• #Cancer is the 2nd biggest killer globally - The Economic Times
    http://economictimes.indiatimes.com/magazines/panache/cancer-is-the-2nd-biggest-killer-globally/articleshow/47468351.cms

    Proportion of deaths due to cancer around the world increased from 12% in 1990 to 15% in 2013 while the number of new cases almost doubled in India during the period. In India, deaths from the disease have increased by 60%, according to the latest report ’Global Burden of Cancer-2013’

    #inde #santé

    http://seenthis.net/messages/378071 via Fil


  • India is building millions of toilets, but that’s the easy part - The Washington Post
    http://www.washingtonpost.com/world/asia_pacific/india-is-building-millions-of-toilets-but-toilet-training-could-be-a-bigger-task/2015/06/03/09d1aa9e-095a-11e5-a7ad-b430fc1d3f5c_story.html?tid=pm_world_pop_b
    https://img.washingtonpost.com/rw/2010-2019/WashingtonPost/2015/06/02/Foreign/Images/IndiaToilet11433269150.jpg

    MUKHRAI, India — Rameshwar Natholi received an unexpected gift from the government re
    cently when workmen descended on his modest home in this rural village in the northern Indian state of Uttar Pradesh and built a brand-new toilet in his front yard.

    Natholi, a farmworker, said he never wanted one. Most people in his village have been relieving themselves in the open fields for years.

    But as part of Prime Minister Narendra Modi’s “Clean India” campaign to provide new sanitary toilets to more than 60 million homes by 2019, Mukhrai has been in the midst of a toilet-building boom since April.

    More than 53 percent of Indian homes — about 70 percent in the villages — lack toilets. Poor sanitation and contaminated water cause 80 percent of the diseases afflicting rural India, and diarrhea is a leading killer of children younger than 5, UNICEF says.

    #Inde, #toilettes



  • La crise, cette grande machine à déclasser - Libération
    http://www.liberation.fr/economie/2015/05/31/la-crise-cette-grande-machine-a-declasser_1320409

    La pression exercée sur les #chômeurs de longue durée, dont le nombre a plus que doublé depuis 2008, les conduit à accepter des postes de moins en moins qualifiés.

    Ancien ouvrier qualifié devenu vigile dans une grande surface après une longue période sans emploi : le personnage joué par Vincent Lindon dans la Loi du marché n’est pas qu’un rôle de fiction. C’est un phénomène - le chômage de longue durée suivi d’un déclassement social - en pleine explosion dans une France laminée par six ans de crise [Lire 36 ans 46 ans ?]. En mars, #Pôle_Emploi [avec une cap à #emploi, tiens donc...] recensait ainsi 2,3 millions de chômeurs de longue durée (inscrits depuis plus d’un an), un chiffre en hausse de 10 % sur douze mois, et de 18 % pour les très longues durées (sans emploi depuis plus de trois ans). Soit une progression deux à quatre fois plus importante que pour les autres chômeurs.
    « Sédimentation ». Depuis le début de la crise, la hausse est même vertigineuse : + 128 % depuis janvier 2008. Les demandeurs d’emploi de longue durée représentent désormais quasiment un chômeur sur deux (43 %), contre un petit tiers il y a sept ans. « C’est l’effet mécanique d’une crise qui dure, où l’absence d’offres d’emploi fait gonfler le stock de chômeurs, en nombre et en durée, explique le chercheur Thomas Amossé, du Centre d’études de l’emploi (CEE). Mais c’est aussi dû au fait que cette crise a prospéré sur un niveau de chômage qui était déjà élevé. Crise après crise, il y a une sédimentation progressive de la #paupérisation par le chômage. »

    Outre la crise, Pôle Emploi estime que cette hausse est aussi liée, pour les plus âgés, à la suppression progressive, depuis 2008, de la dispense de recherche d’emploi (DRE), qui leur permettait d’attendre la #retraite sans être contraints de chercher un boulot. Suppression qui les a fait basculer, depuis, dans les statistiques du chômage. A cela s’ajoute la réforme des retraites de 2010 qui, en repoussant l’âge légal de départ de 60 à 62 ans, a maintenu des seniors au chômage deux années supplémentaires.

    Mais Lindon n’incarne pas seulement un chômeur de longue durée, c’est aussi un « déclassé social », autre phénomène en vogue dans la France en crise. Ouvrier qualifié, il subit de plein fouet la désindustrialisation entamée dans le milieu des années 2000. « Les usines qui ont fermé ou qui ferment sont souvent adossées à des villes moyennes, où retrouver un emploi du même type se révèle impossible, explique Thomas Amossé. A défaut d’obtenir une #indemnisation de longue durée, ou même après, les ouvriers concernés sont contraints d’accepter des boulots alimentaires, généralement dans le tertiaire : gardiennage, restauration, entretien. »

    Une tendance confirmée par les chercheurs Laurence Lizé et Nicolas Prokovas (1) : « Alors que les déclassements étaient encore très rares entre 1980 et 1985, la #mobilité_descendante a doublé depuis, sous l’effet de la destruction des emplois industriels et de l’essor des emplois de service de faible qualification. » Les femmes, notamment, « ont subi des suppressions d’emploi dans l’industrie et se sont reclassées dans des emplois de service avec un niveau de qualification inférieur, d’aide ménagère, par exemple ». Selon une étude sur un groupe de sortants de l’ANPE en 2007, les chercheurs ont relevé un taux de 24 % de déclassement. Et encore ces chiffres datent-ils d’avant la crise.

    Décalage. Mais ce que souligne également le film de Stéphane Brizé, c’est l’acceptation de ce déclassement, battant ainsi en brèche l’idée qu’un chômeur préfère rester au chaud à Pôle Emploi plutôt que de reprendre un travail en décalage avec ses prétentions. L’étude de Lizé et Prokovas montre ainsi que « les personnes acceptent les emplois déclassés qui leur sont proposés, même si leurs trajectoires antérieures sur le marché du travail leur ouvrent des droits à l’indemnisation ». Selon leurs auteurs, « il n’existe pas de comportement de refus d’emploi de la part des chômeurs : si trappe au chômage il y a, il faudrait en chercher les raisons du côté de la nature des emplois proposés, de leurs conditions d’exercice ou de leur rémunération ».

    Retrouver un #travail, même s’il ne correspond pas à ses qualifications, n’est-il cependant pas préférable au chômage ? Non, selon ces mêmes chercheurs : « L’acceptation des emplois déclassés n’apparaît pas comme une stratégie efficace de sortie du chômage car le déclassement n’accélère pas la reprise d’emploi et provoque souvent un enlisement dans la #précarité de statut et de #revenu. » Bref, « l’emploi à tout prix n’est pas forcément une voie satisfaisante de sortie du chômage ».

    (1) « Itinéraires de chômeurs sur longue période : étude des #parcours déclassants ». Laurence Lizé, Nicolas Prokovas, Centre d’économie de la Sorbonne
    attention, le lien qui suit impose le téléchargement du pdf

    www.cereq.fr/index.php/content/download/1295/.../relief29_p107.pdf

    #salaire #inégalités #parcours_de_vie #durée #rythmologie

    http://seenthis.net/messages/376067 via colporteur


  • http://cdn.cinemur.fr/movies/cache/600x800_232191.jpg
    Indésirables, Philippe Barassat, 2015
    Comme je l’ai dit : 2 fois 1h30 de route pour aller voir ce film dans la seule salle de Dordogne. Vraiment pas déçu. Ce film est important. Il n’y a pas de doutes.
    Je trouve ce genre de moment que j’adore où on ne peut différencier la forme et le fond.
    Je ne permettrais personne de dire qu’Indésirables « aborde la question de l’accompagnement sexuel pour les handis », ce n’est pas la question. C’est un thème du film, certes, le héro se fait proposer de passer du temps avec des femmes, mais pas que, en échange d’un peu d’argent. Et là, moi, je trouve la différence essentielle entre un film à thèse, que l’on peut aussi appeler film de propagande, et un film de cinéma avec la seule chose que sait faire bien le cinéma c’est à dire des représentations, des récits, des images.
    Et c’est comme ça que ce film pose des questions, bien réelles !
    Bon. Il couche avec la première fille. C’est vachement bien. Il y a du corps, et ça c’est rare. Parce que, j’arrête pas de le dire, le handicap, comme le cinéma, c’est une histoire de corps. Et là, il y en a. Et le héro qui a sa vie, se trouve bien débile quand la fille lui dit qu’elle est amoureuse de lui et qu’elle veut se marier. Bah oui tiens tu t’attendais à quoi ?
    Et finalement, Jeremie, il se met à enchaîner. Ca défile dans son appart’, de toutes les tailles et de toutes les formes. La cour des miracles je vous dis ...
    Et puis il vient des bribes, des doutes, pourquoi il fait ça ? Le plaisir sexuel, on s’en fiche ... mais le reste, la charité, la compassion, le plaisir de sa propre image d’être celui qui accepte de faire ce que les éducs n’ont jamais toléré ... le sauveur. C’est Hervé Chenais, merveilleux dans son zozotement lubrique qui lui dit ça la première fois. Est-ce que ce n’est pas lui Jeremie qui a besoin de ces monstres pour ce sentir utile ?
    Et c’est là qu’on touche les limites, autant pour le débat que pour le cinéma. Le générique crédite les nombreux participants ainsi : non pas un film avec mais un film grâce à. On sent bien que celui-ci est fait avec 2 francs 50. C’est bien pour ça qu’il passe nulle part. Ce n’est pas vraiment à cause de sa qualité.
    Les images et idées données dans ce film dépassent largement son niveau de production. Alors, ça déconne un peu, forcément, trop de choses sont textuelles et pas vraiment mises en film. Il a voulu tout mettre dedans et parfois, il n’y a pas la place.
    Par exemple, la scène de fin ne tient pas debout (eheh c’est rigolo comme tournure... : - )) pas assez. Mais c’est pas grave parce qu’on sent ce qu’il aurait fallu faire.
    Il faut soutenir ce film à mort. Il faut qu’il passe au cinémabrut :
    http://www.cinemabrut.com
    Et à l’étrange festival :
    http://www.etrangefestival.com
    Et dans tous les festivals LGBT de France et de Navarre.

    Bref, vive le cinéma, vive le handicap, vive le corps et vive le cul !
    https://www.youtube.com/watch?v=XZT7YMf9DRc


    #critique_a_2_balles #Indésirables #Philippe_Barassat #Hervé_Chenais #2015 #film_d'handicapé #cinéma #cinémabrut #accompagnement_sexuel #prostitution #handicap #stras

    http://seenthis.net/messages/375425 via Rémi Gendarme


  • #Rafale, les coulisses de l’exploit (sic)
    http://lemonde.fr/idees/article/2015/05/29/rafale-les-coulisses-de-l-exploit_4643804_3232.html

    En mai 2012, Hollande a commencé par fermer la « war room » installée à l’Elysée par son prédécesseur pour les grands contrats à l’export. Il confie le dossier à Le Drian, son ami de trente ans. « Le Drian fait la partie politique, rien que la partie politique, il est là pour gagner la confiance des acheteurs, place ensuite aux industriels », explique son cabinet. L’exécutif affiche un principe : « chacun son rôle, chacun sa place ». Mais au Quai d’Orsay, ces mots font grincer des dents, car la diplomatie économique chère à Laurent Fabius a été court-circuitée. Au Caire, le 16 février, « Fabius n’était pas sur la photo de la signature avec Al-Sissi. Il en a voulu à Dassault et l’a fait savoir. Il n’y en avait que pour Le Drian », glisse une source proche du dossier. A l’Elysée, on résume plus franchement : « Fabius n’a joué aucun rôle dans la vente du Rafale. »

    (…) L’histoire se répète, car en 1982, après l’Egypte, l’Inde fut déjà le deuxième client du Mirage 2000, le prédécesseur français du Rafale.

    (…) Un autre acteur digère mal le Rafale : Air France. François Hollande a assuré, après la signature, que la vente n’avait donné lieu à aucune contrepartie, mais Qatar Airways, simultanément, s’est vu promettre des droits de trafic supplémentaires pour desservir Nice et Lyon, concurrençant un peu plus sur son terrain la compagnie française. Jusqu’alors, cette demande avait été refusée tant par l’ancien président Sarkozy, en dépit de ses liens avec le Qatar, que par l’ex-premier ministre socialiste Jean-Marc Ayrault.

    En mars, le patron de Qatar Airways, Akbar Al-Baker, avait menacé de bloquer le contrat Rafale. A Doha, il n’a pas hésité à exprimer sa colère face à un patron français venu le voir, après la demande des ministres français et allemand des transports à Bruxelles d’agir contre « la concurrence déloyale des compagnies aériennes du Golfe ». Le 10 avril, lors du dîner d’Etat offert au premier ministre indien à l’Elysée, Jean-Yves Le Drian affiche une mine euphorique. Le ministre échange même des sourires avec l’hermétique Benoît Puga, assis en face de lui. Autour de la table, la contrepartie du contrat Rafale au Qatar ne fait pas débat. A un interlocuteur qui pose la question des exigences de Qatar Airways, le chef d’état-major particulier répond, après avoir croisé le regard du ministre : « Ça, on s’en occupe ! ».

    Par Nathalie Guibert, Dominique Gallois, Marie-Béatrice Baudet, Le Monde, 29/05/2015

    #armes #armements #socialistes #France #Egypte #Inde #Qatar

    http://seenthis.net/messages/375316 via tbn



  • Lester Brown portrait (How an American With a Knack for Math Saved India From Famine) - Bloomberg Business
    http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-05-19/how-an-american-with-a-knack-for-math-saved-india-from-famine
    http://media.gotraffic.net/images/ilJ2.PKWeGIc/v1/-1x-1.jpg

    He’d begin his days reading newspapers from around the country, each of which seemed to carry isolated accounts of local droughts. That was one puzzle piece. The head of Esso (now ExxonMobil) in India, whom he met at a diplomatic reception, glowed about business: Indian farmers had doubled their diesel purchases over the previous year to power irrigation pumps running full throttle to water dying crops. One more piece of the puzzle. An embassy official Brown knew showed up at work unexpectedly one day when he had said he’d be in the north duck-hunting. The man had canceled his annual trip because the lake had run dry. Another piece.

    The anecdotal evidence piled up and pointed to one conclusion. The country’s farmers would fall dramatically short of the grain needed by Indians, then numbering 480 million. Famine was imminent.

    From whatever data he could assemble, Brown projected a deficit of at least 10 million tons of grain

    #inde #famine #agriculture #révolution_verte #écologie

    http://seenthis.net/messages/373116 via Fil


  • Inde. Faire travailler les enfants sera plus facile | Courrier international
    http://www.courrierinternational.com/article/inde-faire-travailler-les-enfants-sera-plus-facile
    http://www.courrierinternational.com/sites/ci_master/files/styles/image_original_320/public/assets/images/inde.jpg?itok=sdmNtCfa

    Les défenseurs des droits des enfants ne décolèrent pas : le gouvernement indien a fait changer, le 13 mai dernier, la loi sur le travail des enfants votée en 2012. La liste des secteurs dits “à risque”, comme les exploitations minières, dans lesquels il est interdit d’embaucher des moins de 18 ans a été réduite pour permettre d’employer d’avantage de mineurs.

    #inde
    #travaildesmineurs


  • En Inde, des enfants veulent transformer les bidonvilles par la cartographie - Visionscarto
    http://visionscarto.net/inde-cartographie-enfants
    http://visionscarto.net/local/cache-vignettes/L480xH360/16677360628_d1c8-6234b.jpg

    Tous les enfants aiment dessiner. Mais en Inde, de jeunes résidents des bidonvilles utilisent leurs talents d’artistes pour provoquer des changements urbains.

    Dans le cadre d’une campagne civique centrée sur des clubs d’enfants, des groupes de jeunes créent des « cartes sociales » détaillées de leurs quartiers marginalisés avec l’objectif de partager leurs inquiétudes sur l’espace public.

    #inde
    #cartographie
    #urbanisme


  • Les sites matrimoniaux, un remède aux mariages arrangés en #Inde
    http://rue89.nouvelobs.com/2015/04/29/les-sites-matrimoniaux-remede-mariages-arranges-inde-258899

    L’Inde connait actuellement un essor des sites internet de #MARIAGE : plus de 1500 sites de ce genre ont été recensés. Dans une société où la tradition veut que ce soit le père, et plus largement la #famille qui choisissent le futur époux, la plus vaste sélection de prétendants qu’offrent ces sites limite le pouvoir des parents tout en augmentant celui des #enfants. Comme sur n’importe quel site de rencontre, les candidats au mariage sont sélectionnés sur différents critères. Mais tandis que l’affinité prime dans les pays occidentaux, les sites de mariage indiens...

    #droits_de_l'homme #femmes


  • Le nouvel attrape-touriste d’Uber à New Delhi
    http://rue89.nouvelobs.com/2015/04/21/nouvel-attrape-touriste-duber-a-new-delhi-258790

    Loin des véhicules de la gamme de luxe qu’elle propose habituellement, l’application de covoiturage #Uber propose de nouveaux véhicules à New Delhi depuis le début du mois : les pousse-pousse. Il ne fait pas de doute que par cette appropriation stratégique de la culture indienne, la start-up tente de s’attirer les faveurs des touristes. Le pousse-pousse amélioré « Le produit a toujours été là, nous le rendons juste plus pratique et plus Uber », explique Gagan Bhatia, directeur de l’antenne d’Uber à Dehli. « Plus Uber » signifie notamment qu’en dehors de l’adresse...

    #transports #taxis #Inde #entreprises #travail


  • _Jiminy Panoz est un des meilleurs voire le meilleur des professionnels de l’epub ; je le dis comme…
    http://seenthis.net/messages/360529

    Jiminy Panoz est un des meilleurs voire le meilleur des professionnels de l’#epub ; je le dis comme je le pense. Dans cet article il explique très bien comment marche la conception d’un #livre_électronique, et en plus, il offre à tou·te·s sous licence libre tout ce qu’il faut pour démarrer…

    #InDesign #EPUB starter kit - par Jiminy Panoz http://jiminy.chapalpanoz.com/wysiwyg-not-starter-kit-indesign-epub http://jiminy.chapalpanoz.com/wp-content/uploads/sites/2/2015/02/WYSIWYG-featured.png

    TL ;DR : Le billet explique pourquoi le concept de WYSIWYG — tel que conçu aujourd’hui — ne peut fondamentalement s’appliquer pour le livre numérique (reflowable text et fixed-layout), donc la réflexion ayant mené à la création d’un kit de démarrage InDesign EPUB

    Télécharger le kit

    (...) avec le livre numérique, (...)