• Longtemps contrainte au silence, la victime d’un écrivain pédophile témoigne enfin - The New York Times
    https://www.nytimes.com/fr/2020/03/31/world/europe/matzneff-francesca-gee.html
    https://static01.nyt.com/images/2020/03/19/world/xxMATZNEFF-FRANCESCA6-french/xxMATZNEFF-FRANCESCA6-facebookJumbo.jpg

    Dix ans plus tôt, à l’âge de 15 ans, Mme Gee avait noué avec M. #Matzneff — bien plus âgé qu’elle — une relation traumatisante qui avait duré trois ans. Maintenant, non seulement il exhibait un portrait d’elle adolescente en couverture de son roman, mais il y incluait les lettres qu’elle lui avait écrites, s’insurge-t-elle, sans son autorisation ni même l’en avoir informée.

    Pendant des décennies, malgré ses protestations répétées, M. Matzneff s’est servi de la correspondance de Mme Gee pour justifier la pédophilie et ce qu’il affirmait être de merveilleuses histoires d’amour avec des adolescentes. Il bénéficiait de l’appui incessant d’une partie des élites littéraire, médiatique, économique et politique.

    En 1973, alors que Mme Gee avait 15 ans et M. Matzneff 37, une amie de l’écrivain leur présenta une gynécologue qui acceptait de prescrire la pilule contraceptive à des mineures sans l’autorisation de leurs parents, ce qui était alors illégal.

    Dans son journal de l’époque, Élie et Phaéton, M. Matzneff rapporte que la gynécologue, le Dr #Michèle_Barzach, « à aucun moment n’a cru devoir faire la morale à ce monsieur de trente-sept ans et à sa maîtresse de quinze ».

    Mme Gee affirme avoir consulté le Dr Barzach une demi-douzaine de fois en trois ans, toujours en compagnie de M. Matzneff.

    « Il l’appelle pour prendre rendez-vous, et on y va », se souvient-elle. « Il est dans la salle d’attente pendant la consultation. Puis il entre, ils discutent et il la règle ».

    Dans ses autres journaux, M. Matzneff écrit que le Dr Barzach devint la gynécologue chez qui, après sa rupture avec Mme Gee en 1976, il a continué pendant des années à emmener des jeunes mineures.

    Le Dr Barzach, qui est également psychanalyste, a été ministre de la Santé de 1986 à 1988 sous la présidence de François Mitterrand.

    De 2012 à 2015, elle a été présidente de la branche française de l’UNICEF, l’agence des Nations Unies pour la #protection_de_l’enfance.

    #pédocriminalité #gynécologie #complicité #femmes_de_droite

    https://static01.nyt.com/images/2020/03/19/world/xxMATZNEFF-FRANCESCA7-french/merlin_170715969_2077f702-9715-44bd-a566-19aebd84a227-jumbo.jpg?quality=90&auto=webp

    https://seenthis.net/messages/836815 via Antonin


  • Une première en Belgique : Proximus va lancer la 5G dès mercredi - La Libre
    https://www.lalibre.be/economie/digital/proximus-lancera-mercredi-la-5g-avec-une-couverture-initiale-dans-plus-de-30

    Proximus va lancer dès ce mercredi la 5G, une première en Belgique, avec une couverture initiale dans plus de 30 communes à travers le pays, annonce mardi l’opérateur dans le cadre de la présentation de sa nouvelle stratégie d’entreprise à l’horizon 2022 (#inspire2022). L’entreprise va également accélérer fortement son programme de déploiement de la fibre. Avec sa nouvelle stratégie, articulée autour de quatre piliers, Proximus espère devenir l’opérateur de référence en Europe. Tout d’abord, l’entreprise (...)

    #Proximus #5G #technologisme

    https://t3.llb.be/Ps-b07NvXHkK_-ZCiud5h1lMHtA=/0x12:2560x1292/1280x640/5e82ddb07b50a6162be79985.jpg

    https://seenthis.net/messages/836626 via etraces


  • This employee ID badge monitors and listens to you at work — except in the bathroom - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/news/business/wp/2016/09/07/this-employee-badge-knows-not-only-where-you-are-but-whether-you-are

    Do you hog office conversations ? Or not talk enough ? Does your voice squeal ? Do you sit very still at your desk all day ? Or do you fidget under stress ? Where do you go in the office ? How much time do you spend there ? To whom do you talk ? An employee badge can now measure all this and more, all with the goal of giving employers better information to evaluate performance. Think of it as biometrics meets the boss. A Boston company has taken technology developed at MIT and turned it (...)

    #Humanyze #capteur #géolocalisation #écoutes #notation #profiling #surveillance #travail #biométrie #comportement (...)

    ##mouvement

    https://seenthis.net/messages/835940 via etraces


  • Employees at a dozen Fortune 500 companies wear digital badges that watch and listen to their every move
    https://www.businessinsider.fr/us/humanyze-badges-watch-and-listen-employees-2016-10

    Data analysis company Humanyze is taking a radical approach to collecting information about how and when colleagues talk to each other. If you’re a business owner or manager, there are some basic questions Ben Waber is pretty sure you won’t know the answer to. Questions like : How much time does the executive team spend with engineering ? How much do the top sales people actually talk with customers ? Knowing the answers to these questions is useful because they highlight where companies (...)

    #Humanyze #capteur #biométrie #comportement #écoutes #mouvement #notation #profiling #travail (...)

    ##géolocalisation
    https://tra.img.pmdstatic.net/fit/https.3A.2F.2Fi.2Einsider.2Ecom.2F57bb1ea9db5ce92c168b80a9/1200x630/quality/80/humanyze-badges-watch-and-listen-employees-2016-10.jpg

    https://seenthis.net/messages/835942 via etraces


  • « Il n’est pas besoin de beaucoup de mots » : #dérogations à tout va dans les #universités

    L’#ordonnance « relative à l’organisation des #examens et #concours pendant la #crise_sanitaire née de l’#épidémie de #covid-19 » a été examinée hier après-midi en conseil des ministres, et est donc parue au Journal officiel de ce matin. Cette ordonnance appartient à la deuxième vague des ordonnances prévues par la loi d’urgence du 23 mars 2020, après la vague des 25 ordonnances du 25 mars, dont les médias se sont largement fait l’écho.

    Il faut bien comprendre que cette ordonnance est une intervention du #pouvoir_exécutif dans ce qui représente normalement le champ de compétences du #Parlement. L’objectif de cette ordonnance n’est donc pas le même que l’objectif d’un #décret : il est d’abord et avant tout de modifier des dispositions de valeur législative, que le #Président_de_la_République et le #gouvernement n’ont normalement pas la possibilité de modifier par eux-mêmes, mais qu’ils peuvent tout de même modifier parce que le Parlement les y a exceptionnellement habilités.

    On est donc en présence d’un #droit_d’exception dans tous les sens du terme : #exception sur la forme, parce que le gouvernement intervient dans le champ du Parlement pour modifier des textes de #valeur_légale, conformément à la procédure des ordonnances (article 38 de la Constitution) ; exception sur le fond, parce cette ordonnance introduit un nombre important de modifications qui sont certes justifiées par l’épidémie et ses conséquences, mais qui, il ne faut pas le perdre de vue, sont aussi, pour nombre d’entre elles, des modifications que le #MESRI souhaite introduire ou généraliser depuis des années (#examens_à_distance, et notamment en #télésurveillance ; délibérations par #visioconférence ; pouvoirs forts des chefs d’établissements ; différenciations entre établissements). Il est très probable, de ce point de vue, que le provisoire actuel se révèle rapidement transitoire : les mesures prévues dans ces ordonnances représentent un galop d’essai fantastique pour le MESRI.

    Il est aussi important de noter, d’emblée, que l’ordonnance est très courte. On pourrait être tenté d’y voir le signe que les dérogations introduites sont en nombre limité. Il faut plutôt l’analyser, nous semble-t-il, comme la marque du caractère très général des nouveaux pouvoirs que l’ordonnance attribue, et du faible nombre de #garde-fous mis en place : il n’est pas besoin de beaucoup de mots pour dire que l’on peut déroger à tout va au droit existant, dès lors que le choix est fait de ne pas encadrer outre mesure ces dérogations.


    *

    Au-delà de ces considérations générales, on peut reprendre le contenu de l’ordonnance dans l’ordre, au risque d’être un peu long.

    1° Temporalité des #règles_dérogatoires

    Les mesures prises dans cette ordonnance ont une durée de vie doublement limitée : limitée dans le temps (elles sont applicables du 12 mars – elles peuvent donc avoir un effet rétroactif – au 31 décembre 2020) et limitée dans la finalité (elles doivent être « nécessaires pour faire face aux conséquences de la propagation de l’épidémie » et aux conséquences « des mesures prises pour limiter cette propagation »).

    Deux remarques sur ce point :

    Comme pour la #prorogation des mandats des présidents et conseils centraux, le choix a donc été fait d’une durée très longue de 9 mois 1/2. Ce choix est un peu étonnant, surtout depuis qu’on a réalisé que le choix du MESRI de proroger possiblement jusqu’au 1er janvier 2021 les mandats des présidents et conseils centraux n’est finalement pas la règle générale applicable aux établissements publics qui ne relèvent pas du MESRI (cf. l’article 6 de l’ordonnance du 27 mars 2020 adaptant le droit applicable au fonctionnement des établissements publics et des instances collégiales administratives pendant l’état d’urgence sanitaire, qui prévoit des prorogations allant, selon les cas, jusqu’au 30 juin et jusqu’au 31 octobre 2020).
    Il sera important de s’assurer que les modifications introduites sur le fondement de cette ordonnance ne perdurent pas dans certains établissements : elles doivent être strictement limitées aux deux barrières temporelles précédemment évoquées. Et dans tous les cas, comme dit plus haut, même si ces #limitations_temporelles existent, le risque est réel que ces modifications soient ensuite pérennisées, conformément à cette logique – maintes fois observée ailleurs – selon laquelle le droit d’exception préfigure le #droit_commun.

    2° Transformation des règles d’accès à l’enseignement supérieur et de délivrance des #diplômes

    Le chapitre Ier de l’ordonnance (articles 2 à 4) concerne l’accès aux formations de l’enseignement supérieur et la délivrance des diplômes de l’#enseignement_supérieur. Ces trois articles ont vocation à réduire (à « assouplir », dit-on en novlangue) de manière très importante les conditions légales du code de l’éducation par l’attribution de pouvoirs exceptionnels.

    Deux questions sont traitées dans ce chapitre : la détermination du contenu des « #adaptations » (articles 2 et 4) ; la détermination de l’#autorité_compétente pour prendre ces mesures d’adaptation (article 3).

    2.1 Le contenu possible des « adaptations » extrêmement large. On note immédiatement deux choses importantes :

    S’agissant des modifications des modalités d’accès aux #formations de l’enseignement supérieur, il n’est rien dit du contenu possible de ces modifications si ce n’est que chaque autorité qui intervient légalement dans la procédure d’accès aux formations (rectorat, universités) a le droit de changer les règles « nonobstant toute disposition législative ou réglementaire contraire », c’est-à-dire sans que les règles existantes puissent y faire obstacle. Ce grand silence, sur un sujet aussi sensible, interpelle car il laisse une marge de manœuvre très importante à chaque université et à chaque #rectorat pour adapter la procédure de l’article L. 612-3 du #code_de_l’éducation. Ce point appelle une vigilance toute particulière.
    Ceci dit, lorsque, s’agissant de la modification des modalités de délivrance des diplômes, une liste est établie, elle est en réalité si large qu’elle permet, là aussi, tout ou presque (modification de la nature des épreuves, de leur nombre, contenu, coefficient, conditions d’organisation, et notamment possibilité de dématérialisation complète).

    La plus grande liberté est donc laissée sur les modifications de contenu, et les pratiques vont vraisemblablement être très variables sur le territoire, mettant définitivement un terme à ce qui restait d’idéal d’#égalité des étudiant·es devant le #service_public de l’enseignement supérieur.

    Il faut bien voir que l’exercice risque d’être particulièrement brutal pour les étudiant·es, en particulier que toutes ces modifications peuvent leur être imposées de manière extrêmement rapide, en l’occurrence dans un délai qui peut être réduit jusqu’à deux semaines, par dérogation à l’article L. 613-1 du #code_de_l’éducation qui prévoit, lui, que les modalités du #contrôle_des_connaissances « doivent être arrêtées dans chaque établissement au plus tard à la fin du premier mois de l’année d’enseignement et elles ne peuvent être modifiées en cours d’année ».

    Mais le problème principal va vraisemblablement se porter, dans les prochaines semaines, sur les #examens_à_distance, que l’ordonnance autorise à mettre en place de manière généralisée. On observe deux points très problématiques à ce sujet :

    Le premier tient dans le fait que l’ordonnance s’est bien gardée d’établir des garanties procédurales et techniques permettant d’assurer l’#égalité_de_traitement des étudiant·es et la lutte contre la fraude, à la différence de ce qu’elle fait, un peu plus loin dans l’ordonnance, pour les examens et concours d’accès à la fonction publique (renvoi à un décret fixant ces garanties). On pourrait penser que les conditions de l’article D. 611-12 du code de l’éducation continuent de s’appliquer1, mais faute de précision, ces conditions ne nous éclairent guère, de sorte que le pragmatisme à toute épreuve de certain·es collègues risque de bien vite les écraser.
    Le deuxième point a trait au fait que ces conditions d’organisation seront décidées sans beaucoup de discussion collective – puisque, comme on va le voir, l’essentiel des pouvoirs est concentré entre les mains du président de l’ université – et pourront même être imposées aux enseignant·es qui les refuseraient, si l’on en croit les termes de l’ordonnance.

    Il est impératif que ces examens à distance ne représentent pas l’aiguillon de leur généralisation pour les années à venir dans les universités. Le débat critique à leur égard reste entier. C’est particulièrement le cas pour ce qui concerne les examens dits « en télésurveillance ». Ils posent des problèmes juridiques multiples — en termes de droit des données à caractère personnel et en termes de droit à l’image, en particulier— quand bien même les règles du code de l’éducation seraient respectées, ils suscitent un fort scepticisme dans la communauté universitaire, qui n’a pas particulièrement envie de devenir le terrain d’essai de l’immixtion des dispositifs de vidéosurveillance à l’intérieur des domiciles privés, ils reviennent à enrichir de nouveaux intermédiaires privés — soit les prestataires de services. Et ils coûtent finalement cher, plus cher qu’un examen en présentiel.

    De ce point de vue, dans le cas où des universités choisiraient de recourir aux examens par télésurveillance dans les prochaines semaines, il est crucial qu’il soit veillé à ce que le plein consentement des étudiant·es soit obtenu : on ne saurait leur imposer d’être filmés à leur domicile. On ne peut qu’être atterré à cet égard, de la réponse de Pierre Beust – l’universitaire de référence, selon la DGESIP, sur les conditions d’examens par télésurveillance en France – lors du webinaire sur « la continuité pédagogique : la question cruciale des examens » (à partir de 1H07), qui explique sans ciller qu’un·e étudiant ·e qui refuserait de passer un examen en télésurveillance bénéficierait de moins de « bienveillance », donc en pâtirait2.

    2.2 S’agissant de la détermination de l’autorité compétente pour prendre ces mesures d’adaptation (article 3), l’ordonnance vient confirmer la tendance lourde du droit de l’enseignement supérieur au renforcement toujours croissant du rôle du président. Celui-ci reçoit compétence pour procéder lui-même – seul, donc – à toutes ces modifications, dès lors qu’il considère que les organes collégiaux sont empêchés de délibérer « dans des délais compatibles avec la continuité du service », ce qui est pour le moins vague. Le court-circuitage des #CFVU est donc très largement ouvert. On note en outre que quand bien même les organes collégiaux délibèrent « dans des délais compatibles avec la continuité du service », ils peuvent toujours décider de déléguer leurs #compétences au président. On reproduit à la petite échelle des universités ce que l’on a observé la semaine dernière au Parlement avec la loi d’urgence : le réflexe systématique devant le caractère exceptionnel de l’épidémie que nous vivons est de renforcer la #concentration_des_pouvoirs, et donc l’#autoritarisme, et ce réflexe semble aujourd’hui être conçu avec une évidence telle qu’il n’est plus même discuté. C’est très inquiétant quant à ce que cela dévoile de nos représentations intellectuelles des processus de prise de décision collective.

    3° Transformation des règles relatives aux examens et concours de la fonction publique

    Le chapitre II de l’ordonnance (article 5 et 6) concerne les examens et concours d’accès à la fonction publique. Pour le résumer simplement, toutes les adaptations sont possibles, et en particulier le recours à la visioconférence peut être généralisé. La question du projet de décret « fixant les conditions de recours à la visioconférence pour l’organisation des concours des chargés de recherche et des directeurs de recherche des établissements publics scientifiques et technologiques et des enseignant·es-chercheur·ses des établissements d’enseignement supérieur au titre de l’année 2020 » n’a donc plus lieu d’être : l’ordonnance permet désormais de ne pas appliquer les dispositions du décret du 22 décembre 2017 fixant les conditions de recours à la visioconférence pour l’organisation des voies d’accès à la fonction publique de l’État, qui impose un nombre minimum de membres du jury physiquement présents.

    Deux observations toutefois : ces règles nouvelles ne sont pas immédiatement applicables puisqu’il est prévu que « les garanties procédurales et techniques permettant d’assurer l’égalité de traitement des candidats et la lutte contre la fraude sont fixées par décret » ; surtout, on ne sait pas à ce stade qui, précisément, prendra la décision de déroger « à l’obligation de la présence physique des candidats ou de tout ou partie des membres du jury ou de l’instance de sélection, lors de toute étape de la procédure de sélection » : est-ce au niveau de chaque établissement qui ouvre un poste ? Ou est-ce au niveau de l’État que seront pris, concours par concours, les décisions ?

    À ce stade, on a aussi encore du mal à voir précisément l’ampleur des conséquences du deuxième point du chapitre II de l’ordonnance. Pour les #concours qui étaient en cours mais non achevés à la date du 12 mars 2020, « la liste complémentaire établie par le jury du concours précédent peut être utilisée afin de pourvoir des vacances d’emplois ». Par ailleurs, diverses mesures destinées à prolonger la validité des listes complémentaires ou des listes d’aptitude des concours sont décidées. Et enfin, point important, lorsqu’un concours est en cours ou a été ouvert entre le 12 mars et le 31 décembre 2020, il est prévu que les candidats doivent remplir les conditions générales prévues pour l’accès au corps auxquels ils postulent au plus tard à la date d’établissement de la liste classant par ordre de mérite les candidats déclarés aptes par le jury, et non, comme c’était le cas jusqu’ici, au jour de la première épreuve.

    https://academia.hypotheses.org/21693
    #université #fac #facs #pérennisation #ESR #stratégie_du_choc #in_retrospect

    –----

    citation pour @etraces :

    Il est impératif que ces examens à distance ne représentent pas l’aiguillon de leur généralisation pour les années à venir dans les universités. Le débat critique à leur égard reste entier. C’est particulièrement le cas pour ce qui concerne les examens dits « en télésurveillance ». Ils posent des problèmes juridiques multiples — en termes de droit des données à caractère personnel et en termes de droit à l’image, en particulier— quand bien même les règles du code de l’éducation seraient respectées, ils suscitent un fort scepticisme dans la communauté universitaire, qui n’a pas particulièrement envie de devenir le terrain d’essai de l’immixtion des dispositifs de vidéosurveillance à l’intérieur des domiciles privés, ils reviennent à enrichir de nouveaux intermédiaires privés — soit les prestataires de services. Et ils coûtent finalement cher, plus cher qu’un examen en présentiel.

    https://seenthis.net/messages/835328 via CDB_77


  • Surveillance publicitaire : la CNIL se défile de nouveau sur le consentement aux cookies – La Quadrature du Net
    https://www.laquadrature.net/2020/03/26/surveillance-publicitaire-la-cnil-se-defile-de-nouveau-sur-le-consente

    La période est à la priorité d’un capitalisme toxique face au respect des libertés. Les entreprises du numérique comptent bien exploiter nos difficultés face à la crise sanitaire pour leurs profits. Si la population reste connectée plus longtemps, il faut lui afficher plus de pub ciblée. La CNIL vient ainsi de repousser encore une fois son rôle d’autorité chargée de faire respecter le RGPD. Pour rappel, en juillet 2019, la CNIL publiait des lignes directrices où elle rappelait que le RGPD exige que le (...)

    #cookies #[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données_(RGPD)[en]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR)[nl]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR) #consentement #BigData #profiling #publicité #CNIL (...)

    ##[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données__RGPD_[en]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_[nl]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_ ##publicité ##LaQuadratureduNet
    https://www.laquadrature.net/wp-content/uploads/sites/8/2020/01/P1280465.png

    https://seenthis.net/messages/835008 via etraces


  • Des stocks de médicaments sous tension dans les services de réanimation
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/03/26/des-stocks-de-medicaments-sous-tension-dans-les-services-de-reanimation_6034

    L’inquiétude porte principalement sur l’approvisionnement en curares, qui permettent de pratiquer une intubation.

    « Depuis 10 jours, c’est la bataille pour obtenir des boîtes », lâche un pharmacien hospitalier. Avec l’afflux de cas graves de #Covid-19 dans les services de #réanimation, la consommation d’#anesthésiques et d’#hypnotiques s’est envolée dans son établissement, et ses stocks sont au plus bas. « Nous frappons à toutes les portes pour en trouver, mais nous ne sommes pas les seuls », soupire-t-il. Et pour cause : avec l’afflux de patients Covid-19, le recours à ces molécules a été multiplié par 5 ou 10. « Il faut anticiper, sinon l’histoire des masques risque de se décliner dans d’autres domaines », craint Rémi Salomon, président de la commission médicale d’établissement de l’AP-HP, en référence à la #pénurie de masques respiratoires.

    L’inquiétude porte en premier lieu sur les #curares, utilisés pour relaxer les muscles au moment de l’intubation. Depuis un an, les ruptures de stocks se sont multipliées et les pharmaciens craignent que les laboratoires pharmaceutiques ne soient plus en mesure d’honorer toutes les commandes. « Il ne suffit pas d’augmenter la production, encore faut-il avoir accès à la matière première », souligne Nathalie Pons-Kerjean, chef du service de pharmacie à l’hôpital Beaujon de Clichy (Hauts-de-Seine), rappelant que le curare est extrait d’une plante exotique.

    Limitation des exportations
    Elle s’interroge aussi sur les mesures de réquisition que certains Etats pourraient prendre en cas de pénurie mondiale. « Que se passera-t-il si les Américains décident de bloquer les exportations de curare ? », demande-t-elle, en précisant que le laboratoire américain Pfizer est l’un de ses premiers fournisseurs. L’Inde a déjà pris une telle mesure : le 4 mars, le pays a interdit l’exportation de 26 principes actifs jugés stratégiques, dont plusieurs antibiotiques et le paracétamol, utilisé pour lutter contre les fièvres et les douleurs caractéristiques des formes légères de Covid-19.

    Pour épargner leurs stocks de curare, les médecins réfléchissent déjà à l’adaptation de leurs protocoles. « Nous essayons de réduire les doses et les durées d’utilisation, car nous ne voulons pas que cela compromette notre capacité à traiter les futurs patients », explique Djillali Annane, chef du service de réanimation de l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine), en rappelant qu’il n’existe pas d’alternative pour les curares. « Si nous devons nous en passer, nous ne serons plus dans une prise en charge optimale », prévient-il. Pour l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France, l’accès aux médicaments de réanimation est devenu un sujet majeur, car cela pourrait très vite devenir un facteur limitant dans la prise en charge des patients, indique-t-on.

    Un suivi hebdomadaire des stocks
    Les tensions d’approvisionnement concernent aussi d’autres molécules, comme le #midazolam – un sédatif puissant utilisé aussi bien en réanimation qu’en #soins_palliatifs – ou le propofol – un anesthésique qui a fait l’objet d’une alerte le 10 mars par l’Agence de sécurité du médicament (ANSM) à la suite de la défaillance d’un fabricant. « La Suisse a bien voulu mobiliser des stocks pour nous », précise Mélanie Cachet, directrice adjointe de l’inspection au sein de l’agence.
    Depuis 2016 et la loi de modernisation du système de santé, les industriels sont tenus d’élaborer des « plans de gestion des pénuries » pour tous les médicaments dont la rupture représente « un risque grave et immédiat » pour les patients. « C’est à eux de trouver des solutions, par des importations ou une augmentation de la production », insiste Mélanie Cachet.

    Compte tenu de l’enjeu pour la prise en charge des patients Covid-19, l’ANSM a mis en place un suivi hebdomadaire des stocks pour une centaine de molécules essentielles, et les commandes sont désormais contingentées. Dans un tel contexte, « les laboratoires doivent réguler les flux », indique l’inspectrice. L’un des enjeux est d’assurer une bonne répartition des ressources sur l’ensemble du territoire, en fonction de la progression de l’épidémie. « Un pilotage national est très important pour garantir une équité dans les prises en charge des patients », estime une pharmacienne du CHU de Strasbourg.
    Le #propofol est à ce stade le seul médicament pour lequel un risque de rupture a été formellement identifié, mais « des investigations sont en cours » pour les curares et le midazolam, à la suite des signalements des médecins et des hôpitaux. La réglementation ne permet pas à la France de limiter les exportations des molécules à risques. « Mais il n’est pas interdit de penser que, compte tenu de la situation exceptionnelle, l’ANSM soit amenée à prendre des mesures également exceptionnelles », indique Mélanie Cachet. Selon nos informations, des discussions sont aussi en cours avec des industriels pour réorienter en urgence les chaînes de production françaises. A condition de disposer des matières premières nécessaires.

    https://seenthis.net/messages/834718 via colporteur


  • Dépistage pair à pair de la COVID-19 basé sur l’IA - Yoshua Bengio
    https://yoshuabengio.org/fr/2020/03/25/depistage-pair-a-pair-de-la-covid-19-base-sur-lia

    La distanciation sociale fonctionne, mais dans sa forme la plus élémentaire, elle est brutale et économiquement très dommageable. Nous avons déjà vu comment le dépistage et les tests peuvent améliorer considérablement la situation, en appliquant la distanciation sociale aux bons endroits, autour des personnes infectées. La technologie peut aider davantage. Nous avons besoin d’une approche de distanciation sociale qui permettra à l’économie de redémarrer rapidement et qui pourrait être pratiquée (...)

    #algorithme #smartphone #géolocalisation #éthique #profiling #santé

    ##santé
    https://yoshuabengio.org/wp-content/uploads/2020/03/erik-mclean-sIg5RzqmV3o-unsplash-1024x683.jpg

    https://seenthis.net/messages/834645 via etraces


  • La place des masques en tissus : mon avis d’ingénieure textile
    https://coutureetpaillettes.com/mes-coutures/masques-tissus-prevention-coronavirus

    Un masque en tissu n’est pas un dispositif médical. Gardez bien en têtes que les hôpitaux sont donc en droit de les refuser voir même de les interdire totalement : il en va de leur responsabilité Néanmoins j’en ai cousu à la demande pour mon entourage, et voici ce que j’ai réalisé.

    Chaque masque est conçu avec une ouverture permettant de mettre une 3ème couche qui sert de filtre. Chaque matin, la personne prépare un filtre dans chaque masque, et part avec ces 5 masques (donc masque+filtre). Dès qu’elle sent que l’air respiré devient trop humide, elle change de masque. Elle ne change pas le filtre : elle change TOUT. C’est pour cela qu’elle a tout préparé au matin.

    A la fin de son poste, lorsqu’elle rentre chez elle, elle jette les filtres à la poubelle (elle utilise les lingettes dépoussiérantes électrostatique) et nettoie son masque. Deux façon de faire : soit en machine, lavage standard puis sèche linge si vous voulez. Soit elle les passe au défroisseur vapeur ou au fer à repasser en mode vapeur pendant 5 minutes. Il semblerait que la vapeur (100°C donc) tue la plupart des virus et des bactéries.

    Je vous le redis : un masque en tissu n’est pas un dispositif médical, il n’est pas homologué, ne répond pas à la directive européen 93/42/CEE, et n’a pas la certification CE.

    https://coutureetpaillettes.com/wp-content/uploads/2020/03/20200317_195906-1170x730.jpg

    #atelier_de_la_semaine_des_sept_mercredis #masque #protection

    https://seenthis.net/messages/832910 via odilon


  • « La prostitution c’est du sexe entre deux personnes, avec l’une qui veut et l’autre qui ne veut pas. C’est aussi simple que ça. »

    Entrevue de Kajsa Ekis Ekman réalisée par Isabel Valdés (adresse Twitter), El País, Madrid, 15 octobre 2019.

    La journaliste et activiste Kajsa Ekis Ekman est cette semaine en Espagne pour animer un séminaire sur la relation entre le capitalisme, le patriarcat et la prostitution.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/03/24/la-prostitution-cest-du-sexe-entre-deux-personnes-avec-

    #féminisme #prostitution


  • #Atalanta - #Valence, la « #partie_zéro » ?
    https://www.sofoot.com/IMG/img_580_380_center_articles-481483.jpg

    Le 19 février dernier, l’Atalanta de Gian Piero Gasperini explosait Valence (4-1) en huitième de finale aller de la Ligue des champions devant plus de 40 000 tifosi venus de Bergame et des alentours. Un moment historique pour le club lombard qui a néanmoins une face sombre. En effet, aujourd’hui, plusieurs médecins pensent que cette rencontre pourrait bien être l’une des causes majeures du chaos qui règne actuellement dans la cité italienne. Explications.

    Il y a un mois jour pour jour, Adriano Trevisan s’éteignait près de Padoue et devenait ainsi la première victime du Covid-19 en Italie. La première d’une longue série, qui ne cesse de s’étirer de l’autre côté des Alpes. Samedi, comme partout dans le pays, de nouveaux chiffres sont tombés à Bergame et ces derniers ne sont pas bons, évidemment. Rien que pour la journée, 715 nouveaux cas ont été recensés dans la « Cita dei Mille » , ville de 120 000 habitants, qui a déjà perdu 533 de ses citoyens depuis le début de la pandémie. Des citoyens qui ont peut-être reçu aujourd’hui un début de piste : et si la propagation express du virus était simplement due à la rencontre de #Ligue_des_champions Atalanta-Valence, disputé le 19 février dernier au #stade San Siro de Milan ?

    « Atalanta-Valence a été une #bombe_biologique »

    En effet, il y a un mois, plus de 43 000 spectateurs venus de Bergame et de ses environs venaient assister dans l’enceinte milanaise à un moment d’histoire. Ce soir-là, la Dea renversait Valence (4-1). Les quotidiens italiens parlaient de « fête » , de « nuit magique » , de « soirée inoubliable » . Des irréductibles qui ont suivi l’équipe depuis la Serie C, aux enfants qui ont manqué l’école pour assister à cette campagne européenne inédite pour leur club, tous voulaient en être. Sans savoir que ce serait au péril de leur vie. « J’ai entendu plein de théories (à propos de la propagation plus rapide qu’ailleurs du virus à Bergame, N.D.L.R.), voici la mienne, répond ce jour #Fabiano_Di_Marco, responsable du département pneumologie de l’hôpital Papa Giovanni XXIII de Bergame au Corriere della Sera. 19 février, 40 000 Bergamasques à San Siro pour Atalanta-Valence. En bus, en train, en voiture. Atalanta-Valence a été une bombe biologique. » En cause : la #promiscuité entre supporters dans un métro milanais bondé, dans les tribunes, autour des foodtrucks pour déguster de délicieux panini.

    Puis, ces moments de joie. Fêtés sans respect de consignes qui n’existaient pas encore. Parfois, même, en compagnies de certains des 2500 supporters valenciens ayant fait le déplacement à Milan. Pour échanger des fanions, faire des photos souvenirs, partager des bières dans un même réceptacle. Sans parler uniquement des supporters, le journaliste espagnol Kike Mateu, atteint du coronavirus, était présent au stade et a côtoyé ses confrères et consœurs dans les coursives du stade et en salle de presse. Chez les joueurs, aussi. Si Ezequiel Garay (premier joueur infecté en Liga) n’était pas du voyage en Italie, près de 35% de l’effectif de Valence est infecté aujourd’hui. Cela fait déjà quelques coïncidences.

    Prier pour Bergame

    Depuis l’hôpital Umberto I de Rome, le médecin Francesco Le Foche n’écarte pas non plus l’hypothèse. « Il y a probablement eu plusieurs déclencheurs et catalyseurs pour expliquer la diffusion du virus, explique-t-il au Corriere dello Sport. Le match #Atalanta-Valencia aurait très bien pu être l’un d’entre eux. Il a été le point culminant de l’#euphorie_collective dans une saison de football unique pour ce club. Un mois s’est écoulé depuis ce match, le timing est donc pertinent. Le regroupement de milliers de personnes, à quelques centimètres les unes des autres, se livrant à des manifestations d’euphorie comme des étreintes ou des cris, tout cela a pu favoriser la #propagation du virus. »

    Si la Serie A doit reprendre ses droits le 2 mai prochain, et que le Napoli compte reprendre le chemin de l’entraînement la semaine prochaine, pas sûr que l’on rejouera de sitôt en Lombardie et à Bergame. Du moins, pas avec du public. En attendant, du côté de l’Atalanta, aucun membre de l’effectif n’a (à ce jour) été recensé comme étant atteint du Covid-19. Federica Percassi, la fille du président de l’Atalanta, a appelé sur Instagram « à prier pour Bergame » ce lundi à 12h. Malheureusement, il n’y a plus que cela à faire, car il est trop tard, et surtout inutile, d’avoir des remords concernant une rencontre qui devait être une fête comme une autre.

    https://www.sofoot.com/atalanta-valence-la-partie-zero-481483.html
    #foot #football #match_de_foot #coronavirus #Bergame #Italie #contamination
    ping @simplicissimus @fil

    https://seenthis.net/messages/833403 via CDB_77


  • LES FISSURES DE « LA MAISON » ou les contradictions d’Emma Becker

    Les lectrices féministes du livre d’Emma Becker « La Maison » l’ont remarqué : l’autrice affectionne les truismes et chérit les stéréotypes ; dans son livre sur les deux années qu’elle a passées dans deux bordels de Berlin, pas un poncif sur la prostitution ne manque à l’appel : son ouvrage en véhicule une cargaison telle qu’il est quasi-anthologique. Echantillons :

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/03/21/les-fissures-de-la-maison-ou-les-contradictions-demma-b

    #féminisme #prostitution



  • Apple fined record €1.1bn by French competition regulator | Technology | The Guardian
    https://www.theguardian.com/technology/2020/mar/16/apple-fined-record-11bn-by-french-competition-regulator

    Tech giant conspired with wholesalers Tech Data and Ingram Micro to align prices, says watchdog Apple has been fined a record €1.1bn (£990m) by antitrust regulators in France for engaging in anti-competitive agreements with two wholesalers. The penalty imposed on the US tech giant is the largest ever handed out to a company by the Autorité de la Concurrence. Commenting on the move, Isabelle de Silva, head of the French competition watchdog, said : “Apple and its two wholesalers agreed to not (...)

    #Apple #procès #domination #AutoritédelaConcurrence

    https://i.guim.co.uk/img/media/c40353a222753dafdef639eb6d4352afefcef08c/0_181_7732_4638/master/7732.jpg

    https://seenthis.net/messages/831451 via etraces



  • Apple écope d’une amende de 1,1 milliard d’euros, Tech Data et Ingram Micro aussi sanctionnés
    https://www.nextinpact.com/news/108797-apple-ecope-dune-amende-11-milliard-deuros-tech-data-et-ingram-mi

    L’Autorité de la concurrence vient de prononcer sa « sanction la plus élevée » dans une affaire, avec 1,24 milliard d’euros, dont 1,1 milliard pour Apple. Ingram Micro et Tech Data sont également condamnés pour avoir participé à cet « abus de dépendance économique » orchestré par la marque à la Pomme. Explications. L’Autorité reproche à Apple de « s’être rendue coupable d’ententes au sein de son réseau de distribution et d’abus de dépendance économique vis-à-vis de ses revendeurs indépendants "premium" ». Ces (...)

    #Apple #procès #domination #AutoritédelaConcurrence

    https://cdn2.nextinpact.com/compress/407-197/images/bd/wide-linked-media/1485.jpg

    https://seenthis.net/messages/831118 via etraces


  • Complaint : Amazon doesn’t allow baseline TLS security
    https://noyb.eu/en/complaint-amazon-doesnt-allow-baseline-tls-security

    Baseline email security missing. During their route to the recipient, emails are handled by different entities, nodes and service providers which may intercept, manipulate and unlawfully use the content. In order to reduce these risks, it is a baseline industry standard to use so-called TLS encryption. Surprisingly the Amazon servers reject TLS connections in certain cases, for example when third party sellers on Amazon communicate with customers vie email. This means that millions of (...)

    #Amazon #procès #[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données_(RGPD)[en]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR)[nl]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR) #écoutes (...)

    ##[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données__RGPD_[en]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_[nl]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_ ##SSL/TLS

    https://seenthis.net/messages/831057 via etraces


  • European metadata retention : news from the EU court - about:intel
    https://aboutintel.eu/european-metadata-retention

    The Court of Justice of the European Union (CJEU) is soon to release its judgment on a range of cases regarding data retention and access to metadata, brought before the court by digital rights organisations from France, Belgium, and the UK. Its decision will unquestionably have significant consequences for surveillance and data retention regimes across Europe. For a better understanding of what is to be expected from the final ruling, a close look at the Advocate General’s opinion is (...)

    #anti-terrorisme #géolocalisation #procès #BigData #surveillance #[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données_(RGPD)[en]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR)[nl]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR) #métadonnées (...)

    ##[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données__RGPD_[en]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_[nl]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_ ##CJUE
    https://aboutintel.eu/wp-content/uploads/2020/03/cjeu-1-final-1024x681.jpg

    https://seenthis.net/messages/830893 via etraces


  • Vidéosurveillance automatisée : le tribunal de Marseille refuse l’urgence – La Quadrature du Net
    https://www.laquadrature.net/2020/03/12/videosurveillance-automatisee-le-tribunal-de-marseille-refuse-lurgence

    Le tribunal administratif de Marseille vient de rejeter notre action en référé contre la ville de Marseille. Nous lui demandions d’annuler en urgence le déploiement de logiciels d’analyse automatisée sur les caméras de la ville (voir notre requête et l’ordonnance du juge). Le tribunal nous rejette au motif que nous aurions dû attaquer le marché public conclu dès 2018 par la ville pour déployer ces dispositifs. Nous serions aujourd’hui hors délai pour les contester, quand bien même nous n’avons pu en (...)

    #LaQuadratureduNet #surveillance #vidéo-surveillance #procès #CCTV #algorithme

    https://www.laquadrature.net/wp-content/uploads/sites/8/2020/03/port.png

    https://seenthis.net/messages/830819 via etraces


  • Les opérateurs télécoms prêts à participer à la lutte contre l’épidémie - Belgique - LeVif
    https://www.levif.be/actualite/belgique/les-operateurs-telecoms-prets-a-participer-a-la-lutte-contre-l-epidemie/article-belga-1263351.html?cookie_check=1584255686

    « Pour avoir des plans ciblés, les autorités ont besoin de données et de modèles granulaires et dynamiques, qui couvrent non seulement les déplacements mais aussi les contacts humains », avançaient mardi Sebastien Deletaille et Frederic Pivetta de Al4Belgium. Avec suffisamment d’historique, soit trois mois, les registres d’appels et de géolocalisation permettent de calculer le graphe social et les cartes de mouvements réels. Et donc, l’analyse de ces données permettraient d’identifier non seulement les (...)

    #Orange #Telenet #Proximus #géolocalisation #métadonnées #historique #santé #Al4Belgium

    ##santé
    https://web.static-rmg.be/if/c_crop,w_512,h_341,x_0,y_0,g_center/c_fit,w_640,h_960/56626cfb15fe48c39aaf09d101bbc89c.jpg

    https://seenthis.net/messages/830804 via etraces


  • Protecting Civil Liberties During a Public Health Crisis | Electronic Frontier Foundation
    https://www.eff.org/deeplinks/2020/03/protecting-civil-liberties-during-public-health-crisis

    Across the world, public health authorities are working to contain the spread of COVID-19 (Coronavirus Disease 2019). In pursuit of this urgent and necessary task, many government agencies are collecting and analyzing personal information about large numbers of identifiable people, including their health, travel, and personal relationships. As our society struggles with how best to minimize the spread of this disease, we must carefully consider the way that “big data” containment tools impact (...)

    #santé #EFF #racisme #religion #BigData #profiling #

    ##santé ##_
    https://www.eff.org/files/banner_library/medical-privacy.png

    https://seenthis.net/messages/830749 via etraces


  • Taking a depression test online ? Go ahead, they’re listening | PI
    https://privacyinternational.org/news-analysis/3188/taking-depression-test-online-go-ahead-theyre-listening

    According to the World Health Organisation (WHO), 25 percent of the European population suffers from depression or anxiety each year, yet about 50% of major depressions remain untreated. This means that everyday thousands of people are looking for information about depression online. They take tests to find out how serious their symptoms are, they try to access resources, or seek information on how best to support a loved one. Given that the internet is plagued with trackers, whose sole (...)

    #RealTimeBidding-RTB #Google #doctissimo.fr #PrivacyInternational #cookies #Facebook #tracker #Amazon #santé #publicité (...)

    ##santé ##publicité ##profiling
    http://privacyinternational.org/sites/default/files/flysystem/2019-09/small-PI-Depression-graphics-woman-1.png

    https://seenthis.net/messages/830516 via etraces


  • Why am I really seeing that ad ? The answer might be Real Time Bidding (RTB) | PI
    https://privacyinternational.org/explainer/2974/why-am-i-really-seeing-ad-answer-might-be-real-time-bidding-rt

    Targeted online ads can be confusing. Sometimes, it seems as if advertisers know us better than we know ourselves and sometimes the opposite. Then again, an ad is chasing us around the internet, it can get very annoying and even distressing. What all targeted ads have in common is that it’s often impossible to understand why we are being targeted – and how much of our data is being collected and shared along the way. So, why are you really seeing this ad ? One answer is Real Time Bidding (...)

    #marketing #DataBrokers #BigData #[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données_(RGPD)[en]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR)[nl]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR) #RealTimeBidding-RTB #profiling #microtargeting (...)

    ##[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données__RGPD_[en]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_[nl]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_ ##PrivacyInternational

    https://seenthis.net/messages/830502 via etraces


  • Coronavirus : le cabinet De Block dit « oui » à l’utilisation des données télécoms - Le Soir Plus
    https://plus.lesoir.be/286535/article/2020-03-12/coronavirus-le-cabinet-de-block-dit-oui-lutilisation-des-donnees-telecom

    Proximus et Telenet ont accepté de transmettre une partie de leurs données à un tiers privé pour lutter de manière plus ciblée contre l’épidémie. Le cabinet de la ministre de la Santé publique a donné son « go » au programme.

    Ce sera une grande première en Belgique : plusieurs opérateurs télécoms – Proximus et Telenet nous l’ont confirmé, Orange dit « être d’accord sur le principe » – ont accepté de partager une partie de leurs bases de données avec un tiers privé pour aider les pouvoirs publics à mieux lutter (...)

    #BigData #santé #géolocalisation #Proximus #Telenet

    ##santé
    https://plus.lesoir.be/sites/default/files/dpistyles_v2/ena_16_9_extra_big/2020/03/12/node_286535/27463481/public/2020/03/12/B9722904695Z.1_20200312171952_000+GNUFNC9PM.1-0.jpg

    https://seenthis.net/messages/830476 via etraces


  • « Le destin de Criteo rassemble les paradoxes qui émergent avec le passage à l’age adulte de l’Internet »
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/03/11/le-destin-de-criteo-rassemble-les-paradoxes-qui-emergent-avec-le-passage-a-l

    La société française a été à l’origine de l’industrialisation de la publicité sur le Net grâce à ses logiciels de ciblage, les cookies. Une pratique efficace, mais de plus en plus visible et de moins en moins acceptée, selon Philippe Escande, éditorialiste économique au « Monde ». Pertes & profits. Jean-Baptiste Rudelle, le président-fondateur de Criteo, est un grand amateur de kitesurf. Il a même fondé une association, The Galion Project, qui réunit des start-upeurs pour réfléchir ensemble à l’avenir (...)

    #profiling #Criteo #cookies #marketing #publicité

    ##publicité
    https://img.lemde.fr/2020/03/11/405/0/4748/2374/1440/720/60/0/c598a8d_YoHtUJ5VLt8s3JMKuRtJ5Qnu.jpg

    https://seenthis.net/messages/830469 via etraces