• Ce que cache Martin Shkreli, l’homme qu’il faut haïr, par Guillaume Lachenal
    http://www.liberation.fr/debats/2017/10/18/ce-que-cache-martin-shkreli-l-homme-qu-il-faut-hair_1604026
    http://md1.libe.com/photo/1065364-former-drug-company-executive-martin-shkreli-exits-us-district-court-following-the-fourth-day-of-jur.jpg?modified_at=1508342367&picto=fb&ratio_x=191&ratio_y=100&width=600

    Sa carrière renvoie l’univers des #start-up à ses #illusions : il a fait des études médiocres, il a appris la biologie à la bibliothèque municipale, il prend ses infos sur Twitter, et pourtant ses performances d’investisseur furent souvent exceptionnelles. Il ne cache pas non plus que les start-up qu’il a fondées n’ont jamais fait de recherche, mais fonctionnaient plutôt comme des produits financiers, tentant de créer la hype avec des promesses plus ou moins sérieuses. Il semblait chuchoter, avec sa petite voix désagréable : « Et si tout ceci n’était que du vent ? ». Sa success-story devenait embarrassante : elle suggérait que toute la bulle #biotech tenait d’une pyramide de Ponzi à la Madoff. Pour que l’on continue de croire au canular, il fallait que le self-made-man redevienne une anomalie.

    #financiarisation #pharma #bouc_émissaire #troll

    https://seenthis.net/messages/638359 via Fil


  • De la promotion canapé, des vierges, des brebis et des loups.
    https://eviewer.netmedia-europe.be/cache/server?type=image&origin=pb&source=promobutler_be%2Farticles%2F2016%2F11%2F27%2F31249%2Fzoomrt000107f0000016.jpg&storage=2016

    Les commentaires des lecteurs du journal l’e-monde.fr sont une collection de perles misogynes, racistes et pro-viol de choix. La moderation pourtant à priori sur ce site, ne trouve rien à redire à tous ces éléments de justification et négation des violences sexuelles faites aux femmes. Mais c’est l’e-monde, la semaine dernière ils ont fait le promo de Cantat ( http://www.lemonde.fr/musiques/article/2017/10/06/le-retour-de-bertrand-cantat-passe-par-l-angleterre_5196831_1654986.html ) et deux jours plus tard dénoncé la une des inrock en oubliant de mentionné que l’e-monde à fait la même chose. ( http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2017/10/11/les-inrockuptibles-mettent-bertrand-cantat-en-une-et-le-debat-qu-on-connait- )

    Le commentaire d’un certain « bibifok » est exemplaire et je voudrais devellopé les idées sous entendus de ce discours :

    ont elles été victimes de harcèlement sexuelle, ou ont elles fait un deal : sexe contre avantage pour leur carrière. car, ce genre de chose est connu de tous et celles qui vont « se jetter dans la geule du loup » en sont conscience. Dans les milieux artistiques on a rarement affaire à des oies blanches sortant du couvent.
    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/cinema/article/2017/10/11/les-accusations-pleuvent-contre-weinstein_5199053_3476.html#xVZTezicALjacKPX

    Cet affreux troll misogyne et violophile exprime en peu de mots un concentré de culture du viol basé sur de nombreuses #inversion_patriarcale -

    http://mesastucesmodeetdecoration.blogs.marieclairemaison.com/media/01/01/260e8804019673976f2113496d91a59b.jpg
    1 - « sexe contre avantage pour leur carrière »

    J’ai deja entendu des gens se plaindre de telle ou telle femme* qui aurait eu leurs postes par l’utilisation de leurs atouts sexuels et non pour leur compétences pro. Ce « sexe contre avantage pour leur carrière » dont parle bibifok et qui serait « connu de tous ».

    J’ai jamais entendu ces mêmes personnes se plaindre de tel ou tel homme qui aurais abusé de son pouvoir hiérarchique pour obtenir du sexe des femmes qui sont sous leur autorité hiérarchique.

    J’ai jamais entendu ces personnes critiqué un promoteur canapé, un homme qui promeut sur le critère de soumission d’une femme à ses désirs sexuels et non pour les compétences pro de cette femme.

    J’ai jamais entendu ces personnes parlé de harcélement sexuel au travail, phénomène qui touche pourtant massivement les femmes et commis massivement par les hommes dans le monde pro.

    J’ai jamais entendu ces personnes se plaindre des hommes qui font semblant d’être pote avec leurs supérieurs hiérarchiques pour avoir une promotion. On pourrait pourtant parlé de la « promotion bistrot » dont jouissent les mecs entre eux (qui pénalise les femmes dans leur carrière).

    Pourtant le promoteur canapé profite de son privilège hiérarchique. La promu canapé de son coté montre une motivation extrême pour réussir.

    Le promoteur canapé met l’entreprise en danger pour la satisfaction de son penis en plaçant à des postes élevés des personnes recrutés sur leur soumission sexuelle. C’est lui qui comment un dommage à la société et à l’entreprise, pas la femme qui aurait couché.

    L’existence même des toutes ces sois disant femme promu par le canapé est extrêmement douteuse. Sachant l’importance du harcelement sexuel sur le lieu de travail que subissent les femmes. Et le déni dans lequel les victimes sont plongé, j’imagine que la plus part de ces femmes que les gens évoquent quant ils me parlent de « promotion canapé » sont en fait probablement des victimes de viol par chantage.

    https://frankzumbach.files.wordpress.com/2011/02/frankpape_thais_endpapers_100.jpg

    2 - « des oies blanches sortant du couvent »

    Voici la dichotomie vierge/salope. L’idée que le sexe est une salissure pour les femmes. L’inverse de oie blanche sortant du couvent c’est une femme qui a une connaissance de la sexualité. Qui a « vu le loup » comme on dit aussi en patriarchie. Là dedan il y a l’idée qu’une femme qui n’est pas vierge n’est pas violable, que la femme qui a connu un homme est à disposition de tous les hommes.

    http://2.bp.blogspot.com/_bYR3SjiAZds/TSJltmlrliI/AAAAAAAAATE/V2CKj733VVc/s1600/se%2Bjetter%2Bdans%2Bla%2Bgeule%2Bdu%2Bloup%2Bweb.jpg
    3 - « se jetter dans la geule du loup »

    On a un loup, et une brebis. Le loup mange des brebis, ceci n’est pas remis en cause, c’est dans la nature du loup et le loup on ne lui reproche pas de manger des brebis. C’est même son régime alimentaire qui fait le loup, un loup végétarien c’est plus vraiment un loup. On trouve ici l’idée virilo-carniste que l’homme est un mangeur de viande, la femme de salade et la comparaison entre sexualité et alimentation.

    bibifok ne demande rien au loup. Le loup est libre, il habite la foret et le vaste monde. Les brebis par contre sont des animaux domestique qui doivent resté à la bergerie ou sous le contrôle d’un chien de berger et d’un berger. Si elles osent sortir de leur bergerie et se rendre dans la foret, c’est à dire être libre, aller travaillé, sortir du foyer et de la tutelle d’un chien de garde, la brebis est fautive, on peu pas en vouloir aux loups. Le loup est même encourragé à manger les brebis qui se sont aventuré hors de la bergerie. Plus un loup est vorace plus il sera gros et aura le respect de la meute.

    La tournure est « se jetter dans » est éloquente aussi, La brebis est active, le loup est passif. Le loup est là, la gueule ouverte à attendre dans la foret et des brebis j’y jettent et se mâchent toutes seule. Comment en vouloir aux loups avec une grammaire pareil.

    http://www.lefigaro.fr/medias/2013/06/14/PHO9a58ea4c-d530-11e2-a5e6-d83245e51435-805x453.jpg
    4 - Le « deal »... « connu de tous » + Elles « en sont conscience »

    Le deal c’est donc que si une femme sort du foyer de son homme propriétaire, si elle ose vouloir une carrière, des promotions, ou même simplement payer son loyer, elle est violable par n’importe quel homme. Car ici nous sommes bien dans le contexte de dénonciations de viols et harcelement sexuel au travail. Sois tu est une oie blanche au couvent qui ne verra jamais le loup ni de promotion, sois tu est une libre brebi qui sera doublement condamnée, dévorée/violée et culpabilisé d’avoir été dévorée/violée EN CONSCIENCE.

    Si tu veux pas être violé, tu reste enfermé chez toi, vierge et voilé nous dit bibifok. Et je suis certaine que ce bibifok si on l’interroge sur les femmes qui portent le voile, te sortira qu’il est pour la liberté des femmes.

    #culture_du_viol #virilo-carnisme #domination_masculine #déni #fraternité #victim_blaming #honte_sur_la_victime #troll #harcelement_sexuel

    https://seenthis.net/messages/636985 via mad meg



  • What is the alt right? A linguistic data analysis of 3 billion Reddit comments shows a disparate group that is quickly uniting — Quartz
    https://qz.com/1056319/what-is-the-alt-right-a-linguistic-data-analysis-of-3-billion-reddit-comments-sh

    We’re witnessing the radicalization of young white men through the medium of frog memes. In order to see it, all you need to do is look at the words coming out of their mouths. The alt-right isn’t yet united, but it soon will be.

    #text-mining #trolls #alt-right #Trump #reddit

    https://seenthis.net/messages/623161 via Fil


  • Dissecting Trump’s Most Rabid Online Following, by Trevor Martin | FiveThirtyEight
    https://fivethirtyeight.com/features/dissecting-trumps-most-rabid-online-following
    https://espnfivethirtyeight.files.wordpress.com/2017/03/thedonaldtrumpsubredditalgebra-16x9.jpg?w=2667

    Comparing subreddits, with Latent Semantic Analysis in R
    http://blog.revolutionanalytics.com/2017/03/comparing-subreddits.html
    http://revolution-computing.typepad.com/.a/6a010534b1db25970b01bb09872202970d-pi#.jpg

    The article looks at various popular and notorious subreddits and finds those that are most similar to the main subreddit devoted to Donald Trump and also to the main other contenders in the 2016 campaign for president, Hillary Clinton and Bernie Sanders.

    #machine_learning #LSA #gensim #R #howto #trolls

    https://seenthis.net/messages/582509 via Fil


  • Handful of “highly toxic” Wikipedia editors cause 9% of abuse on the site, by Annalee Newitz | Ars Technica
    https://arstechnica.com/information-technology/2017/02/one-third-of-personal-attacks-on-wikipedia-come-from-active-editors
    https://cdn.arstechnica.net/wp-content/uploads/2017/02/1-GT46vE6ip8lwjMFJMf_Bvw-760x380.jpeg

    “Perhaps surprisingly, approximately 30% of attacks come from registered users with over a 100 contributions.” In other words, a third of all personal attacks come from regular Wikipedia editors who contribute several edits per month. Personal attacks seem to be baked into Wikipedia culture.

    The researchers also found that a large percentage of attacks come from a very small number of “highly toxic” Wikipedia contributors. Eighty percent of personal attacks on Wikipedia come from people who rarely make personal attacks. But a whopping 9% of attacks in 2015 came from 34 users who had made 20 or more personal attacks during the year. “Significant progress could be made by moderating a relatively small number of frequent attackers,” the researchers note. This finding bolsters the idea that problems in online communities often come from a small minority of highly vocal users.

    les #trolls #agressions_verbale #wikipédia détectés par du #machine_learning

    (pertinent aussi pour le débat #realname ou #anonymat)

    https://seenthis.net/messages/568824 via Fil


  • Twitter says it’s going to start pushing more abusive tweets out of sight - Recode
    http://www.recode.net/2017/2/7/14528084/twitter-abuse-safety-features-update
    https://cdn0.vox-cdn.com/thumbor/AgotgkYimyAat6ehMgeZ6XbSA0Q=/0x0:3000x1688/1600x900/cdn0.vox-cdn.com/uploads/chorus_image/image/53120207/458390361.0.jpg

    Twitter will start hiding inappropriate responses to tweets so they don’t appear in user conversations. Tweets containing words, phrases or images deemed inappropriate by the company will be hidden from conversation threads, and users will need to click a new “show less relevant replies” button in order to see them. Twitter will use machine learning technology (a.k.a. algorithms) to automatically hide certain responses. You can’t opt out of this feature, according to a company spokesperson.

    #machine_learning et #IA vont combattre et #censurer les #trolls ? Pas sûr que ça marche comme prévu…

    https://seenthis.net/messages/567782 via Fil


  • One Woman’s Brilliant “Fuck You” to #Wikipedia #Trolls
    https://backchannel.com/one-womans-brilliant-fuck-you-to-wikipedia-trolls-aab4107d374b
    https://cdn-images-1.medium.com/focal/1200/632/47/41/1*9Q52hvm1giB-OguNUXXAjQ.jpeg

    [Emily Temple-Wood started] the Women Scientists WikiProject, to improve the quality and coverage of biographies of notable achievers in this field. “Unfortunately, part of Wikipedia’s systemic bias is that women in science are woefully underrepresented. Let’s change that!” reads a note at the top of the project page. The community now includes 90 editors.

    She’s not the only person leading an effort to increase diversity on Wikipedia — public gatherings to promote inspirational women, African American artists and LGBT-related content, known as edit-a-thons, pop up sporadically. But Aaron Halfaker, a principal research scientist at Wikimedia Foundation, noticed that starting in mid-2013 — about six months after Temple-Wood kicked off the WikiProject—articles about women scientists began to grow much faster than the rest of Wikipedia.

    #femmes #recherche #sexisme #portrait

    https://seenthis.net/messages/567701 via Fil


  • Amnesty reveals gigantic Mexican Twitter troll-bot mob that threatens journalists, hawks products, and hoaxes trending topics / Boing Boing
    https://boingboing.net/2017/01/26/amnesty-reveals-gigantic-mexic.html
    https://media.boingboing.net/wp-content/uploads/2017/01/1-jjRvcE4_jRqlYP0Pk7g4tg.png

    The Mexican Twitter trolls work closely with the narcotics cartels and their government allies, suppressing news of corruption and atrocities and discrediting reporters who investigate massacres and coverups.

    If Amnesty can identify the troll networks, then it is clear that Twitter can too. And Twitter have access to a lot more data to identify the patterns in their activity. The company can and should be doing more.

    #troll #mexique #twitter #harcèlement

    https://seenthis.net/messages/564810 via Fil



  • How the Chinese Government Fabricates Social Media Posts for Strategic Distraction, not Engaged Argument | Gary King
    http://gking.harvard.edu/50c
    http://gking.harvard.edu/files/gking/files/screen_shot_2016-05-18_at_12.11.46_pm.png?m=1463587964

    The Chinese government has long been suspected of hiring as many as 2,000,000 people to surreptitiously insert huge numbers of pseudonymous and other deceptive writings into the stream of real social media posts, as if they were the genuine opinions of ordinary people. Many academics, and most journalists and activists, claim that these so-called “50c party” posts vociferously argue for the government’s side in political and policy debates. As we show, this is also true of the vast majority of posts openly accused on social media of being 50c. Yet, almost no systematic empirical evidence exists for this claim, or, more importantly, for the Chinese regime’s strategic objective in pursuing this activity. In the first large scale empirical analysis of this operation, we show how to identify the secretive authors of these posts, the posts written by them, and their content. We estimate that the government fabricates and posts about 448 million social media comments a year. In contrast to prior claims, we show that the Chinese regime’s strategy is to avoid arguing with skeptics of the party and the government, and to not even discuss controversial issues. We infer that the goal of this massive secretive operation is instead to regularly distract the public and change the subject, as most of the these posts involve cheerleading for China, the revolutionary history of the Communist Party, or other symbols of the regime. We discuss how these results fit with what is known about the Chinese censorship program, and suggest how they may change our broader theoretical understanding of “common knowledge” and information control in authoritarian regimes.

    #spectacle #faux_débats #trolls #forums #internet #Chine #censure #sounds_familiar

    https://seenthis.net/messages/561846 via Fil


  • The Real Name Fallacy – The Coral Project
    https://blog.coralproject.net/the-real-name-fallacy
    https://blog.coralproject.net/wp-content/uploads/2016/12/hats.png

    People often say that online behavior would improve if every comment system forced people to use their real names. It sounds like it should be true – surely nobody would say mean things if they faced consequences for their actions?

    Yet the balance of experimental evidence over the past thirty years suggests that this is not the case. Not only would removing anonymity fail to consistently improve online community behavior – forcing real names in online communities could also increase discrimination and worsen harassment.

    #real_name #harcèlement #troll #pseudonymat

    https://seenthis.net/messages/557205 via Fil



  • HeartMob Is Signing Up Volunteers to Fight Twitter Eggs | WIRED
    https://www.wired.com/2016/11/heartmob-signing-volunteers-fight-twitter-eggs
    https://www.wired.com/wp-content/uploads/2016/11/TwitterEggHP-1200x630-e1479169416475.jpg

    HeartMob is a service designed to connect targets of harassment with thousands of well-intentioned users ready to leap into action as a force to stand up to Twitter eggs. The site lets anyone sign up to send positive messages to people being trolled; volunteers can also help document and report abuse so that victims don’t have to keep telling their painful stories.

    People want to help, but they don’t know what to do, says Lalonde. “HeartMob creates a space that validates victims’ experience, and it gives people practical tools.”

    https://iheartmob.org

    #twitter #trolls # harcèlement

    https://seenthis.net/messages/543115 via Fil


  • (Bêtisier) Hey ! J’ai trouvé 7 nouveaux moyens de dégoogliser (le 6e va te surprendre)
    https://framablog.org/2016/10/08/betisier-hey-jai-trouve-7-nouveaux-moyens-de-degoogliser-le-6e-va-te-surp

    Ouais ! Cette campagne se passe comme tout grand moment chez #Framasoft : avec beaucoup de rires… et même la création d’un micro-micro service qui va changer Internet (rien que ça !) Petit tour dans les coulisses de la préparation de cet anniversaire… … Lire la suite­­

    #Dégooglisons_Internet #Libres_Services #Communaute #Degooglisons #GAFAM #Google #Planet #PlanetEdu #RezoTIC #Troll



  • Le #New_York_Times et Alphabet en guerre contre les #Trolls
    http://api.rue89.nouvelobs.com/2016/09/21/new-york-times-alphabet-guerre-contre-les-trolls-265212

    Fini les trolls au New York Times. Le quotidien américain a annoncé mardi qu’il s’alliait avec Alphabet, maison mère de Google, pour mieux filtrer les #commentaires des lecteurs. Le journal souhaite maintenir une ambiance « civile et réfléchie » sur son site, rapporte l’AFP, repris par La #presse (média canadien francophone). « Ce ne sera pas une tâche facile », admet Kinsey Wilson, éditeur innovation et stratégie du New York Times. « Mais le Times veut continuer à offrir à ses lecteurs une communauté en ligne sûre pour discuter des sujets les plus importants. »

    Seuls 10 % (environ) des...

    #journalisme #Etats-Unis



  • Eva Lion, 18 ans, youtubeuse nazie
    http://api.rue89.nouvelobs.com/2016/05/31/eva-lion-18-ans-youtubeuse-nazie-264197

    « Eva Lion » est une youtubeuse de 18 ans installée au Canada. Elle a la particularité de véhiculer « dans chacune de ses vidéos [...] un message antisémite, nazi, raciste, homophobe et/ou misogyne ». Elle poste à l’occasion des cupcakes ornées de croix gammées et projette de publier « Mein Kampf » en livre audio. Elle proclame son « amour du nazisme », juge Hitler « si beau et adorable », explique « comment identifier les juifs » ou encore pourquoi « l’inceste est halal dans l’islam ». « Le tout, bien sûr, avec le même ton de voix bienveillant et amusé que l’on retrouve chez les...

    #YouTube #antisémitisme #Trolls #RACISME #homophobie


  • Truth (2015)
    https://en.wikipedia.org/wiki/Truth_(2015_film)
    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/5/51/Truth_2015_poster.jpg

    l’histoire de la chute de Dan Rather, l’icone de 60 Minutes, après que les #trolls se sont jetés sur un document manquant de crédibilité dans une enquête sur le passé militaire de George Bush

    The film is based on Mary Mapes’ 2005 memoir Truth and Duty: The Press, the President, and the Privilege of Power.

    Il y a de plus en plus de #films sur le #journalisme, on dirait que maintenant chaque enquête ou leak se doit d’avoir son #making-of et son produit dérivé à Hollywood. Dans la série, celui-ci est très très plat et linéaire (mais servi par de bons acteurs).

    http://seenthis.net/messages/490278 via Fil



  • Sexisme, racisme : Le #guardian a analysé ses #commentaires et c’est pas beau à voir
    http://api.rue89.nouvelobs.com/2016/04/13/sexisme-racisme-guardian-a-analyse-commentaires-cest-beau-a-voi

    Toutes les rédactions le savent, et nous ne sommes pas épargnés (coucou les #Trolls !), les commentaires sous les articles peuvent vite tourner en calvaire. Insultes, dérives racistes, sexistes... les messages marrants, enrichissants, et critiques qui rebondissent sur le sujet traité plus haut se retrouvent souvent noyés dans ce que l’humain fait de pire en matière de communication. Le Guardian a décidé de faire quelque chose de cette matière, et vient d’analyser 70 millions de commentaires déposés sur son site depuis 2006. Au-delà des chiffres impressionnants, cette étude en...

    #Internet #presse #journalisme


  • The dark side of Guardian comments
    https://www.theguardian.com/technology/2016/apr/12/the-dark-side-of-guardian-comments

    As part of a series on the rising global phenomenon of online harassment, the Guardian commissioned research into the 70m comments left on its site since 2006 and discovered that of the 10 most abused writers eight are women, and the two men are black. Hear from three of those writers, explore the data and help us host better conversations online

    #presse #commentaires #trolls #sexisme #racisme #visualisation #méthodologie

    http://seenthis.net/messages/479186 via Fil


  • Je mets ici en ligne mes deux dernières chroniques sur les médias, que je tiens, de façon irrégulière, depuis novembre 2002. [J’ai archivé le reste].

    Remarques sur les médias du 18 février 2016

    Chers tous,

    J’ai suivi le journal télévisé de France 2 de ce jour, présenté par Nathanaël de Rincquesen. Le deuxième sujet, après les manifestations d’agriculteurs, était la réforme du droit du travail. Voici comment elle était présentée :

    Nathanaël de Rincquesen : "On revient maintenant sur la réforme du droit du travail, qui doit être présenté, début mars, en conseil des ministres. Nous vous en parlions déjà hier. Laurent Desbonnets, bonjour : « Ce projet, porté par Myriam El Khomri, casse certains codes qui sont chers à la gauche. »

    Laurent Desbonnets : « Oui, à commencer par le totem des 35 heures, ça reste la durée légale, mais elles sont complètement détricotées. »

    Je m’arrête ici sur le terme « totem.

    Qu’est-ce qu’un totem ? C’est un terme du langage des Amérindiens d’Amérique du Nord, qui peut désigner plusieurs choses (un ancêtre mythique, un lien de parenté, une sculpture...) mais, surtout, religieusement, une entité sacrée, qu’on ne consomme pas, une entité qu’on respecte, qu’on craint, qu’on présente comme le fondement des institutions, comme un modèle de comportement, comme une exigence d’organisation. »

    Cela, c’est la définition brute, telle qu’elle peut être énoncée par un ethnologue ou par un anthropologue. Mais, dans la France de 2016, cette définition n’est pas perçue de façon neutre, elle est perçue réfractée par notre culture et par notre idéologie. Or, le plus souvent, cette culture et cette idéologie nous réfractent le totem de façon négative :

    1. Si l’on est chrétien, le totémisme apparaît comme un paganisme, le signe d’une civilisation antérieure au christianisme, celle contre laquelle luttèrent les premiers évangélistes (en Gaule ou en Germanie) ou les missionnaires européens des XVIe au XIXe siècle, la civilisation de la barbarie, de l’anthropophagie et des contrées où l’on se promène tout nu.

    2. Si l’on est athée, le totémisme est, comme toutes les religions, absurde. Il fluctue dans la loi des trois états d’Auguste Comte, quelque part entre le fétichisme et le polythéisme, donc antérieur au monothéisme, lui-même antérieur à l’état métaphysique, lui-même inférieur à l’état scientifique.

    3. Si l’on est néo-colonialiste (et, a fortiori, raciste), le totem apparaît comme un signe de l’arriération des peuplades du Sud - et de la supériorité concomitante des ex-colonisateurs.

    – La résultante de ces idéologies est de faire percevoir la révérence envers le totem (en tant qu’il est saisi à titre de croyance), comme infondée, irrationnelle, pré-scientifique (on ne peut manger de tel mets, on ne peut accomplir tel geste ou telle activité certains jours de l’année, on ne peut se servir de telle main pour tels usages, on ne peut prononcer tels mots, etc.). Bref, le totem est la négation, l’antithèse de la civilisation des ordinateurs et de l’Internet, de cette civilisation positiviste qui (même si Auguste Comte est passé de mode), continue néanmoins de penser que tout se résout par la science.

    Ainsi, en présentant comme un « totem » la durée légale du travail (mais aussi le type de contrat de travail - CDI ou CDD - le salaire minimum, les indemnités et les conditions de licenciement, la retraite par répartition...), on fait de cette durée légale une disposition absurde, arbitraire, infondée, irrationnelle, à l’instar de ce qu’était (aux yeux des colons nord-américains), le totem des tribus amérindiennes - donc une institution appelée à ne plus figurer qu’au musée.

    Notons, d’ailleurs, que le langage médiatique (et politique et patronal) fait le même usage du tout aussi exotique terme « tabou » : le « tabou » des 35 heures, le « tabou » de la retraite à 60 ans (et même de la retraite tout court), le « tabou » du SMIC, etc.

    Je vous saurais gré de vos remarques, précisions, compléments et critiques.
    Bien à vous
    Philippe Arnaud, AMD Tours

    Remarques sur les médias du 18 février 2016 (bis)

    Chers tous,

    Aux deux journaux télévisés de France 2 de 13 h et de 20 h, j’ai regardé le sujet consacré au projet de loi sur la modification du droit du travail porté par Myriam El Khomri (ministre du Travail), et applaudi (c’est révélateur) par le Medef et par la droite.

    Comme pour la remarque précédente (i.e. sur le totem), je me suis attaché aux mots qui définissent le statut de l’emploi : le statut actuel, que le gouvernement veut changer, et le statut futur (celui qui satisfera les revendications du patronat).

    1. Les termes qui définissent le statut actuel sont toujours à connotation péjorative, négative, dépréciative : rigidité, blocages, lenteur : rigidité des lois et règlements, blocages syndicaux ou corporatistes, lenteurs administratives.

    Les termes qui définissent le statut souhaité par le patronat sont toujours des termes à connotation méliorative, positive, laudative : souplesse, fluidité, flexibilité, rapidité. Lorsque, à ce sujet, ces termes sont répétés des centaines de fois par an aux journaux radio ou télévisés, les auditeurs finissent par associer, presque inconsciemment, ancien statut et image négative.

    2. On notera que, parmi tous les domaines auxquels s’appliquent ces termes, l’un des premiers est le domaine physiologique (et, bien entendu, médical). Un blocage s’applique à une articulation (le cou, l’épaule, le coude, le poignet, la hanche, le genou, la cheville). Il empêche le corps humain de se mouvoir normalement - ou lui suscite des douleurs intolérables. La rigidité des muscles n’annonce rien de bon... pour ne rien dire de la rigidité cadavérique. Quant à la lenteur (d’élocution, de réaction, de digestion, de cicatrisation...) elle n’est pas non plus le signe d’une santé florissante. La conclusion s’impose d’elle-même : un tel corps doit être soigné, et au plus vite.

    3. Corrélativement, les termes de souplesse, de fluidité (des gestes), de flexibilité, de rapidité définissent un corps en bonne santé, et mieux même qu’un corps en bonne santé, un organisme très au-dessus de la moyenne, un corps d’athlète, un corps qui accomplit des exploits. La souplesse est du judoka, la fluidité et la flexibilité du gymnaste, la rapidité des joueurs de balle, des skieurs, des boxeurs... La conclusion s’impose d’elle-même : un tel corps rapportera des médailles d’or au pays.

    4. Mais ces termes trouvent aussi leur correspondants dans le domaine du tempérament ou du caractère : quelqu’un qui a des rigidités, des blocages, des lenteurs est un rigoriste, un conservateur, un « peine-à-jouir », un janséniste, un puritain, un passéiste, un ringard, quelqu’un qui stagnera dans son métier ou aura une vie sentimentale triste. Et, à l’inverse, quelqu’un qui apprend rapidement, qui agit rapidement, qui parle une langue étrangère avec fluidité, qui fait preuve de souplesse dans les relations humaines est quelqu’un dont on peut augurer une belle carrière - et (peut-être aussi...) une vie sentimentale faste.

    5. On pourrait même (sans pousser trop loin l’identification) relier ces caractères à trois des quatre éléments d’Empédocle, les éléments négatifs (rigidité, blocage, lenteur) associés à la terre, réputée « sèche » et « froide », et les éléments positifs (souplesse, fluidité, rapidité, flexibilité) associés à l’eau et à l’air, à la fois « froids », « humides » et « chauds ». Au passage, c’est aussi un peu de cette façon que l’on a interprété l’opposition politique, militaire, économique et idéologique, de Louis XIV à Napoléon (et même au-delà), entre, d’une part, la France, puissance catholique, terrienne, paysanne, dotée d’une forte armée de terre, et, d’autre part, les Pays-Bas et l’Angleterre, puissances protestantes, maritimes, commerçantes, banquières, dotées d’imposantes marines. La puissance du continent contre les puissances du grand large, la puissance de l’économie « du passé » contre les puissances de l’économie « de l’avenir »...

    6. Mais on peut aussi prendre l’idée de souplesse, de flexibilité dans une tout autre acception. Celui qui a une morale « souple »... n’a souvent pas de morale du tout ! Et l’on dit qu’il a l’échine souple le gouverneur courbé devant le satrape, le cadre obséquieux devant le patron, l’esclave délateur devant le maître des esclaves. C’est-à-dire l’opposé des rebelles à la nuque raide, des irréconciliables, des Marie Durand enfermées 38 ans à la tour de Constance, des Camisards cévenols réduits par le seul maréchal de Villars, des Jansénistes appelants de la bulle Unigenitus, des Auguste Blanqui, passant 35 ans de leur vie en prison, des communistes jetés dans les chaudières des locomotives par Chiang Kaï Chek. « Baisse la tête » dit le boyard au moujik enchaîné...

    Je vous saurais gré de vos remarques, précisions, compléments et critiques.
    Bien à vous
    Philippe Arnaud, AMD Tours

    • Le problème n’est pas la droitisation de la gauche, mais la droitisation du pays. La gauche ne fait que suivre un mouvement général qui dépasse tout le monde. Ca fait des années que je dénonce ce glissement vers l’extrême droite, qui est fondamentalement populaire. On a toujours les gouvernants qu’on mérite, même dans une dictature. Quand les deux tiers de la population votent à droite, il est au final logique de sabrer les droits les plus élémentaires des travailleurs.
      Gag : Ce sont, comme d’habitude, les plus pauvres qui réclament plus d’inégalités. (Les FN et les FM). La chose n’est guère surprenante. Ca n’est pas par hasard si ils sont pauvres.
      Mussolini et Hitler ont été portés au pouvoir par le lunpen prolétariat. Pétain fut ultra populaire jusqu’au Débarquement, et même après.
      Planète de merde.

    • @Ph Arnaud

      Juste pour mémoire, j’ai été expulsé du blog « Défense en ligne », pour avoir critiqué la manière dont Gresh nous a bennés corps et biens. Je suggérais bien sûr de continuer la discussion sur ce site. Mes propos ont été supprimés, et l’accès au site m’est interdit. Encore bravo au Diplo pour cette réponse nazie à une tentative de sauvetage du dialogue qui unissait les participants à NO.
      Je dis ça sans haine.
      La haine est à observer du côté des censeurs, vos amis.

    • @Ph Arnaud

      Vous n’avez pas tort. D’ailleurs, la "modernité des réformes de Hollande doit se comprendre comme : Retour aux inégalités du XIXème siècle. En réalité, réformes et modernisation caractérisent un retour aux règles sauvages du capitalisme débridé, celui là même qui a été condamné par l’histoire.
      Il est d’ailleurs étrange de voir cette aberration défendue par le PS. Ce qui est terrible est que la populace réagit en glissant vers l’extrême droite.
      Anticipons un peu : Le Ps est mort, ans doute pour une vingtaine d’années. Le FN est aux portes du pouvoir. Il y parviendra, et y laissera sa crédibilité. (comme en Autriche).
      Puis, la énième crise surviendra, et la folie resurgira.
      Laisse toute éspérance.

    • Philippe Arnaud,

      Merci, Marielle. Si ça vous intéresse, j’en ai écrit dans les 400 pages depuis 2002. Et, dans ces 400 pages, j’en ai choisi 34 des plus significatives.

      Oui, j’aimerais bien que vous mettiez en ligne quelques-unes de vos chroniques personnelles originales parmi les 34 les plus significatives.
      Je n’ai plus le plaisir de vous lire depuis la mise en sommeil du blog Nouvelles d’0rient et cela nous permettrait de suivre un auteur un peu différent.
      Je n’ai pas encore compris comment fonctionnent les # (où sont les #thèmes ?) ex : #critique_médias et comment on les insert dans le texte pour référencer des articles. Bon je suppose que cela viendra ...

      J’espère que vous pourrez lire ce message. Salutations

    • A Marielle

      Comme suite à votre demande, je vous expédie ci-après ma chronique du 19 septembre 2015.

      Remarques sur les médias du 19 septembre 2015

      Chers tous,

      J’ai suivi, samedi soir 19 septembre à 20 h, le journal télévisé de France 2. Le deuxième sujet était la remise en cause (provocatrice ? préméditée ? secrètement approuvée en haut lieu ?) d’Emmanuel Macron, ministre de l’économie, du statut des fonctionnaires. Il s’agissait du deuxième sujet, après la Journée du patrimoine.

      Laurent Delahousse : « Autre phrase politique, mais celle-ci a suscité quelques remous au sein de la majorité notamment. Emmanuel Macron, lors d’un colloque, a estimé hier qu’il était nécessaire de réformer le statut de la fonction publique. Le ministre de l’économie aime bouger les lignes, exprimer ce qu’il pense, mais le président de la République a très vite voulu affirmer que tout cela n’était, pour le moment, pas à l’ordre du jour. Maryse Burgot, Eloine Martin. »

      Maryse Burgot : « Journée du patrimoine au ministère de l’économie, et, dans la foule, un Emmanuel Macron parfaitement détendu, même s’il est poursuivi par la presse. En cause, ses propos, hier, sur le statut des fonctionnaires. Selon lui, il n’est plus justifiable et n’est plus adapté au monde tel qu’il va. »

      [Et pendant que parle Maryse Burgot, on voit ces mots s’inscrire sur l’écran à côté de la photo d’Emmanuel Macron, avec la source d’où viennent ces propos : les journaux Challenges et Les Echos.]

      Maryse Burgot : « Des mots détonnants, dans la bouche d’un ministre de gauche. Il estime, ce soir, qu’ils ont été sortis de leur contexte, mal interprétés »

      Emmanuel Macron : « De grâce, ne transformez pas ce que je peux dire dans certains cercles en petites phrases pour en faire des polémiques parce qu’à ce moment-là ça devient un jeu incessant, où il faut se justifier : dire est-ce qu’il a été recadré, ce qu’il a rapporté, est-ce qu’il a... ça n’a aucun sens ».

      Maryse Burgot : « Recadrer, c’est pourtant bien le mot qui vient à l’esprit ». [On voit François Hollande lors d’une remise de décorations]. « Dès hier soir François Hollande fait une mise au point. Il est à Tulle dans son ex-fief électoral pour, entre autres, décorer ce fonctionnaire, occasion parfaite pour déjuger son ministre de l’économie ».

      [Plan-séquence sur François Hollande : « Vous, vous êtes un fonctionnaire, un fonctionnaire d’Etat, un fonctionnaire attaché à son département de la Corrèze, et, comme je le suis, attaché à son statut. »]

      Maryse Burgot : « Au Parti socialiste, certains en appellent directement à la responsabilité d’Emmanuel Macron. »

      [Ici, un plan-séquence sur Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale : « Emmanuel, fais attention, il y a des phrases qui te portent tort et qui nous portent tort. »]

      Maryse Burgot : « L’opposition dénonce une sorte de jeu de rôles, un ministre envoyant des ballons d’essai et un président rassurant sa gauche ».

      [Ici, un plan séquence sur Nathalie Kosciusko-Morizet : « Ce petit jeu entre Macron et le président de la République, le premier ministre, nous laisse un peu songeurs, parce que c’est toujours la même chose : un pas en avant, deux pas en arrière »].

      "Maryse Burgot : « Ce soir, quelques visiteurs se pressaient encore autour du bureau d’Emmanuel Macron. Une journée du patrimoine à Bercy pas tout à fait ordinaire ».

      Laurent Delahousse : « Et en direct du ministère de l’économie, on va retrouver Sophie Brunn. Sophie, après les 35 heures, on s’en souvient, le Code du travail, voici le temps des fonctionnaires. Que veut vraiment nous dire Emmanuel Macron ? Est-il un électron libre, utile ou dérangeant pour l’exécutif ? »

      Sophie Brunn : "Ce qui est sűr, Laurent, c’est qu’Emmanuel Macron compte bien rester l’électron libre qu’il est depuis sa nomination et il nous l’a redit encore cet après-midi. Pour lui il n’y a pas de sujet tabou, pas de totem derrière lequel s’abriter. Sa conception de la politique, c’est plutôt « Vive le débat ! ». Alors, ceci est-il utile ou dérangeant pour l’exécutif ? On peut penser que lors des précédentes polémiques, notamment sur le Code du travail, Emmanuel Macron agissait comme un poisson-pilote, à la fois pour rassurer le patronat mais aussi pour faire avancer la ligne sociale-libérale de François Hollande. Aujourd’hui, avec cette polémique sur les fonctionnaires, c’est beaucoup moins sûr, d’abord parce qu’il n’y a aucune réforme de ce type dans les cartons de l’exécutif, c’est donc un petit peu un débat pour rien et puis vu la vitesse à laquelle François Hollande a recadré son ministre hier, il semble qu’à trois mois des régionales, la prudence s’impose".

      Laurent Delahousse : « Merci Sophie. Alors revenons, justement, sur ce statut des fonctionnaires. Une réforme est-elle réellement possible ? D’autres pays l’ont-elles engagé ? Et qui est concerné par cette notion d’emploi à vie ? Questions-réponses avec Magali Boissin. Regardez. »

      Magali Boissin : « Professeur, infirmière ou agent administratif, leur emploi à vie ne serait plus adapté à notre société, selon le ministre de l’économie. A Marseille, ces deux fonctionnaires en ont assez de voir leur statut attaqué. »

      [Hélène Ohresser, professeur d’histoire-géographie : « Ce n’est pas du tout un privilège de travailler dans la fonction publique. Venez travailler si on est privilégiés et pour les salaires et pour... C’est pas un privilège ». Elodie Dussaillant, infirmière : « Je crois que c’est la dernière chose qui nous reste..., l’embauche dans la fonction publique, qui peut être attrayant pour les gens. »]

      Magali Boissin : « L’emploi à vie, alors, pour tous les fonctionnaires ? Pas tout à fait. La France possède 5,4 millions de fonctionnaires, parmi eux, 83 % détiennent un emploi à vie, les 17 % restants sont sous contrat privé en CDD ou en CDI. Mais pour ce syndicaliste, ces contrats privés sont surtout synonymes de précarité ».

      [Ici, plan séquence sur Pascal Pavageau, secrétaire confédéral F.O. : "Les agents qui sont contractuels sont ceux qui sont au SMIC, voire inférieurs au SMIC, c’est-à-dire dans l’illégalité par rapport à la loi et sont, ben, précaires et révocables à merci].

      Magali Boissin : « Peut-on, en France, réformer ce statut ? Rien ne l’empêche. Le statut de fonctionnaire a d’abord été défini par une loi de 1946, juste après la création de l’E.N.A. »

      [Voix off sur des images d’après-guerre : "Ces futurs fonctionnaires devront avoir les qualités d’initiative, d’énergie et de décision qu’exigent ces emplois.]

      « Statut confirmé par une loi de 1983 sous la gauche mais ce texte peut à tout moment être changé selon cette économiste libérale. Pour elle, un emploi à vie ne se justifie que pour un petit nombre de fonctionnaires ».

      [Ici, plan-séquence sur Agnès Verdier-Molinié : « C’est tous les agents qui sont sur des fonctions de souveraineté nationale ; donc là il y a bien sûr la Défense, la police, la Justice. Pour tous les autres agents, on pourrait très bien utiliser tout simplement le Code du travail et des contrats de type contrats de droit privé ».]

      Magali Boissin : « Changer le statut est donc possible. Y a-t-il eu des précédents en Europe ? Au Royaume-Uni, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, en Finlande ou encore en Suède, l’immense majorité des agents sont placés sous contrat privé. La Suisse est allée encore plus loin depuis en référendum en 2002, l’ancien statut de fonctionnaire a été totalement supprimé ».

      Remarque 1. Le vocabulaire. Sans qu’il y paraisse, les journalistes de France 2 présentent la remise en cause du statut de la fonction publique de manière positive (et, corrélativement, ce statut de manière négative).

      – Exemple. Emmanuel Macron aime « bouger les lignes ». Or, comme le dit une chronique de Libération de décembre 2008, faire bouger les lignes a une connotation positive. Cette action marque une rupture. Elle s’oppose à inaction, routine, passivité ou conformisme. Et, par déduction, on suggère au lecteur ou à l’auditeur que le statut de fonctionnaire, ce sont ces défauts, et, au-delà du statut, que le fonctionnaire lui-même est inactif, routinier, passif et conformiste.

      – Exemple toujours dans cette même veine. Sophie Brunn, filant la métaphore des « lignes qui bougent », évoque des lignes qui « avancent ». Or « avancer » est un verbe à connotation positive. La remise en cause du statut du fonctionnaire, la ligne sociale-libérale (comme dans le pâté d’alouette, une alouette de social et un cheval de libéral) est donc vue comme une évolution positive. Elle répond d’ailleurs à la remarque de Nathalie Kosciusko-Morizet : le pas en avant représente la remise en cause du statut, les pas en arrière, sa préservation.

      – Exemple encore. Le statut de la fonction publique (comme le Code du travail, les 35 h), serait un sujet « tabou » ou « totem ». Ces mots, issus des civilisations polynésienne et amérindienne (vues - encore aujourd’hui - comme « primitives »), sont employées par ironie (dit le Dictionnaire historique de la langue française), en parlant de personnes ou de choses [et, j’ajoute ici, d’institutions] qui font l’objet d’un respect exagéré, quasi-sacré. On instille donc l’idée que les fonctionnaires, les syndicalistes, les salariés ont, pour le statut de la fonction publique, les 35 h, le Code du travail, le même respect exagéré (ridicule, irrationnel, aux yeux de sujets cartésiens, laïques et libéraux) que les « primitifs » polynésiens ou algonquins en avaient, aux yeux des explorateurs « civilisés », pour telle manière « farfelue » de se coiffer ou de se nourrir...

      Remarque 2. Les figures de style. Comme d’habitude, lorsqu’il s’agit de faire passer des mesures « libérales », c’est-à-dire favorables au patronat, aux riches, aux spéculateurs (donc désastreuses pour les salariés, les retraités, et la majorité de la population), on use d’euphémismes, pour ne pas effrayer le gibier. On n’abroge pas, on ne supprime pas le Code du travail ou le statut de la fonction publique, on les « réforme ». [Verbe qu’emploie Delahousse au début du sujet]. De même, on ne dit pas qu’on va imposer une mesure mais qu’on va en « débattre » [la conception d’Emmanuel Macron, c’est « Vive le débat ! », comme le rapporte Sophie Brunn].

      Sauf qu’ici, le sujet de « débat » qu’Emmanuel Macron propose aux fonctionnaires, c’est : « Je caresse l’idée de vous flanquer à la porte : et si nous en débattions ? » On conçoit que les intéressés ne soient pas enthousiasmés...

      Remarque 2bis. Les figures de style toujours. Après l’euphémisme, la prétérition (figure de style par laquelle on affirme ne pas dire une chose... tout en la disant). Exemple : « si je n’avais pas le plus grand respect pour vous, je dirais que vous êtes un crétin ». Ou, comme disent les jeunes, après avoir sorti une vacherie : « C’était juste pour rigoler ! ».

      Ici, « ce n’est pas le moment », « pas à l’ordre du jour », « pas à trois mois des régionales ». Sous-entendu : quand les régionales seront passées, quand on n’aura plus rien à perdre (ou plus rien à gagner), fonctionnaires, vous pourrez numéroter vos abattis !".

      Remarque 3. Sur la conception de la politique. Maryse Burgot qualifie Emmanuel Macron de ministre de gauche, ce qui témoigne d’une conception de la gauche pour le moins élastique. Si, par habitude, par lassitude, par paresse, on qualifie le gouvernement actuel, issu du Parti socialiste, de gauche, il ne s’ensuit pas, a fortiori, que tout ministre de ce gouvernement soit lui-même de gauche... surtout lorsqu’il n’est pas lui-même un élu ! Ce n’est pas parce que la chatte fait ses petits dans le four de la cuisinière qu’on les appelle des biscuits.

      Autre remarque sur la conception de la politique. Claude Bartolone dit à Emmanuel Macron : « Emmanuel, fais attention, il y a des phrases qui te portent tort et qui nous portent tort. »

      Si on lit entre les lignes, ce que reproche Bartolone à Macron, ce n’est pas tant de vouloir mettre les fonctionnaires en caleçon, mais de les prévenir qu’il va le faire ! Bartolone doit conserver le souvenir cuisant de l’échec non moins cuisant de Lionel Jospin aux élections de 2002, « blackboulé » par nombre d’enseignants, qui n’avaient pas supporté qu’il tarde à débarquer Claude Allègre, qui les avait ulcérés avec ses déclarations sur le « mammouth » ou l’absentéisme...

      En somme, ce que dit Bartolone à Macron, assez cyniquement, c’est de faire sa réforme, de la faire discrètement, de la faire habilement, de rouler les fonctionnaires dans la farine, mais de ne pas le claironner. « Le scandale du monde est ce qui fait l’offense/Et ce n’est pas pécher que pécher en silence... »

      Remarque 4. Les images. Les propos d’Emmanuel Macron, rapportés par Laurent Delahousse, sont accompagnés d’une photo du ministre, avec les mots ("plus justifiable", « plus adapté ») qui s’inscrivent dans le même temps. Et la photo montre un Emmanuel Macron de face, en buste, le regard fixé sur la ligne bleue des cours de Bourse, mais déterminé, presque impérieux, bras gauche replié, main gauche à demi-fermée, doigts rassemblés et extrémités pointées vers lui, comme un professeur qui insiste sur un point fondamental de sa discipline : la règle de l’accord des participes ou la définition des nombres premiers.

      Remarque 4 bis. Les images encore. Le rappel du statut de la Fonction publique est accompagné d’images en noir et blanc, qui donnent un aspect vieillot, daté, obsolète au statut de la fonction publique, accompagné de la voix typique du commentateur de l’époque (avec sa scansion, sa diction) et conférant à ce document filmé le statut d’un capitulaire carolingien calligraphié sur parchemin en minuscules carolines.

      A quoi s’ajoute la vilenie de lier le statut de la fonction publique à la création de l’E.N.A., sachant l’image détestable qui, dans une large partie de l’opinion, s’attache à cette école : élitisme, technocratie, cooptation, endogamie, privilèges, dédain, morgue de caste, absence de sens du réel, etc., de telle sorte que le statut de la fonction publique, déjà bien chargé, est lesté en outre du poids du discrédit de l’E.N.A. Alors que le journaliste aurait pu lier ce statut au programme du C.N.R.

      Remarque 5. Les remarques des intervenants. Les deux fonctionnaires de Marseille ont un débit rapide, des phrases hachées, peu ou mal articulées, non achevées. On sent qu’elles ont été prises au dépourvu et leur intervention laisse une impression pénible.

      A l’inverse, les phrases d’Agnès Verdier-Molinié sont bien articulées et bien scandées. Et il est révélateur (et navrant) qu’en deux jours cette femme (ultralibérale jusqu’à la moelle) ait été invitée sur une chaîne de radio-télévision du service public (cf. ma chronique du 17 septembre), comme s’il s’agissait d’une universitaire de renom, issue d’une institution prestigieuse, alors qu’elle ne représente qu’une officine singeant les gros « think tanks » étatsuniens (un poulet de Bresse qui se fait passer pour un aigle royal), et que la journaliste pousse la flagornerie (ou l’ignorance ?) jusqu’à la décorer du nom d’économiste, alors que ses seules compétences universitaires en la matière sont... une maîtrise en histoire contemporaine.

      Je vous saurais gré de vos remarques, compléments, corrections et critiques.
      Bien à vous
      Philippe Arnaud, AMD Tours


  • Dictionnaires français :: Modules pour #firefox
    https://addons.mozilla.org/fr/firefox/addon/dictionnaires-fran%C3%A7ais

    L’addon de #mozilla pour installer les dictionnaires de correction de texte par les gens qui font [Dicollecte (correction orthographique pour Firefox, Thunderbird et LibreOffice) et Gammallecte (correction grammaticale pour LibreOffice)][1]

    Perso j’utilise la version Moderne, mais le débat sur l’application de la réforme était à deux doigts de me faire passer sur « Réforme 1990 » pour voir si des rageux remarquaient un changement dans mon écriture. ^_^

    [1] : http://www.dicollecte.org/(Permalink)

    #troll #localisation

    http://seenthis.net/messages/461234 via Alda