#hype

  • Du confinement à l’#hypersurveillance

    Alors que le confinement se maintient semaine après semaine, que tout le monde tourne en rond entre quatre murs, que chaque sortie réclame son attestation, que les forces de l’ordre contrôlent nos rares déplacements, que reste-t-il de notre #consentement et de nos #libertés ? Un sentiment d’enfermement et d’assujettissement ne se fait-il pas chaque jour plus fort ? Nous interrogeons le philosophe #Tony_Ferri, fin observateur et fin connaisseur des systèmes pénal et carcéral, de #punition et de #surveillance.

    https://topophile.net/app/uploads/2020/04/linogravure-Camille-Morin-e1587581310853.jpg

    https://topophile.net/savoir/covid-2-du-confinement-a-lhypersurveillance-questions-a-tony-ferri
    #confinement #surveillance #covid-19 #coronavirus

    ping @etraces

    https://seenthis.net/messages/854382 via CDB_77


  • Bordering under the corona virus pandemic

    In our recent book Bordering (Yuval-Davis, Wemyss & Cassidy, 2019), we discuss the paradoxical phenomenon that, under neoliberal globalisation, borders did not disappear but rather proliferated off-and in-shore, from consulates across the globe to everyday spaces like railways and places of work. We described the functioning of bordering as processes rather than static boundary lines that, like computer firewalls, are invisible to some, impermeable to many others. We showed the ways these have crucially contributed to multi-scalar – from the global to the local – inequalities and precarities, forcing more and more people to be precariously stuck in limbo grey borderzones with no possibility of building regular lives with civil, political and social rights.

    It is important to examine the ways the pandemic has affected these processes of everyday bordering, both locally and globally. Of course, it is far too early to know, or even predict, the longer-term transformations in bordering that the pandemic will bring. However, it is safe to say that, as after earlier major crises, such as 9/11 and the AIDS crises – to mention just two major transformatory crises in recent decades – the ‘new normal’ is not going to go back to how things were, in several major ways. Everyday bordering, from the lockdown of individuals in their homes to the lockdown of regional and national borders, is at the heart of the technologies of control used to try to contain the pandemic and it is thus hard to believe that free movement would be restored any time soon.

    Except that, as we’ve shown in our book, free movement has never been free for most people. Border controls have been operating like computers’ firewalls, invisible to some, blocking many others, with money and required skills for the neoliberal economy being the main facilitators. We can see these firewalls continuing to operate today as well – at different ends of the scale, the super-rich flying in private jets able to travel without being subject to the usual restrictions and seasonal workers from Eastern Europe being flown into the UK by the farming industry to ensure that fruit is being picked. Two weeks into the lockdown, the Home Office published its guidance for post-Brexit immigration rules aimed at preventing low paid workers – the key workers on which healthcare services are depending – from working in the UK.

    These are just some of the paradoxes of ‘lockdown’ and ‘social distancing’ policies. On the one hand, a neo-liberal governmentality that puts the onus of responsibility on the individuals, where people are required to isolate themselves at home and keep away from others, while others are forced to carry on working – not only because they fulfil essential medical, social and economic roles, but also because many of them would not get any money to live on if they stop working.

    This is just one of the intersectional growing inequalities impacts of everyday bordering. Given their disproportionate presence in frontline health and public services, the percentage of BAME people who have died under the pandemic is still unknown but feared to be to very high. Of course, this is not just due to the kind of jobs they do, but also their poor and crowded living conditions, as well as a distrust of governmental and scientific authorities which have not helped them in the past.

    In addition to unequal class and racialised effects, the lockdown bordering has also had a major gendered effect, such as a sharp rise in domestic violence, as can be expected when nuclear family members are locked down together.

    In our book we discussed the ways everyday bordering as a top down technology of control has been reinforced by and reinforces the growth of bottom up nativist extreme right movements, which have brought to power authoritarian rulers in many countries in the globe and arguably Brexit in the UK. Blaming and scapegoating the ‘Others’ have been a major multi-scalar reaction to the pandemic, from Trump calling the corona virus ‘the Chinese virus’, to social media blaming George Soros in the traditional antisemitic blood conspiracy theories, to street hate crimes, including health workers reporting abuse from strangers for leaving their homes.

    One of the positive ‘side effects’ of the lockdown has been the development and reinforcement of mutual aid groups in local communities. Neighbours have got to know each other, help elderly and vulnerable people with their shopping etc. However, the other side of the strengthening of local bonds has been the rejection of ‘others’. Local media report people crossing county borders’ violating lockdowns – Kent Online reported ‘Lockdown louts from London have been fined after once again invading the county’ and being found by ‘enforcement officers from the council who were patrolling the area’. This is aided by regional bordering policies, which in some countries, such as Italy, has meant the official closure of regional borders for non-essential traffic, while in the UK, Sussex police, for example, praised ‘the amazing community spirit across Sussex’, whilst noting that ‘Unfortunately, a small number of people from outside of the county deemed it appropriate to visit the area’.

    The aim of this blog post is not to oppose bordering policies in the age of the pandemic, but rather to argue that using it as almost the only counter-pandemic measure is dangerous, both at present and for the future.

    At present, we have seen that when voluntary lockdown policies are used, without mass testing and sufficient protective equipment for those who are not in isolation, they cost many lives as well as create psychological, social and economic hardships. In comparison, other states, including Germany and South Korea, have used mass testing and contact tracing to slow down the rate of infection.

    Moreover, these borderings, like the borderings we described in our book, are an intersection of political projects of governance and of belonging. Very few states, including Ireland and Portugal, have recognised all migrants to be full entitled members of society during the pandemic; only a few states have recognized the right of all members of societies for minimum income during the pandemic, and policies aimed at exclusion and deprivation of all those in national and global grey limbo zones endanger the lives of millions across the globe.

    Everyday bordering policies are evolving in which the surveillance of people is reaching sci-fi dimensions. Similar COVID-19 related technologies are being developed globally by authoritarian and liberal governments. While Israel has authorised counter-terrorism surveillance to track corona virus patients, compulsory colour-coded health apps determine whether individuals can travel in China, while Russia uses face recognition technologies to enforce self-isolation. In Hong Kong and Singapore, COVID 19 apps identify locations and contacts of individuals. European governments are copying these apps whilst also collecting telecom data and using drones to spot transgressors.

    Such developments combine with rumours and debates about national and global digital monitoring of vaccinations, adding force to Yuval Noah Harari’s speculations that the epidemic may normalise biometric surveillance with authorities becoming able to detect people’s emotions as well as their lifestyles and whereabouts. This would be the utmost paradox: a borderless world with the most tightly operated everyday bordering technology.

    https://i2.wp.com/politybooks.com/wp-content/uploads/2018/10/9781509504947-e1539183572658.jpg
    https://acssmigration.wordpress.com/2020/04/20/bordering-under-the-corona-virus-pandemic-georgie-wemyss-and-nira-yuval-davis/amp/?__twitter_impression=true

    #frontières #coronavirus #covid-19 #bordering #frontiérisation #surveillance #frontières_mobiles #riches #pauvres #immobilité #hyper-mobilité #travailleurs_étrangers #confinement #responsabilité_individuelle #travail #inégalités #everyday_bordering #classes_sociales #inégalités_raciales #violence_domestique #altérité #solidarité #racisme #xénophobie #surveillance_biométrique #drones

    La conclusion autour d’un #paradoxe :

    This would be the utmost paradox: a borderless world with the most tightly operated everyday bordering technology.

    Pour @etraces :

    Everyday bordering policies are evolving in which the surveillance of people is reaching sci-fi dimensions. Similar COVID-19 related technologies are being developed globally by authoritarian and liberal governments. While Israel has authorised counter-terrorism surveillance to track corona virus patients, compulsory colour-coded health apps determine whether individuals can travel in China, while Russia uses face recognition technologies to enforce self-isolation. In Hong Kong and Singapore, COVID 19 apps identify locations and contacts of individuals. European governments are copying these apps whilst also collecting telecom data and using drones to spot transgressors.

    Pour @karine4 :

    Moreover, these borderings, like the borderings we described in our book, are an intersection of political projects of governance and of belonging. Very few states, including Ireland and Portugal, have recognised all migrants to be full entitled members of society during the pandemic; only a few states have recognized the right of all members of societies for minimum income during the pandemic, and policies aimed at exclusion and deprivation of all those in national and global grey limbo zones endanger the lives of millions across the globe.

    ping @isskein @mobileborders

    https://seenthis.net/messages/845795 via CDB_77


  • La pilule de l’obéissance

    À l’origine, le remède ne devait concerner que les #enfants « hyperactifs », une pathologie relativement rare. Mais depuis quelques années, aux États-Unis, tout bambin quelque peu turbulent peut se voir prescrire de la #Ritaline, un #médicament voisin des amphétamines qui fait également fureur sur les campus. Après avoir inondé le marché américain, la pilule miracle se répand en France.

    https://www.monde-diplomatique.fr/2019/12/BRYGO/61087
    #santé #enfance #hyperactivité

    https://seenthis.net/messages/813018 via CDB_77


  • #hypervoix (2/2) : les enjeux de la voix au-delà de la voix
    http://www.internetactu.net/2019/05/27/hypervoix-22-les-enjeux-de-la-voix-au-dela-de-la-voix

    L’enjeu des #assistants_vocaux ne se limite pas à leur seule conception sonore et vocale, comme nous le rappelions dans la première partie de ce dossier. A l’occasion de la journée d’étude Hypervoix qui avait lieu le 15 avril à Paris, retour sur les autres enjeux de conception que posent (...)

    #Articles #Technologies #design #Interfaces

    https://seenthis.net/messages/783427 via InternetActu [RSS]


  • #hypervoix (1/2) : concevoir les interactions vocales
    http://www.internetactu.net/2019/05/24/hypervoix-12-concevoir-les-interactions-vocales

    A l’heure où les enjeux commerciaux des interfaces vocales semblent sans limites, leur conception n’est pas sans heurt ou difficulté. A l’occasion de la journée d’étude Hypervoix qui avait lieu le 15 avril à Paris, retour sur les enjeux de conception que posent les #assistants_vocaux et notamment la question (...)

    #Articles #Technologies #Usages #design

    https://seenthis.net/messages/782868 via InternetActu [RSS]



  • Vox Machines (2/2) : À qui les interfaces vocales s’adaptent-elles ?
    http://www.internetactu.net/2018/12/20/vox-machines-22-a-qui-les-interfaces-vocales-sadaptent-elles

    Suite de notre retour sur la journée d’étude Vox Machines, qui interroge la place des interfaces vocales dans nos vies et nos relations à ces machines ! Vie privée et interface vocale : de la boîte noire à la boîte blanche ? Estelle Hary (@EstelleHary) est cofondatrice du studio Design Friction et designer (...)

    #Articles #Recherches #assistants_vocaux #hypervoix #IA #voix

    https://seenthis.net/messages/745677 via InternetActu [RSS]


  • Si vous allez à San Francisco, vous y verrez des seringues et de la merde (par Nicolas Casaux)
    http://partage-le.com/2018/07/si-vous-allez-a-san-francisco-vous-y-verrez-des-seringues-et-de-la-merde

    (Revue de presse Les Crises : https://www.les-crises.fr/revue-de-presse-du-12-08-2018 )

    La ville de San Francisco est régulièrement promue dans les médias de masse comme un modèle de gestion écologique des déchets pour son taux de recyclage de 80%. En France, le film documentaire #Demain, réalisé par #Mélanie_Laurent et #Cyril_Dion, a beaucoup participé à la diffusion de cette idée. Partout où il passe, Cyril Dion brandit le cas de San Francisco comme une preuve de ce qu’il est possible de rendre une ville écolo-durable (« L’exemple le plus impressionnant, que nous présentons dans le film, est celui de la ville de San Francisco qui recycle 80 % de ses déchets »). Si seulement.

    Affirmer que San Francisco est un modèle de ville durable est une sacrée performance. Ou peut-être est-ce au contraire d’une simplicité confondante : il suffit de répéter cette affirmation sans l’étudier, sans aucun esprit critique. En creusant un peu, on réalise rapidement qu’elle se base sur un certain nombre d’absurdités. À commencer par le fait que le taux de 80% est une arnaque comptable[1]. La ville comptabilise en effet dans son calcul du taux de déchets recyclés, entre autres bizarreries, les déchets du bâtiment et des travaux publics. Ce qu’aucune ville ne fait[2]. Sans ce tour de passe-passe, le taux de recyclage de la ville serait plutôt de l’ordre de 60%. Au passage, on notera que Recology, l’entreprise chargée de la gestion des déchets de la ville, a été condamnée à payer 1,3 million de dollars en 2014 pour des pratiques frauduleuses. Mais cette arnaque comptable n’est rien au regard de ce qui suit.

    La ville de San Francisco (870 000 habitants) produit chaque année toujours plus de déchets, en 2013 elle en a produit plus de 2 millions de tonnes, quand la communauté urbaine Marseille Provence Métropole (plus d’un million d’habitants) n’en produisait que 653 226 tonnes. Un modèle. La ville de San Francisco génère chaque jour environ 1 200 tonnes[3] de déchets non recyclables et non compostables qui sont enfouies sous terre. Un modèle.

    En outre, ce qu’ils (les gouvernements, les entreprises et les médias de masse) qualifient de #recyclage n’a rien d’écologique. Le traitement des déchets se fait toujours loin hors de la ville, dans des usines énergivores (sauf pour le bois/papier qu’ils brûlent en usine de biomasse, une autre catastrophe écologique). Dans le film Demain, on ne voit que la part des déchets qui est compostée, et c’est tout. Sachant que les déchets compostés constituent la part la moins importante des déchets collectés dans la ville. Ce qu’ils n’expliquent pas dans le documentaire, c’est qu’une grande partie des déchets (métaux, plastiques, etc.), uniquement triée, est exportée et disséminée à travers le globe, jusqu’en Chine, aux Philippines et au Vietnam — d’ailleurs, depuis que la Chine a restreint ses importations de déchets en 2017, #Recology se retrouve face à un problème relativement gênant, celui de trouver comment écouler les tonnes d’ordures qu’elle expédiait habituellement vers l’empire du Milieu. C’est-à-dire que ces déchets produits par les San-Franciscains sont compressés en balles en usine puis expédiés à l’autre bout du monde pour être recyclés — sachant que le recyclage n’est pas une véritable solution, d’abord parce que le recyclage infini est un mythe[4], ensuite parce que le recyclage du plastique est particulièrement inefficace[5], et enfin et surtout parce que le recyclage, dans le cadre d’une société industrielle capitaliste de croissance, ne résout aucun des problèmes fondamentaux qu’elle implique (de #surconsommation de ressources, y compris énergétiques, de pollutions en tous genres, d’étalement urbain, de croissance démographique, etc., etc.).

    Récapitulons. Ce qu’ils nous présentent comme un #modèle de vertu écologique, de durabilité, c’est une ville dont la production de déchets par personne, relativement élevée, ne cesse de croître, et dont la gestion de ces #déchets consiste à en enfouir une partie, à en expédier une autre en Chine et ailleurs, et à en brûler une partie en incinérateur  ; c’est aussi une ville qui trafique ses calculs de taux de recyclage. Un modèle.

    Mais nous ne devrions pas avoir besoin de discuter ainsi de la soi-disant #durabilité d’une ville comme San Francisco. Comme toutes les grandes métropoles du monde, San Francisco dépend directement de l’ensemble des infrastructures et des pratiques toutes plus insoutenables les unes que les autres de la civilisation industrielle. Il faut une sacrée dose d’ignorance historique et écologique pour ne pas comprendre que l’urbanisation de la baie de San Francisco a dramatiquement ravagé ce qui était jusqu’à il y a moins de 300 ans un écosystème sain (non pollué) et plein de vie. Où sont passés les condors de Californie, les wapitis, les ours, les loups et ainsi de suite, qui pullulaient dans la baie  ? Les conséquences du développement de la civilisation industrielle dans la baie de San Francisco rappellent les conséquences de son développement partout sur la planète : extermination et disparition de nombreuses espèces vivantes, pollution des eaux (aujourd’hui, on retrouve un peu de tout dans les eaux de San Francisco, du mercure, des résidus de médicaments en tous genres, des huiles de moteur usagées, des déchets plastiques, et ainsi de suite  ; cinq des plages les plus polluées de Californie se trouvent dans la baie, qui ne cesse de s’acidifier), pollution de l’air (en ce moment, la qualité de l’air dans la baie n’est pas loin d’être la pire de tous les États-Unis[6]), etc.

    Leur manière de mesurer la qualité écologique de la ville — et d’une ville en générale — est grotesque. Comme si on pouvait se contenter de statistiques concernant le « recyclage » des déchets produits par une ville pour l’estimer. Comme si on pouvait occulter les nombreux impacts environnementaux (sans parler des impacts sociaux), entre autres choses, de la production mondialisée des appareils électroniques les plus couramment utilisés par les San-Franciscains — iPods, iPads, iPhones, Google Glass… — ou de leurs voitures, réfrigérateurs, téléviseurs, ou de leur nourriture, ou de la construction des infrastructures qu’ils utilisent et des bâtiments dans lesquels ils vivent, et ainsi de suite. Si toutes ces choses étaient prises en compte, on s’apercevrait immédiatement de l’insoutenabilité totale de la civilisation industrielle et de son mode de vie. Mais elles ne le sont pas, évidemment, propagande oblige.

    Et comment ne pas parler des inégalités sociales  ? San Francisco est une des villes les plus chères des USA. La gentrification en cours n’a pour cesse d’épurer la ville de ses habitants les plus pauvres[7] :

    « La ville de San Francisco connaît un processus de #gentrification d’une violence sans commune mesure avec ce que l’on peut constater en France. On l’a longtemps appelé embourgeoisement, ou changement urbain dans le contexte de la recherche académique française, sans pour autant y mettre les significations que contient le terme anglo-saxon. Il faut pourtant être clair : il est bien question ici de processus similaires dans leurs conséquences, bien que la rapidité à laquelle ils se produisent diffère, ou que leur visibilité ne permette pas de les identifier aussi facilement. »

    Et comment ne pas voir toute la folie et l’inhumanité de la civilisation industrielle dans le fait que la ville ne parvient toujours pas à gérer les problèmes qui découlent de la présence des nombreux #sans-abri, souvent atteints de troubles psychiatriques, qui errent dans ses rues, résultat des politiques calamiteuses des gouvernements qui se sont succédé et symptôme du mal-être qui ronge la modernité  ? On estime qu’ils sont 7 500 à vivre dehors sur une population totale de 870 000 habitants (presque 1% de la population). Très récemment, la nouvelle maire de San Francisco, London Breed, dans une des premières interviews[8] qu’elle a accordées depuis son entrée en fonction, a expliqué qu’il y avait « plus d’excréments sur les trottoirs » que jamais, et qu’on « ne parle pas que de crottes de chiens, mais de matières fécales humaines ». Au cours des six premiers mois de l’année 2018, plus de 16 000 plaintes concernant des « excréments » ont été déposées auprès des autorités de la ville. La présence de déchets en tous genres, y compris de seringues, est actuellement un véritable problème pour la municipalité. Ainsi que l’explique le San Francisco Chronicle dans un article[9] intitulé « Pourquoi San Francisco fait face à un déluge de seringues » : « La ville de San Francisco distribue plus de seringues gratuites aux toxicomanes — 400 000 par mois, un chiffre qui ne cesse de croître — que la ville de New York, dix fois plus peuplée ». La consommation de drogue en public est un problème croissant dans toute la ville. Des habitants se plaignent, entre autres, de « devoir enjamber des gens qui s’injectent de l’héroïne dans les stations de métro ».

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=HWdurZWys4I

    Ainsi que l’a récemment titré[10] le Business Insider, « Le centre-ville de San Francisco est davantage jonché de seringues, de déchets et d’excréments que certains des plus pauvres bidonvilles du monde ». Dans l’article, on apprend notamment que « la contamination de certains quartiers de San Francisco est pire que celle de certains endroits du Brésil, du Kenya ou de l’Inde ». Un modèle.

    Je me suis promené dans les rues de San Francisco. Je ne connaissais pas grand-chose de l’histoire de la ville. J’ai été stupéfait par le nombre de #clochards, de #toxicomanes et de malades mentaux qu’on y rencontre. Parfois au pied d’immeubles de luxe réservés aux super-riches, ou devant les bureaux d’#Uber, de #Microsoft, ou de #Twitter. J’ai vu les gratte-ciels, ces manifestations délirantes de l’hubris de la société industrielle, dont les constructions sont autant de désastres écologiques. Les travaux incessants qui font de toutes les villes d’interminables chantiers. Les magasins de luxe de l’#hypercapitalisme actuel. Les businessmen pressés — de faire du profit, toujours plus, en exploitant les hommes et en détruisant la planète, toujours plus — qui ignorent machinalement tous les clochards qu’ils croisent lors de leur jogging matinal. Je n’ai pas vu « des gens doux et gentils, le long des rues de San Francisco », me parler de fleurs et devenir mes amis. Je n’ai pas vu de fleurs dans les cheveux mais des oreillettes Bluetooth et des smartphones dans les mains. Bref, j’y ai vu la démence commune de la modernité.

    Il n’y a rien de #durable à #San_Francisco. Comme beaucoup d’autres, cette ville incarne précisément l’insoutenabilité, l’iniquité et la folie qui gangrènent la civilisation industrielle. Ceux qui se servent de son cas pour suggérer qu’on pourrait la rendre durable ou écologique sont les idiots utiles du #capitalisme_vert. C’est l’évidence même. Ceux qui ne le comprennent (toujours) pas aujourd’hui ne manqueront pas de le constater d’ici quelques années.

    https://seenthis.net/messages/714664 via BCE 106,6 Mhz


  • Récit à 360°. Trois otages de l’Hyper Cacher témoignent
    https://www.mediapart.fr/journal/france/090118/recit-360-trois-otages-de-l-hyper-cacher-temoignent

    © WDR Trois ans après, trois témoins de l’attentat contre l’Hyper Cacher racontent les longues heures de la prise d’otages, qu’ils ont vécue cachés dans une chambre froide ou à la merci du terroriste #Amedy_Coulibaly. Un documentaire à découvrir en 360°.

    #France #Antisémitisme #Attentat #Hyper_Cacher #juifs_de_France #Montrouge #«Charlie_Hebdo»


  • Récit en réalité virtuelle. Trois otages de l’Hyper Cacher témoignent
    https://www.mediapart.fr/journal/france/090118/recit-en-realite-virtuelle-trois-otages-de-l-hyper-cacher-temoignent

    © WDR Trois ans après, trois témoins de l’attentat contre l’Hyper Cacher racontent les longues heures de la prise d’otages, qu’ils ont vécue cachés dans une chambre froide ou à la merci du terroriste #Amedy_Coulibaly. Un documentaire à découvrir en 360°.

    #France #Antisémitisme #Attentat #Hyper_Cacher #juifs_de_France #Montrouge #« Charlie_Hebdo »


  • « Charlie Hebdo », #Hyper_Cacher : Paris commémore sobrement les #attentats_de_janvier_2015
    https://www.mediapart.fr/journal/france/070118/charlie-hebdo-hyper-cacher-paris-commemore-sobrement-les-attentats-de-janv

    Le président de la République Emmanuel Macron, accompagné d’Anne Hidalgo, la maire de Paris, devait se rendre dimanche 7 janvier sur les différents lieux parisiens des attaques, trois ans après les attentats contre #Charlie_Hebdo et l’Hyper Cacher, au cours desquels 17 personnes ont perdu la vie. À cette occasion, nous vous proposons de relire nos enquêtes les plus marquantes.

    #France


  • « Charlie Hebdo », #Hyper_Cacher : Paris commémore sobrement les attentats de 2015
    https://www.mediapart.fr/journal/france/070118/charlie-hebdo-hyper-cacher-paris-commemore-sobrement-les-attentats-de-2015

    Le président de la République Emmanuel Macron, accompagné d’Anne Hidalgo, la maire de Paris, devait se rendre dimanche 7 janvier sur les différents lieux parisiens des attaques, trois ans après les attentats contre #Charlie_Hebdo et l’Hyper Cacher, au cours desquels 17 personnes ont perdu la vie. À cette occasion, nous vous proposons de relire nos enquêtes les plus marquantes.

    #France #attentats_de_janvier_2015


  • Un quart des #salariés français en état d’#hyperstress
    http://www.miroirsocial.com/actualite/15295/un-quart-des-salaries-fran-ais-en-etat-d-hyperstress

    Notons d’abord l’importance du phénomène du stress au travail, avec près d’un quart des individus en état d’hyperstress, dangereux pour leur santé. Les femmes sont un peu plus touchées que les hommes alors que cadres et non-cadres sont également concernés. Les taux d’hyperstress augmentent aussi légèrement avec l’âge. En fait, les plus grandes différences concernant les taux d’hyperstress s’observent en fonction des secteurs d’activité.

    Environ la moitié de ces salariés présente des niveaux élevés d’#anxiété et un salarié sur six est sans doute atteint d’une pathologie anxieuse. Les niveaux dépressifs élevés sont nettement moins fréquents, ne touchant que moins d’un tiers des salariés. Les états dépressifs caractérisés semblent ne toucher qu’un seul salarié sur 15. Les manifestations anxieuses et dépressives sont plus fréquentes chez les femmes, augmentent avec l’âge et varient selon les secteurs d’activité.

    Les sources de stress au travail (les facteurs de risques psychosociaux) sont extrêmement nombreuses et leur grande diversité apparaît dans les résultats de cette étude. Les exigences liées au travail et les changements se détachent nettement, ainsi que le manque d’autonomie et de reconnaissance. Les relations au travail semblent moins responsables du stress des salariés.

    https://seenthis.net/messages/647769 via Agnès Maillard


  • Encartopedia
    http://encartopedia.fastforwardlabs.com

    http://blog.fastforwardlabs.com/2017/08/15/encartopedia.html

    I used #machine_learning techniques and #visualization to explore new navigation possibilities for Wikipedia while preserving its hypertextual feel. With Encartopedia, you can map the path of any journey through Wikipedia, or use the visualization to jump to articles near and far.

    http://blog.fastforwardlabs.com/images/2017/08/enc-ui.png

    http://wiki.polyfra.me

    #text_mining #proximité #cartographie_de_n'importe_quoi #hypertexte

    (assez proche de ce que je fais avec #tSNE)

    https://seenthis.net/messages/625795 via Fil


  • MARTINE CONTRE ikea, carrefour, lidl, leclerc et les autres

    L’histoire est celle d’une lanceuse d’alerte qui pourrait être notre grand-mère. Celle d’une petite commerçante ruinée, qui prend sa revanche contre les #hypermarchés depuis près d’un quart de siècle. À son tableau de chasse, près d’une cinquantaine de projets stoppés partout en France. « Seule face aux géants », #Martine_Donnette lève le voile sur les pratiques douteuses de la #grande_distribution.

    https://pbs.twimg.com/media/C510qh8WcAEpot0.jpg
    https://lequatreheures.com/episodes/martine-contre-ikea-leclerc-carrefour-les-autres
    #supermarchés #grandes_surfaces #France #résistance
    cc @albertocampiphoto

    https://seenthis.net/messages/574433 via CDB_77


  • #Hyper_Cacher : la veuve d’Amedy Coulibaly confirme dans des écoutes être en Syrie
    https://www.mediapart.fr/journal/france/100117/hyper-cacher-la-veuve-d-amedy-coulibaly-confirme-dans-des-ecoutes-etre-en-

    Selfie d’Amedy Coulibaly et de sa femme #Hayat_Boumeddiene © DR La veuve d’Amedy Coulibaly, le tueur de l’Hyper Cacher, a téléphoné à plusieurs de ses proches entre mai et septembre 2015. Dans des écoutes que Mediapart révèle, Hayat Boumeddiene confirme être en Syrie et y être très heureuse. À en croire un membre de sa famille, elle ne manifeste aucun regret « pour le reste ».

    #France #Amedy_Coulibaly #attentats #DGSE #DGSI #Etat_islamique #terrorisme


  • Soudain le rideau de fer se referma sur l’Hyper Cacher
    https://www.mediapart.fr/journal/france/090117/soudain-le-rideau-de-fer-se-referma-sur-l-hyper-cacher

    Mediapart publie le récit, minute par minute, de l’attentat perpétré par #Amedy_Coulibaly le 9 janvier 2015 et qui a fait quatre morts à l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes. Ce récit est tiré du livre Femmes de djihadistes, de notre collaborateur, Matthieu Suc.

    #France #attentats #Hyper_Cacher #terrorisme


  • Cholestérol : le grand bluff ? | Sciences, environnement, technologies | ARTE Future
    http://future.arte.tv/fr/cholesterol?language=fr
    Diffusion le 18.10.2016 à 20h50

    Le #cholestérol, que tout un chacun se représente comme un excès de mauvaise graisse dans l’organisme, est désigné à la vindicte médicale et populaire depuis les années 1950 comme responsable des #maladies_cardio-vasculaires qui terrassent jeunes et vieux avant l’heure. Or, un nombre croissant de chercheurs en médecine dénoncent ce qu’ils considèrent comme un vaste #mensonge, façonné à la fois par une série d’#approximations_scientifiques et par de puissants #intérêts_économiques, de l’#industrie_agroalimentaire d’abord, des #laboratoires_pharmaceutiques ensuite. Les facteurs avérés de risque, affirment ces recherches convergentes, sont en réalité le #tabac, l’#hypertension, l’#obésité et le #manque_d'exercice. Mais depuis la mise sur le marché, en 1993, de nouveaux traitements #anticholestérol, les #statines, une écrasante majorité de médecins mise sur leur prescription avant toute autre mesure préventive. Consommées par 220 millions de patients à travers le monde, les statines sont devenues en quelques années le #médicament le plus vendu dans l’histoire de la #médecine. Or, les fabricants eux-mêmes commencent à reconnaître qu’elles peuvent entraîner des #effets_secondaires graves, tels que des douleurs musculaires, des problèmes hormonaux, des pertes de #mémoire, des #dépressions et aussi, selon des études récentes, le déclenchement d’un #diabète. Une reconnaissance tardive qui, étrangement, intervient alors que les derniers #brevets en la matière tombent dans le domaine public et qu’une nouvelle molécule anticholestérol s’annonce.

    #big_pharma #santé

    https://seenthis.net/messages/533367 via odilon



  • Victimes du #terrorisme : vers une indemnisation au rabais ?
    https://www.mediapart.fr/journal/france/250416/victimes-du-terrorisme-vers-une-indemnisation-au-rabais

    Maryse Wolinski est la première victime des attentats de 2015 à saisir la justice. Elle estime que le fonds de garantie ne propose pas de l’indemniser correctement pour la mort de Georges, l’une des victimes de l’attentat contre #Charlie_Hebdo. Comme elle, beaucoup de victimes sont aujourd’hui en colère ou dans l’incompréhension face à ce fonds au fonctionnement opaque et au financement incertain.

    #France #13_novembre #Bataclan #FGTI #Hyper_Cacher #Maryse_Wolinski #Mohamed_Merah


  • Five burning questions about Magic Leap after Wired’s huge profile | The Verge
    http://www.theverge.com/2016/4/19/11459498/five-burning-questions-about-magic-leap-after-wireds-huge-profile
    https://www.wired.com/wp-content/uploads/2016/04/may_2016_cover1.jpg

    Wired ran an enormous profile on mysterious AR startup Magic Leap today, written by legendary tech journalist Kevin Kelly. It’s incredible, and you should read it, if only because Kelly’s obvious love and enthusiasm for virtual and augmented reality is infectious and energizing.

    But the piece also raises many, many more questions about Magic Leap than it answers — and given the extreme opacity that’s surrounded Magic Leap, that’s pretty notable. (To catch you up: Magic Leap is a secretive company that’s raised over a billion in funding from #Silicon_Valley giants like Google and Andreesen Horowitz, but it’s never given a public demo

    http://www.wired.com/2016/04/magic-leap-vr

    #son #réalité_virtuelle #hype

    http://seenthis.net/messages/482458 via Fil


  • Autopsie de la #kalachnikov 63622 de #Coulibaly
    https://www.mediapart.fr/journal/international/180316/autopsie-de-la-kalachnikov-63622-de-coulibaly

    Au nom de la libre circulation des marchandises, Bruxelles a laissé prospérer en Europe un marché de vente d’armes “neutralisées” qui a permis d’alimenter les terroristes de janvier et novembre 2015. Malgré plusieurs alertes, la loi n’a pas été changée.

    #International #France #13-Novembre #Abaaoud #attentats #Charlie_Hebdo #Commission_européenne #Hyper_Cacher #Kouachi #terrorisme


  • #Le_grand_A

    L’#Hypermarché est-il un ogre qui dévore et détruit tout sur son passage ou est-il source de développement ? Comment fonctionnent les filières d’approvisionnement ? Les producteurs locaux sont-ils les laissés-pour-compte de ce gigantisme ? Les clients sont-ils les victimes de la guerre économique liée au modèle de #consommation ou en sont-ils les bénéficiaires ? Les hypermarchés sont-ils responsables de la #malbouffe ? Le petit commerce et la vie des centres-villes sont-ils victimes ou coupables de ne pas s’être adaptés ?

    http://www.futuropolis.fr/couv_maxi/9782754810388.gif
    http://www.futuropolis.fr/fiche_titre.php?id_article=790365
    #supermarché #grande_distribution #aménagement_du_territoire #livre #BD #bande-dessinée
    #ressources_pédagogiques

    http://seenthis.net/messages/449848 via CDB_77



  • Après six ans en prison, un blogueur iranien redécouvre Internet, et s’en plaint | Big Browser
    http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2015/07/16/apres-six-ans-en-prison-un-blogueur-iranien-redecouvre-inter
    http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/files/2015/07/1084957978_c5189699b3_b-530x398.jpg

    Incarcéré en 2008, Hossein Derakhshan a passé près de six ans dans les prisons du régime pour « collaboration avec l’ennemi », « propagande contre le régime », « insulte envers le sacré », « création de sites immoraux » et « contacts avec les Etats ennemis ». Six ans sans ordinateur, sans Internet, sans réseau, jusqu’à sa grâce accordée en novembre 2014. Ayant retrouvé sa liberté, et avec elle le World Wide Web, il raconte sur le site Medium l’Internet qu’il a découvert en sortant de prison. Et qu’il n’a pas reconnu.

    « C’est une grande perte en termes de pouvoir intellectuel et de diversité », regrette-t-il. Avant, le Web avait suffisamment de pouvoir et d’influence pour m’envoyer en prison. Aujourd’hui, ce qu’on y trouve ressemble de plus en plus à du divertissement », conclut-il, « au point que l’Iran n’a même plus besoin de bloquer certains réseaux sociaux ».

    Son article complet sur Medium :
    https://medium.com/matter/the-web-we-have-to-save-2eb1fe15a426

    #blogs #réseaux_sociaux #hyperliens #internet_du_spectacle

    http://seenthis.net/messages/390443 via nicod_