#orthographe


  • « Les crêpes que j’ai mangé » : un nouvel accord pour le participe passé - Libération
    http://www.liberation.fr/debats/2018/09/02/les-crepes-que-j-ai-mange-un-nouvel-accord-pour-le-participe-passe_167613

    La fédération Wallonie-Bruxelles souhaite modifier les règles du fameux « accord du participe avec l’auxiliaire avoir », jugées complexes et grammaticalement peu pertinentes. Et invite les autres pays francophones à la suivre.

    « Employé avec l’auxiliaire avoir, le participe passé s’accorde en genre et en nombre avec le complément d’objet direct quand celui-ci le précède (les crêpes que j’ai mangées). Mais si le complément suit le participe, il reste invariable (j’ai mangé les crêpes). »

    A l’école les enfants se demandent : pourquoi avant et pas après ? Souvent, les enseignants savent expliquer comment on accorde, mais pas pourquoi. L’incohérence des règles traditionnelles les empêche de donner du sens à leur enseignement. Le temps moyen consacré aux règles actuelles est de 80 heures, pour atteindre un niveau dont tout le monde se plaint. Il serait tellement plus riche de le consacrer à développer du vocabulaire, apprendre la #syntaxe, goûter la littérature, comprendre la morphologie ou explorer l’étymologie, bref, à apprendre à nos enfants tout ce qui permet de maîtriser la langue plutôt qu’à faire retenir les parties les plus arbitraires de son code graphique.

    Pourquoi l’esprit critique s’arrête-t-il au seuil de l’orthographe ? Parce tout le monde a appris à ne plus se demander pourquoi. Enfin, pas tout le monde. La fédération Wallonie-Bruxelles, en accord avec ses instances linguistiques, envisage sérieusement d’instaurer l’invariabilité du participe passé avec l’auxiliaire avoir. Elle s’appuie pour cela sur les avis du Conseil de la langue française et de la politique linguistique de la Fédération Wallonie-Bruxelles (#CLFPL) et du Conseil international de la langue française (#Cilf). Elle suit aussi les recommandations d’André #Goosse, successeur de Maurice #Grevisse au Bon Usage, du groupe de recherche #Erofa (Etude pour une rationalisation de l’orthographe française d’aujourd’hui), de la Fédération internationale des professeurs de français et de sa branche belge, de certains membres de l’Académie royale de Belgique et de l’Académie de langue et de littérature françaises de Belgique, ainsi que des responsables des départements de langue, de littérature et de didactique du français de la plupart des universités francophones… Quant à l’Académie française, n’étant pas composée de linguistes, elle n’est jamais parvenue à produire une grammaire décente et ne peut donc servir de référence.

    Pour comprendre les raisons de ce changement, revenons au Moyen Age. Les moines copient alors au fil de la plume. Quand ils écrivent, par exemple : « Les pieds que Jésus a lavés », un simple regard vers la gauche permet d’identifier ce que Jésus a lavé. Il a lavé quoi ? Les pieds. Donc le moine accorde. Par contre, quand il écrit : « Jésus a lavé », il s’interroge. Jésus a lavé quoi ? Je ne sais pas, je vais attendre la suite du texte. Le moine poursuit : « Avant la fête de Pâques, sachant que son heure était venue, lorsque le diable avait déjà inspiré au cœur de Judas Iscariote, fils de Simon, le dessein de le livrer, et patati et patata, … les pieds. » A tous les coups, quand le moine est arrivé à « les pieds », il a oublié qu’il avait un participe à accorder, ou il n’a plus la place pour écrire le « s » parce qu’au Moyen Age, les mots sont souvent attachés les uns aux autres. C’est cet oubli qui est à l’origine de la règle des accords avec l’auxiliaire avoir. Au XVIe siècle, Clément Marot, constatant le même phénomène en italien, en fait la promotion à l’aide d’un joli poème, ce qui fera dire à Voltaire : « Il a ramené deux choses d’Italie : la vérole et l’accord du participe passé. Je pense que c’est le deuxième qui a fait le plus de ravages ». Le Bescherelle désigne cette règle comme « la plus artificielle de la langue française ». Elle entraînera une cohorte de complications, comme les fameux accords des verbes exclusivement, essentiellement ou accidentellement pronominaux qu’on retrouve dans les quatorze pages d’exceptions du Bon Usage de Grevisse.

    Voici donc la nouvelle règle sur laquelle s’appuyer : « Le participe passé, avec l’auxiliaire être, s’accorde comme un adjectif (c’est-à-dire avec le mot auquel il se rapporte). Avec l’auxiliaire avoir, il ne s’accorde pas. » L’invariabilité du participe avec avoir peut heurter certaines personnes, que nous renvoyons à la formulation complète que le Cilf a proposé. Ainsi, dans cette dernière phrase, « la formulation que le Cilf a proposé », rien ne permet de considérer qu’il y a une faute grammaticale car le participe avec avoir n’a plus valeur d’adjectif, contrairement à ce qui se passe quand on utilise l’auxiliaire être.

    L’usage oral s’est fait l’écho de cette logique. L’invariabilité est une tendance en augmentation dans tous les milieux, dans tous les médias et dans tous les pays francophones. Parce que cet accord n’est plus porteur de sens. Il ne s’agit pas de justifier une faute, mais de rappeler que cet usage est légitime et qu’il serait injuste de le sanctionner. Les linguistes vous le diront : l’orthographe n’est pas la langue, mais l’outil graphique qui permet de transmettre, de retranscrire la langue, comme les partitions servent la musique. Puisque les langues évoluent, leur code graphique devrait en faire autant, ce qu’il n’a cessé de faire en français. Il serait absurde de croire que notre orthographe aurait atteint un degré de perfection intangible. Cela reviendrait à la considérer comme morte.

    Evitons les faux dilemmes. Il ne s’agit pas de tout changer, de déstabiliser tout le système ou de supprimer ce qui est porteur de sens dans notre orthographe, mais de maintenir une norme unique, renforcée dans sa cohérence. Il est surprenant de constater le peu de rigueur dont nous faisons preuve envers l’orthographe elle-même. La plupart des formes ou des règles sont justifiables, mais d’autres le sont moins, voire pas du tout. Tout dans l’#orthographe ne peut avoir la même valeur. Osons l’affirmer : les règles d’accord du participe passé actuelles sont obsolètes et compliquées jusqu’à l’absurde. Compte tenu du fait qu’elles ne sont pas fautives, qu’elles suivent l’usage, qu’elles libèrent du temps scolaire, qu’elles sont recommandées par toutes les instances officielles d’avis sur la langue et les universités, on est en droit de se demander pourquoi ces règles ne sont pas appliquées.
    Plus d’informations et liste des soutiens sur www.participepasse.info.
    Arnaud Hoedt et Jérôme Piron Anciens professeurs de français

    Vive les Belges !

    les fameux accords des verbes exclusivement, essentiellement ou accidentellement pronominaux qu’on retrouve dans les quatorze pages d’exceptions du Bon Usage de Grevisse

    ça c’est une règle qui m’a toujours tuée !!!

    #grammaire #linguistique #Belgique #Wallonie #participe_passé

    https://seenthis.net/messages/719459 via ninachani


  • Parchemin Ma3 - Multos habet lingua et bene pendentes

    Multos habet lingua et bene pendentes (la langue a trop de testicules)

    Académicien ! Rend moi les mots féminins.
    Rend moi les aiguillieres, les archieres, les blaetieres, les blastieres, les cervoisieres, les chandelieres, les coffrieres, les cordieres, les cordoanieres, et les courtepointieres.
    Rend moi les crespinieres, escuelieres, estuvieres, foacieres, fournieres, fromagieres, gastelieres, heaulmieres, lainieres et linieres,
    J’exige des oublaieres, des pevrieres, des poulaillieres, des tainturieres, et des tavernieres.

    Rend moi les brodaresse, enchanteresse, humeresse de vins et de parfums.
    Rend moi jonglerresses et chanteiresses, dessineresses et peinturieres.
    Rend moi les retorderesses de fils et de tords.

    Je veux des governeresses, des mairesses, des tuteresses, des curateresses, des administresses de corps et biens,
    Laisse exister doctoresses, medicineuses et guerisseuses.

    Assez de lionnes et de guenons , rend moi leonnesses, et singesses.

    Je prend tout, je veux même les revenderesses d’oignons et les espouilleresses de bellistres.

    Académicien ! Rend moi les mots féminins.

    Ce sort s’adresse aux académiciens qui ont supprimé les mots féminin de la langue française. De vulgaires exciseurs de langue. J’en avais deja fait un patriarche visible ici grâce @fil : http://madmeg.org/p40

    Pour ecrire le texte j’ai utilisé les noms féminins énumérés dans ce pdf : Femme, j’écris ton nom... Guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions
    1999http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/994001174.pdf

    Il y a un autre parchemin de prévu spécialement sur la règle du masculin l’emporte, du coup là j’en parle pas.

    D’un point de vue visuel j’avais envie de partir sur une représentation inspirée de la Déesse aux serpents de Cnossos
    https://i0.wp.com/upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/f7/Snake_Goddess_-_Heraklion_Achaeological_Museum_retouched.jpg/432px-Snake_Goddess_-_Heraklion_Achaeological_Museum_retouched.jpg?zoom=2
    Avec des penis probablement à la place des serpents et plein de seins comme les statues d’Artémis d’Éphèse :
    http://idata.over-blog.com/0/38/39/18/Vouivre6/334px-Artemis_of_Ephesus.jpg
    Celle ci c’est pas des seins prevu pour passé sur facebook, c’est des testicules de taureau !
    https://mythologiediane.wordpress.com/2013/03/30/lartemis-dephese-3

    #workinprogress #mad_meg #mégèrisme #sorcière #vocabulaire #féminisation_de_la_langue #orthographe

    https://seenthis.net/messages/581297 via mad meg


  • Les performances en orthographe des élèves en fin d’école primaire (1987-2007-2015) (Ministère de l’Éducation nationale)
    http://www.education.gouv.fr/cid23433/les-performances-en-orthographe-des-eleves-en-fin-d-ecole-primaire-19

    Finalement, le niveau baisse…

    Évalués en cours moyen deuxième année (CM2) en 2015, les élèves, entrés en cours préparatoire (CP) en 2010 pour la plupart, ont de moins bons résultats en orthographe que les élèves évalués en 1987 et 2007. La baisse des résultats constatée entre 1987 et 2007 n’a ainsi pas été enrayée. C’est l’orthographe grammaticale (règles d’accord entre le sujet et le verbe, accords dans le groupe nominal, accords du participe passé) qui demeure la source principale de difficultés pour les écoliers français.

    #éducation #école #langue_française #orthographe

    https://seenthis.net/messages/541382 via Heautontimoroumenos



  • « En France, l’orthographe sert à se distinguer socialement » (Claude Lelièvre, LeMonde.fr)
    http://www.lemonde.fr/education/article/2016/02/16/en-france-l-orthographe-sert-a-se-distinguer-socialement_4866346_1473685.htm

    En France, même au XXIe siècle, l’orthographe sert à se distinguer socialement : on a le droit de ne pas maîtriser une règle de trois… mais pas de « fauter » en orthographe. La langue écrite est devenue l’un des deux totems – avec le roman national – constitutif de notre identité. Mais être français aujourd’hui, est-ce croire qu’on atteint les sommets de la culture quand on s’agrippe à la cime de l’accent circonflexe ?

    #éducation #école #orthographe #réforme_de_l'orthographe #distinction_sociale

    http://seenthis.net/messages/461624 via Heautontimoroumenos


  • Instit, elle enseigne en nouvelle #orthographe : tout va bien
    http://api.rue89.nouvelobs.com/rue89-culture/2016/02/07/instit-enseigne-nouvelle-orthographe-tout-va-bien-263107

    Depuis quelques jours, c’est un des grands sujets de controverse dans les réseaux sociaux comme dans la presse : la-réforme-de-l’orthographe qui-va-tuer-la-langue-française. Au point que même l’Académie française s’est fendue d’un communiqué, vendredi 5 février, pour rappeler que ces « rectifications de l’orthographe » [PDF] remontent à 1990, et qu’il ne s’agit pas d’une réforme : « Il convient d’observer que ces ajustements ne concernent que quelque 2000 mots (soit 3 à 4% du lexique français) – la neuvième édition du Dictionnaire de l’Académie, en cours de...

    #langue_française #école


  • J’enseigne en nouvelle #orthographe et... tout va bien. - Charivari à l’#école
    http://www.charivarialecole.fr/j-enseigne-en-nouvelle-orthographe-et-tout-va-bien-a291726
    http://ekladata.com/X8IuIG8O22YIe0NnHgcDCwYEmc4@550x543.jpg

    Cela ne choque personne que l’on ne publie pas les fables de la Fontaine telles que le fabuliste les avait écrites. Les élèves, même lycéens, ne lisent ni Ronsard, ni Hugo ni Maupassant dans leur orthographe d’origine. Alors, si on applique bien les réformes précédentes sans sourciller, pourquoi faudrait-il refuser d’appliquer la dernière ? Pourquoi faudrait-il figer la langue dans son état de 1935 (date de la dernière #réforme) ?

    On peut, bien sûr, publier Victor Hugo en nouvelle orthographe. Les modifications, en plus, seront tellement minimes que peu d’élèves s’en apercevront.

    Car oui, ces modifications sont minimes. Antoine Fetet (l’auteur de la méthode Cléo, aux Éditions RETZ) a compté : Dans son Cléo CE1, qui fait 128 pages, 21 mots ont été touchés par la réédition en nouvelle orthographe. Seulement 21 mots sur 128 pages de manuel... C’est dire si la nouvelle orthographe ne « défigure » en rien la langue française. Rien à voir avec le « langage SMS » ou une transcription phonétique, comme on le lit parfois.

    http://seenthis.net/messages/458613 via Agnès Maillard


  • Faire taire les fausses rumeurs sur la nouvelle orthographe (GQMNF)
    http://www.gqmnf.org/NouvelleOrthographe_FaussesRumeurs.html

    On a depuis toujours écrit nénufar : ce n’est qu’en 1935 qu’une erreur a été enregistrée dans le Dictionnaire de l’Académie française : on a cru à tort que ce mot était d’origine grecque et on a alors écrit nénuphar. Les rectifications viennent réparer cette erreur humaine de 1935. Par respect de son étymologie, on redonne aujourd’hui à nénufar la graphie qu’il avait en 1900, en 1800, en 1700… C’est le seul mot en français dont le ph a été rectifié en f récemment. Aucun autre ph n’a été touché.

    Donc le buzz est relancé sur une réforme de l’orthographe qui date de 16 ans déjà, une réforme émanant d’un groupe de gauchistes ultraviolents : l’Académie Française.
    Je vous épargne les multiples articles de presse sur la survie ou non de l’accent circonflexe et les commentaires nostalgiques, élitistes, apocalyptiques et péremptoires qui les accompagnent.

    Outre l’article mentionné ci-dessus, on pourra se référer aux livres d’Alain Rey comme par exemple :
    L’Amour du français : contre les puristes et autres censeurs de la langue, Denoël, 2007

    Ou encore jeter un œil à :
    RENOUVO (Réseau pour la nouvelle orthographe du français)
    http://www.renouvo.org/introduction.php

    #éducation #orthographe #réforme #accent_circonflexe

    http://seenthis.net/messages/457866 via Heautontimoroumenos


  • #orthographe : le point de vue d’une professionnelle - Plaidoyer anarchiste pour le respect du vivant - La chaise pliante
    http://lachaisepliante.canalblog.com/archives/2016/01/29/33287865.html

    « En devenant correctrice, j’ai appris que personne n’était excellent en orthographe.

    Pourquoi ? Parce que la première chose qu’on fait quand vous avez corrigé un texte, c’est de le faire voir par un second correcteur, qui y trouve encore des fautes. Puis un troisième, un quatrième… tous trouvent encore et toujours des fautes que vous n’aviez pas vues, ni celui avant ni celui après vous.

    Jusqu’au lecteur, qui vous écrit pour vous faire part d’une ou deux fautes d’orthographe dans sa revue préférée : « inadmissible, ça se perd le respect de la langue française »…

    Ce qu’on apprend vraiment quand on devient correcteur ? À arrêter de péter plus haut que son cul et de se croire infaillible. Je ne saurais que trop conseiller l’exercice à nos profs d’orthographe en herbe sur facebook. (...)

    http://seenthis.net/messages/456829 via Alda


  • L’orthographe, outil d’élite, ou quand la langue sert à l’exclusion.
    http://sansdeclinersnarclens.tumblr.com/post/110093077973/lorthographe-outil-d%C3%A9lite-ou-quand-la-langue

    « L’argument de l’orthographe, ou plutôt « l’outil de l’orthographe » est constamment mobilisé pour discréditer un texte. La forme plutôt que le fond, où la forme en plus du fond, pour appuyer le fait que « c’est mal pensé ». Certain-e-s trouvent ça bien normal, moi je trouve que c’est une manière de maintenir une chasse gardée sur la chose écrite. « Si tu veux écrire, il faut connaitre et respecter les règles », c’est un peu « bas d’bras, pas d’chocolat » surtout quand la langue est si finement règlementée et qu’elle exclue une partie des individu-e-s.

    Et l’alternative, de ceux et celles qui t’aiment et/ou aiment ce que t’écris c’est « fais-toi corriger ». Or, je n’ai aucune envie de me faire corriger. Premièrement parce que j’apprécie mon autonomie (merci) et deuxièmement parce que j’ai pas besoin de l’aval de (...)

    #orthographe #luttes

    http://seenthis.net/messages/421141 via Alda


  • Les 40 règles de base de l’orthographe française | La langue française
    http://www.lalanguefrancaise.com/les-40-regles-de-base-de-lorthographe-francaise

    L’orthographe fait souvent peur, même aux plus doués d’entre nous… Maîtriser les bases orthographiques est donc essentiel pour être plus confiant et améliorer son français. Je reprends ici les 40 règles de base de l’orthographe française à partir du fascicule « Parcours sans faute » de Monsieur L. Massarenti en le réactualisant et en le complétant. Si vous appliquez ces règles, vous éviterez de faire 85 à 90 % des fautes couramment rencontrées.

    #langue_française #orthographe

    http://seenthis.net/messages/380940 via ashledombos