#standford

  • La guerre et la structure des clans expliquent un événement biologique singulier : le goulot d’étranglement du Néolithique.
    30 mai 2018

    Tian Chen Zeng, Alan J. Aw, Marcus W. Feldman. Cultural hitchhiking and competition between patrilineal kin groups explain the post-Neolithic Y-chromosome bottleneck.

    L’article dans Nature : Nature Communications, 2018 ; 9 (1)
    DOI : 10.1038/s41467-018-04375-6

    L’article sur le site de l’Université de Standford :
    https://news.stanford.edu/2018/05/30/war-clan-structure-explain-odd-biological-event
    https://news-media.stanford.edu/wp-content/uploads/2018/05/25123027/fighting_2716.jpg
    Le professeur Feldman entouré des deux jeunes étudiants (première année de sociologie) à l’origine de cette idée.

    Il y a environ 7 000 ans, quelque chose de bizarre semble s’être produit chez les hommes : des études récentes suggèrent que leur diversité génétique - en particulier la diversité de leurs chromosomes Y - s’est effondrée au cours des deux millénaires suivants. L’effondrement était si extrême que c’était comme s’il n’y avait qu’un seul homme à accoupler pour 17 femmes.

    Un coupable culturel.

    Il n’est pas sans précédent que la diversité génétique humaine fasse un plongeon de temps en temps, mais le goulot d’étranglement du chromosome Y, qui a été déduit des modèles génétiques chez les humains modernes, était étrange.

    Tout d’abord, il a été observé uniquement chez les hommes - plus précisément, il a été détecté uniquement à travers des gènes sur le chromosome Y, que les pères transmettent à leurs fils.

    Deuxièmement, le goulot d’étranglement est beaucoup plus récent que d’autres événements biologiquement similaires, laissant entendre que ses origines pourraient avoir quelque chose à voir avec l’évolution des structures sociales. Certes, soulignent les chercheurs, les structures sociales étaient en train de changer. Après le début de l’élevage et de l’élevage il y a environ 12000 ans, les sociétés se sont organisées de plus en plus autour de groupes de parenté étendus, dont beaucoup étaient des clans patrilinéaires - un fait culturel aux conséquences biologiques potentiellement importantes. La clé est de savoir comment les membres du clan sont liés les uns aux autres.

    Alors que les femmes peuvent se marier dans un clan, les hommes de ces clans sont tous liés par des ancêtres masculins et ont donc tendance à avoir les mêmes chromosomes Y. Du point de vue de ces chromosomes au moins, c’est presque comme si tout le monde dans un clan avait le même père. Cela ne s’applique qu’à l’intérieur d’un clan, cependant, et il pourrait encore y avoir une variation considérable entre les clans. Pour expliquer pourquoi même la variation inter-clan aurait pu diminuer pendant le goulot d’étranglement, les chercheurs ont émis l’hypothèse que les guerres, si elles éliminaient à plusieurs reprises des clans entiers au fil du temps, effaceraient aussi un bon nombre de lignées mâles et leurs chromosomes Y uniques.

    La preuve apportée par des modèles mathématiques et des simulations informatiques.

    Pour tester leurs idées, les chercheurs se sont tournés vers des modèles mathématiques et des simulations informatiques dans lesquelles les hommes combattaient - et mouraient - pour les ressources dont leurs clans avaient besoin pour survivre. Comme l’équipe le prévoyait, les guerres entre les clans patrilinéaires ont radicalement réduit la diversité des chromosomes Y au fil du temps, tandis que les conflits entre clans non patrilinéaires - groupes où hommes et femmes pouvaient se déplacer entre clans - ne l’ont pas été. Le modèle de Zeng, Aw et Feldman explique également que parmi les lignées mâles qui ont survécu au goulot d’étranglement du chromosome Y, quelques lignées ont subi des expansions spectaculaires, cohérentes avec le modèle du clan patrilinéaire, mais pas d’autres.

    #préhistoire #Néolithique #guerre #organisation sociale #7000BP #Standford
    #Tian_Chen_Zeng #Alan_Aw #Marcus_Feldman

    https://seenthis.net/messages/698269 via La main et l’esprit