• *Sahara occidental : un conflit de décolonisation toujours sans solution*

    Le Sahara occidental est l’un des derniers territoires non autonomes reconnu par l’ONU et sa situation reste plus que jamais bloquée. Pourquoi ce territoire, vaste comme la moitié de la France, peu peuplé mais riche (phosphates, minerai de fer, pêche…) n’a t-il pas encore pu exercer son droit à l’autodétermination pourtant demandé à l’Espagne par l’ONU dès 1963 ? Pourquoi 43 ans après le départ de l’Espagne est-il encore sous la férule du pouvoir marocain et pourquoi les multiples résolutions et initiatives de l’ONU ne sont-elles toujours pas appliquées ?

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/03/08/sahara-occidental-un-conflit-de-decolonisation-toujours
    #sahraoui



  • La #jeunesse oubliée du #Sahara_occidental
    https://orientxxi.info/magazine/la-jeunesse-oubliee-du-sahara-occidental,2729

    « Notre gouvernement écoute plus la communauté internationale que notre propre peuple. On se sent abandonnés », lance un jeune dans la rue. « Nous voulons une solution politique, pas seulement du pain et de l’eau », ajoute-t-il.

    À chaque congrès du #Front_Polisario, les jeunes réclament haut et fort la reprise des armes. « Ils refusent tout ! Même dans leur humeur ils sont agressifs », s’exclame Abda Ckej, membre du secrétariat national du Front Polisario. Le vieil homme se sent dépassé. « Les personnes qui ont fondé le Front Polisario sont maintenant une minorité. La majorité est composée de jeunes qui n’ont pas connu la guerre et qui ne connaissent pas la réalité », explique-t-il. « Ils nous mettent une grande pression. Ils nous demandent des armes, une formation militaire. On essaie de leur dire non et de les calmer, mais combien de temps tiendrons-nous encore ? Les procédés de paix ne donnent rien », ajoute Abda Ckej.

    « On accepte de mourir pour notre cause », affirme Mohamed, le jeune chargé des forces spéciales de la gendarmerie. S’il meurt en combattant pour l’indépendance du Sahara occidental, il sera honoré et considéré comme un martyr. « De toute façon, les gens comme nous, avec aucune ressource, ils sont déjà morts », ajoute-t-il.

    Rejoindre les forces de l’ordre, c’est aussi une manière de tromper l’ennui ou de répondre à des besoins économiques. Dans les camps, l’armée est l’un des seuls secteurs qui recrute.

    S’EXPATRIER POUR EXISTER
    De nombreux #Sahraouis font leurs études à l’étranger. Si leurs résultats sont satisfaisants, ils peuvent facilement obtenir des bourses pour étudier à Cuba, en Espagne ou en Algérie. Mais une fois de retour dans les camps, il leur est très difficile de trouver un emploi payé qui réponde à leurs qualifications.

    Salama, un ami de Saleh, fait partie des nombreux jeunes qui ont décidé de s’expatrier. Il passe ses vacances dans les camps de réfugiés pour rendre visite à sa mère. Pendant que la famille s’active pour honorer les règles de l’hospitalité sahraouie, le jeune homme se confie : « Je reçois des critiques parce que je pars à l’étranger. Il y a des gens qui pensent qu’il faut rester ici et faire pression », explique-t-il. Salama se sert de quelques dattes et d’un verre de lait de chamelle avant de préciser : « Mais la majorité d’entre nous pense qu’il vaut mieux partir parce que l’aide humanitaire ne suffit pas. C’est grâce aux gens qui partent en Espagne qu’on a de quoi vivre. Ils permettent à leur famille d’avoir des choses très essentielles ».

    https://seenthis.net/messages/733974 via ant1


  • *Prisonniers sahraouis : un cri dans le désert*

    Ils les mettent en prison juste comme ça, avec des procès iniques, une vraie bouffonnerie ; et là ils pourrissent. Personne n’est à l’abri de cette malédiction. Mais les Sahraouis, qui sont courageux, ne se soumettront jamais. En public, pour que tout le monde sache, dans les face-à-face avec les juges, ils dénoncent l’occupation, ils dénoncent les tortures et leur traitement en prison, ils dénoncent l’enfermement loin de leur terre, l’isolement. Ils font des grèves de la faim pour protester, pour que le monde entier sache.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2018/10/20/prisonniers-sahraouis-un-cri-dans-le-desert
    #sahraoui


  • *Madrid, novembre 2018 : 43ème Conférence européenne de solidarité et de soutien au peuple sahraoui (EUCOCO)*

    https://entreleslignesentrelesmots.files.wordpress.com/2018/09/gal_18903.jpg

    La 43ème Conférence européenne de solidarité et de soutien au peuple sahraoui (EUCOCO) se déroulera les 16 et 17 novembre 2018 à Madrid avec la participation de personnes des cinq continents.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2018/09/21/madrid-novembre-2018-43eme-conference-europeenne-de-sol

    #sahraoui



  • #Life_Is_Waiting: Referendum and Resistance in Western Sahara

    Most people think that colonialism in Africa has ended. But in the territory of Western Sahara, the end of European rule only gave way to a new occupation, this time by Morocco. Four decades later, the world continues to look the other way as the Sahrawi people face arrests, torture, and disappearances for demanding their independence.

    Life Is Waiting, a new film by director Iara Lee, chronicles this struggle. What will it take for the people of Western Sahara to reverse decades of broken promises and gain their freedom? What lessons does Sahrawi resistance offer for nonviolent movements around the world? In Life Is Waiting, join an incredible cast of Sahrawi activists and artists as they offer their answers.

    http://culturesofresistancefilms.com/sites/default/files/ws%20poster.jpg
    http://culturesofresistancefilms.com/western-sahara
    #film #Sahara_occidental #camps_de_réfugiés #documentaire #réfugiés #Sahraoui #réfugiés_Sahraoui #résistance #art #Green_march #résistance_non-violente #non-violence #Polisario #Gdeim_Izik_camp #lutte_pacifique #murs #barrières_frontalières #mines #mines_anti-personnel #indépendance #Maroc

    Trailer: https://vimeo.com/123847322

    https://seenthis.net/messages/543591 via CDB_77


  • Sahara occidental : la honte d’une Espagnole | Entre les lignes entre les mots
    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2016/05/19/sahara-occidental-la-honte-dune-espagnole

    Au fond du puits de notre oubli. C’est là que sont les Sahraouis. Je viens de lire que le 15 avril le syndicaliste sahraoui Brahim Saika, 32 ans, est mort dans un hôpital à Agadir (Maroc). Brahim avait été arrêté le 1er avril en sortant de son domicile pour participer à une manifestation pacifique. « Il a été emmené au poste de police de Guelmim, où il a été torturé pendant des heures », rapporte la délégation sahraouie en Espagne. Brahim a alors décidé de commencer une grève de la faim pour protester contre les mauvais traitements. Je suppose qu’ils l’ont laissé en très mauvais état, puisque seulement cinq jours plus tard, il était dans des conditions si graves qu’il a été transporté à l’hôpital. Jeune et fort, il est mort à une vitesse inhabituelle, et les autorités ont apparemment refusé de le faire autopsier. J’écris ces lignes quatre jours après son décès, et pour le moment la nouvelles n’est presque pas sortie dans les médias, à part quelques sites. J’imagine le pauvre Brahim recourant à la seule arme extrême de lutte dont il disposait, la mort par inanition, en espérant que ce dernier cri d’angoisse et de dénonciation serait finalement entendu. Mais même son agonie n’a pas réussi à nous atteindre.

    Maintenant, c’est moi qui ai envie de crier en écrivant ceci, parce que chez moi aussi, les Sahraouis s’étaient presque effacés de la mémoire ; et ceci bien que je sois allée à plusieurs reprises dans les camps de réfugiés, que je me soie toujours sentie très proche de leur cause, et que j’aie écrit une vingtaine de reportages et d’articles à leur sujet. Mais les années passent comme une pluie de plomb, et l’implacable politique marocaine de répression et d’écrasement, de concert avec l’indifférence épouvantable de la communauté internationale, ont réussi à enterrer vivant ce petit peuple héroïque et tenace. Et le pire est que l’indifférence est non seulement celle des gouvernements mais aussi des organisations prétendument progressistes, car on parle beaucoup des Palestiniens, mais personne ne dit rien des pauvres Sahraouis, bien que leur situation soit encore plus critique. Bien sûr, ils sont une poignée de gens sans pétrole ni intérêt géostratégique. Personne ne semble se soucier de leur souffrance.

    Honte. J’éprouve une honte personnelle pour mon amnésie, mais surtout, je ressens une honte collective infinie, parce que c’est l’Espagne qui est à blâmer pour ce drame. Pendant près de cent ans, nous les avons colonisés avec nonchalance : pendant toute cette période, un seul Sahraoui est arrivé à l’université (il devint médecin). À la mi-1975, nous leurs avons promis l’indépendance, et les innocents Sahraouis y ont cru. Trois mois plus tard, le 14 novembre, était signé à Madrid un accord partageante le Sahara occidental entre le Maroc et la Mauritanie : « Nous avons été trahi et vendus comme des moutons ». Les Espagnols se retirèrent à toute vitesse et le Maroc a envahi le Sahara de manière brutale. Tous ceux qui pouvaient, hommes et femmes, enfants et personnes âgées, ont fui dans le désert sans nourriture et avec pour seuls bagages les vêtements qu’ils portaient, pendant que les Marocains les bombardaient au napalm. Au cours des premières semaines, des milliers d’enfants moururent de maladies et de faim. Finalement, l’Algérie leur a proposé de s’installer dans la Hamada, le désert le plus inhospitalier au monde, un enfer de pierre où seuls vivent les scorpions et les serpents. Et ils y sont toujours.

    Ils sont environ 125 000 et vivent depuis 40 ans sous des tentes provisoires de réfugiés. Sensés, pacifiques et stoïques, ils ont tout essayé sans recourir au terrorisme, et voici comment nous les avons récompensés : par une ignorance olympique de leurs droits et de leur douleur. Le Maroc a failli encore et encore aux obligations impliquées par les résolutions de l’ONU et a commis toutes sortes d’exactions, mais l’Espagne continue à embrasser ce monarque alaouite que notre couronne aime tant. Et non seulement nous n’avons jamais défendu les Sahraouis, mais nous avons aussi été le principal fournisseur d’armes au Maroc, ces armes avec lesquelles il les anéantit. Je ne veux même pas imaginer le désespoir que doivent ressentir les réfugiés, dans leur sombre conviction noire qu’il n’y a pas d’issue : « Le Maroc nous tue à petit feu ». Toute cette souffrance pourrait un jour se transformer en violence terroriste et alors nous les condamnerons et nous nous frotterons les mains. Une fois qu’ils seront devenus les méchants, notre culpabilité se dissipera.

    Rosa Montero

    Traduit par Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

    Source : http://elpaissemanal.elpais.com/columna/verguenza

    #Sahraoui #colonialisme #prison #Sahara_occidental

    http://seenthis.net/messages/490940 via mad meg