• Les données de santé de la population française, collectées massivement, seront-elles vraiment protégées ?
    https://www.bastamag.net/Donnees-de-sante-Microsoft-Gafam-Health-Data-Hub-Covid-fichier-Big-Data

    L’État a accéléré sa mise en place pendant l’épidémie : le Health Data Hub, ou plateforme des données de santé, doit regrouper un très large éventail de données sur les soins, l’assurance maladie, les pharmacies, les Ehpad… L’esprit du projet étant que l’intelligence artificielle fera avancer la médecine. Le géant Microsoft en est l’hébergeur. Ce 11 mai, premier jour du début du déconfinement, dans les hôpitaux parisiens de l’AP-HP, le personnel soignant sort de deux mois très tendus. Au plus fort de la crise, (...) #Décrypter

    / #Technologies_libres, Santé , #Surveillance_et_biométrie, A la une

    #Santé_
    https://www.bastamag.net/IMG/jpg/2048px-datacenter_de_arsat.jpg

    https://seenthis.net/messages/860090 via Basta !


  • Ecoute des utilisateurs par Apple : un ancien prestataire alerte les autorités européennes
    https://www.bastamag.net/Siri-lanceur-alerte-Apple-assistants-vocaux-surveillance-ecoutes-vie-prive

    Des centaines de personnes sont chargées d’écouter les conversations d’utilisateurs de Siri, l’assistant vocal d’Apple. C’est ce qu’ont révélé en juillet dernier des médias britanniques et espagnols [1]. « En principe, leur déclenchement [de l’enregistrement et de l’écoute] devait respecter l’une des deux conditions suivantes : soit quelqu’un donnait une commande à Siri, soit la personne dictait un message. Nous entendions pourtant une quantité invraisemblable d’enregistrements qui sortaient de ce périmètre », (...) En bref

    / #Surveillance_et_biométrie, #Droits_fondamentaux, #Atteintes_aux_libertés, Lanceurs (...)

    #Lanceurs_d'alerte
    https://www.bastamag.net/IMG/pdf/public_statement_siri_recordings_tlb-1.pdf

    https://seenthis.net/messages/854888 via Basta !


  • Quand l’apocalypse frappe à notre porte
    http://www.medelu.org/Quand-l-apocalypse-frappe-a-notre-porte

    Apparu il y a tout juste cent jours dans une ville lointaine et méconnue, un nouveau virus a déjà fait le tour du monde, obligeant des milliards de personnes à s’enfermer chez elles. Quelque chose que l’on ne pouvait imaginer que dans une fiction post-apocalyptique… L’humanité vit une expérience inaugurale. Elle vérifie que cette théorie de la « fin de l’histoire » est une supercherie… et découvre que l’histoire est, en fait, imprévisible. Nous sommes confrontés à une situation énigmatique. Sans précédent. (...)

    Actualités

    / #Surveillance_de_masse, #COVID-19, #Crise, Santé, A la Une

    #Santé


  • Ficher les patients Covid et leur entourage : des médecins dénoncent « un précédent très dangereux »
    https://www.bastamag.net/contact-Covid-pistage-fichage-medecins-generalistes-secret-medical-brigade

    Demander aux médecins généralistes de saisir dans un fichier les noms et coordonnées des personnes contaminées au Covid-19 et de leurs contacts : c’est ce que prévoit le projet de loi de prolongation de l’état d’urgence sanitaire. « Soigner n’est pas ficher, soigner n’est pas contraindre ! » dénoncent des médecins. Les médecins généralistes n’avaient pas vraiment été intégrés dans la stratégie de lutte contre la contamination. Le gouvernement fait désormais appel à eux pour pister, voire ficher, les patients (...) #Décrypter

    / Santé , #Droits_fondamentaux, #Atteintes_aux_libertés, #Surveillance_et_biométrie, A la (...)

    #Santé_

    https://seenthis.net/messages/851222 via Basta !


  • Le gouvernement veut créer un #fichier pour les malades du coronavirus

    Le projet de loi du gouvernement prévoit la création d’un fichier spécifique rassemblant les noms des #malades du #Covid-19 ainsi que de leurs contacts. Et ce « sans le consentement » des personnes concernées.

    Comment assurer le #suivi des malades du Covid-19 et des personnes qu’ils ont croisées ? C’est pour répondre à cette question que le gouvernement entend créer un nouveau fichier, prévu par le projet de loi prorogeant l’#état_d’urgence_sanitaire, qui devrait être examiné par les parlementaires les 4 et 5 mai.

    L’article 6 du texte prévoit en effet que soient rassemblées dans un même fichier toutes les informations susceptibles d’aider à la reconstitution, par des « #brigades » d’#enquêteurs_épidémiologiques, des #relations de chacun. Le fichier, non anonyme, devrait ainsi contenir l’#identité des malades et les résultats de leurs #examens_biologiques, mais aussi plus largement la liste des personnes croisées au cours des derniers jours – car « présentant un #risque_d’infection » -, leur #adresse et leurs #déplacements. Et ce afin d’opérer, peut-on lire dans le texte du gouvernement une « #surveillance_épidémiologique aux niveaux national et local ».

    Plusieurs administrations auront accès aux données

    Le nouveau fichier, qui n’a aucun lien avec l’application de #traçage #StopCovid, dont Olivier #Véran a annoncé qu’elle ne serait pas prête le 11 mai, abritera ces #informations, d’abord collectées par le #médecin_traitant puis par les « brigades » de l’#Assurance_maladie. Des #données_personnelles extrêmement sensibles qui seront ensuite mises à la disposition non seulement des professionnels de santé en charge du suivi des personnes malades, mais aussi de plusieurs administrations comme le #ministère_de_la_santé, le service de santé des #armées, l’Assurance maladie et les #Agences_régionales_de_santé.

    Le dossier est d’autant plus sensible que les données dont il est question sont en partie couvertes par le #secret_médical. « Comme lorsque nous consultons un confrère à propos d’un patient ou lorsque nous envoyons à l’Assurance maladie les motifs médicaux d’arrêt de travail, nous serons dans le cadre d’un #secret_médical_partagé », assure le docteur Jacques Battistoni, président du premier syndicat de médecins généralistes, #MGFrance. Les #généralistes seront chargés de collecter les premières informations sur le « #premier_cercle » fréquenté par un malade dans le fichier. Ils ont d’ailleurs reçu un courrier en ce sens, jeudi 30 avril, signé par Nicolas Revel, le patron de l’Assurance maladie.

    « Je comprends que ce système puisse impressionner, car il contient des #informations_sensibles et personnelles, mais c’est un moindre mal. Il me semble vraiment indispensable si l’on ne veut pas que l’#épidémie reparte », souligne le docteur Battistoni.

    Une transmission de données « sans le #consentement des personnes »

    Autre question sensible, au cœur de ce nouveau fichier : la #transmission_des_informations qu’il contient sera opérée « sans le consentement des personnes intéressées », peut-on lire dans le projet de loi gouvernemental. Une précision qui inquiète plusieurs observateurs, comme le président de l’#Union_française_pour_une_médecine_libre (#UFML), le docteur Jérôme Marty. « Le consentement est l’un des socles de la médecine. Le fait de ne pas demander le consentement de son patient pour constituer un fichier est sans précédent. La situation d’#urgence ne peut pas tout justifier », alerte-t-il.

    « Imaginez le scandale si nous avions fait ce genre de fichiers pour le sida, poursuit-il. Cela pose un problème #éthique et déontologique important. » Ce praticien réclame l’avis Conseil de l’Ordre sur le sujet, mais aussi celui du Comité national d’éthique, de l’Académie de médecine, de la Cnil et du Conseil constitutionnel.

    « Garde-fous »

    « Que signifie cette absence de consentement ? », interroge quant à lui l’avocat Thierry Vallat. Ce spécialiste des données personnelles estime que des « #garde-fous » devront ainsi être nécessaires. « Il faut définir très précisément qui collectera les informations, la liste des informations précises, qui pourra y avoir accès et surtout pour combien de temps », insiste l’avocat. Sur ce dernier point, le gouvernement prévoit la disparition du fichier « au plus tard » un an après la promulgation de la loi.

    Mais surtout, l’avocat s’inquiète d’éventuelles #fuites de données. « Nous sommes dans un contexte exceptionnel où les services de l’État agissent très rapidement, et risquent de ne pas avoir le temps de sécuriser ce nouveau fichier. Or les données de santé font régulièrement l’objet de fuites, et elles sont extrêmement convoitées », estime-t-il.

    Dans l’ensemble, l’architecture de ce nouveau dispositif demeure assez floue. Et pour cause : il devrait ainsi être précisé, après coup, par un #décret d’application. Ce qui permettra de consulter la Cnil sur ce nouveau fichier. Jusqu’à maintenant, la Commission indépendante n’a en effet pas été sollicitée sur ce dossier sensible.

    https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Sante/Le-gouvernement-veut-creer-fichier-malades-coronavirus-2020-05-03-12010923
    #coronavirus #France #loi #déontologie
    ping @etraces @isskein

    https://seenthis.net/messages/850324 via CDB_77


  • La mère de toutes les pandémies
    http://www.medelu.org/La-mere-de-toutes-les-pandemies

    L’irruption et la prolifération incontrôlable d’un simple virus ont déclenché la plus profonde #Crise globale de ces dernières décennies. Se combinant avec la mise à sac de la Planète et avec les agissements d’une finance en folie, cette pandémie pourrait bien faire entrer le monde dans une nouvelle ère. Et pas celle de lendemains qui chantent… Avec la lucidité qu’on lui connaît, Ignacio Ramonet propose une analyse de cette crise, point de convergence du comportement des principales puissances et des pays (...)

    Actualités

    / #COVID-19, Crise, #Surveillance_de_masse, A la Une


  • Bordering under the corona virus pandemic

    In our recent book Bordering (Yuval-Davis, Wemyss & Cassidy, 2019), we discuss the paradoxical phenomenon that, under neoliberal globalisation, borders did not disappear but rather proliferated off-and in-shore, from consulates across the globe to everyday spaces like railways and places of work. We described the functioning of bordering as processes rather than static boundary lines that, like computer firewalls, are invisible to some, impermeable to many others. We showed the ways these have crucially contributed to multi-scalar – from the global to the local – inequalities and precarities, forcing more and more people to be precariously stuck in limbo grey borderzones with no possibility of building regular lives with civil, political and social rights.

    It is important to examine the ways the pandemic has affected these processes of everyday bordering, both locally and globally. Of course, it is far too early to know, or even predict, the longer-term transformations in bordering that the pandemic will bring. However, it is safe to say that, as after earlier major crises, such as 9/11 and the AIDS crises – to mention just two major transformatory crises in recent decades – the ‘new normal’ is not going to go back to how things were, in several major ways. Everyday bordering, from the lockdown of individuals in their homes to the lockdown of regional and national borders, is at the heart of the technologies of control used to try to contain the pandemic and it is thus hard to believe that free movement would be restored any time soon.

    Except that, as we’ve shown in our book, free movement has never been free for most people. Border controls have been operating like computers’ firewalls, invisible to some, blocking many others, with money and required skills for the neoliberal economy being the main facilitators. We can see these firewalls continuing to operate today as well – at different ends of the scale, the super-rich flying in private jets able to travel without being subject to the usual restrictions and seasonal workers from Eastern Europe being flown into the UK by the farming industry to ensure that fruit is being picked. Two weeks into the lockdown, the Home Office published its guidance for post-Brexit immigration rules aimed at preventing low paid workers – the key workers on which healthcare services are depending – from working in the UK.

    These are just some of the paradoxes of ‘lockdown’ and ‘social distancing’ policies. On the one hand, a neo-liberal governmentality that puts the onus of responsibility on the individuals, where people are required to isolate themselves at home and keep away from others, while others are forced to carry on working – not only because they fulfil essential medical, social and economic roles, but also because many of them would not get any money to live on if they stop working.

    This is just one of the intersectional growing inequalities impacts of everyday bordering. Given their disproportionate presence in frontline health and public services, the percentage of BAME people who have died under the pandemic is still unknown but feared to be to very high. Of course, this is not just due to the kind of jobs they do, but also their poor and crowded living conditions, as well as a distrust of governmental and scientific authorities which have not helped them in the past.

    In addition to unequal class and racialised effects, the lockdown bordering has also had a major gendered effect, such as a sharp rise in domestic violence, as can be expected when nuclear family members are locked down together.

    In our book we discussed the ways everyday bordering as a top down technology of control has been reinforced by and reinforces the growth of bottom up nativist extreme right movements, which have brought to power authoritarian rulers in many countries in the globe and arguably Brexit in the UK. Blaming and scapegoating the ‘Others’ have been a major multi-scalar reaction to the pandemic, from Trump calling the corona virus ‘the Chinese virus’, to social media blaming George Soros in the traditional antisemitic blood conspiracy theories, to street hate crimes, including health workers reporting abuse from strangers for leaving their homes.

    One of the positive ‘side effects’ of the lockdown has been the development and reinforcement of mutual aid groups in local communities. Neighbours have got to know each other, help elderly and vulnerable people with their shopping etc. However, the other side of the strengthening of local bonds has been the rejection of ‘others’. Local media report people crossing county borders’ violating lockdowns – Kent Online reported ‘Lockdown louts from London have been fined after once again invading the county’ and being found by ‘enforcement officers from the council who were patrolling the area’. This is aided by regional bordering policies, which in some countries, such as Italy, has meant the official closure of regional borders for non-essential traffic, while in the UK, Sussex police, for example, praised ‘the amazing community spirit across Sussex’, whilst noting that ‘Unfortunately, a small number of people from outside of the county deemed it appropriate to visit the area’.

    The aim of this blog post is not to oppose bordering policies in the age of the pandemic, but rather to argue that using it as almost the only counter-pandemic measure is dangerous, both at present and for the future.

    At present, we have seen that when voluntary lockdown policies are used, without mass testing and sufficient protective equipment for those who are not in isolation, they cost many lives as well as create psychological, social and economic hardships. In comparison, other states, including Germany and South Korea, have used mass testing and contact tracing to slow down the rate of infection.

    Moreover, these borderings, like the borderings we described in our book, are an intersection of political projects of governance and of belonging. Very few states, including Ireland and Portugal, have recognised all migrants to be full entitled members of society during the pandemic; only a few states have recognized the right of all members of societies for minimum income during the pandemic, and policies aimed at exclusion and deprivation of all those in national and global grey limbo zones endanger the lives of millions across the globe.

    Everyday bordering policies are evolving in which the surveillance of people is reaching sci-fi dimensions. Similar COVID-19 related technologies are being developed globally by authoritarian and liberal governments. While Israel has authorised counter-terrorism surveillance to track corona virus patients, compulsory colour-coded health apps determine whether individuals can travel in China, while Russia uses face recognition technologies to enforce self-isolation. In Hong Kong and Singapore, COVID 19 apps identify locations and contacts of individuals. European governments are copying these apps whilst also collecting telecom data and using drones to spot transgressors.

    Such developments combine with rumours and debates about national and global digital monitoring of vaccinations, adding force to Yuval Noah Harari’s speculations that the epidemic may normalise biometric surveillance with authorities becoming able to detect people’s emotions as well as their lifestyles and whereabouts. This would be the utmost paradox: a borderless world with the most tightly operated everyday bordering technology.

    https://i2.wp.com/politybooks.com/wp-content/uploads/2018/10/9781509504947-e1539183572658.jpg
    https://acssmigration.wordpress.com/2020/04/20/bordering-under-the-corona-virus-pandemic-georgie-wemyss-and-nira-yuval-davis/amp/?__twitter_impression=true

    #frontières #coronavirus #covid-19 #bordering #frontiérisation #surveillance #frontières_mobiles #riches #pauvres #immobilité #hyper-mobilité #travailleurs_étrangers #confinement #responsabilité_individuelle #travail #inégalités #everyday_bordering #classes_sociales #inégalités_raciales #violence_domestique #altérité #solidarité #racisme #xénophobie #surveillance_biométrique #drones

    La conclusion autour d’un #paradoxe :

    This would be the utmost paradox: a borderless world with the most tightly operated everyday bordering technology.

    Pour @etraces :

    Everyday bordering policies are evolving in which the surveillance of people is reaching sci-fi dimensions. Similar COVID-19 related technologies are being developed globally by authoritarian and liberal governments. While Israel has authorised counter-terrorism surveillance to track corona virus patients, compulsory colour-coded health apps determine whether individuals can travel in China, while Russia uses face recognition technologies to enforce self-isolation. In Hong Kong and Singapore, COVID 19 apps identify locations and contacts of individuals. European governments are copying these apps whilst also collecting telecom data and using drones to spot transgressors.

    Pour @karine4 :

    Moreover, these borderings, like the borderings we described in our book, are an intersection of political projects of governance and of belonging. Very few states, including Ireland and Portugal, have recognised all migrants to be full entitled members of society during the pandemic; only a few states have recognized the right of all members of societies for minimum income during the pandemic, and policies aimed at exclusion and deprivation of all those in national and global grey limbo zones endanger the lives of millions across the globe.

    ping @isskein @mobileborders

    https://seenthis.net/messages/845795 via CDB_77


  • « Stop Covid » : une application de pistage du virus respectueuse des libertés est-elle possible ?
    https://www.bastamag.net/Application-stopcovid-tracking-tracage-surveillance-libertes-vie-privee-ge

    Le gouvernement français annonce développer une application qui tracerait les contaminations au coronavirus. Son utilisation serait volontaire et son code transparent, assurent les autorités. Pourtant les activistes des libertés numériques s’inquiètent : de tels outils pourraient contribuer à une surveillance généralisée de la population. Le gouvernement prépare une application de traçage des contaminations au virus du Covid-19. L’application s’appellerait « Stop Covid ». Son objectif, « limiter la (...) #Décrypter

    / Surveillance, fichage, censure : la démocratie en danger ?, #Atteintes_aux_libertés, Surveillance et (...)

    #Surveillance,fichage,_censure:la_démocratie_en_danger ? #Surveillance_et_biométrie

    https://seenthis.net/messages/843824 via Basta !


  • Les personnels et étudiant·e·s de l’Université de Strasbourgs ont-ils mis sous #surveillance ?
    (Communiqué de presse du 20 février 2020)

    Les départements de sûreté intérieure se multiplient dans les #universités, les sociétés de sécurité privées s’établissent sur les #campus, la #surveillance_vidéo se généralise, alors que les franchises universitaires sont régulièrement bafouées par la présence de la #police dans les établissements. L’Université de #Strasbourg, qui s’est singularisée ces dernières années par une anticipation et une application zélée de toutes les réformes, se veut probablement à la pointe des #dispositifs_de_surveillance et d’anticipation des mouvements sociaux. Face à plusieurs dérives qui pourraient remettre en cause nos #libertés_fondamentales, les organisations signataires estiment qu’il est aujourd’hui de leur #responsabilité d’alerter les personnels sur les informations dont elles disposent et sur les démarches qu’elles ont engagées. Dans un courrier du 4 février dernier (à lire et télécharger ICI : https://drive.google.com/file/d/1oLOje91aiU_T1p7VDBMIXSk5oaV4w2eL/view), nos organisations ont interrogé le Président de l’université et le Directeur général des services sur des faits dûment constatés ou méritant d’être vérifiés. Tout d’abord sur des pratiques de la société de #sécurité_privée prestataire de notre établissement. Notre inquiétude portait notamment sur une possible pratique de #fichage d’étudiant·e·s et de #personnels. Nous avons demandé la mise en place de mesures permettant, soit de lever ces suspicions, soit de les confirmer. Nous précisons que si le prestataire de sécurité privée a très récemment changé, les salariés restent, pour beaucoup, les mêmes. Or des comportements similaires ou tout aussi graves, ont été constatés. A titre d’exemple, le jeudi 6 février, plusieurs témoins ont fait état de la présence d’au moins un salarié de la société de sécurité privée aux abords de la manifestation intersyndicale au niveau de la Place de la République. Des étudiant·e·s sont allés à sa rencontre pour savoir s’il était en service, ce qu’il a reconnu avant de justifier sa présence en dehors du campus en disant qu’il avait des ordres. De qui émanaient ces ordres ? Notre courrier s’interrogeait ensuite sur les missions du fonctionnaire-adjoint de sécurité et de défense de notre université, sur la nature des rapports qu’il rédige suite à ses tâches de surveillance des AG ainsi que sur les destinataires de ses rapports. Enfin nous demandions que toute la lumière soit faite sur les décisions et les ordres éventuels qui ont pu mener à de telles dérives, mais aussi sur l’utilisation et le devenir des #données_personnelles collectées par les sociétés de sécurité privées et par le fonctionnaire-adjoint de sécurité et de défense. Le mercredi 12 février, nos organisations ont été destinataires d’un courrier émanant du Directeur Général des Services qui apportait, au nom du président et en son nom propre, des éléments de réponse à nos questions et demandes. Ces réponses, que nous publions avec l’accord des auteurs (à lire ICI : https://drive.google.com/file/d/1TDoB-ln6BX3B8Qm2e1CzcdkK0EnS4ya_/view), nous semblent lacunaires. Nous invitons donc le Président #Michel_Deneken à prendre nos questions avec plus de sérieux et à y répondre publiquement avec précision, afin de rassurer notre communauté de recherche et d’enseignement sur la préservation de nos libertés fondamentales.

    L’intersyndicale de l’Université de Strasbourg,CNT-STP67, DICENSUS, FO-ESR, SNCS-FSU, SNASUB-FSU, SNESUP-FSU, Solidaires Étudiant•e•s Alsace, Sud Éducation Alsace.

    https://fsusupalsace.files.wordpress.com/2020/02/communiquec2b4-intersyndical-sur-la-sec2b4curitec2b4-a
    #vidéosurveillance

    ping @etraces
    #Deneken

    https://seenthis.net/messages/827175 via CDB_77


  • Le gouvernement a créé une #cellule_militaire pour surveiller les opposants à l’agro-industrie
    https://m.reporterre.net/local/cache-vignettes/L720xH480/arton19447-da8ed.jpg?1579023156#.jpg

    Le gouvernement veut « faire taire tous ceux qui mènent des actions symboliques contre le système de l’#agriculture_industrielle », dénoncent de multiples défenseurs de l’#agriculture_paysanne et biologique, réunis dans cette tribune. Ils s’inquiètent fortement de la création de la #cellule_de_renseignement #Demeter, lancée fin octobre, soi-disant destinée à lutter contre l’« #agribashing ».

    Il y aura un avant et un après Demeter. Le 13 décembre, le ministre de l’Intérieur de la République française Christophe #Castaner s’est rendu dans le Finistère en compagnie de la présidente de la #FNSEA #Christiane_Lambert. Dans le cadre d’une #convention signée entre son ministère et ce #syndicat_agricole. Cette première anomalie démocratique — depuis quand la #police républicaine est-elle aux ordres d’une structure privée ? — n’est pas la dernière, de loin.

    En effet, ce voyage avait pour but principal de lancer une cellule de la #gendarmerie_nationale appelée Demeter, la déesse grecque des moissons. Et marque reconnue, depuis des lustres, de l’agriculture sans pesticides. Quel en est le but affiché ? La lutte contre « l’agribashing ». Ce terme est une invention des communicants de la FNSEA, qui prétend sans en apporter la moindre preuve qu’on assisterait en #France à une entreprise concertée de dénigrement du monde agricole. Elle permet à ce syndicat de maintenir ce qu’elle fait depuis des dizaines d’années : une pression lobbyiste pour obtenir en retour des avantages économiques.

    Le ministre, confronté avec son gouvernement à une situation politique difficile, a donc décidé de jouer ce rôle dangereux, affirmant par exemple : « Depuis quelques années, un phénomène grandit, inacceptable. De plus en plus, nos agriculteurs sont visés par des intimidations, des dégradations, des insultes. »

    Empêtré dans cette imprudente déclaration, le ministre démontre dans le même texte qu’il est incapable de prouver par le moindre fait la réalité de ce phénomène. Les #chiffres qu’il cite pour 2019 parlent d’eux-mêmes : sur la base de 440.000 exploitations agricoles, les plaintes portent sur 314 tracteurs volés, 24 vols avec violence, 657 voitures dérobées.

    Encore faut-il préciser que les vols avec violences ont diminué en un an de 31,4 %. La plupart des centres urbains se damneraient pour de telles #statistiques. Il est visiblement plus simple de mobiliser la police que de régler la situation dramatique de la #paysannerie française.

    Il y a encore plus grave. Volontairement, n’en doutons pas, M. Castaner mélange dans un stupéfiant gloubi-boulga la #délinquance vile — cambriolages, vols de matériel, incendies, dégradations —, les #occupations_de_terres_agricoles par des #gens_du_voyage, les actions antifourrure ou antichasse. C’est mettre sur le même plan criminel le vol, le droit des populations nomades, celui de la critique sociale et politique.

    Il y a encore plus grave. M.Castaner entend s’attaquer dans le cadre de Demeter, ainsi qu’il l’écrit, aux « actions de nature idéologique, qu’il s’agisse de simples #actions_symboliques de #dénigrement du milieu agricole ou d’#actions_dures ayant des répercussions matérielles ou physiques ». Cette fois, on aura compris : il s’agit de faire taire tous ceux qui mènent des actions symboliques contre le système de l’agriculture industrielle, dont la FNSEA est le principal soutien.

    La #démocratie, ce n’est pas pactiser avec les #lobbies dans le dos de la société

    Qui mène « des actions symboliques » contre ce système ? Le mouvement des #Coquelicots, qui réclame la fin des #pesticides, soutenu par un million de citoyens. Les #maires qui prennent des arrêtés contre ces poisons chimiques. Des dizaines de milliers de paysans qui ont déjà choisi l’agriculture biologique. Beaucoup d’autres, qui défendent le modèle de l’agriculture paysanne contre les projets délirants d’usines à vaches, à cochons ou à poulets. Et au total des centaines de milliers de citoyens engagés contre l’importation massive de #soja_transgénique et donc l’#élevage_industriel, contre la mort des oiseaux et des insectes, pour des rivières débarrassées de la pollution et des rivages sans algues vertes, enfin pour une #alimentation de haute qualité.

    Il ne fait aucun doute, à nos yeux, qu’une ligne a été franchie. La démocratie, ce n’est pas pactiser avec les lobbies dans le dos de la société. Et quand le ministre parle « d’améliorer [la] coopération avec le monde agricole et de recueillir des renseignements », chacun comprend ce que cela veut dire. Cela signifie l’#intimidation accrue de tous les adversaires décidés de la FNSEA, qui passe nécessairement par la #surveillance_électronique et informatique, d’éventuelles #écoutes_téléphoniques, voire des #filatures, des #infiltrations, ou pire encore, la #délation.

    Nous prévenons solennellement le gouvernement que nous refusons cette #criminalisation et que nous demandons le démantèlement de la cellule Demeter. Notre contestation de l’agriculture industrielle, non-violente, se fait et se fera au grand jour, dans la conviction d’exprimer la volonté majoritaire de la société française. Nous voulons beaucoup de paysans, beaucoup plus de paysans, heureux et fiers de leur métier, enfin payés au prix convenable pour leur participation au bien commun. C’est en effet un autre monde que celui de la FNSEA.

    https://m.reporterre.net/Le-gouvernement-cree-une-cellule-militaire-pour-surveiller-les-opposan
    #répression #surveillance #résistance #industrie_agro-alimentaire #agriculture_biologique

    ping @davduf @odilon @fil @etraces
    @mathieup @daphne @albertocampiphoto

    https://seenthis.net/messages/826064 via CDB_77


  • Une technologie française de reconnaissance faciale échoue à reconnaître le moindre visage parmi 900 000 véhicules qui passent chaque jour à New York Thomas Giraudet - 10 Avr 2019 - business insider
    https://www.businessinsider.fr/une-technologie-francaise-de-reconnaissance-faciale-echoue-a-reconna

    Ce devait être un test fiable pour identifier les contrevenants à New York grâce à la reconnaissance faciale. Mais un an après, c’est un échec français. La technologie de l’entreprise Idemia, née du rapprochement de Morpho, filiale de Safran, avec Oberthur Technologies, n’a pas été en mesure de reconnaître le moindre visage parmi les 900 000 véhicules qui passent chaque jour le pont Robert F. Kennedy, qui relie Manhattan au Queen’s et au Bronx, révèle le Wall Street Journal. https://www.wsj.com/articles/mtas-initial-foray-into-facial-recognition-at-high-speed-is-a-bust-11554642000

    https://www.businessinsider.fr/content/uploads/2019/04/new-york-trafic-jam-785x576.jpg
    Embouteillages à New York. Flickr/Clemens v. Vogelsang

    Le quotidien de la finance cite un mail de l’entreprise chargée des transports publics new yorkais — Metropolitan Transportation Authority (MTA) — qui indique « qu’aucun visage n’a été identifié dans des paramètres acceptables ». Interrogé par le Wall Street Journal, un porte-parole de la MTA précise que l’expérimentation annoncée à l’été 2018 se poursuivra malgré tout. Idemia, qui aurait vendu le logiciel 25 000 dollars, n’a pas répondu aux questions du journal. A ce stade, aucune explication claire sur les raisons de cette faille n’a été formulée.

    Etats et entreprises commencent à s’emparer de la reconnaissance faciale, même si cela soulève de nombreuses oppositions sur la protection de la vie privée. Si Apple propose cette technologie pour déverrouiller son iPhone ou Aéroports de Paris pour éviter les files d’attente, le Japon compte l’utiliser pour contrôler les 300 000 athlètes pendant les Jeux Olympiques de 2020 tandis que la Chine a déjà largement étendu son application. Plusieurs régions scannent ainsi l’intégralité de la population du pays en une seconde pour traquer et arrêter des personnes.

    Sur son site internet, Idemia avance que sa solution d’identification faciale « permet aux enquêteurs, analystes et détectives dûment formés de résoudre des crimes grâce à la recherche automatique des visages et au suivi de photos ou de vidéos ». Pour ce faire, elle compare différentes photos et vidéos à une base de données, même à partir de plusieurs vues partielles.

    Née de la fusion de Morpho, filiale de Safran, avec Oberthur Technologies, Idemia officie sur les marchés de l’identification, de l’authentification et de la sécurité des données. Mais surtout des cartes de paiement : avec Gemalto, elles se partagent la grande majorité du marché mondial des encarteurs. Idemia réalise environ 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

    #IA #râteau #idemia #intelligence_artificielle #algorithme #surveillance #complexe_militaro-industriel #big-data #surveillance_de_masse #biométrie #business #biométrie #vie_privée #MDR

    https://seenthis.net/messages/773897 via BCE 106,6 Mhz


  • France : « la prison chevillée au corps »
    https://www.prison-insider.com/articles/france-la-prison-chevillee-au-corps
    https://www.prison-insider.com/assets/f1200x630-q80-p1/cf45d97f/daniel_clay_2swh_lwzp1s_unsplash.jpg
    @etraces @chezsoi
    Les mesures alternatives à la prison concernent bien plus de personnes que celles qui sont incarcérées. Ces mesures prennent le pas, en France comme dans de nombreux pays occidentaux, sur la détention. Un peu plus de 70 000 personnes sont détenues au début de l’année 2019. Dans le même temps, elles sont 170 000 à être suivies en milieu ouvert.

    Le placement sous #surveillance_électronique repose sur un principe d’assignation et permet de purger sa peine à domicile. La prison chez soi, une étape vers la liberté ou une nouvelle forme de surveillance ? Franck Ollivon est enseignant-chercheur. Il est spécialiste en #géographie_carcérale et l’auteur de la thèse La prison chevillée au corps. Pour une approche géographique du placement sous surveillance électronique. #Prison_insider lui a posé trois questions.
    #contrôle #France

    https://seenthis.net/messages/815735 via Vanderling


  • Thierry Breton, PDG d’une multinationale financée par les fonds européens en voie de devenir commissaire... européen
    https://www.bastamag.net/Thierry-Breton-audition-Commission-Europe-conflit-interets-PDG-Atos-Macron

    Après le rejet de Sylvie Goulard par le Parlement européen, Emmanuel Macron a proposé Thierry Breton au poste de commissaire européen au Marché intérieur. Au vu du curriculum vitæ du personnage et des marchés sur lesquels intervient l’entreprise dont il était PDG, Atos, ce choix pose de sérieuses questions. Le 12 novembre, le Parlement de Strasbourg a approuvé en commission la candidature de Thierry Breton au poste de commissaire européen. À 12 voix contre 11, les députés de la commission des Affaires (...) #Décrypter

    / #Europe, #Multinationales, #Capitalisme, #Surveillance_et_biométrie, A la une

    https://seenthis.net/messages/811109 via Basta !


  • Mastodon, Diaspora, PeerTube... : des alternatives « libres » face aux géants du Net et à leur monde orwellien
    https://www.bastamag.net/Mastodon-Diaspora-PeerTube-Qwant-framasoft-logiciels-libres-open-street-ma

    En vingt ans, Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft ont investi notre quotidien, colonisé nos imaginaires, mis la main sur nos données personnelles. Peut-on leur échapper ? Pour chacun de ces services, les alternatives aux « Gafam » existent déjà, et rassemblent, pour certaines d’entre elles, plusieurs millions d’utilisateurs. Basta ! vous les présente. Les chiffres sont à manier avec précaution, mais on estime que Google capterait à lui seul plus de 90 % des requêtes sur les moteurs de (...) #Résister

    / #Technologies_libres, Surveillance, fichage, censure : la démocratie en danger ?, #Atteintes_aux_libertés, #Multinationales, #Surveillance_et_biométrie, A la (...)

    #Surveillance,fichage,_censure:la_démocratie_en_danger ?

    https://seenthis.net/messages/805870 via Basta !


  • Face à Google, Facebook et aux géants de la Silicon Valley : la révolte qui vient ?
    https://www.bastamag.net/Gafam-Google-Apple-Facebook-Amazon-Microsoft-Revolte-Silicon-Valley-Regula

    Les géants de la Silicon Valley – Google, Apple, Facebook, Amazon, et Microsoft – sont confrontés depuis quelques mois à des grèves et des pétitions émanant de leurs propres salariés, à des appels au démantèlement lancés par des élus du Congrès, à des amendes en cascade dans plusieurs pays… Certains se prennent à rêver de la « fin » des Gafam. Les pères fondateurs de la Silicon Valley ont dû se retourner dans leur tombe. Le royaume californien des « Gafam » (acronyme de Google, Apple, Facebook, Amazon et (...) #Résister

    / #Amériques, Surveillance, fichage, censure : la démocratie en danger ?, #Multinationales, #Surveillance_et_biométrie, A la (...)

    #Surveillance,fichage,_censure:la_démocratie_en_danger ?

    https://seenthis.net/messages/805676 via Basta !


  • Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
    https://www.bastamag.net/Alain-Damasio-Les-Furtifs-La-Volte-ultra-liberalisme-ZAD-pouvoir-alienatio

    Comment vivre dans des villes privatisées, où notre attention est contrôlée et sollicitée en permanence, et nos corps pistés à chaque instant ? Le dernier roman d’Alain Damasio, dont l’action se déroule en 2040, explore ce monde possible, avec justesse, de manière sensible et réaliste. Il nous invite à sortir d’urgence de nos « techno-cocons », à expérimenter de nouvelles manières d’être au monde et de résister, pour reprendre le contrôle sur nos vies. Attention, entretien décapant. Photo (une) : Alain Damasio (...) #Inventer

    / A la une, #Politique, #Altermondialisme, #ZAD, #Surveillance_et_biométrie

    https://seenthis.net/messages/792261 via Basta !


  • Pegasus, ce logiciel israélien dont les gouvernements sont friands pour espionner leurs opposants
    https://www.bastamag.net/Khashoggi-Mansoor-Whatsapp-espionnage-spyware-Pegasus-droits-humains-oppos

    Elle est accusée d’être mêlée à l’affaire Khashoggi, d’être responsable du hackage de Whatsapp révélé il y a peu, l’un de ses logiciels espions est utilisé pour surveiller des défenseurs des droits humains un peu partout dans le monde… Amnesty International la qualifie d’« entreprise incontournable pour les violeurs des droits humains ». La société israélienne NSO Group est la cible d’actions en #Justice pour avoir fabriqué et vendu un spyware à des gouvernements qui l’utilisent pour surveiller dissidents et (...)

    #Décrypter

    / A la une, #Proche_et_Moyen_Orient, Surveillance, fichage, censure : la démocratie en danger ?, Justice, #Atteintes_aux_libertés, Surveillance et (...)

    #Surveillance,fichage,_censure:la_démocratie_en_danger ? #Surveillance_et_biométrie

    https://seenthis.net/messages/790252 via Basta !


  • Comment La Poste tente de constituer une base de données géante sur « tous les Français »
    https://www.bastamag.net/Comment-La-Poste-tente-de-constituer-une-base-de-donnees-geante-concernant

    Une entreprise française sait beaucoup de choses sur vous : où vous habitez, quand vous déménagez, de combien de membres se compose votre famille, quel type de colis vous recevez et de qui… Cette entreprise, c’est La Poste, déjà connue pour revendre des fichiers d’adresses à des entreprises pour leurs prospections commerciales. Un nouveau cap pourrait être franchi : La Poste a racheté une start-up grenobloise spécialisée dans l’intelligence artificielle, qui permet de collecter et d’organiser des (...)

    #Décrypter

    / A la une, Surveillance, fichage, censure : la démocratie en danger ?, #Enquêtes, Surveillance et (...)

    #Surveillance,fichage,_censure:la_démocratie_en_danger ? #Surveillance_et_biométrie

    https://seenthis.net/messages/767243 via Basta !


  • Au nom de la lutte anti-terroriste, un projet de règlement européen pourrait tuer l’internet indépendant
    https://www.bastamag.net/Au-nom-de-la-lutte-anti-terroriste-un-projet-de-reglement-europeen-pourrai

    Un texte déposé par la Commission européenne en septembre, sur demande de la France et de l’Allemagne au nom de la « lutte antiterroriste », pourrait être adopté rapidement. Peu médiatisé, ce projet fait pourtant peser une lourde menace sur la liberté d’expression et les outils internet indépendants de Google, Facebook, Twitter et consorts. Sous prétexte de bloquer les contenus considérés comme terroristes, un pouvoir de censure sera confié au secteur privé et aux États, même les plus arbitraires. Certains (...)

    #Décrypter

    / A la une, #Technologies_libres, #Europe, Surveillance, fichage, censure : la démocratie en danger ?, #Surveillance_et_biométrie, #Droits_fondamentaux, (...)

    #Surveillance,fichage,_censure:la_démocratie_en_danger ? #Multinationales

    https://seenthis.net/messages/740649 via Basta !


  • La prolifération des « robots tueurs » inquiète la communauté internationale
    https://www.bastamag.net/La-proliferation-des-robots-tueurs-inquiete-la-communaute-internationale

    Le salon international de l’industrie de l’armement Eurosatory a ouvert ses portes le 11 juin au nord de Paris. À côté des traditionnels canons et missiles, le salon devrait faire la part belle à la troisième grande rupture technologique dans le domaine militaire : après la poudre puis la bombe nucléaire, voici le temps des robots armés et de plus en plus autonomes. Cette « innovation » fait l’objet de vifs débat. Quel degré d’autonomie peut-on laisser à une machine pour identifier et attaquer une cible (...)

    #Résister

    / A la une, #Enquêtes, #Guerres_et_résolution_des_conflits, #Surveillance_et_biométrie

    https://seenthis.net/messages/701672 via Basta !


  • #big_brother : la police prédictive et la #surveillance basée sur #intelligence_artificielle débarque en France après les Etats-Unis
    http://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/big-brother-la-police-predictive-et-la-surveillance-basee-sur-

    Pour votre sécurité vous n’aurez plus de liberté ! Et donc plus du tout de sécurité. On savait déjà que le #Totalitarisme capitaliste développait massivement une #surveillance_de_masse des communications : internet, téléphone, téléphone mobile, pas une des données de vos échanges n’échappe aux grandes oreilles des agences de renseignements. Mais désormais avec les […]

    #5-CULTURE_DEBATS #articles #big_data #capitalisme #Fascisation #Fascisme #flicage #sécurité


  • Face à Trump, Internet Archive a copié 200 To de données gouvernementales au cas où
    http://www.numerama.com/politique/256838-face-a-trump-internet-archive-a-copie-200-to-de-donnees-gouvernemen

    Depuis l’élection de Donald Trump, la fondation Internet Archive a copié pas moins de 200 To de données issues des sites gouvernementaux par précaution. Depuis son accession au pouvoir, l’administration Trump a fait montre d’une certaine proportion à se débarrasser de tout ceux et celles ce qui n’embrasse pas son point de vue, risque de le mettre en difficulté ou représente un contre-pouvoir à son action. Sally Yates (ex-procureure générale des États-Unis), Preet Bharara (ex-procureur de Manhattan) et (...)

    #censure #surveillance_des_scientifiques #surveillance #Internet_Archive

    https://seenthis.net/messages/597477 via etraces


  • Nouveaux scandales au Canada et au Royaume Unis, le capitalisme c’est #surveillance_de_masse et #Totalitarisme !
    http://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/scandales-au-canada-et-au-royaume-unis-le-capitalisme-cest-sur

    Les révélations se suivent et se ressemblent. Mettant chaque fois un peu plus au jour un système de surveillance généralisée de la population. Ces révélations de systèmes d’espionnage et de contrôle des populations, visant plus particulièrement journalistes, syndicalistes, opposants, ne sont pas des « dérives » mais bien la structure même du système capitaliste. Un système totalitaire […]

    #5-CULTURE_DEBATS #articles #intercept #liberté #NSA #snowden #surveillence


  • Sur Twitter, les rénégats du secteur public américain lancent une offensive anti-Trump
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/01/27/sur-twitter-les-renegats-du-secteur-public-americain-lancent-une-offensive-a

    Les employés de plusieurs organismes fédéraux américains ont reçu des consignes leur interdisant de communiquer avec le public. En réaction, ils ont créé des comptes Twitter rebelles. « M. Trump, vous nous avez peut-être baillonnés officiellement. Mais avec des preuves scientifiques et Internet, notre message sortira. » Mardi 24 janvier, le compte Twitter @AltUSNatParkService publiait ses premiers messages. Deux jours plus tard, il dépassait le million d’abonnés. Sa particularité ? Il se présente (...)

    #Twitter #surveillance_des_scientifiques #surveillance

    https://seenthis.net/messages/564817 via etraces


  • Trump silences government scientists with gag orders
    http://www.theverge.com/2017/1/24/14372940/trump-gag-order-epa-environmental-protection-agency-health-agriculture

    Employees at Environmental Protection Agency and Department of Agriculture are affected Less than a week after the inauguration, the Trump administration has already gagged employees at two federal agencies. Memos obtained by various media outlets show that scientists at the Environmental Protection Agency and Department of Agriculture are now blocked from communicating with the public and the press. At the EPA, whose grants and contract budget have also been frozen, employees are not (...)

    #surveillance #surveillance_des_scientifiques

    https://seenthis.net/messages/564141 via etraces