• La « mise sous curatelle » sert au conseil constitutionnel algérien acculé par la colère
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3451

    Elle est géniale et précieuse l’aide apportée au conseil constitutionnel algérien par la citoyenne, qui a intenté une demande de « mise sous curatelle » du malade Bouteflika. Le raïs ambitionne, qui dit-il déjà qu’il est gagnant d’avance et partira au bout d’une année, une 5ème mandature. Mais l’institution, servie par cet inattendu, peut ne pas prendre compte, car son autonomie est de loin facultative. Ce qui se fera don au détriment de la grande mobilisation qui secoue le pays, depuis déjà 3 semaines. (...)

    mouvement social, monde, revendications, actions, politique, syndicat, lutte, travail, ouvriers,

    / #crise,_capitalisme,_économie,_justice,_Bourse, #économie,_politique,_arts,_corruption,_opposition,_démocratie, Afrique, Monde Arabe, islam, Maghreb, Proche-Orient,, Maghreb, Algérie, Tunisie, (...)

    #mouvement_social,monde,_revendications,_actions,_politique,_syndicat,_lutte,_travail,_ouvriers, #Afrique,_Monde_Arabe,_islam,_Maghreb,_Proche-Orient, #Maghreb,_Algérie,_Tunisie,_Maroc,_Libye,_Africa,_population,_société #médecine,_sciences,_technologie,_ADN,_vaccin,_médicaments,_découvertes


  • Blanquer ne veux plus de filles ni de femmes dans la médecine.
    Il prétend qu’il veux diversifié les classes sociales, mais vu que toutes ces actions visent a favorisé l’école privée et à traiter les eleves des classes défavorisés comme du bétail, l’objectif ici est de réduir la place des femmes.

    Une femme, habitant dans une grande ville, ayant un bac S avec mention « très bien » et issue d’un milieu social favorisé : voilà le portrait-robot de l’étudiant en première année commune aux études de santé, que la réforme annoncée entend diversifier.

    C’est une révolution lente, qui a commencé dans les années 1970. Minoritaires au sein des filières scientifiques universitaires et dans les écoles d’ingénieurs, les filles sont de plus en plus nombreuses à suivre des études de médecine. Elles représentent désormais près de 70 % des inscrits en première année commune aux études de santé (Paces), et encore six sur dix des étudiants en deuxième année de médecine. « Attirance pour les métiers du secteur sanitaire et social », « plus grande motivation et maturité » sont quelques-unes des raisons empiriques invoquées par les universités pour expliquer cette féminisation très forte de la profession.

    Qui sont les étudiants et étudiantes de médecine d’aujourd’hui, qui seront chargés de soigner les Français dans les cabinets et dans les hôpitaux ? Si les filles sont bien plus nombreuses que par le passé, le profil social de l’élève en médecine a peu changé. En 2014, 40 % des étudiants de Paces avaient des parents cadres supérieurs ou exerçant une profession libérale – contre 30 % en moyenne à l’université. Des chiffres « stables depuis une vingtaine d’années », qui en font « une des formations les plus clivées socialement, derrière les classes préparatoires aux grandes écoles », souligne une note ministérielle de juillet 2015.
    Lire aussi En médecine, une prépa publique veut rompre avec le déterminisme social

    Un clivage d’autant plus préoccupant que l’origine sociale joue fortement sur la réussite : en 2009, un fils de cadre avait « deux fois plus de chances » que celui d’un ouvrier d’intégrer la deuxième année d’études de santé, selon cette même étude. Et même « 2,5 fois », s’agissant de la médecine. Les possibilités, en revanche, étaient comparables pour le concours de sage-femme.
    Sélection impitoyable

    « Associées à des métiers valorisants, les études de santé attirent beaucoup, en particulier les bons lycéens », décrypte Jean Sibilia, président de la Conférence des doyens des facultés de médecine. La sélection impitoyable à l’issue de la première année n’a pas découragé les vocations : et ce, même si 80 % des étudiants redoublent. In fine, un tiers seulement réussissent, au bout de deux ans, le concours couperet qui leur ouvrira les portes de la deuxième année de médecine, pharmacie, odontologie ou maïeutique (qui forme les sages-femmes). La Paces affichait 57 791 inscrits en 2017, 5,1 % de plus que lors de sa création, en 2010, selon la note d’information du SIES de novembre 2018.

    #discrimination #femmes #sexisme #medecine

    https://seenthis.net/messages/759324 via mad meg


  • Des intempéries mortelles et catastrophiques en Algérie n’intéressent pas les médias
    https://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3425

    Des conditions météorologiques extrêmes se poursuivent en Algérie. Ce qui compliquent l’existence de la population exposée à ce cycle rude de la nature. Des lieux deviennent inaccessibles, coupés des services de base et de l’accès à la nourriture et à l’eau. Le Croissant-Rouge algérien (CRA) continue à surveiller la situation et à fournir une assistance, par le biais de son réseau d’agences actives utilisant ses stocks pré-positionnés. Mais les conditions ne s’améliorent climatiques pas. Alors que (...)

    #associations,_mouvement,_vie_associative,_initiatives_citoyennes,_intérêt_commun,_communauté,_Etat,_institution

    / censure, presse, journaux, dictature, expressions, liberté, #crise,_capitalisme,_économie,_justice,_Bourse, #fait_divers,_société,_fléau,_délinquance,_religion,_perdition, Afrique, Monde (...)

    #censure,presse,_journaux,_dictature,_expressions,_liberté #Afrique,_Monde_Arabe,_islam,_Maghreb,_Proche-Orient, #Maghreb,_Algérie,_Tunisie,_Maroc,_Libye,_Africa,_population,_société #médecine,_sciences,_technologie,_ADN,_vaccin,_médicaments,_découvertes


  • Des intempéries mortelles et catastrophiques en Algérie n’intéressent pas les médias
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3425

    Des conditions météorologiques extrêmes se poursuivent en Algérie. Ce qui compliquent l’existence de la population exposée à ce cycle rude de la nature. Des lieux deviennent inaccessibles, coupés des services de base et de l’accès à la nourriture et à l’eau. Le Croissant-Rouge algérien (CRA) continue à surveiller la situation et à fournir une assistance, par le biais de son réseau d’agences actives utilisant ses stocks pré-positionnés. Mais les conditions ne s’améliorent climatiques pas. Alors que (...)

    #associations,_mouvement,_vie_associative,_initiatives_citoyennes,_intérêt_commun,_communauté,_Etat,_institution

    / censure, presse, journaux, dictature, expressions, liberté, #crise,_capitalisme,_économie,_justice,_Bourse, #fait_divers,_société,_fléau,_délinquance,_religion,_perdition, Afrique, Monde (...)

    #censure,presse,_journaux,_dictature,_expressions,_liberté #Afrique,_Monde_Arabe,_islam,_Maghreb,_Proche-Orient, #Maghreb,_Algérie,_Tunisie,_Maroc,_Libye,_Africa,_population,_société #médecine,_sciences,_technologie,_ADN,_vaccin,_médicaments,_découvertes


  • « Les seniors sont une valeur sûre » clament les sociétés de gestion du patrimoine ; les cheveux gris (silver) dopent la « Silver économie », considérée comme un axe à fort potentiel pour l’avenir de la France ; une « Silver valley » en région parisienne accueille 150 start-up emplies de jeunes rêvant de tirer des profits du vieillissement.
    Plus généralement, « médecine personnalisée » et « médecine participative » alimentent les big data appliqués à la santé, nouvel eldorado des laboratoires pharmaceutiques et des géants du web : par exemple, « Apple Watch » est une montre connectée permettant d’enregistrer en continu nos paramètres biologiques et de constituer un dossier médical numérique. Complété par le séquençage intégral de notre génome, il est destiné à réaliser une carte de santé, nuage de points que stockent des « bio-banques », projetant d’en exploiter la forte valeur marchande auprès de laboratoires, mais aussi de sociétés d’assurance, employeurs...
    C’est ce qu’explore notre invité Philippe Baqué, qui « utilise le journalisme comme un outil pour comprendre le réel, son environnement social, politique et humain », dans son livre Homme augmenté, Humanité diminuée – D’Alzheimer au transhumanisme, la science au service d’une idéologie hégémonique et mercantile.
    http://trousnoirs-radio-libertaire.org/sons/395_28janv2019.mp3


    #économie #médecine #radio


  • Missive au journaliste algérien qui plante les artichauts dans les cimetières
    https://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3409

    Le 30 mars prochain l’Algérie tiendra son "Erth Hour" (heure de la Terre), avec l’humanité. C’est le guide du routard « GDR » qui l’inscrit, comme RDV pour voyageurs. Et comme l’Algérie compte ouvrir son secteur touristique sur le Monde, en mettant les bouchées doubles en matière de communication à ce sujet, qui est un secteur économique de non-moindre importance, il faut se demander où sont les journalistes ? De quoi parlent les précurseurs du progrès, qui se considèrent impartiaux dans leur mission (...)

    écologie, planète, mer, sauvegarde, générations futures, avenir, verts, intérêts collectifs, humanité,

    / Afrique, Monde Arabe, islam, Maghreb, Proche-Orient,, Maghreb, Algérie, Tunisie, Maroc, Libye, Africa, population, société , médecine, sciences, technologie, ADN, vaccin, médicaments, (...)

    #écologie,planète,_mer,_sauvegarde,_générations_futures,_avenir,_verts,_intérêts_collectifs,_humanité, #Afrique,_Monde_Arabe,_islam,_Maghreb,_Proche-Orient, #Maghreb,_Algérie,_Tunisie,_Maroc,_Libye,_Africa,_population,_société #médecine,_sciences,_technologie,_ADN,_vaccin,_médicaments,_découvertes #Sports,_Ecologie,_environnement,_nature,_animaux


  • Missive au journaliste algérien qui plante les artichauts dans les cimetières
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3409

    Le 30 mars prochain l’Algérie tiendra son "Erth Hour" (heure de la Terre), avec l’humanité. C’est le guide du routard « GDR » qui l’inscrit, comme RDV pour voyageurs. Et comme l’Algérie compte ouvrir son secteur touristique sur le Monde, en mettant les bouchées doubles en matière de communication à ce sujet, qui est un secteur économique de non-moindre importance, il faut se demander où sont les journalistes ? De quoi parlent les précurseurs du progrès, qui se considèrent impartiaux dans leur mission (...)

    écologie, planète, mer, sauvegarde, générations futures, avenir, verts, intérêts collectifs, humanité,

    / Afrique, Monde Arabe, islam, Maghreb, Proche-Orient,, Maghreb, Algérie, Tunisie, Maroc, Libye, Africa, population, société , médecine, sciences, technologie, ADN, vaccin, médicaments, (...)

    #écologie,planète,_mer,_sauvegarde,_générations_futures,_avenir,_verts,_intérêts_collectifs,_humanité, #Afrique,_Monde_Arabe,_islam,_Maghreb,_Proche-Orient, #Maghreb,_Algérie,_Tunisie,_Maroc,_Libye,_Africa,_population,_société #médecine,_sciences,_technologie,_ADN,_vaccin,_médicaments,_découvertes #Sports,_Ecologie,_environnement,_nature,_animaux


  • Moyens mnémotechniques en #Médecine / PACES
    https://jeretiens.net/moyens-mnemotechniques-en-medecine-paces

    https://jeretiens.net/wp-content/uploads/2015/11/déveloper_booster_sa_mémoire_cerveau.jpg

    Voici les moyens mnémotechniques que j’ai rassemblés pour d’abord ma PACES puis ensuite mes études de médecine. Douleur Complications de la morphine : CRUNCH + GSPD (confusion, Rétention Urines, nausées, constipation, hallucinations) + Glaucome + prurit + dépression respi + seuvrage) Prodromes de surdosage : moysis, prurit, bradycardie en fait imprégnation morphinique Respiration BPCO = CRIN […]

    #diagnostique


  • Le délitement sans fin de la médecine scolaire
    https://www.liberation.fr/france/2019/01/02/le-delitement-sans-fin-de-la-medecine-scolaire_1700758

    Un élève qui peine en classe simplement parce qu’il a besoin de lunettes. Un autre qui n’arrive pas à entrer dans les apprentissages parce qu’en fait, il entend mal. En principe, tous les enfants de 6 ans, à leur arrivée au CP, doivent être auscultés par un médecin scolaire pour un bilan de #santé. C’est obligatoire. « Sauf que seuls 24,88 % des enfants ont effectivement fait ce bilan, avec des écarts entre départements allant de 0,8 % à 100 %», déplore Marianne Barré, la secrétaire générale du SNMSU-Unsa, le syndicat majoritaire représentant les médecins scolaires.

    Elle a devant les yeux les résultats de la dernière enquête menée par son syndicat et soupire : « En réalité, je me demande si ces études ont un quelconque intérêt. On empile les rapports établissant l’état catastrophique de la #médecine_scolaire. Mais rien ne change. Pire, la situation se dégrade encore. » Le nombre de médecins scolaires vient de tomber sous la barre des 1 000 : ils sont 976 professionnels en activité pour… 12,5 millions d’élèves. « Certains départements n’ont aujourd’hui plus du tout de médecin scolaire, comme l’Indre par exemple », déplore Patricia Colson, du Snamspen Sgen-CFDT (deuxième syndicat représentatif). Un tiers des postes de médecins scolaires ne sont pas pourvus, et même un sur deux en Seine-Saint-Denis, par exemple.

    En octobre 2017, l’Académie de médecine avait rendu un rapport « sur la situation alarmante de la médecine scolaire en France », faisant état par endroits d’un seul médecin censé prendre en charge 46 000 élèves… Les conséquences de cette pénurie, très concrètes, touchent en premier lieu les enfants de familles défavorisées. Ceux-là mêmes dont les parents connaissent déjà de telles difficultés pour payer la nourriture et un logement qu’ils n’ont ni le temps ni les moyens de faire les démarches pour aller voir un médecin de ville. En France, 14 % de la population (soit 8,8 millions de personnes) vit sous le seuil de pauvreté, dont des enfants. 1,2 million d’entre eux sont dans une très grande précarité, selon un rapport qui fait autorité datant de 2015 (1). L’école est censée être un refuge pour ces enfants. « Evidemment, les écoles en #éducation prioritaire et dans les territoires ruraux sont nos priorités, mais nous ne parvenons même plus à couvrir nos priorités », constate Marianne Barré avec amertume.

    Le plan pauvreté, annoncé début septembre par Emmanuel Macron, l’a déçue. « Il n’y a pas grand-chose nous concernant, si ce n’est cette idée de faire appel à la médecine générale pour le bilan de santé à 6 ans. Ce n’est absolument pas une solution. Ce bilan de santé est surtout important pour les enfants de milieux défavorisés, et tout l’intérêt justement était que l’examen se fasse à l’école, sans que les parents n’aient à faire de démarche ni avancer les frais. » Patricia Colson : « Les médecins généralistes sont débordés, ils n’arrivent déjà pas à assurer toutes leurs missions, alors comment pourraient-ils prendre en charge aussi la médecine scolaire ? » Elle pointe aussi le manque de formation spécifique pour détecter les pathologies induites par l’école, type stress, peur de l’échec, harcèlement… « Nos métiers sont complémentaires. Ils doivent le rester. Il faut rendre notre métier attractif. En revalorisant les salaires, mais pas seulement. Cela passe aussi par redonner du sens, que l’on puisse accomplir nos missions de prévention. Aujourd’hui, l’état de pénurie est tel, que c’est impossible. »

    https://seenthis.net/messages/750740 via Lyco


  • Je vois régulièrement passer des trucs pseudo-scientifiques mélangeant quantique, médecine, spiritualité… Je cherche des liens autour de ce sujet. Si vous en avez d’autres…

    La page wikipédia dédiée :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Mysticisme_quantique

    Une retranscription d’une conférence de 2006 au Québec :
    https://www.sceptiques.qc.ca/activites/conferences/Mai-2006

    #physique_quantique #mysticisme #pseudo-science #médecine_alternative

    https://seenthis.net/messages/747164 via RastaPopoulos


  • #Violences_gynécologiques : fin de partie(s) ?

    Pensée depuis plus de vingt ans en Amérique latine, la question des violences gynécologiques commence à peine à émerger en France. Un ramdam bien mérité qui fera peut-être date dans l’histoire des luttes anti-sexistes. Voyage en #gynécologie, une discipline où soignant rime un peu trop souvent avec maltraitant.

    http://cqfd-journal.org/local/cache-vignettes/L351xH500/-967-46266.jpg

    « Elle va patienter pour la péridurale. Elle a voulu un gosse à 16 ans, elle va comprendre » ; « Vous savez où est votre point G ? Je peux vous aider à le trouver si vous voulez » ; « La pilule ne vous convient pas ? Dans ce cas on se reverra pour une IVG ou un suivi de grossesse. » Voici un florilège de paroles de soignants, de sages-femmes et de gynécologues. Des propos heurtants, parfois suivis d’actes plus brutaux encore, preuves de l’existence d’une réalité peu reluisante : celle des violences gynécologiques.

    En France, le sujet a longtemps été éludé, jusqu’à ce qu’une poignée de femmes s’empare de la question en 2014. En 24 heures, sous l’impulsion du hashtag #Payetonuterus, pas moins de 7 000 témoignages sont recueillis. L’année suivante, la polémique enfle après la parution d’une note de la faculté de médecine de Lyon-Sud qui révèle que des touchers vaginaux ont été réalisés par des étudiants en médecine sur des patientes endormies. Il faudra attendre 2017 et des milliers de témoignages pour que l’État commence à réagir : en juillet, le gouvernement charge le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) de rédiger un rapport sur l’ampleur du phénomène. Un an plus tard [1], à la publication, le constat est sans appel : la gynécologie a tendance à faire preuve de trop de complaisance face à un modèle patriarcal pas aussi élimé qu’il n’y paraît.

    Une échelle de la #violence

    « Les violences gynécologiques, ce sont une continuité d’actes qui vont de la remarque jugeante à la blague déconsidérante, du geste intrusif ou non consenti au geste violent. Jusqu’à l’agression sexuelle. Tout ça fait partie d’une forme de domination masculine qui rend possible un contrôle social du corps de la femme », explique Nina Faure, réalisatrice du documentaire Paye (pas) ton gynéco [2]. Cette approche graduelle de la question permet de faire la lumière sur ce sujet. Pointer du doigt ces violences ne revient pas à affirmer que tous les gynécologues sont des violeurs en puissance, ni même qu’ils sont volontairement malveillants, mais c’est soutenir l’idée qu’il existe une forme de #sexisme_latent, bien ancré dans les représentations des professionnels de la gynécologie.

    Hiérarchiser ces agissements, c’est aussi permettre aux femmes de prendre conscience du fait qu’il n’y a pas que les actes qui sont violents. Les mots lâchés ou les climats instaurés font partie intégrante de ces maltraitances. C’est ce qu’explique Sophie [3], rencontrée au cours d’une projection du film de Nina Faure : « Comme beaucoup de femmes, je suis souvent sortie de chez mon gynécologue en me disant que cela ne s’était pas très bien passé, qu’il y avait quelque chose qui grinçait sans pour autant mettre la main dessus. Se dire qu’il y a eu de la violence, c’est une nouvelle étape. »
    Une affaire d’hommes

    « Pour vraiment comprendre les tenants et les aboutissants de ces violences, on ne peut pas faire l’économie de l’histoire de la médecine occidentale, explique Nina Faure. Du fait qu’elle se soit construite sur des bûchers, entre hommes, après que la plupart des femmes ayant un savoir médical sur le corps féminin et la gynécologie ont péri pendant la chasse aux sorcières entre le XIVe et le XVIIe siècle. La médecine moderne s’est construite sans elles. Et cela éclaire ce qu’il se passe aujourd’hui. »

    À partir du XVIe siècle, l’Église et l’État ont accusé les matrones d’entraver les politiques natalistes et de propager une forme d’anti cléricalisme en pratiquant des avortements et en donnant aux femmes l’accès à des techniques de contraception. D’une transmission exclusivement féminine et orale des savoirs populaires, la gynécologie a peu à peu glissé dans le domaine des sciences, essentiellement tenu par des hommes. Au XVIIe siècle, dans la droite ligne des politiques natalistes et pour faire face au taux élevé de mortalité infantile, ce ne sont pas les médecins mais « les barbiers [qui] entrèrent dans les chambres des femmes en couche. Ils étaient désignés, non pas pour leurs compétences médicales, mais parce qu’ils possédaient les outils nécessaires. [...] Les barbiers scièrent donc les bassins des mères, expulsant du corps de femmes laissées pour mortes des nouveau-nés bien vivants. » [4]
    Non, c’est non

    Depuis, la donne a changé. Les femmes demeurent sous-représentées dans les instances décisionnelles mais elles constituent tout de même la moitié des obstétriciens [5] et 94 % des praticiens en gynécologie médicale. Les violences gynécologiques seraient donc essentiellement l’œuvre de femmes. « Les violences gynécos et obstétricales sont des violences systémiques et concernent donc tout le monde dans une certaine mesure. Elles sont le fruit de la domination sexiste, mais aussi du paternalisme médical qui est indissociable de l’enseignement reçu en médecine et des pratiques de soin », explique Héloïse de Bearn, étudiante en master d’« éthique du soin et recherche » à Toulouse.

    C’est en fait une double peine qui est infligée aux femmes. À une forme de domination d’un sexe sur l’autre vient s’ajouter celle du soignant sur le soigné, l’un détenant le savoir et la technique, l’autre étant maintenu dans l’ignorance. Pour Héloïse de Bearn, « le pouvoir que les médecins se donnent repose en grande partie sur leur savoir. Ne pas expliquer aux patientes relève donc d’une stratégie de maintien de la domination. Le problème, c’est que le consentement doit être éclairé et repose donc sur une compréhension par les patientes des examens et soins proposés. »

    C’est cette question du consentement qui cristallise les tensions. Beaucoup de gynécologues maintiennent qu’obtenir l’accord d’une patiente avant tout acte n’a pas de sens, sous prétexte qu’une femme qui entre dans leur cabinet « sait ce qu’il va lui arriver ». Sauf que, dans bien des cas, les touchers vaginaux, les épisiotomies [6] et autres palpations mammaires, réalisés de façon quasi systématique, ne sont pas nécessaires. De nombreux témoignages de patientes pointent un réel défaut de prise en compte de leur avis. Comme celui de cette femme qui se souvient, avec douleur, de son accouchement : « Arrivée en salle de travail, lorsqu’on me pose une perfusion, j’accepte mais je précise que c’est le seul acte médical que je souhaite, car j’ai déjà deux accouchements par voie basse non médicalisés derrière moi et que ce troisième bébé est plus petit que les précédents. Que nenni, à peine mes jambes écartées, on me perce la poche malgré mes demandes d’attendre au moins encore quelques contractions que ça se fasse tout seul, et on me fait l’épisiotomie dans la foulée. » [7] Cette impasse sur le consentement place pourtant les médecins en faute vis-à-vis de la loi Kouchner (2002), qui insiste sur le fait qu’« aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne ».
    Un imaginaire à la peau dure

    Certains professionnels et spécialistes des violences gynécologiques soulèvent aussi l’existence d’un imaginaire collectif particulièrement sexiste. Pour Marie-Hélène Lahaye, juriste, blogueuse et auteure du livre Accouchement, les femmes méritent mieux [8], l’examen gynécologique conseillé dans l’année qui suit le premier rapport sexuel se rapprocherait peu ou prou du rite initiatique. Elle explique : « L’appropriation collective du corps des femmes est un principe de base du patriarcat qui considère qu’avant d’appartenir [au] mari, le corps des femmes appartient à d’autres personnes, en particulier à une autorité supérieure. La forme la plus extrême de ce principe est le droit de cuissage que le seigneur aurait pratiqué en déflorant lui-même les jeunes épouses de ses serfs lors de leur nuit de noces. Bien que les historiens doutent de l’existence réelle de cette pratique moyenâgeuse, le fait qu’elle ait perduré dans la mémoire collective jusqu’à nos jours montre la puissance symbolique de ce rite. L’examen gynécologique imposé par l’autorité médicale à toutes les jeunes filles aux prémices de leur vie sexuelle, voire comme condition pour accéder à une contraception, donc à la sexualité, se rapproche étonnamment de ce principe. » [9]

    Selon Clara de Bort, directrice d’hôpital et auteure du blog En jupe !, les touchers vaginaux répétés, notamment lors des accouchements, véhiculeraient par ailleurs l’idée que « lorsqu’une femme a été pénétrée une fois, elle peut l’être [sans limites] ».
    Des consultations à part

    La banalisation des violences gynécologiques serait également liée au fait que le caractère singulier de cette consultation est bien souvent nié. Face à la caméra de Nina Faure, le président du Collège national des gynécologues et obstétriciens français, Israël Nisand, refuse de parler de pénétration pour un toucher vaginal. Son prédécesseur à ce poste, Bernard Hédon, estime même que ce toucher n’est pas un examen invasif.

    La réalisatrice a, quant à elle, un tout autre point de vue : « Le problème, c’est que, spontanément, on aimerait bien que le médecin puisse faire complètement abstraction du corps qu’il a en face de lui. Mais ce n’est pas parce que c’est vrai pour le médecin que c’est vrai pour nous : mon sexe ne change pas de nature quand je passe la porte d’un cabinet. Il ne devient pas un pied ou une épaule. Ce qui compte, c’est quel point de vue est reconnu comme légitime ? » Elle ajoute : « D’ailleurs, ce n’est pas vrai qu’ils l’oublient. Une étudiante en médecine me disait que face à un enseignant qui lui tenait ce discours, elle avait demandé pourquoi les étudiants ne s’exerçaient pas les uns sur les autres comme c’est le cas par exemple pour les prises de sang. Personne n’avait répondu. »
    Surveiller et punir

    Le rapport du HCE s’attarde également sur la tendance constante à réduire l’appareil génital féminin à sa fonction reproductrice. Savoir que la première représentation anatomique complète du clitoris date de 1998 et que cette même représentation a dû attendre 2017 pour être publiée dans un manuel scolaire, donne un aperçu du tabou qui règne sur la sexualité et le plaisir féminin. Pour Coline Gineste [10], la gynécologie « sert désormais à surveiller et corriger les comportements contre-productifs aux yeux de la société. Or qu’y a-t-il de plus contre-productif qu’une femme qui n’enfante pas ? Une sexualité détachée de la procréation, qui ne viserait que le plaisir, désorganiserait la société, mettrait en question la pérennité du peuple, elle doit donc être maîtrisée, normativisée, disciplinée. [...] La gynécologie, alors qu’elle devient sur le papier un champ de libération des personnes de sexe féminin, dans la pratique que l’on en fait s’avère être un organe de contrôle de la sexualité féminine. »

    Cela s’illustre assez bien lorsqu’un gynécologue refuse à une femme n’ayant pas encore d’enfant de lui poser un DIU [11] en cuivre sous prétexte qu’il exposerait la patiente à des risques infectieux pouvant mener à une stérilité, ou lorsqu’un médecin refuse de ligaturer les trompes d’une femme qui en fait pourtant la demande. « Encore une fois, il s’agit de dire : “ Ce n’est pas à vous les femmes de décider ni de ce que vous faites, ni de comment vous le faites. ” Le fait d’émettre des jugements permanents nous dépossède de notre autonomie et de notre capacité à décider par nous-mêmes. On va d’ailleurs souvent chez le gynécologue non pas pour avoir des conseils avisés mais en culpabilisant. Pourtant on n’est pas chez le médecin comme chez le curé, on n’est pas là pour confesser nos péchés », assène Nina Faure.

    Si l’injonction à la norme est souvent mal vécue, elle l’est d’autant plus pour les femmes qui se trouvent à l’intersection de plusieurs formes de stigmatisation : « Tous les rapports de domination qui traversent la société s’expriment dans un cabinet gynécologique. La violence de ces rendez-vous se décuple quand on est homo, trans, racisée, handicapée, obèse... », renchérit Nina Faure.

    D’après de multiples témoignages, quand il s’agit d’accompagner une patiente lesbienne, beaucoup de gynécologues sont encore englués dans un imaginaire complètement déconnecté des réalités et largement emprunt d’homophobie. Certains considèrent d’ailleurs que les rapports entre femmes ne constituent pas de vraies relations sexuelles. Cela se corse davantage quand la patiente est un homme trans. La plupart des gynécologues sont complètement déboussolés face à la prise en charge de cette patientèle. Les personnes handicapées ou obèses se heurtent, elles aussi, à des barrières qui rendent parfois infranchissable la porte du cabinet gynécologique. Quant aux femmes racisées et allophones, elles sont souvent démunies face à l’impossibilité de communiquer avec leur interlocuteur. D’autres sont parfois soumises à des jugements largement teintés d’ethnocentrisme.
    Une quatrième vague féministe ?

    Face à ces violences, les langues se délient peu à peu dans l’espoir d’équilibrer un peu la balance. « Cette libération de la parole, c’est une tentative collective de créer une nouvelle intégrité physique. On essaie d’exister en agrandissant l’espace de liberté autour de ce point », se réjouit #Nina_Faure. La création du site #Gyn&co (https://gynandco.wordpress.com) fait partie des initiatives qui vont dans ce sens. Cette plate-forme collaborative propose une cartographie des soignants dont la prise en charge est considérée moins paternaliste et plus inclusive. Certaines femmes font également le choix de se tourner vers l’#auto-gynécologie, aussi appelée #self-help. Elles réinvestissent leur corps en apprenant à en connaître le fonctionnement. Certaines réalisent elles-mêmes leurs frottis dont elles envoient le prélèvement à un laboratoire. D’autres deviennent expertes dans la pose de DIU. Un collectif, dont fait partie Nina Faure, s’attelle en ce moment à l’actualisation et la réédition d’un ouvrage phare des années 1970, Notre corps, nous-mêmes, dont la parution est prévue pour septembre 2019. Une quatrième vague féministe ? Force est de constater que les déferlantes se multiplient et s’abattent avec fracas sur une digue du patriarcat de plus en plus friable. Mais toujours debout.

    http://cqfd-journal.org/spip.php?page=pages_mobiles&squelette_mobile=mobile/article&id_article=2459
    #femmes #médecine #sexisme

    https://seenthis.net/messages/746022 via CDB_77


  • Des universités japonaises pénalisaient les filles trop douées - Les Echos Start
    https://start.lesechos.fr/continuer-etudes/etudier-a-letranger/des-universites-japonaises-penalisaient-les-filles-trop-douees-13667.

    Le ministère de l’Education avait lancé, à l’automne dernier, un grand #audit des #concours_d'entrée de tous les établissements, publics comme privés, après la mise à jour de pratiques discriminatoires au sein de l’#Université_médicale_de_Tokyo. La prestigieuse fac avait admis en août que son comité de sélection s’arrangeait pour que les #filles ne représentent jamais plus de 30 % du nombre d’élèves reçus au sein de chaque promotion. Certains candidats garçons recevaient ainsi des points bonus sur la seule justification de leur #genre.
    Des efforts de justification

    Cette stratégie de discrimination avait, selon la direction de l’université, été mise en place pour contenir les pénuries de médecins dans les hôpitaux du pays. L’établissement expliquant que les femmes devenues médecins peinaient souvent à accepter les lourdes conditions de travail exigées pour ces postes et étaient même tentées de démissionner pour se consacrer à leurs familles après le mariage.

    Après avoir été, à leur tour, dénoncé publiquement par le ministère de l’éducation, d’autres universités ont tenté de justifier, à leur tour, les pénalités appliquées à toutes les candidates. Un effort qui a été souvent moqué par les réseaux sociaux.

    #sexisme #discrimination #médecine #Japon

    https://seenthis.net/messages/744826 via odilon


  • Qu’est-ce que la tension artérielle ?
    https://jeretiens.net/quest-ce-que-la-tension-arterielle

    https://jeretiens.net/wp-content/uploads/2018/11/tension_artérielle_correspond_chiffres_valeurs_systolique_diastolique-150x150.jpg

    A chaque visite médicale, la tension est prise par le médecin. C’est un geste systématique entré dans nos habitudes. Nous allons aujourd’hui voir ensemble à ce qu’est la tension artérielle, à quoi elle correspond exactement, que sont les deux mesures lors du relevé et enfin comment on la mesure. Qu’est-ce que la tension artérielle ? […]

    #Médecine #anatomie #diagnostique


  • La viande conçue en laboratoire autorisée aux USA, de la science à l’industrie.
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3341

    Les Etats-Unis optent pour une industrialisation de la viande conçue en laboratoire. Commençons par la meilleure des blagues. Les musulmans et les juifs n’auront plus à se préoccuper de leur Kasher et Hallal ! Pour ces derniers, la consommation d’animaux avec l’aval religieux de l’égorgement, en positionnant de la bête direction de la Mecque tout en citant qu’au nom d’Allah s’effectue la mise à mort, n’a plus lieu d’être. Pour tous, donc moins de communautarisme ! La parade est trouvée et les géants de (...)

    Actualité, événement, opinion, intérêt général, information, scoop, primauté

    / censure, presse, journaux, dictature, expressions, liberté, #crise,_capitalisme,_économie,_justice,_Bourse, #technologie,_drone,_citoyen,_USA,_google,_High_Tech, économie, politique, arts, corruption, opposition, (...)

    #Actualité,_événement,_opinion,_intérêt_général,_information,_scoop,_primauté #censure,_presse,_journaux,_dictature,_expressions,_liberté #économie,_politique,_arts,_corruption,_opposition,_démocratie #arts,_culture,_littérature,_cinéma,_critique,_performances,_styles #médecine,_sciences,_technologie,_ADN,_vaccin,_médicaments,_découvertes


  • La viande conçue en laboratoire autorisée aux USA, de la science à l’industrie.
    https://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3341

    Les Etats-Unis optent pour une industrialisation de la viande conçue en laboratoire. Commençons par la meilleure des blagues. Les musulmans et les juifs n’auront plus à se préoccuper de leur Kasher et Hallal ! Pour ces derniers, la consommation d’animaux avec l’aval religieux de l’égorgement, en positionnant la bête direction de la Mecque, tout en citant qu’au nom d’Allah s’effectue la mise à mort, n’a plus lieu d’être. Pour tous, donc moins de communautarisme ! La parade est trouvée et les géants de (...)

    Actualité, événement, opinion, intérêt général, information, scoop, primauté

    / censure, presse, journaux, dictature, expressions, liberté, #crise,_capitalisme,_économie,_justice,_Bourse, #technologie,_drone,_citoyen,_USA,_google,_High_Tech, économie, politique, arts, corruption, opposition, (...)

    #Actualité,_événement,_opinion,_intérêt_général,_information,_scoop,_primauté #censure,_presse,_journaux,_dictature,_expressions,_liberté #économie,_politique,_arts,_corruption,_opposition,_démocratie #arts,_culture,_littérature,_cinéma,_critique,_performances,_styles #médecine,_sciences,_technologie,_ADN,_vaccin,_médicaments,_découvertes


  • Attention le kilogramme vient d’évoluer, la précision d’un invasif nouveau monde
    https://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3338

    La 26e Conférence générale des poids et mesures (CGPM) a révisé les définitions du système international des unités de mesure, appelé le « SI ». Au nombre de 7 : la seconde (temps), le mètre (distance), l’ampère (courant électrique), la mole (quantité de matière), le kelvin (température) et le candela (intensité de lumière), 4 sont touchés par les nouveaux standards dont l’explication et la critique va continuer au fur et à mesure que les connaissances se développent. La réunion qui s’est tenu du 13 au 16 (...)

    #TECHNOLOGIE,_INTERNET,_PERFORMANCES_INCLASSABLES

    / #technologie,_drone,_citoyen,_USA,_google,_High_Tech, #économie,_politique,_arts,_corruption,_opposition,_démocratie, #arts,_culture,_littérature,_cinéma,_critique,_performances,_styles, médecine, sciences, technologie, ADN, vaccin, médicaments, (...)

    #médecine,_sciences,_technologie,_ADN,_vaccin,_médicaments,_découvertes #France_Sarkozy_justice_politique_scandale_UMP_PS_PCF #Internet,_Web,_cyber-démocratie,_communication,_société,_médias


  • Attention le kilogramme vient d’évoluer, la précision d’un invasif nouveau monde
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3338

    La 26e Conférence générale des poids et mesures (CGPM) a révisé les définitions du système international des unités de mesure, appelé le « SI ». Au nombre de 7 : la seconde (temps), le mètre (distance), l’ampère (courant électrique), la mole (quantité de matière), le kelvin (température) et le candela (intensité de lumière), 4 sont touchés par les nouveaux standards dont l’explication et la critique va continuer au fur et à mesure que les connaissances se développent. La réunion qui s’est tenu du 13 au 16 (...)

    #TECHNOLOGIE,_INTERNET,_PERFORMANCES_INCLASSABLES

    / #technologie,_drone,_citoyen,_USA,_google,_High_Tech, #économie,_politique,_arts,_corruption,_opposition,_démocratie, #arts,_culture,_littérature,_cinéma,_critique,_performances,_styles, médecine, sciences, technologie, ADN, vaccin, médicaments, (...)

    #médecine,_sciences,_technologie,_ADN,_vaccin,_médicaments,_découvertes #France_Sarkozy_justice_politique_scandale_UMP_PS_PCF #Internet,_Web,_cyber-démocratie,_communication,_société,_médias



  • Des robots aux dimensions d’une cellule humaine, de quoi témoigner sur l’infime.
    https://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3324

    La clarté de l’exposé des scientifiques nous a poussé à citer leur compte-rendu. Une recherche concluante aussi, qui peut avoir des impacts divers. Notamment dans des secteurs d’industrie, d’environnement et de médecine, qui sont ceux qui attirent et mobilisent toutes les équipes aspirant à la fois de gagner des techniques rentables et servir l’humanité, la présentation est aussi assez précise qu’elle mérite, d’ailleurs c’est un devoir, de la prendre en considération. Incroyable mais vrai, des (...)

    #TECHNOLOGIE,_INTERNET,_PERFORMANCES_INCLASSABLES

    / journaliste, poète, poésie, livre, écrits, #technologie,_drone,_citoyen,_USA,_google,_High_Tech, #économie,_politique,_arts,_corruption,_opposition,_démocratie, #arts,_culture,_littérature,_cinéma,_critique,_performances,_styles, médecine, sciences, (...)

    #_journaliste,_poète,_poésie,_livre,_écrits #médecine,_sciences,_technologie,_ADN,_vaccin,_médicaments,_découvertes


  • Des robots aux dimensions d’une cellule humaine, de quoi témoigner sur l’infime.
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3324

    La clarté de l’exposé des scientifiques nous a poussé à citer leur compte-rendu. Une recherche concluante aussi, qui peut avoir des impacts divers. Notamment dans des secteurs d’industrie, d’environnement et de médecine, qui sont ceux qui attirent et mobilisent toutes les équipes aspirant à la fois de gagner des techniques rentables et servir l’humanité, la présentation est aussi assez précise qu’elle mérite, d’ailleurs c’est un devoir, de la prendre en considération. Incroyable mais vrai, des (...)

    #TECHNOLOGIE,_INTERNET,_PERFORMANCES_INCLASSABLES

    / journaliste, poète, poésie, livre, écrits, #technologie,_drone,_citoyen,_USA,_google,_High_Tech, #économie,_politique,_arts,_corruption,_opposition,_démocratie, #arts,_culture,_littérature,_cinéma,_critique,_performances,_styles, médecine, sciences, (...)

    #_journaliste,_poète,_poésie,_livre,_écrits #médecine,_sciences,_technologie,_ADN,_vaccin,_médicaments,_découvertes


  • Quatre hôpitaux, privatisés, se sont déclarés en faillite aux Pays-Bas Antoine Mouteau/kkub - 27 Octobre 2018 - RTS
    https://www.rts.ch/info/monde/9949646-quatre-hopitaux-privatises-se-sont-declares-en-faillite-aux-pays-bas.htm

    Aux Pays-Bas, quatre hôpitaux ont été déclarés en faillite mercredi. Privatisés, aux mains de compagnies d’assurance, les établissements ont été contraint de fermer leurs portes ces deux dernier jours.
    Depuis, des centaines d’employés se sont retrouvés sans emploi et des patients transférés en urgence dans d’autres établissements. Le paiement des salaires d’octobre n’est pas garanti. La situation provoque la colère d’une partie des Néerlandais contre de la classe politique du pays.

    Le système de santé des Pays-Bas, complètement privatisé, est aux mains des compagnies d’assurances depuis 2006.
    https://www.lesechos.fr/medias/2018/10/24/2216239_ca-se-passe-en-europe-faillites-dhopitaux-en-perspective-aux-pays-bas-web-06023623579.jpg

    Refus d’injecter des fonds
    L’objectif de la privatisation du système était la réduction des coûts de la santé. En renforçant la concurrence pour offrir des garanties à meilleur prix aux assurés, les compagnies ont négocié au plus serré avec les hôpitaux.

    Sous le joug de l’assurance Zilveren Kruis, les quatre hôpitaux en cessation de paiement ont été acculés par le refus de cette compagnie de débloquer des crédits malgré l’urgence.

     #santé #privatisation #services_publics #santé #hôpital #médecine #privatisations  #it_has_begun @sinehebdo (Si c’est pas de la #collapsologie , ça y ressemble !)

    https://seenthis.net/messages/731803 via BCE 106,6 Mhz


  • Le maintien de la peine de mort en Algérie, syndrome de vengeance confessionnelle
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3311

    Y’a-t-il des argumentaires pour que la modernité en Algérie ne soit pas perçue sous le prisme de la violence coloniale ? Légaliser l’avortement et abolir la peine de mort abolie, entre autres exemples des qualifiants réels qui expriment une forme de progrès conséquent de l’avancée collective, tardent à être promulgués. Les volontés pour endiguer la barbarie aveugle, laissant naître des enfants non-voulus par leurs propres procréatrices et tuant d’autres humains pour leurs erreurs, le débat intellectuel (...)

    développement durable, préservation, richesse nationale, population, activité, synergie, perspective.

    / Terrorisme , islamisme , Al-Qaeda , politique , , #fait_divers,_société,_fléau,_délinquance,_religion,_perdition, Afrique, Monde Arabe, islam, Maghreb, Proche-Orient,, Maghreb, Algérie, (...)

    #développement_durable,préservation,_richesse_nationale,_population,_activité,_synergie,_perspective. #Terrorisme_,_islamisme,Al-Qaeda,politique, #Afrique,_Monde_Arabe,_islam,_Maghreb,_Proche-Orient, #Maghreb,_Algérie,_Tunisie,_Maroc,_Libye,_Africa,_population,_société #médecine,_sciences,_technologie,_ADN,_vaccin,_médicaments,_découvertes


  • Le maintien de la peine de mort en Algérie, syndrome de vengeance confessionnelle
    https://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3311

    Y’a-t-il des argumentaires pour que la modernité en Algérie ne soit pas perçue sous le prisme de la violence coloniale ? Légaliser l’avortement et abolir la peine de mort abolie, entre autres exemples des qualifiants réels qui expriment une forme de progrès conséquent de l’avancée collective, tardent à être promulgués. Les volontés pour endiguer la barbarie aveugle, laissant naître des enfants non-voulus par leurs propres procréatrices et tuant d’autres humains pour leurs erreurs, le débat intellectuel (...)

    développement durable, préservation, richesse nationale, population, activité, synergie, perspective.

    / Terrorisme , islamisme , Al-Qaeda , politique , , #fait_divers,_société,_fléau,_délinquance,_religion,_perdition, Afrique, Monde Arabe, islam, Maghreb, Proche-Orient,, Maghreb, Algérie, (...)

    #développement_durable,préservation,_richesse_nationale,_population,_activité,_synergie,_perspective. #Terrorisme_,_islamisme,Al-Qaeda,politique, #Afrique,_Monde_Arabe,_islam,_Maghreb,_Proche-Orient, #Maghreb,_Algérie,_Tunisie,_Maroc,_Libye,_Africa,_population,_société #médecine,_sciences,_technologie,_ADN,_vaccin,_médicaments,_découvertes


  • Everything You Know About Obesity Is Wrong, by Michael Hobbes
    (images Finlay MacKay) - The Huffington Post
    https://highline.huffingtonpost.com/articles/en/everything-you-know-about-obesity-is-wrong

    For decades, the medical community has ignored mountains of evidence to wage a cruel and futile war on fat people, poisoning public perception and ruining millions of lives. It’s time for a new paradigm.

    #obésité #santé #regard #médecine

    https://seenthis.net/messages/723440 via Fil


  • Les performances physiques et le rajeunissement, avec la NAD dans le sang
    https://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article3293

    L’humain redoute, donc essaie de surmonter, les effets de la vieillesse. Parce que les problèmes de santé surgissent à cause d’une vulnérabilité induite par l’affaissement naturel du système immunitaire, connu par la fatigue du métabolisme global... Le diabète, les maladies cardiovasculaires, le cancer, la dégénérescence osseuse, les troubles inflammatoires et les maladies neurodégénératives, sont des risques auxquelles s’exposent... Le rêve de l’immortalité auquel certains humains aspirent est bien loin (...)

    Sport : Le corps et l’esprit.

    / #arts,_culture,_littérature,_cinéma,_critique,_performances,_styles, #médecine,_sciences,_technologie,_ADN,_vaccin,_médicaments,_découvertes, Sports, Ecologie, environnement, nature, (...)

    #Sport_:_Le_corps_et_l’esprit. #Sports,_Ecologie,_environnement,_nature,_animaux