• « Je ne suis pas trop habituée à dire à un gamin de 15 ans qu’il va dormir dehors »
    https://www.bastamag.net/Je-ne-suis-pas-trop-habituee-a-dire-a-un-gamin-de-15-ans-qu-il-va-dormir-d

    Marcia Burnier est assistante sociale dans le droit des étrangers, au sein d’un centre de santé associatif pour exilés. Les enfants et adolescents étrangers isolés qui arrivent en France doivent obligatoirement passer par un dispositif saturé qui évalue leur minorité, avant de pouvoir être hébergés et pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance. Souvent refusés, ces adolescents font ensuite appel au juge pour enfants qui décide soit de les protéger, soit de les déclarer majeurs, soit d’ordonner des (...)

    #Témoignages

    / #Migrations, #Droits_fondamentaux, A la une

    https://seenthis.net/messages/721444 via Basta !


  • Luleka Mkuzo : « Mandela will always be an icon » - 7 Lames la Mer
    http://7lameslamer.net/luleka-mkuzo-mandela-will-always.html#top
    http://7lameslamer.net/IMG/arton315.png

    Réalisée en 2013 quelques mois avant la mort de #NelsonMandela [5 décembre 2013], cette interview de la Sud-Africaine, Luleka Mkuzo est un #témoignage poignant et un #hommage intemporel.

    Luleka Mkuzo : « #Mandela sera toujours une icône »

    A 30 ans, Luleka Mkuzo travaille au département "importation" d’une grande compagnie sud africaine. Elle vit à Durban et a confié à "7 Lames la Mer" ses souvenirs d’enfant élevée sous l’#apartheid. Aujourd’hui, Luleka mesure le chemin parcouru depuis : « en tant que femme noire, je suis respectée par les gens, hommes et femmes, toutes races confondues. Sous l’apartheid, les femmes noires devaient rester à la maison et s’occuper du ménage. Elles étaient considérées comme inférieures aux hommes et aux autres races ».

    #afriquedusud


  • “Ce serait mieux si…” (Séance d’écriture-flash n°6, CM2)

    Consigne : Je vais taper dans les mains une fois et vous devrez faire silence. Mes instructions seront écrites au tableau et vous n’aurez aucune autre indication. Impossible de me poser des questions, impossible d’en discuter avec vos camarades, le silence doit être complet. Lorsque je frapperai par deux fois dans mes mains, cette contrainte sera levée. Des questions ?
    – Prenez une feuille de classeur et un crayon.
    – Écrivez votre prénom.
    – Écrivez une phrase ou un court texte commençant par « Ce serait mieux si… ».
    – Je chronomètre 3 minutes à l’horloge et je relève les feuilles.

    Productions des élèves (1er jet, orthographe et syntaxe corrigées par moi)

    – Ce serait mieux si chez moi il y avait deux salons et des animaux de compagnie et une PS4, et aussi une télé.
    – Ce serait mieux si on avait une habitation, une famille, de la nourriture. Ce serait mieux si on vivait sans problèmes.
    – Ce serait mieux s’il n’y avait plus de problèmes. Et si on n’arrêtait de se disputer. Et si on n’arrêtait de m’embêter et qu’on arrêtait de parler derrière mon dos.
    – Ce serait mieux si on avait une maison au lieu d’un immeuble et aussi si j’avais un frère. Ça changerait un peu : il n’y aurait pas que des filles à la maison. Il y aurait peut-être plus de bêtises et aussi plus de joie. Mon père ne dirait plus : « Allez les gars, c’est l’heure d’aller au lit. »
    – Ce serait mieux si je vivais dans un château avec ma famille, avec une piscine et un jacuzzi.
    – Ce serait mieux s’il n’y avait plus de pollution, plus de pauvreté ni de faim dans le monde. Ce serait mieux s’il n’y avait plus de racisme.
    – Ce serait mieux si Maître Coutil passait une journée dans notre classe, si on faisait moins de Picot.
    – Ce serait mieux si on allait à Paris voir la Tour Eiffel.
    – Ce serait mieux si je parlais quand on m’interroge parce que quand on m’interroge, je ne parle pas beaucoup.
    – Ce serait mieux si personne ne se disputait et que tout le monde était amies.
    – Ce serait mieux si on pouvait voler dans les airs et aussi voir à travers les murs comme ça la maîtresse pourrait voir ceux qui font des bêtises. À côté, ce serait mieux si notre mère ne mourrait pas et puis aussi si j’avais tout ce que je voulais.
    – Ce serait mieux si dans ce monde il n’y avait plus jamais de problèmes ou de disputes et mieux encore si on s’acceptait : couleurs de peau ou pas, fille ou garçon.
    – Ce serait mieux si on allait tout le temps au cinéma.
    – Ce serait mieux si un jour un monsieur passait. Il serait au téléphone et dirait : « Bon bébé, je te laisse, je dois travailler ». Et là un monsieur viendrait et dirait : « Mais c’est quoi ce menteur ! Arrête de mentir ! »
    – Ce serait mieux si j’avais une grande maison, on aurait plus d’espace et un grand jardin et si avec mes amies on s’était amusées.
    – Ce serait mieux s’il faisait beau, je veux du soleil !
    – Ce serait mieux si l’école ouvrait à 10h, comme ça on pourrait dormir plus longtemps.

    #école #témoignage #production_d'écrits #CM2

    https://seenthis.net/messages/703129 via Pierre Coutil


  • L’histoire retrouvée d’un village français du XIXe siècle

    https://www.franceculture.fr/conferences/ecole-nationale-des-chartes/le-plancher-de-joachim-lhistoire-retrouvee-dun-village-francais

    https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2018/03/25bd1985-d87c-4043-a6ca-335a83dc4246/738_738_738_1280px-caillebotteraboteurs.jpg

    En 1880, dans les Hautes-Alpes, un menuisier cache un récit autobiographique sous le plancher qu’il était en train de poser dans un château. Sachant qu’il ne sera pas lu avant cent ans, il se livre et n’épargne personne dans le village, offrant une peinture acérée des mœurs de son temps.

    #mémoire #témoignage

    https://seenthis.net/messages/696779 via Reka


  • Existe-t-il une #vie_quotidienne dans les #tranchées de 1914-1918 ? En s’appuyant sur de nombreux #témoignages de poilus (carnets, lettres, #souvenirs, récits, etc.), il s’agit de tenter d’approcher au plus près de cette épouvantable #expérience.

    http://sms.hypotheses.org/2615

    https://sms.hypotheses.org/files/2014/09/800px-Studying_French-287x300.jpg

    #vie_quotidienne, #tranchée, #première_guerre_mondiale, #guerre, #1914-1918, #témoignage, #poilu, #vie, #social, #histoire, #Grande Guerre, #front, #société_des_tranchées, #mourir, #vivre, #expérience, #corvée, #brassage, #identité, #vécu, #fatalisme, #paix

    https://seenthis.net/messages/681334 via Mondes Sociaux


  • “J’ai peur que…” (Séance d’écriture-flash n°3, CM2)

    Consigne : Je vais taper dans les mains une fois et vous devrez faire silence. Mes instructions seront écrites au tableau et vous n’aurez aucune autre indication. Impossible de me poser des questions, impossible d’en discuter avec vos camarades, le silence doit être complet. Lorsque je frapperai par deux fois dans mes mains, cette contrainte sera levée. Des questions ?
    – Prenez une feuille de classeur et un crayon.
    – Écrivez votre prénom.
    – Écrivez une phrase ou un court texte commençant par « J’ai peur que… ».
    – Je chronomètre 3 minutes à l’horloge et je relève les feuilles.

    Productions des élèves (1er jet, orthographe corrigée par moi)

    – J’ai peur que j’aie une mauvaise note à mon évaluation.
    – J’ai peur qu’un jour je me casse une jambe ou un bras.
    – J’ai peur que j’aie des mauvaises notes à l’école parce que mon père me frappe.
    – J’ai peur des araignées. J’ai peur d’aller au collège. J’ai peur des films d’horreur.
    – J’ai peur que ma mère aille à la piscine avec mon père. J’ai peur que la rentrée scolaire soit demain.
    – J’ai peur que la maîtresse me fasse redoubler et aussi que ma mère me gronde à la manière physique quand je vais redoubler. J’ai aussi peur que la maîtresse ne puisse pas venir à l’école parce quelle est malade.
    – J’ai peur que ma meilleure amie me trahisse et qu’elle oublie les promesses qu’on s’est faites.
    – J’ai peur que ma maison brûle, qu’il y ait une guerre en France, que ma famille meure, qu’il y ait des catastrophes climatiques et que l’état de la Terre empire.
    – J’ai peur que quand je vais à l’école il y ait un homme qui me fixe et qui me kidnappe.
    – J’ai peur que.
    – J’ai peur que je déménage et change d’école et que je ne vois plus mes amies et qu’on ne m’accepte pas dans l’autre école.
    – J’ai peur que tu me tapes quand je fais une bêtise. Pourquoi tu me fais ça ? Ma petite sœur me tape et moi je veux me défendre et je la tape et toi tu me grondes.
    – J’ai peur que ma maison brûle et qu’il y ait un monstre sous mon lit qui m’attrape par le pied et qu’il me mange.
    – J’ai peur qu’on me tape. J’ai peur qu’on me crie dessus. J’ai peur qu’on me punisse. J’ai peur que j’aie un mot sur le cahier.
    – J’ai peur que je me retrouve sans famille parce que ma famille m’apporte de la nourriture, des frères et sœurs, le sommeil et plein d’autres choses encore. Elle me fait découvrir des pays et des villes et m’apporte surtout le bonheur.
    – J’ai peur que quelqu’un prenne mon petit copain, que ma famille et moi on soit dans la rue, que je meure bientôt.
    – J’ai peur que ce soit la fin du monde comme ça : boum, de mourir. Mais j’ai peur de partir au collège, dans la cour des grands il y a des harceleurs.
    – J’ai peur que mon père me frappe et me tire les cheveux.
    – J’ai peur que la souris me voit parce que je vais la donner au mammouth. J’ai trop peur du mammouth, mais pas pour de vrai.

    #école #témoignage #production_d'écrits #CM2 #peurs

    https://seenthis.net/messages/681542 via Pierre Coutil


  • Convoqué par la police après avoir sauvé du froid une femme enceinte et deux enfants
    https://www.bastamag.net/Convoque-par-la-Police-apres-avoir-sauve-du-froid-une-femme-enceinte-et-de

    Le week-end dernier, lors d’une maraude dans les Alpes, à la recherche de migrants perdus dans le froid de l’hiver, un citoyen a secouru une famille transie et épuisée. Il a donné aux deux jeunes enfants de 2 et 4 ans et à leurs parents de quoi se réchauffer. Puis, comprenant que la femme est enceinte de 8 mois et demi, il décide de l’emmener à l’hôpital. Arrêté en chemin par les douaniers, il se voit reprocher de transporter des personnes en situation irrégulières et il est sommé de se présenter à la (...)

    #Témoignages

    / #Migrations

    https://seenthis.net/messages/676118 via Basta !


  • “Le problème c’est que…” (Séance d’écriture-flash n°2, CM2)

    Consigne : Je vais tapper dans les mains une fois et vous devrez faire silence. Mes instructions seront écrites au tableau et vous n’aurez aucune autre indication. Impossible de me poser des questions, impossible d’en discuter avec vos camarades, le silence doit être complet. Lorsque je frapperai par deux fois dans mes mains, cette contrainte sera levée. Des questions ?
    – Prenez une feuille de classeur et un crayon.
    – Écrivez votre prénom.
    – Écrivez une phrase ou un court texte commençant par « Le problème c’est que… ».
    – Je chronomètre 3 minutes à l’horloge et je relève les feuilles.

    Productions des élèves (1er jet, orthographe corrigée par moi)

    – Le problème c’est que je suis impatient des vacances.
    – Le problème c’est que je suis amoureux d’une fille et qu’elle ne m’aime pas.
    – Le problème c’est que.
    – Le problème c’est que c’est ton anniversaire et que tu es habillé tout en orange.
    – Le problème c’est que j’arrive pas à travailler en groupe parce que je parle et je me concentre pas.
    – Le problème c’est que je n’ai pas d’idées pour écrire une phrase qui commence par “Le problème c’est que”.
    – Le problème c’est que je n’ai pas d’argent et que je n’ai pas de femme.
    – Le problème c’est que des gens l’aident et lui fait n’importe quoi, il croit que la maîtresse ment, et l’insulte de tout. Au bout d’un moment on peut rien faire et du coup on le sanctionne.
    – Le problème c’est qu’on parle trop. Le problème c’est que je m’ennuie. Le problème c’est qu’il y a trop de problèmes à l’école.
    – Le problème c’est ce qu’on a fait aujourd’hui. Le problème c’est que j’ai jeté un ballon chez le voisin et j’ai cassé la vitre, mon père a crié sur moi et ma mère.
    – Le problème c’est que deux garçons se sont bagarrés pour une fille. Le problème c’est que le petit garçon âgé de 11 ans a donné un coup dans la pomme d’Adam, il est parti à l’hôpital. Le problème c’est que la fille se lève et elle lui donne une grosse claque et elle part en pleurant.
    – Le problème c’est que tu ne m’écoutes pas quand je te dis de ranger ta chambre ou quand je te dis de faire tes devoirs. Et on est quatre dans la famille alors tu vas aller faire l’aspirateur, passer le balaie. Et demain, tu vas aller à l’école. Alors pour moi c’est énervant.
    – Le problème c’est qu’on travaille que du Picot*, c’est nul.
    – Le problème c’est que je n’ai plus de feuilles de classeur et je fais que prendre celles de mes camarades.
    – Le problème c’est que je n’ai pas envie d’avoir de devoirs.
    – Le problème c’est que je ne trouve pas mes chaussures.
    – Le problème c’est qu’on ne peut pas diviser, ni additionner et ni faire une soustraction, c’est ça le problème.
    – Le problème c’est que je veux un lapin mais mes parents ne veulent pas. Un lapin c’est doux et calme, il n’est pas agité et puis c’est mignon, mais le vrai problème c’est qu’il fait des crottes partout.
    – Le problème c’est que.
    – Le problème c’est qu’on ne peut pas faire des divisions et multipliquer par 5. Ok ?

    (* Méthode de Français pour la grammaire/conjugaison/orthographe.)

    #école #témoignage #production_d'écrits #CM2 #problèmes

    https://seenthis.net/messages/669801 via Pierre Coutil


  • “Chez moi, c’est…” (Séance d’écriture-flash n°1, CM2)

    Consigne : Je vais tapper dans les mains une fois et vous devrez faire silence. Mes instructions seront écrites au tableau et vous n’aurez aucune autre indication. Impossible de me poser des questions, impossible d’en discuter avec vos camarades, le silence doit être complet. Lorsque je frapperai par deux fois dans mes mains, cette contrainte sera levée. Des questions ?
    – Prenez une feuille de classeur et un crayon.
    – Écrivez votre prénom.
    – Écrivez une phrase ou un court texte commençant par « Chez moi, c’est… ».
    – Je chronomètre 3 minutes à l’horloge et je relève les feuilles.

    Productions des élèves (1er jet, orthographe corrigée par moi)

    – Chez moi, c’est toute la cité et chez ma mère.
    – Chez moi, c’est la fête, on s’amuse, on fait la fête et des animations. J’ai invité mes amies et même toute la classe. On mange des gâteaux et d’autres choses. C’est trop bien chez moi.
    – Chez moi, c’est grand : c’est tout comme moi.
    – Chez moi, c’est le bazar et ça pue.
    – Chez moi, c’est grand, joyeux.
    – Chez moi, c’est grand, on s’amuse et il y a une famille. Il y a le père, la mère et trois sœurs qui s’appelle Mounia, Hilma et la petite dernière Maïmouna. Chez moi, personne ne pleure, est triste. Tout le monde est content de vivre et de découvrir des choses extraordinaires.
    – Chez moi, c’est grand. Je vis dans un T3, un appartement à 3 pièces différentes comme le salon, chambre, cuisine, toilettes.
    – Chez moi, c’est les disputes avec ma sœur, un peu avec mes frères.
    – Chez moi, c’est.
    – Chez moi, c’est grand, beau. Il y a un canapé, des choses, cinq chambres, une télévision, des placards, des rideaux.
    – Chez moi, c’est petit comme une souris.
    – Chez moi, c’est la fête, on a beaucoup à manger.
    – Chez moi, c’est Auch, une ville petite.
    – Chez moi, c’est un peu pareil tous les jours : on ne discute pas trop mais on joue.
    – Chez moi, c’est agréable de lire un livre. Il y a un grand jardin et on peut regarder les astres avec le télescope. On peut bien voir les Pyrénées les jours de pluie et le soir le soleil est magnifique. Le garage est très grand et on peut bricoler et jouer.
    – Chez moi, c’est grand et c’est joli.
    – Chez moi, c’est vide.
    – Chez moi, c’est très grand.
    – Chez moi, c’est bien. Je joue avec mon frère ou ma sœur. Je regarde la télé ou je joue toute seule et aussi je travaille mais pas beaucoup.
    – Chez moi, c’est génial, je peux jouer tranquillement.

    #école #témoignage #production_d'écrits #CM2 #habiter #chez_soi #domicile

    https://seenthis.net/messages/669800 via Pierre Coutil


  • #violences_sexuelles : franchir le barrage de la #Police et de la #Justice
    https://www.mediapart.fr/journal/france/191017/violences-sexuelles-franchir-le-barrage-de-la-police-et-de-la-justice

    L’injonction à porter plainte faite aux #femmes qui ont dénoncé les violences sexuelles qu’elles avaient subies sur Twitter, relayée par la ministre de la justice elle-même, se heurte à la réalité des faits. Beaucoup de femmes n’osent tout simplement pas. Et celles qui le font se heurtent souvent à un mur d’incompréhension, quand ce n’est pas de l’hostilité.

    #France #témoignages


  • Maria’s aftermath in Puerto Rico - The Boston Globe
    http://www.bostonglobe.com/news/bigpicture/2017/10/12/maria-aftermath-puerto-rico/2nbkd708VRK3rkARFi8ibP/story.html
    http://c.o0bg.com/rf/image_1200w/Boston/2011-2020/2017/10/02/BostonGlobe.com/ReceivedContent/Images/RinaldiPuertoRico231-001.jpg

    When I step off the plane in San Juan, eight days after the devastation, I see them. A wall of people trying desperately to get out of the country. They fill the airport — families, people in wheelchairs, people of all ages. Some have been camped out for days. It’s the first of a million long lines I will encounter in six days on the island. People are waiting for things we take for granted: gas, laundry, cash, water, food, medicine, shelter. At first the lines are jaw-dropping. After a while, they just become infuriating. Outside of San Juan, signs of Hurricane Maria are everywhere. A countryside entirely stripped of its foliage, debris strewn about, homes without roofs. Heading west, I spot a couple on the side of the highway carrying a basket of laundry down a steep hill. By the time I turn around to photograph them, they’re down in a stream washing their clothes. A few exits later, in Toa Baja, people are shoveling mud out of their homes. Manuel Albert Ruiz tells me a harrowing story about how he rescued his neighbor as the street began to flood in the middle of the storm. He calls her down to the street and demonstrates how he did it, scooping her up with one arm and tucking her to his side. They’re both laughing even though he’s in the midst of throwing away everything he owns. That night, Manuel’s wife will e-mail me and ask if I can send some of the pictures I shot of his baby photos. The framed photos had been covered in mud, and Manuel was throwing them away. His wife wanted my photos of them for her children. “Thank you! You have no idea what those few pictures mean to us,” she wrote. Reading her note, I wish I could do more. You want to fix things. You press the shutter. You hope, you shoot, you hope some more.

    #photo #témoignage #guerre_aux_pauvres #abandon

    https://seenthis.net/messages/637026 via Agnès Maillard


  • Des moines japonais ont tenu un journal climatique pendant 700 ans | National Geographic
    http://www.nationalgeographic.fr/environnement/des-moines-japonais-ont-tenu-un-journal-climatique-pendant-700-an

    Le lac Suwa se trouve dans les monts Kiso, au centre du Japon, dans une région que certains surnomment les Alpes japonaises. Lorsque le lac gèle, les changements quotidiens de températures font que la glace se dilate et se contracte, fracturant la surface du lac et la poussant vers le haut en créant une ride*. Selon la légende, cette crête, appelée omiwatari, est une trace de pied laissée par les dieux shintos traversant le lac. Depuis au moins 1443, les prêtres résidant dans un sanctuaire du bord du lac Suwa relèvent chaque année avec précaution la date à laquelle la crête apparaît.

    #climatologie #témoignages

    https://seenthis.net/messages/636174 via Sombre Hermano


  • Le harcèlement de rue, cette banalité qui nous pourrit la vie

    Vendredi 30 octobre, vers deux heures du matin, je rangeais le bar dans lequel je travaille. Trois hommes ivres buvaient leurs dernières bières, jusqu’au moment où l’un d’entre eux me demande si je suis célibataire. Je réponds poliment que non. Après quelques phrases échangées sur l’adultère et autres bêtises, il me lance : « bon, on peut te niquer ? ».

    Face à mon air outré et fâché, lui et ses acolytes se mettent à rire et ne semblent pas comprendre quel est le problème. Je les ai renvoyés chez eux, en soulignant que ce n’était pas normal ni acceptable de tenir des propos pareils. Sur le moment, ce manque de respect m’a réellement heurtée et fâchée, puis j’ai regretté de ne pas avoir mieux réagi. Ce genre d’anecdotes me conforte dans mon combat contre le harcèlement de rue et me motive à faire connaître MILLE SEPT SANS, une association que j’ai co-fondée à Fribourg cette année.

    http://www.jetdencre.ch/le-harcelement-de-rue-cette-banalite-qui-nous-pourrit-la-vie
    http://www.jetdencre.ch/wp-content/uploads/2015/11/coquoz.jpg
    #harcèlement_de_rue #sexisme #Mille_sept_sans #femmes #sexisme

    Mille sept sans :

    MILLE SEPT SANS est une association fribourgeoise à but non lucratif, de sensibilisation contre le harcèlement de rue. Fondée au début de l’année 2015, elle est composée de bénévoles.

    MILLE SEPT SANS propose des informations, des conseils et des témoignages dans le but de prévenir, sensibiliser et guider les Fribourgeois(e)s intéressé(e)s par le phénomène et/ou victimes de harcèlement de rue. Nous pensons que le harcèlement de rue doit cesser et être systématiquement pointé du doigt.

    Nous nous mobilisons contre le harcèlement de rue à Fribourg. Nous dénonçons un phénomène qui crée un climat de malaise voire d’insécurité dans les lieux publics.

    http://milleseptsans.ch

    #Témoignages :
    http://milleseptsans.ch/?page_id=30

    https://seenthis.net/messages/613178 via CDB_77


  • #livre La parole libérée – #Indonésie 1965-1966 : les victimes du génocide parlent
    https://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/livre-parole-liberee-indonesie-1965-1966-victimes-genocide-par

    Réseau Indonésie (éditeur) La parole libérée Indonésie 1965-1966 : les victimes parlent Dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 1965, sept hauts gradés de l’armée indonésienne furent enlevés et tués. Leurs corps furent ensuite jetés dans un puits asséché, dans les environs de Jakarta, au lieu-dit de Lubang Buaya. Ces meurtres, attribués au […]

    #5-CULTURE_DEBATS #articles #Gerwanie #histoire #livre #masacres_de_1965_en_indonésie #réseau_indonésie #témoignages


  • La fille de la bande | Haute Résolution
    http://www.hauteresolution.net/blog/articles/la-fille-de-la-bande/10

    Mais qu’est-ce qui nous empêche ?
    La réflexion qui germe dans ma tête, attablée à un bureau où les documents de l’ARCEP sont joyeusement entassés à côté du manuel de sémiologie, c’est que, si moi, qui n’ai pas la culture ni le pedigree estudiantin, je peux avoir de l’intérêt pour ces questions, et si moi je peux comprendre (un peu) ces sujets, mais qu’est-ce qui empêche les milliers de filles qui aiment l’informatique et le réseau, qui ont les bons neurones remplis de maths pour comprendre comment ça marche, de faire ce métier ? Il faut absolument avoir un kiki pour configurer des routeurs ? A quel moment c’est indispensable ?

    Moi je vois bien, qu’on a en France des filles comme Sarah Nataf qui arrivent très très bien à faire marcher BGP. Je vois qu’on me conseille de lire la prose de Delphine Cuny (rédactrice en chef adjointe de Rue89, rien que ça), Sandrine Cassini (journaliste au Monde) ou Sarah Belouezzane (journaliste au Monde, aussi !) dans la presse. Donc les filles sont capables non seulement de comprendre ces sujets, mais d’en rendre compte. C’est possible.

    Alors oui, je vois les barrières à l’entrée, qui sont nombreuses, et que j’ai effleurées au cours de mon parcours :

    – Accepter que faire du réseau, en étant une fille, c’est pas criminel (aka, passer au dessus de l’intériorisation d’un sexisme latent, qui fait que tu ne t’autorises pas à aimer telle ou telle chose, parce que c’est des « trucs de mec ») ;

    –La difficulté de faire valoir à ses parents que, « si, je veux être ingénieur réseau plus tard, et oui, « c’est un métier de mec », mais je m’en fiche » ;

    –L’école d’ingénieur, où l’on n’est pas bien nombreuses, et où on ne sait pas si tu es entrée parce que politique de quotas de filles dans l’école, ou vraies compétences (et où la sociabilité à base de chansons au goût douteux peut ne pas faciliter ton entrée dans le groupe) ;

    –Le milieu, plutôt tendance hostile, où il est difficile de se faire une place (dans des métiers autres que commerciaux) sauf à avoir le caractère vraiment trempé (parce que les hommes autour n’ont pas appris la délicatesse vis-à-vis des filles en école d’ingénieur, et ne se sont pas forcément améliorés sur ce point depuis leur diplôme). Sur l’hostilité du milieu, le site Un éléphant dans la vallée (https://www.elephantinthevalley.com) peut donner des clés sur la difficulté à ne pas aller au travail ventre noué en quinze.

    –Et les choses dont j’ai pas idée ou que je ne mesure pas de là où je suis.

    Et il faudrait développer de manière fine et documentée chacun de ces points.

    Oriane PIQUER-LOUIS
    #informatique #femmes #FDN #témoignage

    https://seenthis.net/messages/606224 via touti


  • #violencespolicières Élève ingénieur il témoigne « Il a mis sa main dans mon pantalon et a serré mes parties génitales « 
    http://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/violencespolicieres-eleve-ingenieur-temoigne-a-mis-main-pantal

    Après les affaires #adama et Théo nouveau témoigne de violence policière. Cette fois ci c’est un jeune élève ingénieur qui témoigne avoir été violemment agressé par une équipe de policiers en civil à Cergy le 5 mai. Avec attouchements sexuel et passage à tabac. Il a porté plainte contre X pour violences volontaires par personnes […]

    #2-lutte_des_classes_et_renaissance_communiste #articles #police #témoignage #video #violences_policières


  • Le changement c’est pareil ! Radio Campus Lille - C’est l’heure de l’mettre - 26 Avril 2017
    http://www.campuslille.com/index.php/entry/le-changement-c-est-pareil

    Lundi matin, il flottait sur le pays, comme un souffle d’air frais. On eut l’impression qu’un profond soupir de soulagement nous tombait dessus. D’où venait ce soulagement pensez-vous ? De la présence du parti fasciste au second tour ?

    Comment expliquer la délivrance boursière, et l’envolée enthousiaste des valeurs bancaires en ce jour de printemps où nous vîmes éclore de si nombreux bourgeois ?

    (Le lien direct vers le MP3 fonctionne)
    http://www-radio-campus.univ-lille1.fr/ArchivesN/LibrePensee/CHDM170426.mp3

    L’éditorialiste était férocement guilleret, le socialiste aux anges, l’économiste portait sa grisaille avec euphorie, le MEDEF dansait sur le cadavre de nos espérances. Ouf !

    L’hiver de ce tout petit monde bénéficiait d’un mince rayon de soleil, ce soleil noir qui est tout leur programme et que nous éteindrons bientôt.
    Eux, ils continuent, comme avant, à nous entraîner, tantôt graves, tantôt légers, vers le précipice. En marche ! disent-ils...

    Et ils ajoutent : « le changement, c’est pareil ! »

    Ce à quoi nous répliquons : « c’est l’heure de l’mettre ! »

    (Ce mercredi nous rirons ensemble de la médiocrité qui nous domine et de nos malheurs, avant de recevoir, dans nos studios, des militants de la CGT, à quelques jours du 1er mai.)

    L’heure de l’mettre

    #Audio #Radio #Radios_Libres #Radio_Campus_Lille #Présidentielles_2017 #Roubaix #Tourcoing #Quartiers_Populaires #Témoignages #violence_sociale


  • #violences_sexuelles : le député #Denis_Baupin est sauvé par la prescription
    https://www.mediapart.fr/journal/france/060317/violences-sexuelles-le-depute-denis-baupin-est-sauve-par-la-prescription

    Le parquet de Paris a classé sans suite l’enquête ouverte au lendemain des révélations de Mediapart et #France Inter sur des faits pouvant relever de harcèlement et d’agressions sexuels. Il évoque des faits « susceptibles d’être qualifiés pénalement », mais « prescrits ». « Il y a eu un avant l’affaire Baupin et il y aura surtout un après », selon les plaignantes. De gauche à droite, Elen Debost, Isabelle Attard, Sandrine Rousseau, qui ont porté plainte contre Denis Baupin

    #agression_sexuelle #EELV #harcèlement_sexuel #Justice #témoignages


  • Comment je suis devenue #féministe en réparant des #vélos

    (repostage du message non tagué de Chulinetti)

    "Mon histoire commence il y a environ 5 ans.
    Je me déplace à vélo quotidiennement pour me rendre à mon travail, et un jour, j’ai un pépin technique qui m’empêche d’avancer. Je pousse donc la porte d’un réparateur de vélos pendant ma pause déjeuner, un mécanicien fait le diagnostic, rien de grave, ça peut être résolu dans la demi heure. Je vais me chercher un sandwich et je reviens dans la boutique, je m’installe dans un coin, je sors un bouquin en attendant que mon vélo soit prêt. J’écoute sans trop faire attention les discussions des deux gars dans leur atelier.
    “Tiens, encore un tarif gonzesse. Elle est pour toi celle-là.“Ils se marrent.
    Je récupère mon vélo, un peu froissée, je paie, et je m’en vais.
    Je demande plus tard à mes copains cyclistes ce que c’est, le tarif gonzesse. Ils me répondent, mi embêtés, mi rigolards :
    “Ha, on t’a fait le coup ? Ouais, bon, c’est un truc de bouclard, quand une jolie fille débarque avec son vélo tout cassé, on dirait un peu un chaton, alors on lui fait une réduction, c’est galant, c’est le tarif gonzesse. Avec un peu de bol, elle reviendra, et y’aura moyen.”
    “Ouais, c’est un peu injuste le tarif gonzesse parce que nous les mecs, on paie plein pot.”
    “Ouais enfin nous on va pas chez les bouclards, on répare nous même.”
    “Ouais. Bon, on reprend une tournée ?”
    Quelque temps plus tard, victime d’une crevaison, je pousse mon vélo jusqu’aux portes de l’atelier d’autoréparation de mon quartier, dont j’avais entendu parler sans jamais osé y rentrer. J’ai été accueillie par une femme d’un certain âge, qui m’a montré comment remplacer ma chambre à air, et j’ai commencé à trouver à mon vélo un maximum de dysfonctionnements pour avoir l’excuse de revenir chaque semaine dans cet endroit, jusqu’à y bénévoler régulièrement. Je n’étais pas très dégourdie, ni très forte en mécanique, mais je me sentais bien là bas.
    Avant mon départ de Strasbourg, mon père a tenu à m’offrir un nouveau vélo pour que je puisse arpenter les rues parisiennes en toute sécurité. J’avais une idée assez précise de ce que je voulais, j’avais passé du temps à comparer différentes #bicyclettes, et quand je suis entrée dans le magasin avec mon père, j’étais plutôt sûre de moi. Le vendeur ne s’est adressé qu’à mon père, en me désignant parfois par “la petite dame” “la jeune fille” “la petite demoiselle” et en essayant de me vendre un vélo très éloigné du modèle que j’avais désigné en premier lieu, et que j’avais pré-sélectionné sur Internet.
    Ces deux mésaventures constituent à la fois la base de mon changement de carrière et de ma prise de conscience du sexisme ordinaire. Dans le milieu militant féministe, on appelle ça avaler la pilule bleue, en référence à Matrix.
    Avant, j’étais documentaliste, un métier socialement considéré comme féminin. Je n’avais pas l’impression de souffrir du sexisme, et je ne me suis pas heurtée au plafond de verre, malgré plus de douze ans passés dans la même entreprise. Mes compétences ont été reconnues par mes supérieurs masculins, j’ai été augmentée et mon poste a évolué. Les circonstances ont fait que j’ai du déménager, démissionner de mon entreprise où tout se passait bien, passer par des contrats précaires et des missions décourageantes pour finalement entreprendre de choisir un nouveau métier.
    Aujourd’hui je suis technicienne #cycles. Mon travail consiste à vendre et à réparer des vélos. Inutile de dire que je ne pratique jamais le tarif gonzesse. Non seulement j’écoute sans les interrompre les femmes qui viennent acheter un vélo, mais surtout, je les questionne sur leur pratique du vélo, sur leur trajet, sur leur goûts, sur leurs besoins. Je veux qu’elles me parlent de leur façon de pédaler, et qu’elles repartent avec un vélo aussi proche que possible de celui qu’elles imaginaient avant d’entrer dans mon magasin. Mais surtout, je veux que jamais elles ne se sentent illégitimes ici et qu’elles aient envie de revenir pour y faire entretenir leur vélo et pour discuter avec moi.
    Ce qui me semble évident aujourd’hui parce que j’ai été de l’autre côté du comptoir ne l’était pas du tout il y a deux ans.
    J’évolue désormais dans un environnement professionnel ouvertement sexiste : du chef d’entreprise qui m’a engagée “pour apporter un peu de féminité”, au chef d’atelier qui m’interroge sur mon orientation sexuelle, au directeur de magasin qui semble ignorer mon prénom et qui m’appelle “la miss” ou “ma belle”, aux clients qui sont toujours étonnés de voir une femme en atelier et qui me le font savoir, à ceux qui s’adressent à mes collègues qui n’ont aucune expérience en mécanique, plutôt qu’à moi, la personne pleine de cambouis avec un tablier et des outils en main, debout devant un pied en train de triturer les entrailles d’un vélo. Aux autres femmes aussi, qui me demandent comment je fais pour rester féminine malgré mon métier, qui déplorent que je puisse pas porter de robes ni de vernis à ongles, ou tout simplement qui trouvent admiraaaable que j’ai le courage de réparer des vélos.
    Le cycloféminisme m’aide à imposer ma place dans ce milieu, exactement comme j’impose ma place sur la route quand je suis à vélo.
    C’est le sujet que j’aborderai dans un prochain article : vous avez toujours voulu savoir ce que c’était que d’être une femme ? Montez sur votre vélo.”

    D’ici là, à lire :
    Définition du Cycloféminisme : wiki.cyclocoop.genre
    Pourquoi pratiquer la mécanique en atelier non mixte https://reporterre.net/Les-ateliers-velo-antisexistes-roulent-de-mieux-en-mieux
    #BikeagainstApocalypse #France #vélo #féminisme #sexisme #témoignage #DIY #AvéloSimone #Lyon #Grenoble #Paris #Rennes

    Trouvé sur Framasphère
    https://framasphere.org/posts/2544888

    https://seenthis.net/messages/573607 via Agnès Maillard


  • Migrants. Comment l’Union européenne transgresse le droit
    http://orientxxi.info/magazine/migrants-comment-l-union-europeenne-transgresse-le-droit,1662

    Après l’accord du 20 mars 2016 entre l’Union européenne et la Turquie, les portes d’entrée principales vers l’Europe se sont refermées. Auparavant, les hotspots italiens et grecs permettaient l’enregistrement des empreintes digitales des demandeurs d’asile, puis ces derniers pouvaient rejoindre les pays européens de leur choix. Aujourd’hui, ils sont bloqués en #Grèce et en Italie, et plus particulièrement sur les îles grecques de la mer Égée. Au-delà du #Témoignage, l’auteure, revenue d’une mission juridique (...)

    #Magazine

    / #Union_européenne, #Droit_international_humanitaire, #Réfugiés, #Camp_de_réfugiés, #Droit_d'asile, Grèce, (...)

    « http://www.consilium.europa.eu/fr/press/press-releases/2016/03/18-eu-turkey-statement »
    « http://www.europeanlawyersinlesvos.eu »
    « http://www.coe.int/fr/web/children/-/protection-and-future-of-migrant-children-a-challenge-for-europe-paris-28-june- »
    « https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?cidTexte=LEGITEXT000006070158 »
    « http://www.europarl.europa.eu/charter/pdf/text_fr.pdf »
    « http://revdh.revues.org/785 »
    « http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2011:337:0009:0026:fr:PDF »
    « http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2013:180:0096:0116:FR:PDF »
    « http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2013:180:0060:0095:FR:PDF »
    « http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2013:180:0031:0059:FR:PDF »
    « http://www.avocatparis.org/system/files/editos/bulletin_12.pdf »
    « http://www.fbe.org/IMG/pdf/FR_newsletter_special_edition-4.pdf »


  • حقوق المهاجرين والانتهاكات الأوروبية
    http://orientxxi.info/magazine/article1667

    بعد توقيع تركيا والاتحاد الأوروبي على اتفاقية ال 20 من مارس/آذار 2016، أُعيدَ غلقُ بوّابات الدخول الرئيسية إلى أوروبا. في السابق، كانت مراكز استقبال المهاجرين المسماة بال“النقاط الساخنة” في كل من إيطاليا واليونان تسمح بالتسجيل الرقمي لبصمات طالبي اللجوء، بما يتيح لهم بعد ذلك التوجه الى أي دولة أوروبية يختارونها. أما اليوم، فهم في وضع يشبه الإقامة الجبرية في اليونان وإيطاليا، وعلى وجه التحديد في جزر بحر إيجة اليونانية. وكاتبة هذا التقرير، العائدة في سبتمبر/أيلول الماضي من بعثة قانونية وإنسانية الى جزيرة ليسبوس اليونانية، تدلي هنا بما هو أكثر من مجرد شهادة، (...)

    #Magazine

    / الاتحاد الأوروبي, #Droit_international_humanitaire, اللاجئون, #Camp_de_réfugiés, حق اللجوء, #Grèce, (...)

    #الاتحاد_الأوروبي #اللاجئون #_حق_اللجوء #Témoignage


  • Malformations, maladies, espérance de vie réduite : le calvaire des descendants de victimes d’essais nucléaires
    http://www.bastamag.net/Malformations-maladies-esperance-de-vie-reduite-le-calvaire-des-descendant

    On connait les conséquences du #Nucléaire sur les travailleurs de l’atome ou sur ceux qui ont participé à des essais militaires. Un peu moins les impacts que subissent leurs enfants ou petits-enfants. Augmentation du risque de cancer, fausse couche ou stérilité, maladies rares, malformations : tels seraient les risques encourus par les descendants des victimes du nucléaire. L’une d’entre elles, dont le père a été irradié lors d’essais nucléaires à Reggane en Algérie, en 1960, nous raconte son quotidien et (...)

    #Témoignages

    / #Le_risque_nucléaire, Santé , Nucléaire

    #Santé_

    https://seenthis.net/messages/550951 via Basta !


  • Comment s’organise la population d’Alep
    http://orientxxi.info/magazine/comment-s-organise-la-population-d-alep,1607

    La situation à #Alep se détériore de jour en jour, dans l’indifférence de la « communauté internationale ». Les informations qui proviennent de la seconde ville syrienne sont très parcellaires. Thilleli Chouikrat est allée, pour Orient XXI, à la rencontre de Brita Hagi Hasan président du conseil local. Quand s’est déclenchée la révolte du printemps 2011 en #Syrie, Brita Hagi Hasan était ingénieur en télécommunications et n’avait jamais fait de politique. Il allait pourtant être élu président du Conseil local (...)

    #Magazine

    / Syrie, #Conflit_syrien, #ONU, Armée syrienne libre (ASL), #Droit_international_humanitaire, #Témoignage, Alep, Aide (...)

    #Armée_syrienne_libre_ASL_ #Aide_humanitaire



  • Ces élèves qui fustigent l’école de la réussite (Raymond Millot, Politis)
    http://www.politis.fr/articles/2016/10/ces-eleves-qui-fustigent-lecole-de-la-reussite-35629

    Des lycéens d’un établissement de Seine-Saint-Denis réunis par le Conseil économique social et environnemental tordent le cou à l’école néolibérale où la compétition nuit au savoir, à l’égalité et au plaisir d’apprendre.

    http://www.dailymotion.com/video/x2ibppm_17-02-2015-table-ronde-autour-d-une-ecole-de-la-reussite-pour-t

    Voir aussi :
    http://www.lecese.fr/travaux-publies/une-cole-de-la-r-ussite-pour-tous
    http://www.lecese.fr/content/17-02-2015-table-ronde-autour-dune-cole-de-la-r-ussite-pour-tous

    #éducation #témoignages #lycée #réussite_scolaire

    https://seenthis.net/messages/536135 via Heautontimoroumenos