• The true story behind this iconic photo that became a symbol of gender equality in the Zionist movement
    The granddaughter of female pioneer seen in shorts in a quarry in Mandatory Palestine reveals that the ’propaganda’ scene was in fact staged
    Ofer Aderet | Jun. 25, 2020 | 2:19 PM
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-the-true-story-behind-photo-that-symbolized-gender-equality-in-the
    https://images.haarets.co.il/image/fetch/x_4,y_75,w_2405,h_1397,c_crop/q_auto,h_698,w_1200,c_fill,f_auto/fl_lossy.any_format.preserve_transparency.progressive:none/https://www.haaretz.co.il/polopoly_fs/1.8945182!/image/1313276667.jpg

    Among the handful of surviving photographs depicting female pioneers during the pre-state British Mandate period, one of the best known is a picture of Aviva Alef.

    She was photographed in the summer of 1941 next to an open rail-cart full of rocks at a quarry at Kibbutz Ein Harod. The man who took the image was Zoltan Kluger, one of the greatest photographers in the country at the time, and who documented the Jewish state in the making for various Zionist organizations.

    Over the years, the iconic photo became a symbol of groundbreaking female equality in the Zionist movement. Just this week, however, 79 years after it was taken, Aviva Alef’s granddaughter decided to reveal the true story behind the picture, which is now in the official photography collection of the State of Israel.

    “My grandmother became a symbol of female pioneers against her will,” her granddaughter, Yael Avrahami, told Haaretz.

    Avrahami called the photograph “propaganda.”

    In contemporary Israel, every year when the weather warms up, a controversy resurfaces in the country’s schools over the appropriate length of female students’ shorts. “Someone recalled the picture and retrieved it from the archives,” noted Avrahami, a biblical studies lecturer at the Oranim Academic College of Education in Kiryat Tivon, northern Israel.

    The photo became part of an effort to demonstrate how “things had been different here” at one time, how women went around freely in short-shorts. It turned Avrahami’s grandmother into a symbol to be emulated.

    ‘Rebellious girl’

    “Let me tell you the real story about that picture,” Avrahami wrote Monday on Facebook, recounting how her grandmother, born Lotte Perschak, fled Czechoslovakia at age 17 after the outbreak of World War II. She immigrated to Mandatory Palestine with Youth Aliyah, a Zionist organization that at the time rescued young Jews from Europe and brought them to the Holy Land.

    “Here she was arbitrarily given the name Aviva. She settled at Kibbutz Beit Hashita in the Harod Valley and thought she was coming to an agricultural dorm and that she would return home at the end of the war. A very innocent young girl,” Avrahami wrote.

    But she also quickly discovered less pleasant aspects of the pioneering enterprise that had saved her life at a time when her family was sent to the Theresienstadt concentration camp.

    “In Youth Aliyah, you weren’t allowed to speak your native language. Everyone had to speak Hebrew,” the granddaughter recounted. Aviva was caught speaking Czech with her friend one day, and as a punishment was “exiled” to work in the rock quarry next to the adjacent kibbutz, Ein Harod – “as was befitting for a rebellious girl.”

    The punishment was meted out, Avrahami said, by two adults in charge: Tikva Sarig, a kindergarten teacher, children’s author and the wife of Nahum Sarig (who later became the commander of the Negev Brigade of the pre-state Palmach elite strike force); and Aryeh Ben-Gurion, the nephew of Israel’s first prime minister.

    But unlike male pioneers, and contrary to what the famous photograph suggests, “she didn’t drive rail carts with rocks and didn’t blast rocks. She cooked and did laundry for the male pioneers,” her granddaughter disclosed.

    On the day Kluger arrived to take pictures of the pioneers, “girls’ legs suited him for the picture,” as Avrahami put it – meaning that the iconic photo was staged.

    “Men are less sexy and my grandmother’s legs were legendary,” Avrahami said. “My grandfather once said she had the prettiest legs in the valley.”

    At age 20, Aviva gave birth to a son. That son’s daughter is Yael Avrahami.

    “My grandmother was saved from the horrors of the world war by the pioneering that was forced upon her. But it’s hard to look nostalgically upon the shorts in the picture and think that anything was perfect at the time,” the granddaughter wrote, “that the world saw her for what she was and not for her beautiful legs.

    “The shorts are not the be-all and end-all,” Avrahami added.

    Aviva’s parents didn’t survive the Holocaust. Her brother survived Auschwitz and married a Catholic nurse who had taken care of him, but he died relatively young behind the Iron Curtain.

    Aviva married journalist Yitzhak Avrahami at Beit Hashita and had a son. The couple divorced and Aviva made her way to Kibbutz Ayelet Hashahar, where she married Haim Alef and took his surname. “She would work in various jobs at the kibbutz, including being in charge of purchasing at the grocery. She also worked for many years in the sewing workshop,” Avrahami recounted.

    Aviva Alef died 18 years ago. One of the stories she told her granddaughter has bothered Yael Avrahami to this day.

    “She once told me that they needed to guard the watchtowers in the valley. The immigrant girls, who were afraid to do guard duty alone, were forced ‘to kiss’ male pioneers who would come along to stand guard with them at night. ‘Kissing’ is all she told me. I hope it wasn’t more than that,” Avrahami said.

    #propagande

    https://seenthis.net/messages/863042 via Loutre


  • Like after #9/11, governments could use coronavirus to permanently roll back our civil liberties

    The ’emergency’ laws brought in after terrorism in 2001 reshaped the world — and there’s evidence that it could happen again.

    With over a million confirmed cases and a death toll quickly approaching 100,000, Covid-19 is the worst pandemic in modern history by many orders of magnitude. That governments were unprepared to deal with a global pandemic is at this point obvious. What is worse is that the establishment of effective testing and containment policies at the onset of the outbreak could have mitigated the spread of the virus. Because those in charge failed to bring in any of these strategies, we are now seeing a worrying trend: policies that trample on human rights and civil liberties with no clear benefit to our health or safety.

    Broad and undefined emergency powers are already being invoked — in both democracies and dictatorships. Hungary’s Prime Minister Viktor Orban was granted sweeping new powers to combat the pandemic that are unlimited in scope and effectively turn Hungary’s democracy into a dictatorship. China, Thailand, Egypt, Iran and other countries continue to arrest or expel anyone who criticizes those states’ response to coronavirus.

    The US Department of Justice is considering charging anyone who intentionally spreads the virus under federal terrorism laws for spreading a “biological agent”. Israel is tapping into previously undisclosed smartphone data, gathered for counterterrorism efforts, to combat the pandemic. States in Europe, anticipating that measures against Covid-19 will violate their obligations under pan-European human rights treaties, are filing official notices of derogation.

    A chilling example of the effects of emergency powers on privacy rights and civil liberties happened during the aftermath of the September 11, 2001 attacks and the resulting “war on terror”, in which successive US presidents pushed the limits of executive power. As part of an effort to protect Americans from security threats abroad, US government officials justified the use of torture in interrogation, broad state surveillance tactics and unconstitutional military strikes, without the oversight of Congress. While the more controversial parts of those programs were eventually dismantled, some remain in place, with no clear end date or target.

    Those measures — passed under the guise of emergency — reshaped the world, with lasting impacts on how we communicate and the privacy we expect, as well as curbs on the freedoms of certain groups of people. The post-September 11 response has had far-reaching consequences for our politics by emboldening a cohort of populist leaders across the globe, who ride to election victories by playing to nationalist and xenophobic sentiments and warning their populations of the perils brought by outsiders. Covid-19 provides yet another emergency situation in which a climate of fear can lead to suspension of freedoms with little scrutiny — but this time we should heed the lessons of the past.

    First, any restriction on rights should have a clear sunset clause, providing that the restriction is only a temporary measure to combat the virus, and not indefinite. For example, the move to grant Hungary’s Viktor Orban sweeping powers has no end date — thus raising concerns about the purpose of such measures when Hungary is currently less affected than other regions of the world and in light of Orban’s general penchant for authoritarianism.

    Second, measures to combat the virus should be proportional to the aim and narrowly tailored to reach that outcome. In the case of the US Department of Justice debate as to whether federal terrorism laws can be applied to those who intentionally spread the virus, while that could act as a potent tool for charging those who actually seek to weaponize the virus as a biological agent, there is the potential for misapplication to lower-level offenders who cough in the wrong direction or bluff about their coronavirus-positive status. The application of laws should be carefully defined so that prosecutors do not extend the boundaries of these charges in a way that over-criminalizes.

    Third, countries should stop arresting and silencing whistleblowers and critics of a government’s Covid-19 response. Not only does this infringe on freedom of expression and the public’s right to know what their governments are doing to combat the virus, it is also unhelpful from a public health perspective. Prisons, jails and places of detention around the world are already overcrowded, unsanitary and at risk of being “superspreaders” of the virus — there is no need to add to an at-risk carceral population, particularly for non-violent offenses.

    Fourth, the collectors of big data should be more open and transparent with users whose data is being collected. Proposals about sharing a person’s coronavirus status with those around them with the aid of smartphone data should bring into clear focus, for everyone, just what privacy issues are at stake with big tech’s data collection practices.

    And finally, a plan of action should be put in place for how to move to an online voting system for the US elections in November 2020, and in other critical election spots around the world. Bolivia already had to delay its elections, which were key to repairing its democracy in a transitional period following former President Evo Morales’s departure, due to a mandatory quarantine to slow the spread of Covid-19. Other countries, including the US, should take note and not find themselves flat-footed on election day.

    A lack of preparedness is what led to the current scale of this global crisis — our rights and democracies should not suffer as a result.

    https://www.independent.co.uk/voices/911-coronavirus-death-toll-us-trump-government-civil-liberties-a94586

    #le_monde_d'après #stratégie_du_choc #11_septembre #coronavirus #covid-19 #pandémie #liberté #droits_humains #urgence #autoritarisme #terrorisme #privacy #temporaire #Hongrie #proportionnalité #liberté_d'expression #surveillance #big-data #données

    ping @etraces

    https://seenthis.net/messages/854864 via CDB_77


  • Le sexe de la propriété et des richesses patrimoniales

    https://entreleslignesentrelesmots.files.wordpress.com/2020/05/9782343119915b.jpg

    Dans leur introduction, Fatiha Talahite et Randi Deguilhem indiquent un croisement de deux problématiques, « une interrogation sur l’accès des femmes à la propriété dans le monde contemporain » et « une réflexion issue de notre collaboration dans le cadre d’un séminaire sur le waqf ».

    Elles soulignent la nécessité de replacer le droit de propriété dans la diversité des systèmes de droits. Elles abordent le waqf comme donation à perpétuité à une œuvre d’utilité publique, la propriété « féminine en islam », les droits de propriété rattachés « aux systèmes dits ‘coutumiers’ », les approches féministes des droits de propriété, les courants socialiste et libéral, les transformations historiques des droits et des usages…

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/05/14/le-sexe-de-la-propriete-et-des-richesses-patrimoniales

    #féminisme #droit #propriété



  • #COVID19 #réouverture_des_écoles : le régime Macron ordonne une inquiétante police de la pensée doublée d’un #fichage dans les établissements scolaires !
    https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/covid19-reouverture-des-ecoles-le-regime-macron-ordonne-une-in

    https://www.initiative-communiste.fr/wp-content/uploads/2020/05/Fiche-Replis-communautaires_1280695-page-1-300x300.jpeg

    C’est une circulaire du ministre #Blanquer qui fait froid dans le dos. Sous couvert de lutte contre le #communautarisme et à la faveur du coronavirus, le régime Macron demande en effet la mise en œuvre d’une véritable police politique de la pensée, prétendant interdire toute contestation de la politique du gouvernement, et ordonnant un fichage […]

    #2-lutte_des_classes_et_renaissance_communiste #articles #bourrage_de_crane #collège #commission_éducation #déconfinement #Ecole #Education_Nationale #Islam #Laïcité #liberté #libertés_individuelle #lycée #propagande


  • « Le pouvoir prend les Français pour des abrutis », par Christian Lehmann
    https://www.liberation.fr/france/2020/04/29/le-pouvoir-prend-les-francais-pour-des-abrutis_1786831
    https://medias.liberation.fr/photo/1310358-000_1qe5i9jpg.jpg?modified_at=1588170233&picto=fb&ratio_x=191&ratio_y=100&width=1080

    Il y a quelque chose de fascinant à voir ces hommes se comporter comme si Internet n’existait pas, ou comme si parmi les atteintes neurologiques liées au coronavirus, on décomptait une épidémie de démences subites. Qu’espèrent-ils, en fait ? Qui imaginent-ils convaincre ? Je ne saisis pas le but de la manip, et soupçonne qu’en fait, il n’y en a pas. Il n’y en a plus. Ils font ce qu’ils ont toujours fait, répéter des éléments de langage dont la vacuité pourtant explose à la figure à la première lecture, comme un Sars-CoV2 sous une giclée de soluté hydroalcoolique. Ils font ce qu’ils ont toujours fait, tenter de masquer le réel sous le Verbe, comme si ce faisant le réel n’existait plus.

    Ils inventent un monde parallèle dans lequel Jérôme Salomon n’aurait pas été membre du cabinet de Marisol Touraine lorsque le stock de protections de pandémie grippale a diminué drastiquement. Un monde dans lequel il n’aurait pas été directeur général de la santé en mai 2019 et n’aurait donc jamais été destinataire d’un avis d’experts recommandant de reconstituer ce stock rapidement et chiffrant le nombre de masques chirurgicaux à fournir par foyer. Ils inventent un monde où la France aurait géré avec intelligence et circonspection la crise en distillant ce stock de Schrödinger, sur lequel se basa toute la communication d’Agnès Buzyn avant qu’Olivier Véran admette que de stock, il n’y en avait plus. Alors certes, nous sommes habitués à ce que les politiques nous mentent. Au point que nombre de commentateurs autorisés et d’éditorialistes de plateau se gausseront en public de ceux qui croient aux promesses et aux annonces politiques, comme s’il s’agissait là d’une faiblesse congénitale et pas d’une attente raisonnable.

    #novlangue #propagande #révisionisme

    https://seenthis.net/messages/849093 via Agnès Maillard


  • Des stocks de médicaments sous tension dans les services de réanimation
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/03/26/des-stocks-de-medicaments-sous-tension-dans-les-services-de-reanimation_6034

    L’inquiétude porte principalement sur l’approvisionnement en curares, qui permettent de pratiquer une intubation.

    « Depuis 10 jours, c’est la bataille pour obtenir des boîtes », lâche un pharmacien hospitalier. Avec l’afflux de cas graves de #Covid-19 dans les services de #réanimation, la consommation d’#anesthésiques et d’#hypnotiques s’est envolée dans son établissement, et ses stocks sont au plus bas. « Nous frappons à toutes les portes pour en trouver, mais nous ne sommes pas les seuls », soupire-t-il. Et pour cause : avec l’afflux de patients Covid-19, le recours à ces molécules a été multiplié par 5 ou 10. « Il faut anticiper, sinon l’histoire des masques risque de se décliner dans d’autres domaines », craint Rémi Salomon, président de la commission médicale d’établissement de l’AP-HP, en référence à la #pénurie de masques respiratoires.

    L’inquiétude porte en premier lieu sur les #curares, utilisés pour relaxer les muscles au moment de l’intubation. Depuis un an, les ruptures de stocks se sont multipliées et les pharmaciens craignent que les laboratoires pharmaceutiques ne soient plus en mesure d’honorer toutes les commandes. « Il ne suffit pas d’augmenter la production, encore faut-il avoir accès à la matière première », souligne Nathalie Pons-Kerjean, chef du service de pharmacie à l’hôpital Beaujon de Clichy (Hauts-de-Seine), rappelant que le curare est extrait d’une plante exotique.

    Limitation des exportations
    Elle s’interroge aussi sur les mesures de réquisition que certains Etats pourraient prendre en cas de pénurie mondiale. « Que se passera-t-il si les Américains décident de bloquer les exportations de curare ? », demande-t-elle, en précisant que le laboratoire américain Pfizer est l’un de ses premiers fournisseurs. L’Inde a déjà pris une telle mesure : le 4 mars, le pays a interdit l’exportation de 26 principes actifs jugés stratégiques, dont plusieurs antibiotiques et le paracétamol, utilisé pour lutter contre les fièvres et les douleurs caractéristiques des formes légères de Covid-19.

    Pour épargner leurs stocks de curare, les médecins réfléchissent déjà à l’adaptation de leurs protocoles. « Nous essayons de réduire les doses et les durées d’utilisation, car nous ne voulons pas que cela compromette notre capacité à traiter les futurs patients », explique Djillali Annane, chef du service de réanimation de l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine), en rappelant qu’il n’existe pas d’alternative pour les curares. « Si nous devons nous en passer, nous ne serons plus dans une prise en charge optimale », prévient-il. Pour l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France, l’accès aux médicaments de réanimation est devenu un sujet majeur, car cela pourrait très vite devenir un facteur limitant dans la prise en charge des patients, indique-t-on.

    Un suivi hebdomadaire des stocks
    Les tensions d’approvisionnement concernent aussi d’autres molécules, comme le #midazolam – un sédatif puissant utilisé aussi bien en réanimation qu’en #soins_palliatifs – ou le propofol – un anesthésique qui a fait l’objet d’une alerte le 10 mars par l’Agence de sécurité du médicament (ANSM) à la suite de la défaillance d’un fabricant. « La Suisse a bien voulu mobiliser des stocks pour nous », précise Mélanie Cachet, directrice adjointe de l’inspection au sein de l’agence.
    Depuis 2016 et la loi de modernisation du système de santé, les industriels sont tenus d’élaborer des « plans de gestion des pénuries » pour tous les médicaments dont la rupture représente « un risque grave et immédiat » pour les patients. « C’est à eux de trouver des solutions, par des importations ou une augmentation de la production », insiste Mélanie Cachet.

    Compte tenu de l’enjeu pour la prise en charge des patients Covid-19, l’ANSM a mis en place un suivi hebdomadaire des stocks pour une centaine de molécules essentielles, et les commandes sont désormais contingentées. Dans un tel contexte, « les laboratoires doivent réguler les flux », indique l’inspectrice. L’un des enjeux est d’assurer une bonne répartition des ressources sur l’ensemble du territoire, en fonction de la progression de l’épidémie. « Un pilotage national est très important pour garantir une équité dans les prises en charge des patients », estime une pharmacienne du CHU de Strasbourg.
    Le #propofol est à ce stade le seul médicament pour lequel un risque de rupture a été formellement identifié, mais « des investigations sont en cours » pour les curares et le midazolam, à la suite des signalements des médecins et des hôpitaux. La réglementation ne permet pas à la France de limiter les exportations des molécules à risques. « Mais il n’est pas interdit de penser que, compte tenu de la situation exceptionnelle, l’ANSM soit amenée à prendre des mesures également exceptionnelles », indique Mélanie Cachet. Selon nos informations, des discussions sont aussi en cours avec des industriels pour réorienter en urgence les chaînes de production françaises. A condition de disposer des matières premières nécessaires.

    https://seenthis.net/messages/834718 via colporteur


  • #Atalanta - #Valence, la « #partie_zéro » ?
    https://www.sofoot.com/IMG/img_580_380_center_articles-481483.jpg

    Le 19 février dernier, l’Atalanta de Gian Piero Gasperini explosait Valence (4-1) en huitième de finale aller de la Ligue des champions devant plus de 40 000 tifosi venus de Bergame et des alentours. Un moment historique pour le club lombard qui a néanmoins une face sombre. En effet, aujourd’hui, plusieurs médecins pensent que cette rencontre pourrait bien être l’une des causes majeures du chaos qui règne actuellement dans la cité italienne. Explications.

    Il y a un mois jour pour jour, Adriano Trevisan s’éteignait près de Padoue et devenait ainsi la première victime du Covid-19 en Italie. La première d’une longue série, qui ne cesse de s’étirer de l’autre côté des Alpes. Samedi, comme partout dans le pays, de nouveaux chiffres sont tombés à Bergame et ces derniers ne sont pas bons, évidemment. Rien que pour la journée, 715 nouveaux cas ont été recensés dans la « Cita dei Mille » , ville de 120 000 habitants, qui a déjà perdu 533 de ses citoyens depuis le début de la pandémie. Des citoyens qui ont peut-être reçu aujourd’hui un début de piste : et si la propagation express du virus était simplement due à la rencontre de #Ligue_des_champions Atalanta-Valence, disputé le 19 février dernier au #stade San Siro de Milan ?

    « Atalanta-Valence a été une #bombe_biologique »

    En effet, il y a un mois, plus de 43 000 spectateurs venus de Bergame et de ses environs venaient assister dans l’enceinte milanaise à un moment d’histoire. Ce soir-là, la Dea renversait Valence (4-1). Les quotidiens italiens parlaient de « fête » , de « nuit magique » , de « soirée inoubliable » . Des irréductibles qui ont suivi l’équipe depuis la Serie C, aux enfants qui ont manqué l’école pour assister à cette campagne européenne inédite pour leur club, tous voulaient en être. Sans savoir que ce serait au péril de leur vie. « J’ai entendu plein de théories (à propos de la propagation plus rapide qu’ailleurs du virus à Bergame, N.D.L.R.), voici la mienne, répond ce jour #Fabiano_Di_Marco, responsable du département pneumologie de l’hôpital Papa Giovanni XXIII de Bergame au Corriere della Sera. 19 février, 40 000 Bergamasques à San Siro pour Atalanta-Valence. En bus, en train, en voiture. Atalanta-Valence a été une bombe biologique. » En cause : la #promiscuité entre supporters dans un métro milanais bondé, dans les tribunes, autour des foodtrucks pour déguster de délicieux panini.

    Puis, ces moments de joie. Fêtés sans respect de consignes qui n’existaient pas encore. Parfois, même, en compagnies de certains des 2500 supporters valenciens ayant fait le déplacement à Milan. Pour échanger des fanions, faire des photos souvenirs, partager des bières dans un même réceptacle. Sans parler uniquement des supporters, le journaliste espagnol Kike Mateu, atteint du coronavirus, était présent au stade et a côtoyé ses confrères et consœurs dans les coursives du stade et en salle de presse. Chez les joueurs, aussi. Si Ezequiel Garay (premier joueur infecté en Liga) n’était pas du voyage en Italie, près de 35% de l’effectif de Valence est infecté aujourd’hui. Cela fait déjà quelques coïncidences.

    Prier pour Bergame

    Depuis l’hôpital Umberto I de Rome, le médecin Francesco Le Foche n’écarte pas non plus l’hypothèse. « Il y a probablement eu plusieurs déclencheurs et catalyseurs pour expliquer la diffusion du virus, explique-t-il au Corriere dello Sport. Le match #Atalanta-Valencia aurait très bien pu être l’un d’entre eux. Il a été le point culminant de l’#euphorie_collective dans une saison de football unique pour ce club. Un mois s’est écoulé depuis ce match, le timing est donc pertinent. Le regroupement de milliers de personnes, à quelques centimètres les unes des autres, se livrant à des manifestations d’euphorie comme des étreintes ou des cris, tout cela a pu favoriser la #propagation du virus. »

    Si la Serie A doit reprendre ses droits le 2 mai prochain, et que le Napoli compte reprendre le chemin de l’entraînement la semaine prochaine, pas sûr que l’on rejouera de sitôt en Lombardie et à Bergame. Du moins, pas avec du public. En attendant, du côté de l’Atalanta, aucun membre de l’effectif n’a (à ce jour) été recensé comme étant atteint du Covid-19. Federica Percassi, la fille du président de l’Atalanta, a appelé sur Instagram « à prier pour Bergame » ce lundi à 12h. Malheureusement, il n’y a plus que cela à faire, car il est trop tard, et surtout inutile, d’avoir des remords concernant une rencontre qui devait être une fête comme une autre.

    https://www.sofoot.com/atalanta-valence-la-partie-zero-481483.html
    #foot #football #match_de_foot #coronavirus #Bergame #Italie #contamination
    ping @simplicissimus @fil

    https://seenthis.net/messages/833403 via CDB_77




  • Le mauvais classement du système français de #retraites ? Une imposture derrière laquelle on trouve les plus grands assureurs et fonds de pension ! | Debout ! | Jean Gadrey | Les blogs d’Alternatives Économiques
    https://blogs.alternatives-economiques.fr/gadrey/2020/01/10/le-mauvais-classement-du-systeme-francais-de-retraite

    Les journalistes qui ont repris tels quels les classements de cette étude ne l’ont probablement pas consultée dans sa version d’origine en anglais et se sont contentés d’un résumé en français diffusé fin octobre 2019, un moment béni pour un gouvernement se préparant à lancer les opérations sur son projet de réforme. Le résumé en français a été produit par la branche parisienne du cabinet international Mercer, qui se présente ainsi : « Leader mondial du conseil en ressources humaines, Mercer conseille et accompagne les entreprises en matière de santé et prévoyance, gestion des talents et de retraite et d’investissements. Opérant dans plus 130 pays, Mercer compte plus de 25 000 salariés répartis dans 44 pays ».

    #propagande

    https://seenthis.net/messages/820034 via Agnès Maillard


  • El porvenir de una ilusión
    http://www.unoscuantostextos.org/el-porvenir-de-una-ilusion

    Creo que esta foto del artista #Marcos_Torrecilla merece difusión. Está tomada en un #rastro local un domingo negro (así se titula: #black_sunday) después del viernes negro (oficialmente, #black_friday). El brazo pobre se agarra a una pantalla quizá … Sigue leyendo →

    #Artículos #Microensayos #arte #cambio_climático #clima #comercio #consumismo #consumo #contaminación #ecología #economía #fotografía #mercadillo #mercado #propaganda #publicidad


  • « La langue ne ment pas » est l’adaptation télévisuelle de l’ouvrage que Victor Klemperer (1881-1960) a écrit à partir de son journal intime, pour la période 1933-1947, LTI - Lingua Tertii Imperii. Carnet d’un philologue, 1947 (pour la version en allemand). Il y décortique la novlangue des nazis et leurs procédés discursifs.
    Œuvre d’un intérêt indéniable par les temps qui courent...

    https://dl.dropbox.com/s/uujc8al9se8vggp/radio.jpg?dl=0
    Ci-dessus, une affiche publicitaire pour le Volksempfänger, la radio nationale ns, outil de la propagande de Goebbels&co.

    (Il y a eu des signalements sur seenthis, mais je ne vois pas le film.)

    Ici, l’adaption filmique en 4 parties :
    https://www.dailymotion.com/video/x13vw6


    https://www.dailymotion.com/video/x13xrd

    https://www.dailymotion.com/video/x13yin

    https://www.dailymotion.com/video/x13z50

    Sur le livre, multi-réédité et traduit :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Lingua_Tertii_Imperii

    #langage #novlangue #propagande #manipulation #troisième_Reich

    https://seenthis.net/messages/814072 via Nepthys



  • Françoise Vergès : « sans les femmes qui le nettoient, le monde arrêterait de tourner »
    https://www.revolutionpermanente.fr/Francoise-Verges-sans-les-femmes-qui-le-nettoient-le-monde-arre
    http://www.revolutionpermanente.fr/IMG/arton16659.jpg

    « Dans le néo-libéralisme, la surproduction capitaliste et la croissance démesurée du consumérisme produisent une énorme quantité de déchets. Ces déchets, il faut les ramasser, et ce travail de nettoyage ce sont les femmes qui le réalisent. Mais ces déchets on les retrouve en énorme quantité dans les pays de l’hémisphère Sud, tel que le Ghana, où sont envoyés les résidus de l’industrie digitale qui y génèrent une pollution massive. » Avec cet exemple, Vergès démontre ainsi la contradiction du discours du « capitalisme vert ». Celui-ci défend l’importance d’une vie saine, de respirer un air pur, de respecter la nature, mais repose sur les travailleuses et les travailleurs – majoritairement des femmes – qui travaillent pour assurer de telles conditions de vie aux classes moyennes supérieures urbaines, mais qui sont, quant à elles, contraintes de vivre dans les périphéries, dans des lieux pollués où s’accumulent les #déchets. Une situation à partir de laquelle est construit le discours stigmatisant qui affirme que les « pauvres sont sales ».

    #femmes #domestiques #propreté

    https://seenthis.net/messages/791752 via odilon


  • Enquête sur RT, la chaîne russe qui bouscule les médias français

    (Et qui, ce que l’enquête n’a pas questionné, fait aussi partie des médias préférés de la police pour identifier les manifestant-e-s)

    Surprise : à la faveur de la crise des Gilets jaunes, une mystérieuse chaîne russe nommée RT s’est imposée parmi les premiers médias de France sur Internet. Sa recette ? Montrer que tout va pour le pire en Occident. Roman Bornstein a enquêté sur cet étrange instrument d’influence qui n’aime rien tant que remuer le micro dans la plaie.

    https://www.vanityfair.fr/pouvoir/medias/story/rt-la-chaine-russe-qui-bouscule-la-tele-francaise/5918

    #medias #journalisme #enquête #propagande #Vladimir_Poutine

    https://seenthis.net/messages/788551 via ¿’ ValK.




  • Voyage en feinte vérité, par Serge Halimi & Pierre Rimbert (Le Monde diplomatique, mars 2019)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2019/03/HALIMI/59614
    https://www.monde-diplomatique.fr/IMG/arton59614.jpg

    Si « retard », « réforme » et « ouverture » ont constitué les mots-clés de la pensée dominante des trente dernières années, « fake news » semble résumer sa hantise actuelle. Un fil rouge unit d’ailleurs les deux périodes : seules les fausses informations qui ciblent le parti de la réforme et de l’ouverture indignent journalistes professionnels et dirigeants libéraux. Pendant ce temps, la désinformation traditionnelle prospère.

    -> Ou quand la pensée unique de la caste au pouvoir veut se substituer à la réalité ! #VéritéDÉtat #Propaganda_



  • Russia mulls fines for country’s maps without Crimea | UNIAN

    Notre ami Nikolaï Denisov nous informe : bientôt une amende pour « mauvaise représentation » duterritoire russe (sans la Crimée) - Juste 25/30 euros pour l’instant, mais ça pourrait changer...

    https://www.unian.info/politics/10415355-russia-mulls-fines-for-country-s-maps-without-crimea.html

    https://images.unian.net/photos/2018_04/thumb_files/1000_545_1524654815-9919.png?1

    “the practice of using maps without the peninsula actually violates the integrity of the state’s borders.”

    “We plan to introduce responsibility for the ’incorrect’ indication of Crimea’s territorial affiliation. Earlier we sent a similar bill to the Federation Council, but then we decided to recall and finalize it,”

    #russie #crimée #ukraine #frontière #visualisation #propagande #manipulation

    https://seenthis.net/messages/753842 via Reka


  • Comment changer le cours de l’#histoire | Eurozine
    https://www.eurozine.com/comment-changer-le-cours-de-lhistoire
    https://www.eurozine.com/wp-content/uploads/2018/02/Eurozine-Graeber-Banksy.jpg

    Depuis des siècles, le récit expliquant les origines de l’#inégalité sociale est simple. Pendant la plus grande partie de leur histoire, les hommes vécurent dans des petits groupes égalitaires de #chasseurs-cueilleurs. Puis vint l’#agriculture, accompagnée de la #propriété privée, puis la naissance des #villes signifiant l’émergence de la #civilisation à proprement parler. Si la civilisation eut bien des aspects déplorables (les guerres, les impôts, la bureaucratie, la patriarchie, l’esclavage, etc.), elle rendit également possibles la littérature écrite, la science, la philosophie et la plupart des autres grands accomplissements humains.

    Tout le monde, ou presque, connaît les grandes lignes de cette histoire. Depuis l’époque de Jean-Jacques #Rousseau, au moins, elle a informé notre conception de la forme générale et de la direction de l’histoire humaine. Cela est d’autant plus important que ce #récit définit dans le même temps ce que nous percevons comme nos possibilités #politiques. La plupart d’entre nous considère la civilisation, et donc l’inégalité, comme une triste nécessité. Certains rêvent du retour à un #passé #utopique, de la découverte d’un équivalent industriel au “#communisme primitif” ou même, dans les cas les plus extrêmes, de la destruction complète de la civilisation et du retour à une vie de cueillette. Personne, cependant, ne remet en cause la structure élémentaire de cette histoire.

    Et pourtant, ce récit est fondamentalement problématique.

    Car il n’est pas vrai.

    https://seenthis.net/messages/753202 via Kassem


  • « Cette sélection de onze extraits [vidéo] retrace quelques étapes de ces premiers pas numériques des Français sur le Minitel, puis sur la Toile. » Sélectionnés et annnotés par Valérie Schafer, la spécialiste de l’histoire de l’Internet français.

    http://sites.ina.fr/bref-je-cherche/expo/expo/0005/step/1/histoire-francaise-du-web-par-valerie-schafer.html

    #INA #histoire_Internet #ORTF

    Le déchainement de #propagande de la télé officielle est impressionnant, dès le début : « monstre sans contrôle », « vide juridique », « porno et pédophiles ».

    PS : pour moi, ça ne marche qu’avec Chromium, pas avec Firefox.

    https://seenthis.net/messages/654255 via Stéphane Bortzmeyer



  • « Non à l’artwashing apartheid » : au Maroc, un appel au boycott culturel d’Israël
    Middle East Eye | Safa Bannani et Margaux Mazellier
    Friday, 21st September 2018
    https://www.middleeasteye.net/reportages/non-l-artwashing-apartheid-au-maroc-un-appel-au-boycott-culturel-d-is

    (...) Contacté par MEE, Sion Assidon, l’un des fondateurs de l’antenne BDS Maroc, a indiqué que celle-ci avait « appelé les réalisateurs au boycott du festival de Haïfa » car « cela entre parfaitement dans le champ d’action du BDS ».

    Après l’annonce de cette participation de films marocains au festival de Haïfa, « les trois réalisateurs ont immédiatement affirmé qu’ils n’étaient pas au courant et qu’ils n’avaient pas été invités au festival », a-t-il précisé. « En effet, ils ne sont plus propriétaires du bien culturel. C’est un bien commercial qui appartient maintenant aux diffuseurs internationaux. »

    Les cinéastes ont exprimé leur indignation suite à cette sélection au festival israélien. Dans un communiqué parvenu à MEE, Meryem Benm’ Barek, a déclaré : « J’ai appris la sélection de mon film Sofia au festival de Haïfa. J’en ai demandé le retrait. Ce sont des vendeurs internationaux qui se chargent de l’envoi des films aux festivals, sans que le réalisateur ne soit impliqué dans ce choix ».

    La réalisatrice a précisé que son film « Sofia est la voix de ceux qui n’ont plus de voix. Il dénonce l’oppression et la domination du faible par le fort dans une société qui divise jusqu’au sein d’une même famille ».

    Dans un communiqué de presse consulté par MEE, Nabil Ayouch explique qu’il n’a « aucune responsabilité » dans la projection de son film en Israël, insistant sur le fait qu’il « est et reste toujours contre toute normalisation des relations avec Israël ».

    Toutefois, le réalisateur marocain affirme qu’il « ne peut pas interdire la projection en Israël d’un film » dont il a « cédé les droits internationaux ». Il précise qu’il a en revanche « le droit de refuser de partir en Israël ». (...)

    #BDS #propriété_intellectuelle #BDS
    #Maroc #Vol #Boycott_Culturel

    https://seenthis.net/messages/724880 via Loutre