• The Fake-News Fallacy | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/magazine/2017/09/04/the-fake-news-fallacy
    https://media.newyorker.com/photos/599df7de04f6416db174780a/16:9/w_1200,h_630,c_limit/170904_r30462.jpg

    Not so very long ago, it was thought that the tension between commercial pressure and the public interest would be one of the many things made obsolete by the Internet. In the mid-aughts, during the height of the Web 2.0 boom, the pundit Henry Jenkins declared that the Internet was creating a “participatory culture” where the top-down hegemony of greedy media corporations would be replaced by a horizontal network of amateur “prosumers” engaged in a wonderfully democratic exchange of information in cyberspace—an epistemic agora that would allow the whole globe to come together on a level playing field. Google, Facebook, Twitter, and the rest attained their paradoxical gatekeeper status by positioning themselves as neutral platforms that unlocked the Internet’s democratic potential by empowering users. It was on a private platform, Twitter, where pro-democracy protesters organized, and on another private platform, Google, where the knowledge of a million public libraries could be accessed for free. These companies would develop into what the tech guru Jeff Jarvis termed “radically public companies,” which operate more like public utilities than like businesses.

    But there has been a growing sense among mostly liberal-minded observers that the platforms’ championing of openness is at odds with the public interest. The image of Arab Spring activists using Twitter to challenge repressive dictators has been replaced, in the public imagination, by that of ISIS propagandists luring vulnerable Western teen-agers to Syria via YouTube videos and Facebook chats. The openness that was said to bring about a democratic revolution instead seems to have torn a hole in the social fabric. Today, online misinformation, hate speech, and propaganda are seen as the front line of a reactionary populist upsurge threatening liberal democracy. Once held back by democratic institutions, the bad stuff is now sluicing through a digital breach with the help of irresponsible tech companies. Stanching the torrent of fake news has become a trial by which the digital giants can prove their commitment to democracy. The effort has reignited a debate over the role of mass communication that goes back to the early days of radio.

    The debate around radio at the time of “The War of the Worlds” was informed by a similar fall from utopian hopes to dystopian fears. Although radio can seem like an unremarkable medium—audio wallpaper pasted over the most boring parts of your day—the historian David Goodman’s book “Radio’s Civic Ambition: American Broadcasting and Democracy in the 1930s” makes it clear that the birth of the technology brought about a communications revolution comparable to that of the Internet. For the first time, radio allowed a mass audience to experience the same thing simultaneously from the comfort of their homes. Early radio pioneers imagined that this unprecedented blurring of public and private space might become a sort of ethereal forum that would uplift the nation, from the urban slum dweller to the remote Montana rancher. John Dewey called radio “the most powerful instrument of social education the world has ever seen.” Populist reformers demanded that radio be treated as a common carrier and give airtime to anyone who paid a fee. Were this to have come about, it would have been very much like the early online-bulletin-board systems where strangers could come together and leave a message for any passing online wanderer. Instead, in the regulatory struggles of the twenties and thirties, the commercial networks won out.

    Corporate networks were supported by advertising, and what many progressives had envisaged as the ideal democratic forum began to seem more like Times Square, cluttered with ads for soap and coffee. Rather than elevating public opinion, advertisers pioneered techniques of manipulating it. Who else might be able to exploit such techniques? Many saw a link between the domestic on-air advertising boom and the rise of Fascist dictators like Hitler abroad.

    Today, when we speak about people’s relationship to the Internet, we tend to adopt the nonjudgmental language of computer science. Fake news was described as a “virus” spreading among users who have been “exposed” to online misinformation. The proposed solutions to the fake-news problem typically resemble antivirus programs: their aim is to identify and quarantine all the dangerous nonfacts throughout the Web before they can infect their prospective hosts. One venture capitalist, writing on the tech blog Venture Beat, imagined deploying artificial intelligence as a “media cop,” protecting users from malicious content. “Imagine a world where every article could be assessed based on its level of sound discourse,” he wrote. The vision here was of the news consumers of the future turning the discourse setting on their browser up to eleven and soaking in pure fact. It’s possible, though, that this approach comes with its own form of myopia. Neil Postman, writing a couple of decades ago, warned of a growing tendency to view people as computers, and a corresponding devaluation of the “singular human capacity to see things whole in all their psychic, emotional and moral dimensions.” A person does not process information the way a computer does, flipping a switch of “true” or “false.” One rarely cited Pew statistic shows that only four per cent of American Internet users trust social media “a lot,” which suggests a greater resilience against online misinformation than overheated editorials might lead us to expect. Most people seem to understand that their social-media streams represent a heady mixture of gossip, political activism, news, and entertainment. You might see this as a problem, but turning to Big Data-driven algorithms to fix it will only further entrench our reliance on code to tell us what is important about the world—which is what led to the problem in the first place. Plus, it doesn’t sound very fun.

    In recent times, Donald Trump supporters are the ones who have most effectively applied Grierson’s insight to the digital age. Young Trump enthusiasts turned Internet trolling into a potent political tool, deploying the “folk stuff” of the Web—memes, slang, the nihilistic humor of a certain subculture of Web-native gamer—to give a subversive, cyberpunk sheen to a movement that might otherwise look like a stale reactionary blend of white nationalism and anti-feminism. As crusaders against fake news push technology companies to “defend the truth,” they face a backlash from a conservative movement, retooled for the digital age, which sees claims for objectivity as a smoke screen for bias.

    For conservatives, the rise of online gatekeepers may be a blessing in disguise. Throwing the charge of “liberal media bias” against powerful institutions has always provided an energizing force for the conservative movement, as the historian Nicole Hemmer shows in her new book, “Messengers of the Right.” Instead of focussing on ideas, Hemmer focusses on the galvanizing struggle over the means of distributing those ideas. The first modern conservatives were members of the America First movement, who found their isolationist views marginalized in the lead-up to the Second World War and vowed to fight back by forming the first conservative media outlets. A “vague claim of exclusion” sharpened into a “powerful and effective ideological arrow in the conservative quiver,” Hemmer argues, through battles that conservative radio broadcasters had with the F.C.C. in the nineteen-fifties and sixties. Their main obstacle was the F.C.C.’s Fairness Doctrine, which sought to protect public discourse by requiring controversial opinions to be balanced by opposing viewpoints. Since attacks on the mid-century liberal consensus were inherently controversial, conservatives found themselves constantly in regulators’ sights. In 1961, a watershed moment occurred with the leak of a memo from labor leaders to the Kennedy Administration which suggested using the Fairness Doctrine to suppress right-wing viewpoints. To many conservatives, the memo proved the existence of the vast conspiracy they had long suspected. A fund-raising letter for a prominent conservative radio show railed against the doctrine, calling it “the most dastardly collateral attack on freedom of speech in the history of the country.” Thus was born the character of the persecuted truthteller standing up to a tyrannical government—a trope on which a billion-dollar conservative-media juggernaut has been built.

    The online tumult of the 2016 election fed into a growing suspicion of Silicon Valley’s dominance over the public sphere. Across the political spectrum, people have become less trusting of the Big Tech companies that govern most online political expression. Calls for civic responsibility on the part of Silicon Valley companies have replaced the hope that technological innovation alone might bring about a democratic revolution. Despite the focus on algorithms, A.I., filter bubbles, and Big Data, these questions are political as much as technical.

    #Démocratie #Science_information #Fake_news #Regulation

    https://seenthis.net/messages/716648 via Articles repérés par Hervé Le Crosnier


  • Engagement_atypique
    https://framablog.org/2018/06/30/engagement-atypique

    Une trajectoire hors du commun au bénéfice du bien commun : on aimerait bien qu’il y en ait beaucoup comme elle pour s’engager de façon aussi déterminée et compétente. Son parcours méritait bien une interview. Nous espérons entamer une série d’interviews … Lire la suite­­

    #Communs #Contributopia #Droits_numériques #Internet_et_société #Libertés_Numériques #Non_classé #ARCEP #Asso #Association #Bayart #FAI #Fédération #FFDN #Illyse #LGBT #Quadrature #Régulation #Télécoms


  • Régulation bancaire : la réforme est enterrée
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/121217/regulation-bancaire-la-reforme-est-enterree

    Ce devait être la dernière pierre de la régulation bancaire, censée tirer les leçons de la crise financière de 2008. Mais l’accord de Bâle IV prévoit de laisser indemnes les #banques européennes. Après l’abandon du projet de séparation des activités bancaires, ce recul signe le renoncement à toute réelle transformation des pratiques des banques.

    #Economie #BCE #Comité_de_Bâle #Commission_européenne #lobby #regulation


  • The opioid epidemic as a microcosm of a broken pharmaceutical market (PDF)
    http://harvardlpr.com/wp-content/uploads/2017/07/SarpatwariSinhaKesselheim.pdf

    In this article, we argue that non-rigorous patenting standards and ineffectual policing of both fraudulent marketing and anticompetitive actions played an important role in launching and prolonging the opioid epidemic. We further show that these regulatory issues are not unique to prescription opioids but rather are reflective of the wider pharmaceutical market.

    #brevets #drogues #pharma #opioids #régulation

    https://seenthis.net/messages/619580 via Fil


  • L’effet boomerang du sauvetage de #Banco_Popular
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/130617/l-effet-boomerang-du-sauvetage-de-banco-popular

    Pour les régulateurs européens, le sauvetage de Banco Popular était exemplaire. Deux jours plus tard, par crainte d’être à nouveau balayés, les financiers fuient les #banques jugées les plus risquées, précipitant leur déstabilisation.

    #Economie #dettes #Liberbank #régulation_bancaire


  • L’effet boomerang du sauvetage de #Banco_Popular sur les #banques espagnoles
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/130617/l-effet-boomerang-du-sauvetage-de-banco-popular-sur-les-banques-espagnoles

    Pour les régulateurs européens, le sauvetage de Banco Popular était exemplaire. Deux jours plus tard, ils réalisent que le nouveau mécanisme de sauvetage bancaire peut avoir un effet boomerang. Par crainte d’être une nouvelle fois balayés, les financiers fuient les banques jugées les plus risquées, précipitant leur déstabilisation.

    #Economie #dettes #Liberbank #régulation_bancaire


  • Dix ans après la crise, la tentation de relancer le « moteur financier » persiste
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/130617/dix-ans-apres-la-crise-la-tentation-de-relancer-le-moteur-financier-persis

    Alors que #Donald_Trump engage aux États-Unis un détricotage de la #régulation_bancaire, les Européens freinent tout durcissement des règles. Dans les deux cas, l’idée domine qu’une finance « libérée » doit soutenir la croissance. Un pari très risqué.

    #Economie #banques #Emmanuel_Macron #régulation_financière #secteur_bancaire #titrisation #zone_euro


  • #Emmanuel_Macron veut réécrire la régulation financière
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/070317/emmanuel-macron-veut-reecrire-la-regulation-financiere

    Se rangeant aux côtés des #banques et des #assurances, le candidat d’En Marche juge que les règles prudentielles sont trop contraignantes. Il souhaite à l’avenir que ce soit les ministres des #Finances et non les régulateurs qui les déterminent. Un premier pas pour effacer toutes les leçons de la #Crise financière.

    #Economie #regulation


  • Payé par #Axa, Fillon en plein conflit d’intérêts
    https://www.mediapart.fr/journal/france/100217/paye-par-axa-fillon-en-plein-conflit-dinterets

    François Fillon et #Henri_de_Castries © DR #François_Fillon a dû révéler le 6 février qu’Axa avait été client de sa société #2F_conseil. Embarrassé, le groupe d’assurances a reconnu lui avoir versé 200 000 euros entre mi-2012 et mi-2014. L’ancien premier ministre l’aurait aidé « à ouvrir des portes à Bruxelles et à Berlin » dans le cadre de la discussion concernant la directive de régulation sur les assurances. Comment justifier une telle activité avec un mandat parlementaire ? Le conflit d’intérêts est patent.

    #France #conflits_d'intérêts #Michel_Barnier #régulation_financière #trafic_d'influence


  • #François_Fillon en lobbyiste d’Axa
    https://www.mediapart.fr/journal/france/100217/francois-fillon-en-lobbyiste-d-axa

    François Fillon et #Henri_de_Castries © DR Ce pourrait être le dossier le plus épineux pour François Fillon. Il a dû révéler le 6 février qu’Axa avait été client de sa société #2F_conseil. Embarrassé, le groupe d’assurance a reconnu lui avoir versé 200 000 euros entre mi-2012 et mi-2014. L’ancien premier ministre l’aurait aidé « à ouvrir des portes à Bruxelles et à Berlin » dans le cadre de la discussion sur la directive de régulation sur les assurances. Comment justifier une telle activité avec un mandat parlementaire ? Le conflit d’intérêts est patent.

    #France #Axa #conflits_d'intérêts #Michel_Barnier #régulation_financière #trafic_d'influence


  • #Donald_Trump engage la démolition de la #régulation_financière
    https://www.mediapart.fr/journal/international/040217/donald-trump-engage-la-demolition-de-la-regulation-financiere

    Donald Trump signant le 3 février l’ordre qui remet en cause la #loi_Dodd-Frank © Maison Blanche La réglementation financière issue de la #Crise de 2008 est dans la ligne de mire de Donald Trump. Sans attendre, celui-ci a signé deux nouveaux décrets (« executive orders ») visant à démanteler toutes les maigres avancées de la loi Dodd-Frank. #Wall_Street applaudit, demandant la levée au plus vite de l’interdiction de spéculer pour compte propre.

    #International #Economie #banques #Gary_Cohn #Glass-Steagall_Act #Goldman_Sachs


  • #TPO : les dessous du business qui a gangréné le #football
    https://www.mediapart.fr/journal/international/191216/tpo-les-dessous-du-business-qui-gangrene-le-football

    Jusqu’en 2015, agents et fonds d’investissements ont pu acheter et revendre des parts de joueurs sans leur demander leur avis, alimentant une folle spéculation. Révélations sur les coulisses peu reluisantes de ce business très rentable. Il a permis à des acteurs comme #Doyen Sports de régner sur les #transferts et de dicter leur loi aux clubs.

    #International #AS_Monaco #Eliaquim_Mangala #FC_Séville #FIFA #football_leaks #Geoffrey_Kondogbia #Joshua_Guilavogui #Nelio_Lucas #regulation #tierce_propriété_de_joueurs #Twente


  • Qui contrôle l’#argent ? #Régulation et #collusions, par @cecilecarto & Dominique Plihon (octobre 2011)
    http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/crise-financiere-acteurs #st
    http://www.monde-diplomatique.fr/IMG/jpg/acteurs1.jpg

    Selon la théorie néolibérale, la galaxie financière concilierait stabilité et expansion grâce à un système de pouvoirs et contre-pouvoirs : les institutions de régulation et les banques centrales contrebalanceraient le désir de puissance enfin « libéré » des forces de l’argent. Et les acteurs publics résisteraient aux tentatives d’asservissement (ou « capture ») par les acteurs privés. Depuis 2008, nul ne l’ignore les choses se passent autrement. Car l’Etat a déréglementé les marchés, amputé les budgets des régulateurs, subordonné le financement de sa dette aux marchés ; promu les analystes financiers au rang d’oracles ; obtenu l’« indépendance » des banques centrales. Le résultat éblouit : en 2011, les responsables européens ont choisi M. Mario Draghi, ancien dirigeant de la banque d’affaires Goldman Sachs, comme gouverneur de la Banque centrale.


  • La #Deutsche_Bank, symbole des errements de la régulation, est en chute libre
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/100216/la-deutsche-bank-symbole-des-errements-de-la-regulation-est-en-chute-libre

    rts3jqd © Reuters Une vraie panique boursière est née autour de la Deutsche Bank. Autrefois révérée, la première banque européenne fait peur, en raison de son passé, de ses positions. La contagion s’étend à tout le secteur bancaire. L’occasion ratée d’une vraie #régulation_bancaire se rappelle aux bons souvenirs de tous.

    #Economie #banques #BCE


  • Le #FMI appelle la #France à une réduction « fondamentale » des #dépenses publiques
    http://www.lorientlejour.com/article/952278/le-fmi-appelle-la-france-a-une-reduction-fondamentale-des-depenses-pu

    L’institution gardienne de l’orthodoxie budgétaire préconise donc « de mettre un terme à la croissance de l’#emploi_public » en menant un examen « à tous les niveaux de l’administration » et plaide « pour un relèvement effectif de l’âge de départs à la #retraite » pour alléger le coût de l’#assurance-vieillesse. Le Fonds assure également que de « nouvelles coupes » doivent être menées dans les « transferts sociaux » assurés par les collectivités locales, dont les capacités d’#endettement doivent être davantage limitées.

    L’institution, qui alerte la France sur les risques d’une « longue période de faible #croissance », met par ailleurs la faible productivité dans le pays « en partie » sur le compte d’un manque de concurrence et d’une « #régulation excessive ». Le Fonds appelle dès lors le gouvernement à « libéraliser les professions régulées » qui n’ont pas été ouvertes à la #concurrence par la controversée loi Macron.

    « #réforme » #austérité #privé

    http://seenthis.net/messages/423444 via Kassem


  • –"États-Unis : lobbies et grandes fortunes ont-ils pris le contrôle des élections ?"
    http://www.bastamag.net/Etats-Unis-lobbies-et-grandes

    –"Les banques de Wall Street torpillent une partie de la loi Dodd-Frank"
    http://www.agefi.fr/articles/les-banques-de-wall-street-torpillent-une-partie-de-la-loi-dodd-frank-1342088.

    –"Des firmes françaises financent les climatosceptiques" (aux USA)
    http://www.bastamag.net/Des-firmes-francaises-financent

    –Luc Hermann : « Aux Etats-Unis il y a 4,6 communicants pour 1 journaliste, c’est terrifiant »
    http://www.20minutes.fr/television/1367873-20140505-20140505-luc-hermann-aux-etats-unis-46-communicants-1-jou

    –Les Etats-Unis sont un régime oligarchique, constatent des chercheurs américains, 25 avril 2014 / Elisabeth Schneiter
    http://www.reporterre.net/Les-Etats-Unis-sont-un-regime
    #Climat #Environnement #Régulation #Lobbying #Etats_Unis #Ploutocratie

    –Primaires démocrates : Clinton accusée d’avoir reçu 600.000 dollars de Goldman Sachs. Par Timothée de Rauglaudre
    http://www.latribune.fr/economie/international/primaires-democrates-clinton-accusee-d-avoir-recu-600-000-dollars-de-goldm

    -"« Vous avez perçu 600.000 dollars d’honoraires de Goldman Sachs pour des conférences ! »" ;
    –"Dénonçant un système électoral « corrompu » et un Congrès « contrôlé par l’argent », Bernie Sanders a appelé à une « révolution politique ». Le cœur de cette révolution serait une réforme du financement des campagnes électorales pour la présidentielle, réforme essentielle pour le sénateur dans l’optique de « rendre l’Amérique au peuple ». Le candidat s’est interrogé :

    « Peut-on vraiment réformer Wall Street quand cette institution vous donne des millions de contributions de campagne ? Franchement, j’en doute. »" ;
    –" les deux derniers présidents, un Républicain et un Démocrate, avaient nommé l’un comme l’autre un homme de Wall Street à la tête du Trésor américain"

    –444 millions de dollars en 17 ans : Hillary, la petite soeur des riches
    http://www.les-crises.fr/444-millions-de-dollars-en-17-ans-hillary
    http://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2016/02/hillary-sanders1.jpg

    WikiLeaks publie des discours de Clinton pour Goldman Sachs | Courrier international
    http://www.courrierinternational.com/depeche/wikileaks-publie-des-discours-de-clinton-pour-goldman-sachs.a
    #Conflits_d'intérêts #Ploutocratie #Etats-Unis

    –Et la Cour suprême américaine inventa le casino électoral, par Anne Deysine (Le Monde diplomatique, juin 2016)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2016/06/DEYSINE/55766
    http://www.monde-diplomatique.fr/IMG/arton55766.jpg

    « Le 21 janvier 2010, par cinq voix contre quatre, la Cour suprême a jugé qu’au nom de la liberté d’expression les personnes morales devaient bénéficier des mêmes droits à faire valoir leurs opinions que les personnes physiques »

    –Aux Etats-Unis, médias, pouvoir et argent achèvent leur fusion, par Robert W. McChesney & John Nichols (Le Monde diplomatique, août 2011)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2011/08/MCCHESNEY/20845

    Union forcée autour de Hillary Clinton, par John R. MacArthur (Le Monde diplomatique, août 2016)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2016/08/MACARTHUR/56067
    http://www.monde-diplomatique.fr/IMG/arton56067.jpg
    #Conflits_d'intérêts_fondations #Ploutocratie #Multinationales

    "A-t-il oublié son engagement en faveur de l’invasion de l’Irak en 2003, ses trois discours rémunérés 225 000 dollars (202 000 euros) chacun devant les banquiers de Goldman Sachs, son soutien indéfectible aux accords de libre-échange, son appui au renversement du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi ? Et que dire du conflit d’intérêts impliquant la Fondation Clinton — sorte de multinationale familiale de la philanthropie — quand Mme Clinton servait l’administration Obama ? Selon le New York Times (18 octobre 2015), des cadres de la fondation ont réussi, par un intense travail de lobbying auprès de la secrétaire d’État, à faire transférer de l’argent destiné à un programme fédéral de lutte contre le sida au Rwanda vers un de leurs programmes de formation.

    Cela sans évoquer la proximité de la candidate démocrate avec Wall Street, dont les têtes de pont financent à la fois sa campagne et sa fondation."

    "Les états de service de l’avocate Clinton lui ont ouvert les portes du conseil d’administration de la multinationale, auquel elle a siégé de 1986 à 1992, en touchant pour cela 18 000 dollars par an (soit environ 31 000 dollars actuels, en tenant compte de l’inflation). Politesse oblige, elle s’est toujours gardée d’évoquer publiquement les sujets susceptibles de fâcher la société de Bentonville, et en particulier sa politique de compression salariale. Il est pourtant très difficile d’élever des enfants en gagnant 19 427 dollars par an — le salaire moyen actuel d’un caissier de Walmart."

    " « Il n’y aura pas de retour à la loi Glass-Steagall », a tranché son conseiller économique Alan Blinder, interrogé par Reuters le 13 juillet 2015"

    Par ailleurs, à propos des candidats et de cette campagne :

    Un « milliardaire en col bleu » contre une madone de vertu, par Thomas Frank (Le Monde diplomatique, septembre 2016)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2016/09/FRANK/56195

    "Quelques jours auparavant, par exemple, plusieurs courriels piratés avaient confirmé que le Comité national démocrate, théoriquement neutre pendant les primaires, s’était bien employé à saboter la candidature de M. Sanders."

    "exemples parmi tant d’autres. Des dizaines de délégués brandissent des pancartes hostiles à l’accord de partenariat transpacifique (Trans-Pacific Partnership, TPP), en scandant : « No TPP ! » Pourtant, lors de la troisième journée de la convention, une partie d’entre eux acclament M. Barack Obama — « l’un des meilleurs présidents que nous ayons jamais eus », selon le vice-président Joe Biden —, qui n’a pas renoncé à faire du traité l’apothéose de son mandat."

    " Et, quand Mme Warren s’emploie par ailleurs à condamner M. Trump et sa volonté de « limiter les réglementations financières », elle omet de rappeler que le vrai travail de sape en la matière a été conduit deux décennies plus tôt par M. William Clinton. Celui-là même qui se fera ovationner le lendemain soir…"

    "Quant au passé de Mme Clinton, il est réécrit avec minutie (...) D’autres chapitres, pourtant bien plus consistants, comme ses années en tant qu’avocate spécialisée dans le droit des entreprises, semblent se dissoudre d’eux-mêmes. Quant aux principales réalisations présidentielles de son mari, qui naguère la rendaient si fière et auxquelles elle se flattait d’avoir largement contribué, on les passe sous silence. L’Accord de libre-échange nord-américain (Alena) disparaît du récit officiel. Parce qu’elle contredit les discours sur l’attention extrême que Mme Clinton accorderait au sort des femmes et des enfants, la suppression d’une aide fédérale aux familles monoparentales, signée par son mari en 1996, n’est pas mentionnée."

    "le vice-président Biden, estime quant à lui que les emprunts contractés par les étudiants — qui les coulent aussi sûrement que s’ils portaient une enclume autour du cou — sont en réalité là « pour éviter à papa et maman l’affront » de se voir refuser un prêt bancaire."

    Dérangements politiques, par Serge Halimi (Le Monde diplomatique, septembre 2016)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2016/09/HALIMI/56194

    « Qu’un milliardaire new-yorkais dont le programme fiscal est encore plus régressif que celui de Ronald Reagan et dont les pratiques (fabrication de ses produits au Bangladesh et en Chine, emploi de sans-papiers dans ses hôtels de luxe) contredisent la plupart de ses proclamations puisse se métamorphoser en porte-voix du ressentiment ouvrier tiendrait davantage de la gageure si le syndicalisme n’avait pas été affaibli. »

    Administration Trump : un ancien de Goldman Sachs au Trésor et un lobbyiste climato-sceptique à l’Environnement ? - Basta !
    http://www.bastamag.net/Dans-la-future-administration-Trump-un-ancien-de-Goldman-Sachs-au-Tresor-u

    « Certains secteurs comme celui des énergies fossiles (pétrole, gaz et charbon) menacé par les régulations climatiques, de la restauration rapide inquiète des campagnes pour une hausse du salaire minimal, de l’élevage industriel, ou encore des casinos et de l’immobilier, ont soutenu massivement la campagne de Trump. Celui-ci a pu compter sur le soutien de plusieurs milliardaires, ayant fait fortune dans les casinos, le pétrole ou la finance. »

    « le candidat Trump, s’il a beaucoup vitupéré contre les rémunérations des traders, a aussi promis de revenir sur la loi Dodd-Frank, adoptée en 2010 pour réguler un peu plus le secteur financier suite à la crise des subprimes. Quant à Apple, Google ou Facebook, ils pourront au moins se consoler avec la promesse du candidat Trump de faciliter le retour aux États-Unis des centaines de milliards de cash qu’ils ont accumulés dans des paradis fiscaux, en réduisant les taxes très élevées que les géants du Net auraient dû payer. »

    Les faux-semblants de la réussite économique américaine | AlterEco+ Alterecoplus
    http://www.alterecoplus.fr/les-faux-semblants-de-la-reussite-economique-americaine/00012302
    http://www.alterecoplus.fr/sites/default/files/public/styles/for_social_networks/public/field/image/obama_bilan.jpg?itok=iCxa-e90

    ExxonMobil, Goldman Sachs et compagnie : que signifie la nouvelle administration Trump ? - Observatoire des multinationales
    http://multinationales.org/ExxonMobil-Goldman-Sachs-et-compagnie-que-signifie-la-nouvelle-admi

    « Ce sont ainsi des anciens de Goldman Sachs qui auront la main sur la régulation de Wall Street, et des pétroliers qui contrôleront celle du secteur de l’énergie et la politique climatique. Mais cela ne s’arrête pas là. Le nouveau directeur de l’Agence de protection de l’environnement, Scott Pruitt, a engagé des dizaines de procédures judiciaires contre cette Agence en tant que procureur de l’Oklahoma pour défendre les intérêts de l’industrie pétrolière. Le nouveau Secrétaire au Travail, Andrew Puzder, est le dirigeant d’une chaîne de fast-foods qui a pris publiquement position contre les régulations fédérales et notamment la réforme du système de santé du président Obama. C’est aussi un opposant déterminé de la hausse du salaire minimal réclamée par une campagne de plus en plus vigoureuse aux États-Unis. La Secrétaire à l’Éducation, Betsy DeVos, est une adversaire acharnée des syndicats d’enseignants et de l’école publique en général : elle a proposé de remplacer celle-ci par un système de coupons distribués aux familles pour payer leur éducation dans des écoles privées. Le secrétaire à la Santé, Tom Price, est un opposant de longue date de l’avortement et de la contraception. Et ainsi de suite. »