• Physicians for Human Rights - Nuremberg Betrayed: Human Experimentation and the CIA Torture Program
    http://physiciansforhumanrights.org/library/reports/nuremberg-betrayed-humanex.html

    PHR researchers show that #CIA contract psychologists James Mitchell and Bruce Jessen created a research program in which health professionals designed and applied torture techniques and collected data on torture’s effects. This constitutes one of the gravest breaches of medical ethics by U.S. health personnel since the #Nuremberg Code was developed

    #psychologues #tortures #Guantanamo #États-Unis

    https://seenthis.net/messages/609019 via Fil


  • En #Tchétchénie, la traque aux #homosexuels montre un Kadyrov hors de contrôle
    https://www.mediapart.fr/journal/international/110517/en-tchetchenie-la-traque-aux-homosexuels-montre-un-kadyrov-hors-de-control

    L’affaire a été révélée début avril par le quotidien russe Novaïa Gazeta. Plus de 150 Tchétchènes soupçonnés d’être homosexuels ont été détenus de manière arbitraire depuis début mars. Les autorités russes ont à peine bougé le petit doigt, après une avalanche de réactions internationales.

    #International #détention #FIDH #Grozny #Ramzan_Kadyrov #Russie #torture #Vladimir_Poutine


  • 1947 : Madagascar, île sanglante

    http://7lameslamer.net/1947-madagascar-ile-sanglante-2014.html
    http://7lameslamer.net/IMG/arton2014.png

    Le peuple #malgache s’est rebellé contre le #colonialisme français. L’#insurrection a démarré le #29mars1947. Les pires atrocités ont été commises contre ceux qui ne voulaient que leur #liberté et leur #indépendance. Exécutions sommaires, #torture, pillages, incendies ou mitraillages de villages. Et même des « #bombeshumaines vivantes » larguées depuis des avions...

    #madagascar #oceanIndien #mariusmoutet #sfio #laréunion


  • https://labyrinthes.wordpress.com/2017/02/15/nous-appartenons-a-un-gang

    « Nous appartenons à un gang quoiqu’il arrive nous sommes solidaires » (un policier anonyme, Le Parisien)1.
    Le passage à tabac et le viol à coup de matraque de #Théo Luhaka par des policiers a suscité des gestes de solidarité qui ne surprendront que ceux dont la mémoire sait se faire sélective. Lorsqu’un banal harcèlement policier « dégénère » en une violente agression, la corporation, choquée, organise une collecte d’argent « pour venir en aide aux familles des policiers suspendus ». Un policier, ému par la tragédie, s’inquiète : « ça va être dur pour les familles ». Et s’indigne : « c’est toute la corporation qui va manger. » Nous ne saurons pas s’il s’agit du même policier qui, sans ambages, présentait fièrement sa corporation à la manière d’une bande organisée de voyou, un « gang », à la solidarité inébranlable.

    Sans surprise, cette solidarité avec les agresseurs se manifestera avec conviction par les gradés et représentants syndicaux de la profession. Alors que le secrétaire général de l’Unité SGP #Police – FO exige le respect de la présomption d’innocence, un représentant d’Alliance ne se contente pas de présumer : « nous ne pouvons pas imaginer que des policiers se soient livrés volontairement à un acte aussi abject et nous continuons à leur apporter notre soutien ». L’enquête de la police des polices, l’#IGPN, dont la solidarité peut s’exprimer bien plus concrètement, s’empressera de trancher : il n’y a pas eu #viol, car il n’y a pas eu intention de violer. Il s’agit donc d’un « accident ».

    Le législateur n’avait pas envisagé le cas de figure : « l’acte de pénétration » qui caractérise légalement le viol, il n’avait pas songé à le qualifier « d’intentionnel », afin que la justice puisse distinguer, parmi les actes de pénétrations forcées, ceux qui relèvent du viol de ceux qui relèvent de « l’accident ».

    Anticipant craintivement qu’une aussi macabre solidarité n’amplifie la rage des habitants et le risque d’émeutes, l’ex-flic B. Beschizza, devenu maire de la commune d’Aulnay – et qui à ce titre a largement participé à amplifier la présence policière dans ses quartiers, – ne manqua pas de surprendre en adoptant, les premiers jours, une position qui choquera certains parlementaires : la requalification en « violences » du viol subit par Théo Luhaka « est vécue comme un détournement de vérité ». Qu’à cela ne tienne, ce détournement de la vérité, au profit des violeurs, fait depuis longtemps système : l’écrasante majorité des affaires de viol sont requalifiées en « agression sexuelle », et sont donc jugées en correctionnelle plutôt qu’aux assises.2 Dans le cas présent, l’enjeu ne se réduit certes pas à « désengorger » les tribunaux, mais consiste bel et bien à éluder tout caractère sexuel à une pénétration forcée. Mais après tout, ce ne serait pas une première.

    « D’un coup, j’ai senti un truc dans mes fesses. J’ai hurlé, je me suis allongé sur la banquette et j’ai pleuré ». Le témoignage et la plainte d’Alexendre T. suite à son interpellation le 29 octobre 2015, au cours de laquelle un policier l’a, lui aussi, violé avec sa matraque, mettrons longtemps à l’attention de quelques médias. Eux qui d’habitude sont si prompts à rappeler les « faits similaires qui se sont déjà produits » – ceux-là qui en effet permettent de mettre en perspective un événement qui autrement peut paraître exceptionnel – savent parfois rester discrets. Il faut dire qu’à l’époque, déjà, l’affaire n’avait pas fait grand bruit. Une semaine après le viol de Théo, seuls les sites de l’Humanité et de… LCI semblent estimer important de rappeler cette précédente « agression », pourtant largement d’actualité : jugé le 16 janvier, le verdict tombera le 20 février. Si l’on peut supposer que d’ici là, et à la suite de nombreux blogs et #médias alternatifs qui ont déjà jugé pertinent de corréler ces deux « faits divers », d’autres journaux « relayeront » enfin l’information, cette amnésie temporaire est clairement révélatrice d’un phénomène qui n’a rien d’anodin : ce ne sont pas seulement les policiers qui sont solidaires entre-eux lorsqu’il y a « bavure », mais aussi, de manière plus ou moins lucide, une très large part du discours médiatique. D’autant que le point commun entre ces deux événements ne se réduit pas à l’effroyable « coup de matraque horizontal » dans « les fesses ». Là aussi, l’inculpation pour « viol en réunion » à été requalifier par le parquet en « violence aggravées ». Mais cette fois-ci, seul le policier qui a « involontairement » sodomisé sa victime, dont le pantalon, comme de coutume, « a glissé tout seul », est poursuivie pour violence.

    En taisant cette autre affaire, ce que taise les médias, c’est aussi la « sévérité » de la #justice en pareilles occasions : le parquet a requis à l’encontre du violeur de l’agresseur 6 mois de prisons avec sursis, et une suspension d’un an…

    Si la clémence de la Justice envers les policiers qui violent et assassinent éclaire la manière dont les juges et procureurs apportent eux aussi leur soutien aux policiers inculpés, la solidarité sournoise des médias ne saurait être trop soulignée. Car au-delà de la qualification juridique, celle du discours journalistique n’est en rien innocente quant à l’impunité quasi-systématique des violences et crimes policiers. Face à la gravité de la situation, de nombreux articles ont certes parlé « d’agression violente ». Le réflexe bien ancré dans la profession d’euphémiser la violence des pratiques policières a cependant largement imbibé le traitement de « l’affaire Théo » : Le Parisien, France Soir, BFMTv, LCI et l’Express, ont notamment eu la délicatesse de parler « d’interpellation musclée ». Pour les journalistes comme pour les politiques, lorsqu’il y a « dérapage » de la part de la police, les passages à tabac, la torture et les meurtres sont qualifier de « bavures ». Les viols, eux, sont des « accusations » de la part des victimes, et exceptionnellement, un chef d’inculpation. Lorsque le mot est prononcé, ce sera donc très souvent entre guillemet. Et la présomption d’innocence d’être scrupuleusement respectée, jusqu’à l’absurde : ce sera « selon la victime » ou son avocat qu’il y aura eu viol, et aucun rapport médical, aussi accablant soit-il, ne saurait remettre en question la prudence des journalistes. Car sur l‘embarrassant « débat juridique » concernant la nécessité d’une « intentionnalité » du viol pour le qualifier de viol, les médias ont pour la plupart choisi leur camps, celui de l’IGPN : une pénétration forcée non intentionnelle n’est pas un viol.

    Police française, police tortionnaire

    #Torture. Le mot fut lâché par l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (ACAT), très peu d’articles le mentionneront. Le témoignage de Théo Luhaka a pourtant été retranscrit par tous : « ils m’ont mis plein de coups, des patates, m’ont matraqué les parties intimes, m’ont craché dessus. ». Mais parler de torture, au sujet de policiers français, reviendrait très certainement à outrepasser la savante neutralité du journaliste. Cela obligerait aussi à prendre au sérieux la parole d’un « bamboula », alors même qu’elle contredit la version policière. Et surtout, cela obligerait probablement à rappeler d’autres faits, et ainsi à « mettre en contexte » ce qu’il convient de présenter comme un fait divers. Informer, là encore, sur les « précédents de l’affaire Théo », et prendre le risque de donner aux violences policières les plus infamantes la dimension d’un phénomène de société.

    La torture et le viol (à l’aide d’une matraque) d’Ahmed Selmouni pendant sa garde à vue en novembre 1991 avait finalement abouti à une condamnation de la Cour Européenne des Droits de l’Homme (#CEDH) en 1999. Deux ans auparavant, soit six ans après les faits, cinq policiers avaient été mis en examen, et condamnés à des « peines exemplaires » de 2 à 4 ans de prison ferme. Mais la corporation, exaspérée, avait largement manifesté sa solidarité, et finalement, les tortionnaires bénéficièrent en appel d’une mansuétude forcenée de la part du tribunal : trois mois ferme pour le commandant, du sursis pour les autres.
    Ce fut la première condamnation de la France par la CEDH pour des actes de tortures. Ce ne sera pas la dernière : en 2004, la CEDH condamnera la France à deux reprises pour « traitement inhumains et dégradants » au sujet de violences policières. Puis en 2010, suite à la torture de Yassine Darraj (16 ans) pendant un « interrogatoire » en 2001, dont il ressortit avec des « contusions du globe oculaire droit, du poignet et du dos, de multiples érosions cutanées du visage et du cou, de multiples hématomes du cuir chevelu [ainsi qu’] une fracture du testicule droit avec contusions et hématomes ».

    Mais mieux vaut ne pas trop remuer la merde. Comment, sinon, interpréterions-nous les propos de ce policier d’Alliance, qui « ne peut pas imaginer que des policiers se soient livrés volontairement à un acte aussi abject » ? Mieux vaut ne pas remettre sur le tapis les multiples rapports d’Amnesty International (2005, 2009, 2010, 2011, 20143…) sur l’ampleur des violences de la police française, et l’#impunité effarante dont elle bénéficie. Ne pas rappeler les 10 à 15 morts annuels dont est responsable la police. Ni le fait que parmi ces morts, un certain nombre sont victimes de la technique d’immobilisation dite « clé d’étranglement », dont le Comité Européen pour la prévention de la Torture (CPT) réclamait l’interdiction en 2002, avant d’être l’occasion d’une nouvelle condamnation de la France par la CEDH en 2007… Dur métier que celui de journalistes, qui d’ailleurs considèrent plus important de souligner les « conditions difficiles dans lesquelles s’exerce » le métier de policier.

    Le viol, « manquement à la déontologie » ou « tragique accident » ?

    Ils ne sont pas seuls, heureusement, à devoir manier habillement la langue française lorsque survient un tel « fait divers ». Et ce n’est peut-être pas tant envers les policiers qu’envers les politiciens que s’expriment leur solidarité sournoise. Alors même que le rapport médical établit sans aucune ambiguïté la gravité des blessures de Théo, le ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux, n’a pas peur de parler de « sanctions », « s’il était avéré (sic) que les règles déontologiques, éthiques et de droit (re-sic) n’ont pas été scrupuleusement respectés »... Sous des airs de fermeté, c’est le doute qui avant tout s’affirme, et, au lieu de viol et de violences, de crimes, c’est de déontologie dont il serait question. C’est d’ailleurs sur le même registre que B. #Cazeneuve s’exprimera cinq jours après les faits : lorsqu’il réclamera la « plus grande fermeté », ce sera à propos de « manquements graves à la déontologie ». Plus tard, B. Le Roux parlera d’un « tragique accident ». La « plus grande fermeté », les « sanctions » et l’appel à ce que « justice soit rendue » ne signifient pas, on le comprend bien, l’exigence que soit appliquée la peine maximale encourue en cas de viol par « personne dépositaire de l’autorité publique », pas plus que celles prévues pour violences aggravées. Là encore, et contrairement à leurs habitudes, la presse restera globalement muette sur ce que (ne) risque (pas) les policiers.

    L’indignation elle-même sonne étrangement : c’est que Théo n’avait « rien à se reprocher », que c’est « un garçon exemplaire », « sans histoire »… Sous les masques de la compassion, se laissent déduire une logique effrayante : la pire des violences policières, lorsqu’elle s’abat sur un « jeune délinquant », serait relativement acceptable. Et elle est, de fait, globalement acceptée.

    « Tentatives d’apaisement »

    Derrière les éléments de langage politico-médiatiques, transparaît la recherche d’un équilibre impossible : ménager la police, ne pas attiser la colère. Et le rôle des médias est ici central. En ont-ils pleinement conscience ? L’homogénéité du traitement médiatique de ce genre « d’affaires » ne trahit pas seulement la part de stratégie qui y est consciemment mise en œuvre. C’est une position de classe qui s’exprime ici, et oriente l’analyse des journalistes. Et, plus encore, une position raciale. Blancs, et socialement « intégrés », l’expérience qu’ils ont de la police les persuadent qu’elle est, avant tout, au « service du citoyen et de sa protection ». C’est sous ce prisme qu’à leurs yeux le caractère scandaleux des « bavures » surgit : non pas comme une politique de domination, un système d’oppression visant des populations spécifiques, mais comme des actes isolés, des manquements circonstanciés ou exceptionnels à la « déontologie ». Ainsi, les lecteurs qui jouissent des mêmes privilèges verront leurs perspectives renforcées, plutôt que questionnées.

    Mais questionner, dans pareilles occasions, c’est prendre le risque d’attiser la colère. Comprendre que l’on envoie sciemment des policiers racistes et violents harceler une population noire ou arabe, dévoiler l’impunité systématique que la Justice orchestre lorsqu’une plainte dénonce des agressions ou des crimes policiers, révéler la banalité des insultes, des coups, des humiliations et attouchements qui sont cautionnés par l’État dans ces « zones de non-droit », c’est commencer à exposer le grotesque des « appels au calme » qui jugent « la colère légitime mais la violence inacceptable ».

    Pour autant, l’alternative n’est pas moins risquée : se taire, c’est se faire complice. C’est aussi donner l’exemple édifiant de ce qui est dénoncé lorsque l’on parle de racisme institutionnel et structurel.

    #Racisme_institutionnel

    Si la violence extrême d’un coup de matraque « porté horizontalement », qui pénètre et déchire « accidentellement » l’anus de la victime sur une dizaine de centimètres ne décourage en rien l’esprit de corps du « gang » des policiers, il faudrait être naïf pour s’étonner que le chargé de communication du syndicat Unité SGP Police Luc Poignant puisse manifester sa solidarité à la banalité du racisme dont on accuse la profession – n’est-elle pas majoritairement acquise au Front Nationnal4 ? Alors que le témoignage de Théo indique sans ambiguïté le caractère négrophobe de la violence des policiers – ce que la justice, elle aussi, considère théoriquement comme une circonstance aggravante – en rapportant les insultes qui ont accompagné son agression et son viol (« négro », « #bamboula »), c’est décomplexé que Luc Poignant affirme sur un plateau télé : « bamboula, ça reste à peu près convenable ». L’incitation à la haine racial de la part d’un « gardien de la paix » sur un média à large audience (circonstance aggravante…) ne sera probablement pas condamnée comme telle. Le plus terrible n’est pas là. Le plus terrible, c’est que l’illustration la plus flagrante de la banalité du racisme au sein de la police ne sera probablement même pas perçu comme telle. Qui oserait parier que la dimension négrophobe de l’agression soit reconnue lors du procès ? Ce que ce policier confirme aux yeux de tous, c’est que l’insulte « bamboula » fait parti du registre plutôt modéré de la haine raciale qui s’exprime ordinairement, de la part de la police, envers les personnes noires. Et ce racisme ordinaire n’est, bien entendu, pas le propre de la police : l’ancien magistrat Philippe Bilger affirmera quelques jours plus tard qu’il s’agit là d’un terme « presque affectueux »5.

    Qu’importe l’institutionnalisation de la violence et du racisme, le discours politico-médiatique tient bon : rien ne saurait justifier l’émeute. Pas de quoi, non plus, relayer les exigences d’associations aux méthodes citoyennes mais manifestement inaudibles : démantèlement de la BAC et autres brigades de « terrains », désarmement de la police, rénovation urbaine... A peine parlera-t-on de la promesse de Hollande d’instaurer la remise d’un récépissé lors des contrôles d’identité. Fallait-il seulement espérer qu’un débat s’installe sur le renforcement continu de l’arsenal policier ? Ou sur l’assouplissement des conditions de « légitime défense » des policiers voté au même moment ?6 Lorsque des policiers organisent des manifs sauvages, cagoulés, avec leurs armes et véhicules de services, politiciens et médias savent faire preuve de bienveillance, et, compréhensifs, les élus ne se contentent plus d’accroître une énième fois les moyens et les armes des forces de l’ordre : ils promulguent des lois pour garantir l’impunité.

    Les événements s’enchaînent, et jours après jours, l’exercice d’euphémisation et d’occultation de la part des médias se fait plus périlleuse. La journaliste de l’Humanité7 avoue son « trouble » lorsqu’elle divulgue que « l’actuel commissaire divisionnaire, qui règne aussi sur tout le district nord-est de la Seine-Saint-Denis, a déjà été mis en cause dans un scandale de #violences_policières ». Février 2004 : « Finalement extrait de l’habitacle et tabassé, il finit sur le goudron, pantalon et slip baissés, un cerceau d’enjoliveur entre les fesses. Bilan : un nez cassé, sept jours d’ITT. Les policiers, accuse-t-il, l’ont « menacé de sodomie ». La scène a bien été filmée, mais l’inspection générale des services (IGS), immédiatement saisie, ne parvient pas à mettre la main sur les images, détruites. » Comme toujours, la Justice fait preuve de fermeté : « Le gardien de la paix qui a reconnu, à l’audience, avoir placé l’enjoliveur « entre les cuisses » du conducteur interpellé est condamné à un an de prison avec sursis et trois ans d’interdiction professionnelle. Le capitaine reconnu coupable de « destruction de documents pour faire obstacle à la manifestation de la vérité » prend dix-huit mois d’emprisonnement avec sursis et trois ans d’interdiction professionnelle. Le commissaire Vincent Lafon [actuel responsable des policiers aujourd’hui incriminés], écope, lui, d’un an de prison avec sursis et d’un an d’interdiction professionnelle pour « abstention volontaire d’empêcher un crime ou un délit ». Parallèlement, Mohamed K. porte plainte contre des policiers ayant participé à l’agression de Théo : une semaine auparavant, lui aussi fut tabassé par ces gardiens de la paix. Faut-il préciser que les insultes racistes accompagnaient les coups ?

    La période de campagne présidentielle n’y fait rien : ce qui « s’invitent dans la campagne », ce ne sont pas les violences policières, mais celles des manifestants qui réclament justice8. Des centaines d’arrestations, des condamnations de manifestants qui sont d’ores et déjà prononcées, dont certaines pour « embuscade »9. Imagine-t-on l’émoi que cela aurait provoqué si, lors des manifestations contre la loi travail, la police avait tiré à balles réelles10 ? Le caractère particulièrement déchaîné de la répression contre les manifestants d’alors – majoritairement blancs – avait laissé entrevoir quelques brèches au sein du discours médiatique : certains journalistes entreprirent de mettre des guillemets au terme de « #casseurs », des « intellectuels » signaient une tribunes pour dénoncer son instrumentalisation11 tandis que d’autres appelaient la « jeunesse » à « se permett[re] tout ce qu’il lui semblera nécessaire d’expérimenter »12. Libération proposait un entretien avec un « casseur et une casseuse » qui participait à déconstruire la figure fantasmatique habituellement véhiculée par le discours idéologique dominant13... Force est de constater que les émeutiers des quartiers ne suscitent pas chez les journalistes et intellectuels les mêmes réflexions. Qu’importe qu’ils subissent de manière bien plus systématique l’oppression policière, c’est en tant que non-blancs qu’ils sont victimes. Leur révolte, et la répression qu’elle endure, n’éveille donc pas les mêmes sympathies.

    Pas de justice, pas de paix

    Des prises de positions de la part de ceux qui disposent d’une certaine audience tentent d’infléchir la situation – suffiront-elles ? L’appel des artistes contre l’impunité des violences policières affirme : « Nous refusons que les habitants des quartiers populaires qui sont quotidiennement frappés par la violence économique et la violence raciste soient également abandonnés à l’insécurité, aux mensonges, à une culture de l’excuse permanente des excès des forces de l’ordre et au jeu dangereux des politiques qui tentent de monter les citoyens les uns contre les autres. »14. Le syndicat Solidaire 93 ne se résout pas , lui non plus, à la timidité coupable des journalistes et politiques : « Les tergiversations des policiers, de l’IGPN et des médias sont tout simplement inadmissibles et banalisent l’acte de viol, or ce qui a eu lieu ne peut trouver aucune excuse quelle que soit la situation et la personne victime. »15

    L’enjeu d’une solidarité forte, en parole et en acte, de tous ceux qui ne subissent pas la violence policière dans sa dimension raciste et coloniale, mais qui pour autant partage la colère et la rage des racisé·e·s qui y font face, est un enjeu dont l’urgence et la gravité appelle une détermination sans faille. Les nombreuses manifestations de soutiens et la diversité des participants au rassemblement de Bobigny semblent indiquer que nous sommes déjà un certain nombre à prendre la mesure de cet enjeu. Faisons en sorte d’être de plus en plus nombreux.

    Pas de justice, pas de paix.

    #JusticepourThéo #JusticepourTous

    https://seenthis.net/messages/570330 via Ghald


  • Comment les #Etats-Unis ont choisi la #torture sexuelle
    https://www.mediapart.fr/journal/international/150117/comment-les-etats-unis-ont-choisi-la-torture-sexuelle

    Pyramide d’hommes nus. Photo prise à la prison d’Abu Ghraib Au lendemain du 11-Septembre, le gouvernement Bush systématise le recours à la torture. Les prisonniers de la « guerre contre le terrorisme » seront privés de leur humanité, frappés, « waterboardés ». Mais pas seulement : ils seront aussi humiliés, violés et agressés sexuellement, selon des méthodes validées au plus haut niveau du pouvoir américain. Cette enquête est publiée dans le cadre de l’opération « #Zero_Impunity », contre l’impunité qui protège les auteurs de violences sexuelles en conflit armé.

    #International #CIA #Libertés #USA


  • Le dossier « torture » sur le bureau de Donald Trump
    https://www.mediapart.fr/journal/international/150117/le-dossier-torture-sur-le-bureau-de-donald-trump

    « La #torture, ça marche », a soutenu Donald Trump, promettant de remplir #Guantanamo et d’autoriser le pire. S’il a depuis novembre dernier fait marche arrière, le doute subsiste et les Nations unies comme les grandes ONG s’en inquiètent publiquement, car le scandale des tortures demeure d’une terrifiante actualité.

    #International #Etats-Unis #Zero_Impunity


  • Tortures sexuelles made in #USA
    https://www.mediapart.fr/journal/international/150117/tortures-sexuelles-made-usa

    Pyramide d’hommes nus. Photo prise à la prison d’Abu Ghraib. Au lendemain du 11-Septembre, l’administration Bush systématise le recours à la #torture. Les prisonniers de la « guerre contre le terrorisme » seront privés de leur humanité, frappés, « waterboardés ». Mais pas seulement : ils seront aussi humiliés, violés et agressés sexuellement, selon des méthodes validées au plus haut niveau du pouvoir américain. Cette enquête est publiée dans le cadre de l’opération « #Zero_Impunity », contre l’impunité qui protège les auteurs de violences sexuelles en conflit armé.

    #International #CIA #Etats-Unis #Libertés


  • L’ombre du bagne de #Palmyre plane sur la #Syrie
    http://orientxxi.info/lu-vu-entendu/l-ombre-du-bagne-de-palmyre-plane-sur-la-syrie,1633

    Présenté à la quatrième édition des rencontres internationales des cinémas arabes organisées à l’initiative de l’association de promotion et de diffusion des cinémas arabes à Marseille et en Méditerranée (Aflam), Tadmor sortira sur les écrans en France au premier trimestre 2017. Un #Documentaire terrifiant sur les pratiques du régime syrien. En mai 2015, à près de deux cents kilomètres au nord-est de Damas, la ville de Palmyre, Tadmor en arabe, tombe entre les mains de l’organisation de l’État islamique (OEI). (...)

    #Lu,_vu,_entendu

    / Syrie, #Répression, #Prison, Documentaire, #Torture, Palmyre

    « http://www.lesrencontresdaflam.fr/editorial »


  • D’ailleurs je vais reposter quelque chose au sujet de cette entreprise de #torture systématisée qui existe à #Cuba et que le monde regarde impuissant,où des prisonniers sont enfermés depuis plus de 10 ans sans procès, oui je parle de #guantanamo ...

    https://seenthis.net/messages/456782

    Si j’ai bien tout compris :

    – Les états-unis envoient des troupes à #Cuba en 1898 pour chasser les troupes espagnoles
    – Ils mettent en place un gouvernement militaire d’occupation pendant 3 ans
    – Ils partent en 1902 pour laisser place à la République de Cuba, mais sous les conditions de l’amendement Platt (1)
    – Cet amendement comprend une cession ou location aux USA de bases militaires, dont #Guantanamo
    – Du coup les USA possèdent en location à durée indéterminée cette partie de l’île, et la location ne peut être terminée que par accord des deux parties.
    – Castro veut récupérer son bout de territoire mais ne peut pas, et n’encaisse aucun des chèques des USA (~4000$/mois)

    Si c’est pas une #annexion ça ...

    (1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Amendement_Platt
    (2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Baie_de_Guant%C3%A1namo

    https://seenthis.net/messages/548484 via Nicolas


  • Amesys file un coup de main à l’agence en charge du fichier monstre - Rue89 - L’Obs
    http://rue89.nouvelobs.com/2016/11/09/amesys-file-coup-main-a-lagence-charge-fichier-monstre-265610

    Depuis la mort de Mouammar Kadhafi fin 2011, de nombreuses preuves (témoignages, brochures publicitaires…) accusent l’entreprise d’avoir vendu des technologies de #surveillance des télécommunications au régime de l’ancien dictateur libyen. Dont il se serait servi pour arrêter et #torturer des opposants, en épiant leurs faits et gestes sur Internet.

    Or selon un résultat de marché daté du 16 octobre 2016, #Amesys vient de remporter un contrat de plus de cinq millions d’euros auprès de l’ANTS. Elle doit aider « à la maîtrise d’ouvrage technique et des systèmes d’information » de l’agence.

    https://seenthis.net/messages/540884 via nicod_


  • Ce « modèle israélien » de lutte contre le #Terrorisme qui fascine politiciens et médias français
    http://orientxxi.info/magazine/ce-modele-israelien-de-lutte-contre-le-terrorisme-qui-fascine-politicien

    Comment lutter contre le terrorisme ? En appliquant le modèle israélien, répètent à l’envi certains politiciens et journalistes français. Pourtant, il existe peu de pays où l’on vit depuis aussi longtemps si peu en sécurité qu’en #Israël. L’attentat de Nice qui a ôté la vie à 86 personnes et fait 434 blessés le 14 juillet 2016 a légitimement suscité un débat sur les moyens de conjurer ce type d’épreuves épouvantables. On a vu, à cette occasion, se multiplier les déclarations évoquant le « modèle israélien ». Ce (...)

    #Magazine

    / Israël, #France, #Conflit_israélo-palestinien, #Droits_fondamentaux, #Répression, #Droit_international, #Autodétermination, #Prison, Terrorisme, #Torture, #Terrorisme_d'État, (...)

    #Colonialisme
    "https://www.contrepoints.org/2016/07/15/244123-vivre-avec-le-terrorisme-ce-quisrael-nous-enseigne"
    "http://www.contrepoints.org/2016/07/18/260691-lutte-contre-terrorisme-vers-modele-israelien"
    "https://fr.express.live/2016/07/18/pourquoi-israel-est-un-modele-en-matiere-de-lutte-contre-le-terrorisme"
    "http://embassies.gov.il/paris/NewsAndEvents/Pages/L'exemple-isra%C3%A9lien-face-%C3%A0-la-menace-terroriste.aspx"
    "http://www.marianne.net/marc-trevidic-face-au-terrorisme-il-faut-adopter-reflexes-israelienne-1002"
    "http://www.addameer.org/israeli_military_judicial_system/administrative_detention."


  • L’#Australie sous le choc de la #maltraitance de détenus #mineurs
    http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2016/07/26/l-australie-sous-le-choc-de-la-maltraitance-de-detenus-mineurs_4974834_3216.

    Le premier ministre australien, Malcolm Turnbull, a annoncé, mardi 26 juillet, l’ouverture d’une enquête concernant le traitement des mineurs placés en centres de détention après la diffusion lundi soir d’images vidéo montrant notamment des gardiens de prison soumettant des détenus adolescents à des gaz lacrymogènes ou encore attachant à une chaise un garçon encagoulé et à moitié nu.

    #prison #torture

    https://seenthis.net/messages/512040 via AF_Sobocinski


  • Au Mexique, des violences sexuelles pour forcer les femmes aux « aveux » | Amnesty International France
    http://www.amnesty.fr/Nos-campagnes/Stop-Torture/Actualites/Au-Mexique-des-violences-sexuelles-pour-forcer-les-femmes-aux-aveux-18703

    Nous avons enquêté sur les cas de 100 femmes arrêtées au Mexique qui révèlent un problème endémique.

    La plupart de ces #femmes ont déclaré qu’elles avaient subi des #agressions_sexuelles, des coups, des décharges électriques, des palpations et des #attouchements en détention et durant les #interrogatoires. Dans une grande majorité, elles ont été accusées d’infractions liées au crime organisé ou au trafic de stupéfiants. Beaucoup ont été présentées aux médias comme des « criminelles », après qu’on les ait forcées à « avouer ». La plupart d’entre elles viennent de familles pauvres et sont donc dans l’incapacité de s’offrir une défense digne de ce nom.

    #violences_sexuelles #tortures #Mexique

    http://seenthis.net/messages/504821 via odilon


  • #torture : des détenus à #Guantanamo détaillent les sévices subis
    https://www.mediapart.fr/journal/international/170616/torture-des-detenus-guantanamo-detaillent-les-sevices-subis

    Des documents déclassifiés par la #CIA, en vertu de la loi pour la liberté d’information, et publiés cette semaine viennent apporter un nouvel éclairage sur les pratiques d’interrogatoires et de torture de l’agence à la suite des #attentats_du_11_septembre 2001. Nous en publions des extraits.

    #International #Amérique_du_nord #Etats-Unis


  • Le régime de Bachar al-Assad devant la justice française - Libération
    http://www.liberation.fr/planete/2015/09/30/le-regime-de-bachar-al-assad-devant-la-justice-francaise_1394358
    http://md1.libe.com/photo/628869-torture.jpg?modified_at=1443629817&width=750

    cette cruauté absolue, un homme allait la dévoiler, la montrer au grand jour : un ex-photographe de la police militaire syrienne qui s’était enfui de #Syrie en juillet 2013, en emportant 54 000 photographies de corps broyés et mutilés (Libération du 14 mars 2014).

    « Bureaucratie de l’horreur »
    C’est cet homme, dont le pseudonyme est César, qui a permis de dire l’indicible sous la forme d’images qu’il a lui-même prises lorsqu’il travaillait dans l’un des 24 centres de #tortures de Damas et de sa région. Les 54 000 clichés qu’il a emportés dans une carte mémoire sont ceux de 11 000 détenus morts sous la torture et les privations. Des clichés qui témoignent d’une telle cruauté que David Crane, l’ex-procureur général du tribunal spécial pour la Sierra Leone et aujourd’hui principal enquêteur d’un rapport sur la torture en Syrie, avait déclaré qu’ils nous obligeaient « à croire l’incroyable ».

    http://seenthis.net/messages/435292 via Davduf


  • #Diaz - Un crime d’Etat film 2012 | #Cinema
    http://www.cinematraque.com/2013/06/11/diaz-un-crime-detat/#
    http://www.cinematraque.com/wp-content/uploads/2013/06/Diaz-Dont-Clean-Up-This-Blood-2012-Daniele-Vicari-07.jpg

    Il faut se rappeler qu’aux premiers jours du XXIe siècle, la contestation #anticapitaliste avait trouvé un vrai souffle, et qu’elle avait réussi à pousser « le pouvoir » à construire des forteresses à chaque sommet économique. Qu’il s’agisse de l’#OMC ou du #G8, les villes choisies pour la tenue de ces cercles de discussions entre chefs d’État et grands patrons finirent par donner l’image d’un pouvoir sur ses gardes, utilisant l’armée pour se protéger du peuple. Une peur réelle, qui poussa deux démocraties européennes à tirer à balles réelles sur des manifestants. Un mois avant #Gênes, la #police de Göteborg avait, on l’a un peu oublié, ouvert le feu sur les manifestants. Loin d’être un cas isolé, la volonté politique de terroriser les manifestants ne s’est pas limitée à l’Italie. Depuis la formation des théories économiques néolibérales, il est admis que seuls des chocs d’ordre traumatique permettent d’imposer la destruction des avancées sociales acquises par la lutte des peuples. Le meurtre de #CarlosGiuliani, et l’utilisation de la #torture par la police italienne sur des journalistes et des militants associatifs, vont pourtant se retourner contre le pouvoir capitaliste.

    #Cop21 #etat_d_urgence


  • Alger 1957. L’assassinat d’Ali Boumendjel
    http://orientxxi.info/lu-vu-entendu/alger-1957-l-assassinat-d-ali-boumendjel,1095

    Où est mort Ali Boumendjel ? Près de 60 ans après sa disparition, l’interrogation n’a rien de trivial. Malika Rahal, auteure d’Une affaire française, une #Histoire algérienne, remarquable livre sur ce dirigeant politique d’envergure voué à la libération de l’Algérie depuis ses années de lycée jusqu’à sa mort, nous emporte dans la quête sensible et éclairante d’une historienne du temps présent. J’ai écrit il y a quelques années une biographie d’Ali Boumendjel, l’avocat et militant politique algérien . C’est durant (...)

    #Lu,_vu,_entendu

    / #Algérie, #Guerre_d'indépendance_algérienne, Histoire, #Torture

    «http://pignon-ernest.com»


  • Quand la barbarie du monde nous rattrape | Le dernier #éditorial de Lutte Ouvrière. Un texte à lire.
    http://www.lutte-ouvriere.org/editoriaux/quand-la-barbarie-du-monde-nous-rattrape-62400.html

    #Bombardements, quartiers dévastés, #attentats, #assassinats, #tortures, populations terrorisées par des régimes sanguinaires, #réfugiés survivant dans des conditions infâmes : chaque jour la télévision et la presse amènent leur lot d’images barbares.

    Cela se passe en #Syrie, en #Turquie, en Israël, dans les territoires palestiniens occupés. C’est en #Irak, en #Libye, au #Yemen, au #Nigeria ou en #Afghanistan. C’est à des milliers de kilomètres d’ici. Mais même ceux qui veulent ne pas voir ne peuvent pas faire comme si cela n’existait pas.

    Parce que les victimes de ces guerres sont jetées sur les routes par centaines de milliers et frappent aujourd’hui à nos portes. Parce qu’avec la menace du #terrorisme, nous payons les contrecoups de ces #oppressions et de ces #guerres.

    Et ce n’est pas un hasard : notre gouvernement est coresponsable de cet enfer. Parce qu’il bombarde en #Irak et en Syrie. Parce qu’il apporte son soutien à l’État d’Israël, au gouvernement turc et aux #dictatures du Golfe. Parce qu’il manœuvre en #Afrique pour que la bourgeoisie française continue d’exploiter les richesses de ce continent. Cette barbarie ne peut pas ne pas rejaillir sur nous.

    Elle aggrave d’ores et déjà le cours réactionnaire dans lequel l’Europe est engagée depuis quelques années. De partout en Europe, la crise, le chômage de masse et les politiques anti-ouvrières menées par tous les gouvernements, de gauche ou de droite, ont affaibli les partis gouvernementaux au profit de partis souverainistes anti-immigrés.

    Ces partis d’#extrême_droite, pour différents qu’ils soient, ont en commun de s’appuyer sur des peurs et des préjugés et de les attiser. Ils sont partout profondément réactionnaires et anti-ouvriers.

    Mais si l’extrême droite est championne du repli sur soi, elle n’est pas la seule force politique à pousser dans ce sens. La volonté affichée par tous les dirigeants européens de renforcer les frontières européennes, d’expulser ceux qui ne sont pas considérés comme de « vrais réfugiés » et même de rétablir des frontières au sein de l’#espace_Schengen, en témoigne.

    Ici en #France, sans même parler du Front national qui joue sur les #préjugés les plus crasses, comment la droite et les socialistes présentent-ils les migrants ? Non pas comme des victimes, mais comme des indésirables ! Non pas comme des femmes et des hommes qui nous ressemblent, mais comme des « fardeaux » ! Qu’un élan de solidarité s’exprime, et la propagande mensongère et honteuse se met en marche pour marteler qu’il ne faut pas créer d’appel d’air.

    Tout est fait pour que nous taisions nos sentiments de #fraternité. Tout est fait pour nous convaincre que les migrants représentent une menace pour nous et nos enfants. Tout cela pour accréditer, ouvertement ou hypocritement, l’idée que le salut viendra du #protectionnisme, de la #méfiance à l’égard de l’étranger, des frontières voire des barbelés.

    La France et la Grande-Bretagne - deux pays riches pour lesquels absorber quelques dizaines de milliers de migrants n’est pas un vrai problème - en sont à s’accuser mutuellement pour ce qui se passe à #Calais. En #Allemagne et en Suède, des minorités d’extrême droite s’organisent pour incendier des foyers de réfugiés. Combien d’autres racistes, portés par le climat actuel, se sentiront autorisés à s’attaquer aux #immigrés ?

    Dans les années 1990, en #Yougoslavie, la #démagogie xénophobe a débouché sur la constitution de milices puis sur la #guerre_civile. Il y a deux ans, dans l’est de l’Ukraine, on a vu comment ces mêmes réflexes ont dégénéré en escalade guerrière.

    Si on n’y prend garde, la #barbarie du monde, la #xénophobie, les guerres nous rattraperont. Le #nationalisme, la méfiance généralisée nous ont déjà rattrapés. Il faut que les travailleurs conscients prennent le contrepied de cette évolution délétère.

    Ce n’est pas en se barricadant derrière des frontières qu’on se protégera du fléau du #chômage, de la concurrence et de la misère du monde. Ces méfaits ne viennent pas de l’extérieur, mais de l’intérieur de notre société. Ils sont propres au capitalisme, et on ne s’en débarrassera qu’en renversant ce système.

    Tout se tient : les bombes là-bas, l’exploitation et le chômage ici. Car elles ont une source commune, la course au profit et la domination d’une minorité sur toute la société.

    La seule force capable de renverser cette domination est la classe ouvrière consciente de ses intérêts et organisée à l’échelle internationale. Cela commence par comprendre que toutes les victimes du #capitalisme ont le même intérêt fondamental de mettre fin à ce système aussi injuste qu’inhumain.

    http://seenthis.net/messages/422262 via Recriweb


  • L’étrange destin de Zoreille - 7 Lames la Mer
    http://7lameslamer.net/l-etrange-destin-de-zoreille-1147.html
    http://7lameslamer.net/IMG/arton1147.png

    Elle est réapparue un matin dans la cour. Après une escapade d’une quinzaine de jours. On la croyait définitivement perdue. Et la revoilà, frétillante, sautant de joie d’avoir retrouvé la case et ses maîtres, aboyant pour annoncer son retour. Et pourtant, vision d’horreur ! Ses oreilles sont en sang : elles ont été tranchées. Découpées. Mais l’histoire ne s’arrête pas là...

    #souffrance #torture #chien


  • Music as a torture weapon: exploring the dark side | Music | The Guardian
    http://www.theguardian.com/music/tomserviceblog/2015/sep/30/bleak-history-music-as-torture-suzanne-cusick-morag-grant

    The impetus for much of their research over the past few years was the revelation of the ways music was one of the tools used to degrade and destabilise prisoners in the war on terror in locations including Iraq and Guantanamo Bay. For example, playing music – often chosen to be as culturally offensive as possible to the cadre of detained prisoners – at devastatingly loud volume for long but unpredictable periods, meant that prisoners were deprived of control of sleep, but also of their ability to find an aural space that was not invaded by their captors.

    Music at loud volumes goes into your bones and violates a prisoner’s inner being as well as their external environment. But this isn’t just a feature of the recent past: as Grant and Cusick’s research – and that of others – and the testimony of captors and prisoners makes clear, the use of music in conflict in general, and in torture in particular, has a long and grim history especially in totalitarian regimes throughout the 20th century, but also in many other contexts from the Middle Ages on.

    @intempestive #musique #torture #arme

    http://seenthis.net/messages/413702 via odilon


  • L’homme qui voulait parler au roi du #Maroc
    http://orientxxi.info/lu-vu-entendu/l-homme-qui-voulait-parler-au-roi-du-maroc,1037

    Les espoirs nés de l’avènement au trône de Mohamed VI se sont vite estompés. Les témoignages abondent sur l’arbitraire qui règne au Maroc. Il suffit, pour s’en convaincre, de lire les rapports des organisations de défense des droits humains. Et le livre dont nous publions des #Extraits et qui sort aujourd’hui en librairie confirme cette situation, que la France officielle oublie trop facilement. Cette histoire aurait pu ressembler à un conte de fées. Un jeune Marocain qui a grandi dans les quartiers (...)

    #Lu,_vu,_entendu

    / Maroc, #Corruption, #Répression, #Prison, #Sport, Extraits, #Torture


  • UN Human Rights Council urges Sri Lanka war crimes court - BBC News
    http://www.bbc.com/news/world-asia-34266471
    http://ichef-1.bbci.co.uk/news/1024/cpsprodpb/B24F/production/_85574654_029083474-1.jpg

    The previous government of President Mahinda Rajapaksa had resisted international pressure to investigate the issue.

    Sexual violence and torture

    Unveiling the report in Geneva, UN Commissioner for Human Rights Zeid Ra’ad Al Hussein said only a special court with international magistrates and investigators would be up to the huge task of examining the alleged crimes over a nine year period up to 2011.

    #Sri_Lanka #répression #guerre_civile #viols #torture #rapport

    http://seenthis.net/messages/409296 via Fil


  • Portrait d’un Marocain, chevalier de la Légion d’honneur et recherché par la #Justice française
    http://orientxxi.info/magazine/portrait-d-un-marocain-chevalier-de-la-legion-d-honneur-et-recherche-par

    Malgré les contestations des ONG de défense des droits humains au #Maroc et en #France, l’Assemblée nationale française a adopté le 23 juin le projet de loi qui contraint les magistrats à renvoyer les plaintes portant sur les actes commis au Maroc par des Marocains. Y compris lorsque les concernés sont des Français ayant subi des actes de #Torture ; le Sénat devrait entériner cette décision le 15 juillet. Cette adoption intervient plus d’un an après la mise en cause par la justice française du patron du (...)

    #Magazine

    / Maroc, France, #Droits_fondamentaux, #Relations_bilatérales, Justice, Torture

    « http://www.assemblee-nationale.fr/14/projets/pl2725.asp »
    « http://www.le360.ma/fr/politique/abdellatif-hammouchi-recevra-la-legion-dhonneur-des-mains-de-francois-hollande »
    « https://fr.news.yahoo.com/maroc-dernier-repaire-gauche-radicale-luniversit%C3%A9-f%C3%A8s-tensi »
    « http://www.hrw.org/node/93801 »
    « http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/justice-penale-internationale/juridictions-nationales.shtml »
    « http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/06/22/le-protocole-france-maroc-tord-le-bras-de-la-justice-francaise_4659330_3232. »


  • Le 14 juillet, la #France décore un Marocain recherché par la #Justice
    http://orientxxi.info/magazine/abdellatif-hammouchi-qui-la-france-decore-t-elle,0947

    Malgré les contestations des ONG de défense des droits humains au #Maroc et en France, l’Assemblée nationale française a adopté le 23 juin le projet de loi qui contraint les magistrats à renvoyer les plaintes portant sur les actes commis au Maroc par des Marocains. Y compris lorsque les concernés sont des Français ayant subi des actes de #Torture ; le Sénat devrait entériner cette décision le 15 juillet. Cette adoption intervient plus d’un an après la mise en cause par la justice française du patron du (...)

    #Magazine

    / Maroc, France, #Droits_fondamentaux, #Relations_bilatérales, Justice, Torture

    « https://fr.news.yahoo.com/maroc-dernier-repaire-gauche-radicale-luniversit%C3%A9-f%C3%A8s-tensi »
    « http://www.hrw.org/node/93801 »
    « http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/justice-penale-internationale/juridictions-nationales.shtml »
    « http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/06/22/le-protocole-france-maroc-tord-le-bras-de-la-justice-francaise_4659330_3232. »


  • #Palmyre des ruines, Palmyre des prisons
    http://orientxxi.info/magazine/palmyre-des-ruines-palmyre-des-prisons,0930

    Le risque de destruction des ruines de la cité antique de Palmyre a soulevé une grande émotion à travers le monde. Mais c’est sans doute celle de la #Prison de sinistre mémoire par l’organisation de l’État islamique qui aura le plus parlé aux Syriens, tant ce bagne était le symbole d’un système carcéral visant à briser à la fois toute opposition et chaque individu. #Témoignage. Deux images de Palmyre imprègnent l’imaginaire collectif des Syriens. L’évocation de l’une est rarement associée à l’autre. La (...)

    #Magazine

    / #Syrie, #Répression, Prison, #Torture, Organisation de l’État islamique (OEI), Palmyre, (...)

    #Organisation_de_l'État_islamique_OEI_