• Le pire de la #télévision italienne condensé dans cette image... une scène (obscène) vu alors que j’étais dans un hôtel en Italie (10.05.2019).
    Cela devait être quelque chose comme 20h30-21h du soir...

    https://i.imgur.com/OsHONwd.jpg

    #Mediaset #Canale_5 #femmes #indiens #peuples_autochtones #sexisme #TV #nudité #corps #obscénité #fesses #exotisme

    Et je ne sais pas quel autre horrible mot-clé ajouter...

    Evidemment, c’est l’occasion de faire encore et encore un petit rappel de ce documentaire de #Lorella_Zanardo : #Il_corpo_delle_donne (le corps des femmes) :
    https://www.youtube.com/watch?v=koLacS5_EtA

    https://seenthis.net/messages/797344 via CDB_77



  • C’est une lettre qu’un vieil homme batek, qui appartient à un peuple autochtone de chasseurs-cueilleurs en Malaisie péninsulaire, a souhaité adresser au monde. Il l’a donnée à Lye Tuck-po, une anthropologue qui délivre cette lettre et ce message dans son livre Changing Pathways. C’est une lettre orale, retranscrite en langue batek, traduite mot à mot et de manière plus littéraire en anglais par Lye Tuck-po et en français par mes soins. Le texte original est très elliptique et la traduction de Lye Tuck-po sonne très étrangement mais donne une idée de cette forme d’expression. Les Batek sont convaincu·es que les arbres font tenir le monde et que sans forêt, le monde disparaîtra. Ils et elles s’inquiètent non seulement de la disparition de leur milieu de vie mais aussi notre terre à nous tou·tes. Ce vieil homme utilise la deuxième personne du pluriel dans une forme tour à tour inclusive et exclusive que j’espère ne pas avoir traduite trop lourdement.

    Qu’on enlève la forêt et ce sera la fin monde. Nous voulons que les gens sachent que le monde peut finir. Il n’y a déjà plus d’arbres.
    Quand ils font exploser la dynamite, le dieu Gubar fait pleuvoir longtemps. Nous nous en souvenons.
    Ne prenez pas plus de forêt, posez là la limite. Nous avons tou·tes besoin de trouver à manger. Nous ne pouvons pas être cupides, nous devons ne prendre que ce dont nous avons besoin pour vivre. Nous ici, nous souhaitons discuter de cela.
    La rivière Temoh n’a déjà plus d’arbres, seulement de l’huile de palme.
    Nos âmes se nourrissent des arbres. La forêt, c’est les veines et les tendons de nos vies.
    Cette terre est une île. Comment peut-elle tenir sans arbres ?
    Par le passé, l’humanité vivait en paix et elle n’était pas en train de perdre le monde.
    Les êtres surhumains (les dieux) disent qu’ils ont créé le cœur de la terre.
    Les êtres surhumains se souviennent qu’ils sont nostalgiques.
    Ils ont pitié des Batek quand ils entendent leurs chants.
    Ils nous aiment tellement qu’ils nous préviennent de ce qui est en train de se passer.
    Nous ici, nous entendons ce qu’ils disent, nous nous raccrochons à leurs voix.
    Quand les arbres auront disparu, l’humanité n’aura plus nulle part où s’abriter.
    L’humanité peut se concerter. Nous nous rencontrons et nous discutons de ce qui peut être fait. Nous discutons, nous décidons et nous partons faire les choses. N’abandonnons pas le monde. Ne le perdons pas. Nous devons savoir de combien nous avons besoin pour manger, pour dormir.
    Les Malais pensent à des routes et posent des plantations de palmier à huile. Rendez-vous compte qu’ils tuent le monde. Où allons-nous tou·tes vivre ? Parce qu’ils tuent notre monde à tou·tes. Par le passé, l’humanité était en bonne santé. Maintenant nous ne pouvons plus espérer être en bonne santé. Donc tout le monde vit selon les mêmes règles.
    Nous ici regrettons les temps de paix. Nous nous souvenons et nous regrettons. Nous montrons comment.
    La terre est déjà coupée en morceaux. L’âme des rivières est bloquée. C’est important, de comprendre le danger. Les rivières ne peuvent plus couler, elles inondent leurs rives. Le sol devient mou et s’effondre. Ils ouvrent des canaux ailleurs, c’est par là que la terre se fissure.
    C’est comme si l’humanité cherchait sa nourriture – avec la nourriture nous sommes riches mais le monde est parti. Nous devrions savoir comment le garder. Nous ne pouvons pas devenir riches et tuer le monde. Nos vies sont raccourcies, nous ne vivons plus longtemps quand nous sommes trop cupides. Nous les Batek, nous savons comment garder le monde. Quand nous les humains gagnons nos vies, nous devons donner de la valeur à l’âme du monde. Mais s’ils ne savent pas donner de la valeur à l’âme du monde, je ne sais pas.
    Nous ici, nous pourrions être riches mais nous donnons de la valeur à l’âme du monde. Nous avons un peu changé maintenant mais nous nous souvenons toujours du passé. Aussi longtemps que nous vivons dans la forêt, nous donnerons ces conseils. Nous ne voulons pas nous battre, nous tuer les un·es les autres.
    Il y a des Batek qui veulent être riches. Ce n’est pas facile de vivre comme cela, nous souffrons. Mais c’est mieux que de tuer le monde, comme cela se fait hors de la forêt. La manière dont ils vivent entraîne la fin des vies.
    Nous les Batek allons à un endroit, puis nous nous en souvenons et nous y retournons. Les personnes domestiquées, elles tuent le monde. Les fonctionnaires qui encadrent les populations autochtones se moquent de nous parce que nous sommes libres, dans la nature sauvage. Ils ne savent pas comment penser. Je veux qu’ils sachent comment penser.

    Lye Tuck-po, Changing Pathways. Forest Degradation and the Batek of Pahang, Malaysia (Lexington Books, USA, 2005 et Strategic Information and Research Develoment Centre, Malaisie, 2018).
    #Malaisie #déforestation #peuples_autochtones #forêt

    https://seenthis.net/messages/781265 via aude_v


  • Un chef indigène a été assassiné au #Brésil

    Un chef de l’ethnie #Tukano, #Francisco_de_Souza_Pereira, âgé de 53 ans, a été abattu mercredi 27 février chez lui, dans la communauté d’#Urukia, dans le nord de #Manaus, au Brésil. Il dirigeait 42 communautés de la région de Manaus.

    Trois hommes cagoulés sont entrés dans la maison pendant la nuit et ont tiré sur le cacique. La femme et la fille de la victime ont été témoins du crime. Selon le Bureau de l’homicide et des homicides (DEHS), qui enquête sur l’affaire, les motifs du crime sont encore inconnus.

    https://reporterre.net/local/cache-vignettes/L500xH500/arton16858-c6303.jpg?1551521682#.jpg
    https://reporterre.net/Un-chef-indigene-a-ete-assassine-au-Bresil
    #assassinat #peuples_autochtones

    https://seenthis.net/messages/764296 via CDB_77


  • The Theft And Return Of Australian Indigenous Land 1788 To 2013
    https://mk0brilliantmaptxoqs.kinstacdn.com/wp-content/uploads/australia-aboriginal-land.png

    The map above shows that between the establishment of the British penal colony of New South Wales in 1788 and the mid-1960s, Indigenous Australians were deprived and dispossessed of virtually all their land.

    https://brilliantmaps.com/indigenous-australia
    #aborigènes #contre-cartographie #cartographie_radicale #cartographie_critique #peuples_autochtones #cartographie #visualisation #Australie #géographie_du_plein #géographie_du_vide #terres #dépossession
    ping @reka

    https://seenthis.net/messages/763087 via CDB_77


  • Une France qui se tient sage

    Aveugles et hostiles à l’intelligence d’un mouvement qui retourne contre le néo-pouvoir les #valeurs qu’on lui inculque (#disruption, #mobilité, #agilité) et qui renvoie la #police à sa #violence archaïque (#blindés, #voltigeurs et #police_montée), les médias auront été les meilleurs #chiens_de_garde du #pouvoir et de la police, mais aussi les révélateurs du mépris des #élites et des journalistes pour les gilets jaunes, ces ploucs défavorisés : Cnews invitant #Patrick_Sébastien qui connaît ces gens-là, Le Monde les traitant d’« #invisibles » (mais aux yeux de qui ?), des philosophes contrits qui auraient préféré voir surgir un autre #peuple, plus jeune et plus mixte, congédiant ce peuple-ci comme beauf et FN. Et tous ces #experts nous expliquant que la #révolte a lieu grâce au changement d’#algorithme de #Facebook accentuant le rôle des « groupes », comme si les gens n’étaient pas capables de s’assembler tout seuls, et qu’il fallait bien une intelligence supérieure pour les sortir de leur bêtise. Merci M. Zuckerberg d’illuminer nos campagnes. Or le #mouvement est d’abord un mouvement de #rond-point, de #proximité et de #rencontres, qui provoque une extraordinaire redistribution des rôles.

    Le récit raconté par les médias était répugnant. La #TV s’est encore une fois ridiculisée face à #Internet. D’un côté cette image terrifiante présentée comme sécurisante au JT de 20 h, le 15 décembre, de manifestants devant l’Opéra qu’on empêche de rejoindre les Champs sous l’œil de la police montée prête à charger. De l’autre la profusion sauvage des « vidéos de #violences_policières », qui à force deviennent un genre en soi. Au Burger King à Paris, une femme est matraquée au sol, à Biarritz, en marge de tout mouvement de foule, une autre est frappée au visage par un tir de flash-ball. D’abord on empêche de manifester, puis on parque dans une fan zone, ensuite on gaze, et la semaine suivante on interdit les casques, masques et lunettes, indices de « radicalisation ». Des #CRS caparaçonnés en Robocop visent la tête nue de gilets jaunes auxquels on retire le droit de se protéger. Résultat : 170 personnes à l’hôpital à Paris le 8 décembre. 24 plaintes de photographes et journalistes. #Intimidation totale des manifestants. Et la honte : Paris se refermant sur lui-même comme un château-fort face aux hordes de manants.

    Les médias n’agissent pas que par obéissance, mais par perplexité et bêtise, parce qu’il leur manque une case : la case politique. Habitués à commenter des stratégies électorales, ils ne comprennent pas quand émerge un #fait_politique, ils ne le voient pas. Ils répètent que le mouvement n’est pas politique (alors qu’il n’est pas partisan, ce n’est pas la même chose). À la place, on le moralise (la violence, c’est mal !), on le judiciarise. On le scinde : les bons manifestants (qui se tiennent sages) et les mauvais (qui cassent). On parle de casseurs en mélangeant les pilleurs qui en profitent et les manifestants en colère qui se demandent jusqu’où ils sont prêts à aller. Pire encore : on militarise le conflit. Les médias ont parlé de scènes de guerre (quand parfois brûlaient juste une poubelle et un sapin de Noël), fantasmé la guerre civile, épouvantail agité par un État irresponsable qui comptait bien monter les uns contre les autres (« il va y avoir des morts ! »). La police a sorti les chiens, joué aux cow-boys avec ses LBD40, des flash-balls augmentés. Un quart de Paris a été transformé en ville morte, 46 stations de métro fermées le 15 décembre. Il fallait y être pour voir les gilets jaunes transformés en âmes errantes cherchant un endroit où se retrouver. Et on s’étonne de la colère du peuple alors qu’on le traite en ennemi ?

    Le contrechamp logique est la vidéo inouïe des lycéens de Saint-Exupéry à #Mantes-la-Jolie, qui dit l’ambition de ce pouvoir de plus en plus autoritaire. Une France qui se tient sage comme une image. La #banlieue ressemblait soudain aux pires fantasmes de BFM, TF1 ou LCI : à la Syrie. Une voix sinistre se félicitait en sifflotant : « Voilà une classe qui se tient sage, faudra balancer à leurs profs, je pense ils ont jamais vu ça. » Des #images « choquantes » ont dit les médias : ça n’engage à rien. Même ce planqué de Blanquer l’a dit. Alors qu’elles sont monstrueuses, inadmissibles, inexcusables. Les journalistes ont appris à l’école à ne pas donner leur avis, à recueillir les propos, citer les réseaux sociaux et réciter les éléments de langage. Des lycéens ont été agenouillés comme attendant une balle dans la tête, et jetés au milieu des poubelles, comme des détritus. Quelle leçon le petit coq français sur son fumier va-t-il encore vouloir donner au monde en matière de droits de l’homme ?

    https://www.cahiersducinema.com/wp-content/uploads/2018/12/751-300x287.jpg
    https://www.cahiersducinema.com/produit/edito-n751-janvier-2019-une-france-qui-se-tient-sage

    #médias #gilets_jaunes #presse #journalisme #catégorisation #bons_manifestants #mauvais_manifestants #casseurs
    ping @davduf @reka @fil

    https://seenthis.net/messages/749238 via CDB_77


  • Excellente analyse de Samuel Hayat sur le mouvement en cours, qui offre des points de comparaison historiques et des instruments précieux (au premier rang desquels le concept d’"économie morale", emprunté à E. P. Thompson) pour penser son caractère inédit, son unité ("surprenante", écrit l’auteur, au regard de son horizontalité avérée), ses dangers, ses possibles. Mobiliser le concept d’’économie morale" me paraît d’autant plus pertinent que ce terme éclaire les stratégies discursives et la grille de lecture (économie domestique, bon sens, « bons comptes » faisant les « bons amis »...) appliquées par l’élite européenne en place (totalement inféodée par ailleurs aux règles de l’économie financiarisée) à la gestion de la crise grecque - et qui lui ont permis d’imposer au Sud de l’Europe des plans d’austérité sévère avec le consentement d’une part conséquente de leurs opinions publiques. Le hiatus entre cette « économie morale » et l’économie financiarisée (radicalement a-morale et destructrice de solidarités) est bien au coeur de notre époque, et le stratagème développé par ces élites pour rendre la crise grecque intelligible (et les plans d’austérité acceptables) est bien le signe que les principes de fonctionnement de l’économie financiarisée ne « font pas discours » (ni société) - ne peuvent inspirer et nourrir aucun discours proprement politique (sinon évidemment le discours de la prédation et de la guerre des possédants contre ceux qui ont peu ou n’ont rien : mais ce sont précisément des choses « qu’on ne dit pas », des choses « qui ne peuvent pas se dire »). A travers le mouvement des « gilets jaunes », cette même « économie morale » (qui apparaît beaucoup plus comme une idéologie relativement indéfinie que comme un modèle économique) se retourne aujourd’hui contre ceux qui étaient parvenus avec succès à en mobiliser les termes (qu’on se souvienne des « proverbes campagnards » sur la dette cités aussi bien par Hollande que Schäuble, Sarkozy ou Merkel pour justifier les mémorandums). Un enjeu majeur de la période, concernant la participation d’une part croissante de militant.e.s de gauche à ce mouvement (voir le texte de Tristan Petident publié hier sur son profil FB), serait probalement de saisir dans quel sens et par quels biais il est aujourd’hui possible d’orienter cette « économie morale » largement indéfinie dans le sens d’une économie sociale, écologique, non-fondée sur la division entre « nationaux » et « étrangers ». Ma conviction est que cette compréhension et ce travail ne pourront émerger que dans la pratique et la participation, et non dans le retrait et l’observation en surplomb.

    Les Gilets Jaunes, l’économie morale et le pouvoir

    Difficile de ne pas être saisi par le mouvement en cours. Tout y est déconcertant, y compris pour qui se fait profession de chercher et d’enseigner la science politique : ses acteurs et actrices, ses modes d’action, ses revendications. Certaines de nos croyances les mieux établies sont mises en cause, notamment celles qui tiennent aux conditions de possibilité et de félicité des mouvements sociaux. D’où sinon la nécessité, du moins l’envie, de mettre à plat quelques réflexions issues de la libre comparaison entre ce que l’on peut voir du mouvement et des connaissances portant sur de tout autres sujets. A côté des recherches sur le mouvement en cours, espérons que l’éclairage indirect que donne la confrontation à d’autres terrains pourra dire quelque chose de différent sur ce qui a lieu.

    https://samuelhayat.wordpress.com/2018/12/05/les-gilets-jaunes-leconomie-morale-et-le-pouvoir/amp/?__twitter_impression=true

    #giletsjaunes #gilets_jaunes #Thompson #économie_morale #finance #mobilisation #peuple #solidarités #sociabilités

    https://seenthis.net/messages/742695 via kaparia


  • Dozens of indigenous women forcibly sterilised in Canada, ...
    http://news.trust.org/item/20181123160226-zt1ay

    Dozens of indigenous women were forcibly sterilised by Canadian health authorities, including as recently as in 2017, said the lawyer leading a class-action lawsuit against the government.

    Alisa Lombard was speaking on Thursday after appearing in Geneva at the U.N. Committee against Torture during hearings into Canada’s human rights record.

    More than 90 indigenous women in the western province of Saskatchewan contacted lawyers to join the lawsuit over forced sterilisation, said Lombard of Maurice Law, the indigenous-run firm spearheading the case.

    “This practice needs to stop,” she told the Thomson Reuters Foundation, adding that she knew of cases in 2009, 2011 and 2017.

    “If it happened then and nothing was done to prevent it, I don’t see why it wouldn’t be happening now,” Lombard said.

    A government spokeswoman said officials were still gathering information on the issue, and could not say with certainty that the practice had stopped.

    The U.N. committee will publish its findings on December 7.

    #canada #stérilisations_forcées #peuples_premiers #suprématie_blanche #racisme #femmes

    https://seenthis.net/messages/738071 via odilon


  • « Gilets jaunes », un peuple qui vient  ? Par Patrick Cingolani — 20 novembre 2018 à 12:13

    On aura beau dénoncer la dimension d’arriération du mouvement quant à l’enjeu écologique, c’est bien l’égalité sociale contre l’iniquité du traitement de faveur fait aux plus riches qui est l’objet central de cette contestation.

    Le mouvement des « gilets jaunes » ­demande de réfléchir sur la précarité et sur un processus de précarisation qui fait plus écho à la lutte de la jeunesse contre la loi travail qu’aux manifestations antiparlementaires des droites dans l’histoire nationale. Il appartient à ces mouvements qui, ­depuis 1995, sont préoccupés par une insécurité ­sociale de plus en plus endémique et qui par contrecoup, comme en 1995, sont composés de gens qui se soucient tout autant de leur sort que de celui de leurs proches, enfants ou petits-enfants, qui souvent ne peuvent vivre sans leurs aides. On aura beau dénoncer la ­dimension d’arriération du mouvement quant à l’enjeu écologique, il s’inquiète bien de l’avenir et ne fait que le questionner autrement que ne le font d’autres. Si la jeunesse scolarisée et étudiante confrontée à des transitions professionnelles de plus en plus longues, faites de petits boulots, de travail gratuit, d’espoir frustrés, se préoccupait de son avenir, ce mouvement s’inscrit dans la configuration des sociabilités populaires et des ­solidarités de phratrie, de voisinage et de quartier d’une société française traversée par les inégalités de territoire et où l’on s’alarme de tel voisin chômeur, de telle famille appauvrie, autant que de la fille ou du fils qui n’ar­rive pas à joindre les deux bouts.

    Cette précarisation, cette précarité diffuse sont des expériences endémiques ressenties par les foyers et par leurs réseaux familiers. C’est l’incertitude des emplois, des petits boulots, de l’intérim, quand ce n’est pas du chômage ; les difficultés pour se loger et les fins de mois difficiles, « parce qu’on paie les taxes et que l’on n’a pas droit aux aides ».

    C’est la vie chère et la lésine qui ronge le ­revenu des ménages parce que le salaire n’augmente pas, c’est la maison achetée à crédit que l’on arrive plus à payer, c’est fina­lement le coût des ­dépenses de carburant sur le budget. Car la « fracture sociale » d’hier est aussi devenue une fracture territoriale, non seulement parce que de nombreux ménages modestes vivent à l’écart des grandes métropoles technolo­giques et tertiaires, ne jouissant ni de leurs bassins d’emplois ni de leurs réseaux de transports en commun, mais parce que, pour des raisons économiques, ils ont préféré s’installer dans les zones périurbaines où la vie était moins chère et le logement plus acces­sible, même si parfois l’emploi y était plus rare. Une voiture, voire selon les milieux deux voitures, avec ce que cela suppose comme frais, sont devenus des moyens nécessaires pour ces foyers dont chacun des conjoints doit faire plusieurs dizaines de kilomètres pour rejoindre son lieu de travail, mais aussi les centres commerciaux d’un espace qui s’est progressivement vidé de ses commerces de proximité, notamment à mesure du dumping ravageur de ces mêmes grandes surfaces.

    Besoin d’intégrer le social à l’environne­mental

    Ce n’est pas en ironisant sur ces défilés de ­voitures tonitruantes dans les agglomérations, et sur la résistance contre les taxes sur le carburant, dans un contexte de gravité de la crise environnementale, que l’on renverra ce mouvement à l’arriération. Voilà plus d’un demi-siècle que les impasses de la civilisation de la voiture ont été dénoncées. Qu’est-ce qui a été fait ? Croit-on vraiment que des taxes dont on ne sait pas exactement quels budgets elles abondent suffiront à régler une crise ­environnementale dont le président d’une des nations les plus puissantes nie encore avec outrance l’existence ?

    Que cette machine – l’automobile – qui a hanté l’imaginaire du XXe siècle puisse être encore un moyen de socialisation, et que la mécanique puisse être une activité constituante de certaines sociabilités des cités et des quartiers, qui peut s’en étonner, compte tenu de la profondeur historique et du ­caractère populaire de ce moyen technique ? Qui sont ceux, au demeurant, qui tout au long du siècle précédent ont construit des voitures, sinon les ouvriers ? Le problème n’est pas là. Il est dans la difficulté que nous avons à associer la question sociale et la question environnementale. Il est dans le ­besoin d’intégrer le social à l’environne­mental et dans un imaginaire du lien producteur d’expériences alternatives au regard des modèles contemporains.

    Mais cette double question, qui associe crise écologique et crise de civilisation, et dont l’élite dirigeante ne saurait être à la hauteur, ne peut trouver d’issue que dans un sursaut de la revendication égalitaire. L’égalité sociale contre l’iniquité du traitement de faveur fait aux plus riches, qui en dernier ressort est ­l’objet central de ce mouvement des « gilets jaunes », en lutte contre le mépris d’en haut. L’égalité démocratique dans des modalités de mobilisation et de décision qui prennent effectivement en compte l’avis des citoyens sur les questions écologiques plutôt que de laisser celles-ci à l’arbitraire de décisions technocratiques. Une égalité quant aux ini­tiatives ­sociétales, qui fasse droit aux formes expérimentales de vie sociale et environnementale qui naissent ici et là. On ne se sortira pas de la crise civilisationnelle face à laquelle nous sommes par la verticalité du pouvoir. C’est, au demeurant, moins d’une pensée de la prise du pouvoir que de l’horizontalité de la politique égalitaire dont nous avons aujourd’hui besoin.

    Mouvement éruptif

    On aura beau pointer le caractère conservateur, voire réactionnaire de certains acteurs de ce mouvement, il s’agit de comprendre ­politiquement sa polysémie et les diverses ­dimensions de la révolte dans une politique de la précarité qui ne peut être qu’une poli­tique d’alliance, de convergence et d’hori­zontalité. A tout le moins, plutôt que de ­bouder ce mouvement éruptif, il s’agit de l’éprouver dans sa teneur et dans sa portée. Dans la ­dynamique des mouvements sociaux de ces dernières années, de la lutte contre la loi travail aux occupations de la place de la Répu­blique, qui ont constamment conjoint social et démocratique, on pourrait dire que ce mouvement pose pour la première fois, mais comme à l’envers, la question sociale et celle de l’environnement. Le moment est en ce sens sinon décisif du moins important et ne doit pas être perdu dans la reconduction de contradictions et de divisions qui devraient être surmontées : ­entre métropoles et périphéries, entre villes et campagnes, entre les luttes pour la liberté des styles de vie et les luttes sociales, entre classes populaires et classes moyennes, etc. Si le mot « peuple » a encore un sens, ce n’est pas seulement dans son surgissement événe­mentiel, mais surtout dans sa capacité à dire le rassemblement.

    Patrick Cingolani professeur de sociologie, Laboratoire de changement social et politique université Paris-Diderot

    https://www.liberation.fr/debats/2018/11/20/gilets-jaunes-un-peuple-qui-vient_1693139

    #giletsjaunes » #peuple #mouvement #écologie #égalité #contestation #précarité #loi_travail #insécurité_sociale #territoire #emploi #chômage #taxes #vie_chère #salaire #carburant #fracture_sociale #fracture_territoriale #métropoles #périurbain #voiture #automobile #horizontalité #alliances #convergence #périphérie

    https://seenthis.net/messages/737358 via kaparia


  • How mapmakers help indigenous people defend their lands
    https://www.nationalgeographic.com/culture-exploration/2018/10/indigenous-cultures-mapping-projects-reclaim-lands-columbus
    https://www.nationalgeographic.com/content/dam/photography/rights-exempt/indigenous-mapmaking-promo.ngsversion.1538688567335.adapt.1900.1.jpg

    One early project in the 1990s focused on the remote Darién region of Panama. Official maps of the area contained little detail—the persistent cloud cover and dense rainforest canopy were impenetrable to the satellite imagery and aerial photos that government cartographers used to make their maps. But to the three main indigenous groups in the region, Emberá, the Wounaan, and the Guna, the land was filled with landmarks.

    The organization’s approach was simple: ask indigenous people to draw detailed maps of their lands, and then get professional cartographers to incorporate this information into modern, geographically accurate maps.

    To map the Darién, indigenous leaders selected men from communities in the region to act as surveyors. The surveyors then set out by bus, by canoe, or on foot, armed with pencils, pens, and blank sheets of manila paper to sketch the local waterways and other landmarks. In collaboration with villagers and their leaders they carefully drew maps that included things of importance to their communities that wouldn’t typically appear on government maps, like hunting and fishing grounds, or places where firewood, fruit, or medicine were gathered. They often chose to leave out cemeteries and sacred sites, preferring to keep that knowledge within their communities. The quality of these maps varies considerably, but the best of them are works of art, Chapin says (see below).

    #cartographie #cartographie_participative #territoire #peuples_autochtones

    https://seenthis.net/messages/727206 via odilon


  • Comme un poison dans l’eau

    En #Guyane, le #mercure utilisé par les chercheurs d’#or détraque la #santé des Amérindiens. Tandis que Michel et les siens poursuivent leurs pêches toxiques, l’État français regarde le problème de loin. De barrages de fortune en recours administratifs, sur les berges du fleuve #Maroni, les peuples s’organisent pour obtenir justice.

    https://pbs.twimg.com/media/DUKpvh9W0AALlzJ.jpg

    https://lequatreheures.com/episodes/comme-un-poison-dans-leau
    #pollution #eau #matières_premières #mines #peuples_autochtones
    cc @albertocampiphoto @daphne @marty

    https://seenthis.net/messages/662297 via CDB_77


  • Eric Fassin : « L’#appropriation_culturelle, c’est lorsqu’un emprunt entre les cultures s’inscrit dans un contexte de #domination »

    Dans un entretien au « Monde », le sociologue Eric Fassin revient sur ce concept né dans les années 1990, au cœur de nombre de polémiques récentes.

    Des internautes se sont empoignés sur ces deux mots tout l’été : « appropriation culturelle ». Le concept, né bien avant Twitter, connaît un regain de popularité. Dernièrement, il a été utilisé pour décrire aussi bien le look berbère de Madonna lors des MTV Video Music Awards, la dernière recette de riz jamaïcain du très médiatique chef anglais #Jamie_Oliver, ou l’absence de comédien autochtone dans la dernière pièce du dramaturge québécois #Robert_Lepage, #Kanata, portant justement sur « l’histoire du Canada à travers le prisme des rapports entre Blancs et Autochtones ».

    Qu’ont en commun ces trois exemples ? Retour sur la définition et sur l’histoire de l’« appropriation culturelle » avec Eric Fassin, sociologue au laboratoire d’études de genre et de sexualité de l’université Paris-VIII et coauteur de l’ouvrage De la question sociale à la question raciale ? (La Découverte).
    la suite après cette publicité

    D’où vient le concept d’« appropriation culturelle » ?

    Eric Fassin : L’expression apparaît d’abord en anglais, à la fin du XXe siècle, dans le domaine artistique, pour parler de « #colonialisme_culturel ». Au début des années 1990, la critique #bell_hooks, figure importante du #Black_feminism, développe par exemple ce concept, qu’elle résume d’une métaphore : « manger l’Autre. » C’est une approche intersectionnelle, qui articule les dimensions raciale et sexuelle interprétées dans le cadre d’une exploitation capitaliste.

    Un regard « exotisant »

    Cette notion est aussi au cœur de la controverse autour de #Paris_Is_Burning, un film #documentaire de 1990 sur la culture des bals travestis à New York. Une autre critique noire, Coco Fusco, reprochait à la réalisatrice #Jennie_Livingston, une lesbienne blanche, son regard « exotisant » sur ces minorités sexuelles et raciales. Pour elle, il s’agissait d’une forme d’#appropriation_symbolique mais aussi matérielle, puisque les sujets du film se sont sentis floués, dépossédés de leur image.

    Comment définir ce concept ?

    E. F. : Ce qui définit l’appropriation culturelle, comme le montre cet exemple, ce n’est pas seulement la circulation. Après tout, l’emprunt est la règle de l’art, qui ne connaît pas de frontières. Il s’agit de #récupération quand la #circulation s’inscrit dans un contexte de #domination auquel on s’aveugle. L’enjeu n’est certes pas nouveau : l’appropriation culturelle, au sens le plus littéral, remplit nos #musées occidentaux d’objets « empruntés », et souvent pillés, en Grèce, en Afrique et ailleurs. La dimension symbolique est aujourd’hui très importante : on relit le #primitivisme_artistique d’un Picasso à la lumière de ce concept.

    Ce concept a-t-il été intégré dans le corpus intellectuel de certaines sphères militantes ?

    E. F. : Ces références théoriques ne doivent pas le faire oublier : si l’appropriation culturelle est souvent au cœur de polémiques, c’est que l’outil conceptuel est inséparablement une arme militante. Ces batailles peuvent donc se livrer sur les réseaux sociaux : l’enjeu a beau être symbolique, il n’est pas réservé aux figures intellectuelles. Beaucoup se transforment en critiques culturels en reprenant à leur compte l’expression « appropriation culturelle ».

    En quoi les polémiques nées ces derniers jours relèvent-elles de l’appropriation culturelle ?

    E. F. : Ce n’est pas la première fois que Madonna est au cœur d’une telle polémique. En 1990, avec sa chanson Vogue, elle était déjà taxée de récupération : le #voguing, musique et danse, participe en effet d’une subculture noire et hispanique de femmes trans et de gays. Non seulement l’artiste en retirait les bénéfices, mais les paroles prétendaient s’abstraire de tout contexte (« peu importe que tu sois blanc ou noir, fille ou garçon »). Aujourd’hui, son look de « #reine_berbère » est d’autant plus mal passé qu’elle est accusée d’avoir « récupéré » l’hommage à la « reine » noire Aretha Franklin pour parler… de Madonna : il s’agit bien d’appropriation.

    La controverse autour de la pièce Kanata, de Robert Lepage, n’est pas la première non plus — et ces répétitions éclairent l’intensité des réactions : son spectacle sur les chants d’esclaves avait également été accusé d’appropriation culturelle, car il faisait la part belle aux interprètes blancs. Aujourd’hui, c’est le même enjeu : alors qu’il propose une « relecture de l’histoire du Canada à travers le prisme des rapports entre Blancs et Autochtones », la distribution oublie les « autochtones » — même quand ils se rappellent au bon souvenir du metteur en scène. C’est encore un choix revendiqué : la culture artistique transcenderait les cultures « ethniques ».

    Par comparaison, l’affaire du « #riz_jamaïcain » commercialisé par Jamie Oliver, chef britannique médiatique, peut paraître mineure ; elle rappelle toutefois comment l’ethnicité peut être utilisée pour « épicer » la consommation. Bien sûr, la #nourriture aussi voyage. Reste qu’aujourd’hui cette #mondialisation marchande du symbolique devient un enjeu.

    Pourquoi ce concept fait-il autant polémique ?

    E. F. : En France, on dénonce volontiers le #communautarisme… des « autres » : le terme est curieusement réservé aux minorités, comme si le repli sur soi ne pouvait pas concerner la majorité ! C’est nier l’importance des rapports de domination qui sont à l’origine de ce clivage : on parle de culture, en oubliant qu’il s’agit aussi de pouvoir. Et c’est particulièrement vrai, justement, dans le domaine culturel.

    Songeons aux polémiques sur l’incarnation des minorités au théâtre : faut-il être arabe ou noir pour jouer les Noirs et les Arabes, comme l’exigeait déjà #Bernard-Marie_Koltès, en opposition à #Patrice_Chéreau ? Un artiste blanc peut-il donner en spectacle les corps noirs victimes de racisme, comme dans l’affaire « #Exhibit_B » ? La réponse même est un enjeu de pouvoir.

    En tout cas, l’#esthétique n’est pas extérieure à la #politique. La création artistique doit revendiquer sa liberté ; mais elle ne saurait s’autoriser d’une exception culturelle transcendant les #rapports_de_pouvoir pour s’aveugler à la sous-représentation des #femmes et des #minorités raciales. L’illusion redouble quand l’artiste, fort de ses bonnes intentions, veut parler pour (en faveur de) au risque de parler pour (à la place de).

    Le monde universitaire n’est pas épargné par ces dilemmes : comment parler des questions minoritaires, quand on occupe (comme moi) une position « majoritaire », sans parler à la place des minorités ? Avec Marta Segarra, nous avons essayé d’y faire face dans un numéro de la revue Sociétés & Représentations sur la (non-)représentation des Roms : comment ne pas redoubler l’exclusion qu’on dénonce ? Dans notre dossier, la juriste rom Anina Ciuciu l’affirme avec force : être parlé, représenté par d’autres ne suffit pas ; il est temps, proclame cette militante, de « nous représenter ». Ce n’est d’ailleurs pas si difficile à comprendre : que dirait-on si les seules représentations de la société française nous venaient d’Hollywood ?

    https://img.lemde.fr/2018/08/24/0/0/2652/3000/950/0/72/0/b02507e_QxMb93jNjJO-ZvtZjyLRqk5P.jpg
    https://mobile.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2018/08/24/eric-fassin-l-appropriation-culturelle-c-est-lorsqu-un-emprunt-entre-
    #géographie_culturelle #pouvoir #culture #Madonna #exotisme #peuples_autochtones #film #musique #cuisine #intersectionnalité #Eric_Fassin

    https://seenthis.net/messages/717781 via CDB_77


  • La recherche sur le site de Gault repousse la date des premiers nord-américains : La datation par luminescence confirme la présence humaine en Amérique du Nord avant 16 000 ans.
    20/07/2018

    Pendant des décennies, les chercheurs ont cru que l’Hémisphère occidental [le continent américain] avait été colonisé par les humains il y a environ 13500 ans, une théorie basée largement sur la distribution répandue des artéfacts de Clovis datés à cette époque. Les artefacts de Clovis sont des outils de pierre préhistoriques distinctifs ainsi nommés parce qu’ils ont d’abord été trouvés près de Clovis, au Nouveau-Mexique, dans les années 1920, mais ont été identifiés depuis dans toute l’Amérique du Nord et du Sud.

    Cependant, au cours des dernières années, les preuves archéologiques ont de plus en plus remis en question l’idée de « Clovis First ».

    [Cette étude] a daté un important assemblage d’artefacts de pierre âgés de 16 à 20 000 ans, repoussant la chronologie des premiers habitants humains de l’Amérique du Nord avant Clovisby, d’au moins 2 500 années.

    Significativement, cette recherche identifie une technologie de point de projectile précoce inconnue auparavant non liée à Clovis, qui suggère que la technologie de Clovis s’est propagée à travers une population indigène déjà bien établie.
    (...)
    L’équipe de recherche a identifié les artefacts au site de Gault au Texas central, un site archéologique étendu avec des preuves d’occupation humaine continue. La présence de la technologie de Clovis sur le site est bien documentée, mais des fouilles en dessous des dépôts contenant des artefacts de Clovis ont révélé des sédiments bien stratifiés contenant des artefacts distinctement différents de Clovis.

    Gault site research pushes back date of earliest North Americans : Luminescence dating confirms human presence in North America prior to 16 thousand years ago, earlier than previously thought

    L’étude originale : http://advances.sciencemag.org/content/4/7/eaar5954
    http://advances.sciencemag.org/content/advances/4/7/eaar5954/F1.medium.gif
    http://advances.sciencemag.org/content/advances/4/7/eaar5954/F3.medium.gif
    http://advances.sciencemag.org/content/advances/4/7/eaar5954/F4.medium.gif
    http://www.dri.edu/images/stories/news/awards/Stratigraphic_Section.jpg
    https://www.sciencedaily.com/releases/2018/07/180723142950.htm
    /images/2018/07/180723142950_1_540x360.jpg

    DOI : https://doi.org/10.1126/sciadv.aar5954

    #préhistoire #paléolithique #Amérique #clovis #peuplement #16000BP #Thomas_J._Williams # Michael_B._Collins #Kathleen_Rodrigues #William_Jack_Rink #Texas_State_University #Desert_Research_Institute #University_of_Nevada #McMaster_University

    https://seenthis.net/messages/710762 via La main et l’esprit


  • Anne Mousse, première Réunionnaise de l’histoire... oubliée ! - 7 Lames la Mer
    http://7lameslamer.net/rue-anne-mousse-la-reunion-adresse-1248.html
    http://7lameslamer.net/IMG/arton1248.png

    Anne Mousse serait la première #femme née sur le sol réunionnais [le #14avril 1668] et donc la première #Réunionnaise, dont les parents étaient tous deux malgaches. Nommée dans certains ouvrages « la vraie grand-mère de tous les Réunionnais » — par opposition au cas de Françoise Chastelain —, elle donne le jour à huit enfants et meurt à 65 ans. Aujourd’hui, quelques rares lieux portent son nom... alors que dans les 24 communes réunionnaises, vous avez une chance sur deux de tomber sur une rue #LaBourdonnais. #AnneMousse, une #histoire que ne nous apprend pas l’école.

    #LaReunion #esclavage #Madagascar #peuplement #Mahédelabourdonnais #colonialisme


  • Cartographier les anciennes voies navigables des #Premières_Nations
    https://ici.radio-canada.ca/espaces-autochtones/a-la-une/document/nouvelles/article/1093023/cartographier-anciennes-voies-navigables-premieres-nations-autochto
    https://images.radio-canada.ca/w_1250,h_703/v1/ici-info/16x9/wabanaki-nouveau-brunswick-malecites.jpg

    Sous une portion abandonnée de la route Transcanadienne, au Nouveau-Brunswick, se trouve une autre « autoroute », une voie de navigation vieille de plusieurs milliers d’années et utilisée autrefois par des communautés autochtones pour le commerce. Aujourd’hui, des chercheurs tentent de cartographier ces routes en utilisant une combinaison de logiciels et d’études linguistiques.
    Radio-Canada avec CBC

    En 2015, le gouvernement provincial a fermé le pont de Jemseg, construit dans les années 1960, laissant une grande partie de l’ancienne autoroute à l’abandon et inaccessible.

    Or, juste en dessous se trouve la rivière Jemseg, qui, avec des centaines d’autres rivières et ruisseaux, constituaient jadis des routes utilisées par les communautés autochtones qui s’y déplaçaient à l’aide de canots en écorce de bouleau.

    #canada #peuples_autochtones #cartographie

    https://seenthis.net/messages/682778 via Reka



  • Une équipe d’anthropologues de plusieurs institutions aux États-Unis abandonnent le point de vue conventionnel selon lequel les peuples "Clovis" (#Clovis-first_model) ont traversé un pont terrestre sur l’actuel détroit de Béring ont été les premiers arrivés en Amérique. Des preuves plus récentes suggèrent que d’autres sont arrivés bien plus tôt, utilisant probablement des bateaux et faisant du cabotage.

    Cela aurait été possible, notent les auteurs, à cause de ce qui a fini par être connu sous le nom de « varech » ; les forêts de varech poussant juste au large. Tout ce varech aurait fourni un riche habitat pour les créatures marines qu’auraient pu manger les voyageurs.

    Les auteurs concluent en soulignant que trop peu de recherches ont été faites au large des côtes - les premiers voyageurs auraient résidé principalement sur des terres maintenant recouvertes par la mer en raison des niveaux océaniques mondiaux plus élevés.

    Les auteurs concluent en soulignant que trop peu de recherches ont été faites au large des côtes - les premiers voyageurs auraient résidé principalement sur des terres maintenant recouvertes par la mer en raison des niveaux océaniques mondiaux plus élevés.

    Cette réflexion rejoint celle d’Emmanuel Guy qui, lui aussi, pense que de nombreux abris, campements sont actuellement au large de nos côtes.
    https://clio-cr.clionautes.org/ce-que-l-art-prehistorique-dit-de-nos-origines.html

    #préhistoire #peuplement #clovis

    Read more at : https://phys.org/news/2017-11-anthropologist-group-humans-americas-kelp.html

    https://3c1703fe8d.site.internapcdn.net/newman/csz/news/800/2017/59fc63d2195e8.jpg

    https://seenthis.net/messages/665930 via La main et l’esprit


  • L’histoire de la population nord-européenne révélée par les anciens génomes.
    Max Planck Institute for the Science of Human History.

    Pour cette étude, l’équipe de recherche, composée de scientifiques de Lituanie, Lettonie, Estonie, Russie et Suède, a rassemblé des données génomiques de 38 anciens Européens du Nord, de chasseurs-cueilleurs nomades du Mésolithique (il y a environ 12 000 à 7 000 ans), d’agriculteurs néolithiques dans le sud de la Suède (il y a environ 6 000 à 5 300 ans) jusqu’aux métallurgistes de l’âge du bronze tardif dans la Baltique orientale (environ 1300 à 500 avant notre ère).

    Il en ressort deux points :

    – il y a eu deux routes de colonisation de la Scandinavie
    – l’agriculture et l’élevage ont été importés par de nouveaux arrivants

    Northern European population history revealed by ancient human genomes | Max Planck Institute for the Science of Human History
    http://www.shh.mpg.de/803153/northern-european-population-history

    http://www.shh.mpg.de/803978/standard_full-1517264908.jpg

    #Préhistoire #peuplement #Mésolithique #Néolithique #âge_du_bronze #Max_Planck_Institut

    https://seenthis.net/messages/664866 via La main et l’esprit



  • A Tiny Island Used as a Nuclear Dumpsite Is About to Be Submerged by Water
    https://www.globalcitizen.org/fr/content/enewetak-atoll-marshall-islands-nuclear-climate-ch
    https://media.globalcitizen.org/thumbnails/a4/f5/a4f5c04c-83d7-4311-a3e8-589025be6f4c/runit_island.jpg__1500x670_q85_crop_subsampling-2.jpg

    No reinforcements were made to the bottom and sides of the hole, meaning the waste directly interacts with the soil and a dumpsite for radioactive waste fails to meet standards for normal trash landfills, Gerrard said.

    The displaced people of Enewetak Atoll were finally allowed to return in 1980, despite the widespread contamination of their home. Traditional forms of fishing, farming, and gathering had to be abandoned because the wildlife became too contaminated, ABC Australia reports.

    And despite the ongoing threat posed by the non-reinforced radioactive dumpsite, no adjustments have been made to it, ABC notes. That’s because the radiation outside the dome exceeds the radiation inside of it, according to the US Department of Energy report, so the release of the waste wouldn’t make a major environmental difference.

    https://www.google.fr/maps/place/Runit/@11.5528775,162.3472312,475m/data=!3m1!1e3!4m5!3m4!1s0x64369f968cb20a2d:0xe1e0e03dfc141b60!8m2!3d11.546240
    #nucléaire #contamination #déchets #peuples_autochtones

    https://seenthis.net/messages/648204 via odilon


  • « Les Lointains Suicidés de la République » - nouvelobs.com

    http://teleobs.nouvelobs.com/la-selection-teleobs/20171026.OBS6540/ne-ratez-pas-les-lointains-suicides-de-la-republique.html
    http://referentiel.nouvelobs.com/file/16288875-ne-ratez-pas-les-lointains-suicides-de-la-republique.jpg

    C’est comme si la lumière était en train de s’éteindre", explique un jeune Wayana. En 2005, puis en 2010, une vague de suicides endeuillait cette communauté amérindienne de Guyane - un nombre vingt fois supérieur à celui de l’Hexagone. Sur les rives des fleuves Maroni et Oyapock, cette funeste épidémie touche les jeunes, filles et garçons, dès l’adolescence. Les médecins eux-mêmes ont du mal à repérer les signes avant-coureurs des dépressions qui minent cette population culturellement peu encline à se livrer. Ces passages à l’acte sont des expressions individuelles d’une situation collective dramatique.

    #guyane #france #peuples_autochtones #violence #massacres

    https://seenthis.net/messages/642045 via Reka



  • Vers un Etat kurde? Un moment historique
    https://www.mediapart.fr/journal/international/230917/vers-un-etat-kurde-un-moment-historique

    Les #kurdes d’Irak votent le 25 septembre pour ou contre l’indépendance de leur province. Ce pourrait être le premier acte d’une vaste recomposition régionale menant à la création d’un État kurde. Explications avec Olivier Piot, qui montre dans le détail combien cette hypothèse doit être aujourd’hui prise au sérieux.

    #International #Irak #Iran #Kurdistan #Massoud_Barzani #peuple_kurde #Syrie #turquie


  • Décoloniser le Canada, enfin?

    A l’heure où le Canada célèbre sa 150e année d’existence, plusieurs peuples autochtones luttent contre un projet d’oléoduc et rappellent la discrimination dont ils sont l’objet.

    https://m.lecourrier.ch/sites/default/files/courrier/imagecache/mobile/images/articles/canada_de_g.adr_._ska-hiish_manuel_judy_wilson_john_ridsdale_ckr.jpg

    https://www.lecourrier.ch/152291/decoloniser_le_canada_enfin
    #Canada #peuples_autochtones #oléoduc #pipeline #Kinder_Morgan #discriminations

    https://seenthis.net/messages/627083 via CDB_77


  • Netanyahou n’est pas le bienvenu : justice contre les crimes sionistes !
    https://www.initiative-communiste.fr/jrcf/netanyahou-nest-bienvenu-justice-contre-crimes-sionistes

    Après la venue du fascisant Trump à notre fête nationale, le président-monarque #macron a reçu le réactionnaire et criminel Netanyahou, premier ministre de l’État d’Israël, aux commémorations de la rafle du Vél d’Hiv. Cette invitation n’est d’ailleurs pas sans lien avec la venue de Trump, puisqu’avec son élection à la tête des Etats-Unis, c’est toute […]

    #3-INTERNATIONAL #articles #JRCF #colonisation #crimes_de_guerre #Israël #Palestine #peuple_palestitine #Sionisme