• À quel prix sauvegarder la notion de #sujet ? Une bibliographie de nonfiction.fr
    https://www.nonfiction.fr/article-8711-ideographies__a_quel_prix_sauvegarder_la_notion_de_sujet__le

    Giorgio Agamben, Che cos’è la filosofia ?, Quodlibet
    Giorgio Agamben, De la très haute pauvreté. Règles et forme de vie (Homo Sacer, IV, 1), Rivages
    Giorgio Agamben, L’usage des corps (Homo Sacer IV, 2), Seuil
    Giorgio Agamben, Opus Dei. Archéologie de l’office (Homo Sacer, II, 5), Seuil
    Guillaume Artous-Bouvet, L’hermétique du sujet : Sartre, Proust, Rimbaud, Hermann
    Dorian Astor, Alain Jugnon (dir.), Pourquoi nous sommes nietzschéens, Les impressions nouvelles
    Etienne Balibar, Citoyen sujet, et autres essais d’anthropologie philosophique, PUF
    Jean-François Bert et Jérôme Lamy (dir.), Michel Foucault : un héritage critique, CNRS
    Yves Citton, Pour une écologie de l’attention, Seuil
    Michel Foucault, L’origine de l’herméneutique de soi, Vrin
    Michel Foucault, Subjectivité et vérité (cours au Collège de France, 1980-1981), Seuil
    Pascale Gillot et Danièle Lorenzini (dir.), Foucault/Wittgenstein : subjectivité, politique, éthique, CNRS
    Byung-Chul Han, Le désir ou l’enfer de l’identité, Autrement
    François Jullien, Il n’y a pas d’identité culturelle, L’Herne
    François Jullien, Philosophie du vivre, Gallimard
    David Le Breton, Disparaître de soi : une tentation contemporaine, Métailié
    Pierre Macherey, Le sujet des normes, Amsterdam
    Alexis Nous, La condition de l’exilé, MSH
    Thomas H. Ogden, Les sujets de l’analyse, Ithaque
    Nathalie Paton, School shooting, MSH
    Dominique Pradelle, Par-delà la révolution copernicienne du sujet, PUF
    Frédéric Rambeau, Les secondes vies du sujet. Deleuze, Foucault, Lacan, Hermann

    #philosophie #individu

    https://seenthis.net/messages/567453 via tbn


  • Philippe Meirieu : Modestes remarques sur le rôle des « pédagogues prétentieux »
    http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2016/11/25112016Article636156526083470927.aspx

    Disons-le tout net : alors que de « vrais politiques », réalistes et « en prise avec la grande majorité des Français », ont parfaitement compris que le choix de l’établissement et de son uniforme, les examens d’entrée égrenés à tous les niveaux de l’institution, les sanctions contre les « mauvais parents » et la mise en place d’une #orientation précoce, correspondent parfaitement à la montée d’un #individualisme, que nul, désormais, ne prend le risque de critiquer, les « pédagogues » sont tout simplement aujourd’hui des adeptes du « rapt d’enfants ». Ils sont là, tapis en embuscade, pour tenter d’assigner à l’#École une mission sociale… autant dire pour voler ostensiblement aux parents leur progéniture, pour former, autant que possible, des #citoyens capables de prendre en charge ensemble leur avenir quand, un peu partout, on voudrait simplement les voir « réussir », faire la fierté de leurs parents ébahis, se positionner dans la #hiérarchie sociale pour mettre en échec cette crainte du #déclassement qui tenaille tant de nos concitoyens.
     
    Que des « pédagogues » s’intéressent aux vertus de la mixité sociale, aux effets de l’entraide entre pairs et entre générations, à l’enrichissement que pourrait représenter, pour toutes et tous, des activités dites « manuelles »… que ces mêmes pédagogues veuillent, au-delà de l’indispensable #apprentissage des règles de la langue, donner à chacune et à chacun le goût de l’écrit et l’exigence d’une expression précise et rigoureuse, qu’ils veuillent faire de l’entrée dans la culture non un privilège mais un droit… voilà qui a de quoi inquiéter des politiques dont l’objectif premier reste, semble-t-il, de laisser entendre à chaque parent : « Vous allez enfin pouvoir choisir votre établissement pour vos enfants. Comme vous-mêmes, ils connaîtront les joies subtiles de « l’entre soi ». Votre fils ou votre fille ne risqueront pas de mauvaises fréquentations. Ils seront toujours triés sur le volet et n’auront pas à se préoccuper de ceux et celles qui, accidentés dans leur vie personnelle et sociale, pourraient avoir besoin d’eux. Soyez sereins : au royaume du » développement personnel », on ne leur demandera jamais de s’inscrire dans des collectifs pour faire l’expérience de la #solidarité. L’École de la République va devenir celle des familles, des ghettos et des clans. L’École de la culture pour tous celle de l’excellence pour quelques élus ». (1)

    https://seenthis.net/messages/545835 via Agnès Maillard


  • Plaidoyer pour l’auteur anonyme, par Fanny Taillandier
    https://questionssubsidiaires.wordpress.com/2016/10/15/plaidoyer-pour-lauteur-anonyme

    L’uniforme et a fortiori l’armure policière visent à désindividualiser une #violence qui ne doit pas pouvoir être soupçonnée d’être le fait de quelqu’un. De même le code juridique ne saurait avoir d’auteur – lequel serait, le cas échéant, celui qui dicte la loi, à savoir le dictateur. La force de la violence policière est de ne jamais être le fruit de personne ; à la fin du Procès, Joseph K regrette de ne jamais avoir vu le juge – c’est pourquoi il meurt « comme un chien ».

    D’une certaine façon, la violence – la puissance corrosive – est donc décuplée par l’anonymat. Dans le cas de la police, il s’agit de rendre palpable l’étendue du Léviathan, ce corps constitué de tous les corps qui lui ont abandonné leur force.

    On peut penser qu’il en va de même pour l’anonymat littéraire : si L’Insurrection qui vient, comme avant elle De la misère en milieu étudiant, font peur à la police, c’est parce que cet anonymat cache sans doute un « collectif radical écrivant », tout comme l’obscurité cache des hordes de crocodiles sous le lit des enfants. Effroyable.

    #anonymat #littérature #pseudonyme #identité #individu #secret

    https://seenthis.net/messages/535176 via tbn


  • L’individualisme, une invention de l’Occident
    #podcast #radio #FranceCulture

    https://www.franceculture.fr/cruiser-production/2016/10/af546fab-3cff-4bc3-9cbf-007f0629a9a5/510_054_lehd8033.jpg.pagespeed.ce.wRsTrT1XTS.jpg

    La Grande Table convie Jérôme Baschet, historien médiéviste et maître de conférences à l’EHESS, qui signe « Corps et âmes : une histoire de la personne au Moyen Âge », chez Flammarion.

    https://www.franceculture.fr/cruiser-production/2016/10/cfd74605-ca0b-48da-918c-42f68278da2b/250_1540-1.jpg.pagespeed.ce.HGYkt8jswO.jpg

    L’idée d’une conception relationnelle de la personne est de penser que la personne n’existe qu’à travers ses relations.

    Jérôme Baschet

    http://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/lindividualisme-une-invention-de-loccident

    #occident #individualisme #philosophie #société #Moyen-Âge #dualisme #Jérôme_Baschet

    https://seenthis.net/messages/532601 via Anthony


  • #SUPERHUMANS ? - Les mots sont importants (lmsi.net)
    http://lmsi.net/SUPERHUMANS

    Tout d’abord, le nom de la campagne « We are Superhumans » est révélateur de l’impossibilité pour les médias de sortir de la désormais célèbre dichotomie « mendiant/héros » dont j’ai déjà eu l’occasion de parler.

    Sportifs de haut niveau ou non, pourquoi devrions nous être plus que des humains ?

    Parce que si nous ne répondons pas à la définition du misérable, nous ne pouvons être que des héros, des « superhumains » comme le confirme cette vidéo, et rien d’autre.

    Les figures du mendiant et du héros ne sont pas seulement d’affreuses caricatures déshumanisantes, mais constituent de véritables injonctions sociales pour les personnes handicapées.

    Nous ne sommes visibles et acceptables socialement que si nous entrons dans l’une et l’autre de ces catégories. Nous sommes sommés d’être soit objet de pitié, soit objet d’admiration, et en tout état de cause toujours « objets ».

    Il nous est donc interdit d’être banalement humains, simplement nous mêmes, d’être des sujets libres d’agir et de s’exprimer, notamment sur notre existence en tant que personne handicapée, sans craindre de verser dans l’une ou l’autre de ces caricatures, ce qui est proprement insupportable.

    Ensuite, le titre et le refrain de la chanson, qui se veulent le slogan de la campagne et martèlent « Yes I can » sont au service d’une énième #individualisation et #dépolitisation de la question du #handicap.

    https://seenthis.net/messages/532463 via Agnès Maillard


  • Quand les superaliments deviennent un outil de #discrimination sociale | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/124223/superaliments-outil-discrimination-sociale
    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1090x500/public/capture_decran_2016-09-30_a_12.06.29.png

    « Cela créé une #individualisation massive, une quête absurde pour une nouvelle forme de #narcissisme que l’on pourrait intituler : “comment puis-je vivre éternellement ?” [...] Ce qui est terrible avec cette obsession de la classe aisée pour la “bonne” #nourriture c’est que les gens sont obsédés par ce qu’ils mangent –le kale, le quinoa– comme si c’était des choses magiques dont ils voulaient s’entourer pour être en bonne #santé et se protéger le plus possible, sans pour autant se préoccuper de ce que mangent les autres. »

    https://seenthis.net/messages/529519 via Agnès Maillard


  • Une révélation inquiétante - Initiatives pour le Désarmement #Nucléaire
    http://www.idn-france.org/2016/03/une-revelation-inquietante
    http://www.idn-france.org/wp-content/uploads/2016/03/Linconnu-de-province-2-1.jpg

    en cas de #guerre et d’empêchement du Président de la République, l’ordre de tir #nucléaire serait dévolu à un #individu désigné secrètement par le Président et “sans doute situé en #province. Ceci sans tenir compte des procédures de dévolution prévues par la #Constitution.
     Ainsi, un individu, homme ou femme, pourrait se voir attribuer du jour au lendemain le #pouvoir de donner la mort à des millions de personnes sans aucune légitimité constitutionnelle !

    tout s’éclaire : http://www.herodote.net/_images/francmacon.gif

    http://seenthis.net/messages/471350 via Fil


  • Dossier : fin de cycle pour la #social-démocratie (mars 2016)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2016/03/A/54964 #st
    http://www.monde-diplomatique.fr/IMG/arton54964.jpg

    Un sentiment d’exaspération traverse les sociétés occidentales. Le crédit des partis traditionnels est entamé ; les promesses d’un avenir meilleur après des années de #rigueur sont démenties par la persistance du #chômage et par l’approche d’une nouvelle bourrasque économique. Une vague migratoire, des lois sécuritaires et la peur du terrorisme complètent le tableau. La réponse des partis de gouvernement classés à gauche hésite entre la réaffirmation des utopies technologiques de la #Silicon_Valley et le recours à une « stratégie du choc » qui, au prétexte de libérer l’#entreprise et l’#individu, s’en prend frontalement au #droit_du_travail. Mais sortir de la nasse imposerait peut-être au contraire de rehausser ses ambitions…


  • Three and a half degrees of separation | Research at #Facebook
    https://research.facebook.com/blog/three-and-a-half-degrees-of-separation

    “I read somewhere that everybody on this planet is separated by only six other people. Six degrees of separation. Between us and everybody else on this planet. The president of the United States. A gondolier in Venice. Fill in the names (…) How every person is a new door, opening up into other worlds. Six degrees of separation between me and everyone else on this planet. But to find the right six people (…)” - John Guare, Six Degrees of Separation (1990)

    How connected is the world? Playwrights, poets, and scientists have proposed that everyone on the planet is connected to everyone else by six other people. In honor of Friends Day, we’ve crunched the Facebook friend #graph and determined that the number is 3.57. Each person in the world (at least among the 1.59 billion people active on Facebook) is connected to every other person by an average of three and a half other people. The average distance we observe is 4.57, corresponding to 3.57 intermediaries or “degrees of separation”. Within the US, people are connected to each other by an average of 3.46 degrees.

    Our collective “degrees of separation” have shrunk over the past five years. In 2011, researchers at Cornell, the Università degli Studi di Milano, and Facebook computed the average across the 721 million people using the site then, and found that it was 3.74 [4,5]. Now, with twice as many people using the site, we’ve grown more interconnected, thus shortening the distance between any two people in the world.

    Calculating this number across billions of people and hundreds of billions of friendship connections is challenging; we use statistical techniques described below to precisely estimate distance based on de-identified, aggregate data.

    #statistiques #individu cc @simplicissimus @fil @lewer

    http://seenthis.net/messages/458870 via tbn


  • L’univers et les stratégies du jeu de Go, entretien avec Frédéric Donzet - Revue Chimères, 2003
    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=4899

    Les pierres, contrairement aux échecs, ont toutes la même valeur. D’ailleurs, en elles-mêmes, elles ne sont rien. Lorsque deux pierres de même couleur sont adjacentes, elles forment une chaîne de pierres. C’est une sorte de famille ; si une pierre doit disparaître, la chaîne disparaît en entier. Ensuite vient le groupe, notion encore élargie de la chaîne. Ici, plusieurs chaînes, non strictement reliées entre elles, occupent un même espace, et participent à un même projet. On peut, contrairement à la chaîne, se faire prendre une partie de son groupe seulement, et conserver l’autre partie.

    Si toutes les pierres sont équivalentes au départ et à l’arrivée (chacune vaut un point), leurs valeurs stratégiques tournent au sein de la partie. À un moment donné, certaines pierres sont très importantes, et le deviennent moins après. L’erreur stratégique consiste évidemment à ne pas donner à ces pierres-là l’occasion de transmettre ailleurs l’énergie qu’elles possèdaient. Les pierres de coupe (séparant deux chaînes de la couleur adverse) par exemple, ont beaucoup de valeur. Il est intéressant de les maintenir en vie afin de diviser l’adversaire le plus longtemps possible. D’une manière générale, au-delà de la pierre, il y a la frontière dont elle fait partie, le territoire qu’elle borde, les zones où elle a de l’influence, et qui sont contenus dans cette pierre-là. Au Go, comme dans le Tao, l’énergie ne provient pas de l’individu mais de l’interaction des individus entre eux.

    En début de partie, avec quelques coups seulement tu chercheras à verrouiller des espaces vides. Ainsi ces vides seront à toi. Le partage des territoires (que tu ne rempliras qu’à la fin) se dessinera au plus vite en filigrane dans les coins et sur les bords, à cause des frontières naturelles. Le centre du Goban, où personne ne joue tout d’abord, est une sorte de vide, de zone d’interactions où tous les groupes viendront se frictionner ensuite.

    #jeu_de_go #valeur #individu #chaine #groupe #territoire #stratégie

    http://seenthis.net/messages/427863 via colporteur


  • L’« Ubérisation » de l’emploi est déjà partout !, Marie-Claire Carrère-Gée (Présidente du Conseil d’orientation pour l’emploi (COE))
    http://www.lemonde.fr/emploi/article/2015/11/05/l-uberisation-de-l-emploi-est-deja-partout_4803410_1698637.html

    Les débats sur les nouvelles #formes_d’emploi sont marqués par la nostalgie d’un passé imaginaire – l’âge d’or du CDI – et la fascination pour un avenir fantasmagorique – la fin du salariat.

    Or, l’âge d’or du CDI n’a jamais existé. La construction législative et jurisprudentielle du #CDI comme emploi protégé et stable ne date que des crises des années 1970. Au même moment, le législateur reconnaissait l’#intérim et le #CDD, leur assurant ainsi une progression fulgurante.

    En fait, depuis le début des années 2000, la répartition des grandes composantes de l’emploi – en CDI, temporaires, indépendant – est stable. En France, comme ailleurs, le CDI demeure la forme ultradominante d’emploi, autour de 87 % de l’emploi salarié. L’explosion du CDD et de l’intérim est derrière nous. Et nous n’assistons pas non plus à une explosion du #travail_indépendant : il s’est stabilisé autour de 10 % de l’emploi total, avec un regain récent tiré par l’autoentrepreneuriat.

    C’est vrai, on assiste à une diversification des formes juridiques d’emploi aux confins du salariat et du travail indépendant, avec le portage salarial, les coopératives d’activité et d’emploi, ou lorsqu’un indépendant exerce son activité dans un cadre contraint (la franchise, l’agent commercial mandataire indépendant, le gérant non-salarié de succursales de commerce de détail). Mais ces formes d’emploi, récentes ou plus anciennes, sont ultraminoritaires.

    Le CDI déjà minoritaire

    Alors, rien n’aurait changé ? Si, bien sûr. C’est même à un véritable bouleversement auquel nous assistons, avec une grande vague de #flexibilisation et d’#individualisation, qui touchent toutes les conditions d’emploi.

    A tout seigneur, tout honneur, le premier concerné est le CDI : le fameux « CDI à temps plein avec des horaires stables et chez un seul employeur » est déjà minoritaire, avec la progression du #temps_partiel, qui concerne un peu plus de 4 millions de #salariés, et des horaires décalés et variables. Près d’un tiers des salariés travaillent habituellement ou occasionnellement le dimanche, contre un sur cinq il y a vingt ans. La part des horaires à la carte a aussi quasiment doublé et dépasse les 10 %. L’unité de lieu du travail est également remise en question avec l’essor du #télétravail, qui concerne près de 17 % des actifs.

    La flexibilisation progresse aussi de façon fulgurante au sein des CDD : les contrats temporaires les plus courts explosent. Les flux d’emploi de moins de trois mois en CDD ou intérim représentent neuf embauches sur dix. L’explosion est encore plus forte pour les contrats de moins d’un mois.

    L’emploi indépendant s’individualise également de plus en plus : c’est, en son sein, l’emploi indépendant sans aucun salarié qui progresse avec notamment 1 million d’#autoentrepreneurs.

    Individualisation de l’activité

    Mais le phénomène le plus marquant de ces dernières années est l’individualisation de l’activité elle-même, avec l’explosion de la #pluriactivité – avoir plusieurs emplois salariés, ou un emploi salarié et un autre indépendant. Elle concerne aujourd’hui plus de 2,3 millions d’actifs, contre 1 million il y a dix ans. Un tiers des autoentrepreneurs le sont en complément d’un emploi salarié.

    A l’origine de ces évolutions, il y a des facteurs économiques : la crise, la financiarisation et la mondialisation de l’économie, qui conduisent les entreprises à réduire leurs coûts ; l’essor du secteur tertiaire ; l’installation d’un #chômage de masse, qui réduit les capacités de négociation des actifs.

    Mais des facteurs sociologiques sont aussi à l’œuvre, avec des aspirations croissantes à davantage d’autonomie dans le travail, et de liberté dans la gestion de son temps. Enfin, l’essor des nouvelles technologies donne un formidable élan à toutes les formes d’activité dans lesquelles le travail ne s’exerce pas dans l’#entreprise qui embauche.

    C’est le cas des sites de « jobbing » entre particuliers, des plates-formes de services entre professionnels, des sites de free-lance, où un nombre important de personnes, rémunérées ou non, contribuent à la réalisation d’un #projet divisé en microtâches.

    Stress, flou entre vie professionnelle et personnelle

    Pour les entreprises, les avantages vont de soi. Mais, énormément d’actifs y trouvent également leur compte, et davantage encore le pourraient : meilleur accès à l’emploi, revenus supplémentaires parfois très significatifs, diminution du risque en multipliant les employeurs ou donneurs d’ordre, souplesse dans l’organisation de son temps, plus grand intérêt d’un travail autonome et varié, acquisition de nouvelles compétences, possibilités accrues de reconversion, envie de faire autre chose en plus ou à la place de l’activité habituelle.

    Les risques sont tout aussi clairs : stress, flou entre vie professionnelle et personnelle, enfermement dans la #précarité, difficulté d’accès aux prêts et au logement pour les CDD très courts et les indépendants, déplacement du partage du risque économique, pertes de chance d’accéder à la formation, perte de ressources pour les assurances sociales, difficulté d’application de la législation du travail (notamment pour la rémunération minimale, la durée maximale et la santé), nécessité d’inventer d’autres formes de dialogue social…

    Il n’y a pas l’ancienne économie, d’un côté, et la nouvelle économie, de l’autre, les salariés et les « anciens indépendants » contre les « ubérisés » : la nouvelle économie est partout. L’enjeu n’est pas d’inventer de nouvelles formes juridiques d’activité, mais de maximiser les avantages de la flexibilisation et de l’individualisation de toutes les formes d’emploi, et d’en minimiser les risques pour tous.

    http://seenthis.net/messages/426107 via colporteur


  • Mead : philosophe, psychologue, sociologue
    http://www.laviedesidees.fr/Mead-philosophe-psychologue-sociologue.html

    La pensée de G. H. Mead a constitué une source d’inspiration majeure pour les sciences humaines et sociales. Mais cet héritage est méconnu et Mead, souvent cité par les spécialistes, est peu connu en France. Cet ouvrage collectif, qui croise plusieurs disciplines, insiste sur les nombreuses dimensions de cet héritage.

    Livres & études

    / #individu, #reconnaissance, #pragmatisme, #psychologie

    #Livres_&_études

    http://seenthis.net/messages/410711 via La Vie des idées