• (4) A Cannes, des caméras scrutent les habitants non masqués - Libération
    https://www.liberation.fr/france/2020/04/29/a-cannes-des-cameras-scrutent-les-habitants-non-masques_1786737
    https://medias.liberation.fr/photo/1310267-afp_1qs0i0jpg.jpg?modified_at=1588148101&picto=fb&ratio_x=191&ratio_y=100&width=1080

    La ville des Alpes-Maritimes a mis en place un système de vidéosurveillance en prévision d’une obligation du port de masque. Une décision qui ne fait pas l’unanimité.

    A Cannes, des caméras scrutent les habitants non masqués

    Le marché Forville de Cannes n’est plus ouvert aux quatre vents. Pour entrer sous la halle, Didier et Jules devaient déjà se plier à la prise de température et au lavage des mains. Depuis le 23 avril, et sans qu’ils ne le sachent, ces deux Cannois ont été soumis à un autre contrôle : leurs visages sont passés à la moulinette d’un algorithme. La ville de Cannes vient de se doter d’un détecteur de masques intégré aux caméras de ce marché provençal. « Ils sont tombés sur la tête. On se croirait dans un film, raillent Didier et Jules. Ils feraient mieux de mettre l’argent pour ouvrir des lits à l’hôpital et trouver un médicament plutôt que de nous surveiller. » Les deux amis ne portent pas de masques. Ils font partie des 26 % de Cannois, selon les nouvelles statistiques de la ville, qui ne se protègent pas pour faire leurs emplettes.
    Masques gratuits et rues désinfectées

    « Cet algorithme permet de détecter les personnes qui portent ou non un masque dans l’espace public à l’aide de petites caméras et de mini ordinateurs qui traitent les images en local », détaille la mairie dans un communiqué diffusé trois jours après l’installation du matériel. Développée par la start-up française Datakalab, cette technologie transforme les images en données. Son PDG Xavier Fischer les reçoit sur son ordinateur. A gauche de l’écran, un graphique matérialise la fréquentation. A droite, un autre indique la part de Cannois masqués. « Pour la journée du 26 avril, on voit que 87 % des personnes portaient le masque à 8 h 45. Ça baisse très régulièrement au cours de la matinée, pointe Xavier Fischer. Plus il est tôt, plus le port du masque est respecté. »

    Ces informations intéressent la ville de Cannes qui s’est offert l’expérimentation contre un chèque de 9 000 euros. « On se base sur des mathématiques pour anticiper le déconfinement, explique la cheffe de cabinet adjoint de la commune, Sophie Mouysset. Si le masque devient obligatoire, et que le gouvernement nous donne les moyens, à un moment donné il faudra faire de la répression pour appliquer ce principe. » Pour l’instant, « un SMS ou un email est envoyé aux employés municipaux chargés de la sécurité du lieu » et « les équipes peuvent aller au-devant des Cannois pour une action pédagogique ». C’est qu’à Cannes, les masques sont gratuits : le maire LR David Lisnard en a déjà distribué 100 000. Il s’est aussi engagé à désinfecter les rues, parfois à l’aide de drones. Des mesures qui « rassurent » Isabelle, maraîchère sous la halle : « Ces mesures ne me dérangent pas. On ne va pas s’empêcher de vivre, estime-t-elle. Quand on n’a rien à se reprocher, ça ne devrait pas poser de problème d’être filmé. »
    « Atteinte à nos droits »

    Trois marchés sont déjà équipés. Dès jeudi, l’algorithme montera à bord des bus. « La détection, avec l’individualisation du port du masque, est déjà une atteinte à nos droits. Ça fait partie de toutes ces nouvelles technologies déployées et légitimées par la crise, pointe Martin Drago, juriste pour la Quadrature du net. Il faut bien distinguer deux craintes : la première c’est l’atteinte à nos droits maintenant, le seconde c’est la question de la banalisation. »

    A lire aussiLa justice valide le couvre-feu des quartiers populaires de Nice

    Xavier Fischer répète inlassablement le même discours : il éloigne toute association d’idées entre sa technologie et la reconnaissance faciale : « Oui, on passe par la caméra, mais on met tous les garde-fous pour être certains de ne pas conserver d’images, insiste-t-il. On a automatisé le boîtier de comptage : on envoie des lignes de data avec le nombre de personnes, le nombre de masques et les heures. Cette analyse d’images respecte le RGPD [règlement général sur la protection des données, ndlr]. » Datakalab a été créé il y a trois ans pour développer le comptage dans les centres-commerciaux, les duty-free ou les hôpitaux. La start-up et son intelligence artificielle sont capables de faire des statistiques par tranche d’âges, par sexe ou par niveau de satisfaction grâce au sourire. En fin de semaine, Datakalab testera à Cannes l’analyse de la distanciation sociale entre les individus.

    Sur le boîtier de la caméra du marché Forville figure un petit écriteau : « Vous pouvez vous opposer au traitement en faisant un signe "non" de la tête. » Trop tard pour Didier et Jules. Ils sont passés sous l’objectif sans même se rendre compte qu’ils étaient filmés. Ils entreront dans les statistiques des mauvais élèves : les non-porteurs de masques.

    #Surveillance #Reconnaissance_faciale #Géolocalisation #After

    https://seenthis.net/messages/848960 via Articles repérés par Hervé Le Crosnier


  • Coronavirus. 100 000 caméras surveillent les confinés à Moscou… Et tous les autres

    Le #confinement a été décidé en Russie pour les personnes qui reviennent de pays touchés par la pandémie de #coronavirus. 200 personnes ont été contrôlées en train d’enfreindre cette règle dans la capitale moscovite grâce au système de vidéosurveillance. Au grand dam de l’opposition.

    À Moscou, la #reconnaissance_faciale est devenue un outil clé de la stratégie anti-coronavirus, un test grandeur nature pour cette #technologie controversée, ses détracteurs dénonçant de longue date le risque d’un usage à des fins politiques.

    Depuis février, des milliers de Moscovites, en particulier ceux revenus de pays touchés par le #Covid-19, sont soumis à un régime de confinement strict à domicile de 14 jours pour empêcher la maladie de se propager.

    La reconnaissance faciale pour surveiller les confinés

    Tous sont catalogués avec leurs adresses, la copie de leurs passeports et leurs numéros de téléphone dans une base de données de cette mégalopole aux 16 millions d’habitants et visiteurs quotidiens.

    Et chacun est informé qu’une infraction au régime d’isolement est passible d’amendes voire de prison et d’expulsion pour les ressortissants étrangers.

    "Le respect de ce régime fait l’objet d’une surveillance permanente, notamment via le système de reconnaissance faciale", a mis en garde le maire de Moscou Sergueï Sobianine sur son blog.

    La puissance du système repose sur un maillage très serré. Pas un couloir de métro, pas une rue n’échappe aujourd’hui aux 170 000 caméras déployées peu à peu depuis une décennie au nom de l’ordre public. Quelque 100 000 d’entre elles sont reliées à l’intelligence artificielle capable d’identifier les personnes filmées et les 70 000 restantes doivent suivre sous peu.

    200 personnes identifiées pour avoir enfreint la quarantaine

    La police de Moscou a dit avoir identifié depuis février près de 200 personnes ayant enfreint leur quarantaine, grâce à cette surveillance.

    La Russie a aussi lancé d’autres technologies au service de la lutte contre le coronavirus, allant de la télémédecine à la surveillance des étalages de supermarchés et des réseaux sociaux pour contrer les rumeurs et "fausses informations".

    Le président Vladimir Poutine a lui-même visité mardi le nouveau centre de vigilance face à l’épidémie de coronavirus en Russie.

    Selon Sergueï Sobianine, ce pôle dispose des coordonnées et lieux de travail de 95 % des personnes ayant voyagé dans les pays les plus touchés par la pandémie. "Nous avons identifié où ils sont", s’est-il félicité.

    Dès février, le maire vantait l’efficacité redoutable de ce contrôle en prenant l’exemple d’une Chinoise sortie indûment de sa quarantaine, d’une amie lui ayant rendu visite et du chauffeur de taxi de cette dernière. Les autorités ont collecté au passage les données personnelles des 600 voisins des deux jeunes femmes.

    Selon le maire, les caméras sont aussi utilisées pour surveiller l’approvisionnement des étals des supermarchés, afin d’éviter les pénuries alors que de nombreux Moscovites, inquiets face à l’épidémie, se sont précipités cette semaine pour faire des stocks.

    Une technologie qui s’exporte

    Cette vidéosurveillance renforcée par la reconnaissance faciale avait été testée pour la première fois durant l’été 2018 lors de la Coupe du monde de football, avant d’être généralisée en janvier 2020. Juste avant l’épidémie.

    "La probabilité d’une erreur de notre algorithme dans la reconnaissance des visages est de 1 sur 15 millions", expliquait en début d’année Alexandre Minine, directeur général de la société russe NtechLab qui a gagné l’appel d’offres de la mairie de Moscou.

    Son dispositif, qui est aussi exporté en Chine, premier marché mondial, et en Amérique latine, est même capable d’identifier les personnes par leur seule silhouette dans "80 % des cas".

    Les technologies de surveillance russes et chinoises, les plus sophistiquées au monde, sont déjà exportées dans une centaine de pays, relève Valentin Weber, un expert de la cybersécurité à l’Université d’Oxford, dans une étude publiée fin 2019.

    "En raison des lois plus strictes sur la protection des données personnelles, en Europe la reconnaissance faciale n’a pas été déployée à grande échelle. Les groupes russes et chinois avaient moins de restrictions juridiques pour collecter et utiliser les données personnelles que leurs collègues européens", explique Valentin Weber.

    Risque de « Big Brother »

    Avant la crise du coronavirus, experts et opposants ont ainsi mis en garde contre ce "Big Brother" et le risque que sous couvert d’une mission d’intérêt général, il soit aussi utilisé pour surveiller les adversaires politiques et restreindre les libertés publiques.

    "C’est l’argument sécuritaire qui vient toujours justifier une perte de vie privée et de liberté personnelle. C’est là où est le plus grand problème et le plus grand danger", souligne le chercheur français en cybersécurité Baptiste Robert.

    Alexandre Minine dit faire confiance aux autorités et affirme que les images les "informations sur les personnes (passeport, nom et prénom, numéro de téléphone) ne sont pas conservées dans les mêmes bases de données".

    Selon lui, ces données ne sont croisées qu’en cas de nécessité, en conformité avec une procédure stricte confiée aux forces de l’ordre.

    Du côté des détracteurs du système, on se montre autrement plus méfiant. D’autant que la surveillance à des fins politiques n’est pas chose nouvelle pour bien des Russes : à l’époque soviétique, le KGB avait la réputation d’avoir des yeux et des oreilles partout.

    Surveillance d’État ?

    Aliona Popova, juriste et activiste, a déposé une plainte pour dénoncer le recours à Moscou du système de reconnaissance faciale à l’occasion, le 29 septembre, d’une manifestation d’opposition autorisée par les pouvoirs publics.

    Selon elle, des caméras avaient été fixées aux portiques détecteurs de métaux par lesquels chaque manifestant était obligé de passer pour rejoindre la zone de rassemblement.

    "L’utilisation massive des technologies de reconnaissance faciale, c’est de la surveillance de l’État visant ses citoyens. Et c’est certain que l’État va l’utiliser contre les opposants politiques", a-t-elle estimé.

    Sa plainte a finalement été rejetée, mais sa pétition contre la reconnaissance faciale sur le site change.org avait recueilli près de 75 000 signatures avant la crise du Covid-19. La mairie dément tout usage machiavélique à des fins de fichage des opposants.

    Des activistes se peignent le visage avec des formes géométriques

    En février, un groupe d’activistes artistiques a tenté de sensibiliser sur le sujet avec une nouvelle forme de protestation.

    Inspirés par une action du "Dazzle Club" à Londres où la reconnaissance faciale a été lancée en début d’année dans des espaces géographiques précis, quatre militants se sont peint des formes géométriques sur le visage devant l’administration présidentielle russe, un maquillage censé les rendre non identifiables par les caméras.

    ""Il y a déjà eu des cas d’activistes politiques interpellés dans le métro, identifiés à l’aide des caméras", accusait alors la peintre Katrin Nenacheva. Les quatre activistes ont été interpellés lors de leur action, puis jugés et condamnés à des amendes de 15 000 roubles (173 €) pour infractions à la réglementation des manifestations.

    Le directeur général de la société NtechLab relève la futilité de ce mode de protestation. "Nous pouvons travailler même lorsque 40 % du visage est recouvert par une casquette ou un masque médical", explique-t-il.

    S’évader de sa quarantaine le visage couvert ne protège pas de l’œil de Moscou.

    https://www.ouest-france.fr/europe/russie/coronavirus-100-000-cameras-surveillent-les-confines-moscou-et-tous-les
    #vidéosurveillance #Russie #Moscou
    ping @etraces

    https://seenthis.net/messages/834188 via CDB_77



  • Facial Recognition Tech Is Growing Stronger, Thanks to Your Face - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/07/13/technology/databases-faces-facial-recognition-technology.html
    https://static01.nyt.com/images/2019/07/11/business/00facedatabase2/00facedatabase2-facebookJumbo.jpg

    Dozens of databases of people’s faces are being compiled without their knowledge by companies and researchers, with many of the images then being shared around the world, in what has become a vast ecosystem fueling the spread of facial recognition technology.

    #reconnaissance_faciale #Google #Stanford #Microsoft #facebook #données

    https://seenthis.net/messages/792550 via odilon


  • Nouvelles #caméras et système de #reconnaissance_faciale à la frontière entre le #Maroc et #Ceuta

    Le système de sécurité à la frontière entre le Maroc et Ceuta se modernise. De nouvelles caméras de surveillance ont été installées dans l’enclave espagnole et un système de reconnaissance faciale devrait bientôt être mis en place, bien qu’aucune date de mise en route n’ait été communiquée par l’Espagne.

    Le ministère espagnol de l’Intérieur a ainsi récemment mis à jour le système de surveillance vidéo dans tout le périmètre de la frontière de Ceuta. 41 caméras #DOMOS et 11 caméras fixes ont été remplacées et 14 nouvelles #caméras_techniques et une plateforme plus moderne de contrôle du système de #vidéosurveillance ont été installées, rapporte El Confidencial (https://www.elconfidencial.com/espana/andalucia/2019-06-09/frontera-ceuta-marruecos-concertinas_2061042). La plupart des caméras dataient du milieu des années 90 et étaient déjà obsolètes, souligne le quotidien espagnol.

    L’une des autres mesures phares annoncées par l’Intérieur est le système de reconnaissance faciale qui sera lancé non seulement à la frontière entre Ceuta et le Maroc, mais également à Melilla, rappelle la même source. L’objectif est de réduire les temps de contrôle aux frontières et d’accroître la sécurité là où des milliers de personnes passent chaque jour.

    Pour la déléguée du gouvernement de Ceuta, Salvadora Mateos, il s’agit de créer une véritable “frontière intelligente”, indique Ceuta TV, à même de “relever les défis du XXIe siècle”, à savoir la hausse de l’immigration illégale.

    Le ministre espagnol de l’Intérieur Fernando Grande Marlaska avait également annoncé en février que les lames et fils barbelés installés en haut de la barrière frontalière (les “concertinas”) seraient bientôt enlevés et la barrière rehaussée.

    Des mesures qui ne sont toujours pas effectives alors que du côté marocain, de nouvelles lames ont été installées pour rendre plus difficile l’accès des migrants à la partie espagnole du périmètre, souligne Ceuta TV.

    “Cela fait partie d’un projet de renforcement des dispositifs marocains en Méditerranée sur 1.000 kilomètres. C’est le résultat d’une analyse qui a débuté en 2016, lorsque nous avions identifié certaines améliorations et que nous les intégrons maintenant”, a déclaré le directeur de l’immigration et de la surveillance des frontières du ministère marocain de l’Intérieur, Khalid Zerouali, rapporte El Confidencial.

    Selon le journal, le ministère espagnol de l’Intérieur attend la fin de l’installation de ces “concertinas” du côté marocain pour enlever celles du côté espagnol.

    https://www.huffpostmaghreb.com/entry/nouvelles-cameras-et-systeme-de-reconnaissance-faciale-a-la-frontie
    #Espagne #frontières #militarisation_des_frontières #surveillance #asile #migrations #réfugiés

    https://seenthis.net/messages/786558 via CDB_77


  • #données biométriques : des risques de sécurité
    https://framablog.org/2019/09/08/donnees-biometriques-des-risques-de-securite

    Rien de ce qui constitue notre vie numérique n’est totalement dépourvu de #failles, pas une semaine ne se passe sans qu’un #piratage massif ne soit révélé. C’est par millions que nos données d’internautes sont exposées, y compris et peut-être surtout … Lire la suite­­

    #Droits_numériques #Internet_et_société #biométrie #biostar2 #fuite #Reconnaissance_faciale #Securite #suprema


  • #Reconnaissance_faciale : la #CNIL tique sur le bilan de l’expérience niçoise

    Pour la mairie de Nice, le test de la reconnaissance faciale mené en février est très satisfaisant. Mais le gendarme de la vie privée dit manquer de détails pour un véritable diagnostic.

    https://img.lemde.fr/2019/08/28/0/0/2162/1560/688/0/60/0/4be08c4_7rF_JUSLxoDdezjvY9-_e1nh.jpg
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2019/08/28/reconnaissance-faciale-la-cnil-tique-sur-le-bilan-de-l-experience-nicoise_55
    #Nice #surveillance #France
    ping @etraces

    https://seenthis.net/messages/800434 via CDB_77


  • Facial recognition technology scrapped at #King's_Cross site

    #Surveillance software switched off at prestigious development after backlash.

    Facial recognition technology will not be deployed at the King’s Cross development in the future, following a backlash prompted by the site owner’s admission last month that the software had been used in its #CCTV systems.

    The developer behind the prestigious central London site said the surveillance software had been used between May 2016 and March 2018 in two cameras on a busy pedestrian street running through its heart.

    It said it had abandoned plans for a wider deployment across the 67-acre, 50-building site and had “no plans to reintroduce any form of facial recognition technology at the King’s Cross Estate”.

    The site became embroiled in the debate about the ethics of facial recognition three weeks ago after releasing a short statement saying its cameras “use a number of detection and tracking methods, including facial recognition”.

    That made it one of the first landowners to acknowledge it was deploying the software, described by human rights groups as authoritarian, partly because it captures and analyses images of people without their consent.

    Despite a series of questions about the scheme from the Information Commissioner’s Office, the London mayor, Sadiq Khan, and expert academics, King’s Cross had offered no further comment until Monday.

    Daragh Murray, a senior lecturer in human rights law at the University of Essex, said it was reassuring that the developer had abandoned the technology “in the light of the public outcry”, but he added: “This also serves to highlight the lack of transparency. We still don’t really know what they were doing with the technology and how they were able to get away with using it for so long without the public knowing.”

    Cameras using the software have been used by police forces and landlords to scan faces in streets, shopping centres, football stadiums and events such as the Notting Hill carnival. Images harvested can then be compared to a database of persons of interest.

    The use of facial recognition software by police in south Wales is being challenged in the courts by an office worker in Cardiff in a test case backed by the Liberty campaign group. The result is keenly anticipated by regulators and across the industry.

    A trial of facial recognition software last year at the Trafford Centre in Greater Manchester was halted because visitors were being checked against a set of 30 suspects and missing persons provided by the police. Concerns were raised that the trial monitored too many ordinary people.

    The technology’s accuracy is also unproven. Researchers at the University of Essex were invited by the Metropolitan police to study the force’s trials of its facial recognition software and concluded that it could be sure the right person had been identified in only 19% of the 42 cases studied.

    On Monday, King’s Cross argued that the use of facial recognition software was more limited than its initial statement may have suggested. The two cameras, operational between 2016 and 2018, were sited on the busy King’s Boulevard, used by pedestrians and cyclists.

    They were used to help the police in detecting crime and “ultimately to help ensure public safety”, its statement said. Any data processed was regularly deleted and the final deletion took place in March 2018, it added.

    However, the developer appeared to hold out the possibility of using the technology in the future, saying “we note the broad debate now under way” and adding that its pledge not to reintroduce facial recognition technology applied “in the meantime”.

    King’s Cross is owned by a consortium of property developer Argent, Hermes Investment Management on behalf of BT Pensioners, and the Australian pension scheme AustralianSuper.

    The site, mostly to the north of the mainline railway station, includes the headquarters of Google and the Central Saint Martins art school. The Guardian is sited on the fringe of the development.

    https://www.theguardian.com/technology/2019/sep/02/facial-recognition-technology-scrapped-at-kings-cross-development

    #réconnaissance_faciale

    ping @etraces

    https://seenthis.net/messages/799826 via CDB_77


  • La généralisation de la #reconnaissance_faciale est-elle inévitable ?
    http://www.internetactu.net/a-lire-ailleurs/la-generalisation-de-la-reconnaissance-faciale-est-elle-inevitable

    Le philosophe Evan Selinger (@evanselinger, auteur de Re-Engineering Humanity) et le professeur de droit Woodrow Hartzog (@hartzog, auteur de Privacy’s Blueprint : The Battle to Control the Design of New Technologies) signent pour OneZero une intéressante tribune sur la nécessité de réguler la reconnaissance faciale. Il y a peu, l’AI Now (...)

    #A_lire_ailleurs #Enjeux #liberté #surveillance #vidéosurveillance

    https://seenthis.net/messages/766801 via InternetActu [RSS]



  • #Cybersécurité, #Reconnaissance_faciale et #Réseaux_Sociaux :
    Social Mapper, quand la reconnaissance faciale devient trop accessible… voire un danger
    https://www.presse-citron.net/social-mapper-quand-la-reconnaissance-faciale-devient-trop-accessible

    Ce petit logiciel permet en effet de faire du tracking à travers différents réseaux sociaux. LinkedIn, Facebook, Twitter, Instagram…peu ou prou tous les réseaux sociaux sont au menu. Il suffit d’un nom et d’une photo. Ce petit logiciel permet de retrouver n’importe qui sur les différentes plateformes de façon automatique.

    Ce logiciel est en open-source, sous licence gratuite, il est disponible sur GitHub sans aucune limitation ou presque quant à son usage. Ce sont les chercheurs de Trustedwave SpiderLabs qui l’ont mis en ligne. L’idée est bien sûr d’aider les chercheurs en sécurité.

    Complément : Un outil de reconnaissance faciale traque les profils sur les réseaux sociaux
    https://siecledigital.fr/2018/08/09/un-outil-de-reconnaissance-faciale-traque-les-profils-sur-les-reseaux-
    https://sd-cdn.fr/wp-content/uploads/2018/08/outil-de-reconnaissance-faciale-770x515.png

    Sur son blog officiel, #Trustwave a déclaré : « Et si cela pouvait être automatisé et réalisé à grande échelle avec des centaines ou des milliers de personnes ? »

    https://seenthis.net/messages/713954 via ¿’ ValK.


  • Derrière l’application de Google qui trouve votre sosie artistique, du digital labor (gratuit) pour entraîner son IA de reconnaissance faciale http://www.rtl.fr/actu/futur/l-application-de-google-qui-trouve-votre-sosie-artistique-souleve-des-inquietude
    http://media.rtl.fr/online/image/2018/0117/7791879937_l-application-google-arts-culture-est-en-tete-des-telechargements-aux-etats-unis-grace-a-son-outil-de-reconnaissance-faciale.JPG

    (Le seul article un peu critique que j’ai trouvé provient donc de rtl.fr)

    La dernière version de l’application Google Arts & Culture est l’une des plus populaires du moment aux États-Unis. La raison ? L’ajout d’une fonctionnalité permettant aux utilisateurs de découvrir quel est leur sosie artistique. Intitulée "Is your portrait in a museum ?" ("Votre portrait se trouve-t-il dans un musée ?"), elle propose de comparer un selfie à des portraits célèbres réalisés par des peintres de renom.

    L’expérience repose sur la technologie de reconnaissance faciale Face Net. Développée par #Google, elle scanne la photo envoyée par l’utilisateur pour créer une empreinte numérique de son #visage et la comparer aux 70.000 œuvres de sa base de données. Une fois les correspondances trouvées, les résultats les plus pertinents sont affichés avec leur pourcentage de ressemblance.

    Cette fonction a largement emballé les internautes américains. Depuis sa mise à jour mi-décembre, #Google_Arts_&_Culture truste les premières places des applications les plus téléchargées aux États-Unis sur l’App Store d’Apple et le Play Store de Google. Disponible uniquement outre-Atlantique, elle fait l’objet d’une expérimentation par Google.

    (…) Devant la popularité de l’application, certaines voix se sont élevées aux États-Unis pour mettre en garde le public contre le véritable objectif poursuivi par Google. "Le stagiaire de Google qui a inventé cette application pour tromper les utilisateurs en les incitant à envoyer des images pour remplir sa base de données de reconnaissance faciale a certainement eu une promotion", a observé sur Twitter l’analyste politique, Yousef Munayyer. "Personne ne s’inquiète d’abandonner les données de son visage à Google ou vous estimez tous que c’est déjà le cas ?", s’est aussi émue l’actrice et activiste américaine, Alyssa Milano.

    Google propose régulièrement des outils ludiques et gratuits aux internautes pour faire la démonstration de ses progrès dans l’intelligence artificielle. Ces programmes permettent aussi à l’entreprise américaine de mettre ses réseaux de neurones artificiels à l’épreuve de neurones humains afin de les perfectionner à peu de frais. Les programmes Quick Draw ! et AutoDraw visaient notamment à améliorer la #reconnaissance_visuelle de ses algorithmes. La société utilise aussi la reconnaissance des caractères des #Captcha pour aider ses robots à déchiffrer les pages de livres mal conservés sur Google Book et les indexer par la suite à son moteur de recherche.

    (…)

    Interrogé par plusieurs médias américains sur la portée réelle de son application « Arts & Culture », Google se veut rassurant. Selon la firme américaine, les photos téléchargées par les utilisateurs ne sont pas utilisées à d’autres fins et sont effacées une fois trouvées les correspondances avec des œuvres d’art. La dernière expérience du géant américain illustre à nouveau les craintes suscitées par les progrès rapides de l’#intelligence_artificielle et plus particulièrement de la #reconnaissance_faciale, dont les applications ont pris une place grandissante dans nos vies ces derniers mois.

    Apple a fait entrer cette technologie dans la vie de millions d’utilisateurs cet automne en intégrant le dispositif #Face_ID à l’iPhone X pour déverrouiller l’appareil d’un simple regard. Dans le sillage de la pomme, un grand nombre de constructeurs travaille à généraliser ce système sur des smartphones à moindre prix. Facebook a recours à la reconnaissance faciale depuis décembre pour traquer les usurpations d’identité sur sa plateforme. Google l’utilise déjà dans son service Photos, utilisé par 500 millions d’utilisateurs, capable depuis peu de reconnaître les animaux de compagnies.

    Les défenseurs des libertés craignent que la généralisation de la reconnaissance faciale dans des outils utilisés à si grande échelle ne glisse vers une utilisation plus large par les publicitaires ou les autorités. En Chine, cette technologie est déjà utilisée pour surveiller les citoyens dans les endroits publics. 170 millions de caméras de surveillance sont installées à travers le pays. Un nombre qui doit atteindre 400 millions à horizon 2020. La plupart sont dotées de programmes d’intelligence artificielle pour analyser les données en temps réel et inciter les individus à ne pas déroger à la norme édictée par le pouvoir.

    #digital_labor #IA

    Et puis cf. le thread d’@antoniocasilli sur son fil Twitter :

    Avez-vous déjà vu, partagé, commenté les « art selfies » de l’appli @googlearts ? Savez-vous qu’ils utilisent votre visage pour constituer un fichier biométrique ? J’en veux pour preuve qu’ils ne sont pas disponibles en Illinois—état où les lois sur la biométrie sont plus strictes.

    https://twitter.com/AntonioCasilli/status/953662993480474624

    https://seenthis.net/messages/663641 via tbn


  • Des centaines de supérettes sans employés ouvertes en Chine par JD.com | La Revue du Digital
    http://www.larevuedudigital.com/des-centaines-de-superettes-sans-employes-ouvertes-en-chine-par-jd

    JD.com, leader du e-commerce en Chine, annonce qu’il va ouvrir des centaines de supérettes sans personnel avec le promoteur China Overseas Land & Investment. Le paiement des clients sera automatisé via la reconnaissance faciale, la reconnaissance d’images et le RFID. La technologie facilite également l’approvisionnement des magasins et le suivi des stocks.

    Les flux de clients sont tracés par la chaleur dégagée
    Les solutions ont été testées en octobre dernier à Beijing au siège de JD.com par les 10 000 employés de l’enseigne. Le flux était de mille clients par jour avec un taux de ré-achat de 70%. Les caméras placées sur les plafonds des magasins reconnaissent le mouvement des clients et génèrent des cartes de l’activité – via la chaleur dégagée par les clients – afin de mesurer le trafic, la sélection des produits et les préférences des clients, aidant les propriétaires de magasins à s’approvisionner efficacement.

    Les rayonnages intelligents sont équipés de caméras et d’étiquettes RFID
    La solution vise à améliorer de manière significative les opérations existantes, sans effort et à faible coût. Des rayonnages intelligents utilisent la vision qui peut reconnaître les produits et le comportement en magasin, ainsi que l’intelligence artificielle.

    Les propriétaires de magasin peuvent choisir d’inclure un compteur intelligent, qui assure la reconnaissance du produit, la génération de facture et le paiement. Un écran de publicité intelligent dans le magasin exploite la reconnaissance faciale pour afficher des publicités personnalisées basées sur les habitudes d’achat et les données démographiques des utilisateurs individuels.

    #commerce #contrôle #travail #reconnaissance_faciale #RFID

    https://seenthis.net/messages/654689 via colporteur



  • Nous vous scrutons, bien que ce ne soit pas vous la cible
    https://reflets.info/nous-vous-scrutons-bien-que-ce-ne-soit-pas-vous-la-cible

    Comment repérer des criminels dans une foule, sans scruter la foule ? Comment connaître les habitudes des terroristes sans connaître celles des non-terroristes ? Comment établir des profils type, sans les comparer à un ensemble ? Comment créer des alarmes comportementales sans connaître les habitudes du plus grand nombre ? Comment fouiller la vie privée […]

    #Bienvenue_chez_Qosmos #France #Politique #Technos #caméras #Cybersurveillance #Data_mining #deep_learning #DPI #fraude #gouvernance_algorithmique #IOL #machine_learning #Qosmos #reconnaissance_faciale

    https://seenthis.net/messages/509227 via Reflets [RSS]


  • Gabon : Le système e-gates déployé à l’aéroport de Libreville
    http://www.ticmag.net/gabon-le-systeme-e-gates-deploye-a-laeroport-de-libreville

    Le Gabon vient de déployer officiellement son nouveau système de gestion des frontières et visas à l’aéroport international Léon Mba de Libreville. Le système dénommé « e-gates » et lancé le 27 juin 2016 par le président Ali Bongo devrait permettre d’améliorer le flux des entrées des personnes ainsi que leurs sorties du territoire gabonais. Pour un début, quatre e-portes automatisées avec reconnaissance faciale ont été déployées sur le site de l’aéroport, notamment deux à l’arrivée et deux à la (...)

    #CCTV #reconnaissance_faciale #surveillance #surveillance

    https://seenthis.net/messages/505576 via etraces


  • Un fond américain candidat au rachat de Morpho (Safran)
    http://www.challenges.fr/transports-et-defense/20160620.CHA0836/un-fond-americain-candidat-au-rachat-de-morpho-safran.html

    Le fonds américain Advent, propriété d’Oberthur Technologies, est candidat au rachat de Morpho, la filiale sécurité de Safran, avec l’ambition de créer un « leader mondial » basé en France. Le fonds américain Advent, propriété d’Oberthur Technologies, est candidat au rachat de Morpho, la filiale sécurité de Safran, avec l’ambition de créer un « leader mondial » basé en France, a affirmé le président d’Advent France. "C’est un projet enthousiasmant : il s’agit de donner naissance à un leader mondial dont le siège (...)

    #Morpho #Safran #surveillance #surveillance #Oberthur #iris #empreintes #reconnaissance_faciale #biométrie (...)

    ##Gemalto

    http://seenthis.net/messages/501858 via etraces


  • Le FBI dispose de 412 millions de photos pour son outil de reconnaissance faciale
    http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2016/06/16/32001-20160616ARTFIG00143-le-fbi-dispose-de-412-millions-de-photos-pour-son

    Un rapport dénonce le manque de transparence du FBI dans l’utilisation de son système de reconnaissance faciale. Le service fédéral utiliserait les photos de permis de conduire pour alimenter sa base de données. 412 millions. C’est le nombre de photos de citoyens auxquelles a accès le FBI, la police fédérale américaine. Ces images proviennent des bases de données de passeports, de visas et de permis de conduire de 16 États américains. Discrètement, l’agence les utiliserait pour son système de (...)

    #FBI #NGI #tatouages #reconnaissance_faciale #GAO #surveillance #FACE

    http://seenthis.net/messages/501096 via etraces


  • The Right to Inconvenience
    https://privacyinternational.org/node/880

    A recent Washington Post article discussed at length changes coming to Apple’s new operating systems. Described as user-friendly and integrated, Apple’s latest operating system will, among other things, bring Siri voice commands to the desktop, organise photos using facial recognition, suggest relevant emojis in text conversations, and generally underpin the user experience with artificial intelligence. Sold as a seamless and integrated solution to “app fatigue”, Apple aims to give consumers (...)

    #Apple #Siri #reconnaissance_faciale #Privacy_International #solutionnisme_technologique

    http://seenthis.net/messages/500334 via etraces


  • Une start-up prétend pouvoir identifier les terroristes et pédophiles par reconnaissance faciale
    http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2016/05/26/32001-20160526ARTFIG00009-une-start-up-pretend-pouvoir-identifier-les-terro

    Faception, une start-up israélienne, associe aux traits d’un visage des caractéristiques comportementales, et affirme pouvoir ainsi repérer les pédophiles et terroristes. Sa méthode est toutefois contestée. Joueurs de poker professionnels, individus au QI élevé, mais aussi pédophiles et terroristes... Autant de catégories de personnes déterminées arbitrairement par Faception et auxquelles la start-up a respectivement associé des traits caractéristiques. Dépeinte par un article du Washington Post, elle a (...)

    #biométrie #Faception #anti-terrorisme #pédophilie #reconnaissance_faciale #criminalité

    ##criminalité

    http://seenthis.net/messages/493520 via etraces


  • Terrorist or pedophile ? This start-up says it can out secrets by analyzing faces
    https://www.washingtonpost.com/news/innovations/wp/2016/05/24/terrorist-or-pedophile-this-start-up-says-it-can-out-secrets-by-anal

    An Israeli start-up says it can take one look at a person’s face and realize character traits that are undetectable to the human eye. Faception said it’s already signed a contract with a homeland security agency to help identify terrorists. The company said its technology also can be used to identify everything from great poker players to extroverts, pedophiles, geniuses and white collar-criminals. “We understand the human much better than other humans understand each other,” said Faception (...)

    #Faception #reconnaissance_faciale #biométrie #anti-terrorisme #pédophilie #criminalité

    ##criminalité

    http://seenthis.net/messages/493523 via etraces


  • Google travaille sur un « score de confiance » pour remplacer le mot de passe
    http://www.numerama.com/tech/172320-google-travaille-sur-un-score-de-confiance-pour-remplacer-le-mot-de

    Google travaille sur une alternative au mot de passe du côté des smartphones. L’idée consiste à attribuer un « score de confiance » à l’utilisateur en prenant en compte divers critères, comme la géolocalisation, la vitesse de frappe au clavier ou encore la reconnaissance faciale. À l’origine, les mots de passe relativement basiques suffisaient à protéger un compte. Aujourd’hui, si l’on se préoccupe un tant soit peu de la sécurité en informatique, on doit se rendre à l’évidence : des consignes (...)

    #Google #smartphone #biométrie #géolocalisation #reconnaissance_de_la_frappe_au_clavier #reconnaissance_faciale

    http://seenthis.net/messages/493333 via etraces


  • Facebook : bientôt des emojis basés sur votre propre visage ?
    http://www.phonandroid.com/facebook-bientot-emojis-bases-votre-propre-visage.html

    Facebook ne manque pas d’idées pour améliorer son réseau social. Au fil des années, il s’est doté de nouvelles fonctionnalités qui ont plus ou moins séduit. Visiblement, le réseau social a une nouvelle idée pour le moins originale : créer des emojis personnalisés basés sur votre propre visage.

    #Facebook #reconnaissance_faciale

    http://seenthis.net/messages/490620 via etraces


  • Des députés veulent coupler vidéosurveillance et reconnaissance faciale
    http://www.nextinpact.com/news/99862-des-deputes-veulent-coupler-videosurveillance-et-reconnaissance-fa

    Une dizaine de députés Les Républicains, menés par le très droitier Éric Ciotti, s’apprête à défendre un amendement autorisant les forces de l’ordre à recourir à des logiciels capables de reconnaître – en temps réel – le visage de certaines personnes à partir des images retransmises par des caméras de surveillance. Alors que le maire de Nice, Christian Estrosi, vient de mettre en place un tel système sans autorisation, voilà des dispositions législatives qui pourraient bien arranger l’édile... Il est en (...)

    #CCTV #surveillance #CNIL #algorithme #reconnaissance_faciale #biométrie #surveillance

    http://seenthis.net/messages/490123 via etraces


  • Facebook ampute Moments de la reconnaissance faciale pour son arrivée en Europe
    http://www.numerama.com/tech/169747-facebook-moments-arrive-europe.html

    Lancé aux USA l’an dernier, le nouveau service de Facebook, baptisé Moments, débarque en Europe. À une différence près : il n’y a pas de reconnaissance faciale. Disponible depuis l’été 2015 aux États-Unis, l’application Facebook Moments s’ouvre au marché européen. Mais contrairement à la déclinaison américaine du logiciel, la version proposée aux internautes européens fonctionne sans la reconnaissance faciale, afin de ne pas provoquer l’intervention des organismes européens chargés de la protection des données (...)

    #Facebook #biométrie #reconnaissance_faciale

    http://seenthis.net/messages/489254 via etraces