surprise entre socialistes et écologistes début décembre ne devrait pas suffire à changer les rapports de force face à l’hégémonie électorale de la droite. Il y a un an presque jour pour jour, la direction du Parti socialiste hongrois (MSzP) semblait enfin avoir surmonté ses vieux démons, en sortant de sa manche #László_Botka pour affronter Viktor Orbán aux élections législatives de 2018. Le fait de se choisir pour tête de liste une personnalité de premier plan – maire de la troisième ville du pays - et ce plus d’une année avant l’échéance électorale, devaient assurer à la principale formation de #gauche un élan suffisant pour prendre l’ascendant sur l’opposition et fédérer un large front contre le Fidesz au pouvoir. Cette candidature reposait sur une campagne stratégique, marquée par un droit (...)

    #Politique #Article_payant #DK #Ferenc_Gyurcsány #Gergely_Karácsony #LMP #MSzP #Párbeszed