• Hersh’s New Syria Revelations Buried From View
    https://www.counterpunch.org/2017/06/27/hershs-new-syria-revelations-buried-from-view

    Hersh’s new investigation was paid for by the London Review of Books, which declined to publish it. This is almost disturbing as the events in question.

    What is emerging is a media blackout so strong that even the London Review of Books is running scared. Instead, Hersh’s story appeared yesterday in a German publication, Welt am Sonntag. Welt is an award-winning newspaper, no less serious than the New Yorker or the LRB. But significantly Hersh is being forced to publish ever further from the centres of power whose misinformation his investigations are challenging.

    #Hersh #Syrie #médias

    https://seenthis.net/messages/610604 via Kassem


  • Peace journalism handbook

    Bianet released a handbook on Peace-Journalism, proposing a professional model that is human rights-oriented, fair instead than “objective” and infused with feminist theory

    http://www.rcmediafreedom.eu/var/ezdemo_site/storage/images/publications/manuals/peace-journalism-handbook/27178-1-eng-GB/Peace-journalism-handbook_large.jpg
    http://www.rcmediafreedom.eu/Publications/Manuals/Peace-journalism-handbook
    #paix #journalisme #presse #manuel #médias #féminisme #droits_humains
    cc @albertocampiphoto @marty @daphne

    https://seenthis.net/messages/608325 via CDB_77


  • « The Guardian à la poubelle ! »
    Un grand journal quotidien, réputé être de gauche mais qui trahit de manière éhontée un véritable candidat de gauche dès lors que ce dernier a des chances de réussir.
    C’est un scénario bien connu en France, mais également au Royaume Uni.
    « Depuis deux ans, The Guardian n’au de cesse que de dénoncer Jeremy Corbyn... Aujourd’hui, The Guardian voudrait que ces lecteurs oublient sa guerre de propaganda. Nous avons compulsé cette liste afin qu’ils ne l’oublient pas. »
    Dump the Guardian !
    http://theguardian.fivefilters.org
    http://theguardian.fivefilters.org/share-twitter.png

    The Guardian has spent the last two years relentlessly attacking Jeremy Corbyn. Only recently has it changed its tune, perhaps worried that it has alienated too many readers. Corbyn’s success has been despite the Guardian and the rest of the corporate media. The Guardian will now want readers to forget its propaganda war on Corbyn. We’ve compiled this list so they don’t. Dump the Guardian!

    #elections #Royaume-Uni #Labour #Corbyn #médias #media #propagande #Guardian #presse

    https://seenthis.net/messages/606127 via David Sharp


  • #Côte_d'Ivoire : les #médias_français portent une lourde responsabilité dans les dix ans de crise
    https://www.mediapart.fr/journal/international/100617/cote-divoire-les-medias-francais-portent-une-lourde-responsabilite-dans-le

    Laurent Gbagbo reçoit le ministre français des affaires étrangères Dominique de Villepin à Abidjan, le 1er février 2004. Paris avait déjà lâché le président ivoirien. © Reuters Arrêté en 2011, l’ancien président ivoirien #Laurent_Gbagbo est aujourd’hui jugé devant la Cour pénale internationale. Mais durant dix ans, la plupart des médias français ont épousé sans retenue la version officielle du gouvernement français et du camp de l’actuel président #Alassane_Ouattara. Pourquoi un tel aveuglement ? Explications.

    #International #rfi



  • Lettre à mes consoeurs et confrères journalistes… … qui n’ont de cesse d’enjoliver Macron et de noircir #Mélenchon.
    https://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/lettre-a-consoeurs-confreres-journalistes-nont-de-cesse-denjol

    Pas une jour ne se passe sans un torrent d’attaque contre Mélenchon dans la presse, les #médias des oligarques. En utilisant les procédés les plus grossiers, jusqu’aux provocations les plus vicieuses (lire ci après l’analyse par A Leéaumant des méthodes scandaleuses de Quotidien, l’émission du milliardaires Bouygues). Ce “mélenchon bashing” qui n’a rien à envier […]

    #5-CULTURE_DEBATS #articles #bourrage_de_crane #Lutte_des_classes #propagande


  • Reprise de la guerre froide du Golfe Orient XXI - Nabil Ennasri - 31 mai 2017

    Le Qatar entre les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite
    http://orientxxi.info/magazine/reprise-de-la-guerre-froide-du-golfe,1883
    Le Qatar a annoncé dans la nuit du mardi 23 mai que son agence de presse QNA avait été piratée par une entité inconnue et qu’un faux communiqué attribué à l’émir avait été diffusé. Ce dernier affirmait que Tamim Ben Hamad Al-Thani s’était prononcé sur divers sujets sensibles mettant en cause ses voisins du Golfe. Ces déclarations, immédiatement relayées par des médias saoudiens et émiratis, ont provoqué un tollé dans la région, où une guerre médiatique bat son plein.

    Après une longue crise — plusieurs États du Golfe avaient même retiré leur ambassadeur à Doha —, les relations entre le Qatar et certains de ses voisins s’étaient améliorées à la fin de l’année 2014. Mais un obscur épisode de piratage de l’agence de presse officielle du Qatar (Qatar News Agency, QNA) vient menacer ce fragile rapprochement. Loin d’être anodine, cette affaire démontre combien les relations à l’intérieur du Conseil de coopération du Golfe (CCG) demeurent, malgré les formules de fraternité d’usage, fortement clivées.
    http://orientxxi.info/IMG/arton1883.jpg?1496138626
    Dans la nuit de mardi 23 à mercredi 24 mai, QNA publiait sur son site Internet un communiqué faisant état du discours que l’émir aurait tenu lors d’une cérémonie de remise de diplômes organisée plus tôt dans la journée. Il aurait porté des jugement de valeur dépréciatifs sur divers acteurs, en particulier sur l’administration Trump, égratignée pour « ses problèmes d’ordre juridique » . De même, les relations avec les pays du Golfe : l’émir aurait affirmé que la base militaire américaine d’Al-Udeid que son pays abrite le protégeait « des ambitions négatives de certains voisins ». Enfin, le Hamas aurait été qualifié de « représentant légitime du peuple palestinien », tandis que les relations avec Israël étaient jugées « excellentes ».

    Comme pour renforcer la véracité de ces déclarations, le compte Twitter de QNA postait quelques minutes plus tard trois messages dont la tonalité était bien éloignée de la modération propre au langage diplomatique. Le premier rapportait une information du ministère des affaires étrangères selon laquelle l’émir allait convoquer une conférence de presse pour faire état d’un complot visant le peuple qatari. Le deuxième confirmait l’existence de ce complot et en imputait la responsabilité directe à l’Arabie saoudite, au Koweït, aux Émirats arabes unis, à Bahreïn et à l’Égypte. Le dernier message annonçait le rappel des diplomates qataris dans ces cinq pays et le renvoi dans les vingt-quatre heures des ambassadeurs de ces États en poste à Doha.

    Immédiatement après, plusieurs grands médias saoudiens et émiratis commençaient à reprendre en boucle ces informations. De façon quasi concomitante, les chaînes Al-Arabiya (Dubai) et Sky News Arabia (Abou Dhabi) se mobilisaient activement et coordonnaient leur grille de programme pour maximiser l’effet de polémique sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, des milliers de messages inondaient les fils de discussion, comme pour marteler la duplicité du Qatar dont la vision politique et le positionnement idéologique portaient un grave préjudice aux intérêts des pays du Golfe et du monde arabe en général. Enfin, signe de la dégradation des relations bilatérales, les EAU décidaient mercredi 24 au matin d’interdire la diffusion de la chaîne Al-Jazira sur leur sol et bloquaient l’accès à son site et à son application mobile.

    Côté qatari, la réponse ne s’est pas fait attendre. Le bureau de communication du gouvernement s’est empressé de publier un message pour éteindre l’incendie : « l’agence de presse du Qatar a été piratée par une entité inconnue » et « un faux communiqué attribué à Son Altesse a été diffusé ». Le ministère des affaires étrangères a posté lui aussi un démenti qui se terminait par la promesse de « prendre toutes les mesures judiciaires nécessaires pour poursuivre et juger les hackers qui ont piraté le site de l’agence de presse ».

    Les techniciens ont mis près de neuf heures à reprendre le contrôle du site ; puis le ministre des affaires étrangères, Cheikh Mohammed Ben Abderahmane Al-Thani a qualifié l’attaque de « crime électronique » et promis de trainer les auteurs du forfait devant les juridictions adéquates. Dans une allusion à peine voilée aux médias de la région qui avaient donné de l’écho à ce qu’il dénonçait comme une mystification, le ministre (à l’unisson des responsables de la presse locale qatarie interviewés par Al-Jazira) ne s’est pas privé de relever leur manquement à l’éthique journalistique.

    Un timing surprenant
    La diffusion de cette fake story censée compromettre Doha survient quelques jours après la visite de Donald Trump à Riyad, et c’est peut-être là qu’on peut trouver l’origine et l’explication de cet épisode. Le voyage du président américain avait en effet été précédé d’une nouvelle salve de messages outre-Atlantique présentant le Qatar comme un État qui finance le terrorisme. Ces accusations, régulières chez certains médias américains, sont pour une bonne part orchestrées par des réseaux travaillant pour le compte du gouvernement des EAU (et d’Israël) dont l’aversion pour Doha semble tourner à l’obsession. Dans l’optique de diaboliser son voisin, Abou Dhabi a dernièrement débloqué des millions de dollars pour rémunérer des agences de presse ou financer certains leaders d’opinion, jusqu’à apparaître comme le pays étranger le plus dépensier en matière de lobbying à Washington.

    Or, le timing et l’enchaînement des faits laissent peu de doute quant à l’origine et l’objectif de la manœuvre. Le jour même de l’attaque informatique, une réunion entre lobbyistes et intellectuels auteurs de plus d’une douzaine d’articles fustigeant le double jeu du Qatar se tenait aux États-Unis. Dans les minutes qui ont suivi la diffusion des faux, Al-Arabiya et Sky News bousculaient leurs programmes pour mettre l’affaire en une de leur édition. Dès minuit, les correspondants étaient prêts, les invités prenaient place sur les plateaux ou en duplex (certains auraient même été prévenus deux heures avant les faits) et aucun crédit n’était accordé aux démentis provenant des officiels qataris. Les commentaires étaient tous similaires : l’hypocrisie du Qatar s’étalait au grand jour, sa proximité avec Israël trahissait la nation arabe et son rapprochement avec l’Iran ne pouvait qu’indigner et mettre en garde ses voisins du Golfe, notamment l’Arabie saoudite. Ce dernier point était particulièrement souligné, du fait de l’hypersensibilité saoudienne sur le dossier. Et comme pour mieux signifier la défaillance de Doha, la chaîne saoudienne Al-Ikhbariya passait un extrait du discours de Tamim ben Hamad Al-Thani à l’Assemblée générale des Nations unies où il déclarait que « l’Iran est un pays important et nos relations bilatérales se développent et évoluent constamment ».

    Sans mentionner la date du propos (septembre 2015), cette séquence opportunément redécouverte était destinée à montrer qu’à rebours de l’obsession anti-iranienne en vogue à Riyad et du discours offensif de Donald Trump quelques jours plus tôt où il assurait que Téhéran « finançait et entraînait les terroristes », le Qatar ne pouvait être considéré comme un allié fiable dans la confrontation vitale que mène le « front sunnite ». Dans l’esprit de ses initiateurs, l’objectif de l’opération était double. Il fallait d’abord rompre le lien fort que le roi Salman avait noué avec Doha en démontrant que le Qatar était inconstant dans son opposition avec l’Iran. Et dans la foulée, faire avorter la stratégie de normalisation des relations entre Doha et Washington, surtout après la réhabilitation que l’administration Trump avait notifiée à l’émirat quelques jours auparavant en l’encourageant à poursuivre sa lutte contre le financement du terrorisme.

    Rapprochement avec la Turquie
    Cette affaire ne va certainement pas arranger les relations à l’intérieur du CCG, mais il n’est pas sûr que les Émirats aient amélioré leur réputation auprès de la cour saoudienne. Le caractère planifié de l’opération est évident pour nombre d’observateurs, et l’utilisation de tels procédés pour nuire à l’intégrité morale d’un chef d’État avec qui le roi Salman est en bons termes ne peut que susciter méfiance. Plus largement, c’est la ligne politique des Émirats qui semble entrer en collision avec la nouvelle stratégie de défense de Riyad, et cette affaire pourrait être interprétée comme la manifestation d’un jusqu’au-boutisme émirati. Car si Salman a tourné le dos à l’intransigeance anti-Frères musulmans de son prédécesseur en consolidant son partenariat avec les forces issues de la confrérie (du Hamas à Recep Tayyip Erdogan) dans une optique de profondeur stratégique face à l’Iran, ce n’est pas le cas des dirigeants d’Abou Dhabi, et notamment de Mohamed Ben Zayed Al-Nahyane, considéré comme l’homme fort du pays. Ces derniers demeurent en effet réfractaires à toute forme de normalisation avec la galaxie des Frères musulmans et ses parrains régionaux et, soutenus par l’appareil d’État égyptien, s’activent tant au plan financier que médiatique pour déboulonner tout acteur influent se réclamant de l’islam politique au Proche-Orient.

    L’obstination à maintenir une sorte de désinformation autour du Qatar rappelle la stratégie déployée l’été dernier lorsque les médias émiratis avaient fait circuler de fausses allégations sur le coup d’État avorté en Turquie. Proches des milieux gullenistes, certains cercles et médias d’Abou Dhabi avaient relayé la rumeur selon laquelle Erdogan avait demandé l’asile en Allemagne dans le but de démobiliser ses partisans et de fournir à l’armée toutes les chances de réussir son coup de force.

    Éviter une nouvelle tempête ?
    Il faut en dernier ressort considérer l’évolution de la conjoncture dans les autres pays arabes pour saisir la motivation de Mohamed Ben Zayed Al-Nahyane dans sa détermination face au Qatar. Qu’il s’agisse du Yémen, de la Syrie, de la Libye ou de l’Égypte, les deux émirats se livrent une guerre par procuration depuis l’éclatement des « printemps arabes ». Si Abou Dhabi a rapidement émergé comme chef de file de la « contre-révolution » qui a vu d’un mauvais œil toute mobilisation populaire contestant l’ordre établi, le Qatar (surtout dans la période de l’émir Hamad Ben Khalifa Al-Thani) a basculé dans une diplomatie d’engagement dans l’optique d’accompagner un tournant historique favorable à ses intérêts. La guerre des ondes à laquelle on assiste n’est donc qu’une nouvelle illustration de ce profond clivage — d’autant qu’il y a quelques jours, les manœuvres d’Abou Dhabi pour renforcer sa zone d’influence au Sud-Yémen (dont les forces constituent le second contingent de la coalition arabe derrière l’armée saoudienne) étaient vertement critiquées par Al-Jazira et des responsables qataris qui les qualifiaient de tentative de coup d’État.

    Du côté de Doha enfin, cette affaire risque de donner des arguments à la frange qui souhaite désormais répondre de manière plus énergique au Qatar bashing. Depuis l’accession au pouvoir de Tamim Ben Hamad Al-Thani, la tendance était plutôt à ne plus faire de vagues et à prendre le contre-pied de l’hyperactivisme qui était la marque de l’émir père. Mais face à la radicalisation des acteurs régionaux qui souhaitent nuire aux intérêts du pays, les autorités ne vont peut-être pas cantonner leur réponse au seul renforcement de la sécurité informatique des sites sensibles. À moins que le ministre des affaires étrangères du Koweït — très vite reçu par l’émir — parvienne à éviter au CCG une nouvelle tempête. En effet, si la famille royale Al-Sabah garde un lien fort avec Riyad, elle a toujours refusé de souscrire à l’isolement du Qatar, même au plus fort de la « crise des ambassadeurs » en 2014. Il y a fort à parier qu’elle s’active pour éviter que les lourds défis de la scène régionale — du marasme irakien au chaos syrien en passant par la chute du prix du pétrole — ne soient parasités par des considérations secondaires.

    #fake_story #donald_trump #Riyad #médias #Yémen #Syrie #Libye #Égypte #Printemps_Arabes #Abou_Dhabi #Koweït #Quatar #Qatar_News_Agency #QNA #Al-Jazira #Arabie_saoudite #Turquie

    https://seenthis.net/messages/604742 via BCE 106,6 Mhz



  • Brigitte Macron et la litanie sexiste des #médias - Acrimed | Action Critique Médias
    http://www.acrimed.org/Brigitte-Macron-et-la-litanie-sexiste-des-medias
    http://www.acrimed.org/IMG/jpg/04._brigitte_macron-la_veste.jpg

    Le traitement médiatique des premiers jours de la nouvelle présidence française a été marqué par une fascination sans borne pour les moindres faits et gestes d’Emmanuel Macron, et, par la même occasion, par une déferlante sexiste ayant spécifiquement accompagné ceux de Brigitte Macron. Cette déferlante rappelle à quel point les grands médias, car le phénomène est loin de se cantonner aux magazines dits « féminins », contribuent à renforcer les #stéréotypes de #genre et, par là-même, l’image rétrograde – et tout en luxe – d’une « Première dame », consacrée par ce titre usurpé, mais réduite au paraître.

    #sexisme

    https://seenthis.net/messages/604214 via Agnès Maillard


  • Nikos Smyrnaios : «L’objectif des #GAFAM, c’est d’absorber le marché »
    https://usbeketrica.com/article/les-gafam-contre-l-internet-leur-objectif-c-est-d-absorber-le-marche

    La thèse de votre livre repose sur le concept d’infomédiation. Vous écrivez que « l’objectif principal des #GAFAM est de contrôler la fonction d’#infomédiation ». De quoi s’agit-il ?

    Ce concept est un élément de réponse au discours sur la société d’information et la société post-industrielle. A la fin des années 1970, la théorie dominante explique que le capitalisme évolue parce que l’abondance d’information fait basculer le modèle. Mais un intellectuel, peu reconnu à l’époque, Kimon Valaskakis, voit déjà plus loin. Pour lui, le plus important, c’est la façon dont les ordinateurs vont médier ces informations. On peut définir l’infomédiation comme l’ensemble de segments d’activité et de dispositifs numériques qui permettent la mise en contact des internautes avec tout type d’informations en ligne mais aussi avec d’autres internautes.

    Le concept voyage, et est utilisé par des économistes libéraux qui voient dans les années 1990 que la valeur va se concentrer sur la valeur informationnelle. Ce qui est important, ce n’est pas la production d’information, mais celui qui va faire la médiation entre l’offre et le public. Pour eux, celui qui tirera son épingle du jeu est celui qui se placera entre la production d’information et l’utilisateur final. C’est ce qui est arrivé avec Facebook et Google.

    Mon petit apport à la théorie, c’est que la médiation ne se cantonne pas uniquement aux services en ligne. Elle se joue beaucoup plus tôt : si on arrive à contrôler l’accès à Internet, on fait de l’infomédiation. Quand Free décide d’attribuer à une télévision un numéro de chaîne spécifique sur sa box, il fait de l’infomédiation. C’est la même chose pour un système d’exploitation ou des datacenters. L’intéressant, c’est que les GAFAM sont tous au coeur de l’infomédiation, et à plusieurs niveaux. Les cinq acteurs étudiés sont présents dans tout ces segments, du fait d’une intégration verticale ou horizontale.

    #médias #critique_techno

    https://seenthis.net/messages/604283 via tbn


  • A l’encontre » Grèce. La trajectoire du #PIB grec et celle du QI des journalistes économiques
    http://alencontre.org/europe/grece/grece-la-trajectoire-du-pib-grec-et-celle-du-qi-des-journalistes-economi

    Dans le monde des médias français, la #croissance grecque semble vivre dans un monde séparé des plans d’#austérité et des #excédents budgétaires. C’est d’ailleurs bien ce que sous-entendait cet extraordinaire éditorial du Monde du 22 avril dernier titré majestueusement « la bonne surprise grecque » qui se réjouissait avec emphase de l’excédent budgétaire primaire grec, largement supérieur aux attentes, et y voyait la certitude pour la Grèce d’une #restructuration de la dette. La nouvelle #récession du pays est pourtant bien le fruit de cet excédent qui n’est rien d’autre qu’une ponction de la richesse nationale pour le seul bénéfice de ses créanciers, alors même que l’outil productif du pays est inexistant. Ce sont les hausses d’impôts, les baisses de retraites, les coupes budgétaires diverses qui ont causé cet excédent dont Le Monde se réjouissait tant et qui, partant, ont détruit l’#économie grecque. Mais qu’importe, dans le monde des #médias français, l’excédent budgétaire n’a que des vertus.

    Ce refus entêté de faire le lien entre #réforme, austérité et récession est évidemment symptomatique du biais idéologique du traitement de l’actualité économique. Et, dès lors, le silence de nos chroniqueurs et éditorialistes de tous poils, toujours prompts à nous vendre la lessive austéritaire si bonne pour nous, se comprend. Certes, l’intérêt de la chronique économique devrait être de faire le lien entre des faits liés que l’on voudrait voir séparés. Mais, plus que jamais, la Grèce est la mauvaise conscience de la « magie des réformes », alors même que les ondes et les pages françaises débordent de louanges pour ces mêmes réformes qui régleront tout. Il est donc plus simple d’éviter de parler de cas gênant. Et si l’on y revient dans les jours qui viennent, gageons que ce sera pour insister sur la magnanimité des créanciers qui acceptent de renoncer à des intérêts futurs qu’ils sont certains de ne pas toucher, compte tenu de la politique qu’ils imposent à la Grèce, et non pour dénoncer et démonter cette politique.

    https://seenthis.net/messages/604026 via Agnès Maillard


  • Grèce. La trajectoire du PIB grec et celle du QI des journalistes économiques (Alencontre /3 juin 2017)

    par Romaric Godin

    ... ce qui est frappant dans le traitement médiatique de ces quelques faits, c’est l’incapacité à les lier entre eux ou l’insistance à les séparer. La croissance ne reprend pas, l’austérité continue. Mais rien ne semble lier les deux. Chaque acte de la crise grecque est traité séparément, avec l’aide de cette forme moderne d’indifférence qu’est la reprise de la dépêche AFP ou Reuters.

    https://alencontre.org/europe/grece/grece-la-trajectoire-du-pib-grec-et-celle-du-qi-des-journalistes-economi

    #Grèce #Europe #austérité #croissance #Syriza #UE #dette #Médias #medias #journalistes #crise

    https://seenthis.net/messages/604010 via kaparia


  • Nineteenth-Century Clickbait
    https://daily.jstor.org/nineteenth-century-clickbait
    https://daily.jstor.org/wp-content/uploads/2016/11/british_periodicals_1050x700.jpg

    As new technology allows us to feed a steady stream of news into our brains, are we gaining any real knowledge, or just entertaining ourselves with superficial matters?

    As Brian Maidment explained in a 2010 paper, that’s the question British elites asked in the early nineteenth century, when cheap magazines created a sudden glut of easily consumed information.

    Two aspects of these new magazines’ appeal will sound familiar to anyone who gets their news from a phone today: they used a small format that could fit into a reader’s pocket, and they relied heavily on pictures—in this case, wood engraved images. While cheap “pulp” newspapers weren’t around yet, this way of printing illustrations reduced the cost to bring eye-catching images to a relatively broad audience.

    #magazines #presse #médias #XIXe_siècle #journalisme

    https://seenthis.net/messages/603038 via Articles repérés par Hervé Le Crosnier


  • #médias du Capital ? le peuple n’a plus confiance et se tourne vers le #net. Bienvenu sur Initiative-communiste.fr
    http://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/medias-capital-peuple-na-plus-confiance-se-tourne-vers-net-bie

    Alors que l’intense de propagande médiatique guerrière d’une part et celle pour pousser les principaux partis du système aux législatives (En Marche, LR, PS & FN) d’autre part ne cessent de faire rage, force est de constater que les médias traditionnel du système capitaliste inspirent une défiance de plus en plus grande à une masse […]

    #1-PRCF #5-CULTURE_DEBATS #articles #initiative_Communiste #internet #média #sondage


  • Portland sous le choc après un double meurtre aux relents racistes - Libération
    http://www.liberation.fr/planete/2017/05/28/portland-sous-le-choc-apres-un-double-meurtre-aux-relents-racistes_157287
    http://md1.libe.com/photo/1025843--hate-speech-attack-in-us-leaves-2-good-samaritans-dead.jpg?modified_at=1495982252&picto=fb&ratio_x=191&ratio_y=100&width=600

    « Il pestait contre beaucoup de choses, ses propos n’étaient pas uniquement dirigés contre les musulmans. Nous ne savons pas s’il a des problèmes mentaux, a indiqué le porte-parole de la police de Portland, le sergent Pete Simpson ».

    Youpi nous y revoilà : trop blanc pour être terroriste ou raciste donc on ressort la carte « problèmes psychiatriques » alors que la page facebook du gars ne laisse aucune doute !
    Libération aussi, au lieu de mettre relents, mets juste raciste, tu verras, ça va pas te tuer !
    #racisme #meurtre #medias #Portland #États-Unis

    https://seenthis.net/messages/602256 via ninachani


  • Egypt 24 hours later: What we know about the blocking of Mada Masr’s website | MadaMasr

    Menaces contre un des meilleurs sites d’information égyptien

    http://www.madamasr.com/en/2017/05/26/feature/u/24-hours-later-what-we-know-about-the-blocking-of-mada-masrs-website

    Access to Mada Masr’s website via most of Egypt’s internet service providers (ISPs) has been blocked since Wednesday evening.

    The country’s official state news agency, MENA, quoted a high-level security source on Wednesday night as saying that access to 21 websites, which had disseminated “content that supports terrorism and extremism and deliberately spreads lies,” had been blocked in Egypt in accord with “relevant legal proceedings.”

    Mada Masr has not been officially informed that any party has taken official or legal measures against it.

    Several other websites have also been blocked, including two Egyptian publications: Masr al-Arabiya and the website of the print weekly Al-Mesryoon. The list also includes some Qatari or Qatar-funded news outlets that support or are managed by the Muslim Brotherhood, principal among them Al Jazeera and Huffington Post Arabic, in addition to the official website for Palestinian political movement Hamas.

    #Egypte #presse #médias

    https://seenthis.net/messages/601551 via Nouvelles d’Orient


  • Les #Médias créent le réel
    http://4emesinge.com/2017/01/les-medias-creent-le-reel

    Avant de commencer la lecture de cet article, nous vous invitons à regarder la carte des propriétaires des #médias réalisée par ACRIMED La fabrique du réel En 1988, Noam Chomsky et Edward Herman publiaient le livre « la fabrique du consentement ». Ce livre proposait une grille d’analyse des méthodes de propagandes des #médias_de_masse et nous proposait une déconstruction magistrale […]

    #Articles #Guerre #Internet #Philosophie #média_alternatif #réalité


  • L’ère de la pensée unique
    http://4emesinge.com/2017/02/lere-de-la-pensee-unique

    A l’heure de la post vérité, des #fake_news, de l’élection de Trump, du décodex et d’autres initiatives prises pour réguler ces phénomènes, il nous a semblé nécessaire de réaliser cette vidéo afin de vous donner une autre analyse de ces phénomènes. Car les dérives potentielles de ces initiatives sont inquiétantes et nécessitent donc que les citoyens s’emparent pleinement de […]

    #Internet #Médias #Vidéos #média_alternatif #Médias_mainstream #post_vérité


  • L’ère de la pensée unique
    http://4emesinge.com/lere-de-la-pensee-unique

    A l’heure de la post vérité, des #fake_news, de l’élection de Trump, du décodex et d’autres initiatives prises pour réguler ces phénomènes, il nous a semblé nécessaire de réaliser cette vidéo afin de vous donner une autre analyse de ces phénomènes. Car les dérives potentielles de ces initiatives sont inquiétantes et nécessitent donc que les citoyens s’emparent pleinement de […]

    #Internet #Médias #Vidéos #média_alternatif #Médias_mainstream #post_vérité


  • The People vs. Haaretz - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2017/05/11/opinion/the-people-vs-haaretz.html?_r=0

    Un violent article contre Haaretz, qui s’inscrit dans la campagne du gouvernement israélien de museler les médias, comme il le fait avec la première chaîne de télévision

    TEL AVIV — Haaretz is an Israeli newspaper. Admired by many foreigners and few Israelis, loathed by many, mostly Israelis. Read by few, denounced by many, it is a highly ideological, high-quality paper. It has a history of excellence. It has a history of independence. It has a history of counting Israel’s mistakes and misbehavior. It has a history of getting on Israel’s nerves.

    Still, it is just a newspaper. The story of the people vs. Haaretz — that is, of a great number of Israelis’ growing dislike for the paper — is worth telling only because it tells us something about Israel itself: that the country’s far left is evolving from a political position into a mental state and that the right-wing majority has not yet evolved into being a mature, self-confident public.

    Consider an incident from mid-April. Haaretz published an op-ed by one of its columnists. It made a less-than-convincing argument that religious Zionist Israelis are more dangerous to Israel than Hezbollah terrorists. And yet, the response was overwhelming. The prime minister, defense minister, education minister and justice minister all denounced the article and the newspaper. The president condemned the article, too. The leader of the centrist party Yesh Atid called the op-ed “anti-Semitic.” Leaders of the left-of-center Labor Party called it hateful. The country was almost unified in condemnation.

    Of course, not completely unified. On the far left, a few voices supported the article and the newspaper. Some argued that the article was substantively valid. Others argued that whether the article was substantive or not, the onslaught on Haaretz is a cynical ploy to shake another pillar of the left — maybe its most visible remaining pillar.

    If there is such ploy, it doesn’t seem to be working. Last week, on the eve of Israel’s Memorial Day, a day of somber reflection, Haaretz was at it again. One article by a leading columnist explained that he could no longer fly the Israeli flag. Another seemed to be calling for a civil war. These are not exceptions; they are the rule for a newspaper that in recent years has come to rely on provocation.

    #Israël #libertés #médias

    https://seenthis.net/messages/598038 via Nouvelles d’Orient


  • #Vivendi-Havas : Bolloré lance une #concentration sans bornes dans la communication
    https://www.mediapart.fr/journal/france/120517/vivendi-havas-bollore-lance-une-concentration-sans-bornes-dans-la-communic

    Principal actionnaire d’Havas et de Vivendi, Vincent Bolloré a décidé de faire racheter le premier par le second. Ce rapprochement d’un groupe de publicité et d’un groupe de communication poursuit la construction d’un géant des #médias et de la communication, qui représente une intégration verticale sans équivalent dans le monde. Et surtout une nouvelle menace pour les libertés.

    #France #Economie #Havas #Liberté_de_la_presse #publicité #Vincent_Bolloré



  • Le journalisme sacrifié La Brique - AF - 9 Mai 2017

    La Voix du Nord fait rarement sa Une sur les plans de licenciements ou alors pour critiquer les syndicats et les manifestant.es, créer des « casseurs » et sanctifier le patronat. Quand il s’agit de sa propre liquidation, c’est le vide sidéral. Pourtant un plan de licenciement concerne directement les 700 salarié.es du groupe VDN, 178 vont perdre leur emploi dont 55 journalistes. Pour la holding Rossel, propriétaire de dizaines de quotidiens, un journal se doit d’être rentable. Le combat des syndicats était-il perdu d’avance ?
     
    La Voix du Nord n’est qu’un des petits rouages de la grosse machine de presse du groupe Rossel. Ce consortium belge possède plus de 160 filiales, dont des dizaines de quotidiens régionaux belges et français parmi lesquels La Voix du Nord, Nord Éclair, La Meuse, L’Aisne nouvelle... En gros quasi toute l’information belge et les quotidiens du Nord-Pas de Calais-Picardie sont à leurs bottes. Le groupe possède aussi dans le Nord les quotidiens gratuits 20 minutes et Direct Matin, des radios (RTL Belgique), des chaînes de TV (Wéo, TV News) . Autant dire que si la famille Hurbain, à la tête de cet ensemble à 560 millions d’euros de chiffre d’affaires par an, ne veut pas qu’une info sorte, elle ne sera pas publiée.

    La Voix du Nord n’en est pas à son premier plan « social ». En 2000, le journal tombe partiellement entre les mains de Rossel. Une grève de dix jours est alors organisée mais la lutte ne payera pas. Dassault (2004-2005) rachète le titre puis le revend l’année suivante à Rossel. Le groupe fait fusionner les deux quotidiens La Voix du Nord et Nord Éclair et débarque les anciens dirigeants empêtrés dans les affaires de revente d’actions1. En 2008, le groupe VDN SA rachète Le Courrier Picard puis L’Union et L’Est Éclair en 2012. Début 2017, la direction annonce un plan de licenciement de 25 % des effectifs du journal, 170 personnes vont être virées.

    Alors que La Brique se paye le traitement journalistique de La Voix du Nord depuis sa création, Robert2, journaliste dans le quotidien depuis 20 ans, a pourtant accepté de répondre à nos questions.

    http://labrique.net/images/numeros/numero50/rossel_carte3.jpg
    Télécharger la carte en A3 : http://labrique.net/images/numeros/numero50/rossel_carte.pdf
     
    Première application de la loi travail
     
    Pour pouvoir licencier, l’entreprise a trois mois maximum pour négocier les départs volontaires ou les conditions de licenciement avec les syndicats. . . . . .

    La suite : http://labrique.net/index.php/thematiques/histoires-du-bocal/895-le-journalisme-sacrifie

    #Journalisme #Presse #médias #la_voix_du_mort #La_Brique #Nord_Éclair #La_Meuse #L_Aisne_nouvelle #Le_Courrier_Picard #L_Union #L_Est_Éclair #Rossel #RTL_Belgique #Wéo #Le_Soir #Hurbain


  • Emmanuel Macron, fabriqué pour servir — Le candidat des #médias, par Marie Bénilde (mai 2017)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2017/05/BENILDE/57494
    https://www.monde-diplomatique.fr/IMG/arton57494.jpg

    Le succès d’un candidat inconnu du public il y a trois ans ne s’explique pas seulement par la décomposition du système politique français. Inventeur d’une nouvelle manière de promouvoir les vieilles idées sociales-libérales qui ont valu au président François Hollande des records d’impopularité, M. Emmanuel Macron a trouvé dans les médias un solide point d’appui. Son histoire ressemble à un rêve d’éditorialiste.


  • Les alliés objectifs du #Front_National #pasunevoixpourleFN
    http://www.initiative-communiste.fr/articles/allies-objectifs-front-national-pasunevoixpourlefn

    Non Nicolas Dupont Aignan n’est pas le seul allié du #FN. Les #médias du système capitaliste Les chiens de garde à la Cohen ou Apathie, l’Obs ou Libé, Le Monde ou les télés, tous ceux qui insultent Mélenchon pour son attitude digne par rapport au second tour, tous les oisillons affolés par l’ombre d’Hitler planant […]

    #2-lutte_des_classes_et_renaissance_communiste #articles #en_marche #Extrême_droite #Fascisation #Fascisme #Le_Pen #macron