#saïd_bouamama

  • Sociologie du spectacle / C’est l’heure de l’mettre ! Radio Campus Lille - Mercredi 22 février 2017

    http://www.campuslille.com/index.php/entry/sociologie-du-spectacle

    – CE MERCREDI 22 FEVRIER 2017 à 18h30

    C’était mieux avant. Il y avait le candidat de droite bien réac, avec sa chemise bleu ciel et sa cravate sombre. Et en face, le candidat rose bien tentant, avec sa chemise de gauche et sa cravate au centre.
    En ce temps-là, l’élection présidentielle fleurait bon la France d’antan, avec ses clochers sur les affiches, le petit rosé au comptoir, et les paluches prolétaires serrées sur des marchés même pas boursiers.

    (Le lien direct vers le mp3 fonctionne)
    http://www-radio-campus.univ-lille1.fr/ArchivesN/LibrePensee/CHDM170222.mp3


    http://www.campuslille.com/images/stories/HDM/2017/hdm220217.jpg
    Les candidats, à la tribune, exhibaient leur couperose rassurante et leurs promesses grandiloquentes, qu’un électorat solidement campé sur ses préjugés ou ses illusions, considérait à travers des lunettes en noir et blanc.

    Le peuple, dans l’épaisseur monarchique des prétendants au trône, voyait sa propre grandeur dans leurs grandes paroles, et inscrivait dans l’Histoire avec un grand H son destin de perdant du PMU.

    C’était le bon temps. C’était avant. C’était l’ordre des choses.
    Aujourd’hui, il y a des publicités au milieu du film. Et même le film ressemble à une publicité. Ceux d’en haut ne savent plus donner le même spectacle. Ils sont le spectacle. Permanent.

    Un spectacle donné à des multitudes mouvantes, sondables en temps réel, connectées à des réseaux volatiles. Un spectacle insensé, inquiétant et grossier, qui laisse le spectateur hébété.

    Tout aurait-il donc changé ? Ou la forme du spectacle électoral ne serait-elle que l’expression d’une crise politique déterminée par la crise du capitalisme ?

    Et la lutte des classes, c’est du poulet ?

    (C’est à cette ultime question que nous répondrons, en compagnie de Saïd Bouamama, ( https://bouamamas.wordpress.com ) ce mercredi. Pour tenter de dessiner une sociologie de ce spectacle.)

    L’heure de l’mettre

    Le fil de l’émission
    
- Le générique quinquenal

    – 3mn05s Ephéméride : Saint Corbillard

    – 10mn45s La météo de la crise, avec Saïd Bouamama
    – 88mn Rubrique cassette, 27 Octobre 1999 c’était la sainte #UNEF, bref rappel.

    #Audio #Radio #Ephéméride #Radio #Radios_Libres #Radio_Campus_Lille #Analyse_Politique #Saïd_Bouamama #Candidats #Elections_Présidentielles #Société

    https://seenthis.net/messages/572384 via BCE 106,6 Mhz


  • Leçons et conséquences d’un été révélateur : la construction progressive des conditions d’un pogrome

    Publié le 31 août 2016 par bouamamas

    #Saïd_Bouamama

    [...]

    Il s’agit plus simplement de la stigmatisation des musulmans réels et supposés diffusée largement par une multitude d’#islamalgames : islam incompatible avec le féminisme, avec la laïcité, avec la république, etc. Même pour les femmes invoquant leur croyance religieuse pour porter cette tenue de bain les explications dominantes inversent la réalité. Alors que cette tenue est un signe d’une volonté de présence dans l’espace public, il est interprété comme « communautarisme ». Alors qu’elle est un indicateur d’une « intégration à la plage », elle est présentée comme « menace pour l’ordre public ».

    Les débats de cet été qu’ont dû une nouvelle fois subir nos concitoyens musulmans ou supposés tels ont été marqués par trois postures qui sont révélatrices d’une société malade qui refuse de regarder sa maladie en face pour pouvoir la soigner.

    [...]

    La participation active de citoyens à la dénonciation de femmes portant le #burkini, les appels téléphoniques à la police pour signaler leur présence sur une plage ou l’applaudissement des policiers lors des verbalisations sont des attitudes qui se sont multipliées au fur et à mesure du délire politique et médiatique de cet été. Elles nous renseignent sur l’enracinement de l’#islamophobie dans une partie de la population française. Plus de vingt ans de discours médiatiques et politiques posant l’Islam comme problème pour la société française révèle aujourd’hui leurs effets. Deux décennies d’instrumentalisation politique donnent aujourd’hui des fruits amers et acides.

    Ce qui s’est passé à Cisco n’est que ce qui s’annonce ailleurs et à une plus grande échelle si nous ne réagissons pas collectivement pour stopper la logique dominante actuelle. Une rixe entre des « maghrébins » et des « riverains » pour reprendre les termes de la presse, se transforme dès le lendemain en manifestation de plus de cinq cents personnes scandant des slogans significatifs comme « aux armes », « on est chez nous », etc.
    C’est par en haut que l’islamophobie contemporaine s’est développée en France à coup de débats et de lois successives désignant les musulmans ou les supposés tels comme problème et comme danger. L’hystérisation du débat est le fait des médias et d’une partie conséquente de la classe politique et non d’une brusque et soudaine épidémie d’islamophobie.

    [...] Il existe dans la société française un héritage culturel islamophobe hérité de l’#histoire_coloniale française et qui n’a jamais été déconstruit et combattu sérieusement. Celui-ci n’est d’ailleurs qu’un segment d’un racisme colonial plus vaste construit en même temps que la pensée républicaine dominante. C’est ce qui explique la possibilité d’un « #racisme_républicain ». Cet élément de vérité est justement nié par la troisième réaction qui a marquée l’été français. Tout ne serait affaire que d’instrumentalisation pour masquer d’autres questions sociales telles que le vote de la loi El Khomri.

    En fait le deux dernières thèses sont indissociables et ne peuvent être séparées. C’est parce qu’il existe un terreau hérité de l’histoire que des hommes et des femmes politiques font le choix d’une stratégie de diversion et d’instrumentalisation. A l’inverse l’instrumentalisation renforce systématiquement le terreau existant conduisant à la réunion progressive des conditions d’un futur #pogrome. Ni simple racisme préexistant, ni résultat de la seule instrumentalisation, l’islamophobie contemporaine est le résultat de la logique infernale constituée par la juxtaposition historique de ces deux réalités. Le caractère infernal de la logique est encore renforcé par le contexte mondial des guerres pour le pétrole et de la théorie du « choc des civilisations » qui les légitime.

    C’est aujourd’hui qu’il faut réagir pour détruire cette logique dominante. Cela passe par une véritable prise en compte de la lutte contre l’islamophobie dans les agendas politiques et militants. Sans une telle mobilisation nous assisterons impuissant à une #fascisation de notre société et à la réunion progressive des conditions d’un pogrome à l’ombre desquels le projet ultralibéral pourra se déployer avec de moins en moins de contestation. Une telle logique ne disparaît pas seule ou par la « discrétion ». Elle ne s’arrête que par le rapport des forces.

    https://bouamamas.wordpress.com/2016/08/31/lecons-et-consequences-dun-ete-revelateur-la-construction-progr

    https://seenthis.net/messages/520532 via Martin Scriblerus