#rdb

  • Revenu universel : le contre et le pour, par rienderien – Blog de Paul Jorion
    http://www.pauljorion.com/blog/2017/01/26/revenu-universel-le-contre-et-le-pour-par-rienderien

    Le revenu universel est une aubaine pour le capitalisme en vue de contenir la violences des ventres surnuméraires de la mondialisation, et de continuer à faire tourner la machine à concentrer les richesses.

    L’enfer capitaliste est pavé de bonnes intentions dévoyées, le capitalisme vert en est un bon exemple, qui pour répondre aux désirs « de naturel, de bio », par opposition à « l’industriel », vous fera bientôt payer l’eau plus cher que le coca cola.

    Mais en attendant que notre humanité constate son suicide à violer les lois de la vie, ne boudons pas le revenu universel, ce filet de sécurité qui évitera que les trottoirs des villes ne se remplissent des égarés d’un système technologique qui n’a plus besoin de bras, de jambes, et bientôt de cerveaux.

    #rdb

    https://seenthis.net/messages/564348 via Agnès Maillard


  • « De chacun (volontairement) selon ses capacités à chacun (inconditionnellement) selon ses besoins »
    http://mouvements.info/de-chacun-volontairement-selon-ses-capacites-a-chacun-inconditionnellem
    http://mouvements.info/wp-content/uploads/2017/01/Image-1-1200x630.jpg

    Ce sont donc ces deux voies très différentes mais convergentes qui m’ont conduit à l’idée d’allocation universelle : une solution au problème du #chômage qui soit écologiquement défendable, et une alternative à la vision de la gauche qui voyait dans le #socialisme l’avenir du #capitalisme. En décembre 1982, j’ai écrit une petite note avec pour titre le néologisme « l’allocation universelle » et l’ai soumise à la discussion critique de quelques collègues et amis. Lorsqu’on a une idée qu’on trouve géniale mais à laquelle personne ne semble avoir pensé, de deux choses l’une. Soit on découvre assez rapidement que l’idée soulève des difficultés décisives que l’on n’avait pas perçues, soit on découvre que d’autres personnes avaient déjà eu la même idée auparavant. Au fil du temps, j’ai effectivement découvert beaucoup d’auteurs qui, en d’autres lieux, parfois du reste fort proches, ont proposé la même idée. Ainsi, un des premiers était un certain Joseph Charlier. En 1848, alors que Marx rédigeait à Bruxelles le Manifeste du Parti communiste, Joseph Charlier achevait à quelques centaines de mètres sa Solution du problème social défendant, sous le nom de « dividende territorial », une véritable allocation universelle. Si j’ai donc découvert de nombreux précurseurs, en revanche je n’ai toujours pas découvert de problème décisif qui m’aurait conduit à abandonner l’idée. Mais j’ai lu et entendu des milliers d’objections et rapidement acquis la conviction que l’objection la plus sérieuse n’était pas de nature technique, économique ou #politique, mais de nature #éthique[2].

    Ce constat s’est imposé à moi avec évidence en 1985, alors que j’étais chargé de cours invité à l’université d’Amsterdam. C’était un moment particulièrement intéressant pour l’allocation universelle aux Pays-Bas, car une commission d’experts très respectée et mandatée par le gouvernement (le WRR ou Conseil scientifique pour la politique gouvernementale) avait publié un rapport défendant un « revenu de base partiel », c’est-à-dire une véritable allocation universelle strictement individuelle mais d’un niveau insuffisant pour pouvoir remplacer intégralement le dispositif de revenu minimum conditionnel (de type RMI) qui existait aux Pays-Bas depuis les années 1960. Vers la fin de mon semestre à Amsterdam, on m’a demandé de modérer un débat sur la question confrontant entre autres un économiste marxiste, et Bart Tromp, un professeur de sociologie qui faisait partie de la direction du parti travailliste (PvdA), le grand parti de centre gauche néerlandais. La position du marxiste était, en substance, que l’idée était géniale, mais que dans une société capitaliste elle était irréalisable en raison de rapports de force qui permettent aux capitalistes de s’opposer efficacement à ce qui ne sert pas leurs intérêts. Autant oublier donc aussi longtemps que notre société est capitaliste. De son côté, le travailliste a commencé par ironiser : « les marxistes avaient dit qu’on ne pourrait jamais avoir un système d’assurance-maladie pour les travailleurs, un système de retraites, des allocations chômage, le suffrage universel. Tout ça pour les marxistes c’était impossible, et pourtant nous, les sociaux-démocrates, nous l’avons réalisé. Il en va de même de l’allocation universelle : on pourrait la réaliser si on le voulait. Mais on ne le veut à aucun prix. Parce que le droit à un revenu doit être subordonné à la prestation d’un #travail. Certes, ceux qui voudraient travailler mais en sont incapables doivent avoir droit à une allocation. Mais attribuer un revenu à des personnes qui choisissent de ne pas travailler, c’est moralement inadmissible. »

    #RDB

    https://seenthis.net/messages/563517 via Agnès Maillard


  • Revenu universel - Sortir des faux débats | Revue du Mauss permanente
    http://www.journaldumauss.net/?Revenu-universel

    Le nom varie – allocation universelle, revenu de base, revenu garanti, revenu universel, etc. – mais l’idée gagne fortement du terrain qu’un revenu minimum devrait être versé à tous inconditionnellement – i.e. indépendamment de toute prestation de travail et de tout niveau de revenu par ailleurs – et sur une base individuelle. C’est cette inconditionnalité et cette individualisation qui font la différence de principe avec les aides sociales actuellement existantes. Les défenseurs du revenu minimum inconditionnel font valoir en sa faveur : 1°) qu’il permettrait une grande simplification du régime de l’aide sociale, devenu d’une extraordinaire complexité, difficile à gérer et coûteux pour l’administration, peu lisible et peu prévisible pour les bénéficiaires ainsi plongés dans une situation d’insécurité. 2°) qu’elle éviterait de stigmatiser ces derniers, puisque tout la monde y a droit. Le revenu minimum ne serait plus une forme d’aumône ou de don, il sortirait définitivement du registre de la charité et du paternalisme pour accéder à celui du droit et du dû.

    #RDB

    https://seenthis.net/messages/559581 via Agnès Maillard


  • L’adieu au #gagne-pain ? - La Vie des idées
    http://www.laviedesidees.fr/L-adieu-au-gagne-pain.html
    http://www.laviedesidees.fr/IMG/arton3572.jpg?1479923587

    Au delà de ces grands principes pourtant, les différents projets aujourd’hui avancés varient considérablement en fonction des objectifs qu’ils poursuivent. Alors que certains de ses promoteurs, à l’instar du Mouvement français pour un revenu de base (MFRB), assurent qu’une telle idée ne serait « ni de gauche, ni de droite » [2], d’autres estiment au contraire que le revenu de base repose sur des fondements idéologiques fortement opposés. Tandis qu’une version propose un revenu au montant élevé venant compléter le système de protection sociale existant, une autre version repose sur un revenu au montant plus faible destiné à se substituer à tout ou partie du système de protection sociale.

    #RDB

    https://seenthis.net/messages/546493 via Agnès Maillard


  • Le revenu garanti et ses faux amis, par Mona Chollet (Le Monde diplomatique, juillet 2016)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2016/07/CHOLLET/55965
    https://www.monde-diplomatique.fr/IMG/arton55965.jpg

    “Qui pense que la liberté est une valeur centrale ?” Tout le monde a levé la main. J’ai ajouté : “Maintenant, qui pense qu’elle devrait être réservée aux riches ?”

    @mona #RdB

    https://seenthis.net/messages/525962 via Agnès Maillard


  • A Canadian City Once Eliminated Poverty And Nearly Everyone Forgot About It
    http://www.huffingtonpost.ca/2014/12/23/mincome-in-dauphin-manitoba_n_6335682.html

    http://i.huffpost.com/gen/2399362/original.jpg

    [old]

    One woman called to say she remembered the Mincome project. In the early 1970s, she was a single mother raising two girls on welfare – then called Mothers’ Allowance. She said she had always been treated respectfully, but there was one thing case workers said that bothered her.

    “She said she wanted to get some job training. They told her to go home and take care of her kids and they would take care of her,” explained Forget.

    When the opportunity to transfer from Mothers’ Allowance to Mincome came along, the woman took it. With no restrictions on how she could spend the money she was given, she signed up for training and got a part-time job at the local library which eventually became a full-time career.

    “So when I talked to her, she was incredibly proud of having modelled a different kind of life for her daughters,” Forget said. The retired librarian invited Forget to visit her home. Inside, she was shown pictures from her two girls’ graduations, mother beaming with pride.

    #revenu_de_base #rdb #Canada

    http://seenthis.net/messages/485772 via Mona


  • Travailler pour avoir un #revenu, ou bien avoir un revenu pour travailler ? - The Dissident - The Dissident
    http://the-dissident.eu/10535/travail-pour-revenu-ou-revenu-pour-travail
    http://the-dissident.eu/wp-content/uploads/2016/05/revenu-de-base-150x150.jpg

    S’il fallait décrire le principe du revenu de base en une phrase, nous pourrions dire qu’il s’agit d’un revenu versé à chaque individu de la communauté le mettant en place, de manière régulière, universelle et inconditionnelle. Sur le papier, le revenu de base est plutôt déconcertant de simplicité et semble un concept descendu tout droit du royaume des utopies. La réalité est en fait plus complexe que cela. S’il est vrai que le revenu de base à des faux airs d’utopie, c’est qu’il questionne les liens de causalité et de dépendance entre trois grands concepts sur lesquels repose en partie notre contrat social et qui façonnent nos sociétés, à savoir le #travail, la #valeur et le revenu. Ces liens, bien que considérés comme immuables dans la vie quotidienne, peuvent être repensés sur le plus long terme. C’est ce que la réflexion sur le revenu de base invite à faire. Avant de discuter du revenu de base, nous allons donc parler de ces trois notions qui se trouvent au cœur de cette réflexion.

    #RdB

    http://seenthis.net/messages/485019 via Agnès Maillard


  • La Finlande envisage le lancement d’un revenu universel de 800 euros mensuels | EurActiv.fr
    http://www.euractiv.fr/sections/emploi-et-croissance/la-finlande-envisage-le-lancement-dun-revenu-universel-de-800-euros
    http://www.euractiv.fr/sites/default/files/25262889_944748179e_b.jpg
    Cela pose des questions : est-il individuel et absolument sans condition ? Comme la condition d’âge : est-il réservé aux actifs ?

    Le principe du revenu de base repose sur l’aspect généralisé et inconditionnel de ce versement. Il doit également se substituer à toute autre forme de transfert social conditionné ou non, comme l’assurance chômage ou les allocations familiales. L’idée qui préside à ce revenu de base est que les demandeurs d’emploi seront davantage motivés pour chercher des emplois. Les détracteurs du revenu de base y voient un « encouragement à la paresse », mais ce pourrait aussi être un moyen pour beaucoup de reprendre des études et, donc, de changer plus aisément d’emploi.

    #RDB #revenu_de_base #revenu_universel

    http://seenthis.net/messages/438491 via Agnès Maillard


  • Heureux sans travailler - Ration
    http://www.liberation.fr/cahier-ete-2015/2015/08/13/heureux-sans-travailler_1363034

    Pour des raisons diverses mais de leur plein gré, ils et elles ont cessé de travailler et le vivent très bien. Leurs proches, pas toujours, tant la valeur travail reste l’alpha et l’oméga par lequel on juge de l’activité d’une personne.

    « Je ne veux pas faire des trucs qui me font chier. » Camille - il a préféré donner ce prénom cher aux zadistes - ne travaille pas. Ou si peu : un ou deux mois par an, depuis qu’il a décroché son bac à Nancy en 2005. « Je pourrais vivre seulement du #RSA, mais faire les vendanges me permet d’acheter des BD et des cadeaux », précise-t-il. Hervé, la petite quarantaine, a démissionné de son poste d’entraîneur sportif il y a trois ans pour devenir homme au foyer. Les revenus de sa femme suffisent pour faire vivre la famille. Lui se consacre désormais à ce qu’il remettait jusqu’alors à plus tard, mais surtout il peut voir grandir ses enfants. Etre libre de son temps, c’est aussi ce qui a amené Lætitia, bricoleuse heureuse tout juste trentenaire, à troquer son #CDI dans un centre social contre une vie nomade à bord de son camion.

    « PARASITE SOCIAL »

    « Inactifs » au sens conventionnel (ils ne sont ni en emploi ni au chômage), Camille, Hervé ou Lætitia sont pourtant loin d’être inaptes. Encore moins désœuvrés. Ils ont simplement opté pour un mode de vie qui leur convient, sans chiffre d’affaires ni fiche de paie. « Il y a 50 000 choses que j’ai envie de faire », lâche Camille, qui partage ses journées entre le militantisme, la lecture et les coups de main aux copains. « Je manque de temps pour ne rien faire, et je ne prends jamais de vacances », sourit de son côté Simon, qui vit son quart de siècle dans l’engagement activiste. Tous affirment ne pas regretter leur choix : un emploi, non merci.

    À propos du #refus_du_travail

    Le salaire , extrait de Nous voulons tout, Nanni Ballestrini, 1971
    https://infokiosques.net/lire.php?id_article=633

    Les ouvriers contre l’état - refus du travail , Matériaux pour l’intervention, 1973 (intro en français à l’#opéraïsme, avec du #Mario_Tronti )
    http://archivesautonomies.org/spip.php?rubrique291

    Le refus du travail - L’orda d’oro (extrait), 1988-1997
    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=7112

    Le salaire comme variable indépendante , Paolo Virno, 1988
    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=5301

    Un point de vue compliqué par l’absorption du #temps de vie par le temps de #travail, au delà de l’#emploi...
    Beaucoup d’argent parce que je suis nombreux , 2003
    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=4439

    avant le pacifique #RdB, la #lutte_de_classe.

    http://seenthis.net/messages/398748 via colporteur


  • Revenu universel et 50 ans de la sécu
    http://blogs.mediapart.fr/blog/danielle-simonnet/300715/revenu-universel-et-50-ans-de-la-secu

    La Finlande prévoit d’instaurer un revenu universel. Premier pays à s’engager dans cette voie, prenons donc le temps de creuser cette idée, loin d’être si nouvelle que cela, qu’on la nomme « Revenu universel », « Revenu de base », « Revenu minimum garanti », « Revenu inconditionnel », « Dotation inconditionnel d’autonomie », ou bien « Caisse de solidarité productive », « Salaire socialisé » etc.

    C’est en soit une idée révolutionnaire à soutenir, mais soyons également conscients que pour les libéraux, son exploitation et sa déformation peuvent constituer une arme pour déconstruire un acquis essentiel du Conseil National de la Résistance : notre système de protection sociale.

    ...

    Les ordonnances de 1945 ont constitué une avancée très importante, même si elles sont incomplètes, en matière de protection sociale. Le budget de cette énorme caisse de solidarité à laquelle cotisent salariés et employeurs, est supérieur au budget de l’Etat. Un beau sujet de convoitise pour les libéraux que cette masse qui échappe (encore !) à la logique libérale.

    ...

    Les ultra libéraux qui défendent le revenu universel ne soutiennent aucunement ces avancées possibles, urgentes, nécessaires, pour les retraités, les jeunes en formation ou relatives au RSA. Normal. N’oublions pas qu’à chaque assaut des libéraux de tout poil contre les « charges patronales », se tapit la volonté non seulement de baisser « le coût du travail » au profit d’une meilleur rémunération du capital, mais aussi la volonté de privatiser les hôpitaux financés par cette caisse, d’imposer les assurances (secteur bien lucratif pour le capital) en substitution à la Sécu, les retraites par capitalisation contre le système par répartition au profit des fonds de pension…

    #rdb #sécu

    http://seenthis.net/messages/394544 via odilon


  • Rémunération des #auteurs en chute libre : la solution est-elle politique ? - Rue89 - L’Obs
    http://rue89.nouvelobs.com/rue89-culture/2015/07/21/remuneration-auteurs-chute-libre-solution-est-politique-260372
    http://rue89.nouvelobs.com/sites/news/files/article/thumbnail_square/2015/07/remuneration-auteurs.jpg

    C’est pourquoi, explique l’auteur, il faut penser cette question de façon politique. Car le problème n’est pas celui des artistes qui ne peuvent payer leur loyer mais celui de la place de l’#art dans la #société.

    Si on laisse décliner les revenus des artistes jusqu’au point où de moins en moins de gens choisiront cette carrière, on laissera de fait l’art aux mains des plus aisés.

    Que faut-il faire ? Plutôt que d’appeler à l’extension du droit d’auteur, Miranda Campbell, s’appuyant sur les travaux de plusieurs critiques, en appelle à l’intervention de l’Etat :

    financer des institutions publiques tels des espaces de travail partagé ou des logements à prix modérés ;
    protéger les petits lieux qui prennent des risques et exposent des auteurs inconnus ;
    réfléchir au revenu de base universel, qui permettrait à tous les volontaires de s’investir dans des projets non lucratifs, artistiques ou autres.

    #RdB

    http://seenthis.net/messages/391512 via Agnès Maillard