• Bordering under the corona virus pandemic

    In our recent book Bordering (Yuval-Davis, Wemyss & Cassidy, 2019), we discuss the paradoxical phenomenon that, under neoliberal globalisation, borders did not disappear but rather proliferated off-and in-shore, from consulates across the globe to everyday spaces like railways and places of work. We described the functioning of bordering as processes rather than static boundary lines that, like computer firewalls, are invisible to some, impermeable to many others. We showed the ways these have crucially contributed to multi-scalar – from the global to the local – inequalities and precarities, forcing more and more people to be precariously stuck in limbo grey borderzones with no possibility of building regular lives with civil, political and social rights.

    It is important to examine the ways the pandemic has affected these processes of everyday bordering, both locally and globally. Of course, it is far too early to know, or even predict, the longer-term transformations in bordering that the pandemic will bring. However, it is safe to say that, as after earlier major crises, such as 9/11 and the AIDS crises – to mention just two major transformatory crises in recent decades – the ‘new normal’ is not going to go back to how things were, in several major ways. Everyday bordering, from the lockdown of individuals in their homes to the lockdown of regional and national borders, is at the heart of the technologies of control used to try to contain the pandemic and it is thus hard to believe that free movement would be restored any time soon.

    Except that, as we’ve shown in our book, free movement has never been free for most people. Border controls have been operating like computers’ firewalls, invisible to some, blocking many others, with money and required skills for the neoliberal economy being the main facilitators. We can see these firewalls continuing to operate today as well – at different ends of the scale, the super-rich flying in private jets able to travel without being subject to the usual restrictions and seasonal workers from Eastern Europe being flown into the UK by the farming industry to ensure that fruit is being picked. Two weeks into the lockdown, the Home Office published its guidance for post-Brexit immigration rules aimed at preventing low paid workers – the key workers on which healthcare services are depending – from working in the UK.

    These are just some of the paradoxes of ‘lockdown’ and ‘social distancing’ policies. On the one hand, a neo-liberal governmentality that puts the onus of responsibility on the individuals, where people are required to isolate themselves at home and keep away from others, while others are forced to carry on working – not only because they fulfil essential medical, social and economic roles, but also because many of them would not get any money to live on if they stop working.

    This is just one of the intersectional growing inequalities impacts of everyday bordering. Given their disproportionate presence in frontline health and public services, the percentage of BAME people who have died under the pandemic is still unknown but feared to be to very high. Of course, this is not just due to the kind of jobs they do, but also their poor and crowded living conditions, as well as a distrust of governmental and scientific authorities which have not helped them in the past.

    In addition to unequal class and racialised effects, the lockdown bordering has also had a major gendered effect, such as a sharp rise in domestic violence, as can be expected when nuclear family members are locked down together.

    In our book we discussed the ways everyday bordering as a top down technology of control has been reinforced by and reinforces the growth of bottom up nativist extreme right movements, which have brought to power authoritarian rulers in many countries in the globe and arguably Brexit in the UK. Blaming and scapegoating the ‘Others’ have been a major multi-scalar reaction to the pandemic, from Trump calling the corona virus ‘the Chinese virus’, to social media blaming George Soros in the traditional antisemitic blood conspiracy theories, to street hate crimes, including health workers reporting abuse from strangers for leaving their homes.

    One of the positive ‘side effects’ of the lockdown has been the development and reinforcement of mutual aid groups in local communities. Neighbours have got to know each other, help elderly and vulnerable people with their shopping etc. However, the other side of the strengthening of local bonds has been the rejection of ‘others’. Local media report people crossing county borders’ violating lockdowns – Kent Online reported ‘Lockdown louts from London have been fined after once again invading the county’ and being found by ‘enforcement officers from the council who were patrolling the area’. This is aided by regional bordering policies, which in some countries, such as Italy, has meant the official closure of regional borders for non-essential traffic, while in the UK, Sussex police, for example, praised ‘the amazing community spirit across Sussex’, whilst noting that ‘Unfortunately, a small number of people from outside of the county deemed it appropriate to visit the area’.

    The aim of this blog post is not to oppose bordering policies in the age of the pandemic, but rather to argue that using it as almost the only counter-pandemic measure is dangerous, both at present and for the future.

    At present, we have seen that when voluntary lockdown policies are used, without mass testing and sufficient protective equipment for those who are not in isolation, they cost many lives as well as create psychological, social and economic hardships. In comparison, other states, including Germany and South Korea, have used mass testing and contact tracing to slow down the rate of infection.

    Moreover, these borderings, like the borderings we described in our book, are an intersection of political projects of governance and of belonging. Very few states, including Ireland and Portugal, have recognised all migrants to be full entitled members of society during the pandemic; only a few states have recognized the right of all members of societies for minimum income during the pandemic, and policies aimed at exclusion and deprivation of all those in national and global grey limbo zones endanger the lives of millions across the globe.

    Everyday bordering policies are evolving in which the surveillance of people is reaching sci-fi dimensions. Similar COVID-19 related technologies are being developed globally by authoritarian and liberal governments. While Israel has authorised counter-terrorism surveillance to track corona virus patients, compulsory colour-coded health apps determine whether individuals can travel in China, while Russia uses face recognition technologies to enforce self-isolation. In Hong Kong and Singapore, COVID 19 apps identify locations and contacts of individuals. European governments are copying these apps whilst also collecting telecom data and using drones to spot transgressors.

    Such developments combine with rumours and debates about national and global digital monitoring of vaccinations, adding force to Yuval Noah Harari’s speculations that the epidemic may normalise biometric surveillance with authorities becoming able to detect people’s emotions as well as their lifestyles and whereabouts. This would be the utmost paradox: a borderless world with the most tightly operated everyday bordering technology.

    https://i2.wp.com/politybooks.com/wp-content/uploads/2018/10/9781509504947-e1539183572658.jpg
    https://acssmigration.wordpress.com/2020/04/20/bordering-under-the-corona-virus-pandemic-georgie-wemyss-and-nira-yuval-davis/amp/?__twitter_impression=true

    #frontières #coronavirus #covid-19 #bordering #frontiérisation #surveillance #frontières_mobiles #riches #pauvres #immobilité #hyper-mobilité #travailleurs_étrangers #confinement #responsabilité_individuelle #travail #inégalités #everyday_bordering #classes_sociales #inégalités_raciales #violence_domestique #altérité #solidarité #racisme #xénophobie #surveillance_biométrique #drones

    La conclusion autour d’un #paradoxe :

    This would be the utmost paradox: a borderless world with the most tightly operated everyday bordering technology.

    Pour @etraces :

    Everyday bordering policies are evolving in which the surveillance of people is reaching sci-fi dimensions. Similar COVID-19 related technologies are being developed globally by authoritarian and liberal governments. While Israel has authorised counter-terrorism surveillance to track corona virus patients, compulsory colour-coded health apps determine whether individuals can travel in China, while Russia uses face recognition technologies to enforce self-isolation. In Hong Kong and Singapore, COVID 19 apps identify locations and contacts of individuals. European governments are copying these apps whilst also collecting telecom data and using drones to spot transgressors.

    Pour @karine4 :

    Moreover, these borderings, like the borderings we described in our book, are an intersection of political projects of governance and of belonging. Very few states, including Ireland and Portugal, have recognised all migrants to be full entitled members of society during the pandemic; only a few states have recognized the right of all members of societies for minimum income during the pandemic, and policies aimed at exclusion and deprivation of all those in national and global grey limbo zones endanger the lives of millions across the globe.

    ping @isskein @mobileborders

    https://seenthis.net/messages/845795 via CDB_77


  • Dans les quartiers populaires, « si on remplit le frigo, on chope le corona », Louise Couvelaire, le 18 avril 2020
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/04/18/dans-les-quartiers-populaires-si-on-remplit-le-frigo-on-chope-le-corona_6036
    https://img.lemde.fr/2020/04/18/572/0/6880/3426/1440/720/60/0/19c77de_H27oQUJiS-ZVztvztoSiUNfe.JPG
    File d’attente pour une distribution de nourriture organisée par AC Le Feu et le centre social Toucouleurs à Clichy-sous-Bois, le 15 avril. GUILLAUME HERBAUT POUR « LE MONDE »

    Les quartiers populaires entament leur deuxième mois de confinement à bout de souffle, mais encore soutenus par un faisceau de solidarités inédites, réinventées dans l’urgence.

    Il y a ceux qui ont encore un travail et prennent tous les risques pour le garder. Ceux qui craignent pour l’avenir de leurs enfants. Et il y a ceux qui ont faim. Ce sont souvent les mêmes. Les quartiers populaires entament leur deuxième mois de confinement à bout de souffle, mais encore soutenus par un faisceau de solidarités inédites, réinventées dans l’urgence.

    Ce matin-là, à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), les premiers sont arrivés à 8 heures, soit trois heures avant l’ouverture des portes de la maison de la jeunesse de la ville. A 11 heures, la file d’attente s’étirait sur 300 mètres. Mercredi 15 avril, ils étaient des centaines à patienter pour remplir leurs caddies de salades, courgettes, pommes, yaourts et crème fraîche. Sans débourser un centime. Organisée par le collectif AC Le Feu et le centre social Toucouleurs, avec le soutien de la Fondation Abbé-Pierre, cette distribution alimentaire était la troisième en huit jours. 190 personnes se sont présentées la première fois, 490 la seconde, puis 750.

    Les 50 palettes de nourriture données par des anciens des quartiers, grossistes, semi-grossistes et vendeurs – « qui n’ont pas oublié d’où ils venaient », se félicite le cofondateur de l’association, Mohamed Mechmache –, n’ont pas suffi à répondre à la demande. Du jamais vu. « Il y a urgence dans ces territoires, tout va se casser la gueule, alerte le cofondateur d’AC Le Feu. Des centaines de personnes que nous ne connaissions pas sont en train d’apparaître sur nos radars. On ne sait pas comment ils vont trouver les ressources un mois de plus pour se nourrir. »

    Dans la queue, il y avait Samia*, une aide-soignante de 42 ans, mère de quatre enfants, dont le salaire ne suffit plus à financer le budget nourriture du foyer, qui a été multiplié par trois depuis le début du confinement. Il y avait Evana* aussi, la mine lasse, assise sur son déambulateur, le visage recouvert d’une épaisse couche de fond de teint trop clair. Evana a 48 ans mais elle en fait vingt de plus. Elle ne s’est jamais remise d’un accident de voiture qui l’a laissée avec un bassin cassé. C’était en 2014. Depuis, elle n’arrive pas à rester debout plus de quelques minutes et vit d’une petite pension d’invalidité qui ne suffit pas à payer son loyer. Le confinement est en train de la clouer sur place. Jusqu’à présent, ses amis et sa famille l’aidaient à boucler ses fins de mois en lui donnant des « petits billets de 10 euros ou 20 euros par-ci par-là, mais ils ne peuvent plus venir me voir, alors j’accumule les dettes et je n’ai plus rien pour nous nourrir, moi et ma fille ».
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’inquiétante surmortalité en Seine-Saint-Denis : « Tous ceux qui vont au front et se mettent en danger, ce sont des habitants du 93 »

    Pour des familles, la cantine est le seul repas de l’enfant

    Lors de son allocution du 13 avril, Emmanuel Macron a annoncé le versement d’une aide financière exceptionnelle pour « les familles modestes avec des enfants afin de leur permettre de faire face à leurs besoins essentiels ». Chaque famille bénéficiaire du RSA ou de l’Allocation de solidarité spécifique (ASS) recevra 150 euros, plus 100 euros par enfant, et les familles touchant des aides au logement percevront 100 euros par enfant. « Pffff…, souffle Ahmed*, ça ne va pas suffire. » Ahmed n’est pas du genre commode. Père autoritaire de sept enfants, il est au chômage partiel depuis que le restaurant dans lequel il fait la plonge a fermé ses portes. « A force de rester là sans rien faire, mes enfants ont faim toute la journée et ce que je touche ne suffit pas ! », lance-t-il, sur les nerfs. Avec l’arrêt de la cantine à 1 euro le déjeuner, il n’a plus les moyens de subvenir aux besoins de sa famille. Une situation qu’il vit comme une humiliation. A peine évoqué les paniers repas qui lui sont offerts par une association et il raccroche sans préavis.

    « Dans certaines familles très modestes, le repas de la cantine est le seul repas de la journée de l’enfant, témoigne Eddy*, 42 ans, éducateur de vie scolaire dans un lycée du département, qui, « en temps normal », distribue des barquettes à emporter composées des restes du jour aux élèves les plus démunis. « Avec le confinement, nous avons créé un groupe WhatsApp pour tenter d’identifier les plus en difficultés et chacun de nous achète ce qu’il peut pour eux. Le Coronavirus a un effet loupe sur tous les dysfonctionnements et toutes les inégalités. »

    https://img.lemde.fr/2020/04/18/0/0/6880/5504/688/0/60/0/c0f744f_a4dK8OvgdMPbj9_jYMgqCIxS.JPG
    A Clichy-sous-Bois, le 15 avril. GUILLAUME HERBAUT POUR « LE MONDE »

    Ahmed reçoit ses paniers de l’association Têtes grêlées, lancée par Sylla Wodiouma, surnommé « Djoums » dans le quartier des Quatre-Chemins, à Pantin. Le jeune homme de 34 ans distribue chaque semaine quelques dizaines de « kits » composés de nourriture et de produits d’hygiène qu’il a pu financer grâce à l’appel aux dons lancé sur la plate-forme Leetchi. Il a récolté un peu plus de 6 000 euros en trois semaines. « Beaucoup de familles qui travaillaient en tant qu’intérimaires ou non déclarées n’ont plus rien, elles ont tenu deux semaines et puis tout s’est effondré », raconte Djoums. Les listes de personnes à soutenir, dont les noms lui sont signalés par des voisins, des travailleurs sociaux et des amis, « explosent », témoigne-t-il.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Cette crise met en évidence les conditions de vie très inégales des Français »

    Tenaillée par la « honte »

    Sur ces listes, figure désormais Nassira*. La jeune femme de 29 ans parle à voix basse pour ne pas réveiller ses quatre filles âgées de 13 ans à cinq mois. Il est pourtant midi. « Les aînées se couchent vers 2 heures du matin et je les laisse dormir le matin, je les réveille à l’heure du déjeuner, peu avant de mettre les petites à la sieste, comme ça, elles peuvent être un peu tranquilles pour faire leurs devoirs. » Sans travail ni mari, elle vit des allocations familiales et accueille dans son petit deux pièces de 41 mètres carrés du quartier des Courtillières son père de 65 ans atteint d’un cancer du foie. Elle dort avec ses quatre filles dans une chambre minuscule et ne veut surtout pas qu’elles sachent qu’elle n’a plus les moyens de les nourrir. « Qu’est-ce que mes enfants vont penser de moi, que je ne suis pas capable de prendre soin d’elles ? » confie-t-elle, tenaillée par la « honte ».

    Fatoumata* elle aussi a honte. Et peur. Sans-papiers ivoirienne, elle se terre avec ses trois enfants dans une modeste HLM d’une cité de l’Essonne qu’elle sous-loue pour 300 euros par mois. Elle n’est pas sortie de chez elle depuis le début du confinement, pas même pour faire des courses, terrorisée à l’idée d’être contrôlée par la police omniprésente et susceptible de lui demander attestation et pièce d’identité à tout instant. Impossible de se faire livrer, elle n’a plus un sou. La nourriture commence à manquer. Fatoumata travaillait jusqu’au début du mois de mars : elle faisait des ménages dans des hôtels en « empruntant » les papiers d’une autre moyennant 20 % sur les sommes qu’elle rapporte. Mais il ne reste rien des 800 euros gagnés entre le mois de février et le début du mois de mars. C’est sa fille aînée de 16 ans qui a fini par lancer un SOS à la responsable d’une association de quartier qu’elle a l’habitude de fréquenter. La directrice a mis 80 euros de sa poche pour lui faire un premier marché et le déposer devant sa porte. « Toutes les associations et les centres sociaux sont fermés, les gens ne savent pas vers qui se tourner », dit-elle. L’une de ses collègues a pris la suite la semaine suivante.

    Au moment où certaines familles apparaissent pour la première fois sur les radars des associations, d’autres, au contraire, ne répondent plus à l’appel. Comme en témoigne une professeure de français dans un collège de Seine-Saint-Denis qui dit avoir perdu le contact avec 40 % de ses élèves. Dans les quartiers Nord de Marseille, Fatima Mostefaoui tire la sonnette d’alarme. Dans un texte rédigé au nom du collectif des femmes des quartiers populaires, elle écrit : « Je suis pauvre, triste, un peu en colère ; non, beaucoup en colère (…). Hier déjà dans ma cité, la réussite scolaire était un rêve inaccessible. Alors là, pour moi, l’école à la maison, c’est un tsunami qui va me noyer et emporter mes enfants ». Fondatrice de l’association Avec Nous, la militante a lancé l’opération « Partage ton Wi-Fi » pour inciter les résidents qui disposent d’un réseau Internet à en faire bénéficier leurs voisins en dévoilant leurs codes d’accès.

    A deux doigts de « tout lâcher »

    Nadia*, elle, est à deux doigts de « tout lâcher », le suivi des devoirs à la maison auxquels elle « ne comprend rien », les courses au rabais qui l’obligent à nourrir ses deux enfants de pain fait maison et de pâtes, les négociations « qui n’aboutissent à rien » avec son bailleur social pour lui permettre d’échelonner le paiement de son loyer. A 45 ans, elle vit dans le 3e arrondissement de Marseille, l’un des plus pauvres de la cité phocéenne. Le 17 mars, premier jour du confinement, elle a perdu son travail − au noir, en tant que femme de ménage pour des particuliers − et la rémunération qui allait avec − un peu moins de 500 euros par mois. « Ma voisine est en dépression, je ne vais pas tarder à la suivre », annonce-t-elle en aspirant sur sa cigarette. Elle n’a qu’une crainte : que cette épidémie de Covid-19 « détruise l’avenir de [ses] enfants ». Son fils, lycéen, et sa fille, collégienne, sont en train de « perdre le fil », dit-elle, et d’accumuler un retard qu’ils ne sont pas sûrs de pouvoir rattraper malgré le prêt d’un ordinateur via l’association Avec Nous.

    https://img.lemde.fr/2020/04/18/0/0/6880/5504/688/0/60/0/9dc50ec_Mex3OyUw-pB-HRue6BQ61TTv.JPG
    750 personnes sont venues récupérer de la nourriture lors de la distribution du 15 avril à Clichy-sous-Bois. GUILLAUME HERBAUT POUR « LE MONDE »

    A 800 kilomètres de là, on a croisé Sofia* sur un bout de trottoir de Clichy-sous-Bois, un cabas dans chaque main remplis de denrées gracieusement distribuées par AC Le Feu. 16 ans à peine, silhouette fluette, mots écorchés, cette « fervente lectrice » d’Emile Zola évoque sa mère, femme au foyer, son père, qui a pris la poudre d’escampette, elle raconte les efforts « immenses » qu’elle fournit pour figurer parmi les premières de sa classe de 2nde, parle de « l’influence de son milieu » qui la condamne « à la misère » pour résumer l’angoisse de ce confinement et des conséquences « tragiques » sur sa vie, elle raconte les « droits qu’elle n’a jamais eus » et les « chances qu’elle n’aura jamais plus ». Elle en est convaincue. Sofia est en colère, elle est en train de décrocher, et elle le sait. Impossible de suivre le rythme de l’école à la maison. Chez elle, « pas d’ordinateur, pas d’imprimante, un seul téléphone pour quatre enfants ». Tout est dit. Elle tourne les talons. « Si ceux qui ont de la chance dans la vie s’inquiètent de l’après, interroge Mohamed Mechmache, imaginez ce que ressentent ceux qui n’ont rien. » Ou si peu.

    Le père Patrice Gaudin les voit chaque matin aux arrêts de bus, les aides-soignantes, les caissières, les livreurs, les travailleurs du BTP, les éboueurs. Chaque matin, il voit ces « colonnes de travailleurs de l’ombre » passer devant son église du christ Ressuscité plantée au cœur de Bondy Nord, en Seine-Saint-Denis, tous ces « héros silencieux de nos cités » dont il admire le « sens du devoir ». Le « père Patrice », comme l’appellent les résidents du quartier, se dit « horrifié » par les inégalités que génère ce confinement. Avec sa carrure de rugbyman et son franc-parler − « avant d’arriver ici il y a cinq ans, j’y connaissais que dalle aux cités » −, il veut défendre l’honneur de ceux dont « on dit trop souvent depuis quelques semaines qu’ils ne respectent pas les règles du confinement » et à qui « on ne rend pas assez justice » malgré les risques auxquels ils sont exposés au quotidien.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Nettoyage, entrepôts, livraisons… les travailleurs étrangers en première ligne face au coronavirus

    La conviction d’avoir « un rôle important »

    Keltoum* a subi les foudres de son mari, furieux qu’elle se mette en danger. « Il aurait préféré que je m’arrête, mais finalement il a compris. » La jeune femme de 36 ans a dix ans de labeur dans la grande distribution derrière elle et la conviction d’avoir « un rôle important ». Elle occupe le poste de manager dans les rayons d’un petit supermarché du 93. Six de ses collègues ont fait valoir leur droit de retrait. Ils ont été remplacés par des étudiants de l’université Paris 8 Vincennes Saint-Denis. « Il faut faire tourner le magasin, dit-elle. Si je m’absente, il n’y aura plus rien dans les rayons. »

    Keltoum est responsable des commandes et du réapprovisionnement. A l’occasion, elle fait aussi des remplacements en caisse. Depuis le 17 mars, le panier moyen du consommateur a presque doublé, passant de 12 euros à 22 euros. « Les gens achètent plus, du coup, j’ai une charge de travail deux à trois fois supérieure à la normale, le tout dans une atmosphère très pesante », confie-t-elle. Tous les jours depuis un mois, la jeune femme adopte le même rituel en rentrant chez elle : elle ouvre la porte, pose son sac à terre, retire ses chaussures, se déshabille dans l’entrée, met le tout à laver et fonce sous la douche. « J’essaie de pas être parano mais il y a de l’angoisse, et encore, heureusement qu’on a des visières maintenant pour nous protéger des clients. »

    Depuis trois semaines, Phaudel Khebchi passe ses journées à imprimer des visières en 3D qu’il distribue ensuite aux caissières et aux personnels soignants des commerces et hôpitaux voisins. Directeur du musée numérique la Micro-Folie, à Sevran (93), il a déjà fabriqué plus de 200 visières qu’il a appris à confectionner grâce aux fiches techniques partagées sur Internet par les « makers » des visières solidaires. « Le plus pénible, se désole Keltoum, c’est de voir que beaucoup de gens n’ont rien changé à leurs habitudes, ne serait-ce que par respect pour nous. Ils viennent faire leurs courses tous les jours, parfois plusieurs fois par jour, et parfois, seulement pour s’acheter une barquette de fraises. »

    « Si on se retire, qu’est-ce que les gens vont devenir ?, lance Sosthène*, le directeur du supermarché, tout aussi habité par sa mission que sa manager des rayons. On est un peu comme le personnel de santé, on a besoin de nous. » Lorsqu’il a entendu la ministre du travail, Muriel Pénicaud, le 1er avril, inviter les entreprises privées à verser une « prime exceptionnelle de pouvoir d’achat » (défiscalisée et exonérée de charges salariales et patronales) de 1 000 euros destinée à « soutenir ceux qui sont au front », il a cru pouvoir annoncer une bonne nouvelle à ses 25 salariés. « Sauf que pour l’instant, personne ne nous en a parlé, s’inquiète le directeur. Cette prime, c’est une aide financière, oui, mais pas seulement, c’est aussi une forme de reconnaissance dont nous avons tous besoin pour tenir le coup psychologiquement. »

    « Moi, la prime de 1 000 euros, je n’y ai pas droit ! », affirme Stéphane Lafeuille. Depuis trois ans, le quadragénaire est éboueur intérimaire à Champigny-sur-Marne (Seine-et-Marne). Il n’a jamais décroché de CDI, il enchaîne les contrats journaliers payés au smic. « Avec mes collègues intérimaires, on vit dans la grande précarité. Si on remplit le frigo, on chope le corona. » Avant l’intervention de Mamadou Sy, commercial et conseiller municipal, qui a dégoté un lot de 100 masques qu’il a distribué aux éboueurs de la ville, il travaillait sans aucune protection. « Aujourd’hui encore, on fait nos tournées avec des petits gants en plastique alors que les poubelles des particuliers débordent et que les gens jettent leurs déchets médicaux, leurs mouchoirs, leurs masques et leurs gants en vrac dans les poubelles aux couvercles jaunes normalement exclusivement dédiées au tri sélectif, dénonce-t-il. L’angoisse est permanente, si j’attrape le virus, je n’ai rien, aucun filet de sécurité. » Impossible d’exercer un quelconque droit de retrait, il n’est pas salarié.

    « A ce rythme, dans un mois, nous, travailleurs au noir, travailleurs précaires, habitants des quartiers, enfants des quartiers, on va se retrouver définitivement hors-jeu, redoute Nadia, de Marseille. Pour l’instant, on tient grâce aux solidarités locales et parce qu’on ne veut pas se laisser faire. Mais pour combien de temps encore ? »

    #travailleurs_précaires #solidarité

    https://seenthis.net/messages/844719 via colporteur


  • Nettoyage, entrepôts, livraisons… les travailleurs étrangers en première ligne face au coronavirus
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/03/27/nettoyage-entrepots-livraisons-les-travailleurs-etrangers-en-premiere-ligne-
    Un livreur à Paris, le 18 mars, jour 2 du confinement. Plusieurs syndicats et collectifs de livreurs ont demandé leur « arrêt immédiat », avant que les livreurs ne tombent comme des mouches », disent-ils dans un communiqué, publié jeudi 26 mars PHILIPPE LOPEZ / AFP
    https://img.lemde.fr/2020/03/23/280/0/5800/2896/1440/720/60/0/bf72c57_cSFO6bg5_X_iRk3fgUMiE3BC.jpg

    Les secteurs du nettoyage, de la sécurité ou de la livraison recourent beaucoup aux travailleurs issus de l’immigration, parfois sans papiers. Et souvent sans protections.

    Hamidou Sow prend le bus, le RER et le métro tous les matins. Depuis la Seine-Saint-Denis, où il habite, il rejoint le sud de Paris. Ce Sénégalais de 38 ans travaille dans le nettoyage et son employeur ne lui a pas donné congé. Au contraire. Sur un chantier géré par un grand groupe de BTP, il récure bungalows, toilettes et espaces de restauration au quotidien.

    « Mercredi, on nous a fourni des gants, des masques, du gel hydroalcoolique », énumère-t-il. Alors, il se sent « un peu protégé ». Hamidou Sow est en cours de régularisation. Comme de nombreux travailleurs étrangers, il évolue dans des secteurs aujourd’hui fortement sollicités, malgré les consignes de confinement. « Les travailleurs étrangers, avec ou sans titre de séjour, sont en première ligne dans les activités de nettoyage, de ramassage et de tri de déchets, d’aide à la personne, d’agriculture ou de commerce, indispensables aujourd’hui », considère Marilyne Poulain, chargée des questions liées aux travailleurs sans papiers à la CGT.

    Mahamadou Kebbe, Franco-Malien de 33 ans, est agent de sécurité. Il travaille le week-end à l’accueil des urgences d’un hôpital de Seine-Saint-Denis. « C’est très compliqué, reconnaît-il. Je vois beaucoup de monde avec des symptômes du virus. Je regarde deux ou trois fois par jour ma température et j’ai décidé de ne plus faire de ronde dans les services. » Malgré la situation, l’employeur de Mahamadou Kebbe ne lui a pas fourni d’équipement de protection, faute de disponibilité. « Si l’hôpital ne nous en avait pas donné, on serait en danger », souligne-t-il.

    « Ils sont environ 70 là-dedans »
    Daouda (le prénom a été modifié) fait, lui, sans masque. Ce jeune Malien sans papiers travaille comme éboueur pour une grande intercommunalité d’Ile-de-France. « Pour le moment, personne n’est malade, ça se passe bien, se rassure-t-il. On nous a donné des savons et on se lave les mains avant et après le service. » Chauffeur de poids lourds dans la collecte des ordures ménagères dans le Val-de-Marne, Ousmane Sissoko a quant à lui eu des masques « au début ». « Mais là, on n’en a plus », confie ce travailleur malien, régularisé en 2009. Pour plus de prudence, son équipe s’organise : « On évite d’être trois dans la cabine du camion, il y en a un qui peut rester derrière », explique-t-il.

    « Les salariés les plus précaires sont exposés et ce ne sont pas des professionnels de la santé. Il faut que l’employeur prenne des dispositions », rappelle Rémi Picaud, représentant de la CGT-Commerce, soucieux notamment des conditions de travail dans les entrepôts logistiques des plates-formes de commerce en ligne. Farid (le prénom a été modifié), franco-algérien, travaille dans l’un d’eux, dans les Hauts-de-Seine, comme agent de sécurité. Il a été arrêté il y a quelques jours par son médecin. « Le collègue qui me remplace la nuit m’avait appelé depuis l’hôpital. Sa femme est malade et lui a un arrêt de quinze jours », justifie-t-il.

    Farid ne veut pas prendre de risque : « Je suis diabétique et j’ai des enfants en bas âge. » Il s’inquiète de l’absence de précautions prises pour les travailleurs de l’entrepôt. « C’est catastrophique, dit-il. Ils sont environ 70 là-dedans. Et j’en ai vu un seul avec un masque. Ils prennent tous les transports en commun. Les produits arrivent en vrac et ils les emballent avant de les réexpédier. C’est tous des étrangers. La plupart sont autoentrepreneurs ou intérimaires. »

    Quelques jours avant d’être arrêté, Farid avait déclenché une procédure de droit d’alerte auprès de son employeur en raison des risques de propagation du Covid-19. « Il a envoyé quatre flacons de gel, des gants et un masque pour toute l’équipe », détaille l’agent de sécurité.

    « Virés »
    Jean-Albert Guidou, de la CGT de Seine-Saint-Denis, rapporte le cas de deux salariés d’un commerce alimentaire, sans papiers et atteints du Covid-19. « Ils ont travaillé alors qu’ils avaient des symptômes et qu’on était dans une situation qui pouvait faire craindre une contamination plus large, estime-t-il. L’employeur, qui ne les avait pas déclarés, les a finalement virés. »
    « Un grand nombre de travailleurs sans papiers sont indispensables à l’économie du pays et sont plus vulnérables, souligne Mme Poulain. Nous revendiquons plus que jamais leur régularisation. Il faut aussi garantir leur accès aux soins. Ils n’ont pas la sécurité sociale alors qu’ils cotisent, et beaucoup n’ont pas droit à l’aide médicale d’Etat car ils dépassent le seuil de ressources. »

    La responsable syndicale s’étonne par ailleurs du maintien de certaines activités comme la livraison de repas via les plates-formes comme Uber Eats ou Deliveroo. Plusieurs syndicats et collectifs ont demandé leur « arrêt immédiat », « avant que les livreurs ne tombent comme des mouches », disent-ils dans un communiqué, publié jeudi 26 mars. « On voudrait que les livreurs puissent se protéger mais les plates-formes ne les indemnisent que si un médecin justifie de leur mise en quarantaine ou de leur contamination, relate Jean-Daniel Zamor, président du Collectif des livreurs autonomes parisiens. Quant aux autres, soit ils ne gagnent plus d’argent, soit ils continuent de travailler. »

    Le gouvernement prône la livraison « sans contact » (avec le client, le repas…) mais la règle est impossible à respecter. Digicodes, portes d’immeuble, boutons d’ascenseur, rampes d’escalier… le risque est omniprésent.

    #travail #travailleurs_étrangers #premiers_de_corvée

    https://seenthis.net/messages/835104 via colporteur


  • Concerns over safety at Amazon warehouses as accident reports rise | Technology | The Guardian
    https://www.theguardian.com/technology/2020/feb/17/concerns-over-safety-at-amazon-warehouses-as-number-of-incidents-rise

    Figures obtained by GMB show safety at its UK warehouses could be worsening More than 600 Amazon workers have been seriously injured or narrowly escaped an accident in the past three years, prompting calls for a parliamentary inquiry into safety at the online retailer’s vast UK warehouses. Amazon, whose largest shareholder is the world’s richest man Jeff Bezos, recently launched an advertising campaign fronted by contented staff members, after a string of embarrassing revelations about (...)

    #Amazon #conditions #santé #travail #travailleurs

    ##santé
    https://i.guim.co.uk/img/media/2269f27a16777f53b072b15669cff778557ee233/0_251_4783_2870/master/4783.jpg

    https://seenthis.net/messages/826800 via etraces


  • Données : poison et remède pour les travailleurs des plateformes ? | LINC
    https://linc.cnil.fr/donnees-poison-et-remede-pour-les-travailleurs-des-plateformes

    La poursuite des intérêts des plateformes, plus que de simples intermédiaires entre une offre et une demande de travail, peut se faire au détriment des conditions de travailleurs indépendants. A cet égard, les données personnelles collectées constituent à la fois une source d’aliénation et un levier de négociation managériale. Début novembre 2019, l’état du New Jersey réclame à l’application Uber la somme de 649 millions de dollars, l’équivalent des impôts sur le travail non payés, une première pour (...)

    #Deliveroo #OCDE #Airbnb #Lyft #Uber #UberEATS #algorithme #[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données_(RGPD)[en]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR)[nl]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR) #conditions #FoodTech #GigEconomy #notation #nourriture #profiling (...)

    ##[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données__RGPD_[en]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_[nl]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_ ##travail ##travailleurs ##CLAP
    https://linc.cnil.fr/sites/default/files/thumbnails/image/gettyimages-498244159.jpg

    https://seenthis.net/messages/826411 via etraces


  • Sexisme, cyberharcèlement, entresoi : Twitch confronté à la masculinité toxique | korii.
    https://korii.slate.fr/et-caetera/jeu-video-twitch-masculinite-sexisme-cyberharcelement-sardoche-kamet0

    Sur la plus grande plateforme de streaming de jeux vidéo, des comportements banalisent les idées sexistes et excluent les joueuses ou les spectatrices. Dans le monde du streaming, fier de sa liberté de ton, il est un sujet dont on ne parle pas. Trop clivant, trop sérieux, trop premier degré : le sexisme. « C’est tellement tabou dans les jeux vidéo que personne ne veut trop se mouiller », déplore ZulZorander, sur Twitch depuis deux ans. La réalité du sexisme subi par les streameuses a pourtant été (...)

    #Twitch #sexisme #conditions #discrimination #harcèlement #travail #travailleurs

    https://korii.slate.fr/sites/default/files/styles/1440x600/public/jurien-huggins-jlwla1hqmbe-unsplash.jpg

    https://seenthis.net/messages/826274 via etraces


  • Dans la peau des ouvriers invisibles d’internet
    https://lesjours.fr/obsessions/amazon-turkers-travail/ep1-amazon-mechanical-turk

    La consigne était simple : il s’agissait de marquer d’une couleur tous les objets en mouvement dans une courte vidéo de rue venue des États-Unis. Dans la pratique, ce fut une heure très pénible et absolument pas intéressante, passée à dénicher la moindre voiture, le plus petit bout de camion et jusqu’à cette vieille dame qui surgit sous un arbre dans le coin droit à la toute fin de la séquence. Mais j’ai réussi. Péniblement. Puis je suis passé à la séquence suivante et comme ça pendant des heures. À la fin, (...)

    #Amazon #algorithme #robotique #technologisme #conditions #travail #travailleurs (...)

    ##AmazonMechanicalTurk
    https://lesjours.fr/ressources/image/ep1-amazon-mechanical-turk-img-header.jpeg

    https://seenthis.net/messages/826258 via etraces


  • Travailleurs du clic, les soutiers du clavier
    https://www.franceinter.fr/emissions/comme-un-bruit-qui-court/comme-un-bruit-qui-court-23-mars-2019

    Après le travail précarisé, bienvenue dans le micro-travail ! De plus en plus de plateformes proposent à des êtres humains de travailler pour des intelligences artificielles : des micro tâches de quelques minutes derrière son clavier pour quelques centimes. Sans contrat de travail ni fiche de paie, vous serez payés à la tâche, à cliquer sur toutes sortes de choses sans savoir trop pourquoi. Les temps modernes, version 2019 où il faut, non pas serrer des boulons mais identifier des objets, traduire, (...)

    #algorithme #conditions #GAFAM #GigEconomy #travail #travailleurs

    https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2019/03/8c9872b2-c517-4b51-b222-fcc8d42a587e/1200x680_img_1639.jpg

    https://seenthis.net/messages/826233 via etraces


  • Working class robot
    https://lesjours.fr/obsessions/amazon-turkers-travail

    Derrière les algorithmes et les intelligences artificielles qui dominent aujourd’hui nos vies en ligne, se cache une armée de travailleurs humains pauvres et invisibles. Connectés sur des plateformes comme Amazon Mechanical Turk, ils enrichissent, corrigent, testent et éduquent contre quelques centimes les sites et applications qui nous servent. « Les Jours » descendent dans la salle des machines (...)

    #Amazon #AmazonMechanicalTurk #algorithme #conditions #GAFAM #GigEconomy #travail #travailleurs

    https://lesjours.fr/ressources/obsession/amazon-turkers-travail.jpeg

    https://seenthis.net/messages/826238 via etraces


  • Documentaire : plongée dans l’enfer quotidien des travailleurs du clic
    https://www.franceinter.fr/emissions/l-instant-m/l-instant-m-17-fevrier-2020

    Une passionnante série documentaire, fondée sur les travaux du sociologue Antonio Casilli, nous plonge dans le quotidien d’un nouveau prolétariat : le prolétariat numérique. On a l’impression que ça marche tout seul, Google, Facebook, Amazon ou Uber. Cette impression n’est pas un hasard, les plateformes font tout pour l’alimenter, pour ne pas montrer les petites mains qui travaillent dans l’ombre. Alors je vous recommande une série documentaire qui prouve avec brio que non, ça ne marche pas tout seul (...)

    #Google #Amazon #Facebook #Uber #algorithme #conditions #GigEconomy #travail (...)

    ##travailleurs
    https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2020/02/9ddba1e5-576d-48c6-8cd5-edbb9310c887/1200x680_075_porzycki-brandsof191115_nprqc.jpg

    https://seenthis.net/messages/826162 via etraces


  • Amazon warehouse workers skip bathroom breaks to keep their jobs, says report - The Verge
    https://www.theverge.com/2018/4/16/17243026/amazon-warehouse-jobs-worker-conditions-bathroom-breaks

    In the UK, an undercover reporter and a labor survey exposed harrowing work conditions Amazon warehouse workers are forced to pee in bottles or forego their bathroom breaks entirely because fulfillment demands are too high, according to journalist James Bloodworth, who went undercover as an Amazon worker for his book, Hired : Six Months Undercover in Low-Wage Britain. Targets have reportedly increased exponentially, workers say in a new survey revealed over the weekend, and as result, they (...)

    #Amazon #conditions #travail #travailleurs

    https://seenthis.net/messages/826010 via etraces


  • Les bagnards du clic | Slate.fr
    http://www.slate.fr/societe/si-jamais/episode-8-bagnards-clic

    Dans les prisons françaises des années 2030, les détenus cliquent pour gagner leur croûte. La légende de Dorian Sauvet, le célèbre activiste anti-reconnaissance faciale, commence le jour de son arrestation et de son incarcération immédiate, le 24 avril 2031 –si ce n’est que les premiers concernés sont souvent les derniers prévenus quand le destin décide d’en faire des mythes. Comment, sur le coup, discerner une banale arrestation d’un événement fondateur ? Dorian, jeune homme sage et prudent, ne s’y (...)

    #conditions #GigEconomy #prison #travail #travailleurs #art

    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/bagnards_clic.jpg

    https://seenthis.net/messages/825976 via etraces


  • The Life and Death of an Amazon Warehouse Temp - The Huffington Post
    https://highline.huffingtonpost.com/articles/en/life-and-death-amazon-temp

    What the future of low-wage work really looks like. On Jan. 18, 2013, as the sun went down, Jeff Lockhart Jr. got ready for work. He slipped a T-shirt over his burly frame and hung his white work badge over his broad chest. His wife, Di-Key, was in the bathroom fixing her hair in micro-braids and preparing for another evening alone with her three sons. Jeff had been putting in long hours lately, and so the couple planned a breakfast date at Shoney’s for when his shift ended around dawn. (...)

    #Amazon #algorithme #conditions #GigEconomy #travail #travailleurs #surveillance

    https://img.huffingtonpost.com/asset/5627b8661400006f003c8c63.jpeg

    https://seenthis.net/messages/825819 via etraces


  • De l’alternumérisme : d’autres numériques sont-ils possibles ? | InternetActu.net
    http://www.internetactu.net/2020/02/13/de-lalternumerisme-dautres-numeriques-sont-ils-possibles

    Il y a des livres qui vous font profondément réfléchir. C’est certainement le cas des livres les plus critiques à l’encontre des enjeux technologiques – et ils sont nombreux. Les arguments de ceux qui s’opposent à la numérisation sont bien plus pertinents et nécessaires que les arguments de ceux qui vous promettent du bonheur numérique ou qui continuent à soutenir que l’innovation technologique tient du progrès sans observer concrètement ses limites et ses effets délétères. Le nouveau livre publié par les (...)

    #technologisme #domination #conditions #travail #travailleurs #écologie #éthique

    /assets/images/logo_ia.png

    https://seenthis.net/messages/825721 via etraces


  • Deliveroo. Des « dark kitchens » au cœur des villes | L’Humanité
    https://www.humanite.fr/deliveroo-des-dark-kitchens-au-coeur-des-villes-684655

    Les commandes passées chez Deliveroo ne viennent pas forcément des fourneaux de restaurants ayant pignon sur rue, mais de box aménagés dans des hangars de fortune. Les va-et-vient de livreurs sont continus dans cette rue discrète au cœur de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). De l’extérieur, seul un petit panneau signale la présence de la start-up : « Les riders sont priés de stationner dans la cour. » Dans celle-ci, des vélos et scooters sont garés. Sur la droite, un hangar aux couleurs vives de Deliveroo (...)

    #Deliveroo #conditions #FoodTech #GigEconomy #nourriture #travail #travailleurs

    https://www.humanite.fr/sites/default/files/images/72733.HR.jpg

    https://seenthis.net/messages/825673 via etraces


  • Invisibles saison 1 - épisode 2 en streaming sur France tv slash
    https://www.france.tv/slash/invisibles/saison-1/1274813-micro-travailler-plus-pour-micro-gagner-moins.html

    Les algorithmes répondent à nos envies, à nos désirs. Les moteurs de recherche nous comprennent mieux que quiconque et d’un seul clic, nous donnent satisfaction. Pourtant, aucune machine n’est encore capable d’apprendre seule et de raisonner comme un être humain. Et si de vraies personnes étaient employées à jouer les robots en attendant que ceux-ci existent réellement ?

    #algorithme #GigEconomy #marketing #profiling #travailleurs

    https://www.france.tv/image/vignette_16x9/400/225/x/h/z/95bf0861-phprmxzhx.png

    https://seenthis.net/messages/825591 via etraces


  • Invisibles saison 1 - épisode 4 en streaming sur France tv slash
    https://www.france.tv/slash/invisibles/saison-1/1274819-au-dela-du-clic.html

    Au-delà de ces histoires singulières, des systèmes émergent et se dessinent. Le sociologue Antonio Casilli nous raconte ce que ces destins particuliers nous disent du monde moderne et de ses conditions de travail en apparence novatrices. Et dans le prolongement de sa pensée, certains témoignent de l’intérieur. D’autres nous font connaître leurs solutions et les alternatives qu’ils mettent en (...)

    #algorithme #conditions #travail #travailleurs #GigEconomy

    https://www.france.tv/image/vignette_16x9/400/225/4/l/f/f08cbab2-phpznkfl4.png

    https://seenthis.net/messages/825599 via etraces


  • Invisibles saison 1 - épisode 1 en streaming sur France tv slash
    https://www.france.tv/slash/invisibles/saison-1/1274809-roulez-jeunesse.html

    Coursiers à vélo, en scooter ou en voiture pour une plateforme de livraison de repas à domicile. Par beau temps, par pluie ou par neige...De l’autre côté de nos smartphones, ces travailleurs du clic attendent une commande qui ne viendra peut-être jamais. En attendant, ils roulent à faire progresser l’algorithme de la firme « partenaire » sans être rémunérés.

    #algorithme #smartphone #conditions #GigEconomy #nourriture #travail #travailleurs #FoodTech

    https://www.france.tv/image/vignette_16x9/400/225/d/s/z/c907a1fc-phpsd8zsd.png

    https://seenthis.net/messages/825587 via etraces


  • Invisibles - Replay et vidéos en streaming - France tv
    https://www.france.tv/slash/invisibles

    Invisibles - Les travailleurs du clic est un documentaire qui part à la rencontre de ceux qu’on ne voit plus ou dont on ignore même souvent l’existence. Auto-entrepreneurs, précarisés, mal payés, producteurs et productrices permanents de données - cet or numérique - accaparées par les plateformes, réduits au silence par des contrats absurdes, leurs histoires et leurs quotidiens parlent de notre réalité, de sa face cachée. Ils vivent et travaillent à Lyon, Barcelone, Dublin, Antananarivo... Ils (...)

    #algorithme #conditions #GAFAM #GigEconomy #travail #travailleurs

    https://www.france.tv/image/vignette_16x9/400/225/0/o/c/451dd471-phpdsrco0.png

    https://seenthis.net/messages/825582 via etraces


  • Et si on regardait en face les Invisibles, petites mains des plateformes tech ? - Maddyness - Le Magazine des Startups Françaises
    https://www.maddyness.com/2020/02/12/documentaire-les-invisibles-tech

    En quatre épisodes, la série documentaire Les Invisibles, diffusée dès ce mercredi, explore les coulisses des grandes plateformes technologiques. Et met en lumière tous les travers qu’elles s’attachent à cacher. Braquer un projecteur sur celles et ceux qu’on ne voit pas. Ou plutôt, une caméra : c’est toute l’idée derrière Les Invisibles, série documentaire réalisée pour France Télévisions par Henri Poulain et co-écrite avec l’auteur Julien Goetz. En quatre épisodes, les deux hommes mettent en lumière les (...)

    #Facebook #algorithme #robotique #conditions #GAFAM #GigEconomy #travail #travailleurs

    https://www.maddyness.com/wp-content/uploads/2020/02/Les-invisibles.jpg

    https://seenthis.net/messages/825583 via etraces


  • Deliveroo condamné en France pour travail dissimulé - Libération
    https://www.liberation.fr/direct/element/deliveroo-condamne-en-france-pour-travail-dissimule_108937

    C’est une première en France : la plateforme de livraison de repas Deliveroo a été condamnée pour travail dissimulé à la suite de la requalification du contrat d’un de ses coursiers en contrat de travail, a annoncé à l’AFP son avocat. Ce livreur à vélo, ayant travaillé pour Deliveroo à partir de 2015, demandait la requalification de son contrat de prestation de service en contrat de travail. La justice a « reconnu que le fait d’obliger le coursier à avoir un contrat de prestation de service était une (...)

    #Deliveroo #procès #conditions #travailleurs #FoodTech #nourriture

    https://medias.liberation.fr/photo/1292488-fra-illustration-vie-quotidienne-paris-paris.jpg

    https://seenthis.net/messages/824611 via etraces


  • « Fainéant », « gréviste », « limité » : des salariés de Vinci Autoroutes fichés - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/060220/faineant-greviste-limite-des-salaries-de-vinci-autoroutes-fiches

    Mediapart a pu consulter un fichier datant du mois de juillet 2019 listant des salariés de la division Centre-Auvergne du groupe. Pour 184 d’entre eux, à côté des informations administratives, figurent des commentaires sur leur travail, leur vie personnelle ou leur engagement syndical. Le fichier, au format Excel, s’appelle « Liste du perso situation au 02 07 2019 ». À l’intérieur, figurent les noms de 315 salariés de la division Centre-Auvergne du groupe Vinci Autoroutes, accompagnés pour chacun de (...)

    #Vinci #conditions #profiling #travailleurs #CNIL

    https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2020/02/05/fichierasf1.png

    https://seenthis.net/messages/824475 via etraces


  • ‘I’m not a robot’ : Amazon workers condemn unsafe, grueling conditions at warehouse | Technology | The Guardian
    https://www.theguardian.com/technology/2020/feb/05/amazon-workers-protest-unsafe-grueling-conditions-warehouse

    Rina Cummings has worked three 12-hour shifts every week at Amazon’s gargantuan New York City warehouse, called JFK8, on Staten Island since it first began operations in late 2018. As a sorter on the outbound ship dock, her job is to inspect and scan a mandated rate of 1,800 Amazon packages an hour – 30 per minute – that are sent through a chute and transported on a conveyor belt before leaving the facility for delivery. Workers such as Cummings helped Amazon achieve its best ever Christmas (...)

    #Amazon #conditions #santé #travail #travailleurs

    ##santé
    https://i.guim.co.uk/img/media/33af3f14c10a1a324a8e13d38aed805d10ffd5fb/0_231_5368_3221/master/5368.jpg

    https://seenthis.net/messages/824383 via etraces


  • « En Californie, le syndicalisme est redevenu cool »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/02/04/en-californie-le-syndicalisme-est-redevenu-cool_6028313_3232.html

    La mobilisation pour les questions sociales et les conditions de travail est plus particulièrement spectaculaire dans la Silicon Valley, rapporte Corine Lesnes, correspondante du « Monde » à San Francisco, dans sa chronique. Chronique. Toujours à contre-courant – ou à l’avant-garde, comme on voudra –, la Californie peut se flatter d’un nouveau particularisme : le syndicalisme y est redevenu cool. En 2019, le nombre de syndiqués y a augmenté, alors qu’il diminue dans le reste du pays. Selon les (...)

    #écologie #conditions #lutte #travail #travailleurs

    https://img.lemde.fr/2020/02/03/690/0/4800/2398/1440/720/60/0/1f97cb4_xPILSKIhucgsis_PIuX8X54A.jpg

    https://seenthis.net/messages/824344 via etraces


  • YouTube moderators must sign contract acknowledging job could cause PTSD – report | Technology | The Guardian
    https://www.theguardian.com/technology/2020/jan/24/youtube-moderators-contract-ptsd-mental-health

    Moderators required to sign form before accepting a job with subcontractor Accenture, according to report from the Verge Content moderators for YouTube have received legal warnings the job may negatively affect their mental health and cause post-traumatic stress disorder (PTSD), a new report from the Verge found. Social media sites are increasingly informing employees of the negative effects of moderation jobs following several reports on harrowing working conditions, including long hours (...)

    #Google #Facebook #Twitter #YouTube #modération #conditions #santé #travailleurs

    ##santé
    https://i.guim.co.uk/img/media/6d730544027b868680e5d85f084289f14085a6dc/0_346_7360_4416/master/7360.jpg

    https://seenthis.net/messages/823422 via etraces